Forum "Rectite ?"

Page d'accueil du site

Recherche :

Envoyer ce sujet à un(e) ami(e)
Format d'impression
Mettre en signet (membres seulement)
 
Précédente | Suivante 
Accueil Général des Forums
Forum : Recherche d'informations sur une maladie (Protected)
Message d'origine

indy (9 messages) Envoyer message email à: indy Envoyer message privé à: indy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
09-11-04, 11:12  (GMT)
"Rectite ?"
bonjour a tous
je viens de subir une coloscopie+fribro lundi ,mon docteur a détecté une
rectite (inflammation du rectum) il a fait une biopsie pour connaître la raison de cette inflammation .
il m'a prescrit du pentasa (1 supo le soir avant le couché) pendant 4 semaine
quelqu'un pourraient t'ils me donné des infos sur les causes de cette
maladie ?

merci

  Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


  Liste des réponses à ce message

  Sujet     Auteur     Posté le:     ID  
 RE: Rectite ? Irleana 09-11-04 1
 RE: Rectite ? Nausica 09-11-04 2
   RE: Rectite ? indy 09-11-04 3
       RE: Rectite ? Nausica 09-11-04 4
           RE: Rectite ? Irleana 10-11-04 6
   RE: Rectite ? Irleana 10-11-04 5
 RE: Rectite ? D_Dupagne 11-11-04 7
   RE: Rectite ? indy 12-11-04 8
   RE: Rectite ? ptizetre 24-01-05 9
       RE: Rectite ? Cafe_Sante 25-01-05 10

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Texte des réponses

Irleana (1200 messages) Envoyer message email à: Irleana Envoyer message privé à: Irleana Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
09-11-04, 15:11  (GMT)
1. "RE: Rectite ?"
bonjour a tous
>je viens de subir une coloscopie+fribro lundi ,mon docteur a détecté
>une
>rectite (inflammation du rectum) il a fait une biopsie pour connaître
>la raison de cette inflammation .


>il m'a prescrit du pentasa (1 supo le soir avant le
>couché) pendant 4 semaine

Le pentasa est un médicament qui contient de la MESALAZINE
Vous trouverez ici quelques infos sur la molécule:

ici
Apparemment c'est un puissant anti-inflammatoire

Indications Thérapeutiques

MALADIE DE CROHN (principale)
RECTOCOLITE HEMORRAGIQUE (principale)
RECTITE RADIQUE
******

>quelqu'un pourraient t'ils me donné des infos sur les causes de
>cette
>maladie ?


Pour la rectite,il semble avoir eu deux questions sur le sujet,c'est par là
FORUM MEDICAL - "crohn et diagnostic ???"
... un peu elevée, nodule et iflammation de la FID, candidose digestive,vulvite atypique,
infection de la langue(carte geographique ulceration), rectite, maux de ...
www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/12341.html - 28k - En cache - Pages similaires

FORUM MEDICAL - "Recherche de personnes ayant subi interventions ...
... je vous explique, j'ai eu de gros soucis de rectite ulcéro hémmoragique
avec prolapsus muqueux rectal et prolapsus génital.. ...
www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/11243.html - 23k - En cache - Pages similaires

La Recto-colite est une inflammation simultanée du rectum et du côlon.
C'est par là:http://www.afa.asso.fr/Fr-QArch.htm

Bonne continuation
Cordialement

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Nausica (3061 messages) Envoyer message email à: Nausica Envoyer message privé à: Nausica Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
09-11-04, 18:29  (GMT)
2. "RE: Rectite ?"
Bonsoir

j'ai trouvé ce document: http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/std-mts98hls/std98hif.html

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

indy (9 messages) Envoyer message email à: indy Envoyer message privé à: indy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
09-11-04, 20:33  (GMT)
3. "RE: Rectite ?"
bonsoir a tous
je vous remercie pour les infos.

peut t'on dire qu'une rectite est une RCH ?

merci

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Nausica (3061 messages) Envoyer message email à: Nausica Envoyer message privé à: Nausica Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
09-11-04, 20:50  (GMT)
4. "RE: Rectite ?"
>peut t'on dire qu'une rectite est une RCH ?
>


Je crois que ces termes ne sont pas totalement équivalents (en tout cas ils ont un codage différent dans le PMSI)
D'autres infos ici:
http://afa.asso.fr/Fr-QArch.htm?droite=faq-rch.htm
http://www.fmcgastro.org/htdocs/postu/traitementdesrectites.html


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Irleana (1200 messages) Envoyer message email à: Irleana Envoyer message privé à: Irleana Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-11-04, 09:30  (GMT)
6. "RE: Rectite ?"
>>peut t'on dire qu'une rectite est une RCH ?
>>

>Je crois que ces termes ne sont pas totalement équivalents (en
>tout cas ils ont un codage différent dans le PMSI)
>
>D'autres infos ici:
>http://afa.asso.fr/Fr-QArch.htm?droite=faq-rch.htm
>http://www.fmcgastro.org/htdocs/postu/traitementdesrectites.html

************************
Rebonjour,

Je suis d'accord avec Nausica, nous sommes d'ailleurs tombées sur le même site avec :http://www.afa.asso.fr/Fr-QArch.htm (post 1).
Le deuxième lien proposé par Nausica a le mérite d'être très spécifique.

Côté documentation, une dernière trouvaille, un lien beaucoup plus complet qu'il n'y paraît:
http://www.gastroresource.com/GITextbook/fr/Default.htm

Principes fondamentaux
de gastro-entérologie

Ce site Web présente de l'information sur divers sujets en gastro-entérologie, y compris le diagnostic et le traitement des maladies et des états connexes.

Le contenu a été adapté du livre intitulé Principes fondamentaux de gastro-entérologie : États pathologiques et démarches thérapeutiques, un manuel qui fait autorité dans le domaine.

Chapitres:


1. Symptômes et signes
2. Nutrition
3. Éthique
4. Recherche et essais cliniques
5. Oesophage
6. Estomac et duodénum
7. Intestin grêle
8. Ischémie intestinale
9. VIH
10. Maladies inflammatoires de l’intestin
11. Côlon
12. Pancréas
13. Système biliare
14. Foie
15. Pédiatrie
16. Images vidéo d’une endoscopie


Index


Cordialement

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Irleana (1200 messages) Envoyer message email à: Irleana Envoyer message privé à: Irleana Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-11-04, 09:23  (GMT)
5. "RE: Rectite ?"
Modifié le 10-11-04 à 09:37  (GMT)

Bonjour Indy

Voici un site qui est apparemment s'est penché sur le sujet:
Sommaire général de l'ouvrage
http://www.proctos.com/espaces-privatifs/se-former/proctologie-prat/pp-sommaire.asp

http://www.proctos.com/espaces-publiques/espace-patient/faq/faq-rectiteradique.asp

****************************
Applications plus générales
RECTITES

http://www.proctos.com/espaces-privatifs/se-former/proctologie-prat/pp14-rectites.asp
--------------------------------------------------------------------------------

L. SIPROUDHIS

Définition et épidémiologie


On appelle rectite un processus inflammatoire de la muqueuse rectale, constaté endoscopiquement et qui s’accompagne de symptômes non spécifiques. L’atteinte macroscopique a habituellement une limite supérieure nette. On distingue les rectites dites spécifiques parce qu’elles relèvent d’une étiologie précise, des rectites non spécifiques ou idiopathiques entrant dans le cadre des formes distales d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin. Il n’existe pas de données épidémiologiques françaises concernant l’incidence des rectites spécifiques mais leur prévalence hospitalière représente environ la moitié des cas de rectites diagnostiquées.
S’il existe actuellement un accroissement de l’incidence de la rectocolite hémorragique, celui-ci est principalement le fait de l’accroissement de l’incidence des rectites non spécifiques. En France, l’incidence standardisée des rectites non spécifiques varie entre 0,8 et 1,4 pour 100 000 habitants : les atteintes limitées au rectum concernent 35 à 50 % des nouveaux cas de rectocolite hémorragique diagnostiqués.

Comment faire le diagnostic ?


Le diagnostic positif de rectite est apporté par l’examen endoscopique, qui constate une atteinte inflammatoire de toute ou partie de la muqueuse rectale. Cette inflammation relève d’une étiologie propre (rectite spécifique) dans plus de la moitié des cas. Le contexte peut être évident parce qu’il existe une administration médicamenteuse (paracétamol, acide acétyl-salicylique, dextropropoxyphène) ou caustique intra-rectale, ou parce qu’on a la notion d’une radiothérapie récente. L’évolution est favorable dans deux tiers des cas en moins de 3 mois. En revanche, les lésions radiques chroniques peuvent survenir après un intervalle libre de plusieurs mois ou de plusieurs années après le début de la radiothérapie. Les biopsies dans ce contexte doivent être prudentes (hémorragie, absence de cicatrisation).
Les lésions inflammatoires liées à une maladie sexuellement transmise sont classiques mais aujourd’hui plus rares. Elles sont dominées par les infections à Neisseiria gonorrheae, Herpes virus simplex II et à Chlamydiae trachomatis. Dans ce contexte, les manifestations rectales peuvent être discrètes (Neisseiria gonorrheae) ou bruyantes avec participation génito-urinaire intense (Herpès). La notion d’un rapport contaminant, la présence de lésions péri-anales vésiculeuses souvent décapitées parfois confluantes doivent être des arguments d’orientation. L’ensemencement de milieux de transport, de milieux sélectifs ou un étalement et fixation sur lame pour immuno-fluorescence indirecte sont les démarches nécessaires à la quête diagnostique.
Les rectites d’origine parasitaire sont assez rares en Europe y compris dans un contexte de maladie sexuellement transmise ou d’immunodépression : elles représentent en revanche l’étiologie principale des rectites infectieuses africaines dans certaines séries (Schistosomia mansoni).
D’autres lésions inflammatoires d’origine infectieuse peuvent être évoquées en présence d’un syndrome rectal, mais l’atteinte lésionnelle dépasse habituellement la muqueuse rectale ; les douleurs abdominales et la diarrhée sont fréquentes sinon constantes et la démarche diagnostique rejoint le cadre large des colites infectieuses (Shigella, Campylobacter, Entamoeba histololytica). Malgré une enquête infectieuse exhaustive, l’agent pathogène n’est pas identifié dans 32 à 59 % des rectites présumées infectieuses. Enfin, un contexte de dyschésie avec manœuvres défécatoires doit faire évoquer un syndrome du prolapsus rectal, conforté par les données des explorations fonctionnelles proctologiques, de l’endoscopie et des biopsies rectales profondes.
Le diagnostic de rectite non spécifique repose sur des arguments de présomption histologique et sur l’évolution de la maladie. La déformation architecturale des glandes, l’aspect villeux de l’épithélium de surface, l’existence de granulomes ou de microgranulomes, la présence d’agrégats lymphoïdes, d’une infiltration lymphoplasmocytaire, d’un excès d’histiocytes et/ou d’abcès cryptiques ont une bonne valeur prédictive positive. L’absence de preuve histologique initiale doit inviter à ne poser le diagnostic de rectite non spécifique qu’au terme d’une période de suivi et après répétition des biopsies en période de rémission clinique et endoscopique.


Quelle évolution ?



L’évolution des rectites spécifiques est dépendant de leur étiologie. En dehors du cadre des rectites médicamenteuses ou infectieuses d’évolution le plus souvent régressive, certains tableaux de rectite spécifique peuvent s’installer dans la chronicité, y compris après traitement ou disparition de l’agent causal (radiothérapie, médicaments, prolapsus rectal).
Les rectites non spécifiques ont une évolution similaire à celle des rectocolites hémorragiques de forme plus étendue. La topographie de l’atteinte initiale n’influence pas l’histoire évolutive de la maladie ; le risque d’extension à un segment ou à la totalité de la muqueuse colique sus-jacente est une complication non rare des rectites non spécifiques : elle concerne l’évolution de 10 à 25 % des formes inaugurales limitées au rectum, au terme d’un suivi moyen de 5 ans. Les rechutes sont quasi constantes ; dans plus de 80 % des cas, l’histoire naturelle de la maladie inflammatoire rectale se traduit par des alternances de rechutes et de rémissions. Les périodes passées en rémission augmentent avec la durée du suivi dans de larges études de cohortes et le mode évolutif dépend de ce qui se passe durant les trois premières années. Néanmoins, certaines formes évolutives doivent faire craindre que le tableau de rectite soit l’expression d’une maladie de Crohn distale, tout particulièrement lorsque l’évolution clinique est continue et que la réponse anatomique sous traitement est incomplète.

Quels traitements ?


Le traitement des rectites infectieuses est celui de l’agent causal lorsqu’il est identifié. Une antibiothérapie probabiliste peut être proposée si la crainte d’une maladie sexuellement transmise persiste malgré l’enquête infectieuse réalisée : l’association d’ofloxacine (dose unique : 400 mg) et de doxycycline (200 mg/j pendant 15 jours) permet de traiter une infection syphilitique, gonococcique et à chlamydiae. Une rectite herpétique dans le cadre d’une primo-infection sévère peut requérir un traitement intensif et précoce par aciclovir (1 000 mg/j minimum pendant 10 jours).
Le traitement des rectites radiques aiguës et des rectites radiques chroniques hémorragiques repose sur les dérivés cortisonés en lavement. Les autres alternatives sont la photocoagulation dans les formes localisées, l’instillation de formaline tamponnée à 4 % ou l’oxygénothérapie hyperbare.
Les bases rationnelles du traitement des rectites non spécifiques reposent, soit sur les dérivés d’acide 5-amino-salicylique ou 5 ASA (traitement de la poussée, traitement d’entretien), soit sur les dérivés cortisonés (traitement de la poussée).
Dans le traitement de la poussée (traitement d’attaque), il existe un effet dose-réponse du 5 ASA avec une efficacité supérieure au placebo. L’efficacité des traitements locaux ou per os est supérieure au placebo à la fois en terme de réponse clinique et de rémission endoscopique. En cas de traitement local, il existe un avantage théorique à préférer les suppositoires aux lavements en raison du volume de distribution et de la concentration du principe actif. À posologie comparable, l’administration de 5 ASA sous forme de suppositoires est préférable au traitement per os parce que le pourcentage de patients en rémission à 2 et 4 semaines est supérieur.
Les dérivés cortisonés ont également une bonne efficacité en terme d’amélioration endoscopique et sur les scores histologiques. L’efficacité des corticoïdes est supérieure au placebo dans le traitement des colites distales. L’amélioration des scores clinico-biologiques est comparable ou en faveur des dérivés amino-salicylés dans les essais contrôlés comparant corticoïdes et 5 ASA en administration locale.
Dans la prévention des rechutes, on peut préférer un traitement d’entretien basé sur des administrations locales sous forme de suppositoires ou de lavements car la proportion des patients en rémission est supérieure au placebo ou au traitement oral de 5 ASA.

On définit par rectite rebelle ou rectite réfractaire les atteintes inflammatoires distales ne répondant pas à six semaines de traitement local par dérivés du 5 ASA ou cortisonés, associés à des dérivés oraux du 5 ASA. Cette entité concerne 12 à 14 % des rectites non spécifiques. Certains traitements (cromoglycate, sucralfate, ciclosporine) ont été proposés mais leur justification repose aujourd’hui sur des études dont l’efficacité est discutable car peu différente de celle d’un traitement par placebo. D’autres traitements sont discutés parce qu’ils peuvent représenter un traitement utile des rectites réfractaires : dérivés 4-amino-salicylés en lavement (2 g), lidocaïne (0,8 g/24 h), lavement d’acides gras à chaîne courte, application de nicotine transdermique (20 mg/j), azathioprine ou 6-mercaptopurine.


Conclusion


Les rectites appartiennent au cadre nosologique large des maladies inflammatoires de l’intestin : l’aspect endoscopique et le profil évolutif des rectites non spécifiques sont peu différents des autres formes topographiques de rectocolite hémorragique. Néanmoins, cette atteinte impose au praticien la recherche première d’une étiologie spécifique (enquête infectieuse, médicamenteuse, caustique) et surtout une démarche thérapeutique assez différente (traitement local, rectites réfractaires) de celle utilisée dans les autres formes de rectocolite hémorragique.

********************************************
Le cas d'une rectite bien précise: rectite radique
http://www.proctos.com/espaces-publiques/espace-patient/faq/FAQ-RectiteRadique.asp
CONSEQUENCES ANORECTALES DE LA RADIOTHERAPIE
La rectite radique est la complication rectale la plus fréquente de la radiothérapie.

Quels sont les symptômes de la rectite radique ?
************************
Le signe le plus fréquent est l'émission de sang rouge par l'anus. D'autres symptômes peuvent s'observer : troubles du transit (diarrhée), douleurs rectales, ténesme, besoins pressants.

Dans quel délai après la fin de la radiothérapie survient une rectite radique ?
*************************
Le plus souvent les complications surviennent dans les 3 ans qui suivent la fin du traitement. Néanmoins une survenue plusieurs années plus tard a déjà été décrite.

MANIFESTATIONS ANO-RECTALES DU SIDA
Rectites spécifiques

Rectites parasitaires
Elles sont représentées par les rectites et les colites à cryptosporidiose dont le diagnostic repose sur la recherche des oocystes à l’examen des selles (coloration Ziehl-Nielsen modifiée) et/ou sur la mise en évidence du cryptosporidium au niveau des biopsies (coloration à l’hématoxyline éosine). La possibilité de colectasie a été signalée. Des colorectites à Pneumocystis carinii et à toxoplasme ont été rapportées. Elles sont exceptionnelles.

Rectites bactériennes
Elles sont essentiellement représentées par les atteintes à salmonelles et shigelles dont l’expression est volontiers sévère et dont l’éradication peut être difficile. La rectite tuberculeuse quant à elle semble rare et peut se présenter sous la forme d’une lésion pseudo-crohnienne. Peu fréquente aussi est l’atteinte à mycobactérie atypique.
Citons, enfin, les exceptionnelles lésions à spirochètes autres que Treponema pallidum (Serpulina hyodysenteriae, Brachispira).

Rectites virales
Elles reconnaissent comme étiologies essentielles le cyto-mégalovirus et l’herpès virus simplex.

Rectites à cytomégalovirus
Leur expression endoscopique est assez polymorphe :
– nodules violacés pouvant simuler une maladie de Kaposi,
– foyers d’hémorragie sous-muqueuse,
– simples plages érythémateuses,
– ulcérations aphtoïdes en carte de géographie, superficielles sur fond de muqueuse inflammatoire,
– pseudo-membranes,
– pseudo aspect de RCH ou de Crohn.
Le diagnostic repose en premier lieu sur la mise en évidence de l’effet cytopathogène au niveau des biopsies : inclusions intranucléaires entourées d’un halo (œil de hibou) associées à un infiltrat inflammatoire. Il existe cependant des aspects moins caractéristiques, ce qui rend le diagnostic histologique parfois difficile. Il faut savoir, d’autre part, que la rentabilité de ce diagnostic est fonction du nombre de prélèvements effectués car la quantité de cellules pathologiques est souvent assez faible.
L’immunomarquage spécifique permet d’optimiser l’examen histologique de façon significative.
La culture virale, enfin, offre l’avantage d’être indépendante du nombre de biopsies mais sa rentabilité est inférieure à celle de l’examen histologique. Le traitement fait appel au DHPG voire au foscarnet. L’intérêt du traitement d’entretien est discuté.

Rectites herpétiques
Elles s’observent essentiellement dans le cadre des primo-infections et sont le plus souvent dues à HSV 2. Elles surviennent surtout chez l’homosexuel mâle. Dans un cas sur deux fièvre, dysurie et adénopathie inguinale sont présentes. Les paresthésies sacrées existent dans 1/4 des cas. La douleur ano-rectale avec ténesme est constante. La constipation est retrouvée dans 3/4 des cas et les ulcérations péri-anales dans 2/3 d’entre eux.
Endoscopiquement, on pourra observer des papules, des vésicules ou des ulcérations qui ne dépassent pas les 10 à 15 derniers centimètres du rectum. Cette topographie semble assez caractéristique de l’atteinte herpétique. Le diagnostic est avant tout assuré par la culture qui permet, aussi, de tester le virus.
Les techniques rapides de mise en évidence de l’antigène viral (Elisa, immunofluorescence) sont d’un intérêt certain. Les colorations de Tzanck et de Papanicolaou permettent une mise en évidence rapide de l’effet cytopathogène à condition d’être pratiquées sur des lésions jeunes. L’examen histologique enfin recherchera l’effet cytopathogène du virus. Sa rentabilité, inférieure à celle de la culture, est très sensiblement améliorée lorsqu’il est couplé à un immunomarquage spécifique. Le traitement repose sur l’aciclovir ou le valaciclovir.

Rectites mycotiques
Elles sont représentées par les exceptionnelles candidoses, cryptococcose et histoplasmose.

*************************************************
La rectocolite hémorragique(suite)
http://www.ch-gourdon.fr/_asp/lireMaladie.asp?nrmal=456&namemal=Recto_colite*hémorragique

Traitement chirurgical de la rectocolite hémorragique
http://www.proctos.com/espaces-publiques/espace-patient/maladiedumois/m-traitementchirrch.asp
INTRODUCTION
La rectocolite hémorragique (RCH) est une maladie inflammatoire chronique de l'intestin, au même titre que la maladie de Crohn (MC).
La RCH n'atteint que le rectum et le côlon, ce qui la différencie de la MC dans laquelle l'ensemble du tube digestif (de la bouche à l'anus) peut être atteint.
La RCH évolue le plus souvent par poussées, et associe des douleurs abdominales, de la diarrhée, avec émission de glaires et de sang par l'anus (d'où le nom de la maladie) et une fatigue importante. Le traitement médical repose sur les anti-inflammatoires, et notamment les corticoïdes qui sont le plus souvent efficaces, au moins au début, pour le traitement des poussées. Avec le temps, certains patients présentent de symptômes de moins en moins sensibles au traitement médical (diarrhée, douleurs abdominales), ou des poussées très fréquentes. Chez eux va se discuter, du fait de l'inefficacité du traitement médical, un traitement chirurgical. Celui ci peut aussi se discuter en cas de dégénérescence cancéreuse sur le côlon ou le rectum ou de simple dysplasie sur la muqueuse colorectale (c'est à dire au stade de lésion précancéreuse), la RCH augmentant en effet le risque de cancer colorectal du fait de l'inflammation chronique de la muqueuse colorectale.
Globalement, environ 30 à 40% des patients porteurs de RCH vont être un jour opéré. L'intervention de référence est aujourd'hui l'anastomose iléo-anale qui permet la guérison de la RCH (par ablation de la totalité de la muqueuse malade) tout en conservant la fonction sphinctérienne.
********************


Cordialement

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
11-11-04, 09:00  (GMT)
7. "RE: Rectite ?"
Bonjour,

Vous avez déjà été abondamment documentée . Je fais juste une petite synthèse : Une rectite est une inflammation du rectum. S'il n'y a pas de cause évidente (suppositoires irritants par exemple), le médecin soupçonne une RCH.

La biopsie permettra le diagonstic.

Le pentasa est destiné à soigner en attendant la confirmation du diagnostic, pour éviter un saignement.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

indy (9 messages) Envoyer message email à: indy Envoyer message privé à: indy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
12-11-04, 16:41  (GMT)
8. "RE: Rectite ?"
bonjour a tous

je vous remercie tous pour vos infos, qui mon éclairait sur la rectite.
j'attend le résultat de la biopsie ( debut décembre)

indy

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ptizetre (4 messages) Envoyer message email à: ptizetre Envoyer message privé à: ptizetre Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-01-05, 15:21  (GMT)
9. "RE: Rectite ?"
Bonjour, je viens de subir une coloscopie et le médecin m'a dit qu'il n'avait pas révélé de polypes ou de tumeurs. Il m'a cependant dit avoir décelé une inflammation dans la partie terminale du côlon.

Le médecin à également fait une biopsie, mais dans quel but ?

Déceler le pourquoi de l'inflammation, l'éventualité d'un cancer ou les deux ?

Cela serait gentil de me renseigner car mon médecin m'a parlé en allemand, et je n'ai pas tout bien compris.

David, 28 ans.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-01-05, 19:43  (GMT)
10. "RE: Rectite ?"
Bonsoir,
>Le médecin à également fait une biopsie, mais dans quel but
>?
>
>Déceler le pourquoi de l'inflammation, l'éventualité d'un cancer ou les deux
>?

Les deux. Mais le cancer est très peu probable dans ce cas.






Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


Fermer | Archiver | Effacer

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante



Ce forum est en lecture seule. Pour participer aux discussions, rendez vous sur le nouveau forum


Le forum médical Atoute.org contient des millions de messages, affinez votre recherche :
Recherche sur Atoute :