Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Arrêter de fumer
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Arrêter de fumer Echanges et soutien dans le cadre du sevrage tabagique

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 25/03/2012, 08h19   #101
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Yessssss !!!! Première nuit, non pas sans réveil nocturne - ça, c'est finalement rarissime depuis des années - mais sans cette obsession d'en allumer une. Pourtant les fantômes de la nuit étaient là : je sais que c'est logique de voir tout en noir quand il fait nuit, mais chez moi, c'est obscur de chez ténébreux
Mais en fait, si je voyais plein de problèmes, d'obstacles et de déconvenues danser autour de moi comme d'habitude, au lieu de vouloir me jeter sur n'importe quel petit cylindre de tabac à allumer dans le vain espoir d'y trouver une solution, je me disais "au moins, je ne fume plus, c'est toujours ça de gagné."
Pour fêter ça, je vous livre l'

Exercice n°2 : respiration contrôlée et visualisation du dragon rouge *
Sur la base de l'exercice précédent, pendant les respirations, vous allez visualiser l'air que vous respirez.
Pendant l'inspiration, sur un compte de 5, l'air est de couleur rouge, c'est un courant d'air rouge qui passe à travers vos narines, dans votre poitrine, et vient se déposer dans le diamant que forment vos deux mains contre votre ventre.
Vous gardez l'air pendant un compte de 5 et vous visualisez cet air rouge se disperser partout dans votre corps, il apporte chaleur et énergie.
Sur un compte de 5, vous expirez un air brun et sale, chargé de tout ce qui est négatif en vous.
Recommencez 5 fois.

La cinquième fois, l'air que vous rejetez est propre, neutre, transparent.

* je vous avais prévenus, que ça se "corsait" après
__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Vieux 25/03/2012, 12h51   #102
simili
Membre
 
Avatar de simili
 
Date d'inscription: septembre 2006
Localisation: Nord
Messages: 723
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

bouh... ....zut....merdum...crotum....petite parenthèse....aujourd'hui...j'ai cédé à la fameuse et célèbre pulsion et me suis retrouvée là où il fallait pas..
bon,je ne flagelle pas non plus ...je ne le prends pas si mal finalement. je me dis juste que ce ne serait pas génial de ,tous les 10 jours faire ce genre de chose..mais j'ai déjà tellement tellement culpabilisé que...maintenant la réflexion se fait dans le sens "bah..toujours 10 jours de gagnés..."demain,je recommencerai ce fichu sevrage et je remettrai un patch
Pas envie de me gâcher le dimanche ...je réfléchirai à tout ça demain..bon courage à vous!et ne faites pas ce que je fais surtout ,c'est nul et j'en ai pleinement conscience..bisous bisous
simili is offline   Réponse avec citation
Vieux 25/03/2012, 13h45   #103
belaqua
 
Messages: n/a
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Citation:
Posté par simili
bouh... ....zut....merdum...crotum....petite parenthèse....aujourd'hui...j'ai cédé à la fameuse et célèbre pulsion et me suis retrouvée là où il fallait pas..
bon,je ne flagelle pas non plus ...je ne le prends pas si mal finalement. je me dis juste que ce ne serait pas génial de ,tous les 10 jours faire ce genre de chose..mais j'ai déjà tellement tellement culpabilisé que...maintenant la réflexion se fait dans le sens "bah..toujours 10 jours de gagnés..."demain,je recommencerai ce fichu sevrage et je remettrai un patch
Pas envie de me gâcher le dimanche ...je réfléchirai à tout ça demain..bon courage à vous!et ne faites pas ce que je fais surtout ,c'est nul et j'en ai pleinement conscience..bisous bisous
que de dimilitudessimli !
oublie et retient à la fois ..;mais ce dimanche....vis le pleinement avec le soleil
"pourquoi ai je fumé cette satanée clope au bout de tant de jours d'efforts"
parfois la réponse est là xomme une évidence, parfois;;rien !!
demain est un autre jour alors regarde bien le ciel, laisse toi réchauffer par ce cocoonage naturel et si tu le sens, remet un patch demain, l'essentiel étant de ne pas souffrir...
une petite incursion, c'est rien , demain est un autre jour......
je vous rejoins bientôt......
cool ma belle...pas de culpabilité
sincèrement ,
  Réponse avec citation
Vieux 25/03/2012, 16h03   #104
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Se prendre la tête et culpabiliser, non, ça ne sert pas à grand chose, simili.
En revanche, continuer la journée sur la même lancée en se disant "de toutes façons, fichu pour fichu", c'est pas terrible non plus. Une clope, ça peut être juste un faux pas et te permettre de continuer sur ta lancée. Un ou plusieurs jours à refumer et tu te retrouves à devoir repasser par les affres des premiers jours...
Rappelle-toi que le choix t'appartient, à toi et à toi seule, et que tu es respectable, quel que soit ce choix.
__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Vieux 25/03/2012, 17h33   #105
Anthémis*
 
Messages: n/a
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Un en passant par ici.
  Réponse avec citation
Vieux 25/03/2012, 19h56   #106
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Je suis regonflée à bloc en cette fin de weekend, même pas le moindre spleen du dimanche soir !

Au lieu de m'affaler comme je l'ai craint samedi matin, j'ai donc gardé le rythme en m'attaquant au salon de jardin qui s'encrassait des relents de pollution urbaine depuis le mois de septembre au moins. Une bonne heure de récurage à coup de pierre d'argent et il devenait à peu près concevable de poser son délicat fessier sur les sièges, et vaguement hygiénique d'envisager de prendre un repas sur la table. En même temps, il était déjà là il y a dix ans, le mobilier de jardin, et le copain qui occupait l'appartement auparavant l'avait lui-même récupéré dans je ne sais quelle poubelle... Comme il passe tous les hivers dehors sans protection, on ne peut pas lui demander de briller comme un sou neuf, quelle que soit l'énergie déployée à le nettoyer.

C'était un peu quitte ou double, de s'autoriser la terrasse : c'est quand même là qu'il fume depuis 15 jours, mon Barbu ! Heureusement d'ailleurs que j'ai renoncé à toute ambition végétale depuis fort longtemps, parce que les mégots recouvrent complètement les mauvaises herbes qui foisonnent dans les jardinières

Eh bien : pas d'envie, pas de franc dégoût non plus. On a même pu parler de la clope tous les deux, ce qui est suffisamment rare pour être souligné. Il a fait de savants calculs sur les économies réalisées à nous deux (parce qu'aller fumer dehors, ça réduit considérablement sa propre consommation, descendue de deux paquets à une quinzaine de clopes). Je lui ai fait remarquer qu'il semblait débarrassé de ces quintes de toux impressionnantes qui me faisaient penser qu'il allait y laisser un bout de poumon tous les matins au réveil. Ses intentions sont de profiter des vacances pour essayer "un jour sans fumer" et voir ce que cela donne. Je suis convaincue que ce serait le meilleur moyen de pas y arriver pour moi-même - je suis plutôt du genre "tout ou rien" - mais après tout, chacun son truc.

Et puis, s'il ne le "sent" pas, de s'arrêter, ce n'est certainement pas moi qui vais lui mettre la pression. Je trouve cela déjà suffisamment cool de sa part de respecter ma décision, de s'éloigner pour fumer et de ne pas chercher à me faire trébucher - ça c'est vu, dans des couples de fumeurs où l'un s'arrête et l'autre pas.

En plus, j'ai reperdu ce matin quelques grammes de ceux que j'avais pris ces deux dernières semaines : je suis au beau milieu de la fourchette de poids que je m'accorde. Pourvu que ça dure !
__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Vieux 25/03/2012, 20h57   #107
Edmie
 
Messages: n/a
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Et bien cela semble se passer plutôt bien, si je n'ai même plus besoin d'encourager alors!!


Bonne soirée Balzy
  Réponse avec citation
Vieux 25/03/2012, 21h11   #108
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Gardes-en en réserve, des encouragements : je ne me fais aucune illusion, ce serait trop beau s'il n'y avait pas quelques retours de bâton un jour ou l'autre.
__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Vieux 25/03/2012, 21h17   #109
Edmie
 
Messages: n/a
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Citation:
Posté par Balzy
Gardes-en en réserve, des encouragements : je ne me fais aucune illusion, ce serait trop beau s'il n'y avait pas quelques retours de bâton un jour ou l'autre.



Ne t'inquiète pas, je serais là, mon salon de jardin aussi
Mais c'est encourageant, en tout cas bravo
  Réponse avec citation
Vieux 26/03/2012, 07h07   #110
simili
Membre
 
Avatar de simili
 
Date d'inscription: septembre 2006
Localisation: Nord
Messages: 723
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

bonjour,bonjour!
Sincèrement?je ne suis pas particulièrement fière non plus vous savez...je fais ma maligne là..mais ça tourne pas mal dans ma tête.Et je cherche quand même à expliquer le "pourquoi";l'effet dimanche (ici pourtant sans soleil...)?la fatigue accumulée qui fait de moi une larve qui se vautre dans le canapé ...oui,surement mais je déteste être comme ça...et la clope n'était surement pas le meilleur moyen...donc c'est à ça que je dois penser;comment affronter cette fatigue sans avoir recours à la nicotine?si vous avez des idées?Juste j'étais tellement fatiguée que j'ai repris mes vieilles,très vieilles,très très vieilles habitudes..Balzy?j'admire ta façon de t'activer...franchement...je manque surement de courage.La première idée qui me vient à la tête ,c'est d'essayer d'en faire juste un peu ,ne pas penser à TOUT ce qu'il y a à faire ,juste en sélectionner une petite partie...Bon ce matin?j'ai jeté hier soir les cigarettes qui restaient ,je n'en ai plus. et bien sur que j'en crève d'envie...donc je vais aller me doucher maintenant et me coller le patch.Je vous dirai + tard...bisous,bonne journée à vous!
simili is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/03/2012, 14h17   #111
Bill1
 
Messages: n/a
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Bonjour Blazy

Venir sur ce fil rempli de tant de mots touchants et marque d un style bien a toi est un plaisir

Je te souhaite a toi et tes ami(e)s du fil une belle semaine.

Prend soin de toi : on tient a notre verbeuse

Dernière modification par Bill1 26/03/2012 à 17h25.
  Réponse avec citation
Vieux 26/03/2012, 18h46   #112
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Merci à vous qui n'êtes pas encore découragés et continuez à me lire

Je pense qu'il n'y a rien d'admirable dans mon activisme actuel : je n'ai pas le choix, pour l'instant, si je ne m'agite pas, je tombe. Forcément, cette période sera suivie d'une autre où toute mon énergie retombera comme un soufflé et où je pourrai comater des heures en écoutant des podcasts débilissimes tout en tentant de battre encore mon record au démineur
L'essentiel pour l'instant est que je bouge, que j'occupe aussi bien mon corps que mon esprit, et la période s'y prête franchement bien.

Un peu en retard pour partir bosser ce matin, j'étais sur le point de céder à la facilité de la voiture, mais je n'ai pas renoncé, juste appuyé un peu plus fort et un peu plus vite sur les pédales... Le jour où quelqu'un admirera mes beaux mollets musclés, comment réussirai-je à expliquer que je les dois au fait d'avoir arrêté de fumer ?
Non, parce qu'en fait je suis super-fière de moi quand j'ai fait mes 6 kilomètres en vélo - oui, je suis loin du sport de compèt', hein, faut pas exagérer - mais une des raisons qui me faisaient prendre plus souvent la voiture, même en cas de timing exceptionnellement bien respecté, c'est qu'à vélo, j'ai trop besoin de toutes mes mains pour pouvoir me griller la clope d'avant l'arrivée au collège - en principe, c'était la 3ème ou 4ème de la journée...
Je ne plaisante pas, j'ai eu un collègue qui faisait ça : trajet en vélo tous les matins, la clope au bec C'était rigolo, d'ailleurs car, comme j'habite près du lycée où nous nous sommes connus et lui près du collège où je travaille désormais, il n'était pas rare que nous nous croisions sur la piste cyclable

Le retour fut un peu compliqué : je n'avais pas réalisé que, si je quitte à l'heure le lundi, je passe pile poil entre 16h30 et 16h45 devant deux écoles primaires et maternelles : je suis descendue de vélo de peur de renverser un titou, tellement ça grouillait dans tous les sens.

Et pour parfaire cette journée estivale, petit thé sur le balcon en téléphonant à une copine : la belle vie, quoi

Allez, pour continuer à développer notre capacité respiratoire, passons à l' :

Exercice n° 3 :
Quand l'envie de cigarette vous prend aujourd'hui, chantez !
Mais pas n'importe quoi : "Non, rien de rien" de la môme Piaf.
Juste le premier couplet, en une seule respiration :
Non, rien de rien
Non, je ne regrette rien
Ni le bien qu'on m'a fait
Ni le mal
Tout ça m'est bien égal

Puis, recommencez du début en remplaçant toutes les voyelles par des "A"
Cela donne :
Na, ra da ra
Na, ja na ragratta ra
Na la ba qu'a m'a fa
Na la mal
Ta ça m'a ban agal

Puis changez de voyelle : E, I, O, U
Si vous avez le courage, tentez les diphtongues.

Stéphane, l'auteur initial de ce post, précisait que cet exercice était sérieux, et qu'à la fin, l'envie de fumer était passée. Quant à moi, lorsque je l'ai testé, c'est vrai qu'à la fin, il n'était plus question d'une clope : incompatible avec le fou-rire !
__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/03/2012, 07h30   #113
simili
Membre
 
Avatar de simili
 
Date d'inscription: septembre 2006
Localisation: Nord
Messages: 723
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

bonjour à tous ici (et ailleurs )
Encore une tentative pour rien,en ce qui me concerne..c'est foutu..mais je vais m'y remettre très vite..je dois me (rerererere-préparer )mais je ne renonce pas...je vais mettre de côté tous les bons exercices que donne Balzy,les lire et les relire...je sais ce qui m'a fait retourner dans mes mauvaises habitudes:le retour de mon fils.Je vais le chercher aujourd'hui ,il était au Vietnam ,je ne l'ai pas vu depuis quasi un an...l'excitation,la joie tout ça quoi...mais je me remets en selle pour le 1° avril ;je vais refaire le tour de mon immense bibliothèque de "défume" c'est que depuis 2006,j'en ai accumulé...
tenter moi aussi l'activisme (après tout ce ne sont pas les tâches qui manquent ici,diable...)ne serai-ce que ranger les armoires et placards,le balcon?wahou...a grand besoin d'être nettoyé,je dois avoir 10 mètres carrés (et encore!je crois que j'exagère...)je vais lister tout ça,en oubliant pas les...comptes..que je déteste faire...Allez,promis je m'y remets très très vite!on est le 28...donc pour le 1° avril...ça fait 3 jours...bisous bisous à vous (bela?ça y est pour toi ou non?dis moi...on pourrait tenter un bout de chemin ensembles...)
sim
simili is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/03/2012, 08h12   #114
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Ah que non, ce n'est pas pour rien, Simili ! Non mais des fois...
Grande joie ou grande peine, ce n'est certes pas facile de gérer un nouvel évènement aussi intense en ayant "changé de peau". Mais qu'importe, puisque tu as réussi à comprendre ce qui t'a fait trébucher, et que tu es aussi motivée, il n'y a pas de raison que tu ne recommences pas aussitôt.

D'ailleurs, au fur et à mesure que je parcours le forum, je me rends compte qu'il y a très peu de novices, quelques "dinos", mais beaucoup plus encore de "professionnels de la défume à répétition".

Que doit-on en conclure ?
Personne n'arrête de fumer pour de bon - à quelques notables exceptions près ? (mais je dois avouer que je les ai plutôt rencontrées sur blabla qu'ici, n'est-ce pas Gaby )
Chez les gens "normaux" quand on a résolu le problème pour lequel on s'était inscrit sur un forum, on le quitte ? (et m... je savais bien que j'étais un peu fêlée, depuis septembre 2003 que j'arrive pas à décrocher )
Les nouveaux sont découragés par le côté "ils se connaissent tous depuis des années ici, je ne vais pas trouver ma place" ?

Ou peut-être tout simplement ce qu'on nous serine à longueur de temps dans tous les messages de prévention : arrêter de fumer, c'est rarement du premier coup qu'on y arrive.
Oui mais...
Ça me pose quand même problème, cette idée des petites marches à gravir les unes après les autres. Parce que je me dis, si je regarde mon exemple personnel, que ce message m'a aussi servi d'alibi pour reprendre la clope à de nombreuses reprises une fois passés les premiers temps insupportables. Très heureuse ou très malheureuse, je l'ai été à plusieurs reprises et je le serai sans doute encore, avec ou sans clope - j'ai un peu de mal avec l'humeur stable du juste milieu, même à mon âge plus que canonique. Il faudra bien qu'un jour, je me rentre dans ma cervelle de piaf qu'il n'est pas indispensable d'accompagner ces moments intenses d'un truc qui va ensuite me coller dessus comme le sparadrap du capitaine Haddock


http://ru3.com

Bref, ex-fumeuse ad vitam aeternam, je veux bien, mais alors que ce soit comme le souvenir nostalgique de mon premier nounours : attendri, mais sans envie saugrenue de le reprendre dans mes bras. Je ne veux pas rester une éternelle stoppeuse.

En attendant, je m'arrache de l'écran : de multiples tâches m'attendent ce matin, si je veux avoir l'esprit serein cet après-midi.
__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/03/2012, 08h18   #115
belaqua
 
Messages: n/a
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Citation:
Posté par simili
bonjour à tous ici (et ailleurs )
Encore une tentative pour rien,en ce qui me concerne..c'est foutu..mais je vais m'y remettre très vite..je dois me (rerererere-préparer )mais je ne renonce pas...je vais mettre de côté tous les bons exercices que donne Balzy,les lire et les relire...je sais ce qui m'a fait retourner dans mes mauvaises habitudes:le retour de mon fils.Je vais le chercher aujourd'hui ,il était au Vietnam ,je ne l'ai pas vu depuis quasi un an...l'excitation,la joie tout ça quoi...mais je me remets en selle pour le 1° avril ;je vais refaire le tour de mon immense bibliothèque de "défume" c'est que depuis 2006,j'en ai accumulé...
tenter moi aussi l'activisme (après tout ce ne sont pas les tâches qui manquent ici,diable...)ne serai-ce que ranger les armoires et placards,le balcon?wahou...a grand besoin d'être nettoyé,je dois avoir 10 mètres carrés (et encore!je crois que j'exagère...)je vais lister tout ça,en oubliant pas les...comptes..que je déteste faire...Allez,promis je m'y remets très très vite!on est le 28...donc pour le 1° avril...ça fait 3 jours...bisous bisous à vous (bela?ça y est pour toi ou non?dis moi...on pourrait tenter un bout de chemin ensembles...)
sim
je reprends le 15 em meme temps que Greg.......
courage ma belle, sois sereine, pas de pression, prendre son temps, c'est parait il un des secrets !!!!(je suis comme toi, j'ai accumulé une grande bibliothèque depuis 2006 )
je t'embrasse vrai, et je me dit qu'on va y arriver, il n'y a aucune raison, à plusieurs on est tellement plus fort
pend soin de toi et à tout vite pour de petites nouvelles qui font toujours tant plaisir
  Réponse avec citation
Vieux 29/03/2012, 11h27   #116
simili
Membre
 
Avatar de simili
 
Date d'inscription: septembre 2006
Localisation: Nord
Messages: 723
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

bonjour bonjour...je maintiens ma décision,je n'en achèterai plus quand j'aurai terminé ce paquet... Comme toujours je m’aperçois que très vite on retombe dans la sur-consommation.... je suis mal quand je fume et mal quand je fume pas aussi...donc au final,si on y réfléchit autant ne pas fumer...oh la la....que de prises de tête aussi...je vois mon "petit",il a toujours été dégoûté de l'odeur de la clope,il a 25 ans...et...n'a jamais fumé (sauf pour essayer).
enfin..j'y arriverai forcément...allez,je reste positive..et je vous embrasse chaleureusement
simili is offline   Réponse avec citation
Vieux 29/03/2012, 11h30   #117
belaqua
 
Messages: n/a
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Citation:
Posté par simili
bonjour bonjour...je maintiens ma décision,je n'en achèterai plus quand j'aurai terminé ce paquet... Comme toujours je m’aperçois que très vite on retombe dans la sur-consommation.... je suis mal quand je fume et mal quand je fume pas aussi...donc au final,si on y réfléchit autant ne pas fumer...oh la la....que de prises de tête aussi...je vois mon "petit",il a toujours été dégoûté de l'odeur de la clope,il a 25 ans...et...n'a jamais fumé (sauf pour essayer).
enfin..j'y arriverai forcément...allez,je reste positive..et je vous embrasse chaleureusement
coucou ma belle;, va voir mon fil ou celui de jean et tu verras ce qui m'arrive
  Réponse avec citation
Vieux 31/03/2012, 07h31   #118
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Arrive maintenant une autre étape très dangereuse : mon sommeil, déjà précaire, est complètement chamboulé. Vers 20h, je m'écroule de fatigue, je m'endors dès que j'ai trouvé le courage de me glisser du fauteuil au lit, je suis réveillée par la moindre mouche qui vole deux heures plus tard, et s'ensuivent alors de longues heures à hésiter entre énième tentative pour grappiller quelques heures de sommeil supplémentaires et profiter de ce temps où je ne risque pas d'être dérangée par qui que ce soit. D'ailleurs, l'inconscient ne s'y trompe pas, puisqu'il m'a envoyé cette nuit mon premier rêve où je fumais une clope, avec culpabilité, mais délectation...

Curieusement, ce manque de sommeil ne m'empêche pas de fonctionner à peu près correctement la journée, j'arrive quand même à trouver le courage d'aller bosser en vélo deux ou trois fois par semaine, je suis assez réactive - parfois même un peu trop, il me semble, j'ai un peu moins tendance à arrondir les angles que d'habitude. Mais je sens bien que je tire sur la corde et qu'il serait bon que je fasse une pause.

Ça tombe bien, dans 15 jours, je suis en vacances, et, dans ma - vraie - maison, coincée entre deux cimetières charentais, l'environnement est beaucoup plus propice au sommeil que dans ma cité de banlieue où des apprentis squatters tentent désespérément - mais bruyamment - de s'approprier les appartements dès que les locataires les quittent : avez-vous déjà essayé de dormir tandis que de grands coups de masse sont assénés sur des plaques de tôle dans la cage d'escalier voisine ? Inutile de tenter l'expérience, j'ai testé pour vous, c'est très moyen...

Allez, histoire de se décontracter un peu en attendant cet exil béni vers mon Far-Ouest, je vous livre l'

Exercice n°4, visualisation, atteindre le nuage

Quand la petite envie pointe son nez, s'asseoir dans la même position que l'exercice
n°1, les mains en diamant sur le ventre, sous le nombril.
Faites le vide.
Respirez lentement.
Commencez à imaginer au-dessus de votre tête un grand nuage blanc et lumineux.
Inspirez lentement tandis que votre corps flotte un peu vers le nuage, expirez tout en rejetant un élément négatif de votre vie.
Continuez à inspirer et à expirer ainsi jusqu'à ce que vous atteigniez le nuage.

Le Dragon ne précisait pas comment on redescendait du nuage. Je crois me souvenir qu'il faut y aller doucement, sinon, on a le vertige

__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Vieux 01/04/2012, 01h14   #119
kweb
lentement mais surement !
 
Avatar de kweb
 
Date d'inscription: mai 2007
Localisation: 77
Messages: 1 945
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Salut balzy

Tout les exercices que tu donnes sont tirés de la méthode de thérapie par la relaxation appelé sophrologie Fut un temps ou j'ai exercé en temps que sophrologue Dan mon propre cabinet et bcp de gens venait me consulter pour arrêter de fumer... Ces méthodes fonctionne très bien... En sophro on part du principe que le mental ( la raison ) le physique et l'émotionnel sont intimement lié et que lorsque l'un des 3 sont en souffrance alors les 2 autres en souffrent... Donc en sophro on rééquilibre tout ça en travaillant à un niveau de relaxation permettant d'apaiser le mental et de soulager les tensions physiques


C'est d'ailleurs lorsque j'étais sophrologue que j'ai rejoint atoute et le forum ... Je me sentais mal dans ma peau de réussir à aider les gens à arrêter de klopper alors que moi même je sentais mauvais et je n'y arrivais pas .... Shame shame shame

Bref est ce que tu pratique toi même ces exercices?

Et si tu es intéressé j'ai aussi ( je crois qq part sur l'ordi de monsieur kweb ) des relaxation faites pour aider les insomniaque .... Fais moi signe en mp si tu aimerai que je te les envoi ...

Je ne t'enverrai pas de bisous mais de la niac en caisse de 25 kg
__________________
Tentative n° heu... Chai pu vraiment hein... Mais on va prendre un chiffre rond ... Donc

Tentative n°10 : aujourd'hui et maintenant
kweb is offline   Réponse avec citation
Vieux 01/04/2012, 05h31   #120
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

La sophrologie, je n'ai pratiqué sérieusement qu'avant la naissance de Fille Cadette... il y a bientôt 20 ans Mais c'est la technique de relaxation la plus efficace que j'ai connue.

L'heure où la tempête est à son apogée dans mon crâne commence à s'éloigner, mais je demanderais bien au service municipal des sports d'avancer l'heure d'ouverture de la piscine le dimanche matin, là : 9h, c'est carrément un scandale, vous trouvez pas ?
Surtout que si je ne me rendors pas d'ici là, il va quand même falloir que je m'attelle à toutes les tâches embrouscaillantes que j'ai soigneusement évitées hier, mais qui ne se feront pas toutes seules.

J'ai un peu peur de la balance aussi : un des trucs les plus efficaces pour éviter de penser à la clope, pour moi, c'est de cuisiner. Derrière mes fourneaux, j'ai besoin de toutes mes mains, de toute ma concentration et je suis capable de passer plusieurs heures dans ma cuisine sans voir le temps passer. (On se demande pourquoi Fille Aînée est devenue cuisinière, tiens )

Sauf qu'après, je ne peux pas m'empêcher de consommer ce que j'ai préparé... Et j'ai un peu délaissé mes recettes WW, ces derniers temps, pour retrouver mes gâteaux préférés : moelleux au chocolat, biscuits à la cannelle, gâteau au yaourt... Sous le fallacieux prétexte que la jeune génération est présente en masse à la maison ces derniers temps, le four n'a pas trop le temps de refroidir. Mais je dois avouer que je leur tiens sacrément compagnie à l'heure de la dégustation. Il y a, du coup, quelques jeans qui semblent avoir un peu rétréci

Allez, comme il est encore trop tôt pour le petit déj et que mon estomac gargouille depuis plus d'une heure, je vais tenter la pomme : peut-être qu'en prime, je vais trouver un peu de rab' de sommeil.
__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Vieux 01/04/2012, 05h52   #121
gabrielle elise
Cool
 
Avatar de gabrielle elise
 
Date d'inscription: décembre 2008
Localisation: Ici depuis 2005
Messages: 30 482
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Jeune génération ou pas à la maison, je cuisine et j'aime ça!

c'est un bienheureux passe-temps, qui comble tout le monde et ce n'est pas négligeable.

Tu sembles bien à l'aise dans ton rôle de défumeuse Balzy.

C'est très rafraichissant de lire ton enthousiasme, et très encourageant, on peut défumer, malgré les difficultés rencontrées, dans l'optimisme et la bonne humeur.

Bon dimanche!

__________________


Bien faire et laisser dire.

Gaby!
gabrielle elise is offline   Réponse avec citation
Vieux 02/04/2012, 05h09   #122
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Bon, alors, puisque ça y est, je viens de rompre mes vœux de chasteté forumesque nocturne - je voudrais pas dénoncer, mais c'est la faute à Lynette, trop envie de lui répondre, j'ai pas pu résister - je continue allégrement en revenant noircir quelques pixels de ce long exercice de babillage égocentrique.

D'abord, oui, au beau milieu de la nuit, j'ai toujours une furieuse envie d'aller taper dans les clopes de mon Barbu. Faudrait pas que je traverse le salon, car, même après ma deuxième nicorette (oui, ça fait plus de deux heures que je suis levée ) et ma cinquantième snifette dans mon libertab, je les visualise toujours, ces tentatrices.
D'ailleurs, c'est peut-être ça aussi qui me sauve : je les vois, ses paquets de M... et c'est pas les "miennes". Ses paquets rouge et blanc, il n'y a pas à dire, c'est quand même vachement moins la classe que les beaux dorés qui s'entassaient dans le tiroir de mon bureau il y a seulement un peu plus de trois semaines - put... trois semaines déjà trois semaines seulement

J'ai fait un truc étrange, cette fois : j'ai gardé mon dernier paquet, celui que j'ai eu tant de mal à finir. Vide.
Je sais qu'il y en a qui ont besoin de garder des clopes, histoire de bien se prouver qu'ils sont les plus forts et que, s'ils voulaient, ils pourraient refumer là, tout de suite, mais que justement, ils ne veulent pas, qu'ils en ont décidé ainsi et que c'est pas des clopes tentatrices qui vont avoir le dessus.
Moi, honnêtement, je sais que je pourrais pas. C'est bien pour ça que je les ai fumées coup sur coup, ces six dernières, en pleine nuit, jusqu'au dégoût, jusqu'à l’écœurement. Uniquement pour pas qu'elles me narguent le lendemain matin.
Mais j'ai gardé le paquet vide dans le tiroir de mon bureau. Je ne sais pas bien pourquoi, puisque, jusqu'à présent, à chaque fois que j'ai arrêté de fumer, j'ai plutôt suivi le conseil "supprimez de votre vue tout ce qui a trait au tabac : cigarettes, cendriers, briquets..."
J'ai lavé les cendriers - faut dire que c'est vraiment crade et que ça pue, ça, et comme Fille Cadette a arrêté en même temps que moi et que mon Barbu a décidé d'aller fumer dehors, ça servait plus à rien.
Mais le dernier briquet et le paquet vide, ils sont là.

Je le retrouve, avec ce petit picotement de joie des dimanches soirs où on croyait qu'on n'en aurait pas assez jusqu'à la réouverture du bureau de tabac, et où on en découvrait un, caché tout au fond. Il est beau, tout doré - ça fait longtemps que je ne remarque plus les faire-part de décès et les images sordides dessus, on s'habitue à tout - pas cabossé, comme s'il était plein. Sauf qu'il est vide !

C'est sans doute une façon un peu tordue pour moi de jouer l'auto-suggestion : il est vide parce que j'ai décidé de ne pas le remplacer par un plein. C'est en quelque sorte mon pense-bête, au cas où, dans un moment d'égarement, j'aurais oublié que j'ai arrêté de fumer

Voilà, c'est magique, je viens de tourner autour d'un truc qui n'a sans doute d'intérêt que pour moi, et pfffuitttt, envolée, l'envie de fumer qui me taraudait sans relâche depuis plus d'une heure. Pour un peu, si le réveil n'était pas programmé pour 6h, si je n'entendais pas malgré mon casque sur les oreilles, les ronflements virils qui se glissent sous la porte de la chambre, je pourrais presque aller me recoucher, apaisée enfin.

Mais j'ai reçu un beau cadeau, et j'ai bon espoir que, grâce à lui, la nuit prochaine soit enfin meilleure
__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Vieux 02/04/2012, 07h24   #123
Lynette
Membre
 
Date d'inscription: mars 2012
Messages: 39
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Tout d'abord, je décline toute responsabilité. Je suis malade et en sevrage, rien ne peut m'être imputé

Deuxio, le passage sur la cigarette que l'on retrouve au fond d'un tiroir le dimanche soir m'a tuée. Ah celle-là, comme un petit texto tendre d'un homme que l'on croyait indifférent

Ce souvenir me plaît mais la cigarette du dimanche, cette sensation qu'on va manquer manquer manquer, je suis tellement contente de ne plus lui être assujettie. Bon dieu ce que c'était chiant.

Félicitations pour ton apaisement nocturne et pour cette chouette sensation. Trois semaines tu es une amazone. Une amazone à présent fière et apaisée.

Bravo bravo bravo !!
Lynette is offline   Réponse avec citation
Vieux 03/04/2012, 07h20   #124
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Un seul réveil d'une demi-heure cette nuit, soit un total de 4+3,5=7,5 heures de sommeil profond et efficace, ça va ch... des b... aujourd'hui, tellement je serai en forme ! Merci Kweb, je dois avouer, en tout bien tout honneur, que je te dois une nuit de rêve

Mes intentions sont de continuer sur ma lancée à récupérer le sommeil en retard et, dès le début des vacances - ça approche à grands pas - m'attaquer à mes envies compulsives et boulimiques de sucre. Il ne s'agirait pas que je remplace la clope par une nouvelle addiction alimentaire et reprendre ainsi les kilos patiemment perdus.

En effet, si mon tabagisme ne m'a, pour l'instant, pas occasionné de troubles de santé manifestes, mon obésité, en revanche, avait de fâcheuses conséquences sur l'ensemble de mes articulations. Inenvisageable que je recommence à souffrir du dos, des genoux et des chevilles comme c'était le cas jusqu'à l'an dernier : les kilos seraient un trop bon prétexte pour me remettre à fumer, alors même que je sais pertinemment que cela ne permet pas de reperdre le poids qu'on a pris.

D'ici là, le planning est un peu rempli. Demain, je vais me retrouver pour la première fois de ma vie - oui, oui, à 50 balais, j'avais réussi à esquiver jusqu'à présent - dans les mains d'une esthéticienne pour un soin du visage... 45 minutes, qu'elle m'a annoncé, la dame qui m'a vendu ça J'ai calculé que cela correspondait au temps passé pour fumer environ 6 clopes quand je me suis dit que je pouvais bien m'acorder ce temps-là désormais.

Et puis, il faut que je prépare une journée en Champagne en famille prévue ce weekend. Comme je vais me retrouver dans la quasi-obligation de faire péter pas mal de bulles en fin d'année, j'ai eu l'idée d'aller les chercher directement chez le producteur avant d'aller faire une petite razzia dans les magasins d'usine troyens. Au minimum, il faut que je cherche le producteur, même si je me doute qu'il est difficile de faire dix kilomètres sans tomber sur un point de ravitaillement d'urgence, dans le coin
D'ailleurs, si vous avez de bonnes adresses à me conseiller, n'hésitez pas.

Entre deux, quelques petites réjouissances professionnelles, genre conseil d 'administration - qui risque bien de se prolonger jusqu'au milieu de la nuit, quand je vois l'ordre du jour, ça fait peur

Et la semaine prochaine, je vais aller découvrir l'Institut du Monde Arabe avec mes 3èmes. Là, je vais vraiment apprécier de pouvoir passer une journée entière sans chercher par tous les moyens à m'esquiver du regard des élèves pour aller clandestinement m'intoxiquer dans un coin, en évitant les regards accusateurs à mon retour. Pas sûr d'ailleurs que je n'en profite pas pour aborder la question avec les rares ados qui sont déjà tombés dans le piège, si l'occasion se présente.

Ils fument très peu, mes collégiens, si je compare aux temps lointains où j'usais moi-même mes fonds de culotte sur les bancs du secondaire. A mon avis, cela rend d'autant plus compliqué le quotidien des deux ou trois fumeurs que je recense intuitivement chaque année parmi nos 400 élèves.
Autant je me sens totalement incapable de baratiner un fumeur adulte, déjà bien installé dans sa dépendance, pour le convaincre d'arrêter, autant je me dis qu'être capable de témoigner par moi-même des difficultés qu'il y a à arrêter de fumer à des gamins qui ne sont pas encore complètement accros, je ne serais pas trop loin de mon cœur de métier. Ils ont tellement l'habitude que je leur fasse la morale pour leur expliquer qu'il ne faut pas sécher les cours, écouter les profs, ne pas se battre avec les copains, qu'ils ne seront pas surpris si j'ajoute ce nouveau précepte à ma longue litanie
__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Vieux 04/04/2012, 21h13   #125
Balzy
Membre
 
Avatar de Balzy
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Rochefort
Messages: 14 791
Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Âmes sensibles s'abstenir et, pour les téméraires, accrochez-vous, c'est du lourd !
Je crois que j'ai vécu aujourd'hui la journée la plus aquoiboniste depuis le début. Paradoxalement, après deux nuits quasi-parfaites - si l'on excepte la demi-heure de l'indispensable nicorette de 2h1/2 - je me suis réveillée ce matin de fort méchante humeur, genre le matin où tu rêves de te rendre à l'aéroport le plus proche pour prendre le premier vol vers une destination aléatoire mais où, surtout, tu sois sûr que personne ne viendra te

P... les c...
(ouais, même quand t'es une fille, ça marche, c'est mes élèves qui me l'ont appris )


Il faut dire qu'au boulot, c'est un peu le journal du hard : si on pense habituellement à la nécessité d'une permanence psy pour le personnel, en ce moment, ce sont les gamins qui disjonctent à coup d'auto-mutilations, de crises de démence, d'exhibitions de médicaments sans avouer de quelles molécules il s'agit ni s'ils en ont pris et combien... on en viendrait à regretter les bonnes vieilles bagarres !

J'avais pourtant un truc programmé qui aurait pu être sympa aujourd'hui : mon premier (oui, à 50 balais passés!) rendez-vous en institut pour un soin du visage. Mais, franchement, j'avais moyennement envie, et je crois que si je n'avais pas payé au moment de la prise de rendez-vous, j'aurais appelé pour décommander.
D'abord, j'aime pas les rendez-vous, surtout le mercredi : je passe quatre jours par semaine à avoir un agenda archi-booké, avec parfois deux ou trois réunions en même temps parmi lesquelles il faut que je choisisse, certaines étant annulées au dernier moment, d'autres commençant systématiquement en retard. Bref, je passe mon temps professionnel à jongler avec la montre, les temps d'attente, alors le mercredi et le weekend, le moins possible, siouplait.

D'ailleurs, ça n'a pas manqué : j'ai eu beau me réveiller vers 7h30, à 10h15, alors que je m'apprêtais à étendre le linge, je me suis aperçue qu'il ne me restait plus que 15 minutes avant l'heure du rendez-vous. J'ai donc tout laissé en plan et j'ai foncé au centre commercial pour arriver pile poil à l'heure - ce qui est la moindre des choses quand on a rendez-vous avec une esthéticienne (mouarf !)

Sauf que ladite esthéticienne, je l'ai attendue 1/4h en pensant frénétiquement à mon linge mouillé empilé à la va-comme-j'te-fous sur le séchoir et que j'aurai pu amoureusement étendre - ou pendre soigneusement, pour nos amis belges - et en maugréant sur tous ces gens qui ne respectent pas leurs horaires, et partant, ne me respectent pas, alors que moi, je mets un point d'honneur à lutter contre ma chrono-pathologie pour ne jamais faire attendre qui que ce soit. Je virais franchement parano, surtout quand je l'ai vue arriver, supra-décontractée, 15 minutes après l'heure où elle aurait dû embaucher.

En fait, je crois que j'étais même carrément jalouse : je voudrais tellement ne pas me sentir responsable de tous les malheurs de l'Humanité quand j'ai 5 pauvres minutes de retard, ne pas me dire que la personne avec laquelle j'ai rendez-vous va m'incendier et me faire la morale comme si j'avais dix ans...

Bref, j'étais pas top détendue et je ne pensais qu'au temps qui s'écoulait en attendant que le masque sèche. J'ai d'ailleurs travaillé sur ma respiration pour éviter de péter un câble toute seule, là, allongée dans ma cabine.

J'ai ensuite foncé vers mon pire calvaire : le supermarché ! Sachant que mon Barbu rentre à midi et que je déteste lui aussi le faire attendre, j'ai jeté dans mon caddie à toute allure ce qui me paraissait indispensable pour finir la semaine sans trop réfléchir.

Peine perdue ! Il était déjà 12h15 quand je suis arrivée à la maison, mais en galant époux, il attendait patiemment sur le parking pour m'aider à remonter les sacs de provisions jusqu'à notre quatrième sans ascenseur. Je culpabilisais pour de bon, là, d'autant plus que je me rends bien compte que je ne suis pas spécialement agréable à vivre au quotidien, en ce moment...

Je tente de me rattraper en préparant un truc qui ressemble à peu près à un repas en 3 minutes chrono - parce que le Barbu a faim à midi et à 19 heures, avec parfois un petit supplément vers 16h30 - quand il me tend une carte client d'une grande enseigne spécialisée dans la vente de produits culturels (si, si, cherchez bien, ça commence par FN et ça se termine par AC) me disant que la précédente est périmée.

En femme super-organisée, je me précipite donc vers mon sac à main pour faire l'échange standard, et là :

Plus de portefeuille
J'enclenche le bouton "rewind" et forcément, la dernière fois que j'ai vu ce qui me sert habituellement à contenir toute ma vie, c'était à la caisse du supermarché. J'ai sorti ma carte bleue et la carte de fidélité du magasin - oui, je les collectionne, c'est pour ça aussi que j'ai, enfin que j'avais , un gros portefeuille - j'ai payé, et je les ai ré-enfournées n'importe où dans mon sac, pour ne pas perdre de temps. Sac qui était, à la réflexion, fort léger. C'est donc que je n'avais pas remis le portefeuille à l'intérieur...

Forte de la satisfaction intellectuelle d'avoir retrouvé où et quand j'avais égaré tout mon quotidien sous forme de rectangles plus ou moins plastifiés, j'ai donc passé le reste de ma journée entre caisse centrale, service de sécurité, commissariat de police, agence postale, mairie - comment fait-on pour voter, surtout par procuration, quand on n'a plus de carte d'électeur ? Si ma fille ne peut pas mettre mon bulletin dans l'urne le 22 avril prochain, je crois que je hurle et que je pète un scandale à la mairie.

Sans parler des files d'attente et démarches bien cagantes qui m'attendent pour refaire faire permis de conduire et carte d'identité

Dans mon malheur administratif, j'ai la chance qu'il me reste un passeport et une carte bleue - ben si, celle que je n'avais pas rangée immédiatement dans mon portefeuille à la caisse du supermarché. Et finalement, je crois que ce que je regrette le plus, c'est le portefeuille lui-même. Pas seulement parce qu'il était extrêmement pratique, fort beau, mais surtout parce que c'était un cadeau de mes filles qui ont cherché très longtemps quel maroquinier génial avait réussi à fabriquer L'Objet incroyable où leur mère trouverait enfin de la place pour tout ce qu'elle trimballait habituellement sur elle.

Tout cela vient renforcer ce sentiment de vide, de perte de repères autour duquel je tourne depuis plusieurs jours - j'ai lu quelques fils sur ce sujet ces derniers temps, et je n'ai pas grand-chose à y ajouter.
Je n'ai pas fumé, quelle que soit l'idée obsédante que je me "retrouverais" si je jetais l'éponge, mais je me sens de nouveau si fragile, si vulnérable.
Du coup, comme je sais qu'il est inutile que j'essaie de contourner ce genre d'états d'âme, qu'il me faut au contraire boire le calice jusqu'à la lie pour espérer me sortir de là, de retour à la maison, j'ai suivi la pensée de mon pote d'à côté et j'ai mis l'intégrale de Brel à fond, en réécoutant celle-là en boucle :

J'ai même pas réussi à pleurer.
__________________
Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent
Balzy is offline   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.