Aah refus et recours - Forum
Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Droit de la santé en France, formalités et démarches administratives.
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Droit de la santé en France, formalités et démarches administratives. Tout ce qui concerne les démarches administratives, les ouvertures de droit, les formulaires concernant la santé.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 12/12/2017, 23h56   #1
Ga/Ance
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2017
Messages: 2
Aah refus et recours

Bonjour,

Après une année d'attente, nous avons appris hier par courrier que la commission CDAPH refuse d'accorder l'aah à ma mère.

Hors, que ce soit ses médecins (psychiatre, généraliste et spécialiste), son conseillé cap emploi, l'assistant du service social ou encore l'employé de la MDPH qui a réceptionné son dossier, ils nous ont tous confirmer qu'avec un tel dossier il y avait assez d'éléments permettant l'obtention de l'aah.

Je vais essayer d'expliquer sa situation :

Ma maman a souffert d'une hernie discale mal opérée qui lui a laissé des séquelles irréversibles en 2010, sa jambe gauche fonctionne mal, paralysie du talon, fourmillement permanent, elle ne peut plus bouger son pied correctement et elle ressent une douleur permanente du dos jusqu'au pied, et ses "jambes lâchent" par moment.

Ce handicap avait été reconnu avec un taux d'incapacité entre 50% et 80%. Elle n'avait donc pas eu l'aah à l'époque, mais une reconnaissance de travailleur handicapé.

À cela, se sont ajoutés les problèmes suivants :
Une hernie discale à la nuque en 2011, puis une capsulite rétractile en 2014 qui n'a jamais guéri et qui l'handicape lourdement (je l'assiste dans ses gestes quotidiens ).
Elle est également suivie pour une thrombopénie causant une faiblesse générale et elle est atteinte d'une maladie génétique : déficit en alpha 1 antitrypsine.

S'ajoute à cela des maux "mineurs" :
Un hallux valgus qui se développe sur son pied-droit.
Une dépression sévère depuis la perte de son emploi en 2011 (avec suivi psychiatrique).
Pour finir, elle souffre depuis deux mois de crampes violentes dans tous les membres dont on cherche l'origine actuellement.

Pour résumer son état :
Une jambe et un bras handicapé et plusieurs problèmes "mineurs" qui se sont greffés à ses handicaps. C'est pour cette raison que l'assistant des services sociaux et son conseillé cap emploi lui avait proposé de faire une demande d'ahh.
Je dois préciser qu'elle est âgée de 57 ans ce qui réduit déjà considérablement ses chances de trouver en emploi.

Son état psychologique et physique et clairement incapacitant pour travailler.
La réponse négative de la commission nous laisse donc septique. Nous pensons contester la décision CDAPH et c'est à cette fin que je viens vers vous ce soir.

Ma première question est la suivante :
Auprès de quel organisme ma mère doit-elle déposer un recours, je veux dire au tribunal administratif ou bien au tribunal du contentieux de l'incapacité ?

Ma deuxième question est la suivante :
Ne serait-il pas préférable de solliciter l'intervention d'un conciliateur en premier lieu ?

Ma troisième question :
Si la conciliation est défavorable à ma mère, peut-on alors saisir le tribunal du contentieux de l'incapacité ? Ou elle à droit à seulement un recours ?

Ma quatrième et dernière question :
Est-il déjà arrivé qu'après un premier refus, l'aah soit accordée après une conciliation et/ou un recours devant le tribunal du contentieux de l'incapacité ?

Voilà j'ai terminé ma piètre plaidoirie, je ne suis pas sûr d'être claire dans mes propos, je n'ai que 22 ans et je ne suis pas douée pour poser mes idées sur le papier. Je ne sais pas si vous pourrez répondre à mes questions, je pense également consulter un avocat pour qu'il conseille au mieux ma mère.

Je viens vers vous avec des questions concernant ma maman, j'ai conscience que ça paraît étrange que ce soit moi et non ma mère qui pose des questions, alors que mon questionnement concerne ma mère et non moi, mais je suis très inquiète à son sujet.
J'ai honte de venir "exposer" ainsi nos problèmes, je n'ignore pas que beaucoup de gens ont des problèmes plus graves et que j'ai l'air de me plaindre.

La situation de maman n'est pas totalement désespérée, je suis employée en qualité d'assistante d'éducation à mi-temps en parallèle de mes études ce qui permet à ma mère de vivre convenablement.

Par avance je vous remercie pour l'aide que vous pourrez m'apporter.
Merci de m'avoir lu.

Bien cordialement
Inès
Ga/Ance is offline   Réponse avec citation
Vieux 13/12/2017, 08h33   #2
lancelote
Membre
 
Avatar de lancelote
 
Date d'inscription: août 2005
Localisation: St Marcellin (un peu plus loin de grenoble)
Messages: 262
Re : Aah refus et recours

Bonjour,

Le recours est indiqué sur la feuille de refus ou au dos
Voilà un lien qui explicite le moyen de le faire :

http://www.association-aide-victimes.fr/AAH-AAF.htm

avant que des personnes ayant plus de compétences que moi en droit social vous répondent.

Dans votre dossier avez-vous fait le nécessaire pour vous déclarer aidante ?

Bon courage pour votre maman et vous-même
lancelote is offline   Réponse avec citation
Vieux 13/12/2017, 22h58   #3
Ga/Ance
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2017
Messages: 2
Re : Aah refus et recours

Bonsoir Lancelote,

Merci d'avoir répondu si rapidement à mon message.
Je vais consulter dès à présent votre lien.

Pour répondre à votre question, non je n'ai pas fait le nécessaire pour me déclarer comme aidant.
Quand je dis aider ma mère dans ses gestes quotidiens, j'entends par là l'aider à se coiffer, mettre ses chaussures et je la soutiens également en participant aux tâches ménagères qu'elle ne peut plus accomplir (comme passer l'aspirateur).
Mon soutient est aussi d'ordre financier.

Aider une personne à se coiffer, mettre une paire de chaussures, passer l'aspirateur ou porter ses courses, ne sont pas des motifs suffisant pour être considéré comme aidant.

De plus, je ne fais pas ça pour l'argent, je suis étudiante et je travaille à mi-temps, je peux subvenir à mes besoins, je ne veux aucunement profiter des aides de l'état.

Ce que j'aimerais c'est que mère perçoive l'aah, une femme de presque 58 ans, en situation de handicap et ne pouvant plus exercer une activité physique, dans un état de faiblesse psychologique (phobie sociale et dépression attestée par sa psychiatre) devrait percevoir une aide.

J'aimerais aussi vivre pour moi (je sais que c'est égoïste), j'aime ma mère, mais j'espère un jour vivre seule. Je veux seulement qu'elle soit bien.

J'espère que quelqu'un qui sera passé par ici, verra prochainement mes questions et pourra y répondre.

Quoi qu'il en soit merci pour votre aide Lancelote.
Bien cordialement,
Inès
Ga/Ance is offline   Réponse avec citation
Vieux 14/12/2017, 21h30   #4
lancelote
Membre
 
Avatar de lancelote
 
Date d'inscription: août 2005
Localisation: St Marcellin (un peu plus loin de grenoble)
Messages: 262
Re : Aah refus et recours

Bonsoir,

Définition de l'aidant familial :
L’aidant familial aussi appelé aidant proche ou aidant naturel, est le plus souvent un membre de la famille, quelques fois c’est un voisin ou un ami. Ce terme d’aidant familial ne désigne pas un statut juridique mais la reconnaissance d’un fait.
Le choix d’être aidant familial est souvent lié à la proximité géographique ou affective.
L’aidant familial vient en aide à une personne ayant une déficience, une incapacité ou se trouvant en situation de handicap. Il intervient seul ou avec l’aide d’un professionnel. Cette aide évolue au fil du temps; de ponctuelle elle peut devenir indispensable.
L’aidant familial assure de nombreuses taches suivant les besoins de la personne aidée. Il commence souvent par remplir le garde-manger, puis il aide au ménage, puis aux repas, à l’hygiène, au soutien psychologique…Souvent, il assure aussi les démarches administratives, la coordination entre professionnels …

L’activité de l’aidant familial peut être exercée au domicile de la personne aidée ou à son propre domicile.
Plus de 80 % des personnes âgées souhaitent vieillir à leur domicile. L’aidant familial a un rôle primordial dans le maintien à domicile. Mais la prise en charge d’une personne en perte d’autonomie est très lourde. Trop souvent l’aidant familial oublie de s’occuper de lui-même. Il s’épuise physiquement et psychologiquement.


Je connais puisque j'ai été aidante de ma mère (Alzheimer) pendant 4 ans. Elle n'a été en Cantou que quand je me suis mariée.

Mes sœurs m'ont traiter de tous les noms quand je n'ai pas voulu sacrifier ma vie de jeune mariée mais elles ne venaient qu'une heure par semaine s'en occuper.



Puis 20 ans après aidante de mon mari (Cancer en phase terminal) pendant 5 ans.

Vous n'êtes pas égoïste de vouloir vivre et il faut vous faire aider. Vous ne tiendrez pas sinon.


Il y a des centre de paroles pour les aidants et maintenant en France comme au Canada du baluchonage (une personne qui vous remplace pendant 1 semaine ou plus) et aussi des formations





https://www.aidants.fr/


http://aidantattitude.fr/2011/01/23/...-aidant-2.php/

https://lesitedesaidants.f/home.htm?gclid=EAIaIQobChMIu6-Vz5uK2AIVo7ftCh2UWwvsEAAYASAAEgKWpPD_BwE


Bon courage
lancelote is offline   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Navigation rapide





Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 17h45.


Le forum Atoute utilise le script de forums VBulletin
Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.