Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Discussions-Psy
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Discussions-Psy Ce forum traite de santé psychique et de santé mentale. Il est ouvert à tous, et surtout aux personnes désireuses de s’informer à propos des soins psychologiques et psychiatriques.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 10/03/2006, 20h26   #1
rogojine
 
Messages: n/a
Exclamation Sevrage benzodiazépine

Une expérience traumatisante me pousse à témoigner pour prévenir les tentatives de sevrage sauvage aux benzodiazépine. Après des mois de consommation excessive de Benzo (xanax, etc..) et sans autre consommation problématique, j'ai voulu arrêté d'un coup sans aide médicale. résultat, trois jours plus tard je partais en urgence dans un état de délire complet avec un pronostic vital fort aléatoire pendant 48 heures. Peut-être suis-je une exception, mais toujours est-il que dans mon cas l'arrêt brutal de la consommation a menacé sinon ma vie du moins ma santé mentale à longue échéance.
Tout ça pour dire que l'avis d'un professionnel ne coûte pas cher et qu'il peut vraiment vous éviter de gros ennuis. Se débarrasser d'un consommation problématique est une très bonne chose mais parfois on ne peut pas le faire seul. Tout simplement parce que le corps ne l'accepte pas!
  Réponse avec citation
Vieux 10/03/2006, 21h40   #2
Pinback
 
Messages: n/a
Re : sevrage benzodiazepine

Citation:
Posté par rogojine
Une expérience traumatisante me pousse à témoigner pour prévenir les tentatives de sevrage sauvage aux benzodiazépine. Après des mois de consommation excessive de Benzo (xanax, etc..) et sans autre consommation problématique, j'ai voulu arrêté d'un coup sans aide médicale. résultat, trois jours plus tard je partais en urgence dans un état de délire complet avec un pronostic vital fort aléatoire pendant 48 heures. Peut-être suis-je une exception, mais toujours est-il que dans mon cas l'arrêt brutal de la consommation a menacé sinon ma vie du moins ma santé mentale à longue échéance.
Tout ça pour dire que l'avis d'un professionnel ne coûte pas cher et qu'il peut vraiment vous éviter de gros ennuis. Se débarrasser d'un consommation problématique est une très bonne chose mais parfois on ne peut pas le faire seul. Tout simplement parce que le corps ne l'accepte pas!

  Réponse avec citation
Vieux 01/04/2006, 19h19   #3
lola el duende
Membre
 
Avatar de lola el duende
 
Date d'inscription: octobre 2005
Localisation: paris
Messages: 34
Re : sevrage benzodiazepine

Peut-être suis-je une exception, mais toujours est-il que dans mon cas l'arrêt brutal de la consommation a menacé sinon ma vie du moins ma santé mentale à longue échéance.

vous n'êtes pas une exception, et vous avez pris finallement la bonne décision, celle de vous faire aider.
Je ne prescris plus de lexomil, ni temesta, c'est plus simple, pas de sevrage (je suis médecin)
lola el duende is offline   Réponse avec citation
Vieux 02/04/2006, 01h02   #4
Paul69
Membre
 
Date d'inscription: septembre 2005
Messages: 502
Re : sevrage benzodiazepine

j'ai pris pendant dix ans des benzodiazepines en accompagnement de traitement de fond; quand j'ai été mur j'ai décroché, avec beaucoup de peine c'est vrai mais il ne faut rien exagérer. J'ai trainé plusieurs mois avec des doses de un demi ou un quart de comprimé. Un beau jour je suis parti une semaine en randonnée hivernale dans des conditions difficiles en laissant le les comprimés tout au fond de mon sac ; J'ai réussi à ne pas y toucher. c'était gagné.
Paul69 is offline   Réponse avec citation
Vieux 02/04/2006, 01h14   #5
Circee
Ex Modératrice de Santé Psy
 
Avatar de Circee
 
Date d'inscription: mars 2006
Localisation: Métropole pleine de stress
Messages: 4 112
Re : sevrage benzodiazepine

Bonsoir,

Tout dépend du dosage et de la sensibilité de chacun..on n'est pas égaux devant les médicaments.

Je suis suivie notamment pour une toxicomanie médicamenteuse (benzo) qui a duré 14 ans et une fois j'ai essayé de diminuer seule; même pas arrêter, juste diminuer mais j'ai trop baissé les doses. Total: syndrome de servage,vomissements, sueurs, malaises etc etc...faut dire que je mélangeais plusieurs médicaments et à très hautes doses (au point de faire un petit coma).

Tout ça pour dire que je suis d'accord, s'il ne faut pas diaboliser les benzo, il ne faut pas arrêter d'un coup quoi qu'il en soit. La fin d'un traitement, c'est comme le début, c en commun accord avec le médecin.
Et ce n'est pas parceque ce n'est pas une drogue dite dure qu'il n'y a pas "sevrage" ou que cela n'est pas difficile.

Là si je tiens mon programme, je devrai pouvoir tout arrêter dans environ trois ans...comme quoi il faut que ça s'étale dans le temps.

Et le sevrage doit aussi être contrôlé car il engendre une modification du fonctionnement des neurotransmetteurs (que m'a expliqué la neuro de l'hôpital) qui doivent réapprendre à fonctionner sans être "écrasés" et cela peut entrainer qques perturbations au quotidien: trous de mémoire voir amnésie, troubles temporaux-spaciaux, dréalisation voir hallu.

Bon je m'égare...c juste que la neuro m'a expliqué ça y'a troi jours donc je voulais le partager au cas où ça peut aider...

Bref: voir son médecin est aussi indispensable pour arrêter un traitement que pour le commencer. (je pense).

Bonne nuit tout le monde!

Circée
__________________
" La différence, c'est ce silence parfois au fond de moi".
Circee is offline   Réponse avec citation
Vieux 02/04/2006, 13h17   #6
Aiguemorte
 
Messages: n/a
Re : sevrage benzodiazepine

Citation:
Posté par rogojine
Une expérience traumatisante me pousse à témoigner pour prévenir les tentatives de sevrage sauvage aux benzodiazépine. Après des mois de consommation excessive de Benzo (xanax, etc..) et sans autre consommation problématique, j'ai voulu arrêté d'un coup sans aide médicale. résultat, trois jours plus tard je partais en urgence dans un état de délire complet avec un pronostic vital fort aléatoire pendant 48 heures. Peut-être suis-je une exception, mais toujours est-il que dans mon cas l'arrêt brutal de la consommation a menacé sinon ma vie du moins ma santé mentale à longue échéance.
Tout ça pour dire que l'avis d'un professionnel ne coûte pas cher et qu'il peut vraiment vous éviter de gros ennuis. Se débarrasser d'un consommation problématique est une très bonne chose mais parfois on ne peut pas le faire seul. Tout simplement parce que le corps ne l'accepte pas!

Salut rogojine,

Pendant combien de temps avez-vous consommé? Je m'inquiète pour moi-même. Avec le printemps je suis tenté d'interrompre mon sevrage et de passer directement à 0 car tout à coup ces benzos me paraissent abrutissantes.

Bien à vous. Sulpiride.
  Réponse avec citation
Vieux 02/04/2006, 19h59   #7
Circee
Ex Modératrice de Santé Psy
 
Avatar de Circee
 
Date d'inscription: mars 2006
Localisation: Métropole pleine de stress
Messages: 4 112
Re : sevrage benzodiazepine

Citation:
Posté par sulpiride
Avec le printemps je suis tenté d'interrompre mon sevrage et de passer directement à 0 car tout à coup ces benzos me paraissent abrutissantes.

Bien à vous. Sulpiride.

Bonjour,

Je me permets de te répondre, je ne sais pas ce que tu prends ni à quelles doses, mais je peux t'assurer que passer à 0 n'est pas indiqué! Je ne veux pas me subsstituer à un avis médical, je parle par rapport à mon vécu et à celui de gens que je connais.

Le mieux est de l'envisager avec ton médecin non?
__________________
" La différence, c'est ce silence parfois au fond de moi".
Circee is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/04/2006, 17h25   #8
yolatengo
 
Messages: n/a
Re : sevrage benzodiazepine

bonjour,
jai commencé a prendre du xanax il y a maintenant 6 ans,
prescrit a la base pour arreter de boire, je suis passé de 4 alcoolisation massive par semaine a 2 par ans,
ce medicament ma donc effectivement bien aidé, puisque sans lui je serais sans doute mort ou en prison,,
cependant j'en suis totalement dependant, j ai tenté a de multiple reprise de me sevrer, ma consomation minimun journaliere etant de 4 xanax 50mg
, je ressens forcement des effets secondaires, meme si ils sont avec l'experience a peut pres gerable,
je me suis inscrit ici afin de partager experience similaire et des conseils
car je suis fatigué d etre accroc,
a bonne entendeur,, salutations
jean
ps effectivement arreter le xanax un matin ,,est a mon avis illusoir , de toute facon les premier tremblements et autre troubles nerveux font vite revenir au produit, ou pire, reprendre une consomation dautre stupefiant beaucoup plus dangereux,,,

Dernière modification par yolatengo 11/04/2006 à 17h32. Motif: ps
  Réponse avec citation
Vieux 12/04/2006, 15h26   #9
lola el duende
Membre
 
Avatar de lola el duende
 
Date d'inscription: octobre 2005
Localisation: paris
Messages: 34
Re : sevrage benzodiazepine

Pendant combien de temps avez-vous consommé? Je m'inquiète pour moi-même. Avec le printemps je suis tenté d'interrompre mon sevrage et de passer directement à 0 car tout à coup ces benzos me paraissent abrutissantes.

je propose souvent d'arréter tranquillement en vacances au soleil, au club méd pour les chanceux. Sorti de son cadre de vie, les habitudes changent.
Des personnes m'ont dit qu'elles avaient mis 6 mois pour se remettre de l'arrêt, après elles étaient plus fragiles. Puis après elles se sentent le cerveau plus vif, elle sont à nouveau capables de ressentir des tas de choses.
lola el duende is offline   Réponse avec citation
Vieux 19/04/2006, 02h53   #10
sane
 
Messages: n/a
Re : sevrage benzodiazepine

voir mon experience actuelle du xanax

http://www.atoute.org/n/forum/showpo...1&postcount=10
  Réponse avec citation
Vieux 19/04/2006, 03h30   #11
Samuelle5
 
Messages: n/a
Re : sevrage benzodiazepine

Citation:
Posté par lola el duende
Pendant combien de temps avez-vous consommé? Je m'inquiète pour moi-même. Avec le printemps je suis tenté d'interrompre mon sevrage et de passer directement à 0 car tout à coup ces benzos me paraissent abrutissantes.

je propose souvent d'arréter tranquillement en vacances au soleil, au club méd pour les chanceux. Sorti de son cadre de vie, les habitudes changent.
Des personnes m'ont dit qu'elles avaient mis 6 mois pour se remettre de l'arrêt, après elles étaient plus fragiles. Puis après elles se sentent le cerveau plus vif, elle sont à nouveau capables de ressentir des tas de choses.
sois prudente quand même, l'effet de l'arret brutal est celui du manque réel et physique. Lis bien ce qui a été dit.
  Réponse avec citation
Vieux 30/04/2006, 18h46   #12
mercedès
 
Messages: n/a
Re : sevrage benzodiazepine

Citation:
Posté par lola el duende
Pendant combien de temps avez-vous consommé? Je m'inquiète pour moi-même. Avec le printemps je suis tenté d'interrompre mon sevrage et de passer directement à 0 car tout à coup ces benzos me paraissent abrutissantes.

je propose souvent d'arréter tranquillement en vacances au soleil, au club méd pour les chanceux. Sorti de son cadre de vie, les habitudes changent.
Des personnes m'ont dit qu'elles avaient mis 6 mois pour se remettre de l'arrêt, après elles étaient plus fragiles. Puis après elles se sentent le cerveau plus vif, elle sont à nouveau capables de ressentir des tas de choses.


bonjour, j'ai lu ton témoignage sur ta volonté de sevrage, moi aussi j'ai décidé d'arreter après de très longues années de prises de lexomil! là j'en suis à un quart le matin et un demi le soir, et depuis une semaine j'essaye de réduire d'un quart donc ce qui me fait un demi comprimé par jour! mais j'avoue que cela m'est très difficile! je ne sais pas si c'est en rapport mais j'ai une fatigue extrème depuis quelques jours, et surtout mal dans les membres inférieurs ! j'ai entendu dire que le bromazépam entrainait des faiblesses musculaires, alorsl je me pose la question! surtout que je suis assez sportive d'habitude et de se voir diminuer d'un seul coup est dur de plus j'ai des crises de frissons,et surtout le matin au reveil, j'ai des douleurs à la gorge , elle est rouge irritée! j'ai lu sur certains sites que les effets à longs termes de ces médicaments peuvent meme donner des ulcères à la gorge!! là j'ai repris un quart car j'étais trop fatiguée, mais demain je recommençe car je veux arriver à me déxintoxiquer! il faut continuer et ne pas lacher prise même s'il faut beaucoup de temps! as tu des symptomes similaires! courage à toi n'abandonne pas!

amitiés
mercédès
  Réponse avec citation
Vieux 03/05/2006, 17h00   #13
Etoile75
Membre
 
Date d'inscription: août 2005
Messages: 22
Sevrage de benzodiazépines et fortes angoisses

Bonjour,

Je suis actuellement extremement mal, après avoir pris un traitement à base de Xanax... Certains jours j'ai pu prendre des doses relativement élevées, de l'ordre de 2mg...

J'essaie de diminuer et mes symptomes sont les suivants : impatience, mal à l'arriere de la tete, anxiete, par moments je sens mes bras qui s'engourdissent...

Est ce que ca va s'arranger ?
Etoile75 is offline   Réponse avec citation
Vieux 03/05/2006, 21h09   #14
Ondine
Modératrice
 
Avatar de Ondine
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: Normandie
Messages: 5 620
Re : sevrage benzodiazepine

Cou²,

Avec ces médicaments, il faut respecter les doses prescrites et quand vient le moment du sevrage qui doit être décidé avec avis médical, l'arrêt du médicament doit se faire pogressivement ; pour toi je ne sais pas comment se passse l'arrêt de tes benzo ?
__________________
Ondine,
Modératrice "très patiente" de Santé-Psy.

"Science sans conscience n'est que ruine de l' âme."
Ondine is offline   Réponse avec citation
Vieux 04/05/2006, 01h13   #15
Aloes
Aloès
 
Avatar de Aloes
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Québec, Canada
Messages: 2 515
Re : Sevrage de benzodiazépines et fortes angoisses

Bonjour Étoile,

Citation:
Posté par Etoile75
J'essaie de diminuer et mes symptomes sont les suivants : impatience, mal à l'arriere de la tete, anxiete, par moments je sens mes bras qui s'engourdissent...

Est ce que ca va s'arranger ?
Je vous suggère de vous faire accompagner dans ce sevrage par le médecin qui vous a prescrit ces médicaments. Il sera à même de répondre à vos questions.

Bon courage,
__________________
Aloès
ex-modératrice de Santé Psy
Aloes is offline   Réponse avec citation
Vieux 04/05/2006, 20h01   #16
mickismi2003
Persona non grata : personnalité ou état psychologique susceptible de destabiliser d'autres membres.
 
Date d'inscription: mai 2006
Localisation: saint-chamond
Messages: 7
Re : sevrage benzodiazepine

Bjrs ragojine,

Apres 1 an de xanax qui n'a pas amelioré son état (2 sejours en clinique psychiatrique) en decembre 2005 son psy lui a donné du valium et
la c'est l'explosion.Tentative de suicide fin janvier 2006,puis hospitalisation
en fevrier pour exces de violence, Didier se suicidait le 8 mars.
Nous pensons que Didier a subit l'effet paradoxal de la benzodiazepine.
Nous ses parents nous sommes sous le choc car aller voir un psy pour une depression en 2004 et mourir en 2006 c'est incomprehensible.
C'est apres son suicide ,en voyant ses ordonnances que j'ai fait la liaison
entre l'aggravation de sa maladie et les BZD.Alors la, j'ai fait des recherches sur le web et j'ai tout compris.
Je recherche des personnes qui ont eu les memes effets mais qui
en se sevrant des BZD ont pu redevenir normales.
Nous pleurons la mort de Didier et recherchons les causes de son déces
Merci a tous ceux qui nous repondrons
A+ Michel
mickismi2003 is offline   Réponse avec citation
Vieux 05/05/2006, 00h19   #17
Ondine
Modératrice
 
Avatar de Ondine
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: Normandie
Messages: 5 620
Re : sevrage benzodiazepine

Citation:
Posté par mickismi2003
Bjrs ragojine,

Apres 1 an de xanax qui n'a pas amelioré son état (2 sejours en clinique psychiatrique) en decembre 2005 son psy lui a donné du valium et
la c'est l'explosion.Tentative de suicide fin janvier 2006,puis hospitalisation
en fevrier pour exces de violence, Didier se suicidait le 8 mars.
Nous pensons que Didier a subit l'effet paradoxal de la benzodiazepine.
Nous ses parents nous sommes sous le choc car aller voir un psy pour une depression en 2004 et mourir en 2006 c'est incomprehensible.
C'est apres son suicide ,en voyant ses ordonnances que j'ai fait la liaison
entre l'aggravation de sa maladie et les BZD.Alors la, j'ai fait des recherches sur le web et j'ai tout compris.
Je recherche des personnes qui ont eu les memes effets mais qui
en se sevrant des BZD ont pu redevenir normales.
Nous pleurons la mort de Didier et recherchons les causes de son déces
Merci a tous ceux qui nous repondrons
A+ Michel

Coucou,

Malheureusement, les médicaments ne suffisent pas à guérir ; il faut aller chercher au fond de soi pour s'en sortir, trouver cette volonté, cette envie de vivre pour remonter la pente et certains n'y arrivent pas ; ma mère a fait plusieurs tentatives de suicide sous benzo, anxiolithiques etc..
Le suicide est une sorte de libération ; j'y ai déjà pensé en me disant mourir pour ne plus souffrir et ma mère elle me disait que elle ne pouvait pas s'empêcher de tenter de mourir, c'était une pulsion qu'elle ne pouvait contrôler.

Votre fils n'en pouvait plus et dans ces cas là plus rien ne compte autour de nous que notre propre souffrance et le seul remède est la mort. Tout le monde n'a pas la force psychique de résister à un tel mal être et les médicaments ne sont qu'une béquille mais ne peuvent guérir ; il faut le "vouloir" pour s'en sortir, c'est pour cela que certains dépressifs restent dans le "même état" ou pire encore sous traitement médical.

Bon courage !
__________________
Ondine,
Modératrice "très patiente" de Santé-Psy.

"Science sans conscience n'est que ruine de l' âme."
Ondine is offline   Réponse avec citation
Vieux 05/05/2006, 09h57   #18
Diveman
 
Messages: n/a
Re : sevrage benzodiazepine

Bonjour,
Mise en garde du sevrage brutal...

Et bien je peux vous dire que j'ai fait la connerie d'arrêter les benzos de façon brutal. J'ai eu droit a tout les symptômes relier a un syndrome du sevrage. En passant par le rebond d'anxiété ensuite le tremblements des mains jusqu’aux hallucinations. Bref au delà d'une quinzaine de symptômes. Ouf! Ça fait vraiment peur! Après la crise j'ai eu le cerveau engourdi pendant deux semaines. Ce fut un véritable choc émotionnel.

Il semblerait que j'étais le seul à ne pas savoir qu'il ne fallait pas arrêter ce médicament (rivotril) d'un coup. Et bien mon médecin bien qu'il m'aie dit que ce médicament causait une dépendance ne m'a jamais prévenu des danger du sevrage brutal.

Le pharmacien ne m'a jamais donné de feuillet d'explications avec le médicament. Sur le contenant de pilules il est indiquer "prendre au besoin" j'en avais plus de besoin, alors j'ai arrêter de les prendre avec les conséquences atroces que j’ai subi.

Ma psy était d'accord avec moi pour que j'arrête la consommation du rivotril. Elle disait que les émotions étant gelé, la psychothérapie ne progresse pas aussi vite.

A noter qu’au Québec les psychologues ne sont pas autorisés à prescrire des médicaments pour le moment.

Selon l'hôpital Fernand Widal, Paris, il y a environ 44 symptômes relies aux sevrages des Benzos. Sur les 44 il y en a environ 39 qui sont très fréquents et les 5 autres sont très rares.

Selon mon pharmacien les symptômes lors du sevrage des benzos peuvent durer de deux à quatre semaines. Vous pouvez vous imaginer si vous faites un sevrage brutal a quoi vous vous exposer. C'est valide aussi pour le xanax.

Dernière modification par Diveman 05/05/2006 à 10h50.
  Réponse avec citation
Vieux 05/05/2006, 12h02   #19
mickismi2003
Persona non grata : personnalité ou état psychologique susceptible de destabiliser d'autres membres.
 
Date d'inscription: mai 2006
Localisation: saint-chamond
Messages: 7
Re : sevrage benzodiazepine

Reponse a Diveman,

Didier aussi n'a pas été averti des danger de l'arret des BZD.
Quand il prenait du Xanax et que le psy lui donnait un autre médicament
en remplacement il ne comprenait pas pourquoi il avait l'impression de
devenir fou.(En 2004 nous avons été le chercher chez lui,il se tenait la
tete dans les mains,et il nous a dit" je crois que je devient fou,emmené moi").C'est a partir de la qu'il a fait son 2eme sejour en clinique .
Je crois que les BZD sont responsable de plusieurs centaines de suicides.
Mais malgré les associations,alertes diverses,il en faudra encore combien avant que le pouvoir médical et les industrie pharmaceutiques prennent conscience du probleme?
Maintenant,je sais ,mais il est trop tard.Nous ne pouvons que pleurer.
Lisez la lettre du president du 7 septembre 2001 de l'AFSSAPS.
Je pose une question:Combien de psychiatre l'on lu?
A+ Michel
mickismi2003 is offline   Réponse avec citation
Vieux 05/05/2006, 12h20   #20
léda
 
Messages: n/a
Re : sevrage benzodiazepine

bonjour,


ho...non au sevrage brutal. comme tout le monde j'ai tenté et j'ai pété un plomb! c'est insupportable..;
Il faut diminuer les doses en douceur. J'ai pris du lexo pendant 10 ans et j'ai fait un sevrage par doses dégressives sur 4 mois (sept à décembre 2005). j'ai lu les posts en diagonale (je suis au bolot) quelqu'un a fait remarqué qu'il fallait quelque chose comme 6 mois pour s'en remettre... ça me rassure, ce que je vis en ce moment est donc à peu près normal je suppose à savoir le retour de l'hypervigilance nocturne et donc un très très mauvais sommeil. Depuis presque deux mois je mets tout sur le compte du sevrage de clopes et j'étais, il me semble dans le déni des effets à long terme des benzos...
ça me fait du bien de vous lire et tous les renseignements sur ce sevrage et ses conséquences sont les bienvenus...
Parfois j'en peux tellement plus de ne pas ou de mal dormir et de retrouver les angoisses nocturnes que j'ai envie d'en reprendre...
En même temps je suis si contente de ne plus prendre de médocs! j'étais souvent complètement à l'ouest avec ça....
mais je me sens fragile...

bon courage à tous
  Réponse avec citation
Vieux 05/05/2006, 18h58   #21
Diveman
 
Messages: n/a
Re : sevrage benzodiazepine

[quote=mickismi2003]Réponse a mickismi2003,


Bonjour,
C'est pathétique de voir a quel point nos professionnels de la santé ne sont pas toujours renseigner comme il le devrait. Aussi, souvent ils ne prennent pas toujours le temps de soigner les patients comme ils devraient le faire. C’est souvent par manque de temps du a une surcharge de travail. Je pense qu'il sont eux aussi victimes du système a même titre que nous les patients.

Quand vous mentionnez "il en faudra encore combien avant que le pouvoir médical et les industrie pharmaceutiques prennent conscience du problème?" Je ne sais pas comment ça fonctionne dans votre coin de pays mais en Amérique du Nord ce sont les compagnies d'assurance qui pilote cet encouragement a la surconsommation de médicament. (On prescrit même des anti dépresseurs à des enfants) Ils sont sûrement de connivence avec les multi nationales pharmaceutiques…

Chez-nous au Québec, si vous tomber malade genre burn-out et que vous n'allez pas voir un médecin et\ou que vous prenez aucun médicament, les assurances n'approuveront pas votre traitement et vous ne serez pas indemniser. Donc, on n’a pas vraiment le choix. Quand on va voir un médecin il doit vous prescrire car s’il ne vous prescrit rien c’est que vous n’êtes pas malades au yeux de la société.

Pourtant dans bien des cas un repos prolonger sans médicament serait suffisant.
Malheureusement c’est trop long au goût des assureurs (indemnité prolongé = $$$$)
Il est préférable que vous soyez un zombie au travail que quelqu’un qui se soigne sainement a la maison. Malgré qu’on a tous le choix de le faire mais encore faut-il en avoir les moyens?

Je vous souhaite bon courage à travers cette épreuve

P.S.: j'ai lu la lettre dont vous faite reference, effectivement quand on voit de quelle facon les medocs sont prescrits. Je parie que tres peu sont au courant...

Dernière modification par Diveman 06/05/2006 à 12h12.
  Réponse avec citation
Vieux 19/05/2006, 18h11   #22
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : sevrage benzodiazepine

Citation:
Posté par mickismi2003
Reponse a Diveman,

Didier aussi n'a pas été averti des danger de l'arret des BZD.
Quand il prenait du Xanax et que le psy lui donnait un autre médicament
en remplacement il ne comprenait pas pourquoi il avait l'impression de
devenir fou.(En 2004 nous avons été le chercher chez lui,il se tenait la
tete dans les mains,et il nous a dit" je crois que je devient fou,emmené moi").C'est a partir de la qu'il a fait son 2eme sejour en clinique .
Je crois que les BZD sont responsable de plusieurs centaines de suicides.
Mais malgré les associations,alertes diverses,il en faudra encore combien avant que le pouvoir médical et les industrie pharmaceutiques prennent conscience du probleme?
Maintenant,je sais ,mais il est trop tard.Nous ne pouvons que pleurer.
Lisez la lettre du president du 7 septembre 2001 de l'AFSSAPS.
Je pose une question:Combien de psychiatre l'on lu?
A+ Michel

bonjour
Didier était vraisemblablement en manque, il avait très mal a ses récepteurs GABA et comme on ne lui avait rien dit sur le sujet il n’a pas compris que l’on tentait un sevrage et a eu l’impression de devenir fou. Le valium était à quel dosage?
minou

Dernière modification par minou8 25/05/2006 à 22h13.
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 19/05/2006, 19h17   #23
Bipo L'ours Polaire
Membre
 
Avatar de Bipo L'ours Polaire
 
Date d'inscription: mai 2006
Messages: 81
Re : sevrage benzodiazepine

J'ai arrêté complètement les benzos, après quelques semaines de sevrages:

hyperalcoolisation, attaques de panique, angoisse généralisée pensée morbides.

Je pense effectivement qu'il faille se faire accompagner.

Cordialement
Bipo L'ours Polaire is offline   Réponse avec citation
Vieux 20/05/2006, 01h14   #24
Anna.k
 
Messages: n/a
Re : sevrage benzodiazepine

Hello,
Vos témoignages me font plutôt peur...car je me retrouve dans certains.
J'ai commencé le xanax il y a deux ans et demi, après diagnostic de borderline. Comme à l'époque j'étais suicidaire et jouais avec ma vie, les médecins du centre m'ont, en premier lieu, donné un traitement pharmaceutique pour commencer la thérapie dans des conditions "vivables". Ils ont voulu éviter à tout prix les benzos, à cause des effets de dépendance...Ne supportant pas les neuroleptiques(attaques panique, crises hard) et le reste me faisant l'effet d'un verre d'eau...ils ont dû se rabattre sur xanax. J'étais à 4 mg par jour, aujourd'hui je suis à 1,5/2. J'avais essayé d arrêter à la sauvage: tremblements, nausées, attaques paniques, consommation d'alcool, impression de mourir, perception de moi-même et des autres complètement perturbée...Plus jamais!!! pour l'instant pas question d'arrêter, j'écoute mon médecin, mais j'ai peur:m'a-t-on droguée à vie?
  Réponse avec citation
Vieux 20/05/2006, 10h32   #25
Circee
Ex Modératrice de Santé Psy
 
Avatar de Circee
 
Date d'inscription: mars 2006
Localisation: Métropole pleine de stress
Messages: 4 112
Re : sevrage benzodiazepine

Bonjour Anna,

Non tu n'es pas forcément "droguée" à vie. Déjà si tu as besoin de prendre ce médicament à vie, ce n'est pas pcque c'est an anxio que tu es droguée; un traitement à vie est souvent nécessaire et il ne doit alors pas être vu comme une drogue. Un diabétique peut être insulino-dépendant pour autant il n'est pas drogué.

Maintenant si avec ton psy vous pensez que tu peux arrêter ce médoc, il convient de le faire très doucement...par tout petits paliers...chacun ne développe pas de dépendance phy et psychique aux molécules de la même façon.

J'ai constaté que souvent les psychiaytrres diminuent les doses trop rapidement. Celui que je vois qui fait bcp de toxicomanie médicamenteuse (ce qui n'est pas la même chose que la dépendance médicamenteuse, il y a une différence de comportement et de rapport au produit) me fait baisser par palliers extrèment petits.Il m'a dit que si ça doit prendre trois ans cela prendra trois ans, le tout étant de ne pas générer de souffrance avec l'arrêt, cela étant mon parcours est un peu particulier avec les médocs.

A bientôt!
__________________
" La différence, c'est ce silence parfois au fond de moi".
Circee is offline   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.