Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Discussions-Psy
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Discussions-Psy Ce forum traite de santé psychique et de santé mentale. Il est ouvert à tous, et surtout aux personnes désireuses de s’informer à propos des soins psychologiques et psychiatriques.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 20/11/2007, 06h14   #51
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par Pandore
Bonjour,

Le texte de l'arrêté est ici http://www.ameli.fr/fileadmin/user_u...arrete1991.pdf

Est-ce que tu peux m'indiquer où tu lis, dans le texte de cet arrêté ministériel, qu'un traitement de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement ???

J'aimerais que tu veilles à apporter sur ce forum des informations pertinentes, avec des liens menant sur de véritables textes de référence.

Si ce n'est pas le cas, dorénavant j'effacerai tout lien non pertinent, et toute partie de message ou message entier contenant des informations erronées. Notre forum n'a pas vocation à désinformer.

D'autre part je souhaiterais un langage un peu plus mesuré sur ce forum destiné à des personnes fragiles.

Merci de bien vouloir tenir compte de ces mises en garde.




http://agmed.sante.gouv.fr/htm/5/5210c.htm#hypno

4. Prescription des hypnotiques et anxiolytiques
La prescription des hypnotiques et des anxiolytiques doit reposer sur une analyse soigneuse de la situation clinique, en cherchant à séparer ce qui relève des difficultés transitoires et des réactions à une pathologie somatique, de la pathologie psychiatrique confirmée. Elle doit être régulièrement réévaluée et tenir compte des indications de l'AMM, de la fiche de transparence et de l'arrêté du 7 Octobre 1991. Un traitement datant de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement.
Dans le cadre de cette prescription :
1. Il n'y a pas lieu, dans le traitement de l'anxiété, d'associer deux anxiolytiques (benzodiazépine ou autre).
2. Il n'y a pas lieu d'associer deux hypnotiques.
3. Il n'y a pas lieu de prescrire des anxiolytiques et/ou des hypnotiques sans tenir compte des durées de prescription maximales réglementaires (incluant la période de sevrage) et de les reconduire sans réévaluation régulière.
Les durées de prescription doivent être courtes et ne pas excéder :
  • 4 à 12 semaines pour les anxiolytiques ;
  • 2 à 4 semaines pour les hypnotiques (2 semaines pour le triazolam).
4. Il n'y a pas lieu de prescrire un anxiolytique ou un hypnotique sans débuter par la posologie la plus faible, sans rechercher la posologie minimale efficace pour chaque patient, ni de dépasser les posologies maximales recommandées.



C'est l'anglais, les traductions google, le français ou les trois que tu ne comprend pas ?

Dernière modification par minou8 20/11/2007 à 06h22.
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 20/11/2007, 06h24   #52
lukyluk
 
Messages: n/a
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Un clip sympa sur les médicaments:

http://www.cyril-llorens.com/news/mo...monmedecin.php

Regarde pas le vide du verre; regarde plutôt tout ce qu'il y a de bien en toi!
Courage, les medicaments servent à pallier de façon temporaire: tu as plein de ressources et de capacités pour arrêter les médocs. Un conseil: si tu es dépendant aux médicaments passe à une dépendance moins forte et ainsi de suite jusqu'à ne plus être dépendant; tu peux aussi développer une activité (chant, musique, peinture, poterie...), ça peut aider vraiment! Courage!C'est possible!!
luky insomniaque
  Réponse avec citation
Vieux 20/11/2007, 06h35   #53
lukyluk
 
Messages: n/a
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

???
  Réponse avec citation
Vieux 20/11/2007, 06h52   #54
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par Bob 911
Bonjour,

Bon je pense que cette discution ne mene a rien,car c'est des debat "d'expert" sur des conference,recherche ect....

Mais on sait tous que des experts peuvent dire tout et son contraire en utilsant les meme mot pour le dire.

Moi je suis cartesien,je vient sur ce forum je voit 2 topic sur les benzo,on parle de risque vital engendré par ce médicament,de suicide ,de souffrance ect...Et ce n'est qu'un forum parmit tant d'autre.

Les medecin ne prenne pas les medicaments,ensuite dans la medecine on ne peut etre specialisé en tout.Le docteur dupagne est peut etre un bon generaliste.
Mais ne peut rivaliser avec le psychiatre qui ma suivit pendant des années.Qui a consacre toutes sa vie a l'aide au toxicomane,et donc de ce faite une experience bien plus grande des traitement au benzo.

Car tout les toxico on un traitement benzo.

Ce que je voit c'est que l'on balance de liens et que en cherchant 5 min sur google on va trouver une etude qui dit le contraire.

Mais HoOoo quand est ce que l'on va prendre en compte ce que dit le patient!!!!!

C'est quand meme lui le 1er concerné.

Faire des etude sur les effet sur le cerveau des benzo ok,mais prendre le medicament et vivre les effet positif et negatif du traitement en est une autre.


Sur l'anecdote de mon dernier post sur la psychiatre en chef du service psychiatre de l'hopital ou j'ai etait.
Je signale que cette hopital est l'un des plus grand et des plus reputer de Lyon.

On voit la l'empleur du probleme.Etre medecin c'est soigner des etre humain pas reparer une voiture.
Quand les gens du corps medical a force de cotoyer la soufrance ne se rende plus compte de celle ci,la sa devient dangereux.

Alor batter vous a coup d'etude qui dit tout et rien,mais regardez le nombre de temoignagne de personne qui on d'énorme soufrance dut au benzo!!!

Quand au fait que le doc.dupagne dit que sa touche 1 personne sur 1 millions.Ok c'est un chiffre sur un bout de papier,demain on peu trouver exactement le contraire.

Les medecin generaliste prescrive des benzo pr des gens qui on des petit probleme ,insomnie passagere,petit stress ect...

Moi si j'avait un conseil a donner a ce docteur c'est d'aller voir un centre pour toxicomane,rencontrer des psychaitre competent (et deja sa c'est difficile).

Puis de voir les "vrai "patient qui on recourt au benzo,pour des bouffé delirante,pas une petite angoisse passagere!!!

Et la je suis sur qu'il verra l'ampleur du probleme.

Pour finir je commence a voir minou8,que quand on parle de ça on se heurte soit a des gens qui vont dire que sa n'existe pas ou qui ne veulent pas le voir et le dire.

Bref on est pas ds la m...de.
Et pendant ce temp les gens souffre,c'est toujour facile quand on est de l'autre coté de la barriere .C'est pas nous qui souffront.

@+++


Fait attention aux benzodiazépines :

Ce texte est pour les ISRS mais va tres bien aux benzos.

"Ce que nous savons, c'est que la plupart des drogues de rue[c'est-à-dire: l'héroïne et la cocaïne] sont solubles dans l'eau. Ainsi, on peut aller dans en Detox Center et se sevrer de ces drogues en quelques jours (7 à 10 maxi). Ce n'est pas possible avec les benzodiazépines, car le médicament met des mois ou des années pour se libérer de l'organisme.

La drogue n'est plus absorbé, mais elle est stockée dans diverses parties du corps, comme les ISRS sont liposolubles et que ces drogues sont connus pour se lier à la protéine. Nous n'avons aucun moyen de savoir quand cette situation se termine parce que beaucoup ont connus l'expérience "des poches de drogues" où la drogue qui a été stocké dans le corps et rejetés - en raison de l'exercice, la perte de poids, sueurs, ou un certain nombre d'autres raisons. Le corps naturel expulse ce qui est anormal et toxiques. Cela semble être une raison que ces drogues peuvent être si difficile a sevrer."

Sans source.

Je te rappel que :
C’est le Rohypnol qui est dangereux !
http://asso.nordnet.fr/gt-nord/rflexion/rohypcm.html



Ce débat d'expert (je n'ai aucune formation médical) doit t'interresser car il détermine pour toi la fourchette de la duré du sevrage qui peut varier de quelques jours à plusieurs années...
Je pense que cela doit etre important pour toi et pour ta decision d'un sevrage...non ?

Il est souvent necessaire et préférable d'etre en arret maladie pendant toute la periode du sevrage (le syndrome de sevrage aux benzodiazépines est une maladie iatrogénique).
Ne pas employer de substituts, mais reduire uniquement les doses doucement et a son rithme.



Et en prévention : attention aux neuroléptiques et neuroleptiques cachés qui entrainent

7-Dyskinésies tardives +++
# Bucco- linguo - faciales surtout
# Peuvent survenir plusieurs années après l'arrêt du traitement et sont irréversibles
# Surviennent dans 20 à 40 % des traitements chroniques

http://www.paris-nord-sftg.com/cr.psychotropes.96.htm


et
worstpills

http://www.worstpills.org/public/page.cfm?op_id=5

en traduction google : http://translate.google.com/translat...fm%3Fop_id%3D5


Les réactions indésirables aux médicaments sont une des principales causes de décès aux Etats-Unis. La plupart du temps, ces événements dangereux auraient pu et dû être évitée.




Environ 163000 anciens Américains souffrent de graves déficiences mentales (pertes de mémoire, démence), soit causée ou aggravée par la drogue. Selon une étude menée dans l'Etat de Washington, dans 46% des patients à qui l'ont prescrit de la drogue mental, le problème est Causés par les tranquillisants légers ou somnifères et dans 14%, par des médicaments contre l'hypertension artérielle , et dans 11%, par des médicaments antipsychotiques.(Voir la liste des médicaments qui peuvent provoquer ou aggraver la démence.)



Induits par les médicaments, la dyskinésie tardive est développé chez 73000 adultes âgés; cette condition est la plus grave et la commune de réactions indésirables aux médicaments antipsychotiques, et il est souvent irréversible. La dyskinésie tardive se caractérise par des mouvements involontaires du visage, des bras et des jambes. Environ 80% des personnes âgées reçoivent les médicaments antipsychotiques n'ont pas de la schizophrénie ou d'autres conditions qui justifient l'utilisation de ces médicaments puissants, un si grand nombre de ces patients ont de graves effets secondaires de médicaments qui ont été prescrits à tort. (Voir la liste des médicaments qui peuvent causer Dyskinésie tardive ou d'autres troubles du mouvement.)

Induits par les médicaments, le parkinsonisme s'est développée dans 61000 adultes âgés également dues à l'utilisation de médicaments antipsychotiques tels que l'halopéridol (HALDOL), la chlorpromazine (THORAZINE), la thioridazine (MELLARIL), trifluoperazine (STELAZINE), et fluphénazine (PROLIXIN). Il existe d'autres parkinsonisme Inducteurs de la drogue, tels que le métoclopramide (REGLAN), prochlorperazine (COMPAZINE), et promethazine (PHENERGAN), prescrits pour des problèmes gastro-intestinaux. (Voir la liste des médicaments qui peuvent causer parkinsonisme.)


Un homme de 58 ans développe le parkinsonisme du aux drogues antipsychotique employée pour traiter son problème « d'entrailles irritables (douleurs intestinales »

Larry, un homme autrement en bonne santé de 58 ans avec la diarrhée pensée pour être dû « au syndrome irritable d'entrailles, » a été donné Stelazine, un tranquillisant antipsychotique puissant « à calmer en bas » de sa région intestinale. Stelazine n'est pas même approuvé pour traiter de tels problèmes médicaux. Pendant six mois après avoir commencé Stelazine, le parkinsonisme grave développé par Larry et a été commencé sur la L-dopa, une drogue pour traiter le :maladie de Parkinson. Vraisemblablement, le docteur n'a pas réalisé que le parkinsonisme était induit par la drogue, et le Stelazine suite. Pendant sept années, Larry a pris les deux drogues. Alors un neurologue spécialisé dans le :maladie de Parkinson a vu Larry, a identifié la vraie cause de son problème, arrêtée le Stelazine, et lentement a retiré la L-dopa au-dessus d'un semestre. Larry grave, parkinsonisme de neutralisation s'est dégagé complètement.

Comme mentionné ci-dessus, 61.000 adultes plus âgés développent le parkinsonisme drogue-induit tous les ans. Au moins 80% d'entre eux, comme Larry, devrait jamais n'avoir été mis sur les drogues causant le parkinsonisme en premier lieu. En outre, comme dans la situation de Larry, une grande proportion de ces personnes ont des médecins qui pensent que leur parkinsonisme s'est développé spontanément.

Les médecins non seulement ne suspectent pas qu'il soit provoqué par une drogue telle que Stelazine, ou d'autres drogues antipsychotiques (Reglan, Compazine, ou Phenergan), mais ils ajoutent une deuxième drogue pour traiter la maladie qui a été provoquée par la première drogue.

Le même neurologue qui « a guéri » Larry de son parkinsonisme drogue-induit a vu, depuis juste trois années, 38 autres patients présentant le parkinsonisme drogue-induit et 28 avec le dyskinesia tardive drogue-induit.

Aucune de ces personnes n'était psychotique, l'une justification pour les médicaments antipsychotiques. Les raisons les plus communes pour l'usage des drogues induisant le parkinsonisme étaient l'inquiétude chronique et des plaintes gastro-intestinales. Le coupable le plus fréquent (dans 19 de ces 39 patients) était le metoclopramide (REGLAN), habituellement prescrit pour la brûlure d'estomac, ou pour la nausée et le vomissement. Les médecins prescrivent souvent Reglan avant d'essayer d'autres méthodes plus conservatrices et plus sûres. D'autres drogues qui ont apporté sur le parkinsonisme ont inclus Compazine, Haldol, et Thorazine

Dernière modification par minou8 10/02/2008 à 09h45.
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 20/11/2007, 07h40   #55
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 876
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par minou8
Fait attention aux benzodiazépines :

Ce texte est pour les ISRS mais va tres bien aux benzos.

Ce que nous savons, c'est que la plupart des drogues de rue[c'est-à-dire: l'héroïne et la cocaïne] sont solubles dans l'eau. Ainsi, on peut aller dans en Detox Center et se sevrer de ces drogues en quelques jours. Ce n'est pas possible avec les benzodiazépines, car le médicament met des mois ou des années pour se libérer de l'organisme.

Bonjour,

Vous dites toujours autant de bêtises. C'est fatigant.

Vous mélanger la persistance du produit dans l'organisme, la dépendance et le syndrome de sevrage ou les troubles liés au manque.

Se débarrasser de la dépendance à l'héroïne en quelques jours ? Mais vous vivez au pays des fées ! Quelle insulte pour les toxicomanes qui vous lisent.

Le haschich est un des produits les plus lentement éliminé. Il crée pourtant un syndrome de sevrage faible, même si elle est réelle chez certains.

Enfin, que viennent faire les neuroleptiques dans cette discussion ?

Je ne pourrai pas vous laisser éternellement dire n'importe quoi sur ce forum. Laissez la parole a vos amis qui sont capables de soutenir un échange sensé et constructif.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 23/11/2007, 09h10   #56
Bob 911
 
Messages: n/a
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Bonjour,

Je voudrait revenir sur ce qu'a dit le Doc.Dupagne,c'est a dire que le syndrome prolonger de sevrage touche quelques centaine de personne sur des millions d'ordonnance.

Bon moi j'ai pas fait d'etude de medecine ou meme scientique.Mais je raisone de façon logique.

Je pense que dans ces millions de prescription,il faut différiencier les patients qui pour un petit stress vont avoir un traitement au benzo de 1,2 semaines,a la limite 1 mois mais pas plus.

Et les gens comme moi qui prenne des benzo depuis 1999--->2007 (et c'est loin d'etre finit).Soit deja 8ans de traitement.Plus les abus lors de ma toxicomanie.

Je pense que c'est les gens qui on un traitement a long terme au benzo qui risque de souffrir de ce syndrome.

Donc sur les millions d'ordonnace,en prennant les traitement a long terme,sa enleve a mon avis pas mal de personne.

C'est pour cela a mon avis qu'il faudrait faire des etude par "type de patient".Les toxicoman,les gens tres angoissé de nature ou pour des raison psychologique grave,et les gens (comme ma mere par exple) qui on un passage a vide et qui prenne des benzo pendant une courte durée.

Apres evidement y a plein de facteur a prendre en compte ,on ne reagit pas tous pareil face a une meme molecule.

Cela dit,moi sa me fait flipper car je suis sorti de la drogue depuis juillet 2006,donc un peu plus d'1 an.
Et je me rend compte que c'est maintenant que le combat commence :me reinserer dans la societé (socialement,professionellement,sentimentalement)

Sa engendre beaucoup de demarche et d'efforts.Alor si le jour ou je me suis stablisé dans ma vie et que j'arrete progressivement mon traitement.
Et que là je me retrouve avec ce syndrome,mais y a de quoi devenir fou.

Je veut bien me battre pour m'en sortir mais je suis humain,au bout d'un moment sa risque d'etre insuportable et je pourrai replonger dans la solution de facilité ---> la drogue.

J'ai en plus un traitement de neuroléptiques,donc serieu j'avou que sa me fait vraiment flipper tous ça.

@+++

PS: j'ai vu dans un post que l'on parler du donormile,j'en ai prit pendant un temp (prblm d'insomnie aussi).un gros defaut a ce medicament c'est que le matin on se reveille on est cassé en deux,extremement fatigué.
Le stilnox m'a semblait mieu,mais a aussi des coté sombre: dependance,et peut etre detourner comme une defonce.

A chacun a ce niveau de voir ce que va le mieu.De toutes façon aucun traitement n'est parfait.

PS²: doc dupagne dans mon dernier post j'ai etait un peu virulant,vous donnant meme des conseils (sursaut d'orgeuil...)
Bon j'etait un peu enervé,je ne peut pas savoir si oui ou non vous etes competent,et je ne le sortait jamais.
C'est pas en lisant des lignes sur un ecran que l'on peut savoir ça.
Je veut bien vous croire ou pas,le seul truc c'est que je me pose beaucoup de question.Et que j'ai l'impression que dans ce topic l'un dit blanc,2 posts après on dit noir,donc....
  Réponse avec citation
Vieux 24/11/2007, 05h18   #57
Bob 911
 
Messages: n/a
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Re bonjour,

J'ai vu ma psychiatre ce vendredi et on a parlé longuement de ce syndrome.

Elle a reconnu qu'il existait mais etait rare,me disant qu'en plus de 15 ans de suivit et d'aide au sevrage au benzo.Elle n'a jamais eu de patient qui on etait atteind par ça.

Elle m'a expliquer qu'effectivement c'est genetique,on est programmer pour avoir certaine reaction a certaine addiction.

Par exple (c'est les exple qu'elle m'a donné) : quelqu'un va toucher une fois a la cocaine,10ans apre il y pensera toujours.
Ou quelqu'un qui fume 2 paquet par jour et qui arrete du jour au lendemain sans trop de mal et ne refume jamais.

Puis elle ma dit que malheureusement si j'avait ce syndrome il n'y a pas 36 milles solution:

-soit je souffre le temp qu'il faut (sa peut allé jusqu'a 10ans)

-soit un traitement (meme leger) au benzo a vie.

Elle ma aussi expliqué que ce syndrome arrivait generalement a des gens qui avait consommer vraiment beaucoup de benzo.Quand je dit vraiment beaucoup,c'est enormement.Car elle m'a assurer que mes excet de benzo on etait eliminer depuis plus d'1 ans que j'ai decrocher de la came et que je me tiens a une prescription de 3 xanax 50/jour ,et 2 0.25/jour.

Tout cela est plutot une bonne nouvelle pour moi.

Sinon minou8 comme ma psy m'a expliqué un petit traitement au benzo (2 xanax 0.25/jour par exple) a vie peut etre la solution.C'est toujour mieu que de souffirir pendant des années.

@+++
  Réponse avec citation
Vieux 24/11/2007, 11h44   #58
Pandore
Pandore
 
Avatar de Pandore
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Paris
Messages: 10 067
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par minou8
C'est l'anglais, les traductions google, le français ou les trois que tu ne comprend pas ?
Bonjour,

C'est toi qui confonds "arrêté ministériel" et "recommandation de l'Afssaps". Ce sont deux sources différentes. Merci d'essayer de citer des sources fiables et de les nommer correctement.
__________________
Pandore

« Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
Paul Valéry



Pandore is offline   Réponse avec citation
Vieux 25/11/2007, 23h09   #59
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par Bob 911
Re bonjour,

J'ai vu ma psychiatre ce vendredi et on a parlé longuement de ce syndrome.

Elle a reconnu qu'il existait mais etait rare,me disant qu'en plus de 15 ans de suivit et d'aide au sevrage au benzo.Elle n'a jamais eu de patient qui on etait atteind par ça.

Elle m'a expliquer qu'effectivement c'est genetique,on est programmer pour avoir certaine reaction a certaine addiction.

Par exple (c'est les exple qu'elle m'a donné) : quelqu'un va toucher une fois a la cocaine,10ans apre il y pensera toujours.
Ou quelqu'un qui fume 2 paquet par jour et qui arrete du jour au lendemain sans trop de mal et ne refume jamais.

Puis elle ma dit que malheureusement si j'avait ce syndrome il n'y a pas 36 milles solution:

-soit je souffre le temp qu'il faut (sa peut allé jusqu'a 10ans)

-soit un traitement (meme leger) au benzo a vie.

Elle ma aussi expliqué que ce syndrome arrivait generalement a des gens qui avait consommer vraiment beaucoup de benzo.Quand je dit vraiment beaucoup,c'est enormement.Car elle m'a assurer que mes excet de benzo on etait eliminer depuis plus d'1 ans que j'ai decrocher de la came et que je me tiens a une prescription de 3 xanax 50/jour ,et 2 0.25/jour.

Tout cela est plutot une bonne nouvelle pour moi.

Sinon minou8 comme ma psy m'a expliqué un petit traitement au benzo (2 xanax 0.25/jour par exple) a vie peut etre la solution.C'est toujour mieu que de souffirir pendant des années.

@+++

bonsoir
Je te remercie pour ta confirmation médical de l'existance du syndrome pronlongé de sevrage aux benzodiazépines qui peut duré 10 ans pour certaines victimes des benzodiazépines comme moi.
Vivant celui-ci de l'interieur depuis plusieurs années, il est évident que je le savais.
Cela m'avait deja ete confirmé par le médecin de la secu, le médecin du travail et par un autre médecin.
Mais cela t'éclaire toi, parcequ'il est vrai que ce qui est raconté ici par l'équipe d'atoute peut vraiment preter a confusion (pour ne pas dire : un tissus de connerie).
J'apporterai juste une petite bemole à ce que t'as dit ton médecin,en effet ce symptome prolongé peut faire suite à un traitement à dose thérapeutique et non forcement à forte dose.
Pour ce qui est de la duré de 10 ans, cela n'arrive qu'aux personnes victimes de traitements tres long, soit 10, 20 ans. Pour ceux qui le désir, plus tot on arrete, plus "rapide" est le sevrage.
Les témoignages de sevrage reussis sont nombreux sur internet.

En ce qui concerne le traitement à vie et à faible dose, je te remercie mais c'est un choix que j'ai fait il y a plusieurs années déjà, pour moi la liberté est un élément essentiel de la vie. Les benzodiazépines ont été pour moi un piège et une prison dont on ne m'a jamais informé des dangers. La fin du sevrage sera un retour à la liberté poour moi.


Je te conseil à ce sujet la lecture de l'article du professeur Cohen :

"En d'autres termes, aucune caractéristique chimique ne peut distinguer entre un psychotrope appelé " drogue " et un autre appelé " médicament ""

http://www.personnalitelimite.org/dr...dicaments.html

Que j'ai trouvé sur :

benzodiazépine
http://cid-1a9bf45e79c64b0c.spaces.live.com/

et rappel toi que malgré l'apparente honneteté de ta psy :

"Going to a psychaitrist has become on of the most dangerous thinks a person can do."
professeur peter Breggin

http://www.benzo.org.uk/kwotez.htm

professeur peter Breggin

ou

http://www.harborside.com/~equinox/welcome.htm

http://64.233.179.104/translate_c?u=http%3A%2F%2Fwww.harborside.com%2F~e quinox%2Fwelcome.htm&langpair=en%7Cfr&hl=fr&ie=UTF8


En attendent bravo pour ton arret de la drogue de rue, en espérant pour toi que ce n'est qu'un début du chemin vers la liberté, si tu le desir et non vers la camisole de force chimique que sont ces médicaments (poisons serait plus juste).

Je rappel une nouvelle fois :

"Il est plus difficile de sevrer des gens des benzodiazépines que de l'héroïne. Il semble juste que la dépendance est très ancré et les symptômes sevrage sont si intolérables que les gens ont beaucoup de problèmes à s'en défaire. L'autre aspect est que avec de l'héroïne, généralement, le sevrage est terminé sous une semaine ou deux. Avec les benzodiazépines, une proportion de patients ont des symptômes à long terme, ceux-ci sont très difficilement supportable mois après mois, et je reçois des lettres de gens disant que cela peut dure pour deux ans ou plus. Certains de ces groupes de victimes des tranquillisants peuvent documenté sur des personnes qui ont encore des symptômes de sevrage dix ans après l'arrêt. "
Professeur Malcolm H Lader , Royal Maudesley Hospital,

et

"Les pires ravages attribués à la drogue ne passent pas l'action véreuse d'un dealer propriétaire d'un coin de rue, mais par celle d'un vénérable médecin lové dans son cabinet."

http://www.ledevoir.com/2002/09/25/9827.html

et

Les dépendances tranversales aux autres drogues et alcool se produisent dans 73% d'utilisateurs de benzodiazépine - pour beaucoup de victimes qui n'avaient jamais employé ou euent de problèmes avec l'alcool ou d'autres drogues précédemment.

Cela conduit souvent les médecins prescripteurs a augmenté les doses et / ou de prescrire un autre benzodiazépine et / ou de la toxicomanie pour les autres drogues, principalement l'alcool, pour supporter les symptômes de sevrage.

http://translate.google.com/translat...gshock%2 ehtm

Dernière modification par minou8 26/03/2008 à 08h39.
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/11/2007, 08h23   #60
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 876
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par minou8
et rappel toi que malgré l'apparente honneteté de ta psy :

"Going to a psychaitrist has become on of the most dangerous thinks a person can do."
professeur peter Breggin

http://www.benzo.org.uk/kwotez.htm

Allez voir un psychiatre est la chose la plus dangereuse qu’une personne puisse faire.
professeur peter Breggin


En attendent bravo pour ton arret de la drogue de rue.

Ce qui est pratique avec vous Minou, c'est que l'on n'a même plus besoin de vous apporter la contradiction, vous vous discréditez vous-même par vos excès, votre incapacité à débattre et à entendre l'autre.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 18/12/2007, 13h17   #61
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

De la lecture sur le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines durant 10 ans de joan Gadsby


Dernière modification par minou8 27/12/2007 à 15h26.
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 19/12/2007, 14h07   #62
Brice974
 
Messages: n/a
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Salut Minou,

J'espère que je ne suis pas grossier en disant "minou".

C'est un message bien concis que le tien mais qui montre bien ce qu'il a à dire.

J'abonderai dans ton sens.
Les anxiolytiques/hypnotiques ne sont pas anodins, on doit éviter de les prendre sur le long terme(3 mois maximum).
En effet, ils deviennent difficiles à sevrer, entraînent une dépendance psychologique et deviennent inefficaces contre l'anxiété et l'insomnie à la longue.
De plus, ils entraînent des effets indésirables qui perdurent: troubles de mémoire, concentration, coordination.
De plus , les anxio ne couvrent que les manifestations physiques de l'anxiété à la différence des AD qui sont préventifs de l'anxiété psychique.
Ils ont un rôle de barrage mais pas de régulation.
Les anxio sont principalement utilisés dans des moments ponctuels ou pour faciliter le début d'une prise d'AD.

Quand on veut renforcer un AD sur le long terme au niveau de l'anxiété, il est préférable de le remplacer par un anxio non benzodiazépine ou par un neuroleptique sédatif: de toute façon, c'est le praticien qui décide.

J'aime bien radoter.

Il fallait que je mette mon petit message citoyen.

A bientôt
  Réponse avec citation
Vieux 27/12/2007, 14h42   #63
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par Brice974
Salut Minou,

J'espère que je ne suis pas grossier en disant "minou".

C'est un message bien concis que le tien mais qui montre bien ce qu'il a à dire.

J'abonderai dans ton sens.
Les anxiolytiques/hypnotiques ne sont pas anodins, on doit éviter de les prendre sur le long terme(3 mois maximum).
En effet, ils deviennent difficiles à sevrer, entraînent une dépendance psychologique et deviennent inefficaces contre l'anxiété et l'insomnie à la longue.
De plus, ils entraînent des effets indésirables qui perdurent: troubles de mémoire, concentration, coordination.
De plus , les anxio ne couvrent que les manifestations physiques de l'anxiété à la différence des AD qui sont préventifs de l'anxiété psychique.
Ils ont un rôle de barrage mais pas de régulation.
Les anxio sont principalement utilisés dans des moments ponctuels ou pour faciliter le début d'une prise d'AD.

Quand on veut renforcer un AD sur le long terme au niveau de l'anxiété, il est préférable de le remplacer par un anxio non benzodiazépine ou par un neuroleptique sédatif: de toute façon, c'est le praticien qui décide.

J'aime bien radoter.

Il fallait que je mette mon petit message citoyen.

A bientôt

Salut

Merci pour ton message.

Toutefois je rappel que comme toutes les drogues dures, la dependance aux benzodiazépines est principalement physique et non psychologique pour les personnes sujettes aux symptômes de sevrage.

En ce qui concerne les ad, le sujet de la toxicomanie aux ad est traité sur :
antidepresseur
http://cid-c74a0cfabf3a4232.spaces.live.com/

Pour la toxicomanie aux neuroleptiques a long terme et les risques de dyskinésie tardive pour 30 a 40% des personnes traitées et les risques de symptômes de maladie de parkinsonne induite par les neuroleptiques, la dépendance, le sevrage, un vrai poison aussi...merci...(les neuroleptiques sont encore pire que les benzos)

A bientot

Dernière modification par minou8 18/01/2008 à 06h24.
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 27/12/2007, 20h08   #64
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Un autre livre parlant du sydrôme prolongé de sevrage aux benzodiazepines pouvant duré 10 ans


et une citation :
Pour de nombreuses personnes, les benzos sont beaucoup plus difficile a stopper que de l'héroïne, la cocaïne, le crack et d'autres substances illicites, même si pris dans le cadre d'un contrôle du médecin. Le sevrage aux benzodiazepines peut durer des mois, voire des années.

Dernière modification par minou8 27/12/2007 à 20h12.
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/12/2007, 02h18   #65
Imtasare
 
Messages: n/a
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

J'ai pris jusqu'a 6 lexo par jours, j'ai toujours assez bien réussi mon sevrage
en allant doucement, aujourd'hui j'en suis seulement à 2,5 j'espère diminuer le dosage prochainement
  Réponse avec citation
Vieux 28/12/2007, 12h10   #66
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par Imtasare
J'ai pris jusqu'a 6 lexo par jours, j'ai toujours assez bien réussi mon sevrage
en allant doucement, aujourd'hui j'en suis seulement à 2,5 j'espère diminuer le dosage prochainement

Bravo !
Pour certain c'est plus facile que pour d'autre...
Mais bon courage pour la suite de ton sevrage, tu vas dans le bon sens.
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/12/2007, 13h29   #67
Imtasare
 
Messages: n/a
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Merci pour tes encouragements
  Réponse avec citation
Vieux 28/12/2007, 22h01   #68
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par Imtasare
Merci pour tes encouragements

De rien, du courage tu nous montre bien que tu en as.

J'ajoute juste que pour les benzodiazepines :

Les benzodiazepines peuvent causer de l'anxiété !


Il ne semble guère que les benzodiazépines conservent leur efficacité après quelques mois. En fait, à long terme l'utilisation des benzodiazépines peut même aggraver les troubles anxieux
.
De nombreux patients trouvent que les symptômes d'anxiété augmente progressivement au fil des années en dépit de l'utilisation continue des benzodiazépines, et les crises de panique et l'agoraphobie peut apparaître pour la première fois après des années d'utilisation chronique
.
Une telle aggravation des symptômes à long terme au cours de l'utilisation des benzodiazépines est probablement dû au développement de la tolérance aux effets anxiolytiques, de sorte que les symptômes de sevrage apparaissent même dans le maintien de la présence de la drogue. Toutefois, la tolérance ne peut pas être complet et les usagers chroniques parfois rapport continué d'efficacité, qui peut être en partie due à la suppression des effets de sevrage. Néanmoins, dans la plupart des cas, ces symptômes disparaissent progressivement, s'affine après le succès et le sevrage des benzodiazépines.

http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=http://agmedad.wordpress.com/2006/12/18/end-of-benzodiazepine/&sa=X&oi=translate&resnum=9&ct=result&prev=/search%3Fq%3Dpetition%2Bbenzodiazepine%26start%3D1 0%26hl%3Dfr%26rlz%3D1T4ADBF_frFR241FR242%26sa%3DN
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/12/2007, 23h47   #69
ellipse
 
Messages: n/a
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

...

Dernière modification par ellipse 16/03/2008 à 22h26.
  Réponse avec citation
Vieux 29/12/2007, 21h07   #70
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par ellipse
Hello Minou8,

T'en a pas marre ? Car moi perso tu me fais franchement ch*$, T'as un autre mode de communication que celui du robot ? Observe toi mince... Tu cherches à convaincre ? T'as rien compris alors...

Ellipse

Merci pour ton message, il m'encourage beaucoup.
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 29/12/2007, 23h59   #71
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

ou il est question de syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 06/01/2008, 13h49   #72
Brice974
 
Messages: n/a
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Bonjour Minou8,

Tu devrais changer ton pseudo et mettre "Benzovirus".

Tiré de l'assemblée nationale:

"Les risques liés au sevrage ne doivent pas être confondus avec les risques liés à la dépendance

En termes de santé publique, le problème majeur généré par l'usage de médicaments psychotropes n'est pas celui de la dépendance, laquelle ne concerne qu'une très faible minorité d'usagers, mais celui de la prévention et du traitement du syndrome de sevrage.

Le risque concerne essentiellement les anxiolytiques et hypnotiques de la famille des benzodiazépines.
La fréquence d'apparition d'un syndrome de sevrage chez les consommateurs chroniques de benzodiazépines se situe entre 15 et 26 %, mais les fréquences augmentent avec l'ancienneté du traitement (autour de 80 % pour des traitements supérieurs à 3 ans).
Si les causes ayant motivé l'instauration du traitement n'ont pas significativement régressé et qu'une stratégie de sevrage n'a pas été mise en place, les tentatives de sevrage ont alors toutes les chances d'être compromises. "

Ca confirme bien ce que tu dis.

Mais je te trouve un peu trop à sens unique.
Les anxio n'ont pas été inventés pour tuer les gens mais pour soigner( provisoirement certes) l'anxiété physique dans ses aspects les plus aigus.
Il est important de le souligner.
Si j'étais toi, pour passer pour quelqu'un de plus impartial, je rajouterai quand même les côtés positifs des anxio benzo , car tu ne peux nier qu'ils peuvent être utiles: à moins de vouloir refaire le monde.

En conclusion, ne pas dépasser 3 mois, sinon le faire de manière non chronique ou en prenant par périodes plateaux selon les médecins et les sites médicaux.
De même, il est judicieux de les remplacer par des anxio non benzo sur le long terme: style Atarax, Buspar.
Parler comme ça je pense est plus convaincant et évite d'effrayer inutilement certains qui prennent par exemple depuis 5 mois.
Sinon tu renforces leur peur: n'est ce pas à cause de ça justement qu'ils prennent des anxio ?
Ne fais pas le lit de leur malheur non plus surtout si tu ne proposes rien en échange.
"Pour se débarrasser de son chien, on dit qu'il a la rage".

A bientôt
  Réponse avec citation
Vieux 09/01/2008, 10h01   #73
minou8
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Avatar de minou8
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: est
Messages: 340
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par Brice974
Bonjour Minou8,

Tu devrais changer ton pseudo et mettre "Benzovirus".


De même, il est judicieux de les remplacer par des anxio non benzo sur le long terme: style Atarax, Buspar.

benzoantivirus peut-être

L'atarax provoque également de la dépendance, donc un syndrôme de sevrage ce qui revient au même et le buspar que je ne connais pas vraisemblablement aussi si il agit sur les recepteurs gaba.

Tu nous fais une presentation de toute la gamme de poisons connus ?

Dernière modification par minou8 18/01/2008 à 06h26.
minou8 is offline   Réponse avec citation
Vieux 09/01/2008, 11h03   #74
Ondine
Modératrice
 
Avatar de Ondine
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: Normandie
Messages: 5 620
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par minou8
benzoantivirus peut-être

L'atarax provoque également de la dépendance, donc un syndrôme de sevrage ce qui revient au même et le buspar que je ne connais pas vraissemblablement aussi si il agit sur les recepteurs gaba.

Tu nous fais une presentation de toute la gamme de poisons connus ?

EN ce qui concerne l'atarax, pas d'accord, j'en ai pris et l'ai arrété car la boite était vide lol et aucun manque lié à une dépendance..
C'est un anti-hystaminique au départ hein
__________________
Ondine,
Modératrice "très patiente" de Santé-Psy.

"Science sans conscience n'est que ruine de l' âme."
Ondine is offline   Réponse avec citation
Vieux 09/01/2008, 21h17   #75
mercedès
 
Messages: n/a
Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Citation:
Posté par minou8
benzoantivirus peut-être

L'atarax provoque également de la dépendance, donc un syndrôme de sevrage ce qui revient au même et le buspar que je ne connais pas vraissemblablement aussi si il agit sur les recepteurs gaba.

Tu nous fais une presentation de toute la gamme de poisons connus ?

bonsoir minou, j'ai suivi tes commentaires qui m'ont beaucoup intéressée.. d'autant plus que je suis très concernée par le problème étant dépendante du lexomil depuis plus de 15 ans et peut être plus.. j'ai déjà essayé plusieurs fois de suite le sevrage sans succès même en réduisant à très petite dose... je suis d'accord avec toi sur le terme torture chimique sur les effets secondaires dues à ce sevrage.. car c'est une torture physique il faut bien le reconnaitre.. donc j'ai préféré continuer qu'endurer ça...

et puis pour une raison de santé différente j'ai du consulté très récemment un professeur en médecine interne qui m'a prescrit entre autre de l'atarax pour dormir.. hors je prennais déjà ce fameux lexomil... si je n'avais pas posé la question à son assistante je me voyais donc avec deux anxiolitiques.. donc ce même professeur m'a conseillé d'arrêter le lexomil me disant que c'était une cochonnerie et de prendre à la place de l'atarax. hors c'est en consultant sur le net que j'ai vu que l'atatax appartenait aussi à cette famille mais que le molécule était différent...

ça fait le deuxième jour que jai arreté mon demi comprimé de lexomil le soir directement sans diminuer auparavant et pris en remplaçement un comprimé d'atarax 25 mg... que dire j'écoute le professeur il doit savoir ce qu'il fait.. mais c'est pas simple, je dirais même assez dur..

premier jour abrutie complètement et envie de dormir avec en plus les effets sevrage connue lexomil..

deuxième jour c'est à dire aujourd'hui ça va un peu mieux car j'ai pris qu'un demi comprimé d'atarax ..

ma conclusion... là je tiens sans lexomil le soir depuis 2 jours .. donc à se poser la question si l'atarax serait un relais dans le sevrage du lexomil je ne sais... en tout cas j'ai l'impression que mon reflux gastrique que j'ai depuis des années me semblerait moins fort.. donc est ce que le lexomil en plus ne favorisait pas ce problème? car je n'ais pas vu de personnes témoignant ce cette forte gène qui pourtant est assez invalidante.. gorge irritée en permanence..

je vais donc essayer de tenir , j'ai peur de ne pas y arriver car c'est pas la joie j'ai l'impression d'être complètement déconnectée .. si j'avais su je n'aurais jamais pris ce lexomil qui en fait n'a jamais résolu mes problèmes d'anxiété..

je viendrai tenir au courant sur mon sevrage ..si j'arrive à tennir le coup..

amicalement
  Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.