Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Médecine 2.0
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Médecine 2.0 Par analogie avec le Web 2.0, je lance ici un forum sur l'évolution de la médecine, ou plutôt le bouleversement qu'annonce la révolution 2.0 dans le monde médical. Attention à ne pas poster de questions médicales sur ce forum.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 17/09/2014, 02h00   #1
dhanvantari
Membre
 
Date d'inscription: septembre 2014
Messages: 5
Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Bonjour,

Vous trouverez peut être ce topic un peu paradoxal mais allons-y quand même...

J'ai regardé la conférence donnée par le dr. Dupagne à l'EHESS sur la médecine 2.0 disponible sur youtube, et elle a réveillé en moi de nombreuses interrogations. Interrogations venant de mon expérience quotidienne en tant qu'accompagnant thérapeutique.

Je suis praticien en Ayurvéda (Médecine traditionnelle indienne). De formation scientifique (Master en sciences de l'évolution), je suis partis en Inde où j'ai découvert l'Ayurvéda. Je n'ai pas suivis de cursus universitaire en médecine traditionnelle (il en existe un reconnu en Inde difficilement accessible aux étrangers), j'ai privilégié un enseignement de terrain avec un médecin issu d'une famille où l'on pratique cette médecine depuis de nombreuses générations. J'y suis encore.

L'objet de cette intervention n'est pas de créer un débat autour des fondements théoriques de l'ayurvéda ou de toute autre médecine traditionnelle (comme la médecine chinoise), mais plutôt d'interroger la place de ces médecines dans la prise en charge des patients.

Il existe une réelle demande de médecines alternatives ou complémentaires en France. Et je constate une fracture immense entre le besoin des patients et les réponses proposées, entre le corps médical "officiel" et les thérapeutes dits "non-conventionnel", et il faut le dire, entre les patients et la médecine moderne.

Ces fractures sont pour moi dangereuses.

Du coté des patients (bien qu'il y est un biais évident dans mon interprétation au regard du public attiré par ces médecines), j'observe une radicalisation des propos. Certains fustigent des séjours à l'hôpital catastrophiques, un mépris de la personne, une "bureaucratisation du corps", une dépersonnalisation, des traitements et interventions chirurgicales abusives, une absence d'écoute, aucune prise en charge des effets secondaires de traitements, de la douleur, des acharnements abrutissants, etc. La liste de griefs est longues. Et je suis parfois obligé d'adoucir les moeurs pour éviter une démédicalisation dangereuse envisagée par certains patients, porte ouverte aux abus et aux dérives sectaires.

De l'autre coté, celui des "thérapeutes", je constate également une radicalisation. Celle des thérapeutes "alternatifs, en proie", il faut bien reconnaître que la MIVILUDE a raison sur ce point, aux dérives sectaires. Des régimes alimentaires contraignants et carencés, des pratiques psychologiques douteuses, culpabilisations, surenchères, manifestation de toute puissance, aucun recul scientifique sur leur méthode. Finalement, j'observe aussi ce même genre de comportement dogmatique chez certains médecins conventionnels (souvent de "l'ancienne génération", qui pour certains d'entre vont jusqu'à prétendre que les vertus médicinales des plantes ne sont qu'un résidu de croyances magiques et qui ne veulent même pas entendre parler de médecines alternatives, quitte à perdre définitivement leurs patients.

Toutes ces problématiques, je les vis au quotidien dans mon activité professionnelle. Mon activité est limitée pour des raisons légales. Mais si la législation répondait aux problématiques de fond, çà se saurait!

Pour y répondre dans le concret, j'essaye de m'entourer d'un réseau avec qui je peux échanger. Mais il est très difficile de se faire une place dans le corps médical, même pour un simple dialogue...

Je ne détaillerai pas dans ce message les cas que j'ai rencontré, je pourrais m'étendre un peu plus sur le sujet si vous le souhaitez. Les témoignages parlent souvent mieux que les conclusions souvent hâtives.

Bon, si je continuais comme çà, mon message aurait plus l'air d'un coup de gueule que d'une interrogation...

Alors ma question est la suivante : comment peut-on envisager le rôle (ou l'absence de rôle) des médecines traditionnelles ou alternatives dans ce que vous appelez la médecine 2.0, notamment par rapport à la question de la subjectivité et de la cohérence des réseaux de prise en charge des patients?

Dernière modification par dhanvantari 17/09/2014 à 02h17.
dhanvantari is offline   Réponse avec citation
Vieux 17/09/2014, 03h17   #2
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 842
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Bonjour
Une caractéristique importante de la médecine 2.0 est qu'elle décloisonne les exercices et déboulonne les experts illégitimes. Elle apporte la possibilité aux différentes approches thérapeutiques de cohabiter et de s'enrichir mu.tuellement, notamment au travers des communautés de patients. Ces derniers, au contraire des médecins, ne sont pas corporatistes.

C'est donc ce que vous attendiez
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 17/09/2014, 11h12   #3
dhanvantari
Membre
 
Date d'inscription: septembre 2014
Messages: 5
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Citation:
Posté par d_dupagne
Bonjour
Une caractéristique importante de la médecine 2.0 est qu'elle décloisonne les exercices et déboulonne les experts illégitimes. Elle apporte la possibilité aux différentes approches thérapeutiques de cohabiter et de s'enrichir mu.tuellement, notamment au travers des communautés de patients. Ces derniers, au contraire des médecins, ne sont pas corporatistes.

C'est donc ce que vous attendiez

Merci de votre accueil.
J'ai fait un tour d'horizon des discussions du forum, c'est intéressant.
Je trouve cela très humaniste de remettre les patients à l'honneur dans la démarche médicale. Après tout, le soin, c'est pour eux.
dhanvantari is offline   Réponse avec citation
Vieux 18/09/2014, 19h20   #4
Rapsody
 
Messages: n/a
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Citation:
Posté par d_dupagne
Bonjour
Une caractéristique importante de la médecine 2.0 est qu'elle décloisonne les exercices et déboulonne les experts illégitimes. Elle apporte la possibilité aux différentes approches thérapeutiques de cohabiter et de s'enrichir mu.tuellement, notamment au travers des communautés de patients. Ces derniers, au contraire des médecins, ne sont pas corporatistes.

C'est donc ce que vous attendiez


Bonjour Dhanvantari, et d_dupagne,

Tout d'abord, dhanvantari j'ai envie de vous dire que je trouve votre message plein d'équilibre, de maitrise (dans le sens humble du terme), et agréable à lire.
Je ne connais pas la médecine indienne dont vous parlez, même si je l'imagine aisément.
Pour ce qui est de votre questionnement, et de la réponse apportée par d_dupagne, je suis partiellement d'accord.
En effet, la médecine 2.0 décloisonne, permettant aux patients d'aller là ou bon leur semble, sans le "corporatisme" médical imposé.
Mais... : Le panorama web et social découlant de la médecine 2.0, on l'observe ces quelques années reproduit facilement ce qui se passait avant.
Certes ce ne sont plus les "leaders" (médecins, ou dérives sectaires comme dans vos exemples), qui imposent la "fermeture" de point de vue.
Mais ce sont les personnes, initialement non identifiées comme telles (ni médecin ni gourou), qui y arrivent toutes seules.
Car la "toute puissance" que vous mentionnez n'est pas l'apanage des médecins, ou des gourous. Elle est une caractéristique humaine, un biais, un axe recherché dans la nature par beaucoup.
De ce fait, il suffit de lire certaines discussions par exemple sur le sous forum d'Atoute "discussion psy" (pour prendre un exemple que je connais), pour s'apercevoir que des "leaders" émergent, au milieu des patients. Il y aura par exemple ceux qui sont pour, de façon radicale et exclusive, la psychanalyse, ce qui sont contre, de façon tout aussi radicale et exclusive.
Ceux qui considèrent que leurs maux sont exclusivement d'origine "biologique et génétique", ceux qui considèrent que c'est exclusivement environnemental, ou du aux parents.
Ces mêmes patients ne se limitent pas à exprimer leur point de vue, mais bien souvent également à l'imposer.
C'est ce qui me donne envie de "modérer" les propos de d_dupagne, quant à l' optimisme de sa réponse.

Me suis je faite comprendre ?

Bien à vous
Rapsody.
  Réponse avec citation
Vieux 18/09/2014, 20h54   #5
dhanvantari
Membre
 
Date d'inscription: septembre 2014
Messages: 5
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Oui, votre message est très clair, je n'avais pas du tout envisagé les choses sous cet angle.

C'est intéressant. Je me rends compte qu'inconsciemment, il y a toujours cette vision du patient comme passif qui persiste, quand on se positionne comme thérapeute. C'est un réflexe. Pourtant, mon expérience me démontre que lorsqu'il y a une amélioration de l'état de santé du patient, c'est souvent de son fait. Le patient est donc dynamique dans le processus thérapeutique. Un ami psy me faisait remarquer qu'il y avait des améliorations quand le patient s'appropriait son problème. S'il reste dans une position passive, dans lequel on peut le conforter en tant que thérapeute, il peut ne rien se passer. Enfin, cela est peut être valable dans le registre de l'accompagnement, et non de la médecine objective.

Sur l'émergence du leader, qui pose la question de la légitimité et de l'autorité, cela confirmerait aussi l'idée que le post-modernisme a investi le terrain de la médecine. Ca ne serait pas un scoop.
L'idée que tout le monde devienne soit-disant expert en tout relève bien de la problématique de la toute puissance. Savoir c'est pouvoir non? Si je sais quel est ton problème, j'ai un pouvoir sur toi. C'est çà le mécanisme je crois. Pour moi, dans la dynamique thérapeutique, il faut être tout à fait conscient des enjeux psychologiques que suppose le supposé savoir du thérapeute...Pas facile tous les jours.

Pour ce qui est de la psychologie, il y a tellement de courants, de théories, de techniques, que çà devient vite le réservoir à "moi je connais la solution"...Me semble-t-il.

Dans les faits, j'ai bien l'impression qu'on en est aux balbutiements. J'ai même cette intuition que les anciens (comme les yogis, les philosophes au sens classique) connaissaient mieux l'esprit humain que nos contemporains "spécialistes" et occidentaux, "bien sûr". Mais c'est un sujet sensible. J'ai sortis çà à un "progressiste" convaincu à table une fois. La discussion est partis totalement en vrille. J'étais devenu l'obscurantiste de service...J'ai eu l'occasion de fréquenter le milieu psychiatrique, pour des raisons familiales. Comment une personne qui ne se connait pas elle même pourrait comprendre quoique ce soit de l'esprit d'un autre?

Pour aller plus loin dans la réflexion...La spécialisation et la "rationalité" de la science n'a t-elle pas comme potentielle conséquence de perdre de vue le fond du sujet...Je m'explique par un exemple. En master, j'avais des cours d'écologie quantitative (on s'amusait à faire des graphiques avec des taux de reproduction, de survie, il y en a même qui ont été jusqu'à modélisé la théorie du chaos dans le comportement des lemings avec çà), c'était passionnant (même si comme tout naturaliste qui se respecte, j'étais une quiche en maths donc je galérais). Je me souviens qu'à la sortie du cours, je me suis baladé dans la nature. J'ai sentis un tel décalage entre ces artifices intellectuels et la réalité que c'est entre autre ce qui m'a motivé à ne pas persister à la fac...(pas que bien sûr, mais c'est une autre histoire).

N'y aurait-il pas ce problème en médecine? En pharmacologie?

Et si on parlait de subjectivité...

Par curiosité, quelle image vous faîtes vous de la médecine ayurvédique? (ne trichez pas hein, n'allez pas sur google )

Dernière modification par dhanvantari 18/09/2014 à 21h10.
dhanvantari is offline   Réponse avec citation
Vieux 18/09/2014, 21h12   #6
Rapsody
 
Messages: n/a
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Citation:
Posté par dhanvantari
Par curiosité, quelle image vous faîtes vous de la médecine ayurvédique? (ne trichez pas hein, n'allez pas sur google )


Bon, ce genre de question, pour avoir une chance d'être sincère, il faut répondre rapidement, sur le vif.
Je répondrais donc au reste plus tard.
L'image que je m'en fais, avec les quelques repères que vous avez mentionnés dans votre post (Inde, etc...):
- Ayant pour objectif de "libérer", plus que de "soigner".
- Reposant sur une connaissance immense et historique liée à l'expérience des soignants dans le temps, plus que "scientifique" (un peu comme la jurisprudence pour le droit).
- Intégrant la personne (patient, il n'y a pas d'autre mot chez nous) et le "soignant" dans un tout (esprit, corp, coeur, spiritualité si on ne limite pas cette dernière à l'esprit).
- Incluant le toucher, dans l'acte de soin, ainsi que d'autres choses que je ne connais pas. Donc au delà de la chirurgie ou des médicaments.
- Reposant sur les ressources de la nature (plantes, etc...).
- Qui, (peut être comme la médecine traditionnelle ? mais sans doute plus encore), recquière une adhésion du "patient" au soin (cf ce que vous dites plus haut sur "l'appropriation par le patient de ses maux".
Euh, voilà pour l'essentiel.
Tout ceci pouvant, bien sur, plus encore que la médecine traditionnelle, inclure des charlatans, du fait de la non repertorisation (ça se dit ?) scientifique de la connaissance. Et bien sur inclure également des "soignants" extrêmement compétents.

Alors, docteur, ai je bon ?
  Réponse avec citation
Vieux 18/09/2014, 21h28   #7
Rapsody
 
Messages: n/a
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

J'ai 3 remarques par rapport à votre post:

- "savoir c'est avoir le pouvoir, qui implique être conscient de son impact thérapeutique":
Je ne suis pas de cet avis, la connaissance et le pouvoir n'ont rien à voir, meme si dans la pratique chez beaucoup si.
Il y a (je ne les ai pas en tete), de nombreuses citations sur le sujet.
Le premier "contre" que j'ai envie de vous répondre est:
- le médecin n'est rien sans le patient.
- le savoir du médecin est inutile si il ne peut l'appliquer au soin d'un patient.
- le patient bien souvent apprend au soignant une nouvelle expérience de soin.
De ce fait, et les points autres seraient surement nombreux à être énumérés, le savoir n'est pas pouvoir.
Il n'est que "véhicule", une position comme une autre.

- "les anciens en savent plus"
Pour certaines (bcp de) choses, oui, pour d'autres, la médecine moderne a apporté beaucoup. Le problème est le même dans tous les domaines (au delà de la médecine):
Il y a un équilibre à trouver entre "faire reposer ses recherches sur les acquis des anciens, sur ce qui est déjà connu", "savoir remettre en question, pour dépasser", "réinventer avec un regard nouveau", "faire perdurer la mémoire, sans que cela fige la pensée".

- trop analyser au risque de perdre le sens (votre ex de la modélisation de je ne sais plus quoi):
Vous opposez les 2 démarches, c'est un tort à mon avis. Elles sont différentes, complémentaires. Les sens que vous percevez en respirant à plein poumons dans la nature sont une réalité, tout aussi réelle que le sens mathématique de telle modélisation. Le problème n'est pas que cette dernière existe, mais que les experts qui travaillent dessus perdent pieds avec "les sens", et considèrent leur démarche scientifique comme unique en terme de sens, et exclusive.

Ca vous va comme retour ?
  Réponse avec citation
Vieux 18/09/2014, 21h32   #8
dhanvantari
Membre
 
Date d'inscription: septembre 2014
Messages: 5
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Oui, vous avez des bons points...C'est très bien, continuez. Hahaha

Pour le toucher...Pas seulement. Les cinq sens sont importants. Dans les textes classiques, il y a cette idée saugrenue qu'une perturbation des sens (plus exactement une utilisation des sens inappropriée) peut favoriser l'émergence de maladies. Ils entrent en jeu dans la thérapeutique. Le toucher par les massages bien sûr, l'ouie aussi, il existe des thérapies sonores mais qui sont plus du ressort du yoga que de l'ayurvéda (cf la science de la musique classique indienne), la vue dans les traitements psychiques (on parle du "spectacle de choses merveilleuses" - abdhut darshana - qui a un potentiel psychothérapeutique, n'est ce pas poétique? ). Le goût est essentiel car on classifie (en partie) l'action des plantes par le goût qu'elles ont (méthode empirique - exemple, amertume = dépuratif "souvent"). L'odorat...Vous avez déjà été dans une épicerie indienne?

Les sens sont reliés aux éléments et ce sont les éléments qui forment les "humeurs" en ayurvéda. L'ayurvéda est clairement une médecine humorale.

Pour ce qui est de la "scientifisation" de l'Ayurvéda. Des efforts colossaux sont fournis chaque jour. Depuis l'indépendance, l'Inde a créé des universités d'Ayurvéda, un département du ministère de la santé alloué à la discipline, et qui dit fac dit recherche. Chaque fac a son labo et les méthodes employées sont clairement scientifique. Tests statistiques, analyses biochimiques, etc...Ils ont même leur revue...Quant à leur "impact factor" comme on dit. Néant. Malheureusement. On dit que les plantes ne sont pas assez étudié en pharmacologie. C'est totalement faux. Dans les publi modernes, on fait souvent référence aux classiques en introduction, comme pour rendre hommage, puis on s'attaque aux protocoles et résultats cliniques selon des critères "objectifs" et internationaux.

Le gouvernement indien a promu la recherche et l'enseignement de l'ayurvéda dans une perspective de sauvegarde du patrimoine culturel. Il peut y avoir des enjeux "nationalistes" derrière. Mais dans ce cas, çà n'est pas forcément péjoratif, puisque c'est un rempart contre la biopiraterie.
dhanvantari is offline   Réponse avec citation
Vieux 18/09/2014, 21h35   #9
Rapsody
 
Messages: n/a
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Oui, je comprends, et comprends je pense le potentiel de cette médecine.
Medecine, d'autant plus efficace, qu'elle sait reconnaitre ses limites (en espérant que cela soit le cas quand le problème se présente).
  Réponse avec citation
Vieux 18/09/2014, 22h00   #10
dhanvantari
Membre
 
Date d'inscription: septembre 2014
Messages: 5
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Ca me va.
Mais je ne sais si on s'entend bien sur la notion de pouvoir. Quand je dis "savoir c'est pouvoir", c'était au sujet de la toute puissance, donc dans une optique de domination. Si je sais et que tu ne sais pas, je peux te faire faire ce que je veux. Que le savoir soit réel ou pas, c'est pas le problème. C'est de la dynamique psycho-sociale dont il est question. Si j'ai bien compris ce que j'ai lu de lui, c'est toute la réflexion de Foucaut. De fait, ce pouvoir là n'a rien à voir avec la connaissance, j'en conviens. C'est surement une sorte d'archaïsme comportemental mis à la sauce de notre complexité cognitive.

Par contre, le pouvoir au sens strict, c'est à dire comme "mise en mouvement"...Là...Je crois qu'il y a un lien entre savoir et pouvoir. Et le savoir dont il est question n'est pas nécessairement objectif. C'est quand je réalise une situation que je suis capable d'agir sur elle.

Pour les anciens. Je suis d'accord. Tous les grands inventeurs ont remis en question le savoir des "anciens". Paracelse à son époque, fustigeait les galénistes et proposait les prémices de la pharmacologie modernes. Pasteur a du provoqué beaucoup de réactions à son époque (je connais beaucoup moins cette époque de l'histoire de la médecine). En Inde aussi, l'arrivée des arabes et de leur médecine ont provoqué des réformes importantes dans l'Ayurvéda. Mais je trouve qu'on a trop tendance actuellement à ridiculiser les savoirs ancestraux...A les considérer comme des archaïsmes. Plus généralement, on a encore une vision du moyen âge comme d'une période obscurantiste. 1000 ans de béance dans l'histoire de l'occident...N'est ce pas un peu excessif? Et si certains savoirs qui pourrait être utile aujourd'hui, avait été oublié, occulté, dans la grande épopée progressiste de notre modernité pour des raisons idéologiques? C'est une réflexion qui me traverse l'esprit en ce moment.

Je vois ce que vous voulez dire au sujet de l'opposition entre les deux démarches, l'une basée sur la réflexion (la théorie?) l'autre sur les sens (l'expérience?)...Comment sortir de cette opposition?

En ce qui concerne l'Inde, c'est encore autre chose. Ce respect et cette vénération des anciens est un trait culturel majeur.
dhanvantari is offline   Réponse avec citation
Vieux 18/09/2014, 22h12   #11
Rapsody
 
Messages: n/a
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Re, on ne se comprend pas sur le sujet du pouvoir.
Vous parlez de choses que je ne connais pas.
Je me limite à dire, que connaissance, d'un point de vue macroscopique, n'implique pas pouvoir, ou bien c'est une façon de voir la chose de façon tres terre à terre, court termiste. Les exemples que je vous ai donnés (ce qu'apporte le patient au médecin), cherchent juste à montrer que ce "pouvoir" (quelque soit la manière dont vous le prenez), n'est qu'apparence, illusoire.
Je ne suis vraiment pas du tout d'accord avec ce mot pouvoir, dans la relation soignant soigné. Il ne s'agit pas dans ce cadre de "pouvoir", dans le sens suprématie du terme, mais de 2 rôles, qui se complètent: l'un aide à, l'autre reçoit, et permet au premier d'aider.
Soigner, ce n'est pas exercer un pouvoir.


Quant à cette question que vous posez :
Je vois ce que vous voulez dire au sujet de l'opposition entre les deux démarches, l'une basée sur la réflexion (la théorie?) l'autre sur les sens (l'expérience?)...Comment sortir de cette opposition?

Pourquoi à tout prix chercher à sortir d'une opposition ? L'etre humain est fait d'oppositions permanentes, voire de contradictions. Si vous avez un désir, par définition, le désir suivant engendrera contradiction avec le premier bien souvent. La vie, notre quotidien est fait d'oppositions, et de contradictions.
C'est un grand pas dans notre cheminement personnel, que d'accepter cela, accompagner, et vivre avec, sans chercher à éliminer ces contradictions/oppositions. Elles progressent en parallèle, il ne faut pas lutter contre, ou pour quelle raison le faudrait il ? Dans l'exemple en question, il s'agit très simplement de 2 approches, de 2 démarches, de 2 espaces, qui peuvent parfaitement cohabiter, et être vécues par une meme personne.
Je vous donne un exemple lié au soin, basique et courant: je souffre de schizophrénie (c'est vrai). Je vais voir un médecin qui me prescrit des médicaments, que je prenais jusque peu en l'occurrence. Mais je vais voir également un psychiatre qui m'offre une thérapie. D'un coté, je cherche à me soigner par la chimie, de l'autre par la parole. Les 2 pourraient en apparence s'opposer: "alors, tu choisis l'un, ou l'autre ????". Mais non, les 2 se complètent, j'alterne l'un et l'autre, ou plutôt les combine. Je suis capable de gérer plusieurs espaces de réflexion de perception, d'évolution, d'investissement, de croyances.

Bien à vous
  Réponse avec citation
Vieux 19/09/2014, 04h39   #12
Oda
Membre
 
Avatar de Oda
 
Date d'inscription: août 2013
Messages: 766
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Bonjour HerminCoquette,

Je partage ton avis, et merci pour sa formulation, tu as beaucoup de recul et de distance par rapport au forum.


Citation:
Posté par HerminCoquette
...

Pour ce qui est de votre questionnement, et de la réponse apportée par d_dupagne, je suis partiellement d'accord.
En effet, la médecine 2.0 décloisonne, permettant aux patients d'aller là ou bon leur semble, sans le "corporatisme" médical imposé.
Mais... : Le panorama web et social découlant de la médecine 2.0, on l'observe ces quelques années reproduit facilement ce qui se passait avant.
Certes ce ne sont plus les "leaders" (médecins, ou dérives sectaires comme dans vos exemples), qui imposent la "fermeture" de point de vue.
Mais ce sont les personnes, initialement non identifiées comme telles (ni médecin ni gourou), qui y arrivent toutes seules.
Car la "toute puissance" que vous mentionnez n'est pas l'apanage des médecins, ou des gourous. Elle est une caractéristique humaine, un biais, un axe recherché dans la nature par beaucoup.
De ce fait, il suffit de lire certaines discussions par exemple sur le sous forum d'Atoute "discussion psy" (pour prendre un exemple que je connais), pour s'apercevoir que des "leaders" émergent, au milieu des patients. Il y aura par exemple ceux qui sont pour, de façon radicale et exclusive, la psychanalyse, ce qui sont contre, de façon tout aussi radicale et exclusive.
Ceux qui considèrent que leurs maux sont exclusivement d'origine "biologique et génétique", ceux qui considèrent que c'est exclusivement environnemental, ou du aux parents.
Ces mêmes patients ne se limitent pas à exprimer leur point de vue, mais bien souvent également à l'imposer.
C'est ce qui me donne envie de "modérer" les propos de d_dupagne, quant à l' optimisme de sa réponse.

Me suis je faite comprendre ?

Bien à vous
Rapsody.
__________________
La lune est habitée. La preuve il y a de la lumière tous les soirs. (Coluche)

Oda is offline   Réponse avec citation
Vieux 19/09/2014, 08h45   #13
Rapsody
 
Messages: n/a
Re : Médecine 2.0 et médecines traditionnelles

Citation:
Posté par Oda
Bonjour HerminCoquette,

Je partage ton avis, et merci pour sa formulation, tu as beaucoup de recul et de distance par rapport au forum.


Merci Oda pour ton mot.
Belle journée.
  Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.