Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Discussions-Psy
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Discussions-Psy Ce forum traite de santé psychique et de santé mentale. Il est ouvert à tous, et surtout aux personnes désireuses de s’informer à propos des soins psychologiques et psychiatriques.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 26/11/2008, 01h11   #1
pseudo210
Membre
 
Date d'inscription: novembre 2008
Messages: 3
Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Bonjour, je suis irrécupérable.
En effet, je suis irrécupérable.

Je suis quelqu'un qui paranoye à l'idée d'aller travailler, jalou des autres, je suis le genre de personne qui trouve que le monde c'est de la merde. J'aime être seul chez moi, et j'aimerais mieux rester 24 heures assis sur une chaise et ne rien faire, plutôt que d'aller travailler, et cela, peut importe le travail.

Bien que mes amis et ma famille m'apprécie, puisque j'ai des qualités, cela ne change rien au fait que selon moi, je préfèrerais ne jamais me réveiller de mon prochain sommeil et être emporté par la mort.

Avant toute chose, je tiens à précisé que OUI, j'ai vu psy, médecin, et divers personnes qui travaille dans le domaine de la santé mentale. En conclusion, certain d'entre eux dise que j'ai un problème mais ils ne savent pas quoi...!?!?!

Et les autres, au bout de seulement 2 rencontres, ils me dise que je suis simplement paresseux et qu'il ne peuvent rien pour moi.

Bien sur, je leur ai fait part de ma vision de la vie, à savoir une merde de pourriture dont l'envi d'en finir ne manque visiblement pas.

Donc j'en conclus que je suis un cas irrécupérable. Irrécupérable je suis, la vie reste toutefois une abomination interminable.

Comme le monde sais comment je suis face à la vie, je ne suis pas souriant du tout, donc, dans les fête comme Noël, mon père a déjà pris des photos de moi sans mon autorisation en prenant soin de prendre ces photos au moment ou la parenté venait de lacher une farce afin que j'aye le sourire sur la photo.

C'est comme de dire: je sais que t'est malheureux, donc je me ferme les yeux et je prend des photos des que tu souris. Les autres, ont a jamais de nouvelles sauf quand ils apprennent que t'est pour te pendre, à cet instant ils t'appel par téléphone pour te dire qu'ils ne veulent pas que tu fasse de connerie, sinon, le reste du temps, on n'a jamais de nouvelle de eux.

J'en conclus que l'humain est comme moi, à savoir: égoiste

Premièrement, si il tiendrais vraiment à moi, ils m'appelleraient plus souvent, et c'est pour cette raison que les voir ne m'apporte rien, et que chaque fête de famille est comme devenu un moment pénible. Les personnes qui tiennent réellement à moi, je sais c'est lesquels, mais même si 300 personnes m'aimerait bien, moi, je n'aime pas la vie, comme ont aime pas les légumes ou autres.

Je sais, probablement que personne ne lira ce message en entier vu la longeur que risque d'avoir ce message, mais sa ne me dérange pas, j'aime tout de même écrire ça afin de voir si je suis le seul cas irrécupérable. Mais surtout, je n'attend pas de réponse, si j'écris ça, c'est simplement parce que j'en ai envi, j'ai envi d'écrire ces lignes, peut importe comment elles sortiront, j'ai envi de les écrires.

Au fait, la société m'énerve aussi, en effet quand tu es sur le point de passer à l'acte on t'enchaine dans un hopital comme si ta vie leur appartenais. Du coup, on en reste traumatisé d'avoir été traité comme un chien tout en étant encore dans le même état qu'avant d'entré la.

Je n'arrive pas à rire réellement. En effet, je fais semblant, je me suis apercus que même quand les gens rie beaucoup d'une farce quelconque, moi, je n'y arrive pas. Avec les année j'ai donc dévellopé le "fesons semblant de rire aussi" attitude. Je rie donc, sans rire puisque je n'en ai pas envi, puisque rien ne me fait rire. Malgré tout ça, je réussi parfois à rire avec certains amis, quand je suis mort de fatigue, vous savez le genre de fois ou on rie pour rien.

Bien que je vis dans une famille "haute" à savoir tous ont des bons travail, mène une bonne vie, je ne ressemble à rien des autres membres de ma famille, ont me dit de ne pas me comparer, mais quand même, imaginez vous avoir juste des Bill Gates dans votre famille et vous, vous seriez éboueur... Exemple certe caricaturale, mais vous comprener le sens.

Je ne fais donc plus confiance en la vie, et je crois que certains naisse avec un bel avenir tracé devant eux et que d'autre, comme moi, sont ceux qui naisse avec une merde de vie. Et ceux qui me dise que ya pire que moi::: Oui ya pire que moi, et je m'en fiche, c'est pas mon problème, et sa change rien à ce que je pense de la vie. Égoiste ? peut-être, mais je suis comme je suis non ?

On dit de s'accrocher à nos rêve. Mais quand nos rêve sont irréaliste, ont se tue à y rêver, et ont se fait finalement plus de mal. En bout de ligne je préfère conclure que je n'ai aucun rêve, aucun avenir, aucune espoir dans la vie d'en arriver à quelque chose et tout est perdu d'avance. Je n'aurais pas du naitre.

Comme certains professionnel de la santé dise: Je n'ai rien, je suis juste paresseux, et tout ça, c'est normal !
Et ça, c'est entre-autre, le meilleur psy de la place qui me l'a dit. Si c'est le meilleur, imaginez les autres..

Alors si c'est normal de vouloir creuvé, pourquoi il ne m'a pas prescrit l'euthanasie, ses propos sont contradictoire. Je suis encore suivit, mais comme toujours, ya rien qui a changé dans mon état d'être et manière de pensé. Quand t'est irrécupérable, les professionnel du domaine de la santé ne peuvent pas faire des miracles non-plus.

Pourquoi je suis encore ici ? c'est très simple comme question, comme tout le monde, je n'aime pas souffrir, mais si j'aurais un moyen d'en finir sans douleur mis à ma disposition, je ne serais plus de se monde. Oui, je leur ai dit, mais n'oublions pas, je suis paresseux selon eux... donc c'est normal.

À vrai dire j'ai jamais aimé la vie, j'ai toujours fait semblant, et quand j'étais jeune, je ne pensais comme pas à rien, j'allais à l'école parce que j'en étais obligé. J'étais malheureux d'aller la, j'étais malheureux, je trouvais sa long et plate la vie, sauf que j'étais trop jeune pour comprendre. Maintenant, avec les années, j'ai compris que en vrai, c'est la vie que je trouve plate. J'aurais beau pouvoir faire n'importe quoi, j'aimerais pas la vie j'en suis sur.

Je déteste le fait d'être.

Et les relations avec les filles ne m'en parler pas, j'en veux pas tout simplement, pour ceux qui crois que l'amour guérit parfois de ce mal de vivre, dans mon cas, c'est différent. L'amour, selon moi, c'est de la merde, au même titre que la vie. Je suis mieux seul.

Le travail, cette chose obligatoire pour notre survie... lol

En plus, j'y pense, ils me disent les pro de la santé: Tu sais, il faut travailler dans la vie si tu veux vivre en société. Mais en vrai, je leur dit, justement je ne veux pas vivre en société. Mais ils m'ont dit que j'avais pas le choix. Selon moi, ont devrait avoir le choix, et pour moi ce choix, devrait être l'euthanasie. Du genre si tu ne veux pas vivre en société t'aurais ce choix la. Premièrement, j'ai jamais demander de vivre, alors vivre en société, pff.

Comment le monde font pour aimer vivre ? je veux dire, fait n'importe quoi, tu sors avec des amis, tu fais un sport, tu va au cinéma, tu fais ce que tu veux mais toute ces activités, c'est comme d'appliquer un plaster sur un bras arraché. Le bras reste manquant, même si on te le soigne, ce bras tu ne l'aura plus. Et cette envi de vivre est comme ce bras, manquant, et que peux importe le plaster qu'on appliquera, je crois que aucune solution ne puisse changer cela, même à long terme.. Même à très long terme.

Et puis j'ai toujours cette haine contre ceux qui t'attache des les hopitaux, ils crois qu'ils vont t'aider. Ces policiers ou ambulancier qui t'emmène de force la bas ne font qu'aggraver la situation en laissant un gout amer de vengeance impossible tout en te détruisant l'intérieure. Me faire ça, c'est comme de m'attacher à une laisse de chien et me faire manger dans un bol. Du coup, ce millieux de la "santé" me dégoute pour ne pas dire q'il me fait vomir cérébralement parlant. J'en ai la gerbe quand je pense à ceux qui font ça.

Se faire emmené de force la bas me donne au contraire une envi plus puissante de me pendre et juste pour leur faire comprendre, j'aimerais le faire dans leur établissement.

Alors si il ne savent pas arranger un problème qu'il n'essaye pas de l'arranger parce qu'il ne font qu'empirer les choses.

non mais à la fin. quand même. sa a pas de sens. pfff
pseudo210 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/11/2008, 02h21   #2
médita
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

j'ai bien aimé ton témoignage...
tout simplement parceque l'entourge dans son principe c : "faut etre heureux"
j'ai vécu des cas similaires avec la famille ou on me demandait d'etre joyeuse à noel... lol

mais tu sais le systeme hospitalier, ce n'est pas tout le systeme de santé...
bon perso je me fais suivre, (j'ai qd meme du mal à comprendre le systeme de remboursement)...
voilà j'ai un psychiatre qui m'engueulle, qui se marre de mes crises de desespoires, mais qui parle profondément de mes dégouts justement...
c'est vrai que la vie me parait nul souvent...
mais je ne peux m'empecher quand j'écoute de la musique, que je mange de bon plats, que j'ai des discussions avec des gens sensibles et intelligents, d'avoir des sensations sexuels à la hauteur...
je me dis la vie c pas mal qd meme...

a l'heure actuelle la société ?
je vais te dire, je suis relativement jeune, on a une génération au dessus de baby boom ou on va devoir payer les retraites, une génération en dessous mini boom aussi, nous avons de grands défis à relever...

en meme temps on nous maltraite... société de conservateur, société de consommateur de bien etre, rien a foutre des futurs générations...
c'est aussi l'attitude des générations au dessus qui nous laisse en desespoir de non avenir, de non progression, on doit réinventer des ideaux... on nous laisse peu les moyens.

nous ne sommes pas fainéants, nous sommes désespérés !
j'ai été aussi qualifié de fainéante !!!

je pourrai en parler des nuits... pour quoi nous sommes là, on a tué dieu, la nation, les idéaux, alors pour faire du frique et travailler plus pour gagner plus FUCK !!!
faire des gosses pour aspirer à mieux à travers nos gosses ?!!!

une question que je me pose... est ce que humainement nous avons évolué ????

désoler ça dépasse tes propos mais voilà...
pour avoir un peu réfléchis sur des questions historique, je me pose sincèrement des questions et je suis en colère contre nos gouvernements et révoltions successifs. car je me demande profondément si le statut de l'homme a changé ici bs depuis l'homo sapiens sapiens.

voilà parceque mes propres impulsions de suicides ressemblent aux problématiques que tu tiens par ton experience.
  Réponse avec citation
Vieux 26/11/2008, 07h03   #3
pseudo210
Membre
 
Date d'inscription: novembre 2008
Messages: 3
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Merci de la réponse !

C'est vrai que de se faire demander d'être joyeux parce que c'est Noël....
Comme si on pouvait devenir joyeux comme ça. Si ce serait si facile, je le serait à temps plein.

J'ai beau essayer, j'y arrive pas, je ne suis pas heureux, j'ai fais ce qu'on m'avais tant conseillé: consulté. Mais si ils ne peuvent rien pour nous, si ce n'est que nous traiter de paresseux. À les écouté, on peux rien faire pour moi, donc, très encourageant pour réussir à aimé la vie. Sa démoralise le peu de moral que je pourrais avoir.

Quand il n'y a plus de solution, mais avoir envi de mourir, même si ce n'est pas normal, cela me semble comme normal, voilà ce qui se passe avec le temps. Vouloir mourir me semble être comme LA solution, ça me semble être une normalité que de vouloir en finir, mais en même temps j'ose pas de peur de me manquer et de juste me faire mal, mais c'est la seule raison, la seul chose qui me retient. Mais, comme ça semble vraiment la solution, j'écrase de plus en plus, et à la fin, je ne suis que pas heureux. Et je me demande parfois combien de temps cette peur va m'en empêcher, parce qu'habituellement, nos peur finisse par disparaitre.

Et comme ils ne peuvent rien pour moi, je suis la, je suis, mais je préfèrerais ne pas être la, j'attend, attendre que la vie passe d'elle même en ayant l'envi irrésistible d'y mettre un terme plus rapidement.

Comme l'histoire de quelqu'un qui n'aime pas la vie, qu'il consulte pour se faire aider, et qu'on lui rie en pleine face. Qu'es-ce qu'il est supposé arriver après.

Qu'es-ce que je suis supposer faire ?

En même temps, on sait qu'il ne faut pas faire de connerie au risque d'être attacher comme un esclave dans un hopital.

Je suis pas heureux, j'ai l'impression que je ne le serai jamais, et dans le système de santé.... merde. Je suis trop jalou des personnes pour qui tout est facile.

Tu sais, cette boule au creux de la gorge, je ne suis sans doute pas le seul à l'avoir ?.. Je l'ai, mais à temps plein. Je rage intérieurement d'être de ce monde et d'avoir eu autant peu de chance. Ma vie est raté. Elle est raté, et complètement raté.
Comment endurer ça ? Je suis encore la, comment je fais ?

J'aurais aimé ça être heureux et chanceux, mais une fois enfoncé dans un tel échec comment y arrivé ?

Je suis un sans avenir, avec une vie raté, une vie plate, et je garde l'envi de changer ça, sans y parvenir.

Et la Noël s'en vient. J'ai pas envi d'y être, j'aimerais rester chez moi. Mais une fois de plus, je devrai y aller, voir toute la famille, sinon, LA personne pour qui j'y vais, cette personne m'en voudrais de ne pas être la.

Je trouve pas les mots pour expliquer exactement tout ce que je pense, mais je pense que c'est bien expliqué quand même. Mais quand ya plus de solution....

Enfin, l'avantage des forums, c'est qu'on peux dire ce qu'on pense sans se faire traiter de paresseux. Le virtuel est déjà une vie meilleur que le réel, le problème est que le réel est obliger d'être présent.
pseudo210 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/11/2008, 10h57   #4
Valanice
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Je pense que si tout le monde chez toi a des super places et pas toi, tu dois pas te sentir fort à ta place ni fort gai au milieu. Je ne trouve pas ça si mal qu'on te photographie quand tu souris.

La paresse... On en parlait avec mon psy justement. Paresse et dépression, est-ce que ça ne s'alimente pas un peu l'un l'autre?

Tu as essayé de te donner des petits buts?

On n'est pas paresseux quand quelque-chose nous plaît...
  Réponse avec citation
Vieux 26/11/2008, 12h57   #5
meg45
Des jours 100
 
Avatar de meg45
 
Date d'inscription: janvier 2008
Localisation: Into the Wild
Messages: 1 246
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Bonjour Pseudo,

Tu n'es pas le seul. Je ne supporte pas non plus le cliché que les gens donnent à la vie...
Ma vie est à moi. Je sais ce qui m'y plait et ce qui ne m'y plait pas. Je n'ai pas un tempérament joyeux non plus. Je me suis longtemps enfuie dans l'alcool mais ayant décidé d'arreter, je me retrouve face à ma réalité. La vraie.

Tu sais, des fois, quand les gens n'ont rien de concret à dire, ils se permettent des tirer des conclusions sur la vie d'autrui comme si leur manière de vivre était le modèle à suivre.

Un jour, je me suis dit: "Tu as un tempérament solitaire et taciturne et ne t'abandonne pas à la superficialité un point un trait. C'est ton choix et tu n'es pas obligé de t'aligner et ressembler aux autres forcément (ce qui est très frustrant et fatiguant).
Ce n'était ni de l'anarchie, ni de l'anticonformisme ni quoi que ce soit. Je n'arrivais pas à m'adapter à mon propre milieu ma propre famille donc.

Tu sais ce que j'ai fait? J'ai pris mes clics et mes clacs et je suis partie.

Je l'ai payé au prix fort mais ce serait à refaire, je referai le mm choix. Et je dois t'avouer que de loin, je me suis sentie plus proche du milieu que je fuyais. Je ne le subissais plus.

J'avais 23ans à l'époque.


meg45 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/11/2008, 14h39   #6
Tititi
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Bonjour Pseudo,

Lorsque je disais être paresseuse à mon psy, il m'a répondu que les adultes n'étaient pas paresseux.

Je pense que les psy ou les gens qui te disent que tu es paresseux font une très grosse erreur. Et ne font que t'enfermer dans cette idée là. Et là, ce n'est pas de ta faute si ces gens sont à côté de la plaque et ahuris. C'est leur problème si ils te jugent paresseux, c'est qu'ils manquent de subtilité et qu'ils ne s'intéressent pas assez à ce que tu es, toi. Essaye donc de leur montrer ce que tu es toi!! (en positif bien sûr).

Ce que les gens qualifient de façon très simpliste de paresse, c'est peut-être un manque d'envie, de dynamisme, de sens à donner à ta vie, un manque de répère, de modèle, lié à un état dépressif ?

La paresse c'est juste de l'inaction, pas du tout du repos, il me semble. La paresse peut conduire à de la négligence, voire à de l'irresponsabilité. Tu vois, à ce jour, je n'ai toujours pas réglé mes impôts... ça craint... enfin, on est plus dans la procrastination, ici, mais c'est sans doute lié à une mauvaise habitude de ne rien faire, et d'oubli systématique. Je ne sais pas si tu as ce genre de problème également.


Est-ce qu'il existe des choses que tu aurais envie de faire? Des choses petites ou grandes, réalistes ou complètement futuristes, qui te feraient plaisir?

On m'a conseillé de faire cet exercice lorsque j'en aurais envie :
Lister 12 objectifs à atteindre ou des choses que j'aimerais faire plus tard,
--> dans 6 mois (12 obj)
--> de 6 à 12 mois (12)
--> de 12 mois à plusieurs années. (12)

Cet exercice ne se fait pas en 5mn, bien sûr. Tu peux le faire sur plusieurs jours.

Essayes peut-être de le faire, c'est pour toi, pour ta personne que tu le feras. Bref, pour ton bien à toi, pas pour les autres (on s'en fiche des autres, surtout si ils te rendent malheureux! ).

Pour le moment, je ne l'ai pas encore réalisé, parce que j'ai des "soucis/tâches" prioritaires dans mon esprit. Je le ferais lorsque je serais plus au calme. Une fois réalisé, j'afficherais mes objectifs au dessus de mon bureau... histoire de ne pas les oublier.


donc, de quoi as-tu envie (à par quitter cette terre)?


bises.
  Réponse avec citation
Vieux 26/11/2008, 15h27   #7
Valanice
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Tu n'as pas tort Meg45, d'ailleurs je suis encore en plein questionnement vis à vis de Noël, cette obligation de recevoir, cette image des générations réunies et heureuses...

Moi, ça me gêne vis-à-vis des autres, et surtout de mes enfants,
  Réponse avec citation
Vieux 26/11/2008, 17h35   #8
meg45
Des jours 100
 
Avatar de meg45
 
Date d'inscription: janvier 2008
Localisation: Into the Wild
Messages: 1 246
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Citation:
Posté par Valanice
Tu n'as pas tort Meg45, d'ailleurs je suis encore en plein questionnement vis à vis de Noël, cette obligation de recevoir, cette image des générations réunies et heureuses...

Moi, ça me gêne vis-à-vis des autres, et surtout de mes enfants,

Je pense que si les enfants sont petits on leur "doit" cette image des fetes. Quant aux autres, c'est une formalité, une foire...

On me traite aussi d'aigrie et passive (donc jugée)...

Je n'ai pas trop les moyens pour me déplacer encore mais mon reve aurait été d'aller dans de contrées lointaines où les gens savent ce que c'est que de méditer, contempler et surtout LE RESPECT
meg45 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/11/2008, 17h43   #9
Glocktahr
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Bon pseudo moi je vois les choses comme toi mais moi comme je suis schizophrene on me dit que c'est normal...Ce que je te dis ne t'avance pas beaucoup mais peut etre qu'un jour tu vas décompenser aussi et que tu pourras te dire que c'est normal...
  Réponse avec citation
Vieux 26/11/2008, 21h55   #10
calmophil[ia]e
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Bonsoir,

Il y a vraiment rien de rien de rien que tu aimes dans la vie?

Je trouve bizarre un psy qui dit que tu es paresseux

Sinon, il y a un chouette livre: " L'art de l'oisiveté" de Hermann Hesse. L'auteur y parle, entre autres, de son rapport avec le monde dont il a été contemporain.



Nous ne sommes pas obligés de nous plier sans rien dire aux valeurs de la société actuelle, et encore moins si nous ne sommes pas d'accord avec ces valeurs.

Depuis toute petite, j'ai ce sentiment d'être " profondément pas d'accord" avec le monde.
Le tout est de faire la part des choses entre la manière dont on envisage le monde, la vie, et une éventuelle pathologie.

pas si simple!!!!!!!

Bonne route

Dernière modification par calmophil[ia]e 23/04/2009 à 10h53.
  Réponse avec citation
Vieux 26/11/2008, 22h46   #11
Valanice
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Citation:
Posté par meg45
Je pense que si les enfants sont petits on leur "doit" cette image des fetes. Quant aux autres, c'est une formalité, une foire...


Je crois que petit, on trouve d'emblée plus de magie dans ces fêtes... A la réflexion, ... Quand on devait aller chez ma grand-mère, je rêvais d'un Noël au coin du feu -
puis bah ici on reste seuls comme d'hab

j'ai lu à l'occasion qu'un Noël en famille sans s'engueuler, à regarder un film vieux comme Herode, c'est déjà pas mal...
  Réponse avec citation
Vieux 27/11/2008, 02h41   #12
pseudo210
Membre
 
Date d'inscription: novembre 2008
Messages: 3
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Valanice: C'est certain, comment je pourrais me sentir bien en étant dans une famille de gens qui ont très bien réussit dans leur vie alors que moi je suis un incapable. Et même si j'essaye d'éviter de me comparer, même sans me comparer, les faits sont la et le fait de le savoir, c'est comme le fait de savoir que j'ai raté ma vie.

Je ne sais pas si paresse et dépression s'alimente, mais au fond, tu as raison, quand quelque chose nous plait on n'est pas paresseux, mais moi les choses qui me plaise sont seulement les plaisirs. exemple écouter de la musique ou encore manger quelque chose de bon, mais dès qu'il y a travail, je sombre dans ne dépression. Donc je ne suis pas paresseux pour écouter de la musique ou encore manger des bons repas, mais j'irai pas loin dans la vie avec ça. Et j'ai essayer avec plein de personnes de trouver ce qui pourrait m'intéresser comme travail, mais toujours rien. J'ai donc pas de but.

Et pour les photos que mon pères a pris, je trouve seulement que c'est un grand manque de respect et je ne vois en rien ce qu'il y a de bien dans cet acte la. C'est comme de fermer ses yeux sur le fait que je ne vais pas bien, ou encore de le cacher. Si il souhaite tant que je sois heureux et souriant pour de vrai, au lieu de prendre des photos contre mon gré, il devrait commencer à essayer de m'aider. Voilà pourquoi j'ai massacrer ces photos.

Meg45: C'est vrai que certains donne des conclusions sur la vie des autres comme si ils seraient l'exemple à suivre. Mais je ne peux malheureusement pas partir si facilement, puisque une personne dans ma famille me soutient, une seule personne, et c'est pour cette personne que je serai présent à Noël comme à chaque année à faire semblant d'être heureux. Mais sans cette personne, je serais encore plus pris puisque j'aurais personne pour m'aider.

Tititi: En faite, ils me jugent vraiment de paresseux moi, pas simplement par manque d'intéret, mais vraiment convaincu que je suis un paresseux, ils me l'ont dit en personne. Et seulement après 2 rencontres. J'en ai conclus que ce serait pas avec eux que je règlerais mon problème. Je ne sais pas si j'ai un manque de responsabilité ou non, je suis tellement perdu que je ne le sais pas.

Pour l'exercice de faire une liste de 12 choses que j'aimerais faire, cette liste est faite depuis longtemps, il n'y en a moin de 12 mais j'ai jamais réussit à les réaliser ces projets:
- Savoir quel métier je devrait faire
- Trouver gout au travail
- Aimer la vie
- Ne plu être jalou des gens chanceux
- Arrêter d'avoir des penser suicidaire
- Aimer la vie
- Arrêter d'avoir des penser suicidaire
Ma liste de chose à faire ressemble à ça.

On dirais que je n'ai vraiment pas envi de rien, comme si rien ne m'attirerais, je suis bien à ne rien faire, mais en même temps je me sens mal de ne rien faire parce que je rage de voir les autres avec une vie de rêve autour de moi. Je rage de voir tout ces gens avec les poches qui explose d'argent. Je rage de voir que ma vie est raté. Et je rage d'avoir été dans une famille pour qui tout a été si facile comparer à moi.

Alors de quoi j'ai envi à part quitter cette terre, je dirais, pas grand chose, c'est devenu la seule chose que j'aimerais, ou encore l'impossible, gagné à un lotterie à vie, mais comme c'est impossible, je n'achète pas de billet donc...

Étant le plus jeune de ma famille, je ne vois pas à qui je devrait donner cette image de joie à Noël, je fais quand même semblant pour éviter d'entrer dans des discutions à n'en plus finir avec ma famille.

Glocktahr: J'aimerais bien pouvoir dire que c'est normal et réussir à être heureux malgré tout, mais moi, plutôt de me dire que c'est normal, on me dit que je suis un paresseux et que si je suis bien à être un lache, que je peux continuer à vivre ainsi, tel sont les paroles des psy. Sans compter que mon père me trouve comme un sans avenir, mais au fond, je comprend, comment pourrais t'il avoir confiance sur le fait que j'aille un avenir alors que moi même je n'y crois pas.

calmophile: Dans la vie, toute les rares choses que j'aime sont tous des choses qui ne viendront rien changer à ma situation. Comme par exemple, aimer manger un bon repas. Mais tu as raison, c'est étrange un psy qui dit que je suis paresseux.. En plus après seulement 2 rencontres, LA seule personne qui veux m'aider dans ma famille, a été en furie contre les psy aussi, mais ont ne peux rien y changer, même dans le domaine de la santé, celle qui me suis dans mon cheminement, elle a dit que j'avais quelque chose mais elle ne sais pas quoi, et elle fesait confiance au psy pour le découvrir, mais c'est sans résultat.

Pour les livres, je ne peux pas lire les livres que tu me suggère, j'ai toujours détesté les livres.

Valanice: Pour Noël, quand j'étais petit, j'aimais ça juste pour les cadeaux que je recevais, mais avec les années, les cadeaux me laisse indifférent, même s'ils sont apprécié, je n'en devient pas tout heureux pour autant. Comme si tout dans la vie aurais perdu ses côté agréable avec le temps.
pseudo210 is offline   Réponse avec citation
Vieux 27/11/2008, 11h22   #13
meg45
Des jours 100
 
Avatar de meg45
 
Date d'inscription: janvier 2008
Localisation: Into the Wild
Messages: 1 246
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Bonjour à tous,

Ce topic m'a fort touchée.

Pseudo, pour ma part, j'ai appris à pardonner et aussi à Vivre et laisser vivre pour ma paix intérieure.

Cela a été difficile.
meg45 is offline   Réponse avec citation
Vieux 27/11/2008, 14h21   #14
Valanice
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Citation:
Posté par pseudo210
Et pour les photos que mon pères a pris, je trouve seulement que c'est un grand manque de respect et je ne vois en rien ce qu'il y a de bien dans cet acte la. C'est comme de fermer ses yeux sur le fait que je ne vais pas bien, ou encore de le cacher. Si il souhaite tant que je sois heureux et souriant pour de vrai, au lieu de prendre des photos contre mon gré, il devrait commencer à essayer de m'aider. Voilà pourquoi j'ai massacrer ces photos.

Perso, je déteste les photos, où j'ai l'air d'un zombie. J'aimerais y être souriante, amène. Et je préfère qu'on les efface que les retrouver dans la nature...

As-tu une idée de comment ton père pourrait t'aider?
  Réponse avec citation
Vieux 27/11/2008, 16h38   #15
calmophil[ia]e
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

cher pseudo210,

Tu n'es pas un bon à rien, car personne n'est bon à rien...
Moi je trouve que s'exalter devant un bon repas ou aimer la musique, c'est déjà quelque chose, même si ça ne t'aide pas à trouver du travail.

Je partage ton opinion sur le fait de prendre quelqu'un en photo contre son gré.. C'est ton corps, c'est ton image. Tu as bien raison! J'ai eu le même problème...

Les réunion de famille, les fêtes de fin d'année, c'est vrai que c'est bizarre. Pourquoi devrais-je être plus heureuse le 31 décembre que le 2 janvier? Je pense que ces réunions sont là pour nous faire oublier un peu que la vie est dure, qu'on les fait malgré tout parce que sait qu'un jour ou l'autre, nous serons séparés et qu'on ne pourra plus les faire. Et pour se réjouir de pouvoir les faire ce jour-là!

Mais ça nous ramène aussi à notre solitude, à ce qu'on fait de notre vie. ça nous fait penser à ceux qu'on aime et qui ne sont plus là.

c'est gai et triste à la fois, mais bon..., c'est la vie

Moi aussi je paranoïe à l'idée de travailler. Ou à faire quoi que ce soit de productif. Je préfèrerais être créative, plutôt que productive, même si c'est lié.
Quand je regarde les gens autour de moi, j'ai quelques fois aussi l'impression d'avoir raté ma vie. Ils ont un boulot, ils ont l'air de l'aimer, ils ont des enfants, ils aiment faire la fête... Ils ont accepté de passer avec le temps.

Et moi j'ai perdu beaucoup de temps à me saboter et j'en perds encore aujourd'hui.

Si j'ai du mal à aimer la vie, c'est parce que je sais qu'elle a une fin. Et pourtant, envisager de mettre fin à ma vie, m'a permis bien des fois de tenir le coup... et de rester en vie. La mort rend notre vie absurde et en même temps, elle lui donne du sens. C'est compliqué d'aimer la vie.

Pourtant, quand quelqu'un dit qu'il ne l'aime pas, et qu'il désire mourir, on sent comme un appel de détresse. Et on n'a pas envie de le laisser seul avec sa détresse. Chacun trouve une raison d'aimer la vie, d'être là. Les raisons qui font qu'on vit sont différentes pour chacun, et parfois elles sont inexplicables. Ceux qui ce posent beaucoup de questions, ( et je fais partie de ces personnes, on me l'a tellement dit!...), essaient toujours de rationaliser, de comprendre, de trouver une raison valable, de tout analyser... Mais ce n'est pas toujours possible.

Il y a aussi quelque chose qui ne s'explique pas dans la vie, et quelque chose qui ne s'explique pas dans la mort.

Moi, la poésie m'a aidé à tenir le coup. A travers la beauté je survivais, je survis, " je survis en vivant". Mais la poésie ne m'aide pas à régler tout mes problèmes. Elle est seulement un point de départ pour m'aider à continuer, si je le veux bien.

Te dire que tu es fainéant, à mon sens, n'est pas un discours qui va t'aider. Je ne dis pas qu'il faut rester à rien faire, qu'il ne faut pas se bouger.
Mais dire: " il faut" à quelqu'un qui interroge la vie, comme toi, ce n'est pas une réponse, ou du moins pas une réponse suffisante.

Je ne suis pas psy, mais à mon avis, il ne faut rien.
Oui, on dit toujours qu'il faut être dans la réalité, mais je ne connais pas grand monde qui y soit. A vrai dire personne n'y est vraiment.

Il ne faut rien. Il ne faut pas lire, il ne faut pas aimer la vie, il ne faut pas travailler. Certaines personnes décident de ne pas travailler, de ne pas rentrer dans le jeu. Elles sont marginales, ... et je trouve que c'est bien.

Mais encore une fois, il faut faire la différence entre une décision qu'on prend par rapport à la vie, et le fait d'être victime d'un symptôme ou d'une pathologie. Par exemple moi, si je ne travaille pas, si je fous rien, c'est pas une prise de position, c'est par rapport à mes angoisses. Même si j'ai mes opinions sur le monde du travail, sur ma société, sur la façon dont elle tourne, et sur les fêtes de noël.

Je ne veux pas me cacher derrière une position qui masquerait mes angoisses.

Si tu paranoïes à l'idée de travailler, le mieux c'est encore de trouver un bon psy. Un psy avec qui le courant passe. Parce que la parano c'est de la peur, et que ça peut se travailler.
Il ne faut pas oublier que parfois nous interprètons mal ce que nous disent les psy, ou qu'ils nous mettent face à des choses qui nous sont difficiles à tolérer.

Je rajouterai que, aimer la vie, quand on est dans la peur, c'est très très très difficile. Enfin selon mon expérience.

Voilà, cette réponse est très longue. Je tenais à te la faire partager. Mais tu es libre, tu en fais ce que tu veux.

bisous.
  Réponse avec citation
Vieux 27/11/2008, 22h18   #16
Tititi
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Bonsoir Pseudo,

Excuse-moi de réagir de la sorte, mais il est évident que les personnes qui pourraient te structurer (ton Père, ta famille, les psy) en sont incapables !!

Alors évidemment, il faut bien que tu comprennes qu’à mon avis si tu as toujours été rabaissé ainsi par ces personnes, il n’est pas étonnant que tu te sentes aujourd’hui perdu, sans repères, sans aspirations, sans autonomie dans ton individualité (= ta personnalité qui n’existe pas encore vraiment?).

Déjà, ce qui est positif, c’est que tu as conscience que ton père te manque de respect, que les psy sont à côté de la plaque (du moins, ils sont peut-être trop rapides avec toi). Et en ce moment, essayes donc de réfléchir encore sur ce que tu ressens lorsque tu revoies cette histoire de photos au sourire « volé », lorsque tu entends les psy ou les autres te cataloguer de paresseux ? ?

Que ressens-tu? Est-ce de la colère ? De la peine, les deux ? Autre chose ? Oui, essaye peut-être de travailler sur ce que tu ressens là lorsqu’on te balances à la figure : « mais tu n’es qu’un paresseux, mon pauvre ! ».


---La colère pourrait etre un moteur, une énergie à puiser pour avancer positivement dans ta vie. Lorsque les gens sont irrespectueux --> transformer ta colère en énergie constructive, revencharde (en positif).


Est-ce agréable de se faire traiter de paresseux ? Petite dernière de la famille, j’étais la plus maligne, c’est à dire que j’étais celle qui échappait aux corvées ménagères (j’avais 2 grandes sœurs très efficaces..), etc. Ma famille m’a vite caractérisé de paresseuse, face à mes comportements d’évitement de ces tâches. J’étais celle qui n’en glandait pas une, celle qui mentait, celle qui trichait, etc. Bref, ma famille m’a taillé une mauvaise réputation à laquelle j’adhérais plus ou moins. Parce que le problème lorsque je voulais m’expliquer sur quelque chose que j’avais faite et qui semblait relever de la malhonnêteté pour ma famille (mais qui n’était pas du tout cela, et qui avait des justifications réelles), leurs critiques « pré-mâchée » (= tu es une tricheuse, une fainéante, etc.) me tombaient dessus et faisait que je me mettais dans une rage folle incontrôlable, où je ressentais un désespoir immense de ne pas être comprise. A la fin, par masochisme, je leur balançais qu’effectivement ils avaient tous raison, que j’étais une grosse fainéasse et réellement malhonnête et que j’aimais pas les gens, etc !



Excuses-moi d’être aussi virulente, mais si les gens utilisent l’adjectif « paresseux » pour te désigner, c’est qu’ils manquent réellement de subtilité dans leur vocabulaire et ne sont pas du tout attentifs à toi, à ce que tu es, toi ! Ils t’écrasent, et te manipulent avec ce terme ! !

Peut-être que déjà enfant, tu as eu ce genre de comportement comme moi ? Si oui, éventuellement, il faudrait que tu réfléchisses à la/les raison/s pour lesquelles tu désertais les tâches familiales ? Moi, c’est simple, cela me gonflait beaucoup (comme beaucoup de monde je crois..) et j’avais d’autres choses bien plus passionnantes à faire : comme terminer les dessins que j’avais commencé, aller dehors jouer avec mon voisin au foot, manger le quatre-quart, etc. Et ma mère, en particulier, me laissait relativement faire, paradoxalement. Elle était assez peu autoritaire et j’avais pas mal d’emprise sur elle. Certes, éducation un peu trop leste d’un côté et critique de l’autre. Si ce n’est pas paradoxal comme comportement ? ? Peut-être as-tu également des exemples familiaux paradoxaux, ainsi ?

Glocktahr parlait de décompensation. Sans parler forcément de décompensation psychotique, et bien oui, cela pourrait arriver, dans le sens où ta personnalité non développée, non exprimée sincèrement, celle qui est cachée derrière tout ce blabla collant des autres, et derrière tes peurs, pourrait bien avoir envie de sortir enfin ! La décompensation pourrait avoir lieu comme moi, à l’occasion d’une rupture sentimentale, par exemple, événement narcissiquement déstabilisant pour ma personnalité peu construite.

En te construisant dès aujourd’hui, en posant ton socle, peut-être que tu éviteras ce « réajustement » ?


Lorsque tu dis que la personne de ta famille qui te soutient, tu dis qu’elle sent que tu as quelque chose, mais qu’elle ne sait pas quoi. C’est simplement, que tu as pleins de possibilités non exprimées, c’est bien cela qu’elle ressent ! Mais elle ne peux pas savoir quoi exactement, puisque peut-être tu as une personnalité effacée, écrasée par les autres… ?

Peut-être faudrait-il que tu t’entoures de personnes, comme cette personne de ta famille, qui te font confiance ? Qui auraient un regard neuf et ouvert sur toi ? Des gens qui te permettraient de t’ouvrir, de t’exprimer librement.. ! !

..

Enfin, concernant la liste de tes objectifs. Effectivement, c’est très difficile à réaliser lorsque l’on ne sait pas ce que l’on aime, ce que l’on veut, ce qu’on attend de la vie. Ta liste me semble révélatrice de ce que tu ressens.

"- Savoir quel métier je devrait faire
- Trouver gout au travail
- Aimer la vie
- Ne plu être jalou des gens chanceux
- Arrêter d'avoir des penser suicidaire
- Aimer la vie
- Arrêter d'avoir des penser suicidaire
Ma liste de chose à faire ressemble à ça."


Cette liste ne ressemble pas à une liste d’objectifs de vie !! Enfin, tu dois en être conscient de toute façon, que cette liste n’est pas une vraie liste… ? Il n’y a que des thèmes, mais pas des objectifs ! (ceci n'est que ma perception qui ne vaut que ce qu'elle vaut : càd pas grand chose!)

Des exemples de vrais objectifs motivants de vie à court, moyen ou long terme : (selon moi, auxquel tu peux ne pas partager, il est possible d'avoir d'autres exemples de vrais objectifs, bien différents de ceux listés ci-dessous)

Avant les 3 prochains mois :

- Thème 1 : être en forme. Ex d’objectif --- effectuer un footing 1 fois par semaine, d’une demi-heure.

- Thème 2 : Savoir quel métier j’aimerais faire. Ex d’objectif --- rencontrer des professionnels et les questionner sur leur métier (je suis en recherche d’emploi, je le fais et c’est vraiment enrichissant. Les gens, en majorité sont disponibles et ont beaucoup à faire partager. Des fois, ils aiment bien, car notre venue leur fait une pause pendant leur journée où ils sont libres de parler de leur métier, des plus et des moins) ;

- Thème 3 : préserver ma santé/gérer le stress. Ex d’objectif --- prendre des cours de sophrologie et faire des exercices entre les séances.

- Thème 4 : apprendre à m’aimer. Ex d’objectif --- aller chez le coiffeur et m’acheter et porter une belle veste que je rêverais de porter, mais je n’ai jamais osé. Quelque chose qui me donnerait fière allure.

De 3 à 6 mois :

- Thème 5 : m’entourer de gens de confiance, de vrais amis, de gens qui me feront évoluer de façon positive. Ex d’objectif --- rencontrer des gens croisés sur un forum avec qui tu as accroché (par ex : j’ai rencontré grâce à un forum, 99% des gens que je fréquente actuellement. Et je ne vois que les gens qui me font vraiment du bien. Les autres, je ne les contacte plus. Tant pis, j’ai envie de vivre pour moi ! ! J’ai envie d’être heureuse ! ! Avec ces autres, je suis malheureuse, mal à l’aise avec eux ! Ma famille, malheureusement pour eux, je ne les vois que très peu. Je suis très peu attachée à eux, car ils m’angoissent, me stressent, m’agacent. Je leur en veux un peu. Pour le moment, j’ai un peu coupé les ponts pour me sauver moi, me construire de mon côté ! Après, on verra, je reviendrai vers eux. Ce n’est pas grave !).

De 6 à 12 mois :

- Thème 2 : savoir quel métier j’aimerais faire. Ex d’objectif --- réaliser un stage (ou un CDD, intérim, ou autre) dans une entreprise que j’ai contacté avant, qui m’a un peu mieux plu que les autres (via les rencontres que tu auras faites pendant la période de 3 premiers mois).


Etc. Ce ne sont que des exemples.




---
Bon et pardon, parce que je crois que mon texte est un peu orienté en fonction de moi, qui suis égocentrique. Tu ne demandes pas de l'aide, mais j'espère pouvoir t'aider un peu quand-même par son biais (si ce n'est pas abusif, ça..?). Parce que je me reconnais un peu dans ton témoignage, et également il me fait repenser aux dires d'un ami.

--- et je supprime des trucs, me suis un peu emballée sur certains propos.

---et je suis peut-être à côté de la plaque pour t'aider..

Dernière modification par Tititi 27/11/2008 à 23h24.
  Réponse avec citation
Vieux 27/11/2008, 23h50   #17
Valanice
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Pour en revenir à la paresse... Je suis depuis le début de l'année à réorganiser mes affaires en fonction de ça! Collectionner les pas inutiles c'est valorisant pour les victimes nées mais ça apporte quoi?

Je pense, Tititi, que ton histoire est encore trop vive...

Je ne crois pas que sa famille ou son psy aient à "structurer" Pseudo210. C'est à lui de voir ce qui lui convient.
  Réponse avec citation
Vieux 28/11/2008, 01h50   #18
planteverte1801
Membre
 
Date d'inscription: novembre 2008
Localisation: université nanterre
Messages: 2
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Bonsoir,

Je voudrais encore le souligner mais un psychiatre et un psychologue sont 2 personnes différentes avec un ENSEIGNEMENT DIFFERENT......je le répète un psychiatre est un médecin ayant reçu une spécialisation en psychologie, c'est à dire 2ans ou peut être 3 de spécialisation (mais leur seule solution est la prescription de médicaments.....allez savoir pourquoi.....moi j'ai bien une petite idée mais faudrait demander au labo pharmaceutique pour être sur......) ; un psychologue, lui, a reçu une formation pendant au moins 5 ans en psychologie.....et la plupart ne s'arrête pas la.

Donc pour pseudo je ne sais pas lequels tu es allé voir (je pense que c'est un psychiatre vu les quelques détails que j'ai lu....) mais je te conseille de te diriger vers un psychologue d'inspiration psychanalitique et, pour plus tard, peut être qu'une thérapie de famille serait nécessaire......

Je tiens à précisé qu'il est très difficile de trouver un psychologue qui te convient du 1er coup......il faut souvent en voir plusieurs avant de trouver le bon !!! c'est comme un bon boulanger, une fois que tu l'auras trouvé tu seras même près à faire un détour pour aller le voir......

Pour ton dégoût de la société je te rejoint.....le monde part en vrille et plus personne n'est aux commandes......moi j'ai trouvé mon truc, ça me revient assez cher mais c'est ce qui me fait avancer : c'est la "thérapie par le voyage" !!! quand ma coupe est pleine je prend mon sac à dos, un guide de voyage, un duvet, un billet d'avion (quand j'en ai les moyens) et vive la vie !!! le but étant de se pousser à bout en oubliant tout le matérialisme de notre société et c'est dans mes moments de galère que j'ai fait ces rencontres qui te font croire en l'homme !!!!

Amicalement

PS : Pour vivre heureux......vivons couché.....sur le dos.....allongé.....médité......

Dernière modification par planteverte1801 28/11/2008 à 01h52.
planteverte1801 is offline   Réponse avec citation
Vieux 29/11/2008, 16h23   #19
Tititi
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Citation:
Posté par planteverte1801
Bonsoir,

Je voudrais encore le souligner mais un psychiatre et un psychologue sont 2 personnes différentes avec un ENSEIGNEMENT DIFFERENT......je le répète un psychiatre est un médecin ayant reçu une spécialisation en psychologie, c'est à dire 2ans ou peut être 3 de spécialisation (mais leur seule solution est la prescription de médicaments.....allez savoir pourquoi.....moi j'ai bien une petite idée mais faudrait demander au labo pharmaceutique pour être sur......) ; un psychologue, lui, a reçu une formation pendant au moins 5 ans en psychologie.....et la plupart ne s'arrête pas la.

(...)

Bonjour,

Mon ancien psy était psychiatre psychanalyste et pratiquait la psychothérapie. Il ne prescrivait pas de médication.


Citation:
Posté par Valanice
Je ne crois pas que sa famille ou son psy aient à "structurer" Pseudo210. C'est à lui de voir ce qui lui convient.

Je n'ai pas dit cela.

Citation:
Posté par Valanice
Pour en revenir à la paresse... Je suis depuis le début de l'année à réorganiser mes affaires en fonction de ça! Collectionner les pas inutiles c'est valorisant pour les victimes nées mais ça apporte quoi?

Ca apporte de la satisfaction. Celle d'être un individu autonome, capable d'agir sur sa vie pour aboutir à quelque chose qui nous plait et nous correspond profondément. Sans subir systématiquement les choses. Bref, la satisfaction d'être en harmonie avec nous-même.

Et puis, cela apporte du plaisir aussi. On n'a pas tous les mêmes capacités pour ressentir ce plaisir.

Il est évident que l'on peut juste avoir envie de rester chez soi, et laisser le temps s'écouler. Et être bien à ne rien faire.

Mais il me semble que la confrontation avec le monde extérieur,(grosso modo synonyme d'action), parfois douloureuse, est source d'enrichissement et permet le renforcement de la personne.

Ne pas se confronter, revient selon moi, à végéter et à se construire d'une manière beaucoup plus lente : soit une souffrance qui s'étale dans le temps. Avec le risque de subir de brusques ré-ajustements à certains stades de la vie : adolescence, entrée dans la vie des adulte (vie active), enfantement, etc (je connais mal la suite, j'ai moins de 30 ans).


Il n'y a pas à se comparer aux autres. Il s'agit bien sûr de démêler si Pseudo souffre de se sentir "anormal" vis à vis de son entourage qui apparait "brillamment" réussir leur vie respective, ou bien si il souffre de ne pas arriver à prendre possession de sa vie, à voler de ses propres ailes, à prendre son individualité et autonomie adulte.


Collectionner les pas inutiles c'est valorisant pour les victimes nées mais ça apporte quoi? il y a un certain parti pris dans ta phrase, il faut dire quand même..!


Quant à l'histoire de la structuration d'une personne par le biais de la famille ou psy ou autre, je voulais dire qu'il y aurait eut éventuellement manque de ce côté-ci. Et je réaffirme que selon moi, les parents ou les psy (dans une moindre mesure) ont le rôle de structurer leurs enfants/patients. Entre-autre : il y a également l'école, les loisirs, etc. Mais la part importante me semble venir des parents. Et si cela a été mal fait pendant l'enfance, effectivement il reste toujours libre actuellement de choisir ce qui peut l'aider. Justement, qu'il recherche d'autres "tuteurs structurants", ce serait déjà un pas vers la liberté, et l'autonomie.

Valanice, nous avons déjà discuté ensemble, nous avons sans doute des idéaux de vie différents ? Notre acceptation d'un trait de caractère telle que la paresse est une chose, mais l'emprisonnement douloureux dans la paresse en est une autre. Il me semble, mais je suis peut-être dans l'erreur.


Bonne poursuite à Pseudo.
  Réponse avec citation
Vieux 30/11/2008, 21h35   #20
médita
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

pour moi la paresse n'existe pas.
le manque d'envie oui.
je me souviens qu'un enfant à qui je faisais les devoirs, dont on a pu dire qu'il était paresseux, le constat était simple pour moi, il ne se sentait pas conce rné par ce qu'il faisait.
J'ai jamais compris ce mot paresse.
ne pas aimer la labeur c'est plutot sain, c'est meme plutot malsain les gens qui aiment la labeur. après il y a une nécessité à la labeur, et c'est pas la meme chose. les gens incapables de pourvoir à la nécessité c'est autre chose. et des gens qui ne sont pas capables de voir qu'il y a nécessité à... c'est encore autre chose.
cela dit je suis d'accord avec toi dans l'ensemble.
ne nous leurrons pas l'homme est plus enclin et c'est normal à la jouissance, au plaisir, qu'à se faire mal à travailler.
par contre aujourd'hui j'ai eu un long débat sur les mises en invalidité et les calculs salariats...
il est dur de savoir qui ne peut pas travailler qui a une rétribution pour ivalidité, et celui qui n'a pas l'envie mais qui a une rétribution...
en plus l'invalidité dans le long terme, n'est pas une solution pour la dépression et autre... mais bon ça fait réfléchir sur d'autres enjeux.
et des questions philosophiques.
d'ailleurs tout psychiatre avec de la d é ontologie, n'est pas là pour foutre les gens au travail, mais constater de la pathologie, et soigner.
enfin bon ce sujet me pose problème aussi...

à savoir si je suis bloqué avec mon individualité et assumer que je suis adulte, ou si je souffre de pas avoir un statut sociale...
je sais pas si on peut s'arreter là. puisqu'en fait cette question posée à pseudo, est répandue.

enfin dans tous les mythes en tout cas, l'homme arrivé à l'état de dieu, c'est pouvoir s'af franchir du travail et des nécessités.
on ne peut pas proner des valeurs libérales, pour mieux faire passer le coté servile de la condition humaine. ou alors ça ces valeurs libérales sont détournés et s'apparentent plus à ce qu'on trouve dans d'autres idéologies.

cela dit je répète, dans les grandes lignes je suis d'accord avec l'inte venant précedent.
  Réponse avec citation
Vieux 01/12/2008, 00h07   #21
castor
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Citation:
Posté par médita
J'ai jamais compris ce mot paresse.
ne pas aimer la labeur c'est plutot sain, c'est meme plutot malsain les gens qui aiment la labeur. .

Moi, je comprends la paresse. D'ailleurs je suis très paresseue de nature. Je déteste faire les trucs qui servent à rien. Prendre les poussières par exemple. Ou bien laver la vaiselle à la main lorsque le lave-vaiselle est plein, moi j'attends qu'il soit vide. Nettoyer toutes les semaines...

Quant à ne pas aimer le travail ? Parfois, le travail est une passion. Je veux dire que l'on peut très bien apprécier un job au même titre qu'un hobby. C'est pas mon cas pour le moment, mais ça m'est arrivé.
  Réponse avec citation
Vieux 01/12/2008, 00h19   #22
médita
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

ouai mais tu sais les métiers passionants, étaient autrefois des loisirs.
la politique est un loisir, comme la littérature, la philosophie (y compris les maths), l'histoire...
ça m'a fait marrer qd on a proposé de permettre aux gens de travailler jusqu'à 70 ans, d'abord parceque ça existe déjà, (à voir la moyenne d'age des professeurs de la sorbonne) ensuite parceque c'est marrant mais les patrons sont pas franchement pour garder leurs ouvriers jusqu'à 70 ans, on se rend compte que quand l'homme a une labeur arrivé à un certain age il est moins productif...
et puis la passion ça a la meme éthymologie que pathologie alors...

on a violé la morale.

vivement d'autres rapport et idéologies pour la société. je regrette pres que le moyen age !!!! on a parlé progrès ! finalement on a pas changé de condition depuis le servage.
  Réponse avec citation
Vieux 01/12/2008, 10h11   #23
castor
 
Messages: n/a
Re: Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Citation:
Posté par médita
ouai mais tu sais les métiers passionants, étaient autrefois des loisirs.

Non, on ne peut pas classer les métiers en passionnants et non passionnants.

Certains de mes collègues apprécient beaucoup leur boulot. Moi, à une certaine époque, il y avait des côtés de mon job que j'appréciais beaucoup.

J'ai une amie qui nettoie. Elle aime ça. C'est un mystère pour moi. Mais pourquoi pas ?
  Réponse avec citation
Vieux 01/12/2008, 10h28   #24
Valanice
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

Coucou tititi
Je me suis demandé après au sujet de structurer... Je préfère "tuteur structurant", j'utilise aussi le terme de tuteur pour dire comment j'ai grandi.

Quant à "collectionner les pas inutiles", c'est bien d'avoir une maison rangée mais aller chercher et aller remettre à l'autre bout de la maison, bof un exemple con: dans ma cuisine je n'ai plus à faire trois fois le tour de la table dès que je veux faire quelque-chose. C'est pas les pas qui sont valorisants...

Ma grand-mère disait que j'avais des "astuces de fainéant".

Oui, j'ai la flemme, s'il me faut une pince pour ouvrir le tube de colle, d'aller la remettre aussitôt. A force, c'est le bazar. De même tu trouveras souvent au bas de l'escalier ce qui est à monter. Une amie est ainsi, ce qui faisait bien râler son gendre.

Et je suis bien d'accord que c'est plus valorisant un travail bien fait!
  Réponse avec citation
Vieux 05/12/2008, 02h13   #25
médita
 
Messages: n/a
Re : Je n'aime pas la vie = Je suis paresseux selon eux

ouai enfin pour vous rassurer, j'ai qd meme pas repassé depuis des années, et j'ai une friche de papier dans mon appartement... et envoyer une facture est tous les jours un nouveau défis.
ce qui est à remonter en bas de l'escalier à mon avis lol

voilà j'ai meme pas des astuces, j'ai souvent un amas de détritus, qui est mon dernier rempart de survie.

la moisissure, la crasse, le bordel fait partit de mon environnement, alors ça me fait mal qd on me dit que ne pas remonter ses affaires est un pb, ou revisser le tubbe de colle, je me dis ou est la normale ou elle ne l'est plus, car si vous n'etes pas la normale, je suis un détritus vivant.

en meme temps avoir le travail d e la fourmi bien faite c aussi très déprimant, et je sais pas pourquoi tous les écoliers ont une sympathie bizarre à la cygale.
  Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.