Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Maladies, traitements, médicaments
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Maladies, traitements, médicaments Sur ce forum, vous pouvez parler des maladies et de leurs traitements. Ne venez jamais chercher un diagnostic ou une réponse personnalisée en exposant vos symptômes, ce forum ne remplace pas une consultation médicale et votre message serait effacé.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 21/04/2009, 15h05   #1
deleuzze
Membre
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 18
risperdal et intelligence

Bonjour,
Victime de bouffées délirantes aigues je suis sous risperdal depuis 1an, aujourd'hui à 1mg par jour. Les personnes dans mon cas ont-elles constaté chez elles des troubles de la concentration et de la mémoire? J'ai 26 ans et je passe des concours, et j'ai l'impression d'avoir perdu de mes capacités. Mon psy n'est pas claire sur ce sujet.
Merci à tous
deleuzze is offline   Réponse avec citation
Vieux 21/04/2009, 16h24   #2
castor
 
Messages: n/a
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par deleuzze
Bonjour,
Victime de bouffées délirantes aigues je suis sous risperdal depuis 1an, aujourd'hui à 1mg par jour. Les personnes dans mon cas ont-elles constaté chez elles des troubles de la concentration et de la mémoire? J'ai 26 ans et je passe des concours, et j'ai l'impression d'avoir perdu de mes capacités. Mon psy n'est pas claire sur ce sujet.
Merci à tous

Bonjour,

1 mg par jour, c'est vraiment très peu.

Mon fils n'est pas délirant, ni psychotique. Il est à 2 mg. Cela l'aide au contraire à se concentrer. Sans risperdal, il est absolument incapable d'étudier.

Il arrive que l'on prescrive le risperdal pour troubles de l'attention. Lorsque la ritaline n'est pas supportée. Mais selon le point de vue du médecin psychiatre qui m'en a parlé, l'effet du risperdal pour ce genre de troubles ne dure pas toujours.
  Réponse avec citation
Vieux 21/04/2009, 18h46   #3
deleuzze
Membre
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 18
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par castor
Bonjour,

1 mg par jour, c'est vraiment très peu.

Mon fils n'est pas délirant, ni psychotique. Il est à 2 mg. Cela l'aide au contraire à se concentrer. Sans risperdal, il est absolument incapable d'étudier.

Il arrive que l'on prescrive le risperdal pour troubles de l'attention. Lorsque la ritaline n'est pas supportée. Mais selon le point de vue du médecin psychiatre qui m'en a parlé, l'effet du risperdal pour ce genre de troubles ne dure pas toujours.

Bonjour,
merci pour votre réponse. En effet, dans les premiers temps, le risperdal m'aidait à me concentrer, mais maintenant, sur la durée j'ai limpression que c'est l'effet inverse.
Merci pour les témoignages similaires
deleuzze is offline   Réponse avec citation
Vieux 22/04/2009, 01h04   #4
Yannis54
Exclu définitivement pour comportement inacceptable
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 43
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par castor
Bonjour,

1 mg par jour, c'est vraiment très peu.

Mon fils n'est pas délirant, ni psychotique. Il est à 2 mg. Cela l'aide au contraire à se concentrer. Sans risperdal, il est absolument incapable d'étudier.

Il arrive que l'on prescrive le risperdal pour troubles de l'attention. Lorsque la ritaline n'est pas supportée. Mais selon le point de vue du médecin psychiatre qui m'en a parlé, l'effet du risperdal pour ce genre de troubles ne dure pas toujours.

Je le connais trop bien, ce cliché selon lequel "les neuroleptiques aident à se concentrer sur son travail donc ce sont de bons médicaments".

La Ritaline est un bon psychostimulant, booste la vigilance etc.

Le Risperdal, au contraire, anesthésie le cerveau. Il diminue donc la vigilance et la capacité d'assimiler les informations. Je rapelle que ce médicament était à la base prévu pour lutter contre la schizophrénie, le fait de le préscrire à des gamins hyperactifs est complètement idiot.(en tout cas ce n'est que mon avis)...

Même si vous les Belges vous adorez prescrire du Risperdal pour n'importe quoi (hyperactivité, autisme etc.) alors que c'était à la base un médicament contre la shizophrénie.

Je le sais, sous Zyprexa 5 mg je n'arrivais même plus à lire un beau bouquin, j'étais devenu limite robotique, avec des capacités intellectuelles à plat.

Ca ne va rien améliorer chez votre fils, ça va juste le mettre dans un état quasi-robotique pour qu'il étudie mieux et qu'il travaille comme un esclave. En contre partie, il aura de graves dérèglements hormonaux, un gros manque de force physique, des difficultés en sport, des troubles de la croissance, de l'impuissance sexuelle. Il sera robotique et n'aura aucune personnalité ni aucune culture générale.

En tout cas faire avaler au gens du poison pour en faire des employés de bureau robotiques et obéissants, elle est belle la médecine de nos jours.

Il sera alors très difficile pour lui de draguer, et à plus forte raison de rencontrer une femme. C'est une forme de "castration cérébrale" et c'est criminel.

Dernière modification par Yannis54 22/04/2009 à 03h36.
Yannis54 is offline   Réponse avec citation
Vieux 22/04/2009, 05h48   #5
Yannis54
Exclu définitivement pour comportement inacceptable
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 43
risperdal

Description donnée du site Doctissimo:
Molécule(s)
Risperidone
Classe thérapeutique
Neuroleptique atypique
Laboratoire(s)
Janssen Cilag

Indications
RISPERDAL est utilisé pour traiter certaines psychoses, en particulier la schizophrénie.
Informations pratiques
RISPERDAL est délivré seulement sur ordonnance.
Mode d'action
RISPERDAL bloque l'action de la sérotonine et de la dopamine sur certains de leurs récepteurs.
Effets secondaires
RISPERDAL peut entraîner une anxiété, des troubles du sommeil, des maux de tête. Parfois, une somnolence, une fatigue, des troubles digestifs, des douleurs abdominales, une hypotension orthostatique, des tremblements, une augmentation de volume des seins et des écoulements de lair. Le traitement prolongé peut provoquer une prise de poids. Comme tous les neuroleptiques, il peut entraîner une fièvre, des mouvements anormaux, des convulsions. Signalez toute anomalie à votre médecin.
Contre-indications /
Précautions d'emploi
RISPERDAL est contre-indiqué en cas d'allergie à ce principe actif.

Signalez à votre médecin si vous présentez une insuffisance rénale ou hépatique, des antécédents de convulsion.

Consultez votre médecin traitant avant de prendre RISPERDAL en cas de grossesse ou d'allaitement (grossesse : déconseillé ; allaitement : contre-indiqué).

RISPERDAL n'est pas indiqué chez l'enfant de moins de 15 ans.

Les conducteurs de véhicules et les utilisateurs de machines doivent être avertis des risques de somnolence.
Interactions
médicamenteuses
L'association de RISPERDAL à l'alcool ou à des dépresseurs du système nerveux central peut entraîner une sédation excessive.

RISPERDAL ne doit pas être associé à la lévodopa, il peut interagir avec la carbamazépine.

L'association aux antihypertenseurs majore le risque d'hypotension (baisse de la pression artérielle).

Si vous prenez un autre médicament, signalez-le toujours au médecin ou au pharmacien.
Surdosage
Le surdosage peut entraîner une somnolence, une hypotension, une augmentation de la fréquence cardiaque. En cas de doute, contactez immédiatement votre médecin traitant ou le centre antipoison le plus proche.

Ils ont oublié d'écrire(surement car cela fait très peur) que le risperdal provocque des troubles de l'érection et de l'éjaculation chez les hommes et un arrêt de l'ovulation chez les femmesonc pour moi c'est un médicament qui est prescrit pour nuire à des personnes.On donne plein de médocs comme ça mais pourquoi?Car l'Etat français se cache de ses responsabilités par 3 grandes institutions:La DDASS(qui enlève les enfants à leurs parents pour les placer en foyer),Les institutions des tutelles(qui prend en charge des personnes soit disant incapable de le faire soi-même) et pour finir les institutions psyquiatriques.

La DDASS est la preuve que l'Etat se déleste de ses responsabilités en matière de protection de l'enfance et de la famille.Explication:Un enfant est en danger dans une famille,la DDASS se chargera de la placer soit en famille d'accueil ou en foyer.Pour dire que l'enfant en question ne sera pas gâté car la famille d'accueil c'est pas ses vrais parents et chaque enfant dans ce pays a le droit d'obtenir de l'aide de la part soit de ses parents ou d'associations de la protection.Tout cela est injuste car en effet on ne retire JAMAIS les enfants d'une famille aîsé.

Les institutions des tutelles(encore pire!) prend en charge des personnes qui ne sont plus capables de se prendre en charge.Toute personne majeure peut etre mis sous tutelle soit par un médecin,un expert voire même par sa propre famille.Que se passe t il lorsque une personne est sous tutelle?Tous les comptes en banque sont bloqués a la famille,seule la responsable de tutelle y a accès(risque de détournement sous faux achats,ça arrive),les effets personnels de grande valeur sont mis dans un coffre(pareil pour les comptes en banque,bonjour le système).Et biensûr il est très difficile de sortir une personne des organismes de tutelle(voire impossible car ils sont très puissants).Tout cela est encore l'oeuvre de l'Etat!

Les Hopitaux psyquiatriques sont des institutions bien rôdés(armée de psykiatres de psycoloques de médecins et d'infirmiers) enferment les gens dans le but selon eux de les protéger du monde extérieur.C'est parfois vrai dans certains cas mais dans d'autres ils sont enfermés car ils ont étés déclarés dangereux pour la société.Pourquoi donc?Eh ben malheureusement c'est une question qui restera sans réponse.

L'Etat français n'est qu'un ramassis de principes vieux comme le monde et qu'il faudrait vraiment penser a tout ça.
Yannis54 is offline   Réponse avec citation
Vieux 22/04/2009, 10h01   #6
Yannis54
Exclu définitivement pour comportement inacceptable
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 43
Re : risperdal et intelligence

Les neuroleptiques (antipsychotiques) sont parmi les plus dangereux médicaments jamais utilisés en médecine. Ils sont actuellement prescrits par des psychiatres au hasard. En d'autres termes, ils sont néfastes aux produits chimiques naturels du cerveau.
Ils comprennent les produits chimiques suivants: chlorpromazine, Triflupromazine, Mesoridazine, de la thioridazine, Acetophenazine, Fluphenazine HCl, perphénazine, prochlorpérazine, Trifluoroperazine, Chlorprothixene, Thiothixine, halopéridol, Loxapine, Molindone, Clozapine, rispéridone, l'olanzapine, quétiapine.
Les
Neuroleptiques ont été utilisés sur des patients souffrant de troubles mentaux afin de réprimer leurs émotions et pour les rendre passifs et dociles. Tout comme ils ont été utilisés comme fléchettes de tranquillisants pour la capture et de soumission les animaux sauvages, ou dans l'ancienne Union soviétique au contrôle des dissidents politiques. Ils réprimer la combativité, l'hyperactivité, de tension et d'hostilité.
C'est
une façon inhumaine de soumettre un être humain.

Les
Neuroleptiques peuvent avoir des conséquences dramatiques comme effets secondaires qui ne sont pas explicitement mentionnés dans les notices des drogues et ils ne sont pas clairement indiqué pour les patients ou de la famille du patient au moment où ils sont prescrits. Plutôt que de traiter une maladie, les neuroleptiques créer une autre maladie.
Outre le bla bla bla qui est normalement mentionné dans une illisible petite taille des lettres sur les notices accompagnant ces médicaments, chaque patient et chaque famille du patient doit être informé de leur mode d'action et leurs effets secondaires. Une loi gouvernementale doit être adoptée afin que le texte ci-après soit mentionnée intégralement en caractères gras et lisibles sur chaque notice de médicament , afin d'alerter les utilisateurs de leurs risques potentiels.
MODE D'ACTION
Les causes possibles les plus fréquemment cités des maladies mentales (la schizophrénie et d'autres) est une hyperactivité anormale du système neurotransmetteur dopamine dans le cerveau.
Les
Neuroleptiques inhibent la transmission nerveuse de la dopamine dans les lobes frontaux et regule l'émotion du système limbique du cerveau. Cette inhibition n'est pas différent de la lobotomie chirurgicale .C'est une lobotomie chimique.
Le système des lobes frontaux et limbique sont le siège chez l'homme de hautes fonctions telles que l'amour, le souci des autres, l'empathie, l'auto-connaissance, la créativité, l'initiative, l'autonomie, la rationalité, le raisonnement abstrait, le jugement, la planification future, prospective, volonté, la détermination et concentration. L'inhibition de cette partie du cerveau perturbe le comportement global du patient.
WARNINGS !
MISES EN GARDE !
Les patients souffrant de troubles mentaux et la famille des patients souffrant de troubles mentaux doit être mis au courant et bien au tout début de prescription du médicament, des conséquences du traitement par les neuroleptiques (antipsychotiques), à savoir:
1) que les neuroleptiques (antipsychotiques) sont des médicaments dont le but est d'endommager le cerveau et que cette mutilation du cerveau n'est rien de moins qu'une lobotomie chimiques .
2) que chimiquement lobotomisé les patients perdent leur personnalité. Ils deviennent "robotique" à la suite des dommages causés à leurs lobes frontaux et système limbique .
Les
modifications typique sont apathie, le manque d'initiative, la perte de mémoire et de concentration, l'indifférence affective et la perte de plus profond des sentiments et de tendresse.

3) que les dyskinésies tardive (DT) un trouble de circulation, qui touchent une des muscles volontaires, est plus susceptible de se produire dans 50% des patients souffrant de troubles mentaux traités par neuroleptiques. L'état en général au bout de 6 mois à 2 ans de traitement est incurable. Tressage langue circulation, puffing joues, smacking des lèvres, de sucer les mouvements de la bouche, du visage et du corps caractérisé par des mouvements continue mouvements de bascule, des tremblements et des postures bizarres, pour ne citer que quelques-uns de ces symptômes.
Yannis54 is offline   Réponse avec citation
Vieux 22/04/2009, 10h21   #7
Mimic
 
Messages: n/a
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par deleuzze
Bonjour,
Victime de bouffées délirantes aigues je suis sous risperdal depuis 1an, aujourd'hui à 1mg par jour. Les personnes dans mon cas ont-elles constaté chez elles des troubles de la concentration et de la mémoire? J'ai 26 ans et je passe des concours, et j'ai l'impression d'avoir perdu de mes capacités. Mon psy n'est pas claire sur ce sujet.
Merci à tous

Bonjour deleuzze,

Etant moi-même délirante chronique, pendant quelques années j'ai pris ce dosage de Risperdal, parfois moins; 0,5 mg. Je n'étais pas aux études quand c'est arrivé mais je peux comprendre vos problèmes de concentration et de mémoire.

Ils s'expliquent par la psychose elle-même qui, a chaque rechute, aggrave le déficit cognitif, le psychiatre vous a prescrit un neuroleptique pour éteindre le délire, c'est la seule alternative possible à ce jour.

Avancer qu'1 mg de Risperdal est un faible dosage est faux, cela dépend de chaque organisme. Vous avez une hypersensibilité au neuroleptique, néanmoins, celui-ci agit en faisant disparaître votre libido, cela pose des problèmes pour les relations sexuelles bien sûr, mais il faut savoir que la lecture par exemple demande un élan, une envie, qui est effacée en raison du manque de libido.

De nombreuses personnes sous neuroleptiques n'entreprennent plus de lire de livres alors que parfois elles étaient boulimiques de lectures auparavant.

On ne soigne pas le TDAH avec du Risperdal, celui-ci est utilisé parfois en traitement commun avec la Rilatine chez des enfants TDAH auquel s'ajoute des problèmes comportementaux.

Ce que votre psychiatre ne vous dit pas, vous allez le constater par vous-même en faisant vos efforts pour étudier. Ceci dit, si vous prenez 1 mg depuis un an, il est possible que votre psy diminue progressivement, tout dépend de votre état de santé.
  Réponse avec citation
Vieux 22/04/2009, 12h48   #8
deleuzze
Membre
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 18
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par Mimic
Bonjour deleuzze,

Etant moi-même délirante chronique, pendant quelques années j'ai pris ce dosage de Risperdal, parfois moins; 0,5 mg. Je n'étais pas aux études quand c'est arrivé mais je peux comprendre vos problèmes de concentration et de mémoire.

Ils s'expliquent par la psychose elle-même qui, a chaque rechute, aggrave le déficit cognitif, le psychiatre vous a prescrit un neuroleptique pour éteindre le délire, c'est la seule alternative possible à ce jour.

Avancer qu'1 mg de Risperdal est un faible dosage est faux, cela dépend de chaque organisme. Vous avez une hypersensibilité au neuroleptique, néanmoins, celui-ci agit en faisant disparaître votre libido, cela pose des problèmes pour les relations sexuelles bien sûr, mais il faut savoir que la lecture par exemple demande un élan, une envie, qui est effacée en raison du manque de libido.

De nombreuses personnes sous neuroleptiques n'entreprennent plus de lire de livres alors que parfois elles étaient boulimiques de lectures auparavant.

On ne soigne pas le TDAH avec du Risperdal, celui-ci est utilisé parfois en traitement commun avec la Rilatine chez des enfants TDAH auquel s'ajoute des problèmes comportementaux.

Ce que votre psychiatre ne vous dit pas, vous allez le constater par vous-même en faisant vos efforts pour étudier. Ceci dit, si vous prenez 1 mg depuis un an, il est possible que votre psy diminue progressivement, tout dépend de votre état de santé.

Bonjour Mimic,
Je vous remercie pour votre réponse. Je me reconnais tout à fait dans ce que vous dites; avant de prendre le risperdal je lisais énormément,ça revient un peu mais ce n'est pas comprarable. Idem pour la libido.
Mon psy n'est pas claire sur le sujet, et c'est toujours moi qui décide de baisser la dose. Il m'a mise en garde contre cela.Je n'ai plus qu'a attendre.
Merci et bonne journée
deleuzze is offline   Réponse avec citation
Vieux 22/04/2009, 23h35   #9
chx57
Membre
 
Date d'inscription: mars 2009
Messages: 4
Re : risperdal et intelligence

Mon frère est traité par Risperdal Retard 1 injection tous les 15 j pour une schyzophrénie. Il est bien habitué à ce traitement qui lui permet d'éviter les idées délirantes. Il continue de lire, travailler (en atelier protégé) , il a une vie sexuelle avec sa petite amie.
Globalement il est content du traitement.
L'inconvénient principal est la prise de poids et c'est vrai qu'il y a aussi un certain émoussement intellectuel et émotionnel, mais celà est peut-être lié aussi à la pathologie?
chx57 is offline   Réponse avec citation
Vieux 23/04/2009, 00h20   #10
w.reich222
Membre
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 156
Re : risperdal et intelligence

yannis,
dans le genre certains antidepresseurs ne sont pas mieux. durant mon traitement sous deroxat, j'a ieu les sens très emoussés. j'ai un ami par ailleurs qui est soigné pour des troubles psychotiques depuis des années (il a fait 5 crises en tout), mais sa personalité n'est pas atteinte, semble-t-il, il est vif d'esprit et souvent de bonne humeur, il s'interresse à énormément de choses - et on lui fait même une piqure par mois!
êtes-vous certains que les antipsychotiques DETRUISENT certaines parties/fonctions du cerveau ???
w.reich222 is offline   Réponse avec citation
Vieux 23/04/2009, 11h14   #11
castor
 
Messages: n/a
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par Mimic
Bonjour deleuzze,

Etant moi-même délirante chronique, pendant quelques années j'ai pris ce dosage de Risperdal, parfois moins; 0,5 mg. Je n'étais pas aux études quand c'est arrivé mais je peux comprendre vos problèmes de concentration et de mémoire.

Ils s'expliquent par la psychose elle-même qui, a chaque rechute, aggrave le déficit cognitif, le psychiatre vous a prescrit un neuroleptique pour éteindre le délire, c'est la seule alternative possible à ce jour.

Avancer qu'1 mg de Risperdal est un faible dosage est faux, cela dépend de chaque organisme. Vous avez une hypersensibilité au neuroleptique, néanmoins, celui-ci agit en faisant disparaître votre libido, cela pose des problèmes pour les relations sexuelles bien sûr, mais il faut savoir que la lecture par exemple demande un élan, une envie, qui est effacée en raison du manque de libido.

De nombreuses personnes sous neuroleptiques n'entreprennent plus de lire de livres alors que parfois elles étaient boulimiques de lectures auparavant.

On ne soigne pas le TDAH avec du Risperdal, celui-ci est utilisé parfois en traitement commun avec la Rilatine chez des enfants TDAH auquel s'ajoute des problèmes comportementaux.

Ce que votre psychiatre ne vous dit pas, vous allez le constater par vous-même en faisant vos efforts pour étudier. Ceci dit, si vous prenez 1 mg depuis un an, il est possible que votre psy diminue progressivement, tout dépend de votre état de santé.


Bonjour,

Le risperdal n'est certainement pas le médicament le plus efficace ni le plus prescrit en cas de TDAH. Mais il arrive qu'on le prescrive. C'est ce que m'a confirmé une pédopsychiatre et c'est ce que j'ai lu ici :

http://www.tdah.be/Risperdal.htm

Ce n'est pas moi qui dit qu'1 mg de risperdal c'est une dose faible. C'est cette même amie pédopsychiatre. ET la psychiatre de mon fils. L'une m'a dit : 0.5 mg (c'est jusque là que j'avais descendu la dose) : c'est une dose pédiatrique et l'autre m'a dit à cette dose-là, c'est un placebo.

Mon fils a reçu deux diagnostics différents à différents moments et par des professionnels diffèrents. Mais pas de diagnostic de psychose.

Ce que je lis dans cette discussion sur les effets du risperdal me fait hérisse. je suis déjà extrèmement réticente à la médication de mon fils. Je m'y suis refusée pendant son enfance. Nous avons géré ses difficultés d'apprentissage et son hyperactivité grâce à la compréhension des enseignants, avec l'aide d'une professionnelle, et avec énormément de patience.

Nous nous sommes résignés à admettre cette médication. Et nous sommes forcés de constater une réelle augmentation de ses capacités de concentration et une grande diminution de son angoisse lorsqu'il est sous risperdal. C'est lorsqu'il est sous risperdal que mon fils se montre le plus heureux, qu'il joue du piano, qu'il se montre de bonne humeur et plein d'entrain.

Que l'on parle de lobotomie, de soumission de l'être humain... me révulse.
  Réponse avec citation
Vieux 23/04/2009, 11h41   #12
w.reich222
Membre
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 156
Re : risperdal et intelligence

"mais il faut savoir que la lecture par exemple demande un élan, une envie, qui est effacée en raison du manque de libido."
(hahem! ça dépend quelle lecture. manara ? marquis de sade ? anais nin ?)





Yannis, quelle est la source de votre document ???

Dernière modification par w.reich222 23/04/2009 à 11h45.
w.reich222 is offline   Réponse avec citation
Vieux 23/04/2009, 15h39   #13
Yannis54
Exclu définitivement pour comportement inacceptable
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 43
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par castor
Bonjour,

Le risperdal n'est certainement pas le médicament le plus efficace ni le plus prescrit en cas de TDAH. Mais il arrive qu'on le prescrive. C'est ce que m'a confirmé une pédopsychiatre et c'est ce que j'ai lu ici :

http://www.tdah.be/Risperdal.htm

Ce n'est pas moi qui dit qu'1 mg de risperdal c'est une dose faible. C'est cette même amie pédopsychiatre. ET la psychiatre de mon fils. L'une m'a dit : 0.5 mg (c'est jusque là que j'avais descendu la dose) : c'est une dose pédiatrique et l'autre m'a dit à cette dose-là, c'est un placebo.

Mon fils a reçu deux diagnostics différents à différents moments et par des professionnels diffèrents. Mais pas de diagnostic de psychose.

Ce que je lis dans cette discussion sur les effets du risperdal me fait hérisse. je suis déjà extrèmement réticente à la médication de mon fils. Je m'y suis refusée pendant son enfance. Nous avons géré ses difficultés d'apprentissage et son hyperactivité grâce à la compréhension des enseignants, avec l'aide d'une professionnelle, et avec énormément de patience.

Nous nous sommes résignés à admettre cette médication. Et nous sommes forcés de constater une réelle augmentation de ses capacités de concentration et une grande diminution de son angoisse lorsqu'il est sous risperdal. C'est lorsqu'il est sous risperdal que mon fils se montre le plus heureux, qu'il joue du piano, qu'il se montre de bonne humeur et plein d'entrain.

Que l'on parle de lobotomie, de soumission de l'être humain... me révulse.

Les médicaments neuroleptiques présentent un léger effet psychostimulant lorsqu'ils sont pris à toute petite dose. Mais ça reste quand même du poison. En particulier le Risperdal qui est un des neuroleptiques les moins surs, il peut infliger de graves lésions au cerveau et laisser des séquelles.

Dernière modification par Yannis54 23/04/2009 à 17h03.
Yannis54 is offline   Réponse avec citation
Vieux 23/04/2009, 15h42   #14
Yannis54
Exclu définitivement pour comportement inacceptable
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 43
Re : risperdal et intelligence

Si je vous dit ça c pour votre bien (et pour votre fils), c'est pour que vous ne droguiez pas votre fils avec des substances qui pourraient être dangereuses pour sa santé et lui faire du mal. En tout cas si pendant l'adolescence votre fils a du mal à faire son développement pubertaire correctement et qu'il souffre d'impuissance sexuelle vous penserez à moi.
Yannis54 is offline   Réponse avec citation
Vieux 23/04/2009, 17h04   #15
Yannis54
Exclu définitivement pour comportement inacceptable
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 43
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par w.reich222
yannis,
dans le genre certains antidepresseurs ne sont pas mieux. durant mon traitement sous deroxat, j'a ieu les sens très emoussés. j'ai un ami par ailleurs qui est soigné pour des troubles psychotiques depuis des années (il a fait 5 crises en tout), mais sa personalité n'est pas atteinte, semble-t-il, il est vif d'esprit et souvent de bonne humeur, il s'interresse à énormément de choses - et on lui fait même une piqure par mois!
êtes-vous certains que les antipsychotiques DETRUISENT certaines parties/fonctions du cerveau ???

Ton pote a eu de la chance, c'est tout, parce qu'il y en a d'autres qui réagissent très mal aux neuroleptiques. Et puis je doute qu'il a autant d'énergie que s'il n'en prenait pas.
Yannis54 is offline   Réponse avec citation
Vieux 23/04/2009, 17h26   #16
castor
 
Messages: n/a
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par Yannis54
Si je vous dit ça c pour votre bien (et pour votre fils), c'est pour que vous ne droguiez pas votre fils avec des substances qui pourraient être dangereuses pour sa santé et lui faire du mal. En tout cas si pendant l'adolescence votre fils a du mal à faire son développement pubertaire correctement et qu'il souffre d'impuissance sexuelle vous penserez à moi.

A quoi jouez-vous Yannis ?


Vous avez répété trois fois ce même message sur le forum schizophrénie dans trois discussion différentes sur le risperdal

http://www.atoute.org/n/forum/showpo...56&postcount=8


Puis, là, vous avez des propos complètement alarmistes sur le risperdal.

Qui est tout ce que vous voulez mais en tous cas pas une drogue. Il n'y a pas d'accoutumance, ni de dépendance.
  Réponse avec citation
Vieux 23/04/2009, 17h41   #17
w.reich222
Membre
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 156
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par Yannis54
Ton pote a eu de la chance, c'est tout, parce qu'il y en a d'autres qui réagissent très mal aux neuroleptiques. Et puis je doute qu'il a autant d'énergie que s'il n'en prenait pas.


je lui demanderai ce qu'il prend, attention, je n'ai pas dit que c'était du risperdal, mais vous avez l'air de dire que TOUS les neuroleptiques sont du poison.
evidemment, tout traitement est nocif à long ou court terme d'ailleurs, de toute manière. on ne sort pas non plus totalement indemne d'un traitement aux antidepresseurs - j'en veux pour preuve le fil que j'ai lancé sur ce site "deroxat sur wiki"
je vous demande à nouveau vos sources si vous le voulez bien.
w.reich222 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/04/2009, 16h00   #18
Yannis54
Exclu définitivement pour comportement inacceptable
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 43
Re : risperdal et intelligence

COMPARAISON ENTRE LE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX FORCé ET L'INCESTE

Le fait que des parents puissent forcer leurs enfants à consommer des médicaments psychotropes toxiques pour le corps et pour le cerveau est une forme de tyrannie qui peut être comparée, physiquement et moralement, à de l'inceste. Dans l'inceste pharmacologique comme dans l'inceste sexuel, la force, la contrainte et le chantage sont utilisés. Dans le cas de l'inceste sexuel, le tube est un pénis. Dans le cas de l'inceste médicamenteux, le tube est une boite de médicaments. Dans les deux cas, une substance étrangère est introduite dans le corps de la victime. Dans l'inceste sexuel, la substance est du sperme. Dans le cas de l'inceste pharmacologique, la substance est de la Ritaline, du Risperdal, du Roaccutane ou une autre substance détruisant les cellules du cerveau et provoquant des états dépressifs graves ainsi qu'un anéantissement durable de l'imagination et des capacités intellectuelles.

Pourquoi l'inceste médicamenteux est-il plus grave que l'inceste sexuel ? Parce qu'il s'agit de médicaments qui agissent sur le cerveau, donc qui sont capables de modifier les pensées, les sentiments et les émotions du patient. Comme le disait, le chirurgien du cerveau I. S. Cooper, dans son autobiographie: “C’est votre cerveau qui voit, ressent, pense, commande, répond. Vous êtes votre cerveau. Il est vous. Transporté dans un autre porteur, un autre corps, votre cerveau lui fournirait vos souvenirs, vos pensées, vos émotions. Ce serait encore vous. Le nouveau corps serait votre contenant. Il vous transporterait où vous voulez. Votre cerveau c’est vous. ” (The Vital Probe: My Life as a Brain Surgeon (Le senseur vital: Ma vie comme chirurgien du cerveau), W.W.Norton & Co., 1982, p. 50-emphase dans l’original). La partie de votre corps la plus essentielle et la plus intime n’est pas celle entre vos jambes mais celle entre vos oreilles.

Le fait que l'on puisse modifier à volonté les pensées, les sentiments et les émotions d'un enfant est digne d'un roman de Georges Orwell (1984). L'agression du cerveau d'un enfant par le biais de l'imposition d'un "médicament" (comme la Ritaline, le Risperdal, le Desoxyn ou le Roaccutane) est donc un crime contre l'intimité et moralement plus horrible qu'un inceste sexuel. En termes moraux, l'inceste pharmacologique est un crime plus grave que l'inceste sexuel pour une autre raison : ces médicaments administrés de force provoquent des lésions irréversibles au cerveau. Ceci, contrastant avec le fait que chez l'enfant victime d'inceste, la fonction sexuelle reste habituellement intacte. Ils souffrent bien sur d’un traumatisme psychologique, mais les victimes d'agressions médicamenteuses aussi. J’espère que ces propos ne seront pas interprétés comme minimisant le traumatisme et l’horreur de l'inceste sexuel, mais les statistiques prouvent que la plupart des victimes d'incestes sexuel ont repris une vie sexuelle apparemment normale, et dans la plupart des cas se sont mariés et ont fondé une famille.

Au contraire, les cerveaux des enfants ayant subies l’agression médicamenteuse ne sont souvent pas complètement fonctionnels à cause des dommages physiques et biologiques provoqués par le“traitement”. La plupart des enfants gavés de force avec des médicaments psychotropes risquent d'avoir des dommages permanents au cerveau (donc moins de personnalité, d'imagination, de volonté etc. que les enfants n'ayant pas subi ces traitements) ainsi que de graves dérèglements hormonaux et des problèmes de croissance (effet secondaires des médicaments psychotropes), qui risquent de les empêcher d'avoir une vie sociale et amoureuse normale.

Réfléchissez-y.

Dernière modification par Yannis54 26/04/2009 à 16h21.
Yannis54 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/04/2009, 16h30   #19
molette
Membre
 
Avatar de molette
 
Date d'inscription: avril 2009
Localisation: st malo
Messages: 199
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par Yannis54
Pourquoi l'inceste médicamenteux est-il plus grave que l'inceste sexuel ?
C'est une affirmation un peu personnelle, vous ne croyez pas ? Qu'est ce qui vous pousse à croire que l'inceste (qui est sexuel, point) pourrait être moins dommageable que d'autres pratiques parentales qui elles, ne visent pas à chambouler les interdits. Je m'explique : lorsqu'il y a inceste, c'est qu'un parent a complètement "oublié" qu'il était parent, il trangresse une loi fondamentale de l'humanité, en reconnaissant comme partenaire sexuel possible son enfant, d'une autre génération que la sienne et sur lequel est porté un interdit structurant : "ON NE TOUCHE PAS !".
Alors que lorsqu'un parent donne un médicament à son enfant, il se place bien dans une position de parent voulant le bien de son enfant. Après dans les modalités, il peut y avoir des abus d'autorité, mais c'est autre chose...
Cela n'a donc absolument rien à voir.
Lorsque vous émettez de telles affirmations vous oubliez les autres, qui peuvent mettre en doute ce que vous dites. Vous projetez votre angoisse à propos de ces soins qui est tout à fait louable, pourquoi pas ?, et elle vaut pour vous vérité absolue, ce qui vous conduit à dire des Âneries, excusez moi du terme, mais en l'occurence c'est bien le cas.
C'est dommage, cela affaiblit vos propos et votre dénonciation..(donner des médicaments de force contre la volonté d'un individu, c'est quand même un peu violer sa personne mais un médecin peut y être tenu par la loi)
__________________
molette

Dernière modification par molette 26/04/2009 à 18h47. Motif: il y a besoin d'être nuancé et mesuré sur ce genre de topic
molette is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/04/2009, 16h57   #20
Soliless
ex Zulma
 
Avatar de Soliless
 
Date d'inscription: juillet 2008
Messages: 20 845
Re : risperdal et intelligence

citation molette :

C'est dommage, cela affaiblit votre démonstration..

Il n'y a aucune démonstration ! Que des assertions "copiées collées" on ne sait où. (Quand il parle en son nom, le style de Yannis 54 est beaucoup plus primaire). Quel est son but ? Se valoriser peut-être, mais peut-être aussi peut-il faire beaucoup de mal à des parents désamparés et crédules qu'il met carrèment en accusation. A mon avis il est dangereux !
Soliless is online now   Réponse avec citation
Vieux 26/04/2009, 16h57   #21
Yannis54
Exclu définitivement pour comportement inacceptable
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 43
Re : risperdal et intelligence

Perso je peux vous dire que ma famille voulait me forcer à prendre du Risperdal parce qu'ils étaient persuadés que j'étais un fou dangereux qu'il fallait neutraliser (alors qu'il s'agissait au départ d'une crise d'ado, j'étais très agité certes mais j'étais en névrose et pas en psychose). Et ils voulaient surtout pas que je prenne d'antidépresseurs parce que ça allait soit disant me rendre nerveux. Alors vous savez, je sais de quoi je parle.

Ce texte n'est pas un copié/coller, c'est moi qui l'ai mis au point. Et votre affirmation selon laquelle je distillerai des idéologies dangereuses : c'est vrai, je suis un contestataire et un provocateur, je n'ai pas peur du politiquement incorrect. Mais je ne m'estime pas plus dangereux qu'un Besancenot ou qu'un Le Pen.

Ou que Ryke Geerd Hamer (pour les vraies menaces en médecine), un cinglé qui prétendait soigner le cancer en utilisant des méthodes mystiques/ésotériques/occulistes (il prétendait que le cancer "se passait dans la tête" et qu'on pouvait le soigner par la méditation et la psychogénéalogie) : résultat, plusieurs morts parce qu'ils refusaient les traitements chimio. Ca c'est vraiment des mecs dangereux.

Moi je ne fais que dénoncer les traitements psychotropes forcés, je ne m'estime pas dangereux, je ne fais que défendre les intérêts des gens qui ont subi les mêmes humiliations que moi. Se retrouver avec l'esprit vide, de l'impuissance sexuelle, des dérèglements hormonaux, plus aucune force physique, sans défense et incapable de parler à cause d'un médicament psychotrope alors qu'on a 19-20 ans, c'est avoir été victime d'un crime contre l'humanité.

Vous dites que je suis "primaire", eh bah c'est vrai que je n'aime pas me prendre la tête avec de longues distorsions intellectuelles comme le font certaines personnes. Pour moi, la vérité est claire, simple, limpide, radicale.

Le politiquement correct ne m'interresse pas, quand je trouve que quelque chose est merdique, je balance un coup de gueule, quitte à choquer les gens.

Voilà @+ et si mes posts ne vous plaisent pas vous n'avez qu'à pas les lire.

Dernière modification par Yannis54 26/04/2009 à 18h10.
Yannis54 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/04/2009, 18h20   #22
w.reich222
Membre
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 156
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par zulma
citation molette :

C'est dommage, cela affaiblit votre démonstration..

Il n'y a aucune démonstration ! Que des assertions "copiées collées" on ne sait où. (Quand il parle en son nom, le style de Yannis 54 est beaucoup plus primaire). Quel est son but ? Se valoriser peut-être, mais peut-être aussi peut-il faire beaucoup de mal à des parents désamparés et crédules qu'il met carrèment en accusation. A mon avis il est dangereux !

essayez de ne pas prendre le discours de yannis comme un affront, même si ce 'inceste médicamenteux/inceste sexuel" fait froid dans le dos et parait barbare au premier abord, il ne vous accuse pas de sciemment ruiner la santé de vos enfants mais veut juste vous mettre en garde, il faut surtout voir dans sa tirade une grande demande d'informations au niveau "irreversibilité de la chimie du cerveau sous neuroleptique" que je ne demande, moi aussi, qu'à comprendre, et si possible avec des sources sures et éprouvées.
w.reich222 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/04/2009, 18h39   #23
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 13 639
Re : risperdal et intelligence

Bonjour

Je n'ai pas pour habitude de censurer les propos du ce forum. En revanche, il est important de préciser que Yannis ne comprend pas grand-chose de ce qu'elle recopie. Il y aurait grand danger à tenir compte de ses écrits et recommandations absurdes. Il y a sur ce forum des psychotiques qui prennent du Risperdal et qui s'en trouvent bien. D'autres pas. Il en va ainsi des médicaments. Ceux qui partent en croisade contre tel ou tel produit avec des connaissances scientifiques limitées sont peu crédibles.

Parler de son vécu, d'accord. Parler sur un plan général d'un domaine que l'on connaît mal, pas d'accord.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 26/04/2009, 18h49   #24
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 13 639
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par Yannis54
COMPARAISON ENTRE LE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX FORCé ET L'INCESTE

Cette comparaison stupide et agressive discrédite vos propos, et c'est finalement tant mieux.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 26/04/2009, 19h11   #25
Yannis54
Exclu définitivement pour comportement inacceptable
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 43
Re : risperdal et intelligence

Citation:
Posté par d_dupagne
Bonjour

Je n'ai pas pour habitude de censurer les propos du ce forum. En revanche, il est important de préciser que Yannis ne comprend pas grand-chose de ce qu'elle recopie. Il y aurait grand danger à tenir compte de ses écrits et recommandations absurdes. Il y a sur ce forum des psychotiques qui prennent du Risperdal et qui s'en trouvent bien. D'autres pas. Il en va ainsi des médicaments. Ceux qui partent en croisade contre tel ou tel produit avec des connaissances scientifiques limitées sont peu crédibles.

Parler de son vécu, d'accord. Parler sur un plan général d'un domaine que l'on connaît mal, pas d'accord.

Mes messages ne concernent pas les psychotiques qui prennent des médocs de leur plein gré et qui se portent très bien avec (quoique ces médocs anesthésient fortement le cerveau et affaiblissent sérieusement l'individu, je l'ai moi-même expérimenté).

Ils concernent des patients à qui on a imposé des médocs, contre leur gré (souvent à des fins répressives) et qui ont souffert des effets secondaires de ces médocs, même quand il ne s'agit pas de "fous dangereux". Ces pratiques sont pour moi indignes de pays démocratiques, on se croirait sous les Talibans.

Je n'ai rien contre le médicament en lui même, tout dépend de l'usage que l'on en fait. Soigner ou punir ? Aider ou faire de la répression ?

Désolé si j'ai choqué certaines personnes mais encore une fois le politiquement correct ne m'interresse pas.

Dernière modification par Yannis54 26/04/2009 à 19h22.
Yannis54 is offline   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Navigation rapide





Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 17h09.


Le forum Atoute utilise le script de forums VBulletin
Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.