Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Maladies, traitements, médicaments
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Maladies, traitements, médicaments Sur ce forum, vous pouvez parler des maladies et de leurs traitements. Ne venez jamais chercher un diagnostic ou une réponse personnalisée en exposant vos symptômes, ce forum ne remplace pas une consultation médicale et votre message serait effacé.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 19/11/2013, 19h20   #1
Ibn Muzni
Membre
 
Date d'inscription: novembre 2013
Messages: 1
Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Bonjour à toutes et tous,

Je voudrais partager mon expérience sur les verrues génitales avec vous. Mon but est d'écrire le post que j'aurais aimé lire au moment où je faisais mes premières recherches sur le sujet.


1) J'ai psychologiquement mal pris la nouvelle d'avoir été infecté par le VPH, le papillomavirus humain, responsable de ces verrues. Pour moi, qui ai toujours fait attention au choix de mes partenaires sexuels, qui ai toujours exigé d'eux (comme de moi) des analyses médicales, qui me suis toujours protégé au moyen d'un préservatif, c'était l'incompréhension. La maladie a de plus un côté honteux…
En réalité, tout cela est injustifié. Les verrues génitales sont des verrues comme les autres, comme celles qu'on peut avoir à la main. Le préservatif n'offre qu'une protection faible contre le VPH (alors qu'il reste très efficace pour les autres MST). Il suffit d'avoir eu plus de quatre partenaires pour attraper ce virus. Il s'agit d'une épidémie qui concerne des populations entières, même si un faible nombre d'entre eux développe des symptômes (des verrues). De plus, il faut voir cela comme un "marqueur d'activité sexuelle", qui signifie que vous êtes actif sexuellement, ce qui est plutôt positif


2) J'ai découvert mes verrues en me rasant le sexe, ce qui a eu pour résultat de les propager. Eh oui, le virus utilise les plaies laissées par le rasoir pour s'infiltrer et s'installer. J'ai consulté évidemment et le médecin m'a prescrit Condyline, que j'ai refusé de prendre à cause des effets secondaires décrits sur Internet. Je me suis orienté vers les thérapies dites naturelles et c'était la galère au début. Un ami m'a conseillé de mettre de l'argile verte, que je dois recouvrir par un sparadrap puissant et transparent. J'ai préparé cela avec du vinaigre de cidre (très conseillé sur Internet) et je me suis mis à l'appliquer chaque soir, en laissant reposer ma peau une nuit chaque trois jours. Le résultat est catastrophique et mon slip sentait une odeur de sueur et de vinaigre insupportable. L'aspect des verrues changeait, elles devenaient de plus en plus hideuses et saignantes, mais la guérison n'était pas au rendez-vous. On m'a ensuite conseillé de frotter les verrues avec une peau de banane. Cela n'a rien donné non plus.



3) CE QUI A MARCHÉ : J'ai alors décidé d'expérimenter d'autres méthodes.


- Une méthode conventionnelle : j'ai utilisé un scotch puissant qu'on utilise dans la construction et la peinture, appelé Duct tape. Il faudrait en fait enlever les poils autour de la verrue (avec des ciseaux, sans se blesser) et recouvrir largement la verrue de façon à l'empêcher de respirer. Et laisser cela comme ça, indéfiniment, jusqu'à ce que le scotch tombe sous l'effet de la douche par exemple. Le changer immédiatement dans ce cas. Le but est de ne jamais laisser la verrue prendre de l'oxygène plus de 5mn. Moi, je changeais mon scotch chaque deux jours environ et je restais le maximum de temps possible sans prendre de douche, ce qui était le plus dur. Les grosses verrues se sont ainsi réduites puis elles ont disparu. Elles commençaient par saigner ou devenir noires, puis elles disparaissaient progressivement. Il faut continuer à mettre le carré de scotch une semaine après la disparition complète de la verrue pour éviter les récidives.
Précautions à prendre : bien nettoyer le sang avec un antiseptique, réserver une petite serviette spéciale pour son sexe pour éviter les risques (faibles) de propagation, se laver les mains avec du savon en frottant après avoir touché les verrues, éviter le rasage du sexe, et surtout ne pas se raser le sexe et la barbe avec la même lame (mdrrr!, je le précise quand même!), ne pas toucher son anus après avoir touché les verrues. Le virus vit parait-il trois heures à l'air libre.

- Une méthode à base d'une plante : En même temps que ce traitement, je prenais de la spiruline en comprimés (de Hawaï) pour aider mon système immunitaire à lutter contre cette maladie.


- Une méthode barbare : Je ne vous la conseille pas, mais pour moi, cela a marché. Le problème avec le Duct tape, c'est que, d'abord, il y a eu une verrue persistante, qui a été réduite de beaucoup, mais qui a refusé de disparaitre. Ensuite, dès qu'une verrue disparaissait, je regardais un peu autour de son emplacement, je voyais plusieurs petites verrues apparaitre. J'ai ainsi constaté avec ma loupe l'apparition de 24 petites verrues sur mon pubis! C'était une catastrophe!
C'est alors que j'ai décidé de recourir à la "méthode barbare" : elle consiste à stériliser un trombone, à le brûler à la flamme d'une bougie et à brûler avec le centre de chaque petite verrue. Je faisais trois applications en moyenne et ma verrue se transformait en brûlure légère, que je traitais ensuite comme une plaie (un petit pansement dessus l'aidait à cicatriser et cela prenait une semaine environ). Bien sûr, je nettoyais "la plaie" avec du coton et de l'alcool pour enlever les résidus noirs de la brûlure. J'ai pu supprimer ainsi 24 verrues! Si je les avais laisser grandir, ç'aurait été la catastrophe… Mais je n'ai utilisé cette méthode qu'avec les petites verrues, car avec les grandes on produirait de grosses brûlures et de grosses plaies. Et il m'a fallu bien sûr être chirurgical, très précis. (En plus des petites, j'ai aussi anéanti la verrue persistante (et réduite) qui ne voulait pas disparaître avec le Duct tape.)


Je ne vous conseille rien, je raconte mon expérience. En tous les cas, dans mon cas, c'est la combinaison de ces trois méthodes qui m'a permis de me débarrasser de mes verrues génitales : Duct tape pour les grosses verrues, brûlure des petites verrues naissantes avec un trombone stérilisé et spiruline (pour lutter contre le virus de l'intérieur). Le vinaigre de cidre était totalement inefficace. Au bout de deux mois, j'ai eu les résultats escomptés, sans cicatrice aucune. Là, mon sexe est tout beau et je me plais à me regarder dans le miroir…


Mais ce n'est peut-être pas fini. Il y a toujours un risque de récidive, quelque soit la méthode de guérison utilisée. Je me surveille donc. Mais là, en tous les cas, tout se passe bien. Je respire de nouveau!


En espérant que mon expérience vous servira!


P.-S.:
Un excellent site qui pourrait vous donner des renseignements scientifiques sur le VPH :
http://cliniquelactuel.com/Que_sont_...omes?s=2&&ss=3

Dernière modification par Ibn Muzni 19/11/2013 à 19h26.
Ibn Muzni is offline   Réponse avec citation
Vieux 23/12/2013, 18h15   #2
valou260198
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2013
Messages: 3
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Bonjours a tous c'etait pour savoir si yavait des condylomes sur mon zizi car je n'est jamais eu de rapport sexuel yaurait il une autre explication ? Aidez moi svp

Dernière modification par valou260198 23/12/2013 à 18h18.
valou260198 is offline   Réponse avec citation
Vieux 25/04/2014, 07h34   #3
jolie21
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 5
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Comment va tu aujourd’hui ! ? est-ce que tout ce passe pour le mieux ?

Citation:
Posté par Ibn Muzni
Bonjour à toutes et tous,

Je voudrais partager mon expérience sur les verrues génitales avec vous. Mon but est d'écrire le post que j'aurais aimé lire au moment où je faisais mes premières recherches sur le sujet.


1) J'ai psychologiquement mal pris la nouvelle d'avoir été infecté par le VPH, le papillomavirus humain, responsable de ces verrues. Pour moi, qui ai toujours fait attention au choix de mes partenaires sexuels, qui ai toujours exigé d'eux (comme de moi) des analyses médicales, qui me suis toujours protégé au moyen d'un préservatif, c'était l'incompréhension. La maladie a de plus un côté honteux…
En réalité, tout cela est injustifié. Les verrues génitales sont des verrues comme les autres, comme celles qu'on peut avoir à la main. Le préservatif n'offre qu'une protection faible contre le VPH (alors qu'il reste très efficace pour les autres MST). Il suffit d'avoir eu plus de quatre partenaires pour attraper ce virus. Il s'agit d'une épidémie qui concerne des populations entières, même si un faible nombre d'entre eux développe des symptômes (des verrues). De plus, il faut voir cela comme un "marqueur d'activité sexuelle", qui signifie que vous êtes actif sexuellement, ce qui est plutôt positif


2) J'ai découvert mes verrues en me rasant le sexe, ce qui a eu pour résultat de les propager. Eh oui, le virus utilise les plaies laissées par le rasoir pour s'infiltrer et s'installer. J'ai consulté évidemment et le médecin m'a prescrit Condyline, que j'ai refusé de prendre à cause des effets secondaires décrits sur Internet. Je me suis orienté vers les thérapies dites naturelles et c'était la galère au début. Un ami m'a conseillé de mettre de l'argile verte, que je dois recouvrir par un sparadrap puissant et transparent. J'ai préparé cela avec du vinaigre de cidre (très conseillé sur Internet) et je me suis mis à l'appliquer chaque soir, en laissant reposer ma peau une nuit chaque trois jours. Le résultat est catastrophique et mon slip sentait une odeur de sueur et de vinaigre insupportable. L'aspect des verrues changeait, elles devenaient de plus en plus hideuses et saignantes, mais la guérison n'était pas au rendez-vous. On m'a ensuite conseillé de frotter les verrues avec une peau de banane. Cela n'a rien donné non plus.



3) CE QUI A MARCHÉ : J'ai alors décidé d'expérimenter d'autres méthodes.


- Une méthode conventionnelle : j'ai utilisé un scotch puissant qu'on utilise dans la construction et la peinture, appelé Duct tape. Il faudrait en fait enlever les poils autour de la verrue (avec des ciseaux, sans se blesser) et recouvrir largement la verrue de façon à l'empêcher de respirer. Et laisser cela comme ça, indéfiniment, jusqu'à ce que le scotch tombe sous l'effet de la douche par exemple. Le changer immédiatement dans ce cas. Le but est de ne jamais laisser la verrue prendre de l'oxygène plus de 5mn. Moi, je changeais mon scotch chaque deux jours environ et je restais le maximum de temps possible sans prendre de douche, ce qui était le plus dur. Les grosses verrues se sont ainsi réduites puis elles ont disparu. Elles commençaient par saigner ou devenir noires, puis elles disparaissaient progressivement. Il faut continuer à mettre le carré de scotch une semaine après la disparition complète de la verrue pour éviter les récidives.
Précautions à prendre : bien nettoyer le sang avec un antiseptique, réserver une petite serviette spéciale pour son sexe pour éviter les risques (faibles) de propagation, se laver les mains avec du savon en frottant après avoir touché les verrues, éviter le rasage du sexe, et surtout ne pas se raser le sexe et la barbe avec la même lame (mdrrr!, je le précise quand même!), ne pas toucher son anus après avoir touché les verrues. Le virus vit parait-il trois heures à l'air libre.

- Une méthode à base d'une plante : En même temps que ce traitement, je prenais de la spiruline en comprimés (de Hawaï) pour aider mon système immunitaire à lutter contre cette maladie.


- Une méthode barbare : Je ne vous la conseille pas, mais pour moi, cela a marché. Le problème avec le Duct tape, c'est que, d'abord, il y a eu une verrue persistante, qui a été réduite de beaucoup, mais qui a refusé de disparaitre. Ensuite, dès qu'une verrue disparaissait, je regardais un peu autour de son emplacement, je voyais plusieurs petites verrues apparaitre. J'ai ainsi constaté avec ma loupe l'apparition de 24 petites verrues sur mon pubis! C'était une catastrophe!
C'est alors que j'ai décidé de recourir à la "méthode barbare" : elle consiste à stériliser un trombone, à le brûler à la flamme d'une bougie et à brûler avec le centre de chaque petite verrue. Je faisais trois applications en moyenne et ma verrue se transformait en brûlure légère, que je traitais ensuite comme une plaie (un petit pansement dessus l'aidait à cicatriser et cela prenait une semaine environ). Bien sûr, je nettoyais "la plaie" avec du coton et de l'alcool pour enlever les résidus noirs de la brûlure. J'ai pu supprimer ainsi 24 verrues! Si je les avais laisser grandir, ç'aurait été la catastrophe… Mais je n'ai utilisé cette méthode qu'avec les petites verrues, car avec les grandes on produirait de grosses brûlures et de grosses plaies. Et il m'a fallu bien sûr être chirurgical, très précis. (En plus des petites, j'ai aussi anéanti la verrue persistante (et réduite) qui ne voulait pas disparaître avec le Duct tape.)


Je ne vous conseille rien, je raconte mon expérience. En tous les cas, dans mon cas, c'est la combinaison de ces trois méthodes qui m'a permis de me débarrasser de mes verrues génitales : Duct tape pour les grosses verrues, brûlure des petites verrues naissantes avec un trombone stérilisé et spiruline (pour lutter contre le virus de l'intérieur). Le vinaigre de cidre était totalement inefficace. Au bout de deux mois, j'ai eu les résultats escomptés, sans cicatrice aucune. Là, mon sexe est tout beau et je me plais à me regarder dans le miroir…


Mais ce n'est peut-être pas fini. Il y a toujours un risque de récidive, quelque soit la méthode de guérison utilisée. Je me surveille donc. Mais là, en tous les cas, tout se passe bien. Je respire de nouveau!


En espérant que mon expérience vous servira!


P.-S.:
Un excellent site qui pourrait vous donner des renseignements scientifiques sur le VPH :
http://cliniquelactuel.com/Que_sont_...omes?s=2&&ss=3
jolie21 is offline   Réponse avec citation
Vieux 22/03/2016, 07h55   #4
atoute123456789
Membre
 
Date d'inscription: mars 2016
Messages: 11
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Bonjour,
Je ne peux toujours pas me résoudre à utiliser des produits de laboratoires sur ma partie intime. Alors pour m’en débarrasser, pendant une semaine, j’y ai étalé du bicarbonate de sodium mélangé à de l’huile de coco. Et la semaine suivante, j’y ai mis du miel pour réparer la peau et enlever les peaux mortes ainsi qu’éviter toute nouvelle infection. Et jusqu’à ce jour, plus jamais le même souci.
atoute123456789 is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/05/2016, 11h22   #5
Spencer
Membre
 
Date d'inscription: mai 2016
Messages: 1
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Salut sa fait combien de temps que vous avez fait le traitement ?
Citation:
Posté par atoute123456789
Bonjour,
Je ne peux toujours pas me résoudre à utiliser des produits de laboratoires sur ma partie intime. Alors pour m’en débarrasser, pendant une semaine, j’y ai étalé du bicarbonate de sodium mélangé à de l’huile de coco. Et la semaine suivante, j’y ai mis du miel pour réparer la peau et enlever les peaux mortes ainsi qu’éviter toute nouvelle infection. Et jusqu’à ce jour, plus jamais le même souci.
Spencer is offline   Réponse avec citation
Vieux 27/05/2016, 14h28   #6
william666
Membre
 
Date d'inscription: mai 2016
Messages: 20
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Bonjour,

J'ai une verrue qui est apparue sur mon sexe il y a peut être deux mois.

J'ai fait l'effort (j'avais honte) d'aller voir deux médecins généraliste (vu mon expérience de médecins qui donne une solution qui marche et ceux qui donnent rien, je vois toujours deux médecins quand j'ai un problème que j'ai jamais eu).

Les deux médecins m'ont dit la même chose sans hésitation: ce n'est pas une MST, c'est une verrue, c'est comme ça, ça partira jamais, et ils m'ont tous deux déconseillé (car j'ai demandé) de me la faire enlever par un dermatho.

J'ai donc suivi leur recommandation et là je vois votre discussion: vous parlez de verrue (comme moi) sauf que vous dites que 1 c'est une MST et que 2 un dermatho (ou nous même) peut l'enlever.

Je sais que vous ne pouvez pas savoir pour moi je demande juste un avis. est-ce qu'on vous a déjà dit que c'était pas une MST et qu'il fallait la laisser?
parce que sur le sexe... et bien comment dire, c'est gênant vis à vis d'un partenaire...
william666 is offline   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2016, 11h45   #7
NicolasC63
Membre
 
Date d'inscription: août 2016
Messages: 1
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Bonjour,
Je suis gay, mon copain m'a refilé des condylomes il y a plus de trois ans (j'en avais autour, et dans l'anus). Je suis allé une première fois chez un proctologue qui m'a mis quelques coups de laser dans le rectum pour les bruler (j'en avais environ 5) et m'a fais suivre le traitement "aldara". J'ai repris rdv 3 mois plus tard... encore 3 ou 4 a bruler.
Ce cinema a duré 3 ans a raison de un RDV tous les 2 ou 3 mois avec tout le stress de se faire bruler le c.. à chaque fois. Je croyais alors ne jamais m'en sortir.
Je suis alors allé sur des forum de médecine alternative, j'ai essayé l'homéopathie pendant 1 mois et demi, en effet, je sentais que je n'avais pas de nouveau condylomes mais cela n'a pas fait disparaitre ceux déjà présent.
Je me suis en suite tourné vers les produits naturels en faisant une pâte à base d'argile, ail, vinaigre de cidre que j'ai appliqué dans, et sur l'anus toute une nuit ; ça chauffe un peu, mais le résultat est juste radical, les condylomes extérieurs ont totalement disparu en 4 ou 5 jours. J'ai continué un traitement interne un jour sur deux avec 2 gouttes d'huile essentielle de "tea tree" sur un doigt que j'insère dans l'anus apres les selles et le tourne un peu afin que l'huile essentielle arose bien toute la paroie.
Résultat tout a disparu !!!!
J suis retourné chez le même proctologue que je n'avais plus revu depuis maintenant 6 mois qui confirme que je n'ai plus rien et qu'il n'est plus nécessaire qu'on se voit avant un an.
Je ne verrais plus jamais cette personne qui ne connait que le traitement barbare et inefficace du lazer. J'avoue être en colère contre les docteurs qui m'ont torturé pendant 3 ans. Sans compter le prix des consultation des spécialistes.

Des méthodes alternatives et efficaces existent.
NicolasC63 is offline   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2016, 16h55   #8
moicat
Membre
 
Avatar de moicat
 
Date d'inscription: septembre 2006
Messages: 1 754
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Citation:
Posté par NicolasC63
Bonjour,
Je suis gay, mon copain m'a refilé des condylomes il y a plus de trois ans (j'en avais autour, et dans l'anus). Je suis allé une première fois chez un proctologue qui m'a mis quelques coups de laser dans le rectum pour les bruler (j'en avais environ 5) et m'a fais suivre le traitement "aldara". J'ai repris rdv 3 mois plus tard... encore 3 ou 4 a bruler.
Ce cinema a duré 3 ans a raison de un RDV tous les 2 ou 3 mois avec tout le stress de se faire bruler le c.. à chaque fois. Je croyais alors ne jamais m'en sortir.
Je suis alors allé sur des forum de médecine alternative, j'ai essayé l'homéopathie pendant 1 mois et demi, en effet, je sentais que je n'avais pas de nouveau condylomes mais cela n'a pas fait disparaitre ceux déjà présent.
Je me suis en suite tourné vers les produits naturels en faisant une pâte à base d'argile, ail, vinaigre de cidre que j'ai appliqué dans, et sur l'anus toute une nuit ; ça chauffe un peu, mais le résultat est juste radical, les condylomes extérieurs ont totalement disparu en 4 ou 5 jours. J'ai continué un traitement interne un jour sur deux avec 2 gouttes d'huile essentielle de "tea tree" sur un doigt que j'insère dans l'anus apres les selles et le tourne un peu afin que l'huile essentielle arose bien toute la paroie.
Résultat tout a disparu !!!!
J suis retourné chez le même proctologue que je n'avais plus revu depuis maintenant 6 mois qui confirme que je n'ai plus rien et qu'il n'est plus nécessaire qu'on se voit avant un an.
Je ne verrais plus jamais cette personne qui ne connait que le traitement barbare et inefficace du lazer. J'avoue être en colère contre les docteurs qui m'ont torturé pendant 3 ans. Sans compter le prix des consultation des spécialistes.

Des méthodes alternatives et efficaces existent.
Bonjour,

Merci de votre retour d'expérience!
__________________
cath

debout les crabes.. la mer monte !
moicat is offline   Réponse avec citation
Vieux 16/09/2016, 02h09   #9
laurenzolamasse
Membre
 
Date d'inscription: septembre 2016
Messages: 1
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Merci pour tous ces retours d'expérience. Je suis bi, J'ai des condylomes à l'anus depuis maintenant 3ans.
Je les avait fait enlevé il y a 2ans par un proctologue, maintenant ils sont revenus. Le soucis c'est que la vie en couple c'est pas trop mon truc. Donc bonjour la contagion si je ne me soigne pas. J'avoue que ça me sape un peu le moral qu'ils soient revenus.

Tous vos témoignages m'en apprennent bien plus que quand je vais voir un médecin. Perso je suis en colère quand je vois un médecin négliger la chose.

Du coup je vais m'inspirer de tout ce qui a été sité pour monter ma stratégie:
Diminuer voir arrêter la clope d'ailleurs j'en ai vraiment envie, ça peut être que bon pour la peau et les muqueuses.

Arrêter le sexe le temps que ça disparaisse, laisser les poils pousser et faire attention à tout ce qui entre en contact.

Coté hygiène de vie diminuer la viande rouge, cure de sommeil et de sport. J'ai un projet perso qui va m'occuper une bonne année donc je vais pouvoir me concentrer et oublier ces verrues

Enfin en curatif je vais m'inspirer la méthode de Nicolas et dès demain.

Je crois que c'est le manque de sexe qui va me motiver. Après cette rechute je sais qu'il y a un risque que je ne doit plus négliger maintenant.

Dernière modification par laurenzolamasse 16/09/2016 à 02h13.
laurenzolamasse is offline   Réponse avec citation
Vieux 16/11/2016, 03h00   #10
william666
Membre
 
Date d'inscription: mai 2016
Messages: 20
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Bonjour,

J'ai une verrue sur le sexe depuis plusieurs mois, et suis inquiet car, ayant bien relu les messages ici (j'avais déjà posté dans cette discussion le 27/05), ça semble bien être un condylome...

Deux médecins m'ont dit que c'était une verrue et pas une MST, mais ont ils pu se tromper? J'ai l'impression que personne attrape de verrue sur le sexe sans que ce soit un condylome?? donc c'est transmissible? mais les médecins me disent que non...

Bref... moyen plus simple, et si un médecin peut répondre tant mieux (pas pour avis médical je sais que je dois pas demander): une analyse de sang permet-elle de vérifier si l'on est contaminé par le virus HPV ? Si non, un autre moyen ? (prélèvement ahh pff enfin je suis prêt à faire ce qu'il faut si j'ai une cochonnerie toute façon)

Merci
william666 is offline   Réponse avec citation
Vieux 16/11/2016, 07h51   #11
D●J● *
 
Messages: n/a
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Citation:
Posté par william666
Bonjour,

J'ai une verrue sur le sexe depuis plusieurs mois, et suis inquiet car, ayant bien relu les messages ici (j'avais déjà posté dans cette discussion le 27/05), ça semble bien être un condylome...

Deux médecins m'ont dit que c'était une verrue et pas une MST, mais ont ils pu se tromper? J'ai l'impression que personne attrape de verrue sur le sexe sans que ce soit un condylome?? donc c'est transmissible? mais les médercins me disent que non...

Bref... moyen plus simple, et1 si un médecin peut répondre tant mieux (pas pour avis médical je sais que je dois pas demander): une analyse de sang permet-elle de vérifier si l'on est contaminé par le virus HPV ? Si non, un autre moyen ? (prélèvement ahh pff enfin je suis prêt à faire ce qu'il faut si j'ai une cochonnerie toute façon)

Merci
une femme va voir son gyneco qui lui fait un frottis pour verifier la presence de papillomavirus ou pas , tu peux peut etre aller voir un dermatologue venerologue.....si tu as une compagne qu elle fasse les demarches en meme temps que toi et dans l attente dans le doute preservatif vivement conseille
  Réponse avec citation
Vieux 17/11/2016, 21h11   #12
william666
Membre
 
Date d'inscription: mai 2016
Messages: 20
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Hello,

Je suis allé chez mon médecin actuel pour autre chose, j'en profiter pour lui parler ce ça, il m'a fait une lettre pour le dermatho.

Mais il a jeté un oeil et a lui aussi confirmé direct que c'était pas une MST.
Donc message à ceux qui se poseraient la question: tout bouton/verrue sur le sexe n'est pas forcément un MST (mais à faire vérifier bien sur)

Je vais voir le dermatho , il me dira si ça peut s'enlever (même partiellement) facilement ou si faut rester avec.
william666 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/12/2016, 23h05   #13
sboy_22
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2016
Messages: 3
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Citation:
Posté par NicolasC63
Bonjour,
Je suis gay, mon copain m'a refilé des condylomes il y a plus de trois ans (j'en avais autour, et dans l'anus). Je suis allé une première fois chez un proctologue qui m'a mis quelques coups de laser dans le rectum pour les bruler (j'en avais environ 5) et m'a fais suivre le traitement "aldara". J'ai repris rdv 3 mois plus tard... encore 3 ou 4 a bruler.
Ce cinema a duré 3 ans a raison de un RDV tous les 2 ou 3 mois avec tout le stress de se faire bruler le c.. à chaque fois. Je croyais alors ne jamais m'en sortir.
Je suis alors allé sur des forum de médecine alternative, j'ai essayé l'homéopathie pendant 1 mois et demi, en effet, je sentais que je n'avais pas de nouveau condylomes mais cela n'a pas fait disparaitre ceux déjà présent.
Je me suis en suite tourné vers les produits naturels en faisant une pâte à base d'argile, ail, vinaigre de cidre que j'ai appliqué dans, et sur l'anus toute une nuit ; ça chauffe un peu, mais le résultat est juste radical, les condylomes extérieurs ont totalement disparu en 4 ou 5 jours. J'ai continué un traitement interne un jour sur deux avec 2 gouttes d'huile essentielle de "tea tree" sur un doigt que j'insère dans l'anus apres les selles et le tourne un peu afin que l'huile essentielle arose bien toute la paroie.
Résultat tout a disparu !!!!
J suis retourné chez le même proctologue que je n'avais plus revu depuis maintenant 6 mois qui confirme que je n'ai plus rien et qu'il n'est plus nécessaire qu'on se voit avant un an.
Je ne verrais plus jamais cette personne qui ne connait que le traitement barbare et inefficace du lazer. J'avoue être en colère contre les docteurs qui m'ont torturé pendant 3 ans. Sans compter le prix des consultation des spécialistes.

Des méthodes alternatives et efficaces existent.


Bonjour,
J'ai subi un traitement condylome au laser, sous anesthésie générale, en plus d'un traitement à l'Aldara qui n'était pas efficace pour les lésions internes. Or, mon procto a détecté de nouvelles lésions après l'opération! il m'a mis une pommade censée booster l'immunité... mais moi j'ai l'impression qu'ils se multiplient de nouveau. J'ai rdv dans deux semaines.

PAS QUESTION que je subisse à nouveau les lasers. Alors Nicolas, ton message me redonne un peu espoir. je vais essayer ta méthode dès demain et je donnerai des nouvelles ici.

Courage à toutes les personnes qui subissent ce calvaire.
sboy_22 is offline   Réponse avec citation
Vieux 10/01/2017, 23h51   #14
Reikian
Membre
 
Date d'inscription: mai 2016
Messages: 4
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Bonjour,
voici mon expérience personnelle au sujet des condylomes.

1) Depuis plusieurs années, j'avais un problème d'irritation et de démangeaisons au niveau de l'anus.
Les médecins m'ont prescrit plusieurs traitements, mais les crises finissaient par revenir plus fortes.
Un jour ma dermatologue, croyant bien faire, m'a donné un traitement costaud, un corticoïde local (Dermoval).
Comme les fois précédentes, le problème semblait disparaître, puis est revenu de plus belle. Je suis retourné la voir.

2) Verdict : elle me dit qu'un nouveau truc est apparu : de nombreux condylomes à l'extérieur et à l'intérieur de l'anus !
Et là elle m'interroge, me demandant si je suis homosexuel (je réponds que non), puis si l'ai fait quelque chose avec mon anus (encore non catégorique de ma part). Elle s’étonne puis m'explique que j'ai été infecté par une MST due à un virus. Le fin du fin est qu'elle pense que j'avais ce virus dans mon corps depuis un certain temps, et que le corticoïde l'a réveillé car c'est un effet secondaire possible ! Déjà là je trouve que quelque chose cloche car je sais que je n'ai pas pu "attraper" cela de la manière dont elle l'explique.
Elle m'annonce que le seul moyen de les retirer est par brûlure par un proctologue, que ça va me faire très mal et surtout, qu'il y a de grandes chances que cela récidive et que je doive y retourner 3 ou 4 fois !!

3) Suite à cela, sur ses conseils je vais consulter un proctologue. J'en ai trouvé un dans un service très réputé, semble-t-il de vrais spécialistes du sujet. Le proctologue confirme le diagnostic, mais par contre me dit certaines choses que j'ai trouvées très intéressantes :
- De plus en plus de gens attrapent ce genre de verrues, en ajoutant je cite :" ... vous ne pouvez pas imaginer à quel point". Pourquoi ? On ne sait pas !
- Pour lui, ce n'est pas une MST, donc cela ne s’attrape pas forcément par voie sexuelle !! J'ai trouvé cela déjà beaucoup plus cohérent pour mon cas
- Il pense donc que je l'ai certainement attrapé par échange de vêtements (ce que je n'ai jamais fait, donc cela ne me satisfaisait pas non plus comme explication)
-> Ensuite, il me confirme que je dois subir du laser pour les brûler, suivi de 15 jours d'arrêt maladie rien qu'à cause des douleurs qui vont suivre !!! En plus de cela, surveillance pendant l'année qui suit pour les éventuelles récidives !

Autant dire que cette solution ne n'a pas convenu du tout ! Une méthode barbare, pour traiter un problème dont ils ignorent tout, ne sont pas d'accord entre eux, et avec peu de chances de succès ! Merde alors, j'ai senti qu'il y avait là un grand problème donc sur le moment j'ai fui cette médecine officielle et je ne voulais plus en entendre parler !

4) Je me suis tourné alors vers des médecines alternatives. Il se trouve que j'ai de la famille qui travaille dedans, et ce fut vraiment ma chance ! Sans donner les détails, ce fut une révélation pour moi, et voici ce que j'ai appris :
- Mes condylomes ne sont pas dues à une infection par un virus, mais due à une INTOXICATION AUX METAUX LOURDS
- Ces métaux lourds venaient des plombages au mercure que j'avais depuis petit, une quarantaire d'années. Egalement certains aliments en conserve que je consommais parfois, chargés de métaux lourds provenant de la boîte métallique et des conditions incertaines de conservation
- Mes irritations/inflammations du départ était une première réaction de l'organisme pour se débarrasser de ce poison. Mais tant que mon corps continuait à recevoir ces toxines jour après jour, le problème l'était pas résolu
- Les corticoïdes, par leur effet anti-inflammatoire, ont en effet stoppé net l'inflammation. Le corps est alors en situation d'urgence : il cherche à se débarrasser d'un poison grave, et on lui coupe son moyen de nettoyage.
- Que fait le corps alors dans ce cas-là ? Il utilise son plan B, il crée des verrues qui sont en fait un moyen plus puissant de nettoyer le corps. Les verrues constituent une sorte de porte de sortie pour les poisons graves de ce genre. Donc il est vrai que le Papilloma Virus déclenche les condylomes, mais c'est un fonctionnement voulu et contrôlé par l'organisme dans cet état d'urgence ! D'où le soi-disant virus endormi et reveillé par le corticoïde : tout devenait logique !!
-> Là j'ai compris que jamais la médecine classique n'aurait été capable de faire un tel diagnostic, et que de toute façon elle ne cherchait pas à comprendre la plupart du temps.

5) Je me suis senti revivre suite à ces nouvelles, qui ont été pour moi rassurantes et surtout logiques !
Le traitement que j'ai suivi a donc consisté en :
- Eliminer les sources des problèmes : j'ai fait retirer mes plombages au mercure, remplacé par la nouvelle matière en céramique
- Je ne consomme plus d'aliments en conserve ou industriels, dont la teneur en métaux lourds n'est plus un secret
- J'ai consommé une gousse d'ail cru tous les jours pendant un an : l'ail est un des meilleurs nettoyants naturels du corps !

6) Résultat aujourd'hui : quasiment tous mes condylomes ont disparu ! Sauf le plus grand qui reste encore, mais dont la taille a fortement diminué. Il me faudra encore du temps pour être complètement guéri, mais il faut dire que j'ai été intoxiqué pendant 40 ans, et surtout il s'agit d'une "vraie" guérison sans douleur !

Voici donc mon cas personnel. En effet n'étant ni médecin ni rien du genre, je ne peux parler que de moi ici, donc je ne peux pas affirmer que cela s'applique à tous ceux qui attrappent des condylomes. Toutefois je conseillerais vivement de consulter plusieurs avis, dans différentes médecines existantes, avant de prendre une décision. Par exemple, et à mon avis personnel, les médecines alternatiques telles que la naturopathie sont vraiment à conseiller.

J'espère avoir redonné de l'espoir à ceux qui recherchent "d'autres solutions".

Citation:
Posté par sboy_22
Bonjour,
PAS QUESTION que je subisse à nouveau les lasers. Alors Nicolas, ton message me redonne un peu espoir. je vais essayer ta méthode dès demain et je donnerai des nouvelles ici.
Courage à toutes les personnes qui subissent ce calvaire.
Reikian is offline   Réponse avec citation
Vieux 15/01/2017, 22h11   #15
sboy_22
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2016
Messages: 3
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Citation:
Posté par Reikian
Bonjour,
[...] Toutefois je conseillerais vivement de consulter plusieurs avis, dans différentes médecines existantes, avant de prendre une décision. Par exemple, et à mon avis personnel, les médecines alternatiques telles que la naturopathie sont vraiment à conseiller.

J'espère avoir redonné de l'espoir à ceux qui recherchent "d'autres solutions".
Salut,
Merci pour ton message. J'en profite pour donner moi aussi une ou deux nouvelles. Donc j'ai essayé quelques temps la méthodes de Nicolas, puis j'ai essayé simplement avec de l'ail (râpé), appliqué quelques minutes par jour. Ca brûle, c'est limite niveau douleur, mais quand on retire, ça part rapidement. L'irritation est tout à fait supportable. Tous les deux jours de l'huile essentielle de tea tree en complément.

Comme je vous ai dit, j'avais rdv avec mon procto. Verdict: ca n'a pas entièrement disparu, il en reste deux. AU moins ça prolifère pas! Et ces deux là étaient déjà là avant. Donc j'en conclu que le traitement maison n'a pas été très efficace, mais qu'il a au moins prévenu la multiplication des condylomes.
Il m'a represcrit aldara (youpiee) et on verra ce que ça donne. J'ai bon espoir.

Je publierai bientot ici mes conseils, sur la base de ce que j'ai vécu, de ce que j'aurais dû faire/ne pas faire.... En espérant vous annoncer bientôt la bonne nouvelle de la disparition de cette merde!
sboy_22 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/01/2017, 12h12   #16
william666
Membre
 
Date d'inscription: mai 2016
Messages: 20
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Bonjour à tous,

Je suis dégoûté...

Un bouton est apparu sur mon sexe y'a environ 1 an. Je suis du genre à ne pas vouloir faire prendre de risque à l'autre (...) je suis allé voir 2 médecins généralistes pour demander si c'était une MST.

Pourquoi deux et pas un seul ? parce que je sais que ces gens sont souvent nuls, font énormément d'erreurs. Moins une question d'incompétence que de négligence d'ailleurs.

Les 2 m'ont rendu le même verdict, sans équivoque: c'est pas une MST, c'est une verrue, et ils me déconseillent d'aller chez un dermatho pour la faire enlever (question esthétique car c'est moche).

Du coup, rassuré, et bien j'ai eu des rapports non protégés.

Plusieurs mois plus tard, je repense à le faire enlever ce bouton car trouve ça moche, mais encore une fois je m'inquiète car d'après le web (comme quoi), ce que j'ai ressemble vraiment à un condylome. Encore une fois, je vais voir un médecin généraliste (donc 3!!). Et lui aussi m'affirme que c'est pas une MST (je lui ai même demandé pour le condylome). Je lui ai demandé un mot pour que j'aille chez un dermato, me le faire enlever.

Et là... le dermato vois ça, et aucune hésitation : c'est un condylome. Il dit que j'en ai surement d''autres: en effet, j'en ai un autre tout petit. Il brûle ça, et me dit qu'il faut que je contacte les partenaires que j'ai pu avoir depuis que j'ai ce condylome qu'elles aillent faire un examen chez un gyneco. Y'a donc ma partenaire actuelle, et une femme avec qui j'étais resté plus de 6 mois.

Donc voilà, malgré mes précautions, j'ai peut être contaminé 2 personnes... et je vais les contacter là... me sens trop mal.
Et franchement, j'en ai marre, j'en ai marre de ces médecins généralistes qui sont des champions du monde du "vous n'avez rien du tout" et à cause d'eux (car on se fie à eux) les choses empirent.

Evidemment plus de rapport sexuel pendant un bon moment , mais ça c'est le moins grave.
Je vais le faire là... mais je sais pas comment faire... pour contacter la personne que j'ai connu avant...

Dernière modification par william666 26/01/2017 à 12h17.
william666 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/01/2017, 12h58   #17
william666
Membre
 
Date d'inscription: mai 2016
Messages: 20
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Je sais pas si ceux qui ont postés sont toujours là, car après avoir parlé de ça, j'aurais voulu votre avis!

D'après ce que je retiens de vos posts, les méthodes des médecins (bon j'ai la chance de pas avoir besoin du proctologue déjà) type dermatos sont barbares mais surtout inefficaces.

Ça continue de confirmer ce que je pensais, sauf que ça va au delà des médecins généralistes, c'est tous les médecins en fait... Bref le but est pas de parler de ces gens qui font pas leur boulot mais de trouver des solutions pour nous.

Mon dermato m'as brûlé les 2 condylomes (un très gros et un micro) à l'azode, aucune douleur ressentie; et m'a prescris un antiseptique (dakin cooper. Et j'ai rdv avec lui dans un mois pour "voir". Pensez vous qu'il faut mieux compléter cette crème par autre chose ?

nb: je suis étonné et très intéressé par le post sur l'intoxication aux métaux puis aux anti inflammatoires. car moi aussi c'est assez étonnant (j'étais dans une période d'abstinence totale avant d'avoir ce bouton y'a environ 1 an, et avant, j'étais en couple.. je peux difficilement prouver mais franchement impossible qu'elle m'ai trompé) >> dans ce cas si on peut attraper cette cochonnerie sans rapport... est ce que c'est toujours aussi contagieux??

Dernière modification par william666 26/01/2017 à 15h55.
william666 is offline   Réponse avec citation
Vieux 26/01/2017, 13h44   #18
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 837
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Citation:
Posté par william666
nb: je suis étonné et très intéressé par le post sur l'intoxication aux métaux puis aux anti inflammatoires. car moi aussi c'est assez étonnant (j'étais dans une période d'abstinence totale avant d'avoir ce bouton y'a environ 1 an, et avant, j'étais en couple.. je peux difficilement prouver mais franchement impossible qu'elle m'ai trompé) >> dans ce cas si on peut attraper cette cochonnerie dans rapport... est ce que c'est toujours aussi contagieux??

Bonjour

Il y de quoi être étonné, car c'est faux. Les condylomes vénériens sont viraux (mais je connais des cas où la contamination n'était pas claire). Ils peuvent parfois disparaître seul, mais dans la majorité des cas, il faut les traiter médicalement pour s'en débarrasser.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 26/01/2017, 16h11   #19
william666
Membre
 
Date d'inscription: mai 2016
Messages: 20
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Citation:
Posté par d_dupagne
Bonjour

Il y de quoi être étonné, car c'est faux. Les condylomes vénériens sont viraux (mais je connais des cas où la contamination n'était pas claire). Ils peuvent parfois disparaître seul, mais dans la majorité des cas, il faut les traiter médicalement pour s'en débarrasser.
Bonjour,

Je pensais qu'un virus pouvait s'attraper sans contact (même si ça serait le cas dans la majorité des cas), en période de faiblesse des défenses immunitaires notamment; comme quand on "attrape froid"? Surtout que certains ici ont vu leur condylomes disparaitre après avoir reboosté leur corps. Après pour moi, ça n'est que de la théorie, rien de plus.

Mais si j'ai ce virus, on est d'accord pour dire que brûler ces condylomes ne traite pas le virus ?
william666 is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/01/2017, 18h39   #20
sboy_22
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2016
Messages: 3
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Citation:
Posté par william666
Mais si j'ai ce virus, on est d'accord pour dire que brûler ces condylomes ne traite pas le virus ?
Ben ça change quand même un peu ! Tu diminues drastiquement le phénomène d'autocontamination. C'est très important. Car un condylome, c'est très virulent. Le virus restera en revanche dans ton corps pendant un moment....
sboy_22 is offline   Réponse avec citation
Vieux 30/01/2017, 09h16   #21
william666
Membre
 
Date d'inscription: mai 2016
Messages: 20
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

En effet apparemment, faire disparaître les condylomes ne fait pas disparaître le virus (ça me semblait logique mais le corps ne semble pas toujours logique).

En ce qui concerne le traitement, je reviens sur ce point qui me semble important : les crèmes seraient bien plus efficaces que le reste comme l'azode liquide >> Moi j'ai été traité à l'azote liquide, et je dois mettre un antiseptique 1 fois par jour. Du coup je me demande si je devrais pas - plutôt que d'attendre 1 mois - demander à avoir cette crème à appliquer. Qu'en pensez vous (c'est juste un avis que je demande, ça n'engage que moi) ?

Dernière modification par william666 30/01/2017 à 09h29.
william666 is offline   Réponse avec citation
Vieux 02/02/2017, 15h56   #22
william666
Membre
 
Date d'inscription: mai 2016
Messages: 20
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

up ..
william666 is offline   Réponse avec citation
Vieux 25/02/2017, 20h20   #23
orlaf
Membre
 
Date d'inscription: février 2017
Messages: 1
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

J'ai moi aussi des condylomes.
Ça fait 5 ans que ça dure et quand je crois enfin m'en être débarrasser, il y a récidive. Mais mon cas est particulier, j'ai joué de malchance et maladresse. Donc je vais partager mon expérience pour pas que vous fassiez les mêmes erreur que moi. Cependant ce que je vais vous dire n'est que mon avis de patient, je ne suis pas médecin. J'ai une formation de scientifique et je suis de nature sceptique et concret, j'essaye d'être le plus objectif possible. Cependant, il est important de trouver un médecin ouvert et de communiquer avec lui de façon sincère.

Les condylomes apparaissent lorsque votre système immunitaire est en baisse. Il s'agit d'un virus que l'on peut attraper lors de relations sexuelles non protégées (dans la grande majorité des cas). Il peut être dans l'organisme pendant des années sans se révéler. Il n'existe pas de moyens (à ma connaissance) chez les hommes, de savoir si le virus à complétement disparu de votre corps.

Pour moi, voila ce qui s'est passé:

Suite à des irritations sur la verge à la suite de rapports sexuels, mon généraliste m'a prescrit une crème cicatrisante afin de les atténuer. Quelques mois plus tard, j'ai eu mon premier condylome. Brulé à l'azote par un dermato. Quelques mois plus tard, ayant repris une vie sexuelle, j'ai de nouveau des irritations (même avec capote). Je remets la crème comme me l'avait conseillé mon médecin. GROSSE ERREUR. La crème, c'est Locapred, un corticoïde. Si vous la mettez alors que vous avez des condylomes, ça va les multiplier. C'est ce qui s'est passé.
J'ai essayé différents traitements : Brulure à l'azote, Condyline, et cette putain de crème du Diable appelée Aldara (si je tenais le mec qui a inventé ça, je crois que je le forcerai à la mettre pendant des années comme je l'ai fait pour qu'il voit à quelle point ce truc est inhumain. Brulure, démangeaisons, fatigue, baisse de moral et de motivation très importante).
Bref résultat, au bout de 5 ans, après une bonne cinquantaine de brulure à l'azote et d'années de traitement à l'Aldara, je viens encore d'avoir une récidive.
Outre le fait que mon corps me dégoute, et j'ai perdu toute confiance en moi en matière de séduction, je pratique l'abstinence depuis tout ce temps, avoir une relation de couple est devenu inconcevable pour moi.
Je suis tombé dans la dépression au bout de quelques mois. A tel point qu'il est très difficile pour moi de continuer les traitements. Ma peau est tellement abimée et sensible que je ne supporte plus l'Aldara que deux semaines d'affilée. Les brulures sont si importantes que je dois attendre deux semaines avant de reprendre ce qui rend le traitement inefficace.

Aujourd'hui, je suis suivi par un psy qui m'aide a remonter la pente et je suis bien décidé à m'en débarrasser et pouvoir enfin vivre ma vie normalement.

J'ai étudié plusieurs pistes pour cela. Je pense que la première chose à faire est d'adopter une hygiène de vie extrêmement rigoureuse: arrêt du tabac (qui ralentit la cicatrisation et accélérè le développement du virus), alcool et drogue (diminution du système immunitaire) et du café (nervosité, stress). Avoir une alimentation équilibrée et une pratique sportive régulière. Il faut également s'appuyer sur ses amis (mais pas trop), en parler à un professionnel si besoin et surtout ne pas se couper du monde, garder une vie sociale.
Étant de nature anxieuse, je stress facilement. J'ai consommé alcool et cannabis pendant des années (entrainant des troubles digestifs) ce qui n'a pas du aidé dans mon équilibre immunitaire et psychologique (crise d'angoisse, dépression et tous les symptômes que ça comporte). De plus, j'ai une prédisposition aux maladies de peau (eczéma, verrues). Il n'est donc pas incroyable que j'ai du mal à me débarrasser de ce virus.

Aujourd'hui, j'entame un bilan de santé complet afin de cibler tout ce qui ne va pas (et oui, je me suis négligé pendant des années).
En me renseignant sur les médecines alternatives et différentes postures d'analyse sur la santé (pas uniquement celles de la médecine conventionnelle), j'ai lu à plusieurs reprises que le foie a un très grand rôle dans tout ce qui est maladie de peau.
Voici mon raisonnement: mauvaise hygiène de vie induit un dysfonctionnement du foie donc de système digestif. Ce qui provoque un déséquilibre au niveau immunitaire puisque 80% de notre système immunitaire se situe dans les intestins. Ce qui entraine toute sorte de problèmes tant physiologique que psychologique. Et après c'est l'engrenage.

J'en arrive à la conclusion que tous les traitements que vont vous prescrire les médecins ne servent qu'à soigner les symptômes mais ne s'attaque pas à la source du mal. Bruler une verrue ne sert à rien dans l'absolu si on ne s'attaque pas à la destruction du virus en tant que tel.

Je vais consulter prochainement gastro-entérologue et naturopathe afin de combiner les différentes approches et éliminer le mal à la source.

En attendant, bon courage à tous ceux qui subissent cette merde. Gardez en tête que mon cas est un peu exceptionnel et que cette maladie peut durer beaucoup moins de temps que pour moi (un ami a été infecté, s'est fait bruler une fois et depuis, plus rien). Ça dépend de la sensibilité des individus et de leur état de santé initial. Mais selon moi, pour que la guérison ait lieu, il ne faut pas juste s'attaquer aux symptômes mais plutôt à son état de santé général.
orlaf is offline   Réponse avec citation
Vieux 13/03/2017, 21h14   #24
Al_Bert999
Membre
 
Date d'inscription: mars 2017
Localisation: Paris
Messages: 1
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Bonsoir à toutes et à tous,
un petit retour d'expérience pour ceux que cela pourrait aider.
J'ai vu apparaitre des tas de condylome autour de l'anus apres avoir traité cette zone avec de la cortisone à cause d'une fissure anale. Moralité : 1/ éviter la Cortisone.
2/ J'ai vu le dermato qui m'en a retiré quelques uns.
3/ Pour ceux qui sont réapparus qq jours après, j'ai essayé les HE de Tea Tree et Niaouli, sans aucun effet (apparent, tout du moins).
4/ Enfin, attaque du sujet au Vinaigre de cidre et la, VICTOIRE!
Posologie : application d'une toute petite compresse (j'avais 5 boutons l'un a coté de l'autre) imbibée de vinaigre de cidre (bio svp), maintenue avec du scotch acheté en pharmacie (ca se décolle plus facilement) pendant 6 jours.
Les 3 premiers jours : cool, même pas mal! En revanche, les 3 suivants, aie aie!! une fois que la peau est un peu à vif, les douleurs étaient assez fortes pdt les 20 premières minutes puis s'estompaient après. Si les 3 premiers jours, j'ai pu garder les pansements matin et soir, ensuite, je ne les ai gardé que 1h matin et 1h le soir (pas très pratique pour aller travailler qd même.
résultat, ils ont fini par disparaitre complètement 5 jours environ après la fin du traitement.
Je pense que le résultat a été probant à ce jour et la combinaison des HE et du vinaigre à peut être facilité les choses.
Bon courage pour les victimes et prenez patience.
Al_Bert999 is offline   Réponse avec citation
Vieux 04/05/2017, 17h49   #25
SuperChevalier
Membre
 
Date d'inscription: mai 2017
Messages: 1
Re : Verrues génitales (condylomes) : comment je m'en suis débarrassé

Tu es un homme ? Tu as des condylomes ? Alors peut-être ces quelques lignes t'intéresseront-t-elles.
Tu me demandes ce que sont des condylomes ? Laisse-moi t'éclairer sur ce sujet.
Mais avant je dois t'avertir : je ne suis pas dermatologue, je ne suis pas médecin, pharmacien, vétérinaire… Je n'ai donc aucune qualification officielle, aucun diplôme sur le sujet.
Pourquoi m'écouter ? Parce que, contrairement à beaucoup d'experts officiels, j'ai eu des condylomes. Que dis-je ? J'ai des condylomes !
Et oui malheureux, comme le dieu Herpès, une fois que Condylome est en toi il ne part pas. Jamais. Chouette, n'est-ce pas ?
Bref, je disais donc que j'ai des condylomes. Et pas des moindres. Je les qualifierais même de "récalcitrants". Mais je m'emporte.
Tu veux des informations scientifiques exact sur les condylomes ? Va sur Wikipédia et évite soigneusement Google image. Moi je te parle uniquement de la réalité sur le terrain. Enfin, sur mon terrain.
En gros, c'est des verrues sur le penis. Ou dans l'anus. Ou dans le vagin.
(Petite précision ici : mes condylomes ce sont cantonnés à ma verge. Le texte qui va suivre ne traitera donc pas des autres endroits possibles)
Quand tu vas sur Google, Tu vas lire des choses comme : 25 % de la population est porteuse du virus, que ça apparaît au début de ta vie sexuelle, que pour la plupart des gens, ça part seul et vite, on sait pas pourquoi ça se déclenche chez certains et pas d'autres, que c'est facilement traitable, et bla-bla-bli et bla-bla-bla...
Ouais, bah moi, c'est pas parti vite. Et pas facilement.

«-Ah bah tu vois, quand tu mets pas de capotes tu chopes des MST!»
CHUT.
Je sais qui m'a refilé ces petites horreurs, et jamais j'ai couché sans capote avec elle. Parce que oui, en ce qui concerne ce doux virus, même si mettre une capote réduit le risque de transmission, vu qu'elle se fait de peau à peau et pas de muqueuse à muqueuse, tu as quand même de grandes chances de le choper. Va checker sur Google.
Attends attends, je te vois venir : « bah à quoi ça sert de se protéger alors ? »
Mets une capote. Il y a bien pire que des virus sur le penis dans la jungle sexuel. Bien pire. Et pour le coup, les préservatifs te protègent. Ne soit pas débile.
Donc, si toi aussi tu as des condylomes, laisse-moi te raconter mon expérience et ton futur possible.

Tu es jeune, tu as enfin fini ta looongue puberté, tu es heureux, insouciant, tu as envie de coucher avec tout ce qui bouge, la vie est belle !
Tiens ! C'est quoi ces mini boutons couleur chair autour de ton penis ? Va sur Internet.
Non, ça ne peut pas être une MST, tu t'es fait tester récemment, et tu mets systématiquement un préservatif. Ce doit être ces fameux « grains de Fordyce », communs, bénins… no problemo.
Mais pour y voir plus clair, tu décides de te raser/tondre tes poils au plus près.
Arrête malheureux ! GROSSE GROSSE ERREUR.
Ce que tu ne sais pas, c'est que tu viens de te faire des micros lésions qui ont répandu les verrues, et très vite, tu vas te retrouver avec la verge couverte, j'ai bien dit COUVERTE, de condylomes.
Tu as déjà eu des verrues ? Aux pieds, aux mains...? Tu te rappelles ce qu'il a fallu faire pour qu'elles disparaissent ? Tu commences à comprendre ?
Laisse-moi arracher le pansement vite fait bien fait :
Quoi que tu fasses, quelque soit la quantité, la résistance, ou la durée de tes condylomes, tu vas avoir mal, très mal au penis. Parce que tes verrues, tu vas devoir les cramer. Azote liquide, feu, acide… D'une façon ou d'une autre, tu vas morfler. Mais encore une fois, je vais trop vite.

Quelques jours/semaines sont passés et là, tu redescends enfin sur Terre, et tu commences à paniquer. Parce qu'un penis qui ressemble à un gros litchi, c'est pas normal.
Tu vas à un centre de dépistage et tu peux voir gratuitement et immédiatement un dermatologue spécialisé (Merci au système médical français).
La lame tombe sur ta nuque : tu as une MST.
Si tu étais venu rapidement avec un ou deux boutons, ils auraient pu facilement (peut-être) te les brûler à l'azote liquide et ç'aurait (peut-être) été fini. Mais comme tu es un gros flemmard, tu as décidé de te raser, bien répandre les graines partout, attendre juste assez pour que ça germe, et, fier de ton potager, tu vas le montrer au docteur.

Flash forward dans trois semaines, tu vas presque sérieusement penser à l'amputation. Mais non, faut pas déconner quand même. Mais pas loin. Bref.
Revenons à nos boutons.

Le dermato va te prescrire quelque chose pour stimuler le système immunitaire, des pilules, des savon nettoyant, etc., et au milieu de tout ça, il va glisser un petit produit nommé « Condyline ».
Ah ! Condyline... ce petit flacon qui ne ferait pas de mal à une mouche, ce nom presque poétique que pourrait porter ta cousine...
Cette petite chose si mignonne va te faire très rapidement comprendre qu'elle est dans la team de Satan. Et toi, presque rassuré par les paroles du médecin « c'est très efficace mais ça pique légèrement », tu vas utiliser cette horreur comme un inconscient.
« Appliquer Condyline sur chaque condylome, deux fois par jour pendant trois jours consécutifs, le traitement pouvant être répété chaque semaine » (pendant deux mois selon le dermato, un mois et demi selon la posologie officielle).
Tu as des condylomes un peu partout, tu ne sais pas encore comment correctement les différencier des grains de Fordyce susmentionnés, mais on parle de la santé de ton penis après tout, donc pas de chichi, tu tartines ça comme du Nutella.
Si tu as fait ça, si tu t'apprêtes à faire ça, sache que, qui que tu sois, où que tu sois, Dieu t'a peut-être abandonné, mais moi, moi je t'aime.
Au bout de quelques jours, la magie de Condyline opère. Abracadabra! ta peau a disparu !
Et oui ! Tu as la chair autour de la verge à vif ! Et les testicules aussi. Parce que, même si tu laisses sécher le produit après application, quand ton penis retombe, un magnifique transfert de Condyline Penis-à-testicules a lieu et répand la Bonne Parole sur tout ce qu'elle touche.
Tu es au fond du trou, chaque pas est une torture, chaque escalier est le mont Everest. Et c'est le moment de réappliquer le produit. Un mois, deux mois. De p*** de mois de pleurs (t'es un grand garçon ? Un vrai bonhomme ? Tu vas quand même pleurer). Je pourrais développer ce paragraphe sur des centaines et des centaines de pages, avec péripéties et anecdotes, mais je pense que tu as compris.
Tu retournes chez le Dermato. « Bon, c'est bien, vous en avez fait disparaître une bonne partie. Mais vous savez, vous pouviez entourer les condylomes avec une crème grasse, type vaseline, pour éviter que le produit ne se répande et brûle la chair saine. Aussi, quand la chair est à vif, attendez quelques jours de plus que ça cicatrise un peu, pour que ce ne soit pas trop douloureux. »
QUOI?! Tu pouvais pas le dire avant !!!
Non, non… C'est pas sa faute, je sais, mais c'est chiant quand même…

Petit a-parté : si j'ai bien compris, le faite de brûler la peau là où il y a des condylomes ne les attaque pas directement, mais préviens le système immunitaire qu'à cet endroit, il y a un problème, et qu'il faut envoyer de petits soldats pour s'en occuper. Encore une fois, je ne suis pas docteur, à vérifier donc.

«-On attend que ça cicatrise et on repart sur quelques semaines de Condyline ?
-Docteur, plus jamais. Quelles sont les autres solutions ?
-On peut passer à l'azote liquide, mais ça peut faire assez mal.»

Tu attends donc deux semaines que ça cicatrise, et tu retournes chez le dermatologue qui te brûle à l'azote liquide les condylomes restants. Ça fait mal, ça met deux semaines au moins à cicatriser, mais c'est rien comparé à la Condyline. Le mois d'après, tu y retournes en espérant que ce soit la dernière fois, mais il te rebrûle. Et tu maudis ton penis. Et tu maudis ta vie. Et tu es plus que frustré sexuellement...
Puis un jour, le dermatologue te dit « bon, je ne vois rien, c'est bon ! »

Amen. AMEN.

Là tu t'éclates! La vie reprend ! Tu peux enfin avoir des érections incontrôlés dans le métro comme le gros cochon que tu es, sans te tordre de douleur sur ton strapontin.
Les escaliers ? Pff ! C'est pas deux à deux que tu montes les marches, c'est 14 à 14. Tu penses avoir plus souffert qu'un Poilu pendant la première guerre mondiale, alors maintenant, tu kiffes la vibe.

Pauvre fou ! L'Anneau n'était pas détruit, seulement perdu, et quelques mois plus tard, l'œil de Sauron réapparaît sur ton engin.
Et c'est reparti pour un tour !
Pendant un an et demi, tu vas alterner entre deux ou trois mois d'azote liquide, puis quelques mois où tu vas penser être enfin débarrassé de ce virus, puis deux ou trois mois d'azote liquide, etc.
Jusqu'à ce que, au bout du rouleau, tu contemples l'inimaginable… Ça fait deux ans que ça a commencé quand même.
Le suicide ? Non, bien pire ! Tu es presque prêt à revenir à la Condyline.

Attends !
Va faire un tour sur Internet. Regarde vraiment tout ce que les gens proposent comme solution. Même ce que tu mépriserais spontanément.
Quelque chose revient assez souvent, mais tu l'avais dédaigné immédiatement, en pensant que c'était encore un truc de tes potes hipsters végétaliens (Ceux qui te disent :« je te jure, tu peux utiliser le bicarbonate de soude comme dentifrice ET comme déodorant ! » ouais, c'est ça, et maintenant tu pues et t'as des caries. Bref, encore une digression).
Ce que tu as des méprisés, c'est le vinaigre de cidre.

O M G, le vinaigre de cidre, ton nouveau meilleur ami !

Tu lis sur Internet que ça peut être un peu agressif pour la peau.
Lol. Tu viens de traverser l'enfer et on te menace avec une bougie.
Alors tu prends un sopalin, tu l'enroules autour de ton chevalier, ce héros, et tu l'imbibes de vinaigre de cidre.
Au bout d'une heure, tu le retires et là, une vision miraculeuse s'offre à toi : la peau saine est immaculé, en revanche, chaque condylome est blanc, comme asphyxié, et tu te rends compte que tu en a bien plus que tu ne le croyais ! Plein de bébé condylomes pas encore assez courageux pour sortir complètement et donc être visibles sans l'aide du vinaigre. Tu comprends enfin pourquoi ça ne disparaissait jamais complètement.
Alors chaque soir, avant de te coucher, tu enroules ton sopalin autour du héros, tu l'imbibes de vinaigre et, afin que ça reste en place, tu recouvres le tout de cellophane et tu mets un boxer serré.
Si tu es comme moi, au bout de trois ou quatre jours, 95 % des condylomes se seront transformés en petite croûtes superficielles (ridicules par rapport aux effets de l'azote liquide, dérisoires par rapport à la Condyline). Certains sur internet parlent de plusieurs semaines, donc on se décourage pas!
Je ne te cache pas que ça picote et ça grattouille. Se mettre de l'acide sur des plaies, c'est jamais très confortable, mais si tu as vécu les horreurs mentionnées précédemment, ce sera équivalent à des chatouilles.

Ça fait quelques mois déjà que tu as vu tes derniers condylomes croûter et disparaître. Une fois de temps en temps, tu appliques ton sopalin au vinaigre de cidre pendant une ou deux heures, juste pour checker si tout va bien, mais cette fois tu es confiant.

Je vais très rapidement aborder un sujet qui pour moi est une évidence et qui ne mérite donc pas un grand développement, Malgré son importance capitale.
Tu as bien sûr prévenu tes exs, tes "amis sexuels", etc. que tu avais des condylomes. Tu t'es protégé systématiquement quand tu n'étais pas sûr à 100 % de t'en être débarrassés. Et même après. En gros, tu as fait tout ce qui était en ton pouvoir pour limiter la propagation.
Si, par manque de courage, par méchanceté, ou par stupidité, tu l'as transmis à quelqu'un d'autre, alors je te souhaite d'être allergique au vinaigre de cidre et de perdre ton penis après de longues souffrances.

Sinon, je t'aime. Tu n'es pas seul.

Je ne suis pas en train de dire qu'il faut ignorer ce que les médecins disent et conseillent. Mais Pour moi la médecine traditionnelle n'a pas fonctionné. Je ne suis pourtant pas le genre de personne à suivre des voies "artisanales", j'en avais même un certain mépris pour être honnête. Mais je dois dire que ca m'a et ça me fait réfléchir.

Dernier point important : outre les dégâts physiques causés par les condylomes et leur traitement, le plus dur pour moi à été psychologique.
La honte d'avoir une MST, la sensation d'être un pestiféré Undercover, d'être un demi homme, l'isolement que ça suscite, devoir en parler aux personnes avec qui tu as couché… tout ça, c'est dur pour le moral. Je pense être quelqu'un d'assez solide, pas du tout à tendance dépressive, mais ça a quand même été une grosse gifle pendant deux ans et demi. C'est bête à dire, mais je pense qu'il faut en parler. Pas à tout le monde, évidemment, mais à quelques personnes de confiance. Des amis proches, de la famille, un psy, sur des forums…
Si c'est traité vite, ça va, mais plus ça dure, plus c'est dur.

Allez, courage !
SuperChevalier is offline   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.