Forum médical Atoute.org Lisez le document rédigé collectivement par les membres du forum Alcool : L'alcool, c'est pas un problème...

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Arrêter l'alcool
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Arrêter l'alcool Ce forum est destiné aux personnes ayant un problème avec l'alcool. Son objet est l'entraide et les échanges.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 28/08/2017, 08h31   #1
Al!ce
Anciennement Blush
 
Avatar de Al!ce
 
Date d'inscription: octobre 2016
Localisation: De l'autre côté du miroir
Messages: 1 146
Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Bonjour,

Je rouvre un fil à un moment pour moi critique où je ressens de nouveau le besoin de demander des conseils.

Voilà, tout bouge en ce moment dans ma vie et très très très vite. Les décisions se prennent en quelques heures, des réalisations se plient en un ou deux jours.
Je suis d'une grande clarté d'esprit, j'agis rationnellement, je m'efforce d'être lucide sur moi-même et les situations... Bref, j'avance, et pas mal, je crois, mais il n'en reste pas moins que ces montagnes russes me perturbent énormément.

Je vais avoir une année qui, pour beaucoup, paraitrait enthousiasmante mais qui me fait peur. J'ai peur de perdre mes nerfs, de manquer de forces, et, bien sûr, toujours peur de resombrer.

Je vais devoir gérer tout ça en me montrant d'une grande rigueur et en soignant mon équilibre, celui de ma tête, pour la garder bien droite sur mes épaules.

Je voulais vous demander, indépendamment du problème de l'alcool, pour cette seule question d'encaisser les chocs et de conserver une certaine sérénité, comment vous vous y preniez, ce qui vous faisait du bien et, aussi, ce que vous aviez mis en place : activités privilégiées, rituels quotidiens, hebdomadaires, réflexes de pensées, barrières, "codes" d'obligations et d'interdits, garde-fou etc. ?

Bref, comment faites-vous, non seulement sur le moment mais plus profondément, en "traitement de fond", pour ne pas péter un plomb quand ça secoue ?

J'ai des pistes - qui tiennent parfois mal sur la durée, d'ailleurs - mais j'aimerais bien qu'on mette en commun nos "trucs" qui marchent.


D'avance, merci.
Alice



PS Le fil aurait pu s'intituler autrement, mais l'idée était déjà prise :

__________________
Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
"Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

Dernière modification par Al!ce 28/08/2017 à 08h38.
Al!ce is online now   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 10h51   #2
Ronald
< un sept milliardième
 
Avatar de Ronald
 
Date d'inscription: mars 2011
Localisation: Bruxelles
Messages: 3 917
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Citation:
Posté par Al!ce
Je voulais vous demander, indépendamment du problème de l'alcool(...) comment vous vous y preniez, ce qui vous faisait du bien et, aussi, ce que vous aviez mis en place

Hey Alice !
Perso j'avais commencé tout doucettement avec ça :



mais j'ignore si ça peut aussi marcher pour les profs !
__________________
"What a Wonderful World" Louis Armstrong
Ronald is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 11h30   #3
JiCiFi
Membre
 
Avatar de JiCiFi
 
Date d'inscription: juillet 2017
Localisation: Mon tpellier
Messages: 129
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Bonjour Alice. Pour moi, le bon conseil serait de traiter un seul problème à la fois en commençant par les plus faciles. Ce qui m'a souvent aidé quand je me sentais submergé par les soucis, c'est de tout noter sur un carnet et de rayer au fur et à mesure. Souvent quand on note, on s'aperçoit qu'il n'y a pas tant de choses qu'on s'imagine...
JiCiFi is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 12h17   #4
pépite*
Membre
 
Avatar de pépite*
 
Date d'inscription: avril 2017
Messages: 724
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Code HTML:
[quote=JiCiFi]Bonjour Alice. Pour moi, le bon conseil serait de traiter un seul problème à la fois en commençant par les plus faciles. Ce qui m'a souvent aidé quand je me sentais submergé par les soucis, c'est de tout noter sur un carnet et de rayer au fur et à mesure. Souvent quand on note, on s'aperçoit qu'il n'y a pas tant de choses qu'on s'imagine...:star:[/quote]

marie éclaire

jicifi a raison, pareil pour moi 1 carnet je note la liste des choses a faire, et je barre au fur et a mesure et a chaque fois que je barre une tache résolue j'éprouve un soulagement et je me dis que je verrais en fin le bout du tunnel

sinon, je fais de la marche de préférence dans un coin désert et je pousse un cris de bête c'est fous ce que ça soulage

je souhaite sincèrement que cette période de changement intensif se passe le plus vite possible, car je pense comprendre ta situation amicalement
pépite* is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 12h29   #5
vik
Membre
 
Avatar de vik
 
Date d'inscription: juin 2016
Localisation: Bzh
Messages: 309
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Bonjour Al!ce,

Ben dis donc… vaste chantier de mon point de vue… je t'avouerai que je ne suis pas même sûr, me concernant, de savoir ce qu'il y à faire à ce niveau… Je me sens également limité pour te répondre (mais ça va pas m'empêcher de le faire quand même !), car je n'ai pas eu à affronter de gros stress depuis mon abstinence (à part une séparation, un déménagement et la mise en place de la garde alternée pour ma fille, mais ça compte pas, j'étais en pleine dépression, donc émotions = 0)

Bon… alors, très personnellement, parce que j'ai l'intuition que les enjeux sont peut être différents selon le moment où l'on se situe dans sa reconstruction personnelle :

Déjà, sur la notion même de sobriété émotionnelle… je ne sais pas vraiment quoi en penser… Je pense que je suis assez perdu dans le registre de mes émotions et j'aurais tendance à penser au contraire qu'il s'agit plutôt pour moi de davantage les accepter, les laisser venir, de les regarder et surtout de les exprimer… et non de les réprimer ou de les contenir. Car je ne crois pas que cela soit possible, si on parle du registre des émotions primaires.
Mais je ne sais pas si c'est vraiment ce que tu voulais dire… ça m'a fait drôle comme expression.

Bref… plus concrêtement sur le comment qu'on fait, je ne sais pas si ça répondra à ta question, mais… là où j'en suis, ce qui m'aide :

- prendre soin de son corps : pour moi, c'est simplement une base, mais je fais de plus en plus le lien entre certains aspects physiologiques et, si ce n'est mes émotions, tout du moins, mon humeur, mon état d'esprit. Principalement pour moi : la fatigue (le sommeil, notamment) et l'alimentation. Donc là dessus, c'est une veille quotidienne… des fois j'ai pas besoin d'aller chercher plus loin que du repos.

- rythmes de vie, rituels : j'en ai forcément, mais je n'ai pas l'impression que ce soit une ressource particulière pour moi. J'ai un rythme de vie et surtout de travail assez chaotique mais qui en même temps source d'autonomie (là, par exemple, je suis au boulot !). Alors je n'ai pas pour le moment l'impression d'avoir besoin d'évoluer sur la question. J'ai l'impression toutefois qu'il faut que je maintienne une certaine alternance entre des phases de changements et de stabilité , de vie sociale et d'isolement.

- stopper les idées noires : là, je ne sais pas de quoi ça procède. Je l'ai déjà évoqué ailleurs, mais j'ai une espèce de barrage qui se met en place dès que je commence à déprimer. C'est vraiment de l'ordre du refus. Pour que ça arrive, je fais souvent appel automatiquement au souvenir du moment précis où j'ai décidé de plus subir ces idées, de ne plus en être dépendant, je me rappelle des états Calimériques (?) dans lesquels elles me mettaient (un peu de la même manière que le souvenir des lendemains de cuite, m'avait bien aidé quand l'idée de boire de l'alcool arrivaient (et arrivent encore parfois)). Et ce souvenir, fait ressortir de la colère, de la révolte, contre la soumission dans laquelle je me trouve, face à ces états dépressifs, et ça me donne l'énergie, le sursaut nécessaire pour en sortir. Bon je ne sais pas si c'est vraiment ça qui se passe, mais on va dire que c'est la lecture que j'en ai.

- ne pas hésiter à entreprendre quelque chose de nouveau : s'agit pas de dire oui à tout, mais de repérer à quel moment la peur (émotion très présente chez moi) intervient au moment de réaliser quelque chose. Donc, l'idée c'est de se dire : pourquoi pas ? Dès lors que je repère que c'est la peur qui me bloque, j'ai une espèce de pensée réflexe qui fait que j'arrive le plus souvent à la dépasser (ça à l'air de rien, mais pour moi, c'est quand même une espèce de révolution qui m'empêche de cogiter à l'infini sur un choix possible et ses possibles et hypothétiques conséquences). Dit autrement j'essaie de suivre davantage mon instinct et ma logique que mes émotions en matière de décision.

- débrancher la cervelle : bon, là, j'avoue, je cherche encore… Avec l'arrêt de l'alcool, un problème est revenu : les pensées obsédantes… ni des trucs graves, ni importants, mais des idées qui viennent sur tout et n'importe quoi… sautant du coq à l'âne et m'empêchant parfois de me concentrer sur un seul sujet. Avec le sentiment anxiogène de ne pas arriver à arrêter ce flux (1h 1h30 pour m'endormir parfois). Alors, les pistes que j'ai là dessus, ce qui me semble fonctionner :
>se baigner dans la mer (ici je me baigne c'est entre 15 et 19°), tu es obligé de prendre conscience de toute la surface externe de corps… en même temps. Ça fait un peu comme la méthode du packing en psychiatrie…
> le sport… en fait… pas toujours (j'ai encore tendance à cogiter quand j'ai des activités assez "mécaniques"… faudrait que je fasse des sports co, je pense, ou art martial)
> le bricolage : tu es obligé d'être à ce que tu fais… surtout avec des outils dangereux ! (scie circulaire, défonceuse, meuleuse en haut d'un escabeau branlant à 3 mètres de hauteur…)
> et dernièrement, la moto : je découvre, mais j'ai l'impression que c'est 10 fois plus efficace que la méditation pleine conscience pour se sentir dans l'instant présent. Conscience du risque et vigilance constante, perception des forces physiques, de la résistance du vent, chaleur, froid… Après 1h30, je suis à la fois physiquement et cognitivement rincé, mais avec une sensation de bien être inouïe (en l'écrivant, je suis en train de me demander si c'est pas une forme d'ivresse … je sors de là groggy, sonné…). L'avantage c'est que j'aurais pas d'autres moyens de transports… donc ça peut être une thérapie quotidienne. Bon après, je me suis promis de creuser la méditation également.

- un peu de phytothérapie que ce soit pour la mémoire, la concentration ou l'anxiété… j'expérimente encore, mais ça m'a plutôt réussi jusqu'à présent.

- niveau relationnel et affectif : chantier en cours… j'essaie d'avoir des liens sociaux plus réguliers et plus fréquent (je suis resté pas mal seul pendant la période estivale, je voyais bien que ça commençait à me déséquilibrer).
Par contre, un gros garde fou : je me défends de m'engager actuellement dans une relation amoureuse : c'est pas pour toujours, hein (enfin j'en sais rien), mais là, je me connais, je sais que je peux me perdre dans l'azur infini d'un regard enchanteur… et m'oublier en chemin… et je pense qu'il faut absolument que j'évite ça, parce que c'est ce que j'ai toujours cherché… et le bilan n'est pas fameux.
Sur ces questions relationnels, pour moi, le travail de fond, c'est connaître et poser ses limites (savoir dire non) arrêter de vouloir plaire, séduire, de craindre de perdre un amour (qu'on a pas) en disant non… se respecter soi-même, donc.

C'est tout ce qui me vient pour le moment ()… je sais pas si ça a à voir avec ta question… mais c'est ma réponse !
En tout cas, ça m'a permis de faire le point, je me rends compte qu'il y a quand même de nouveaux "outils" à disposition dans ma tête.
Merci à toi !
Et bonne journée à toutes et à tous.
__________________
Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale.Chamfort
vik is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 17h09   #6
Al!ce
Anciennement Blush
 
Avatar de Al!ce
 
Date d'inscription: octobre 2016
Localisation: De l'autre côté du miroir
Messages: 1 146
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Merci beaucoup à ceux qui ont répondu.

Ronald, effecivement, merci du rappel : il faut commencer par le commencement : remettre le boulot à sa jste place : ni trop, ni trop peu (qui ets toujours trop, d'ailleurs... )

Jicifi, Marie : oui, la "to do list", j'ai déjà. Mais je savais que l'extériorité apportait de nouvelles idées : le carnet. C'est tout con mais je me rends compte que mes "to do" interminables et infiniment volatiles, finalement ne servent plus à rien qu'à me donner bonne (ou mauvaise) conscience : je dois les repenser. Merci donc.

Le cri de bête, j'ai pratiqué, en voiture. (Une fois me suis même cassé la voix )

La marche, bien sûr. Je fais. Il faut que je systématise - et que je décale. Avant d'aller bosser, ce serait top pour faire un bon nettoyage interne entre un temps perso -celui de mon lever qui dure bien deux heures où je cogite ou bosse et il ne faut pas me parler - et puis le concret qui suit.

Vik, 1000 mercis. Je ne détaille pas. Ya du que j'ai déjà mais qu'il faut reconsidérer, ya du nouveau, ya surtout... beaucoup : tu as fait le boulot à ma place ! (remarque puisque tu es au boulot, j'ai moins de scrupules ! ) Je me propose de reprendre ton post à ma sauce en l'ordonnant et en le complétant. En tout cas, c'est plein de rappels utiles et de belles pistes à suivre et je ne crains pas le volume ! - D'ailleurs, s'il t'en revient.


Les autres, n'hésitez pas.
Merci encore.
__________________
Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
"Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll
Al!ce is online now   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 17h55   #7
louvaji
Membre
 
Avatar de louvaji
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 8 708
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Coucou Alice continue tu la relaxation, ça c'est un bon rituel bon courage
__________________
arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014
louvaji is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 18h51   #8
vik
Membre
 
Avatar de vik
 
Date d'inscription: juin 2016
Localisation: Bzh
Messages: 309
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Citation:
Posté par Al!ce
Vik, 1000 mercis. Je ne détaille pas. Ya du que j'ai déjà mais qu'il faut reconsidérer, ya du nouveau, ya surtout... beaucoup : tu as fait le boulot à ma place ! (remarque puisque tu es au boulot, j'ai moins de scrupules ! )

Oh ben, faut même pas en avoir du tout, je suis dans le train jusqu'à 21h pour aller bosser à l'autre bout de la France (enfin, de mon point de vue) et je me retape le retour après-demain… et puis je suis totalement libre de la gestion de mon temps… du moment que le boulot est fait, personne ne m'embête. [ma_vie] et ça c'est tellement précieux que du coup c'est dur d'envisager un autre taf, alors qu'il le faudrait certainement [/ma_vie]

Citation:
Posté par Al!ce
Je me propose de reprendre ton post à ma sauce en l'ordonnant et en le complétant.
C'est cadeau, tu fais comme tu veux, c'est ton fil !… (pff, en l'ordonnant ? nan mais j'hallucine j'ai fait une intro, 7 parties, 2 niveaux titres, et c'est pas assez ordonné ? faudrait pas que tu viennes boire un thé dans mon salon/atelier/chantier, t'aurais un cri de bête tout de suite )


Citation:
Posté par Al!ce
- D'ailleurs, s'il t'en revient.

euh, j'ai pas osé compléter dans la foulée, mais puisque c'est toi qui te demande :

- l'autosuggestion (méthode Coué, auto-hypnose… comme tu veux). C'est ballot, mais c'est comme en pédagogie ou en éducation, si tu répètes à un gosse qu'il est nul, non seulement, il le pense, mais en plus, il le devient. Donc, autant il y certaines pensées sur moi (vraiment nul), sur les autres (débiles) et le monde ( ) que j'ai intérêt à stopper tout de suite… autant, il y a des trucs positifs à ressasser encore et encore (pléonasme calibre 12), que ce soit dans le passé, le présent, le futur.

- dans la suite logique et un peu mélangé avec le point précédent (je te laisse faire le tri ). Je parlais avant de stopper des idées noires, mais j'oubliais l'essentiel : la pensée positive, cultiver l'optimisme. Ben tu vois, c'est pas un hasard si j'ai oublié, c'est qu'en ce moment, baisse de forme pour un cumul de petits tracas (et non prise en compte de mes limites)… j'ai oublié d'arroser dans ce coin là ces derniers temps… ça se désèche…et pourtant c'est d'une redoutable efficacité pour moi…
Allways look on the bright side of life…
…life's a laugh and death's a joke it's true…
rire et sourire tous les jours, peu importe de quoi, pourquoi… (tiens d'ailleurs ce serait un JAR à ouvrir, ça, après les softs sans alcool de JiCiFi)… allez je ne m'en lasse pas : https://www.youtube.com/watch?v=jHPOzQzk9Qo

- et puis surtout, j'aurais pu quand même commencer par là, mais c'est pas mal de terminer avec, non plus : l'écriture. Que ce ce soit ici ou en correspondance privée. C'est probablement en lien avec le point d'avant celui du d'ssus. Mais écrire me permet de décanter, analyser… de prendre du recul, de relativiser… mais aussi d'ancrer certaines idées, donc de marquer durablement certains jalons, notamment parce que je peux y revenir (ça me permet aussi bien souvent de découvrir de nouvelles choses sur moi, mais c'est pas le sujet ici).
Quand j'énonce des choses similaires à l'oral à quelqu'un qui est sensé écouter, ben y a pas, ça ne me fait pas le même effet… (doit être parce que quand je parle, j'écoute pas ce que je raconte, alors que quand je tape je suis obligé de lire)


Tiens, en passant sur les to-do list interminables… j'ai définitivement arrêté… ça me déprimait trop… Pour le boulot, je me mets des deadlines sur mon agenda et puis chaque jour je me donne, s'il le faut, juste 1 tâche prioritaire à accomplir dans la journée (éventuellement une deuxième, plus facile ou plus rapide… et puis, uniquement si je veux, une ou deux tâches secondaires complètement optionnelles pour le coup… )… Donc je planifie au jour le jour, sachant que de toute manière, j'aurais pleins d'autres tâches que j'exécuterai qui seront, soit des opportunités que je saisirais sur la lancée d'une autre tâche, soit des imprévus qui me tomberont dessus sans que j'aie rien demandé (lapalissade niveau 1). C'est comme les ordres du jour pour les réunions, les gens ont tendance à bourrer à mort, en oubliant qu'il y aura d'autres sujets à traiter qui ne viendront que le jour même (ou la veille). J'ai même vu des équipes commencer par traiter les "questions diverses" ou les urgences (problème de gestion des affects, là aussi)… et évidemment, ne plus pouvoir traiter l'ordre de jour (culpabilité, frustration pour tout le monde, non traitement des problèmes d'aujourd'hui, qui deviendront les urgences de demain, sentiment d'incompétence pour l'animateur etc.)
Pour le domaine privé, je ne me donne pas forcément de deadline (vu que je sais pas quand je vais être mourru )… et puis les objectifs sont souvent moins précis, plus évolutifs… j'en n'ai surtout pas toujours… ça dépend des périodes…


Bon, hé, j'arrête là, ça fait 10 points, c'est un compte rond.

a tutti
__________________
Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale.Chamfort
vik is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 19h59   #9
Espérance92
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2008
Messages: 1 765
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Bonsoir,

Au cours d'une période très stressante de ma vie, j'ai profité de mon chien pour faire encore plus de bonnes balades avec lui, si possible d'un pas assez soutenu. Je laissais couler les larmes si besoin et je me sentais toujours mieux en rentrant. Donc je pense que tout exercice physique est bon, en faisant simple.

Aller au cinéma, c'est pas mal aussi. Ca oblige à se concentrer sur autre chose.

Re-la-ti-vi-ser en s'obligeant à voir en priorité les points positifs et à mettre le reste en balance avec les vrais problèmes graves qui peuvent nous arriver (il n'y en a pas bcp, des vraiment graves). Bref, po-si-ti-ver !

Corinne
Espérance92 is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 19h59   #10
Zarafa
Zara- facile et difficile
 
Avatar de Zarafa
 
Date d'inscription: août 2017
Messages: 69
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

"les montagnes russes" : c'est exactement ça !

Pour contribuer modestement à cet excellent échange, je dirais mes outils sont :
- l'écriture avant tout (pas avec autant de clarté que vous ou que Suzan par ex) mais cela apaise de poser des mots. C'est aussi bon car cela force à réfléchir.
- essayer de comprendre le fonctionnement (de l'alcool, de l'anxiété, des émotions)
- la rationalité : m'accrocher à des choses simples, toujours pour comprendre et une fois compris m'en tenir à cela.
- écouter les autres, qui au fond parlent de nous ( qui nous sommes, qui nous ne sommes pas, qui nous voulons etre, qui nous voulons éviter d'être)
- la générosité, ca fait du bien à tout le monde.

Quelques pistes simples, pas très originales.

Merci pour cet échange.
Zarafa is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 20h23   #11
louvaji
Membre
 
Avatar de louvaji
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 8 708
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Coucou , je suis comme toi Vik, les sâles délires de mon cerveau je les stoppe direct, j'accueille les émotions plutôt, surtout je suis toujours de bonne humeur ça aide , cultiver la pensée positive, je trouve que ça change la vie, de toute façon j'aime la vie maintenant, être zen, (je suis d'un naturel un peu speed ) bonne soirée
__________________
arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014
louvaji is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/08/2017, 20h54   #12
vik
Membre
 
Avatar de vik
 
Date d'inscription: juin 2016
Localisation: Bzh
Messages: 309
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

@ Zarafa : tu peux ajouter à ta liste : arrêter l'autodénigrement à répétition …

Citation:
Posté par Zarafa
… contribuer modestement…

…pas avec autant de clarté que vous …

…pas très originales.

Ça faisait un moment que je voulais te le dire… C'est pas dans tous tes posts, mais ça revient souvent quand même. Comme disait un grand penseur disparu : dans la vie, y a pas de grands, y a pas de petits, la bonne longueur pour les jambes, c'est quand les pieds touchent bien par terre.

Et interdiction de penser "c'est vrai que je suis trop nulle de me dévaloriser tout le temps"…

Exercice pour demain, sur un cahier propre : ce que je sais faire admirablement bien, de préférence des trucs inutiles (moi je sais vachement bien carresser les chats par exemple), les parties de mon corps que je trouve belles (le raconte pas ici, y a des pervers partout), les 3 instants les plus magiques de ma vie, mon plus beau souvenir d'enfance…
Et je veux voir des points d'exclamation partout sur ton prochain post !!!! Nan mais !


bisous tout pleins Zarafa


@ Louv' : oh, moi je ne suis pas toujours de bonne humeur, mais je commence à savoir comment m'y prendre pour y arriver (si je veux) !
__________________
Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale.Chamfort
vik is offline   Réponse avec citation
Vieux 29/08/2017, 07h50   #13
Al!ce
Anciennement Blush
 
Avatar de Al!ce
 
Date d'inscription: octobre 2016
Localisation: De l'autre côté du miroir
Messages: 1 146
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Citation:
Posté par vik
Oh ben, faut même pas en avoir du tout, je suis dans le train jusqu'à 21h pour aller bosser à l'autre bout de la France (enfin, de mon point de vue) et je me retape le retour après-demain… et puis je suis totalement libre de la gestion de mon temps… du moment que le boulot est fait, personne ne m'embête. [ma_vie] et ça c'est tellement précieux que du coup c'est dur d'envisager un autre taf, alors qu'il le faudrait certainement [/ma_vie]
Sinon, tu changerais de job avec moi...

C'est cadeau, tu fais comme tu veux, c'est ton fil !… (pff, en l'ordonnant ? nan mais j'hallucine j'ai fait une intro, 7 parties, 2 niveaux titres, et c'est pas assez ordonné ? faudrait pas que tu viennes boire un thé dans mon salon/atelier/chantier, t'aurais un cri de bête tout de suite )
Alors, ton post, il est beau comme de l'antique et tes parties n'ont d'égal que les colonnes du Parthénon. Juste, entre ce à quoi j'avais déjà pensé et ce que vous ajoutez, c'est le bordel dans ma tête. Tu vois, 7 parties et je me sens un peu comme paumée en plein désert sans boussole, sans eau, sans vivres et sans poudrier.

euh, j'ai pas osé compléter dans la foulée, mais puisque c'est toi qui te demande :
Je me doutais un peu...

- l'autosuggestion (méthode Coué, auto-hypnose… comme tu veux). C'est ballot, mais c'est comme en pédagogie ou en éducation, si tu répètes à un gosse qu'il est nul, non seulement, il le pense, mais en plus, il le devient. Donc, autant il y certaines pensées sur moi (vraiment nul), sur les autres (débiles) et le monde ( ) que j'ai intérêt à stopper tout de suite… autant, il y a des trucs positifs à ressasser encore et encore (pléonasme calibre 12), que ce soit dans le passé, le présent, le futur.

- dans la suite logique et un peu mélangé avec le point précédent (je te laisse faire le tri ). Je parlais avant de stopper des idées noires, mais j'oubliais l'essentiel : la pensée positive, cultiver l'optimisme. Ben tu vois, c'est pas un hasard si j'ai oublié, c'est qu'en ce moment, baisse de forme pour un cumul de petits tracas (et non prise en compte de mes limites)… j'ai oublié d'arroser dans ce coin là ces derniers temps… ça se désèche…et pourtant c'est d'une redoutable efficacité pour moi…
Allways look on the bright side of life…
…life's a laugh and death's a joke it's true…
rire et sourire tous les jours, peu importe de quoi, pourquoi… (tiens d'ailleurs ce serait un JAR à ouvrir, ça, après les softs sans alcool de JiCiFi)… allez je ne m'en lasse pas : https://www.youtube.com/watch?v=jHPOzQzk9Qo

- et puis surtout, j'aurais pu quand même commencer par là, mais c'est pas mal de terminer avec, non plus : l'écriture. Que ce ce soit ici ou en correspondance privée. C'est probablement en lien avec le point d'avant celui du d'ssus. Mais écrire me permet de décanter, analyser… de prendre du recul, de relativiser… mais aussi d'ancrer certaines idées, donc de marquer durablement certains jalons, notamment parce que je peux y revenir (ça me permet aussi bien souvent de découvrir de nouvelles choses sur moi, mais c'est pas le sujet ici).
Quand j'énonce des choses similaires à l'oral à quelqu'un qui est sensé écouter, ben y a pas, ça ne me fait pas le même effet… (doit être parce que quand je parle, j'écoute pas ce que je raconte, alors que quand je tape je suis obligé de lire)
Sur celle-ci, je réponds: j'ai commencé par là. J'ai repris un genre de journal sous forme de blog -sérieux, cette fois - mais qui servira éventuellement de cahier de brouillon, de scrapbook, de gueuloir, de papier à lettres, de post-it, de liste des courses etc. Enfin la moule s'est choisi un nouveau rocher, quoi.

Tiens, en passant sur les to-do list interminables… j'ai définitivement arrêté… ça me déprimait trop… Pour le boulot, je me mets des deadlines sur mon agenda Je fais ça, je saute de mon rez-de-chaussée illico ou je me pends à ma charpente qui ne tiendra pas le coup. Je suis une angoissée. Il suffit d'une deadline pour me paralyser et puis chaque jour je me donne, s'il le faut, juste 1 tâche prioritaire à accomplir dans la journée (éventuellement une deuxième, plus facile ou plus rapide… et puis, uniquement si je veux, une ou deux tâches secondaires complètement optionnelles pour le coup… )…
Ca, oui. Je tâche même d'éviter les jours sans, ceux où tu te rends compte, à la fin, si tu prends 15 sec pour vérifier, que tu n'as rien fait d'autre que d'aller bosser, te préparer pour ça avant et t'en remettre après.
Donc je planifie au jour le jour, sachant que de toute manière, j'aurais pleins d'autres tâches que j'exécuterai qui seront, soit des opportunités que je saisirais sur la lancée d'une autre tâche, soit des imprévus qui me tomberont dessus sans que j'aie rien demandé (lapalissade niveau 1). C'est comme les ordres du jour pour les réunions, les gens ont tendance à bourrer à mort, en oubliant qu'il y aura d'autres sujets à traiter qui ne viendront que le jour même (ou la veille). J'ai même vu des équipes commencer par traiter les "questions diverses" ou les urgences (problème de gestion des affects, là aussi)… et évidemment, ne plus pouvoir traiter l'ordre de jour (culpabilité, frustration pour tout le monde, non traitement des problèmes d'aujourd'hui, qui deviendront les urgences de demain, sentiment d'incompétence pour l'animateur etc.)
Question "gestion des affects qui polluent l'ordre du jour", j'ai adopté la règle du ce qui me déplaît le plus en premier. Compliqué à expliquer. Je développerai quand je reprendrai..., que je mettrai de l'ordre, quoi !

Pour le domaine privé, je ne me donne pas forcément de deadline (vu que je sais pas quand je vais être mourru )… et puis les objectifs sont souvent moins précis, plus évolutifs… j'en n'ai surtout pas toujours… ça dépend des périodes…


Bon, hé, j'arrête là, ça fait 10 points, c'est un compte rond.
20, c'ets un compte rond aussi !

a tutti

Merci. Bis. (En attendant le ter... ! )

Je voulais revenir sur ce terme de "sobriété émotionnelle" puisque tu disais qu'il te chiffonnais.
Je déteste l'expression que j'ai prise quelque part, je ne sais plus quand ni où, sur ce forum. C'est une de ces formules qui traînent, et donc sans doute pas que sur le Forum mais aussi dans l'air du temps, d'ailleurs elle fait un peu "développement personnel", "coaching psy" etc. - Tout ce que j'aime !

Sauf qu'elle convient très bien, en fait.
S'il arrive quelque chose, pas même d'important, pas même qui me touche directement, je vais vite à partir dans la stratosphère et à revenir non pas en surface mais au centre de la terre. Quand c'est important et que ça me touche, là, je visite carrément d'autres galaxies et, quand je retrouve l'atmosphère terrestre, je redescends sans parachute. Ca fatigue. Et c'est dangereux. On voit bien comment ça se termine, ces histoires.

J'essaie donc d'appliquer préventivement le "Si tu ne changes rien, rien ne changera."


A la prochaine.
__________________
Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
"Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

Dernière modification par Al!ce 29/08/2017 à 07h54.
Al!ce is online now   Réponse avec citation
Vieux 29/08/2017, 08h00   #14
Al!ce
Anciennement Blush
 
Avatar de Al!ce
 
Date d'inscription: octobre 2016
Localisation: De l'autre côté du miroir
Messages: 1 146
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Doublon
__________________
Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
"Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

Dernière modification par Al!ce 29/08/2017 à 08h08.
Al!ce is online now   Réponse avec citation
Vieux 29/08/2017, 08h06   #15
Al!ce
Anciennement Blush
 
Avatar de Al!ce
 
Date d'inscription: octobre 2016
Localisation: De l'autre côté du miroir
Messages: 1 146
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Citation:
Posté par Espérance92
Bonsoir,

Au cours d'une période très stressante de ma vie, j'ai profité de mon chien pour faire encore plus de bonnes balades avec lui, si possible d'un pas assez soutenu. Je laissais couler les larmes si besoin et je me sentais toujours mieux en rentrant. Donc je pense que tout exercice physique est bon, en faisant simple.

Aller au cinéma, c'est pas mal aussi. Ca oblige à se concentrer sur autre chose.

Re-la-ti-vi-ser en s'obligeant à voir en priorité les points positifs et à mettre le reste en balance avec les vrais problèmes graves qui peuvent nous arriver (il n'y en a pas bcp, des vraiment graves). Bref, po-si-ti-ver !

Corinne

Bonjour, Corinne.

Laisser venir les larmes fait un bien fou. J'ai passé une année entière à les contenir, trop, tout le temps. Maintenant, comme dit Louva, j'accueille les émotions, les larmes sont bienfaisantes, elles réconcilient avec soi-même. Et... elles ne durent.
Oui, je me gave de cinéma depuis que j'ai de nouveau la télé et un bouquet idoine. Par ailleurs, je sais que la meilleure médication pour moi, c'ets la peinture. Dans les périodes d'arrêt difficile, j'avais toujours un catalogue d'expo tout prêt, à porter de main pour me jeter dessus sans avoir à choisir.
Po-si-ti-ver, of course. Ca m'ets d'ailleurs assez naturel - mais c'est vri que le contraire m'est assez naturel aussi, ça dépend du sujet, des moments... Faudrait lisser.

Merci de ta contribution

Citation:
Posté par Zarafa
"les montagnes russes" : c'est exactement ça !

Pour contribuer modestement à cet excellent échange, je dirais mes outils sont :
- l'écriture avant tout (pas avec autant de clarté que vous ou que Suzan par ex) mais cela apaise de poser des mots. C'est aussi bon car cela force à réfléchir.
- essayer de comprendre le fonctionnement (de l'alcool, de l'anxiété, des émotions)
- la rationalité : m'accrocher à des choses simples, toujours pour comprendre et une fois compris m'en tenir à cela.
- écouter les autres, qui au fond parlent de nous ( qui nous sommes, qui nous ne sommes pas, qui nous voulons etre, qui nous voulons éviter d'être)
- la générosité, ca fait du bien à tout le monde.

Quelques pistes simples, pas très originales.

Merci pour cet échange.

Bonjour, Zarafa.

Plein de choses dans ton post, profond et sensible. Certaines très proche de mon état d'esprit. C'est bien, ça me conforte.
Seul bémol : essayer de comprendre. Non, je ne fais plus ou seulement en surface : je suis une championne toutes catégories, médaille d'or et tenante du titre depuis... Pfffui, plus que ça encore, de la prise de tête absolument stérile, une obsessionnelle collectionneuse de chiures de mouches - si on me passe l'expression.

Merci, Zarafa.

Citation:
Posté par louvaji
Coucou , je suis comme toi Vik, les sâles délires de mon cerveau je les stoppe direct, j'accueille les émotions plutôt, surtout je suis toujours de bonne humeur ça aide , cultiver la pensée positive, je trouve que ça change la vie, de toute façon j'aime la vie maintenant, être zen, (je suis d'un naturel un peu speed ) bonne soirée

Ca, j'essaie, mais j'ai encore du boulot. Ca marche au jour le jour mais pas sur les angoisses de long terme.
, Louva

Citation:
Posté par vik
Exercice pour demain, sur un cahier propre : ce que je sais faire admirablement bien, de préférence des trucs inutiles (moi je sais vachement bien carresser les chats par exemple), les parties de mon corps que je trouve belles (le raconte pas ici, y a des pervers partout), les 3 instants les plus magiques de ma vie, mon plus beau souvenir d'enfance…
Et je veux voir des points d'exclamation partout sur ton prochain post !!!! Nan mais !

Je permets de piquer les exercices pour Zarafa.
Il y en a un autre que j'aime bien aussi qui ne porte pas directement sur l'estime de soi : faire des listes des trucs que j'aime, films, peintres etc. Ca ne permet de se sentir mieux, mais ça permet de mieux se sentir. Genre... "j'existe".
__________________
Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
"Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

Dernière modification par Al!ce 29/08/2017 à 08h13.
Al!ce is online now   Réponse avec citation
Vieux 29/08/2017, 10h38   #16
louvaji
Membre
 
Avatar de louvaji
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 8 708
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Bonjour ici Zarafa je vais surveiller aussi, plus dénigrement, on s'aime comme on est, pleins de qualités, on est tendre avec soit

Je n'aime pas sobrièté émotionnelle non plus, l'abstinence c'est tout le contraire, c'est accueillir ses émotions très bonne journée
__________________
arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014
louvaji is offline   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2017, 01h06   #17
Zarafa
Zara- facile et difficile
 
Avatar de Zarafa
 
Date d'inscription: août 2017
Messages: 69
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Merci Vik, Alice et Louva.

J'ai mis du temps à répondre car vos remarques sur l'auto-dénigrement ont résonné profondément et que j'ai voulu prendre le temps de la réflexion. C'est étrange : je me sens à la fois très forte (maman, épouse, au travail, auprès des autres car j'attache beaucoup d'importance à faire le bien et cela m'apaise beaucoup) et en même temps très vulnérable, peur de gêner, d'être dans l'imposture. Y réfléchir et l'écrire me permet d'avancer dans mes réflexions sur mon rapport au monde et donc à l'alcool qui filtre ce rapport, le modifie, l'aseptise pour mieux m'angoisser.

Donc, la sobriété émotionnelle ou du moins sérénité émotionnellement (accepter ses émotions, les accueillir, les guider pour nous rendre plus serein) passe aussi par une réflexion sur soi-même, un "être à soi" et une bienveillance envers soi-même. Je vais clairement y travailler.

En tout cas, merci pour ces échanges et votre sensibilité !!! (Ponctuation dédicace à Vik)
Zarafa is offline   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2017, 07h58   #18
vik
Membre
 
Avatar de vik
 
Date d'inscription: juin 2016
Localisation: Bzh
Messages: 309
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Citation:
Posté par Zarafa
Donc, la sobriété émotionnelle ou du moins sérénité émotionnellement (accepter ses émotions, les accueillir, les guider pour nous rendre plus serein) passe aussi par une réflexion sur soi-même, un "être à soi" et une bienveillance envers soi-même. Je vais clairement y travailler.
Oh que voui, ça me paraît essentiel… Dans le dernier verre d'alcool que j'ai avalé, il n'y avait plus que de la punition, je crois…

Citation:
Posté par Zarafa
C'est étrange : je me sens à la fois très forte (maman, épouse, au travail, auprès des autres car j'attache beaucoup d'importance à faire le bien et cela m'apaise beaucoup) et en même temps très vulnérable, peur de gêner, d'être dans l'imposture.
Ça ne me surprend pas… pour tout dire je t'avais écrit une remarque là dessus, mais je me suis ravisé car je trouvais que c'était peut être un peu plaqué ou brutal (je crains souvent que mes mots ne soient que des hurlements avec des crocs !) Mais puisque tu en parles… De mon point de vue cette force et cette faiblesse sont un peu les 2 faces d'une même pièce. La générosité, ton implication associative, ta volonté de remplir ton rôle de mère, d'épouse (euh ?), ton travail au service des autres… l'altruisme… en général, ça reste pour moi des qualités. Mais ça peut être aussi d'une certaine manière donner la priorité aux autres, se mettre en posture basse ou se sentir exister surtout en rapport à ce qu'on apporte aux autres… et à ce qu'ils peuvent nous renvoient en retour.
Je parle peut être plus pour moi que pour toi, mais ça crée du vide en nous (ou c'est un vîde en nous qui appelle ce besoin d'être comblé par d'autres… ça marche certainement dans les deux sens).
Donc on a bien du mal à exister en soi, pour soi…
"être à soi"… et pas aux autres, ça me paraît très juste comme expression, en tout cas moi, c'est ce qui m'a manqué pendant longtemps, et j'ai l'impression que je ne fais que commencer à remplir un vase laissé vide, longtemps rempli par d'autres… ou la bibine.

Je précise que ma philosophie, c'est pas tout pour ma gueule, ranafout des autres, moi-je d'abord et les autres après… euh quels autres au fait ?
Je pense juste qu'il ne faut pas que l'importance qu'on donne aux autres soit au détriment de celle qu'on s'accorde… et réciproquement , bien sûr (enfin si l'on prétend vouloir vivre en société et pas dans une jungle). Donc il faut bien faire les deux : prendre en compte ses propres besoins et prendre en compte les besoins des autres… mais pour moi, maintenant, c'est dans cet ordre, car si je néglige mes propres besoins, et limites, à la longue, les autres deviennent à mes yeux des vampires psychiques qui me vident…
Je m'aperçois que je sais donner, enfin… que je donne beaucoup… Est-ce que je donne bien… hum… faut voir… mais est-ce que je sais recevoir… pas sûr…
Je suis allé donner mon sang dernièrement… l'idée c'est d'en donner un peu, pas 3 litres et surtout d'être content d'accepter en retour la collation qui n'est pas un cadeau, mais la juste compensation pour notre corps. Je me souviens que la précédente fois où j'avais donné mon sang, j'avais ressenti de la gêne à accepter…

La maxime dans ma signature est pour moi un pense-bête essentiel :
Jouis et fais jouir : les deux composantes sont indissociables et dans cet ordre (jouir s'entend au sens général et pas exclusivement sexuel, bien sûr (enfin, ça marche pour le sexe aussi ))

sans faire de mal ni à toi, ni à personne : tout plaisir ne peut s'obtenir ou être donné au détriment de soi ou des autres (on est pas chez le marquis de Sade, quoi)…

Prendre en compte soi et les autres… toujours les deux… toujours dans cet ordre… je ne dis pas que c'est simple, mais ça donne une ligne, un oui, un non… (accessoirement, ça permet de mettre de l'ordre dans ses relations sociales aussi…)

@Al!ce : j'allais m'excuser du squattage, mais finalement je pense que ça peut se rajouter à la liste. C'est un peu le point 7bis…
Bon, je reviendrais plus tard, parce qu'il y autre chose qui m'est venu pendant mon insomnie de cette nuit… mais là faut que je travaille !

Bonjour chez vous ! ("……euarrrrgllll… je ne suis pas un numéro !!!! Je suis un homme liiiiibre " )
__________________
Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale.Chamfort
vik is offline   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2017, 08h03   #19
Al!ce
Anciennement Blush
 
Avatar de Al!ce
 
Date d'inscription: octobre 2016
Localisation: De l'autre côté du miroir
Messages: 1 146
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Bonjour Zarafa,

Ce que tu dis de ta personnalité, l'arrêt de l'alcool peut le changer.
C'est une victoire - non sur le produit, mais sur soi même - qui solidifie.

__________________
Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
"Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll
Al!ce is online now   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2017, 08h12   #20
Al!ce
Anciennement Blush
 
Avatar de Al!ce
 
Date d'inscription: octobre 2016
Localisation: De l'autre côté du miroir
Messages: 1 146
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Citation:
Posté par vik
@Al!ce : j'allais m'excuser du squattage, mais finalement je pense que ça peut se rajouter à la liste. C'est un peu le point 7bis…
Bon, je reviendrais plus tard, parce qu'il y autre chose qui m'est venu pendant mon insomnie de cette nuit… mais là faut que je travaille !

Hello, Vik,

Ne t'excuse pas du squattage, ces échanges sont très riches - par ailleurs je ne vais certainement pas jouer ici les maîtresse de maison. Et quoi, encore ? Je vous sers des petits fours ? Bref, tu es chez toi puisque tu es sur le forum.

Autre chose, plus sérieusement : moi, quand je repousse, généralement je ne fais pas. Je dis ça pour que tu ne nous frustres pas du point 362, paragraphe 41, alinéa 54 bis.


BJ de productivité économique et sociale, homme libre !
__________________
Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
"Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll
Al!ce is online now   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2017, 09h34   #21
vik
Membre
 
Avatar de vik
 
Date d'inscription: juin 2016
Localisation: Bzh
Messages: 309
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Oh t'inquiètes, je disais ça surtout parce que j'avais hésité à mettre cette réponse sur le fil de Zarafa… et puis j'ai un sens aigu du territoire… j'expliquerai ça un autre jour (moi quand je fais pas un truc que je repousse, c'est parce que j'ai une mémoire de bulot)

Voui, alors, bon en attendant l'autre truc plus conséquent que je voulais aborder (rhôoo teasing de la mort), j'ajoute un point 1bis rapidos, en réaction à la tasse de thé brûlant que je me suis fait jeter au museau y a 1 heure .
- arrêter le café : (oui, je sais c'est NOOON ! , mais c'est mon truc à moi !). J'en consommais moins que l'alcool, mais je pouvais tourner à 4-6--8 tasses de café par jour … depuis longtemps également. Peu de temps après l'arrêt d'alcool, j'ai ressenti le besoin de mettre à distance tous les produits qui pouvaient agir sur mon cerveau… un peu comme une envie de voir comment la machine fonctionnait "normalement" (ce qui est certainement un peu illusoire compte tenu de tout ce qui peut agir dessus). Donc, j'ai arrêté un temps tous les produits, aliments excitants ou calmants d'ailleurs. J'ai même arrêté le sucre (enfin le glucose, le sucre fabriqué quoi) après avoir vu un doc qui expliquait que son action sur le cerveau (mécanisme de récompense) était similaire à celui de la cocaine ! (les effets en moins, bien sûr). Évidemment, c'était un peu compliqué d'évaluer précisemment ce qui se passait, puisque je pense que l'arrêt de l'alcool modifiait déjà considérablement les choses… Mais bon… après j'ai repris du café, ponctuellement, et là… ouaaah, j'ai bien ressenti la caféine dis-donc… puissant le machin (alors que je pensais que ça ne me faisait pas grand chose). Non seulement, ça met en forme, mais ça me redonne du moral. Puis, j'ai eu des période où j'en ai rebu quotidiennement (genre une cafetière italienne le matin ou 3-4 expresso dans la journée)… et là clairement : élévation du niveau de stress, fatigue, atteinte au moral. En fait, il me semble que le café ne me donne pas des ressources, mais va en chercher dans mon organisme pour me les apporter tout de suite… et que à la longue, ben ça m'épuise.
Je n'ai pas supprimé définitivement le café, j'en prends de temps en temps, parce que j'aime ça, mais ça reste ponctuel, surtout pas quotidien. Bon, enfin, je suppose qu'on ne réagit pas tous de la même manière… (et puis j'ai comme l'impression que c'est pas transposable à d'autres )

Ah, avant que j'oublie :
Citation:
Posté par Al!ce
Alors, ton post, il est beau comme de l'antique et tes parties n'ont d'égal que les colonnes du Parthénon.
Et oui, mais que veux-tu, comment mon génie pourrait-il se taire face la grâce apollonienne du chant mélodieux de ta question (ouais, ouais le point 7, plaire et déplaire, la reconnaissance des autres, toussa, c'est pas gagné )

Bon, j'avais pas dit que j'avais du boulot moi ?
__________________
Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale.Chamfort

Dernière modification par vik 30/08/2017 à 09h48.
vik is offline   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2017, 10h22   #22
Al!ce
Anciennement Blush
 
Avatar de Al!ce
 
Date d'inscription: octobre 2016
Localisation: De l'autre côté du miroir
Messages: 1 146
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

En speed prceque tu as du boulot et que, moi, je fais des affaires. ( )

Merci du topo "anodin" sur le café.
En fait point trèèèèèès sensible, aussi bête que ça paraisse.
Non pas tant, pour moi, concernant les effets physiques (au point où on en est... ) mais... comment dire ? - ben, je ne sais pas.
En tout cas, le café est, avec le tabac, non seulement le signe d'une gestion du temps totalement anarchique mais la pierre de touche d'une certaine forme de complaisance avec soi-même. Pour le dire autrement, celle qui serait capable de faire face et qui aurait enfin le contrôle de sa vie, chez moi, c'est celle, entraperçue parfois, qui ne fumerait plus ou ne boirait plus de café, du moins pas comme elle le fait actuellement.
Bref, c'ets con mais le café est bel et bien une clé ou une porte d'entrée ou encore le panneau indicateur d'un horizon à atteindre.

BJ
__________________
Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
"Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll
Al!ce is online now   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2017, 12h36   #23
vik
Membre
 
Avatar de vik
 
Date d'inscription: juin 2016
Localisation: Bzh
Messages: 309
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Pff, ouais j'ai du boulot, mais j'en suis à la moitié de la journée et j'ai atteint la moitié de mes objectifs alors tout va bien. Et puis c'est la faute de la SNCF, ces bâtards ont mis la ouifi dans les nouveaux TGV !

Bon, vite fait quand même, aussi.
Sur la gestion du temps, je ne sais si c'est les mêmes souci que moi, mais j'ai un petit retour d'expérience… pour plus tard.
Pour le café-clope, juste pour aborder la surface des choses, parce que j'imagine que tu n'emploies pas le mot "clé" de manière anodine… Je ne savais pas que tu fumais. Je suppose que je t'apprends rien en te disant que fumer est générateur d'anxiété. Donc si tu es angoissée de nature, évidemment…

Pour le fun, j'ai googlé 2 secondes pour avoir des chiffres (j''adore les chiffres avec des 0, ça impressionne plus, surtout les anxieux . Alors selon une étude (qui date de 2000, on peut certainement trouver plus récent, mais ça enlève des 0), chez les fumeurs, le risque d'anxiété généralisée est multiplié par 5,5 (550%) et le risque de troubles de panique par 15 (1500%). Je ne sais pas à partir de quelle consommation ces données ont été établies… mais bon… sur le principe
Enfin, j'imagine que le problème, justement, c'est que tu es consciente de tout ça, et que ça ne t'arrête pas pour autant ! (complaisance, patin-couffin…)

J'ai arrêté la clope il y a 10 ans maintenant, j'ai essayé de reprendre le mois dernier, mais sans succès. Je dois reconnaître, que la bête se met maintenant vite à grogner dès qu'elle voit poindre une forme de dépendance (oui, je parle de moi à la 3è personne). Le sucre, j'en suis pas à l'abstinence, mais j'ai la même méfiance que vis-à-vis du café, je réalise que j'ai un mode de relation complètement pourri à cette substance (enfin, je suis pas le seul, vu les épidémies d'obésité et diabète engendrées par l'industrie agro-alimentaire).

Je me souviens qu'on s'arrête pas forcément en claquant des doigts (encore que, si je te racontais, y a quand même aussi du déclic et du contexte là-dedans)…
M'enfin, le jour où tu remettras de l'ordre dans ce fatras (), moi à ta place, je mettrais la clope en tête de liste pour répondre à la question : Sobriéte émotionnelle : quelle hygiène de vie ? => arrêter de prendre des substances qui aggravent ce qui déconne déjà tout seul (c'était quoi déjà ta règle, ce qui te déplait le plus en premier ?)

Bon app' tout le monde !
__________________
Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale.Chamfort
vik is offline   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2017, 13h40   #24
La Mouette
Membre
 
Avatar de La Mouette
 
Date d'inscription: octobre 2010
Messages: 3 385
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Bonjour Alice,

Pas pris le temps de lire tous les messages, il se peut donc qu'il y ait des redites.

Ce que tu décris ressemble à ce que j'ai vécu l'an passé, des chamboulements professionnels et des émotions disproportionnées par rapport à la gravité réelle de ce qui se passait.

D'abord, ne pas oublier de s'observer. Voir si c'est durable ou pas, le yoyo émotionnel, si c'est gérable ou pas. Pour ma part, j'ai attendu deux-trois mois, et j'ai fini par aller consulter mon toubib qui m'a proposé de reprendre un anti-dépresseur pour stabiliser tout ça. Ca a bien marché.

Après, chaque fois que ça tangue, je me replace mentalement au centre de mes journées. Il y a tous ces trucs "à faire" (avec ou sans listes) et face à ça, je me pose toujours la question "qu'est-ce que je fais pour moi, pour mon bien-être?". Parce que c'est le plus important, non?

Et même si je ne rajoute pas des choses "à faire" pour moi, je me place dans une attitude mentale de douceur vis-à-vis de moi-même et de calme vis-à-vis de l'extérieur.

Bien entendu, je n'oublie pas de soigner mon mode de vie : je ne saute pas de repas, je laisse une place suffisante au repos, à la méditation et au sommeil, je fais de l'exercice. Ces moments sont aussi des moments de plaisir, je mange des bons trucs, j'ai un lit confortable, je pratique des sports qui me plaisent et me détendent.

De ton message initial, il y a une émotion qui domine : la peur. Vais-je y arriver? Vais-je être à la hauteur? Vais-je tenir le coup... J'ai vécu ça en prenant mon nouveau poste, en février dernier. Déjà, le seul fait de nommer cette peur m'a aidée. Puis le fait de passer à l'action. Et de me demander : qu'est-ce qui me fait peur dans ce que j'ai à faire aujourd'hui? La peur résiste rarement à la réalité.

Voilà. Une bonne brasse lente, calme, en respirant bien, est préférable à des battements frénétiques dans tous les sens. Ca permet de ne pas se noyer, quel que soit l'état de la mer.

Bises

La Mouette
La Mouette is offline   Réponse avec citation
Vieux 30/08/2017, 16h24   #25
renais-sance
détabalcoolisé 10e dan
 
Avatar de renais-sance
 
Date d'inscription: novembre 2006
Localisation: sur la voie de la détabalcoobésitance
Messages: 9 300
Re : Sobriété émotionnelle : quelle hygiène de vie ?

Citation:
Posté par vik
Et puis c'est la faute de la SNCF, ces bâtards ont mis la ouifi dans les nouveaux TGV !

C'est inWi !

Bon, excusez, ça m'a échappé.
__________________
Bonjoir à tou(te)s ! Prudence : rien de tel que les petits remontants pour descendre bien bas.
renais-sance is online now   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 14h24.


Édité par : vBulletin version 3.5.6
Copyright © 2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #7 par l'association vBulletin francophone
Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.

Ce forum n'est pas un chat



Rechercher uniquement sur le forum "maladies" du nouveau forum :