Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Discussions-Psy
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Discussions-Psy Ce forum traite de santé psychique et de santé mentale. Il est ouvert à tous, et surtout aux personnes désireuses de s’informer à propos des soins psychologiques et psychiatriques.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 28/09/2017, 20h43   #1
Alecly
Membre
 
Date d'inscription: septembre 2017
Localisation: Alpes
Messages: 2
Troubles anxieux généralisés, fatigue oculaire et Tercian

Bonsoir, mon "cas" est un peu compliqué mais je pense qu'il est intéressant. Je vais essayer de faire simple. (Si c'est trop long allez aux derniers paragraphes ^^ Mais les premiers sont essentiels pour comprendre)

JH de 30 ans, j'ai un emploi stable mais je suis déstabilisé, c'est un comble, par des troubles anxieux généralisés.
C'est du moins ce que ma médecin traitant, depuis 4 ans, et le psychiatre qui me suit depuis 1 an disent, ou disaient.
Parce qu'aujourd'hui je suis classé dans les malades psychiatriques. C'est arrivé comme un cheveu sur la soupe mardi midi de l'aveu de ma médecin traitant qui croit que je prenais mes médicaments correctement avant d'arrêter le supposé traitement et de craquer jeudi dernier... Or je ne les ai jamais pris avant de commencer à en prendre un sérieusement lundi soir... Hé oui, du coup elle pense que je suis dépendant de ces médicaments qui deviennent, pour elle, super nécessaires pour me soigner !!! (Si elle me lit, je suis désolé...)

Je subis des crises d'angoisse depuis juillet 2009 La première vraie crise d'angoisse ayant eue lieue, je m'en rappelle, vers midi un jour où il faisait beau. J'ai subitement eu l'impression de voir sombre. Et tout ce qui était autour de moi devenait irréel. Sympa non ? Arrivé au bout de ma rue, j'ai fait une angoisse de cette vision, je suis remonté chez moi et j'ai vomi, l'angoisse ne m'a pas quitté avant la fin de l'après midi.

Ce sentiment s'est progressivement installé dans la durée, la première semaine il n'était pas plus handicapant que ça. Mais petit à petit il s'est imprégné en moi et depuis il ne me quitte presque plus. Parfois il est moins intense que d'autre fois.
C'est ce qui peut ressembler à de la déréalisation, le problème c'est que cette sorte de vision étrange, ce "je suis là, dans un décor, dans un rêve" n'est pas forcément du à un problème d'angoisse, je dirais même que cette vision étrange a déclenché mes premières vraies crises d'angoisse dites invalidantes.

Alors à l'époque j'étais censé porter des lunettes, j'en ai eu étant plus jeune mais je ne les ai spontanément plus mises du jour au lendemain. Antérieurement à cette vision étrange, irréelle, j'ai passé une année scolaire à taper des cours sur PC jusqu'à tard le soir... J'en tirerais une hypothèse plus tard.

Entre ce mois de juillet 2009 et le printemps 2010, j'ai passé des étapes différentes dans ma vie. Un emploi comme conseiller clientèle en plateau d'appel, et là j'étais tellement angoissé par cette vision étrange que les angoisses ont commencé à déborder. Je suis parti aux urgences au moins trois fois par ambulance ! On m'a alors fait des examens cliniques, qui n'ont rien mis en évidence. On me qualifiait de spasmophile, puis voila.

Au printemps 2010 changement de métier, mais surtout de région donc déménagement... J'ai pu gérer sans trop d'angoisses, sauf cette vision... angoissante (je me répète ) Je suis à 500 kms de ma famille la plus proche, j'ai pu passer une journée d'embauche puis une formation professionnelle... Réussies. Puis là, j'ai commencé à sentir une fatigue progressive à force d'angoisser, de douter de moi.

2010/2011, mes premiers mois dans mon entreprise ont été ponctués d'angoisses, oui des angoisses mais surtout cette vision puis le gros doute, douter de mes capacités à tenir le rythme une journée... J'ai été plusieurs fois arrêté pour ces causes. Je faisais des malaises au travail... Je suis retourné quelquefois aux urgences, où on ne me trouvait rien de bien méchant.

2011 j'ai commencé à somatiser + tachycardie... Puis période d'arrêt de 6 mois, j'étais à bout. C'est simple, j'osais pas sortir de chez moi, je sortais que pour le strict minimum. J'osais pas me rendre en ville en bus, c'était taxi, taxi... J'avais très peur de faire un malaise, de mourir, je faisais venir SOS médecins jusqu'à plusieurs fois par mois. J'étais persuadé que je ferais un malaise dehors, j'en étais même à prendre un sac à dos avec des affaires de rechange au cas ou je finirais à l'hôpital. Et un jour je devais monter à Paris pour une manifestation, j'ai pas pu aller jusqu'au bout du voyage, je suis redescendu avec le cœur qui battait à 100 à l'heure, une impression de malaise imminent, je suis directement allé aux urgences où on m'a fait comprendre que tout ça c'est de l'angoisse, du stress et j'en passe !

Je me faisais suivre par un généraliste un peu charlot qui ne cherchait pas grand chose à part angoisses, qui m'a prescrit des trucs qui ne me faisaient rien (Solian, Effexor...) à part m'assommer. Donc en fait je ne les prenais pas plus de quelques jours.

Repris en 2012, toujours pas vraiment stabilisé, entre début 2012 et l'automne 2012 j'étais toujours dans ce cercle vicieux de vision étrange qui fluctuait selon les moments, d'angoisses, de peur de faire un malaise... Fatigue... Je m'accrochais comme je pouvais, j'ai un peu voyagé en 2012 mais difficilement. Mai 2012, j'ai fait une énorme crise d'angoisse, pompiers et urgences. J'y suis resté quelques heures avec: c'est une angoisse.

Été 2012. J'ai commencé à consulter un thérapeute, surtout suite à une très grosse crise d'angoisse faite un beau soir de juillet à 800 kms de chez moi alors que je visitais Nantes avec un ami.
J'ai commencé le Xanax 0,25 (entre 2 et 5 par jour, quelques périodes à 0 ou 1 par jour) j'en ai toujours actuellement, même dose. Le Xanax me calme très vite l'angoisse, jusqu'à un certain stade parfois j'en prends deux presque coup sur coup pour faire 0,50 et que ça me calme.
J'ai essayé l'acupuncture, c'était légèrement bénéfique.

On m'a essayé le Séroplex, catastrophique. J'ai du arrêter en urgence au bout de 4 jours. J'ai pas osé essayer le Deroxat, le Solian et je ne sais plus quel autre médicament, je faisais croire que je les prenais mais en vérité j'y touchais pas. Le psychiatre qui me les prescrivait était un praticien qui faisait des consultations en quelques minutes et en disant de ne pas s'inquiéter... Que ça ira mieux avec...

Automne 2012 j'ai connu une première inaptitude à mon poste. Reclassé dans un autre service, loin du stress de mon poste antérieur. Ça n'allait pas vraiment mieux. Du moins côté vision étrange. Yeux rougis, cernes alors que je ne fais pas particulièrement d'insomnies...

Début 2013, changement d'affectation, poste similaire à mon poste anétieur mais sur un secteur plus calme. J'ai bien commencé l'année, mais avec toujours cette fatigue générale dont visuelle et des cycles d'angoisse... J'ai eu une nouvelle période d'arrêt et j'ai commencé à être suivi par ma médecin traitant actuelle qui a pris une partie du problème à bras le corps: l'angoisse. TAG, TAD selon les jours. Anxiété invalidante, fatigue psychique... Oh bien sur, j'en oubliais de parler de ces problèmes de vision, d'ailleurs je portais à nouveau des lunettes depuis 2010. Mais avec là encore des symptômes oculaires. Spasmes, aura, vision difficile en changeant subitement de luminosité (passage sous un tunnel, un souterrain, d'une pièce non éclairée à une pièce éclairée... Facilement ébloui...)

2014-2015, c'était coup ci, coup ça. J'ai surtout commencé à aller dans une clinique psychiatrique dite de jour, en faisant des ateliers thérapeutiques. J'y ai progressé sur des choses relatives à mon enfance, à mon adolescence. Mais j'ai pas craché tout le morceau. Après 1 an et demi de suivi ça allait disons mieux, j'avais de nouvelles armes, une confiance en moi. Oui, j'ai avancé sur certaines choses. J'ai pu extérioriser... Côté traitement je prenais effectivement seulement du Xanax 0,25 selon les besoins.

Premier semestre 2016 j'ai fait une formation professionnelle qui s'est conclue par un échec. Difficultés pour suivre, pour me concentrer, j'ai pas tout réussi, j'en ai rattrapé une partie... Mais pas tout. Second semestre 2016. Nouvelle perte de confiance en moi, petite dégringolade, période d'arrêt de plusieurs semaines. Un nouveau nom à fait son apparition: Tercian. C'est aussi là que j'ai commencé à voir un autre psychiatre (ça fait donc un peu plus d'un an), alors la j'ai fait croire que je prenais les quelques gouttes de Tercian, oui mais pas plus de quelques jours.
Et puis fin 2016: Zyprexa. Parce que le Tercian c'était pas assez chic pour mon psychiatre, tu m'étonnes je l'ai jamais vraiment pris. Mon psychiatre il est très sympathique. Son Zyprexa j''en ai pris 4 jours, je pouvais carrément pas entendre sonner mon réveil le matin tellement que ça m’assommait (10 mg en oro) Pour lui il s'agissait de calmer les angoisses, ouais mais non ça calmait rien. J'en prenais plus...

2017 (oui on arrive à la fin) Ah, j'en ai pas parlé depuis un moment mais cette vue étrange est toujours d'actualité. Les angoisses aussi, forcément. L'un va pas sans l'autre. D'un point de vue professionnel j'ai pu trouver un équilibre mais depuis quelques semaines je suis de nouveau inapte à mon poste. Bon, entre temps, y'a eu une réintégration en clinique psy de jour pour refaire une thérapie, un retour chez mon psychothérapeute. En février j'ai perdu mon grand père maternel, j'ai connu une période très tendue entre le décès, les obsèques etc... Et puis 2 mois après, autre décès dans la famille maternelle, un grand oncle qui était malade.

Les thérapies en clinique et les RDV avec mon psychiatre, ma généraliste et mon psychothérapeute (de confiance) m'ont aidé à passer le cap.
Mais peut être qu'inconsciemment j'ai pas réussi à faire le deuil (pourtant GP avait 87 ans... on s'y attendait depuis des années...)

Juillet 2017, lors d'une séance avec mon psychothérapeute et ben j'ai fait une belle angoisse dites donc ! Du moins une crise assez étrange, mélange d'hypoglycémie et d'angoisse ou un choc car il a involontairement mis le doigt où ça faisait mal. Sur un point sensible de ma personnalité. J'ai commencé à faire des phobies et à me rendre compte qu'en plus de ces problèmes de vue qui auraient, peut être, déclenché ces angoisses, y'a une fragilité au fond de moi et je vais bosser dessus.
Depuis cette séance je l'ai revu une fois, après y'a eu nos congés et vacances respectives... J'ai passé 15 jours en famille ça s'est plutôt bien passé oui, bon, j'étais fatigué psychiquement. Je ne ruminais pas ou alors très raisonnablement et un Xanax 0,25 suffisait à me calmer.

Fin août 2017, j'étais très tendu, nerveux pour une raison que j'ai identifié (ps: je ne fume pas, je ne bois pas d'alcool surtout pas) et je ne dormais que quelques heures par nuits. Après cette période j'étais encore fatigué, j'ai refait de petits pics d'angoisses. Et puis un jour en septembre j'ai eu une énorme phobie, d'un coup en station de métro j'ai cru que j'allais me suicider, ça s'est imposé à mon esprit contre mon gré. Je me suis immédiatement éloigné. J'ai quand même pu prendre le métro, mais ça m'a scié et foutu les boules. Dans le passé j'avais eu des pensées intrusives mais pas avec une pareille angoisse. Depuis j'ai pas osé redescendre en station de métro, j'évite. Depuis, je me suis posé des questions, j'ai trouvé des réponses auprès de ma généraliste, du psychiatre et d'internet sur les phobies d'impulsion. Mais ça ruminait en moi, je me suis mis à me protéger.

Il y'a une semaine, un événement clairement identifié (je ne m'étale pas trop dessus, c'est assez sensible et on sait jamais...) s'est imposé à mon esprit, de plein fouet. Bon, un indice: ça a un lien avec la phobie décrite au dessus. Et la... Je ne pouvais pas fuir ce sujet qui me fout les boules, un sujet qui touche une personne que je ne connaissais pas. J'ai fait un report sur moi, un questionnement, j'ai été paniqué, j'ai fait un retour sur des éléments de ma vie, ça a ouvert un tas de vannes, de choses en moi. J'ai passé des heures au téléphone avec ma mère pour retracer l'enfance et l'adolescence. Harcèlement scolaire en primaire. Mise à l'écart par un maître. Père trop exigeant, rabaissant. Et quelques autres bricoles qui sont ressorties. Que quand j'étais petit je me sentais pas normal, je me sentais fou, pas net, menteur et j'en passe... J'ai dit que oui je vais en parler et travailler dessus, qu'il faut que ça sorte de moi avec mon thérapeute, ma médecin... Que la thérapie doit atteindre un second palier pour que je puisse avancer.
Lundi matin en ateliers thérapeutiques j'ai vidé une partie de mon sac j'ai surtout dit que les ruminations du week end étaient infernales, avec également des pensées intrusives, incontrôlables, sortant de mon inconscient.

Lundi après midi j'étais à bout, pas beaucoup mangé sur les 3 jours précédents... A bout psychiquement, j'en pouvais plus des pensées débordantes. Et ben j'ai dit à ma généraliste que je ne prends plus le Zyprexa depuis 1 mois et demi. Or, je ne l'ai jamais réellement pris plus de 4 jours, donc depuis décembre 2016. Du coup, hé ben hop: Tercian avec accord du psychiatre (qui a fait, au téléphone: ah bah voila il prend plus le Zyprexa ah ah ça s'explique cette série de pensées intrusives blablabla) J'en prends petit peu par petit peu... Déjà les 5 gouttes de lundi soir en revenant de mon RDV chez ma généraliste, ça a mis les pensées sur OFF.
Le truc c'est que j'ai perdu du poids en quelques jours (pendant les 4 jours de rumination..), je suis tendance hypoglycémique même si l’appétit remonte depuis hier. J'ai fait un super gros malaise vagal au travail ce matin, du à quoi? Un peu de tout apparemment. J'ai été rapatrié chez moi puis j'ai mangé, depuis ça va un peu mieux. Puis peut être les effets secondaires du Tercian aussi ? J'en avais pris 5 gouttes 3h avant le malaise. Sans RAS jusque la j'ai même beaucoup pris sur moi pour prendre le bus et aller au travail.
Ah, un truc que j'impute à ce super médicament qui m'arrête quand même pas mal les pensées: je perds la boule, m'en voulez pas si je me suis répété à un moment donné hein

Alors voila... A votre avis, ou selon votre expérience:

-Ce sentiment de vue étrange, vitreuse, avec spasmes oculaires; cette étrangeté qui augmente quand je regarde la lumière de plein fouet (comme la sur mon écran) ou quand je ne mets pas mes lunettes pendant plusieurs heures (avec maux aux yeux) peut il être une cause de cette angoisse ? Ou c'est de la déréalisation (sachant qu'avant j'étais pas trop stressé à part une enfance bon, pas difficile mais pas très marrante non plus)

-Je prends le Tercian de façon "irrégulière" c'est à dire un coup 10 gouttes le soir, 5 le matin, puis si je peux, 5 vers 13h et vers 17h... J'arrive à 25/15 sur 24h depuis lundi. Bien, mal ?!!

-Le fait que ma généraliste et mon psychiatre pensent qu'avant d'aller mal, donc avant à peu près jeudi dernier ou le début du mois de septembre, je prenais du Zyprexa (j'ai dit l'avoir arrêté y'a 1 mois et demi mais j'en ai pas pris depuis décembre !!!) c'est mal ?
Oui... Faudrait que je crache tout le morceau parce que du coup, hé bé ma généraliste mardi, quand je suis passé la revoir vite fait, elle m'a dit que comme je suis dépendant de médicaments genre Zyprexa et Tercian je suis vraiment mais vraiment malade psychiatrique ! Alors pourtant j'ai bien dit que je suis conscient de TOUT, oui de TOUT. C'est pour ça que je souffre, dit elle. (Bon elle était un peu surbookée quand elle m'a reçu mardi midi)

-Et puis vous qui prenez du Tercian en gouttes la, vous remarquez quoi ? Moi je peux pas tellement faire la liste des effets secondaires, j'ai une sinusite en ce moment puis j'ai aussi un petit retard d'apport calorique à rattraper... En tout cas le matin le cœur bat vite et la bouche est sèche, j'arrive à peu près à entendre sonner mon réveil...

En tout cas je vous remercie, surtout ceux qui auront eu le courage de tout lire Je suis ouvert à (presque) toutes les questions

Dernière modification par Alecly 28/09/2017 à 21h05.
Alecly is offline   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.