Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > La médecine, les soignants et les soignés
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

La médecine, les soignants et les soignés Ethique médicale, bonnes ou mauvaises relations entre patients et médecins, coups de coeur ou coups de gueule médicaux, exercice professionnel : c'est ici.

Réponse
 
Outils de la discussion Rechercher uniquement dans cette discussion Modes d'affichage
Vieux 11/03/2014, 15h16   #1
Diana Nogouk
Membre
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 3
Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Bonjour,

Je recherche pour le mémoire de ma plainte qui est conduite en chambre disciplinaire, des témoignages de femmes abusées par leurs médecins qui continuent de travailler en toute impunité. Ça n'est certainement pas en ma faveur, mais je pense que pour mon cas, tout est dit et je veux laisser s'exprimer celles qui n'ont pas été prise au sérieux. En ce qui concerne cette plainte, le conseil de l'ordre des médecins s'y est associé, elle est aussi
déposée en pénal.

Si je souhaite constituer de vos témoignages, c'est parce que je n'ai jamais osé parler jusqu'à récemment , et qu'en lisant les récits de nombreuses femmes sur différents forums sans y être inscrite, j'ai réalisé que trop (voir toute) n'ont pas eu la chance d'aller soit au bout de leurs démarches, soit non pas été réellement entendu. Au final, des détraqués sexuel sont protégés de par leurs fonctions, sans preuves concrètes, des patientes sont en dépression, salit, emmurée dans le silence...

N'hésiter pas à me poser toutes vos questions.
Diana Nogouk is offline   Réponse avec citation
Vieux 13/04/2014, 13h46   #2
maparole94
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 546
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

J'ai été victime d'un psychiatre séducteur en cours de thérapie, et j'ai porté plainte sans succes devant le Conseil de l'ordre en 2010.
Ce psy est toujours en activité.
Avant lui, j'avais rencontré un autre psy également "séducteur" notoire, qui passe pour un "sale type" aupres du CMP de ma ville, et d'un grand hôpital où je suis allée. Celui- là j'ai pu le fuir, sachant que les confidences de nombreuses patientes n'ont toujours pas suffit pas à l'arreter !
Ce psy aussi est aussi en activité, ces 2 psys ont environ 65 ans, et pourraient etre à la retraite.
J'ai écrit un témoignage synthétique de mon histoire, et de l'accueil fait à ma plainte, avec documents juridiques et courriers à l'appui....Mais en France, les psys, c'est tabou !!!!! Silence des institutions et associations contactées...
Traumatisée, j'ai participé à des forums, ceux sur Hazout par exemple, où beaucoup de victimes de soignants se sont manifestées...
Mon contact : sur ce forum.
Merci de me tenir informée, je cherche à aider d'autres victimes de soignants...

Dernière modification par maparole94 09/08/2014 à 02h14.
maparole94 is offline   Réponse avec citation
Vieux 19/04/2014, 16h34   #3
Piera
Membre confirmé
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 338
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par maparole94
G été victime d'un psychiatre séducteur en cours de thérapie, et g porté plainte sans succes devant le Conseil de l'ordre en 2010.
Ce psy est toujours en activité.
Avant lui, j'avais rencontré un autre psy également "séducteur" notoire, qui passe pour un "sale type" aupres du CMP de ma ville, et d'un grand hôpital où je suis allée...celui là j'ai pu le fuir, sachant que les confidences de nombreuses patientes n'ont toujours pas suffit pas à l'arreter !
Ce psy aussi est aussi en activité, ces 2 psys ont environ 65 ans, et pourraient etre à la retraite.
G écrit un témoignage synthétique de mon histoire, et de l'accueil fait à ma plainte, avec documents juridiques et courriers à l'appui....Mais en France, les psys, c tabou !!!!! Silence des institutions et associations contactées...
Traumatisée, g participé à des forums, ceux sur Hazout par exemple, où beaucoup de victimes de soignants se sont manifestées...
Merci de me tenir informée, je cherche à aider d'autres victimes de soignants...


ôtez votre mail et votre numéro de portable. C'est très dangereux pour vous de laisser ainsi vos coordonnées.
Essayez de trouver dans votre région une antenne d" Oser le féminisme" ou autres associations de femmes pour vous soutenir.
Piera is offline   Réponse avec citation
Vieux 21/04/2014, 14h56   #4
maparole94
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 546
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par Piera
ôtez votre mail et votre numéro de portable. C'est très dangereux pour vous de laisser ainsi vos coordonnées.
Essayez de trouver dans votre région une antenne d" Oser le féminisme" ou autres associations de femmes pour vous soutenir.

Merci Petra, mais mon message me semblait clair...

Pour moi, c encore plus dangereux de ne rien faire contre des soignants pervers. J'ai rencontré un psy qui utilisa ce qu'il avait appris de moi pendant 1 an et demi, 2 fois 1 heure par semaine... Ca fait des confidences tres intimes sur un vécu incestueux me concernant, et beaucoup de manipulations psychologiques et physiques en conséquence, venant d'un pervers récidiviste qui joua sur ma confusion et ma dépendance affective... Il s'est beaucoup amusé. Il continue.
Officiellement, ce contexte de soins tres spécifique n'existe pas, et "l'amour oedipien du transfert" comme le disent si bien les psys entre eux...c'est un illustre inconnu pour la justice. Y compris celle du Conseil de l'Ordre.
Il ne faut pas non plus parler de "manipulateur pervers"', c'est pas juridique !
Là, on parle seulement de "relation librement consentie" et c'est la "vie privée" de chacun ! Le Code de déontologie médicale n'évoque jamais la "neutralité" d'un soignant en exercice, et son comportement sexuel en consultation, en France, n'est nulle part réglementé. A l'exception du viol, au sens juridique du terme, plutôt restreint.
"Le reste"....c'est affaire de "consentement", et c'est difficile de prouver l'abus.
Ce qui n'est pas interdit.....n'est pas une faute professionnelle.
Et "séduire" une patiente en cours de traitement n'est nulle part interdit, meme à un psy, j'insiste, il faut le dire, car mieux vaut prévenir que guérir !
Ce n'est pas mon opinion personnelle, c'est un constat juridique, et une information objective qui n'étonne que les patientes, pas les médecins.
Voyez le proces Hazout, il a fallu 30 ans de plaintes et plus de cinquante victimes pour oser parler de ....viol, avec un "abus de confiance et d'autorité" qui semblait difficile à croire.... Voyez les commentaires dubitatifs sur les forums et dans la presse !

Quant aux associations, merci, j'ai déjà donné ! ....Silence, indifférence, incompréhension, ou condescendance avant le proces Hazout, avec des infos insuffisantes.
"Y'a qu'à porter plainte", et si elle échoue, c'est qu'elle n'était pas justifiée !
Rien sur le vide juridique concernant les médecins.... "Y a qu'à" plaider le viol, meme si c'est pas un viol au sens légal ????? De fait, ca n'aide pas, car le traumatisme est autre, et il n'est pas reconnu. Intrusion dans la vie privée, effraction psychique, chantage, manipulation...ca n'existe pas juridiquement !
Apres le proces Hazout, j'ai quand meme contacté une assoc qui s'était s'impliquée... Elle m'a conseillé de porter plainte au pénal pour viol, et d'aller voir un ....psy !!!! Aucune info réaliste sur la législation, et sur le coût financier et psychologique d'une telle plainte qui peut durer 10 ans, échouer, et meme se retourner contre la victime pour.... "médisance" !
Cela mériterait une information, voilà qui est fait.
Je suis actuellement en contact avec des femmes qui ont vécu cela, et j'aimerais pouvoir témoigner ailleurs que sur les forums, ou devant les tribunaux, les psys, et les assoc. qui dénient parfois une réalité qui les dérange. C'est tabou !!!!
Il est vrai qu'il est plus facile de défendre ses illusions et ses croyances que mettre en cause une "autorité" censée nous aider et nous protéger...
C'est tellement plus rassurant ! Et c'est toute une activité professionnelle qui en dépend, puisque la "confiance" du client est en jeu...
Alors oui, je suis lucide, réaliste, et sans concession. Ce qui ne m'empeche pas de rester modérée dans mes jugements, puisque je n'ai jamais exclu la bonne volonté de tous, celle des assoc., des soignants, et des victimes enfin unis dans un combat solidaire que j'espere encore.
Merci pour vos suggestions....

Dernière modification par maparole94 21/04/2014 à 15h22.
maparole94 is offline   Réponse avec citation
Vieux 10/05/2014, 23h27   #5
sonia64
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2009
Messages: 59
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par maparole94
Merci Petra, mais mon message me semblait clair...

Pour moi, c encore plus dangereux de ne rien faire contre des soignants pervers. J'ai rencontré un psy qui utilisa ce qu'il avait appris de moi pendant 1 an et demi, 2 fois 1 heure par semaine... Ca fait des confidences tres intimes sur un vécu incestueux me concernant, et beaucoup de manipulations psychologiques et physiques en conséquence, venant d'un pervers récidiviste qui joua sur ma confusion et ma dépendance affective... Il s'est beaucoup amusé. Il continue.
Officiellement, ce contexte de soins tres spécifique n'existe pas, et "l'amour oedipien du transfert" comme le disent si bien les psys entre eux...c'est un illustre inconnu pour la justice. Y compris celle du Conseil de l'Ordre.
Il ne faut pas non plus parler de "manipulateur pervers"', c'est pas juridique !
Là, on parle seulement de "relation librement consentie" et c'est la "vie privée" de chacun ! Le Code de déontologie médicale n'évoque jamais la "neutralité" d'un soignant en exercice, et son comportement sexuel en consultation, en France, n'est nulle part réglementé. A l'exception du viol, au sens juridique du terme, plutôt restreint.
"Le reste"....c'est affaire de "consentement", et c'est difficile de prouver l'abus.
Ce qui n'est pas interdit.....n'est pas une faute professionnelle.
Et "séduire" une patiente en cours de traitement n'est nulle part interdit, meme à un psy, j'insiste, il faut le dire, car mieux vaut prévenir que guérir !
Ce n'est pas mon opinion personnelle, c'est un constat juridique, et une information objective qui n'étonne que les patientes, pas les médecins.
Voyez le proces Hazout, il a fallu 30 ans de plaintes et plus de cinquante victimes pour oser parler de ....viol, avec un "abus de confiance et d'autorité" qui semblait difficile à croire.... Voyez les commentaires dubitatifs sur les forums et dans la presse !

Quant aux associations, merci, j'ai déjà donné ! ....Silence, indifférence, incompréhension, ou condescendance avant le proces Hazout, avec des infos insuffisantes.
"Y'a qu'à porter plainte", et si elle échoue, c'est qu'elle n'était pas justifiée !
Rien sur le vide juridique concernant les médecins.... "Y a qu'à" plaider le viol, meme si c'est pas un viol au sens légal ????? De fait, ca n'aide pas, car le traumatisme est autre, et il n'est pas reconnu. Intrusion dans la vie privée, effraction psychique, chantage, manipulation...ca n'existe pas juridiquement !
Apres le proces Hazout, j'ai quand meme contacté une assoc qui s'était s'impliquée... Elle m'a conseillé de porter plainte au pénal pour viol, et d'aller voir un ....psy !!!! Aucune info réaliste sur la législation, et sur le coût financier et psychologique d'une telle plainte qui peut durer 10 ans, échouer, et meme se retourner contre la victime pour.... "médisance" !
Cela mériterait une information, voilà qui est fait.
Je suis actuellement en contact avec des femmes qui ont vécu cela, et j'aimerais pouvoir témoigner ailleurs que sur les forums, ou devant les tribunaux, les psys, et les assoc. qui dénient parfois une réalité qui les dérange. C'est tabou !!!!
Il est vrai qu'il est plus facile de défendre ses illusions et ses croyances que mettre en cause une "autorité" censée nous aider et nous protéger...
C'est tellement plus rassurant ! Et c'est toute une activité professionnelle qui en dépend, puisque la "confiance" du client est en jeu...
Alors oui, je suis lucide, réaliste, et sans concession. Ce qui ne m'empeche pas de rester modérée dans mes jugements, puisque je n'ai jamais exclu la bonne volonté de tous, celle des assoc., des soignants, et des victimes enfin unis dans un combat solidaire que j'espere encore.
Merci pour vos suggestions....
Moi il vient d être interdit d exercer la médecine pendant 1 ans c est interdit d avoir des relations sexuelles dans le cadre thérapeutique .
sonia64 is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/05/2014, 11h55   #6
maparole94
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 546
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par sonia64
Moi il vient d être interdit d exercer la médecine pendant 1 ans c est interdit d avoir des relations sexuelles dans le cadre thérapeutique .
Qui "il", quel genre de médecin ??????? Dans quelles circonstances ????
Qui ne sont sans doute pas celles de mon histoire et de beaucoup d'autres dans mon cas. (Seul le viol, au sens légal, est interdit par la déontologie, et c'est tout)
Car alors comment expliquez-vous les plaintes laissées sans suite pendant de nombreuses années concernant les nombreuses victimes du gynécologue Hazout (Proces récent, en février, tres médiatisé....)
Et si "c'est interdit d'avoir des relations sexuelles dans le cadre thérapeutique", pouvez-vous me dire dans quel texte qui a une valeur juridique ????????
Il est vraisemblable que vous avez eu un bon avocat, ou un agresseur repentant,
Ou une histoire particuliere. Mais comme vous n'en dites rien, vous avez "raison"....pour votre expérience personnelle que personne ne connait.
Et puisque tout est bien qui finit bien.....que va faire votre agresseur dans un aan ? Il regrette sincérement et il ne recommencera plus ????? Ou il ne se fera plus prendre par la justice, et comme rien ne lui interdit de "séduire" ses patientes (c'est pas du viol !), il recommencera à jouer avec elles ??????
Vous seule savez de qui et de quoi vous parlez, et il me semble que nous ne témoignons pas de la meme chose....Mais au fond peu importe.....
Et tant mieux pour vous.
maparole94 is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/05/2014, 13h27   #7
sonia64
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2009
Messages: 59
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par maparole94
Qui "il", quel genre de médecin ??????? Dans quelles circonstances ????
Qui ne sont sans doute pas celles de mon histoire et de beaucoup d'autres dans mon cas. (Seul le viol, au sens légal, est interdit par la déontologie, et c'est tout)
Car alors comment expliquez-vous les plaintes laissées sans suite pendant de nombreuses années concernant les nombreuses victimes du gynécologue Hazout (Proces récent, en février, tres médiatisé....)
Et si "c'est interdit d'avoir des relations sexuelles dans le cadre thérapeutique", pouvez-vous me dire dans quel texte qui a une valeur juridique ????????
Il est vraisemblable que vous avez eu un bon avocat, ou un agresseur repentant,
Ou une histoire particuliere. Mais comme vous n'en dites rien, vous avez "raison"....pour votre expérience personnelle que personne ne connait.
Et puisque tout est bien qui finit bien.....que va faire votre agresseur dans un aan ? Il regrette sincérement et il ne recommencera plus ????? Ou il ne se fera plus prendre par la justice, et comme rien ne lui interdit de "séduire" ses patientes (c'est pas du viol !), il recommencera à jouer avec elles ??????
Vous seule savez de qui et de quoi vous parlez, et il me semble que nous ne témoignons pas de la meme chose....Mais au fond peu importe.....
Et tant mieux pour vous.
JE PEUX VOUS REPONDRE PAR MESSAGE PRIVÉE , POUR MA PART C EST UN PSYCHIATRE OUI DANS UN AN JE SAIS QU IL RECOMMENCERA MAIS MOI J AURAIS TRANSMIS MA PLAINTE ET C EST CEUX QUI LE LAISSERONS CONTINUER QUI SERONT COMPLICE , MOI JE ME SUIS BATTUE MAIS AVEC L AIDE DU COLLECTIVE FEMINISTE CONTRE LE VIOL L APPEL EST ANONYME JE VOUS LAISSE LE NUMÉRO 0800059595 COURAGE JE VOUS CROIS
AMITIÉS SONIA
sonia64 is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/05/2014, 17h13   #8
Motssurmaux
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 17
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par sonia64
Moi il vient d être interdit d exercer la médecine pendant 1 ans c est interdit d avoir des relations sexuelles dans le cadre thérapeutique .
. Bonjour Sonia, je suis hyper surprise........ Pouvez-vous me dire par qui il a été condamné au pénal ou par La Chambre disciplinaire c'est important pour moi car j'ai porté plainte contre un professionnel de santé ??????????? J'espēre que vous me répondrez.
Motssurmaux is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/05/2014, 17h46   #9
sonia64
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2009
Messages: 59
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par Motssurmaux
. Bonjour Sonia, je suis hyper surprise........ Pouvez-vous me dire par qui il a été condamné au pénal ou par La Chambre disciplinaire c'est important pour moi car j'ai porté plainte contre un professionnel de santé ??????????? J'espēre que vous me répondrez.
Non lieu pour le pénal condamné par la chambre disciplinaire depuis le procès hazout les choses ont changé.
sonia64 is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/05/2014, 17h53   #10
Motssurmaux
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 17
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par sonia64
Non lieu pour le pénal condamné par la chambre disciplinaire depuis le procès hazout les choses ont changé.
. Merci de me répondre Sonia. Est-ce la chambre disciplinaire régionale ou nationale ?????? Et quel à été ton parcours ????
Motssurmaux is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/05/2014, 20h33   #11
sonia64
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2009
Messages: 59
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par Motssurmaux
. Merci de me répondre Sonia. Est-ce la chambre disciplinaire régionale ou nationale ?????? Et quel à été ton parcours ????


régionale je peux répondre par message privé ou par téléphone
sonia64 is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/05/2014, 21h02   #12
Motssurmaux
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 17
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par sonia64
régionale je peux répondre par message privé ou par téléphone
. Merci Sonia, ouïe je veux bien un message privé et si tu veux tu peux m'en dire un peu plus........
Motssurmaux is offline   Réponse avec citation
Vieux 12/05/2014, 00h58   #13
maparole94
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 546
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par sonia64
JE PEUX VOUS REPONDRE PAR MESSAGE PRIVÉE , POUR MA PART C EST UN PSYCHIATRE OUI DANS UN AN JE SAIS QU IL RECOMMENCERA MAIS MOI J AURAIS TRANSMIS MA PLAINTE ET C EST CEUX QUI LE LAISSERONS CONTINUER QUI SERONT COMPLICE , MOI JE ME SUIS BATTUE MAIS AVEC L AIDE DU COLLECTIVE FEMINISTE CONTRE LE VIOL L APPEL EST ANONYME JE VOUS LAISSE LE NUMÉRO 0800059595 COURAGE JE VOUS CROIS
AMITIÉS SONIA
Oui, j'aimerais bien un message privé de votre part, pour plus d'information.
G porté plainte comme vous contre un psychiatre. Qui était un pervers narcissique récidiviste, assez malin pour refuser le paiement de la séance où il transgressa "le cadre thérapeutique" et analytique. Plainte irrecevable....vie privée du Docteur !!!!!
...Je suis curieuse de savoir ce qui a déclenché la condamnation de votre agresseur par le Conseil de l' Ordre. Pour plusieurs raisons, moi g déclaré que ce n'était pas un viol, mais un abus de confiance, d'autorité, avec intrusion dans ma vie privée, mensonges, manipulations avérées, et détournement du transfert analytique à des fins sexuelles, mais aucune de ces accusations ne fut prise en compte.
En clair : mépris et incompréhension à mon égard, et du "cher confrere" pour le psy, sans la moindre remontrance à son égard.
...Quant au CFCV que g contacté apres le proces Hazout, c le viol qui les interessait sinon rien, du genre " Mais y'a-t-il eu pénétration lors de la transgression ?" Non, pas ce jour-là. Mais oui la séance suivante, sur le lieu de travail, à la meme heure que d'habitude....sauf que là il me dit qu'il n'était plus mon psy mais un "ami". Et j'en avais besoin. D'un psy ou d'un ami, peu m'importait, j'allais trop mal. Bref, c'est tout le probleme juridique du "consentement" dans un contexte de soins qui n'interdit rien, mais favorise la confiance, la dépendance, et la soumission liée à un certain dénuement.... psychique. A ce moment-là, comment sortir de la confusion, et de la dépression. G donc revécu l'inceste de mon enfance dont je parlais pour m'en sortir...... Honte à ce psy !!!!!!!!
Le CFCV a lourdement insisté pour que je parle de viol en portant plainte au pénal (mais sur quel fondement juridique étant donnée la définition actuelle du viol ????), pour que je ne parle pas d'un pervers mental mais d'un "agresseur", et surtout....il fallait que j'aille voir un psy formé au traumatisme !
Sauf que j'en avais rencontré un avant, et g fini par lui écrire 5 pages pour lui expliquer pourquoi son silence et son grand tableau abstrait où était écrit en gros caracteres "Et d'ailleurs je m'en fous"..... m'avaient littéralement achevée !!!!!! Comprenne qui pourra, je n'ai aucune confiance dans les psys ni dans les associations, meme le CFCV n' a pas eu l'air de comprendre de quoi je parlais !
Merci pour votre réponse.
maparole94 is offline   Réponse avec citation
Vieux 13/05/2014, 13h40   #14
maparole94
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 546
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.ffeccpnit mair

Inscrite depuis avril, je découvre progressivement certaines discussions dans la rubrique "relation soignants/soignés", et celle intitulée "Viol sous emprise" raconte votre histoire de décembre 2010 jusqu'en mai 2014.... 6 pages, "Sonia64", c'est bien vous ?
Cela ressemble à mon histoire avec mon psy, telle que je l'ai déjà racontée. Je suis deja intervenue sur le theme "La psychanalyse et l'inceste" et "Dois-je porter plainte, j'ai des doutes"....mais là...."Viol sous emprise", je n'avais pas pensé à cette expression, mais oui, le viol sous emprise commis par un psy, j'adhere.
Il est évident qu'à l'époque je vous aurais entierement soutenue.

Il est tout aussi évident que....c'est le comportement d'une patiente qui est toujours jugé, c'est son "consentement" qui est mis en avant, et meme son plaisir sexuel !!!!!!
Et merci qui ?????.... Merci Docteur !!!!! Et la faute à qui ?????... A nous !!!!!!!!!!
La capacité masochiste des femmes à la culpabilisation, ou à une remise en cause exclusivement personnelle, est toujours autant encouragée, y compris dans les forums. Et bien sûr, la bonne conscience citoyenne des autres l'encourage à porter plainte "malgré tout", car c'est sa faute bien sûr, mais sait-on jamais.....si c'est vrai ce qu'elle dit, faut pas qu'elle soit égoiste, faut qu'elle pense aux autres !!!!!
Euh......et la "conscience professionnelle" des médecins "solidaires" du confrere, ou du Conseil de l'Ordre....pourquoi c'est pas mis en cause ?????????
Bref, qui doit faire tout le boulot d'une prise de conscience collective et personnelle, en affrontant tous les emmerds qui vont avec, et en s'en prenant plein la gueule des tabous, préjugés, dénis de réalité, et informations approximatives plutôt étonnantes à l'époque d'Internet....La patiente ! Mais faut s'étonner de rien, et ne pas poser de question...Y'a les réponses habituelles, celles que personne ne remet en cause. Et haro sur la victime, ou sur la plaignante, qui fait jamais ce qu'il faut !
Rien n'est demandé au transgresseur !!!!! Aucune question à une communauté médicale pourtant supposée connaître la législation la concernant et les procédures qu'elle recommande aux patientes. Aucune remise en cause non plus du corporatisme spécifique au milieu médical francais.

Alors quelle est cette société hypocrite qui me demande depuis l'enfance où je fus victime d'inceste "d'aller voir un psy" pour ne pas etre dérangée par mes cris de souffrance, pour ne pas "en" parler, pour que je fasse correctement mon petit boulot de femme, de mere, de travailleuse qui n'est pas une assistée sociale ??????
La meme société hypocrite me demande de me taire...ou de porter plainte apres abus du psy, peu importe, les conseilleurs ne sont pas les payeurs, et ca n'empeche pas le lecon de morale au tournant...
Et personne ne remarque la contradiction ?????????

Car enfin, tout ca c'est le probleme de qui ????? Qui pose réellement probleme à la collectivité ???? Les victimes ????? Ou plutôt, à l'évidence les médecins-abuseurs-récidivistes-violeurs, qui à l'instar des parents-abuseurs-violeurs ne sont pas inquiétés par la société ?? (L'inceste n'est toujours pas inscrit au Code pénal et le Code de déontologie médicale francais est trop imprécis)
Alors moi, moi je, moi qui dérange, je pense que les "conseilleurs" hommes ou femmes qui restent sur les préjugés ordinaires sont en fait tres cohérents.... dans le registre phallocrate, ou dans l'hypocrisie générale sur des sujets particulierement tabous en France !!!!
Car voilà, par exemple, un beau "raisonnement" qui ne choque personne :
....Une femme qui casse la gueule à son agresseur (c'est un fantasme, pas un vécu personnel, hélas....) ou plutôt, pour rester politiquement correcte, une femme qui demande réparation symbolique à la justice en faisant part de sa souffrance.....eh bien c'est pareil, vlà l "hystérique qui crie vengeance", celle qui devrait s'épancher chez les psys ou sur les forums pour relativiser son vécu !!!!!! Vous en connaissez beaucoup d'hommes qui réfléchissent autant avant d'agir ????? Qui canalisent autant leur violence par la parole ????
Et voilà comment la "Loi" s'applique aux femmes.....culpabilisante, paralysante !
....Alors qu'un homme "violé", on dira qu'il réagit comme il se doit, avec ses poings, avec ses tripes, ou bien en "demandant justice" en ouvrant sa grande gueule dans une plainte forcément "légitime" aux yeux de tous....Ah, la saine "colere" d'un homme agressé, ah cette belle relation civilisée à la loi qu'il incarne, et qui "justifie" d'avance sa procédure, sans qu'il se fasse traiter d'hystérique !
Ben quoi, faut savoir se défendre dans la vie, ma p´tite dame !!!!!!! Oui, enfin, moi, pas vous.... Chez vous les femmes, c'est passif, sentimental, faible, soumis, masochiste. Et votre plaisir est identique au notre, déclenché par le joli film porno qui se joue dans la tete des hommes !
La preuve...elles jouissent ! (Parfois). Et qui dit ca ? Et meme si c'est vrai, quel rapport avec la violence d'une relation imposée ?????

Car oui, c'est important, revenons au fameux "plaisir sexuel", Sonia 64, celui qui vous fut reproché, comme à tant d'autres femmes violées, leur "consentement par le corps" .... A defaut de celui du coeur ????? Quand il y a "la mort dans l'ame" ? Le réflexe physiologique ? La confusion ? Ou la sidération dans un rapport de force inégalitaire, surtout dans un contexte de soins ?
Quel argument détestable pour stigmatiser "l'hystérie et la culpabilité "d'une patiente... "consentante"....parce que sans défense physique et psychique ?
Ben quoi, c'est le rôle des psys de faire tomber vos défenses, et de vous mettre à nu psychiquement, et de provoquer votre fameux "transfert" amoureux, et surtout surtout surtout de ne jamais en profiter, car ca aussi c'est écrit partout, non ???????
C'est ca la Loi, celle du "cadre éthique" d'une analyse, qui vous met en confiance ! Sauf que c'est jamais dit publiquement devant la justice, la vraie, celle devant laquelle on porte plainte par la suite. Et que disent alors à la justice les chers confréres psys et médecins ????
Rien...... Rien à déclarer....c'est le probleme des patientes trop crédules !

Ceci dit, sur ce forum, et sans le faire expres, j'ai un peu cassé le ressort de la culpabilisation sexuelle... puisqu'en tant que victime d'inceste, je n'ai jamais eu de plaisir, pas de corps, pas de sexe, pas de désir physique depuis l'enfance, alors justement j'en parlais avec mon psy avec désolation (j'avais alors 50 ans.....)
Mais quelle perverse je suis !!!!!!!
C'est ma faute....puisque je l'ai l'excité par ma parole sur le viol de mon enfance. (C'est ce qu'il m'a dit pour toute explication, mais pas devant le Conseil de l'Ordre, faut pas réver !)
Alors c'est pas du viol puisque j'ai rien ressenti, sinon la peur d'etre une nouvelle fois trahie et abandonnée, et d'ailleurs....il a payé de sa personne pour me "soigner", m'utilisant une nouvelle fois comme objet sexuel dédié à son seul plaisir, à son seul besoin sexuel, dans une optique narcissique et perverse, mélangeant confiance, affection....et désir de soins de ma part !!!!!!
Et moi, je culpabilise...Meme pas cap de voir un nouveau psy pour m'auto-flageller ! Meme pas cap de reconnaitre le bien-fondé d'une analyse transférentielle effectuée sans aucun contrôle en France.
Et meme pas cap de m'excucuser de tout cela comme il se doit...devant tous !

Par contre...oui, ca va mieux en le disant !
Et re-oui, j'accepte de passer pour "perverse" ou "hystérique", dans une optique perverse et hypocrite où la "rééducation pour mon bien" passe par une "pédagogie noire", irresponsable à l'égard des femmes (Certains reconnaitront Alice Miller...).
Allez encore un effort, à ce rythme-là dans 50 ans....ce sera toujours la meme histoire racontée sur les forums.....mais ca dérange qui, sinon les victimes et les personnes sensibles qui vont sur ces forums ????
Et y'avait qu'à.....Et y'avait qu'à pas....ben "y'a qu'à" soutenir publiquement ce genre de revendication féministe, humaniste, et néanmoins....lucide.

C'est vrai, soyons un peu optimiste pour finir !
...."Y à qu'à porter plainte", et hop, un an d'interdiction pour le psy ?????
Mais si j'ai bien compris....Echec au pénal...et la procédure disciplinaire n'est pas finie, car le psy, il peut encore "faire appel", non ???????
Bravo pour la démarche citoyenne, et l'action solitaire... Pas solidaire.
Car une procédure peut aussi peut aussi aggraver la dépression d'une victime, et "Motssurmaux" en sait quelque chose, mais peu importe, puisqu'on a les félicitations du jury en prime, celui qui ne condamne pas l'agresseur parce que c'est pas le sujet, ou parceque y-a-pas-de-loi pour ca !
Le "Viol sous emprise"', c'est éloquent, mais difficile d'impliquer un médecin avec une extension de la notion de viol créée précisément pour lutter contre les sectes et les charlatans non-médecins ! A ne pas confondre avec les médecins-charlatans...qui eux continuent à exercer en toute impunité.

Alors justement....il faudrait replacer la notion de viol et de consentement dans le contexte spécifique des soins, et dans une relation par nature inégalitaire. Où la pratique analytique est source de confusion pour les patientes, avec un cadre déontologique qui ne les protege pas suffisament.
Voilà où j'en suis Sonia64..... Pas si optimiste que ca.
Et sûrement pas dans une introspection individuelle qui exclut la réalité extérieure.
C'est un probleme qui n'est pas seulement le mien..... Alors avis à une collectivité citoyenne et responsable, qui commence sur ce forum.
La Justice...c'est l'affaire de tous.
Et la protection des patientes aussi, de meme que l'évolution des mentalités.
Et donc si on évoluait en commencant par mettre en cause l'avis des psys, des médecins, et de tous ceux qui ne veulent pas etre dérangés ?????
C'est du moins mon avis...

Dernière modification par maparole94 13/05/2014 à 23h17.
maparole94 is offline   Réponse avec citation
Vieux 14/05/2014, 11h25   #15
Motssurmaux
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 17
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Bonjour,

Ce n’est pas toujours facile de venir sur un forum. Il y a encore quelque temps peut-être que j’aurais réagis comme certaines ou certains car l’emprise je ne savais pas vraiment ce que c’était. Je ne savais pas non plus que je l’avais vécue pendant mon enfance. Mais ce n’est pas de celle-ci que je veux parler mais de celle d’un professionnel de santé. Je suis atteinte depuis ma petite enfance d’une malformation dorsale, j’ai dû être plâtrée pendant des années et ensuite porter des corsets. Ce n’était pas toujours facile mais c’était pour mon bien. Dans ma vie d’adulte il me faut faire des séances de rééducation en permanence et ensuite j’ai subi des interventions des cervicales donc encore plus de kinésithérapie. Tout se passait bien, jamais de soucis particuliers avec ces professionnels de santé. Puis j’ai déménagé et pour éviter la fatigue j’ai pris un soignant près de mon domicile. Au début cet homme ne parlait pas du tout, j’étais mal à l’aise mais je me disais tout simplement qu’il était ainsi et que c’était son droit. Ce n’est qu’au bout de quelques mois qu’il commencé à converser, les premières fois en rapport avec mon téléphone portable, car il avait sonné, oui j’avais oublié de l’éteindre. Il a été assez désagréable et j’étais comme figée devant sa réaction, je me suis excusée mille fois…….. Puis ensuite il m’en parlait mais en se moquant « gentiment » et il a entendu le téléphone vibrer de temps en temps alors il me disait que j’étais très demandée……………………….

Puis sont venus des regards parfois insistants, je rougissais et ma timidité faisait que j’étais très mal à l’aise, il en plaisantait.
Puis sont venus des compliments sur mes tenues vestimentaires, oui c’était « agréable » mais dérangeant.
Bien sûr que j’étais sensible mais à cette période mon frère était très malade et mes soucis étaient bien ailleurs.

Puis il y a eu des caresses non non rien de sexuel, j’ai envie de dire des massages plus prononcés……. Il faut savoir que j’étais en sous-vêtements et allongée sur le ventre pourquoi je précise cela parce que l’on ne réagit pas de la même manière que si l’on est habillé et debout face à l’autre………
Puis un jour il s’est mise à me tutoyer, il avait ce droit sans doute parce qu’il ne cessait de répéter que lui ne pouvait me soigner et que jamais je ne retrouvais quelqu’un d’autre qui prendrait soin de moi. Et je le croyais…………………………………. Je pensais que je ne pouvais plus changer de thérapeute, il avait réussi son emprise, mais je ne le savais pas encore.
Mon frère est décédé …………………. Nous étions très proches et j’ai été extrêmement perturbée et mal.

Puis un jour Pendant la séance il m’a embrassée sur la joue, je le méritais comme il disait. Vous ne savez pas plus comment « réagir ». J’ai lu certains commentaires par rapport à ce qui était écrit et c’est là que l’on comprend que certains ne savent pas ce que l’emprise entraine. Pourtant c’est important de comprendre.

Bien sûr vous vous doutez de la suite il y ait parvenu aussi, un jour j’étais sur la table il s’est mis complètement nu et il a fait ce qu’il avait à faire………………………….J’étais figée, terrorisée, bien évidement ce n’est pas compris pas certains mais maintenant ça n’a plus d’importance pour moi.
Avant de parvenir à ses fins il aura mis deux années à me mettre dans ses filets, à tisser sa toile pour que je reste « accrocher ».

Et pendant une année oui vous avez bien lu, une année où il fera de moi tout ce qu’il a envie, entre me dire que je suis « la femme de sa vie » et le lendemain je n’étais qu’une « salope »

Et puis tout ceci sur le compte de la sécurité sociale puisqu’il me demandait ma carte vitale et un chèque !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !!!!!!!!!
Je n’irai pas plus dans les détails sur le forum parce que les détails n’ont plus « d’importance » à ce stade-là. Je dirais juste qu’il est allé très loin et que je restais figée, tétanisée, mon cerveau n’avait plus cette possibilité d’analyser et de réagir.

Un jour il m’a mis dehors, j’ai été très mal, j’ai failli en perdre la vie mais peu importe………. J’étais comme droguée, dépendante. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Petit à petit avec un psy j’ai pris conscience de l’emprise et de l’abus de pouvoir de ce professionnel de santé. Mais vraiment c’était l’enfer je prenais conscience de ce « viol sous emprise » mais je n’arrivais pas à l’intégrer…..


Au bout de quelques mois ce thérapeute est revenu à la charge, SMS, coups de fil, des va et vient sur mon lieu de travail, demande de me revoir, il m’aimait, je lui manquais, etc., etc………….
Je ne répondais pas, mais au bout d’une année et de son insistance, j’ai répondu et je suis allée à son cabinet, il voulait me soigner à nouveau car personne ne pouvait me soigner comme lui……. D’ailleurs je ne pouvais plus faire confiance à aucun thérapeute, je restais dans mon lit ou dans le canapé, j’étais devenue une loque, et ça lui plaisait. Sauf que cette fois-là quand il a osé après m’avoir fait son cinéma il a osé le mot « baiser » je me suis enfuie et j’ai couru jusqu’à ne plus pouvoir respirer et là je me suis retrouvée dans un endroit que je ne savais même pas ce que j’y faisais……….

Deux mois après je porterais plainte, nous sommes en décembre 2011.

J’espère que vous ne m’en voudrez pas d’avoir été aussi longue, je vous remercie de m’avoir lue.
N’hésitez pas si vous aussi vous avez été dans cette malheureuse situation à me répondre, ou encore à réagir face à ces comportements de professionnels de santé et surtout vos démarches car elles sont importantes.

Merci.


Je vous expliquerais les miennes car c’est si difficile d’être entendu, et si long, à se demander si ce n’est pas volontaire de la part des conseils de l’ordre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Motssurmaux is offline   Réponse avec citation
Vieux 20/05/2014, 21h35   #16
sweety53
Membre
 
Date d'inscription: mai 2014
Messages: 2
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par Motssurmaux
Bonjour,

Ce n’est pas toujours facile de venir sur un forum. Il y a encore quelque temps peut-être que j’aurais réagis comme certaines ou certains car l’emprise je ne savais pas vraiment ce que c’était. Je ne savais pas non plus que je l’avais vécue pendant mon enfance. Mais ce n’est pas de celle-ci que je veux parler mais de celle d’un professionnel de santé. Je suis atteinte depuis ma petite enfance d’une malformation dorsale, j’ai dû être plâtrée pendant des années et ensuite porter des corsets. Ce n’était pas toujours facile mais c’était pour mon bien. Dans ma vie d’adulte il me faut faire des séances de rééducation en permanence et ensuite j’ai subi des interventions des cervicales donc encore plus de kinésithérapie. Tout se passait bien, jamais de soucis particuliers avec ces professionnels de santé. Puis j’ai déménagé et pour éviter la fatigue j’ai pris un soignant près de mon domicile. Au début cet homme ne parlait pas du tout, j’étais mal à l’aise mais je me disais tout simplement qu’il était ainsi et que c’était son droit. Ce n’est qu’au bout de quelques mois qu’il commencé à converser, les premières fois en rapport avec mon téléphone portable, car il avait sonné, oui j’avais oublié de l’éteindre. Il a été assez désagréable et j’étais comme figée devant sa réaction, je me suis excusée mille fois…….. Puis ensuite il m’en parlait mais en se moquant « gentiment » et il a entendu le téléphone vibrer de temps en temps alors il me disait que j’étais très demandée……………………….

Puis sont venus des regards parfois insistants, je rougissais et ma timidité faisait que j’étais très mal à l’aise, il en plaisantait.
Puis sont venus des compliments sur mes tenues vestimentaires, oui c’était « agréable » mais dérangeant.
Bien sûr que j’étais sensible mais à cette période mon frère était très malade et mes soucis étaient bien ailleurs.

Puis il y a eu des caresses non non rien de sexuel, j’ai envie de dire des massages plus prononcés……. Il faut savoir que j’étais en sous-vêtements et allongée sur le ventre pourquoi je précise cela parce que l’on ne réagit pas de la même manière que si l’on est habillé et debout face à l’autre………
Puis un jour il s’est mise à me tutoyer, il avait ce droit sans doute parce qu’il ne cessait de répéter que lui ne pouvait me soigner et que jamais je ne retrouvais quelqu’un d’autre qui prendrait soin de moi. Et je le croyais…………………………………. Je pensais que je ne pouvais plus changer de thérapeute, il avait réussi son emprise, mais je ne le savais pas encore.
Mon frère est décédé …………………. Nous étions très proches et j’ai été extrêmement perturbée et mal.

Puis un jour Pendant la séance il m’a embrassée sur la joue, je le méritais comme il disait. Vous ne savez pas plus comment « réagir ». J’ai lu certains commentaires par rapport à ce qui était écrit et c’est là que l’on comprend que certains ne savent pas ce que l’emprise entraine. Pourtant c’est important de comprendre.

Bien sûr vous vous doutez de la suite il y ait parvenu aussi, un jour j’étais sur la table il s’est mis complètement nu et il a fait ce qu’il avait à faire………………………….J’étais figée, terrorisée, bien évidement ce n’est pas compris pas certains mais maintenant ça n’a plus d’importance pour moi.
Avant de parvenir à ses fins il aura mis deux années à me mettre dans ses filets, à tisser sa toile pour que je reste « accrocher ».

Et pendant une année oui vous avez bien lu, une année où il fera de moi tout ce qu’il a envie, entre me dire que je suis « la femme de sa vie » et le lendemain je n’étais qu’une « salope »

Et puis tout ceci sur le compte de la sécurité sociale puisqu’il me demandait ma carte vitale et un chèque !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !!!!!!!!!
Je n’irai pas plus dans les détails sur le forum parce que les détails n’ont plus « d’importance » à ce stade-là. Je dirais juste qu’il est allé très loin et que je restais figée, tétanisée, mon cerveau n’avait plus cette possibilité d’analyser et de réagir.

Un jour il m’a mis dehors, j’ai été très mal, j’ai failli en perdre la vie mais peu importe………. J’étais comme droguée, dépendante. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Petit à petit avec un psy j’ai pris conscience de l’emprise et de l’abus de pouvoir de ce professionnel de santé. Mais vraiment c’était l’enfer je prenais conscience de ce « viol sous emprise » mais je n’arrivais pas à l’intégrer…..


Au bout de quelques mois ce thérapeute est revenu à la charge, SMS, coups de fil, des va et vient sur mon lieu de travail, demande de me revoir, il m’aimait, je lui manquais, etc., etc………….
Je ne répondais pas, mais au bout d’une année et de son insistance, j’ai répondu et je suis allée à son cabinet, il voulait me soigner à nouveau car personne ne pouvait me soigner comme lui……. D’ailleurs je ne pouvais plus faire confiance à aucun thérapeute, je restais dans mon lit ou dans le canapé, j’étais devenue une loque, et ça lui plaisait. Sauf que cette fois-là quand il a osé après m’avoir fait son cinéma il a osé le mot « baiser » je me suis enfuie et j’ai couru jusqu’à ne plus pouvoir respirer et là je me suis retrouvée dans un endroit que je ne savais même pas ce que j’y faisais……….

Deux mois après je porterais plainte, nous sommes en décembre 2011.

J’espère que vous ne m’en voudrez pas d’avoir été aussi longue, je vous remercie de m’avoir lue.
N’hésitez pas si vous aussi vous avez été dans cette malheureuse situation à me répondre, ou encore à réagir face à ces comportements de professionnels de santé et surtout vos démarches car elles sont importantes.

Merci.


Je vous expliquerais les miennes car c’est si difficile d’être entendu, et si long, à se demander si ce n’est pas volontaire de la part des conseils de l’ordre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Motssurmaux, je vous ai envoyé un message en MP
sweety53 is offline   Réponse avec citation
Vieux 21/05/2014, 08h54   #17
sonia64
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2009
Messages: 59
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par sweety53
Motssurmaux, je vous ai envoyé un message en MP
Vous en êtes ou de la plainte vous l avez déposée au Pénal et en ordinal ?
Votre histoire fait écho en moi !!!!!
C est à chaque fois le même mode opératoire par ces médecins qui abusent des patientes fragiles qui viennent chercher de l aide et ayants souvent vécues l inceste dans leurs enfances comme si c 'est cela qui les fait jouir dans leurs perversions .

J en ai la nausée……….
sonia64 is offline   Réponse avec citation
Vieux 21/05/2014, 17h47   #18
maparole94
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 546
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.vr

Citation:
Posté par sonia64
Vous en êtes ou de la plainte vous l avez déposée au Pénal et en ordinal ?
Votre histoire fait écho en moi !!!!!
C est à chaque fois le même mode opératoire par ces médecins qui abusent des patientes fragiles qui viennent chercher de l aide et ayants souvent vécues l inceste dans leurs enfances comme si c 'est cela qui les fait jouir dans leurs perversions .

J en ai la nausée……….

Je ne sais pas si vous vous adressez à Sweetie, Motssurmaux..ou à moi-meme "Maparole", victime d'inceste dans l'enfance, puis d'abus sexuel par un psychiatre contre lequel ma plainte a échoué.
Je ne vous raconte donc pas quelle fut ma plainte, comment j'en ai été détruite une seconde fois, combien de fois j'ai témoigné par la suite devant des médecins ou des associations qui ne m'ont jamais répondue...combien de psys hommes ou femmes m'ont traité avec mépris et condescendance, et comment j'ai survécu à un cancer du sein qui a débuté à ce moment-là, avec une chimiothérapie l'année derniere qui m' a permis de lire et de réflechir pour conclure ainsi ma "plainte " : PLUS JAMAIS CA !!!!
...Honte au psy transgresseur, honte au milieu médical francais qui laisse faire, honte à ceux qui méprisent les victimes, et les agressent...
Ce n'est pas mon cas. Mais si ma parole vous dérange, n'en tenez pas compte.

J'ai besoin d'une petite mise au point me concernant...
Pour certaines personnes, je suis trop "agressive"....je n'encourage pas, je dénonce...je ne soulage pas ceux qui souffrent...je ne respecte pas leur histoire... je démolis les croyances et les illusions des uns et des autres, et je ne dis pas ce que tout le monde dit, sachant que ce que je dis dérange.
J'affirme au lieu de dire "à mon avis" , et j'insiste sur une "information" qui différe d'une "opinion" par le fait que l'information est vérifiable et ne dépend pas de celui qui parle...
Enfin bref, je heurte le consensus général sur le theme "'Portez plainte, ca vous fera du bien". Et je heurte aussi la sensibilité de certaines victimes...
Alors, pardonnez-moi !
Mais je tiens à dire qu'une plainte ca peut faire beaucoup de mal !j

Il me semble aussi nécessaire d'insister sur le fait que je ne "m'attaque" pas à des victimes qui me sont cheres, puisque j'en suis une. Je voudrais seulement les aider à gérer une procédure longue et humiliante, qu'elle qu'en soit l'issue !
Bien sûr, comme tout le monde, je préfererais "croire" qu' une plainte va aboutir !!!!!!
Mais si la plainte échoue....il me semble utile de rappeler que ce n'est pas la sincérité des victimes qui est en cause, c'est l'absence de textes pour soutenir leur plainte !!!!!!
Alors mon "agressivité" (?) s'adresse exclusivement au systeme médical francais qui ne protege pas suffisament les patientes en consultation, ni les analysées sur le divan, ni les plaignantes devant la justice... tout en laissant "croire" le contraire !
Je "m'attaque" donc clairement à des autorités responsables que j'interpelle (je prefere ce mot) ...parce qu'elles "encouragent " les victimes à porter plainte....sans les informer de ce qui les attend, sans les soutenir durant leur plainte, et sans leur expliquer au final que CE N'EST PAS LEUR FAUTE si elles sont victimes d'abus, et si leur plainte échoue !!!!
"Brebis galeuses" d'un systeme médical qui émimine les plaignantes plutot que les agresseurs...voici encore le genre de commentaire que l'on entend apres-coup, venant de la psy d'une association féministe, et de la psy à l'hôpital des cancéreux : "Mais si votre plainte a échouée...c'est qu'elle n'était pas justifiée !"

Et voici ce qui devrait etre dit pour respecter les victimes :
...Si beaucoup de plaintes échouent, c'est parce qu'elles ne sont pas juridiquement fondées sur des textes de loi. Qui en France sont insuffisants.
...C'est aussi parce que devant la justice, les médecins qui connaissent les agissements d'un confrere, et qui connaissent aussi le "cadre éthique" d'une analyse.... n'en parlent pas. C'EST TABOU !

Il ne s'agit pas de me "croire" sur parole, mais de réfléchir autrement à partir de quelques "informations" accessibles à tous... Si c'est cette vérité qui "agresse" et desespere, je n'en suis qu'un porte-parole, plutot bienveillant.
Mieux vaut prévenir que guérir...et si aujourd'hui j'ai le mauvais rôle, demain il y aura peut-etre un autre débat, qui prendra enfin en compte la dure réalité d'une procédure pour viol ou abus sexuel.
Car apres l'échec d'une plainte...qui s'inquiete de la victime, qui la soutient ?
Où sont ceux qui ont donné à la legere un "conseil d'ami" parfois tres destructeur ?

A contre-courant des idées recues et des parti-pris actuels, ceux des médecins mal informés (!), ou encore ceux des associations qui défendent une "cause" à coup de statistiques....et parfois sur ce forum, écho désespéré d'une victime qui a cru bien faire...moi, j'insiste sur les conséquences parfois dramatiques d'une procédure.
Ce qui ne m'empeche pas de penser aux plaintes qui aboutissent...et à d'autres actions possibles qui décourageraient le transgresseur sans affaiblir la victime !
(A suivre....)

Dernière modification par maparole94 21/05/2014 à 18h37.
maparole94 is offline   Réponse avec citation
Vieux 21/10/2014, 17h13   #19
CARTATOUCHETRA
Membre
 
Date d'inscription: octobre 2014
Messages: 2
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Bonjour,

Je viens de prendre connaissance de cette discussion pour le moins animée mais qui me concerne directement puisqu'aujourd'hui, je suis à peine sortie d'un enfer qui a été dur et long pour moi, mais aussi pour mes proches.

J'ai été suivie par un médecin généraliste pour dépression et 6 mois après, mon état avait empiré. Ce médecin pendant ces 6 mois n'avait fait que chercher à me séduire en me flattant et en se mettant en scène pour bien me montrer son bon côté protecteur.

Tant et si bien que dans mon état de burnout, malgré le traitement de citalopram, ce médecin a abusé de son pouvoir pour obtenir de moi des relations sexuelles dans son cabinet à plusieurs reprises et ce, malgré le code de déontologie médical puisqu'il est arrivé à plusieurs reprises que des patients attendent en salle d'attente.

Et sans compter aussi le fait que j'ai failli mettre fin à mes jours (c'était en mars 2014) à cause de ce médecin qui me manipulait comme bon lui semblait et m'avait rendue addicte à sa personne.

Je cherche aussi de l'aide pour finaliser un courrier que je veux adresser au Conseil National de l'Ordre des Médecins de mon département.

A bientot
CARTATOUCHETRA is offline   Réponse avec citation
Vieux 21/10/2014, 17h47   #20
sweety53
Membre
 
Date d'inscription: mai 2014
Messages: 2
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par CARTATOUCHETRA
Bonjour,

Je viens de prendre connaissance de cette discussion pour le moins animée mais qui me concerne directement puisqu'aujourd'hui, je suis à peine sortie d'un enfer qui a été dur et long pour moi, mais aussi pour mes proches.

J'ai été suivie par un médecin généraliste pour dépression et 6 mois après, mon état avait empiré. Ce médecin pendant ces 6 mois n'avait fait que chercher à me séduire en me flattant et en se mettant en scène pour bien me montrer son bon côté protecteur.

Tant et si bien que dans mon état de burnout, malgré le traitement de citalopram, ce médecin a abusé de son pouvoir pour obtenir de moi des relations sexuelles dans son cabinet à plusieurs reprises et ce, malgré le code de déontologie médical puisqu'il est arrivé à plusieurs reprises que des patients attendent en salle d'attente.

Et sans compter aussi le fait que j'ai failli mettre fin à mes jours (c'était en mars 2014) à cause de ce médecin qui me manipulait comme bon lui semblait et m'avait rendue addicte à sa personne.

Je cherche aussi de l'aide pour finaliser un courrier que je veux adresser au Conseil National de l'Ordre des Médecins de mon département.

A bientot

Il y a 25 ans, j'ai subi comme vous, la séduction, le "passage à l'acte" sexuel de la part de mon psychiatre. J'étais suivie pour dépression, j'étais très jeune et très isolée. Je n'ai pas su partir à temps, c'est lui qui m'a "ejectée " quand pour lui, la relation sans doute ne le satisfaisait plus, et surtout, parcequ'il commençait le même sénario avec une autre patiente.
L'ordre des médecins n'a rien fait pour nous. Nous étions 3 victimes, nous avions des preuves de nos dires.
L'Ordre des Médecins?? Attention, vous risquez de vous en prendre plein la figure. Je ne crois pas qu'ils aient bcp évolué.
Bon courage, soyez bien entourée!!
sweety53 is offline   Réponse avec citation
Vieux 22/10/2014, 13h11   #21
CARTATOUCHETRA
Membre
 
Date d'inscription: octobre 2014
Messages: 2
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Bonjour et merci de votre réponse. Je sais parfaitement que je ne suis pas la seule à avoir vécu ce que j'ai vécu. C'est terrible ! Mais c'est pourtant la réalité.

De plus, l'histoire de motssurmaux relate parfaitement la mienne à peu de choses près, puisque moi, c'est un médecin généraliste, mais les méthodes et les pratiques sont les mêmes.

La société dans laquelle nous vivons, celle-là même qui nous renvoie notre image de bourreau et non de victime, puisqu'il n'existe pas de loi sur ce TYPE de problème étant donné que ce n'est pas un viol, nous ne serons jamais prises en considération, ni même écoutées et encore moins soutenues.

Ces individus, des pervers narcissiques auront tout le temps devant eux et la tranquillité de faire tous les dégâts qu'ils veulent. Le pouvoir est leur allié et ils en usent et en abusent.

Et si des lois n'existent pas pour protéger les femmes de ces individus, c'est aussi parce que certains se trouvent bien placés dans les hautes sphères comme des avocats, des hommes politiques, etc... pour faire en sorte que cela ne se fasse jamais. C'est un combat de longue haleine, de petites gouttes d'eau en petites gouttes d'eau, à long terme, peut-être qu'il y aura une mer.

Une avocate semblait s'intéresser à la chose, mais je n'ai pas réussi à la joindre. Mes appels sont restés lettres mortes !

Mais l'injustice demeure. Même la psychiatre qui m'a permis de m'en sortir en partie aujourd'hui, m'a raconté des choses abominables sur ce genre de professionnels de la santé qui vont jusqu'à abuser de leur jeunes patientes et les traumatiser. Mais, c'est normal !

Il parait que nous sommes dans un pays démocratique et républicain, mais où les femmes ne sont pas respectées comme il se devrait. Et pour le XXIe siècle, ce n'est pas sérieux d'être encore à ce stade de rétrograde !

Quand j'ai parlé de mon histoire à ma gynéco, elle était horrifiée. Elle n'a pas compris que des individus qui sont des professionnels de la santé qui doivent correspondre à une certaine éthique par respect à leur profession et aux personnes qu'ils soignent ne puissent pas être inquiétés. Pour elle, le conseil national de l'ordre des médecins devrait sanctionner en appliquant une mise à pied d'un certain temps après que les faits de la plaignante aient été avérés. Et s'il y a beaucoup trop de plaignantes, il devrait sanctionner en rayant l'individu de l'ordre des médecins uniquement pour protéger les autres femmes qui sont plus fragiles que les autres. Oui, il y a aussi un terrain "vulnérabilité" très accentué chez ces femmes qui se font prendre au piège. Elles n'en sont pas responsables ! Mais ce n'est pas seulement les femmes qu'il protégera en faisant cela, ce sont des familles aussi !

Des monstres comme cela, il y en a partout. Mais il n'y a pas de filtres dans les professions de santé.

Même si des histoires similaires ont fait la une des journaux par moment, il n'en demeure pas moins que la justice à un magnifique flou sur ce genre de problème. Rappelez-vous l'affaire du gynécologue spécialiste en stérilité qui a été condamné après qu'il ait fait x victimes et au moins 25 ans d'exercice.
Il y a eu une autre affaire dont je ne me souviens plus trop. Et le pauvre maire d'un petit village qui a été retrouvé mort et émasculé par le mari d'une de ces concitoyennes dont il avait abusé. Je ne dis pas qu'il faille faire justice soi-même, non ! Mais certains actes ont une origine forcément et que cette origine si elle avait été prise en compte par la justice, ce mari n'aurait jamais fait justice lui-même !

Dans les librairies et sur le Net, vous avez aussi X ouvrages qui vous parlent des Pervers Narcissiques : comment faire pour ne pas tomber dans le piège, comment les reconnaitre, et pour quelles raisons sont-ils ainsi... Mais cela ne suffit pas !

Aujourd'hui, il nous faut juste croiser les doigts en se disant : "j'espère que je ne tomberai pas sur un pervers narcissique".

Nous ne pouvons pas compter sur la Société pour nous protéger, ne serait-ce qu'un peu, contre ces êtres malsains.

Ils nous faut nous protéger nous-même ! Créons une association aussi et comme cela, il sera peut-être possible d'avoir un peu de poids pour peser dans la balance des décisions.

Faisons signer aussi une pétition. C'est chose courante sur le Net. Il existe des sites spécialisés pour faire signer des pétitions.

Il nous faut nous bouger ! Et toutes les idées seront les bienvenues.

Stop à l'injustice et à ces viols silencieux !

Les maris et les compagnons aussi de ces femmes devraient réagir ! Leur famille aussi.

Et pour finir, moi aussi j'ai été victime dans mon enfance d'attouchements sexuels de la part d'un infirmier et d'un pédophile. Et oui ! Pas de chance, je les ai croisé sur ma route. C'est ballot ! Sans compter le sentiment d'abandon qui me ronge depuis toutes ces années...

Je vous souhaite une bonne journée et je m'excuse de mes élucubrations. Je reconnais que je me suis un peu enflammée mais aujourd'hui, c'est difficile de ne pas réagir face à l'injustice...
CARTATOUCHETRA is offline   Réponse avec citation
Vieux 07/11/2014, 22h47   #22
maparole94
Membre
 
Date d'inscription: avril 2014
Messages: 546
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par CARTATOUCHETRA
Bonjour et merci de votre réponse. Je sais parfaitement que je ne suis pas la seule à avoir vécu ce que j'ai vécu. C'est terrible ! Mais c'est pourtant la réalité.

De plus, l'histoire de motssurmaux relate parfaitement la mienne à peu de choses près, puisque moi, c'est un médecin généraliste, mais les méthodes et les pratiques sont les mêmes.

La société dans laquelle nous vivons, celle-là même qui nous renvoie notre image de bourreau et non de victime, puisqu'il n'existe pas de loi sur ce TYPE de problème étant donné que ce n'est pas un viol, nous ne serons jamais prises en considération, ni même écoutées et encore moins soutenues.

Ces individus, des pervers narcissiques auront tout le temps devant eux et la tranquillité de faire tous les dégâts qu'ils veulent. Le pouvoir est leur allié et ils en usent et en abusent.

Et si des lois n'existent pas pour protéger les femmes de ces individus, c'est aussi parce que certains se trouvent bien placés dans les hautes sphères comme des avocats, des hommes politiques, etc... pour faire en sorte que cela ne se fasse jamais. C'est un combat de longue haleine, de petites gouttes d'eau en petites gouttes d'eau, à long terme, peut-être qu'il y aura une mer.

Une avocate semblait s'intéresser à la chose, mais je n'ai pas réussi à la joindre. Mes appels sont restés lettres mortes !

Mais l'injustice demeure. Même la psychiatre qui m'a permis de m'en sortir en partie aujourd'hui, m'a raconté des choses abominables sur ce genre de professionnels de la santé qui vont jusqu'à abuser de leur jeunes patientes et les traumatiser. Mais, c'est normal !

Il parait que nous sommes dans un pays démocratique et républicain, mais où les femmes ne sont pas respectées comme il se devrait. Et pour le XXIe siècle, ce n'est pas sérieux d'être encore à ce stade de rétrograde !

Quand j'ai parlé de mon histoire à ma gynéco, elle était horrifiée. Elle n'a pas compris que des individus qui sont des professionnels de la santé qui doivent correspondre à une certaine éthique par respect à leur profession et aux personnes qu'ils soignent ne puissent pas être inquiétés. Pour elle, le conseil national de l'ordre des médecins devrait sanctionner en appliquant une mise à pied d'un certain temps après que les faits de la plaignante aient été avérés. Et s'il y a beaucoup trop de plaignantes, il devrait sanctionner en rayant l'individu de l'ordre des médecins uniquement pour protéger les autres femmes qui sont plus fragiles que les autres. Oui, il y a aussi un terrain "vulnérabilité" très accentué chez ces femmes qui se font prendre au piège. Elles n'en sont pas responsables ! Mais ce n'est pas seulement les femmes qu'il protégera en faisant cela, ce sont des familles aussi !

Des monstres comme cela, il y en a partout. Mais il n'y a pas de filtres dans les professions de santé.

Même si des histoires similaires ont fait la une des journaux par moment, il n'en demeure pas moins que la justice à un magnifique flou sur ce genre de problème. Rappelez-vous l'affaire du gynécologue spécialiste en stérilité qui a été condamné après qu'il ait fait x victimes et au moins 25 ans d'exercice.
Il y a eu une autre affaire dont je ne me souviens plus trop. Et le pauvre maire d'un petit village qui a été retrouvé mort et émasculé par le mari d'une de ces concitoyennes dont il avait abusé. Je ne dis pas qu'il faille faire justice soi-même, non ! Mais certains actes ont une origine forcément et que cette origine si elle avait été prise en compte par la justice, ce mari n'aurait jamais fait justice lui-même !

Dans les librairies et sur le Net, vous avez aussi X ouvrages qui vous parlent des Pervers Narcissiques : comment faire pour ne pas tomber dans le piège, comment les reconnaitre, et pour quelles raisons sont-ils ainsi... Mais cela ne suffit pas !

Aujourd'hui, il nous faut juste croiser les doigts en se disant : "j'espère que je ne tomberai pas sur un pervers narcissique".

Nous ne pouvons pas compter sur la Société pour nous protéger, ne serait-ce qu'un peu, contre ces êtres malsains.

Ils nous faut nous protéger nous-même ! Créons une association aussi et comme cela, il sera peut-être possible d'avoir un peu de poids pour peser dans la balance des décisions.

Faisons signer aussi une pétition. C'est chose courante sur le Net. Il existe des sites spécialisés pour faire signer des pétitions.

Il nous faut nous bouger ! Et toutes les idées seront les bienvenues.

Stop à l'injustice et à ces viols silencieux !

Les maris et les compagnons aussi de ces femmes devraient réagir ! Leur famille aussi.

Et pour finir, moi aussi j'ai été victime dans mon enfance d'attouchements sexuels de la part d'un infirmier et d'un pédophile. Et oui ! Pas de chance, je les ai croisé sur ma route. C'est ballot ! Sans compter le sentiment d'abandon qui me ronge depuis toutes ces années...

Je vous souhaite une bonne journée et je m'excuse de mes élucubrations. Je reconnais que je me suis un peu enflammée mais aujourd'hui, c'est difficile de ne pas réagir face à l'injustice...

Bonjour !

Tout d'abord merci à vous pour cette magnifique analyse à laquelle j'adhére totalement, et en plus elle me réchauffe le coeur !
Oui aux associations, aux pétitions, et autres réflexions et actions réalistes "face à l'injustice", comme vous dites. C'est cela qui avait motivé mon témoignage initial sur ce fil et sur ce forum...que je viens de quitter pour trop de contestations à ce sujet, et trop peu de solidarité à mon avis.
Alors si vous envisagez une "dynamique de groupe" sur ce forum, comme c'était mon cas initialement, une femme avertie en vaut deux, et peut-etre vous sentirez-vous un peu moins seule apres ce que j'en dis
Je cherche actuellement un autre cadre d'action et d'expression que ce forum...dont je repars toujours aussi motivée contre l'injustice, et c'est cela qui compte à mes yeux.
"Tout travail n'est jamais inutile. Si vous n'avez pas obtenu les résultats attendus, ne vous dites pas que vos efforts n'ont servi à rien, mais pensez plutôt à ce que ces efforts vous ont appris sur vous et sur les autres. La sagesse, c'est aussi savoir rester positif".
Citation de mon calendrier zen...


Ceci dit, il est clair que je déconseille moi-aussi de porter plainte pour viol, au Pénal comme devant le Conseil de l'Ordre !
C'est effectivement une "Omerta professionnelle", en France, concernant les abus sexuels des soignants, et elle laisse effectivement peu de chances aux plaignantes.
Cette réflexion réaliste accentue le traumatisme subi, mais elle peut aussi éviter une grosse galere psychique, physique...et financiere (voir les autres fils de cette rubrique, comme "Dépôt de plainte au Conseil de l'Ordre" sur cette page, ou encore "Viol sous emprise", "Victime de son médecin", ou Dois-je porter plainte, doutes", page 2 de cette rubrique...)
Il y a peut-etre une autre maniere de porter plainte... en n'insistant pas sur le viol, mais sur la rupture de la "continuité des soins" qui est souvent en jeu dans une relation personnelle avec un soignant (rupture des soins effective, ou chantage sur les soins...) De fait, le soignant rompt son engagement professionnel !
La menace ou la séduction ne sont PAS professionnelles, concernant des soins ainsi remis en cause. Et la "continuité des soins" est une OBLIGATION LÉGALE inscrite dans le code de la Santé publique.
Ce n'est pas le cas pour l'interdiction de "séduire une patiente en consultation", nulle part inscrite, qui est une simple "recommandation" déontologique sans valeur légale devant la justice...(Faudrait arreter de parler du "Serment d'Hippocrate", remplacé depuis longtemps par le "Serment Médical", sans valeur juridique comme beaucoup d'autres codes "déontologiques" à simple valeur incitative !). Reste alors à prouver le viol du "soignant"... sans que la loi francaise tienne compte des circonstances particulieres d'une consultation médicale, où le dénuement physique et psychique ainsi que la confiance dans le "Docteur" est totale !
Je connais un avocat parfaitement au courant de la situation, qui a obtenu gain de cause (mais moi je l'ai connu trop tard !), en évitant certains pieges d'une loi injuste pour beaucoup de femmes victimes de viols de soignants (et aussi de viols en général !).


Quant à exprimer ce sentiment de viol et d'injustice sur ce forum-santé...
Je l'ai fait moi-aussi afin de réagir à titre individuel et collectif, me sentant bien seule "face à l'injustice" comme vous dites (surtout qu'elle répétait pour moi-aussi celle d'une enfance où je fus victime d'inceste, sans que ma parole soit entendue).
Un drôle de hasard fait que je suis intervenue pour la premiere fois sur ce forum que je ne connaissais pas pour me manifester sur ce fil "Abusée...besoin de témoignages" (merci Sweetie pour l'information !).
Cet appel à témoins fut laissé sans suite, et ce sera sans doute aussi le cas de ce post, qui sera peut-etre ma derniere intervention sur ce forum. Et la boucle est bouclée !
Mais cela en valait la peine : reste toujours l'espoir de trouver davantage de soutien et de compréhension, et de gouttes d'eau en petits ruisseaux, vous par exemple avec votre réflexion, vous apportez de l'eau à mon moulin personnel.
Et vous me donnez la force de continuer à me battre !
J'espere que nous pourrons un jour faire quelque chose ensemble, ainsi qu'avec d'autres volontaires (je salue Motssurmaux au passage...) pour faire tourner le monde autrement ?
Remettre en marche "la roue de la vie" chez ceux qui souffrent, relancer le moteur d'une pensée qui tourne à vide chez les plus désespérés, donner une parole d'espoir et une preuve d'intéret en agissant positivement (meme avec idéalisme !), voilà des objectifs concrets, modestes, et cependant difficiles à mettre en oeuvre dans ce monde qui me semble sans compassion pour certaines victimes.


Ici comme dans la vie ordinaire, j'ai fait le tour des réactions habituelles !
Réactions plutôt "réactionnaires" et conservatrices de l'ordre établi, concernant des victimes qui dérangent les croyances, les habitudes, et certaines autorités institutionnelles et "intellectuelles", qui préferent entretenir les illusions de ceux qui leur font aveuglément confiance...
Il y a aussi la "bonne conscience" accusatrice et moralisatrice de ceux qui préférent ne rien savoir (et là, je pense à certaines personnes en particulier !), et aussi l'égoisme tranquille de ceux qui savent, mais qui préférent ne pas en parler pour garder leur bonne image sans se facher avec personne...ce qui fait beaucoup de raisons pour que le dialogue tourne court !
Quant à espérer de la "collectivité" un minimum de solidarité....
Sur ce forum, dans cette rubrique, il y a d'autres fils où sont intervenues d'autres victimes qui ont porté plainte, comme je l'ai fait moi-aussi.
Mais sur beaucoup de ces fils, et aussi dans la rubrique "Discussions psys", ce fut souvent le silence pour toute réponse, avec parfois des insultes, ou alors des réponses-standards, qui insistent sur la "subjectivité" de chaque histoire, ainsi que sur les bienfaits de "voir un psy" et de "porter plainte" en général...pour aller mieux, et aussi pour "l'honneur de la profession" et par "solidarité entre femmes".
Et rien d'autre à signaler ? Rien de plus sur des témoignages quasi-identiques quant à la difficulté d'une plainte pour abus sexuel d'un soignant, le plus souvent vouée à l'échec ? Rien sur l'absence de protection des patientes en France, et aussi sur l'accueil inadapté d'une plaignante par des médecins et des "féministes" souvent peu au courant de la situation ?

Il s'agit toujours, bien sûr, de défendre les valeurs traditionnelles, "les bons professionnels de la santé" (les psys en ce qui me concerne), et aussi "la société en général", qui n'y est bien sûr pour rien dans un dysfonctionnement du systeme médical francais, qui bien sûr ne fait l'objet d'aucun dysfonctionnement particulier...(tel est du moins le raisonnement auquel je me suis heurtée).
C'est donc la subjectivité d'un professionnel pervers récidiviste qui sera effectivement laissée à l'appréciation "subjective" d'une patiente... qui joue sa vie à la roulette russe, entre ses peurs à surmonter et sa nécessaire confiance dans le bon Docteur qui va la sauver (et oui, il y a en conséquence des suicides et des vies brisées !)
Car "mon psy" pervers narcissique...et récidiviste notoire.... continue à exercer malgré ma plainte, c'est ca la réalité. Et il faut nous débrouiller seules avec ca, oui ! Des "monstres", comme vous dites...et une réalité "invisible" et dangereuse. Car oui, les soignants "pervers" cachent bien leur jeu !
Pour la société, ou bien il n'y a "rien à voir" (c'est la "subjectivité" d'une victime !), ou bien il n'y a "rien à faire" (c'est l'avis de beaucoup de professionnels de la santé !)...et il faudrait accepter l'hypocrite (et rassurant !) bla-bla habituel comme si de rien n'était ?
Car bien sûr, comme aucune "plainte" n'est reliée aux autres, et comme les analyses qui en découlent ne sont pas reconnues, il ne semble pas y avoir de "probleme collectif" ni d'"injustice à répétition", dans une société qui ne semble pas non plus "phallocrate"...
Et personne ne semble connaître des affaires pourtant relayées par la presse : en février 2014 par exemple, une cinquantaine de viols durant trente ans fut reprochée au célébre gynécologue Hazout, avec beaucoup de plaintes et de signalements durant tout ce temps laissés sans suite par le Conseil de l'Ordre !
http://m.leplus.nouvelobs.com/contri...t-patient.html
http://www.unof.org/+Petits-arrangem...-amis-au+.html
D'autres "liens Internet" tres explicites évoquent aussi l'injustice à répétition, comme les statistiques du "Livre noir des violences sexuelles" de la psychiatre Muriel Salmona, ou des articles sur "l'Omerta professionnelle des soignants francais", par exemple.
Tout comme les blogs, les forums, et les fils où il existe des témoignages semblables au votre, au mien, et à ceux des intervenantes de ce fil, qui ne sont pas non plus pris en compte dans des avis qui stigmatisent toujours... la "subjectivité" et "l'individualité" d'un seul témoignage....comme si la seule anomalie était la colere d'une plaignante abusée par un soignant, qui dénonce l'injustice du traitement de sa plainte, et de sa personne.
Chaque "cas" paraît rare et exceptionnel...alors pourquoi aborder ce genre de problemes quand il y en a tellement d'autres qui forcent au respect et à l'attention ?
Moi je sais pourquoi j'ai essayé d'attirer l'attention, et d'autres que moi le savent également...
Car ce ne sont PAS des "élucubrations"... enflammées, comme vous dites, ni un simple délire personnel, sauf pour ceux qui dénient la réalité, en tolérant mal certains sujets (trop) sensibles.
Surtout pour les victimes !

J'insiste une derniere fois sur des "liens Internet" communiqués à cinq ou six reprises sur des fils différents...car ces liens "invisibles" qui ne me semblent pas avoir été lus en disent long sur les mentalités !
Exemple :
http://www.humanite.fr/tribunes/muri...xuelles-548298. ("Le livre noir des violences sexuelles" de la psychiatre Muriel Salmona, paru en 2013)
http://www.psyvig.com/default_page.p...u=1046&page=34 (Omerta sur les abus sexuels des psys).
Autre lien non encore communiqué (comme beaucoup d'autres possibles !) :
http://femmesdumonde.blog.lemonde.fr...ous-influence/ (Omerta sur les abus sexuels des soignants en général, avec quelques commentaires interessants là-dessus).
Et oui, Internet donne beaucoup de renseignements...objectifs, à ceux qui en cherchent !


Et si l'exorcisme de "mon probleme personnel" a quand meme bien fonctionné sur ce forum grace à la liberté de parole, c'est tres dur d'entendre toujours les memes critiques, qui semblent toujours fonctionner selon les memes idées recues, les pré-jugés et les "croyances" qui excluent des informations et des expériences différentes.
Ce qui autorise un "déni massif de la réalité" (citation de Muriel Salmona !) par la majorité des gens.
...Réalité qui dépasse pourtant un simple ressenti personnel et individuel, en touchant un tres grand nombre de personnes. Qui peuvent etre détruites par cette réalité-là, ou condamnées au silence toute leur vie.
Car "l'Omerta", c'est aussi le tabou...et pourquoi y aurait-il tabou et Omerta s'il n'y avait que peu de cas d'abus, des cas rares, suffisamment individualisés, "subjectifs" et exceptionnels pour etre remarqués et jugés au grand jour...bref, l'exception qui confirme la regle de respect d'une patiente ?
Mais le principe, en France, c'est plutôt d'étouffer de (trop) nombreuses plaintes.....c'est pour cela qu'il y a une Omerta !
La vérité est ailleurs, mais pas sur une autre planéte, puiqu'elle circule déjà entre les victimes et les personnes clairvoyantes qui désirent prendre leurs responsabilités, ici et maintenant.
Alors pourquoi ne pas se regrouper, effectivement ?


Votre témoignage m'a donné envie de réagir, de victime à victime !
En incluant les "sympathisants" éventuels...
L'analyse critique d'une société "phallocrate", qui ne respecte pas suffisamment les femmes, a été faite par exemple sur un autre fil, avec le beau texte d'une intervenante dans le meme esprit que le votre (mais ce texte fut bien sûr tres contesté).
Je m'investis aujourd'hui dans ce post parce que vous faites ce constat collectif d'une injustice...sociale, qui laisse seule la victime d'une agression sexuelle par un soignant. En l'isolant et en la culpabilisant pour ses propos et son comportement.
Je répéte que je me sentirais plus à l'aise dans un espace de réflexion autre que celui-ci, et donc j'accepte aussi un échange par "message privé". Je reviendrai sur ce fil de temps en temps, surtout le week-end...
Je suis partie d'une réflexion comme la vôtre sur ce forum, et il me semble avoir donné beaucoup de détails et d'informations sur une "pensée critique" qui me semble mal comprise, toujours jugée trop personnelle, trop agressive, injustifiée, voire insensée ("dire n'importe quoi"..."ne rien comprendre" aux psys, à la justice, à la société, etc...), ce qui discrédite cette critique en la rendant peu crédible.
Ici comme ailleurs, la plainte de certaines victimes ne semble pas légitime, et elle n'est pas validée par la communauté.
Quel que soit le style, le vécu, et l'expression de chacun, il est dommage que le fond du sujet suscite davantage d'hostilité que de compassion.
Sans beaucoup de curiosité ni de compréhension, parfois meme venant des proches...
Attention tabou...mise à l'écart de "pestiférées" boucs émissaires qu'il est préférable de faire taire !





Une communication publique me semble donc nécessaire et pertinente. Mais sous quelle forme, et dans quel cadre ?
Je cherche un cadre sans jugement réducteur qui minimise le probleme par la culpabilisation des victimes plutôt que par la dénonciation des violeurs. Ce qui ajoute au traumatisme des plaignantes sans autoriser aucune évolution individuelle... ou collective !
Ne pas négliger non plus certains "conflits d'intérets" avec certains professionnels de la santé qui défendent évidemment leur business.
Alors si un tel cadre de réflexion n'existe pas encore...pourquoi ne pas créer un "blog" là-dessus ?
Qui montrerait la nécessité d'une association spécifique pour informer, et aussi pour défendre et aider les patientes qui ont été abusées ?
Ce blog ouvrirait de fait sur Internet un "groupe de parole"...où la bienveillance et la tolérance à l'égard des victimes d'abus de soignants me semblent indispensables.





Bonne chance, et bon courage à vous dans tous les cas.
Bonne réflexion individuelle ou collective à venir, et surtout n'oubliez pas que vous n'etes pas seule dans votre expérience et votre réflexion !
Peut-etre à bientôt, ici ou ailleurs ?
Bonne semaine.
Tres chaleureusement.
__________________
Mieux vaut être belle et rebelle que moche et remoche

Dernière modification par maparole94 14/11/2014 à 14h01.
maparole94 is offline   Réponse avec citation
Vieux 02/12/2014, 20h15   #23
doc94
Dinosaure
 
Avatar de doc94
 
Date d'inscription: novembre 2014
Localisation: 94
Messages: 612
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par Diana Nogouk
Bonjour,

Je recherche pour le mémoire de ma plainte qui est conduite en chambre disciplinaire, des témoignages de femmes abusées par leurs médecins qui continuent de travailler en toute impunité. Ça n'est certainement pas en ma faveur, mais je pense que pour mon cas, tout est dit et je veux laisser s'exprimer celles qui n'ont pas été prise au sérieux. En ce qui concerne cette plainte, le conseil de l'ordre des médecins s'y est associé, elle est aussi
déposée en pénal.

Si je souhaite constituer de vos témoignages, c'est parce que je n'ai jamais osé parler jusqu'à récemment , et qu'en lisant les récits de nombreuses femmes sur différents forums sans y être inscrite, j'ai réalisé que trop (voir toute) n'ont pas eu la chance d'aller soit au bout de leurs démarches, soit non pas été réellement entendu. Au final, des détraqués sexuel sont protégés de par leurs fonctions, sans preuves concrètes, des patientes sont en dépression, salit, emmurée dans le silence...

N'hésiter pas à me poser toutes vos questions.



Cette histoire prouve une chose : les psy ont du temps à perde !
doc94 is online now   Réponse avec citation
Vieux 02/12/2014, 22h32   #24
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 13 861
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par doc94
Cette histoire prouve une chose : les psy ont du temps à perde !

Que voulez-vous dire par là ?
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 04/12/2014, 12h43   #25
doc94
Dinosaure
 
Avatar de doc94
 
Date d'inscription: novembre 2014
Localisation: 94
Messages: 612
Re : Abusée pendant des années par un médecin, besoin de témoignages.

Citation:
Posté par d_dupagne
Que voulez-vous dire par là ?

Tout simplement qu'un psy, comme tout autre Médecin, a peut être à consacrer son temps à autre chose qu'à faire le joli cœur avec ses patientes !
doc94 is online now   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion Rechercher uniquement dans cette discussion
Rechercher uniquement dans cette discussion:

Recherche avancée
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Navigation rapide





Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h36.


Le forum Atoute utilise le script de forums VBulletin
Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.