Forum Médical

Attention : cette plate-forme de forum est en lecture seule. Pour participer aux discussions, rendez vous sur la nouvelle plate-forme
Page d'accueil du site
NANMEO !

"De quoi puis-je souffrir???"

Envoyer ce sujet à un(e) ami(e)
Format d'impression
Mettre en signet (membres seulement)
 
Précédente | Suivante 
Accueil Général des Forums
Forum : Santé Psy (Protected)
Message d'origine

MadMax2005 (4 messages) Envoyer message email à: MadMax2005 Envoyer message privé à: MadMax2005 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-01-05, 08:19  (GMT)
"De quoi puis-je souffrir???"
J'ai décidé d'aller consulter un psychiatre depuis ma récente séparation avec mon épouse. En effet, comme je l'expliquais precedemment, je traverse depuis 2 ans une péride difficile qui s'est terminée par un adultère et donc une rupture de la vie conjugale. J'ai préparé une liste des problèmes que je me connais. Cette liste à été dure à écrire car il n'est pas simple de se remettre en question. La voici donc en "copier-coller" :

Différents traits de ma personnalité. Mes difficultés dans la vie.

• J’ai l’impression de gâcher la vie de ma famille (et la mienne) à cause de ma personnalité faite de hauts et de bas
• Il faut toujours que j’aie des projets, qu’ils soient constructifs ou futiles. Je ne peux jamais être en paix ou me reposer.
• J’ai besoin de reconnaissance professionnelle, pas sous forme de salaire, mais plutôt sous forme de compliments.
• Je peux travailler beaucoup, sans compter mes heures, au détriment des miens.
• J’ai besoin de beaucoup de compagnie, mais j’aime aussi les moments de solitude. Par contre, dès que ce moment de solitude arrive, je me sens vite seul.
• Je parle souvent trop, trop vite, et surtout sans réfléchir à la portée de mes paroles.
• J’ai souvent besoin d’étaler ma vie par rapports aux autres, comme s’il fallait qu’ils comprennent mon environnement afin de m’apprécier ou de comprendre mes réactions.
• J’ai depuis l’enfance une tendance à la paranoïa, tendance qui s’amplifie d’années en années.
• Il m’arrive parfois de me sentir supérieur aux autres de part mes compétences ou mon expérience professionnelle
• Je suis très facilement irritable, nerveux coléreux et je suis obligé de contenir en moi une violence qui peut s’avérer dangereuse si elle se libère car elle devient aveugle.
• Dans mes moments de nervosité (soit la plupart du temps depuis 2 ans), j’ai des dérapages verbaux incontrôlés, même en présence des enfants. (6 et 3 ans)
• J’ai un comportement à moto complètement irresponsable, téméraire et risqué. J’aime la très haute vitesse car elle me permet de me concentrer sur ma trajectoire et ainsi de faire le vide en moi. Je ressens dans ces moments la paix dans mon esprit. Toutefois, je n’ai pas l’impression que ce comportement soit suicidaire, en tout cas, pas volontairement.
• Depuis ces deux dernières années, ma consommation d’alcool a augmenté. Mais depuis 6 mois (date du début de l’adultère), je me suis gavé d’alcool fort type bourbon, whisky, digestif, le tout accompagné de médicaments (Stilnox par 2, ou xanax50 par 2). Toutefois, ces prises d’alcool n’ont lieu que le soir, dans le but de ne pas gamberger et de pouvoir « dormir » un peu.
• Il m’arrive de manière récurrente de vouloir changer le décor de la maison, ou même de déménager.
• J’ai l’impression d’épuiser les miens de part tout ces comportement
• Je suis atteint de "téléphonite" aigue (grosse utilisation du portable), dans le but de chasser la solitude, mais aussi de vérifier que mes amis sont toujours là, toujours mes amis.
• Au sein de la même journée, je peut être complètement épuisé, et quelques minutes après, complètement surexcité, débordant d’énergie, comme une pile qui ne se vide pas.
• Quand je mange peu, je ne mange pas, à l’inverse, quand je mange trop, c’est de la boulimie pure.
• J’ai perdu 35KG en 6 mois il y a 2 ans
• Je suis toujours obsédé par mon poids. J’ai toujours l’impression d’être gros.
• J’ai le besoin de plaire physiquement. Ceci est je pense nouveau et du à ma perte de poids.
• Je suis très impatient.
• J’éprouve des pertes d’intérêts pour des activités qui auparavant me passionnaient.
• J’ai des relations très compliquées avec mon père. Il résonne comme en 1920 et ne comprends pas la vie que l’on mène. S’en suis des discussions stériles auxquelles je mets rapidement fin pour ne pas créer de situation conflictuelle supplémentaire.
• J’ai toujours l’impression de devoir rendre des comptes aux autres, surtout à mon père ou à mes beaux parents. Nombre de mes actions font l’objet d’une « demande d’approbation ». Si cette approbation n’arrive pas, j’agis malgré tout comme je l’avais entendu, mais en gardant au fond de moi la sensation que je n’ai pas fait ce qu’il fallait.
• J’ai de gros problèmes de concentration au travail. Ce n’est pas simple pour un informaticien. J’arrive malgré tout à effectuer ma tâche, mais dans des temps plus longs.
• Je refuse de recevoir des amis ou de la famille. Je me renferme sur moi, et par voie de conséquence, j’enferme avec moi femme et enfants.


Toutes ces sensations ont été décuplées depuis que j’avais engagé une liaison adultère en juin 2004. Il s’en suis des comportements de plus en plus irréfléchis, surtout en ce qui concerne l’alcool, la vitesse, les risques en général. Tout ceci à entraîné une dévalorisation de moi-même, une grande baisse de concentration, une aggravation des mes insomnies, des relations conflictuelles avec mes amis ou mes collègues, des pertes d’énergie et des pensée morbides. La vie devient pour moi de plus en plus insupportable car je me rends compte que je me désintéresse des choses essentielles à savoir la famille, les enfants, l’intégration sociale.

Ecrire ceci n’est pas choses simple car lorsque je relis la description du personnage ci-dessus, je n’ai pas très envie de le connaître, d’être ami avec lui, d’être son fils ou encore son conjoint….

J’ai besoin d’aide… !

GRAND MERCI A TOUS DE M'avoir lu....

  Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


  Liste des réponses à ce message

  Sujet     Auteur     Posté le:     ID  
 RE: De quoi puis-je souffrir??? Pandore 10-01-05 1
   RE: De quoi puis-je souffrir??? MadMax2005 10-01-05 2
       RE: De quoi puis-je souffrir??? Pandore 10-01-05 3
 RE: De quoi puis-je souffrir??? Poluxlechat 10-01-05 4
   RE: De quoi puis-je souffrir??? MadMax2005 10-01-05 5
       RE: De quoi puis-je souffrir??? Felipe 10-01-05 6

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Texte des réponses

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-01-05, 08:56  (GMT)
1. "RE: De quoi puis-je souffrir???"
Bonjour,

D'après ton énumération, tu sais déjà assez bien de quoi tu souffres.

Maintenant la question va être : qu'est-ce que je fais pour venir à bout de toutes ces souffrances ?

Que dis ton psychiatre ? Qu'est-ce qu'il te propose ?

Bonne continuation,

Pandore

Non médecin, juste "patiente"
Modératrice de Santé Psy

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

MadMax2005 (4 messages) Envoyer message email à: MadMax2005 Envoyer message privé à: MadMax2005 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-01-05, 09:05  (GMT)
2. "RE: De quoi puis-je souffrir???"
Bonjour et merci de me répondre.
Il est clair que j'arrive à cerner mes maux. Mais y a t'il un nom à cela? Y a t'il des traitements?
Avant que cette bombe ne fasse exploser mon coupple et ma vie, je n'étais pas réceptif à tout ce qui était psychologie ou traitements contre l'anxiété. Maintenant, je suis à l'écoute.
Quand au psy, le premier RDV est pour jeudi 13.
Y a t'il un nom a ce type de problèmes? et si oui, y à t'il des traitements? La thérapie peut être elle longue???


Pouvez vous m'éclairer. Merci.

Didier

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-01-05, 09:38  (GMT)
3. "RE: De quoi puis-je souffrir???"
Comme tu le sais, on ne peut émettre de diagnostic sur un forum.

Il existe probablement un nom pour tes souffrances. Ton psychiatre t'en diras peut-être davantage. Peut-être aussi que s'il fait partie des psychiatres qui ne souhaitent pas coller d'étiquettes et qui pensent que chaque cas est un cas, il n'énoncera pas de diagnostic. En tout cas c'est avec lui qu'il faudra discuter de toutes ces questions.

L'important sera aussi surtout de lui parler en toute confiance, et de progresser avec lui.

Par ta prise de conscience, tu as déjà fait un bon bout du chemin.

Cordialement,

Pandore

Non médecin, juste "patiente"
Modératrice de Santé Psy

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Poluxlechat (2 messages) Envoyer message email à: Poluxlechat Envoyer message privé à: Poluxlechat Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-01-05, 14:05  (GMT)
4. "RE: De quoi puis-je souffrir???"
Bonjour,

J'ai lu et relu ton message et je suis troublées car je me suis reconnue. Du moins, je me suis reconnue il y a 2 ans.
Aujourd'hui, je vais bien. Après être descendue au plus bas, j'ai fini par accepter mon mal-être. Ensuite,, je l'ai dépassé.

En résumé, entre décembre 2002 et janvier 2003, j'ai perdu mon travail (licenciement) mon ami (, (il m'a quitté), ma maison (je suis partie)... et mon chat (il est mort).. . J'était au bout du rouleau. Je me suis comportée de façon affreuse, jouant du chantage affectif, me détruisant en surdosant mes médicaments, en buvant beaucoup... Je voulais qu'on s'occupe de moi, qu'on me plaigne... Je ne supportais pas que cela ne marche pas comme je l'entendais. Je vivais tout comme une immense injustice contre moi-même. J'en voulais à la terre entière. J'avais l'impression que toutes mes batailles étaient vaines. Et puis, j'ai demandé à être internée. Je voulais me couper du monde pour reprendre mon souffle car je devenais folle... Je ne supportais plus ma vie, je ne me supportais plus, ce n'étais pas ce que je voulais. Pendant un mois, je me suis reposée. J'en avais besoin, trop de stress, trop de combats...
J'ai repris chaque point de mon mal-être à la source et j'ai réalisé que j'étais la première responsable de mon malheur. J'ai accepté que je n'étais pas bien dans mon travail et que le licenciement avait été une bénédiction. J'aime mon métier par dessus tout, mais pas la société pour laquelle je travaillais.

Pareil pour ma séparation, mon ami était aussi perdu que moi. Notre relation, qui a duré près de 6 ans, était digne des "Liaisons dangereuses". Nous avons mis plus de 2 ans à nous séparer. Un jour j'ai compris que ce n'était pas l'idée que je me faisais du couple, que, là non plus, ce n'était pas ce que je voulais. En fait, si c'est lui qui m'a quitté, c'est moi qui suis partie. Cela a aussi été un vrai soulagement.

Je me suis dépouillée du superflu. J'ai réfléchi avant de prendre la moindre décision, pesant le pour et le contre. Petit à petit, dès qu'un point négatif apparaissait, je rompais, partais quittais.J'ai rompu avec ma famille car elle me faisait du mal, certains de mes amis qui me tiraient vers le bas...
Petit à petit j'ai eu soif de bien-être, de lumière… Il m'aura fallut un an, tout 2003, pour reprendre confiance. Un an de vrai traversée du désert pour renaître à moi-même.

Je suis toujours fragile, j'ai encore de la colère en moi, mais je suis heureuse. J'ai accepté mes faiblesses, mes parts d'ombre, elles font partie de moi. Je me suis réconciliée avec moi-même.
Ce n'a pas été facile. J'ai été diagnostiquée dépressive enfant, mes premiers cachets à 13 ans.. Mais j'y suis arrivée.
Aujourd'hui, une seule chose m'importe : être en accord avec moi-même.

Je ne t'apporte aucune solution, j'espère seulement un peu d'espoir : celui d'aller mieux…

Tu as fait, je pense, le plus difficile, coucher sur papier et reconnaître tes faiblesses. La suite, même si elle fait peur, est aussi la plus simple.

Je te souhaite bon courage,

Stéphanie

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

MadMax2005 (4 messages) Envoyer message email à: MadMax2005 Envoyer message privé à: MadMax2005 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-01-05, 15:29  (GMT)
5. "RE: De quoi puis-je souffrir???"
Merci beaucoup d'avoir pris le temps et la peine de me répondre, surtout si cela à eveillé en toi beaucoup de souvenirs difficiles.
Je penses toutefois que notre histoire est différente. Dans ton cas, tu es victime, et dans le mien, je suis coupable. Coupable d'avoir trompé ma femme, coupable de risquer ma vie par rapport à mes enfants. En fait, en plus du mal être dont je souffrait avant, j'ai en plus celui d'avoir déchiré les miens. J'ai du mal à vivre ça. J'ai toujours eu un peu l'impression de prter le monde sur mes épaules.
En fait, je ne vois pas d'issue. J'ai envie de recoller avec ma femme, mais elle est tellement blessée que je pense que la vie avec elle est désormais impossible. Même si on va voir un conseiller conjugal et un psy. Je suis ce que je suis, et je vais mettre longtemps a guérir. Elle n'aura pas la patience d'attendre, et moi pas celle de la voir souffrir.
Je ne sairais âs te dire si c'est de l'amour ou le fait qu'elle soit la mere de mes enfants, mais elle n'as que 32 ans et la possibilité de refaire sa vie avec quelqu'un "d'équilibré".
De toute façon, comme on dit, il n'y a pas de fummée sans feu. Si adultère j'ai commis, c'est que chez moi, je ne trouvais pas ce que j'ai cherché ailleurs.
As tu des enfants toi?

Cordialement

Didier

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Felipe (634 messages) Envoyer message email à: Felipe Envoyer message privé à: Felipe Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-01-05, 20:19  (GMT)
6. "RE: De quoi puis-je souffrir???"
Bonjour Didier,

Un médecin ne vous donnera pas forcément de diagnostic, car vous n'êtes pas nécessairement malade. Il y a un mal en vous que vous ne parvenez pas à éradiquer, et d'autres problèmes viennent se greffer par dessus. D'où vient ce mal-être ? Votre attitude envers vos proches n'est pas dignes de vous ? Vous avez donc un complexe, non pas de supériorité, mais d'infériorité ou de culpabilité. Vous souhaitez des changements alors que vous ne parvenez pas à modifier votre comportement. Déjà, vous avez pris conscience de beaucoup de choses, il ne vous reste qu'à faire l'effort de vous présenter autrement, sans avoir l'impression de ne plus être vous-même.

Moi, il m'a fallu 20 ans pour accepter de faire la bise à ma mère. Je réalise que la difficulté venait de l'image que j'allais donné de moi. Je n'étais pas près à accepter des changements dans ma vie. Bon, ce n'est pas vraiment ce que vous êtes en train de vivre, mais je veux dire qu'on a beau vouloir des changements dans sa vie, on ne parvient pas toujours à changer. On reste ancré sur ce qui nous a toujours caractérisé. Vous avez réalisé beaucoup de choses en même temps, alors il vous sera difficile de vous transformer radicalement. Il faut donc se focaliser sur certaines choses et puis en zapper d'autres, les remettre à plus tard. Si vous en parlez à votre entourage, celui-ci comprendra que vous êtes en train de changer, et il vous laissera du temps pour cela. L'essentiel est qu'il y ait des améliorations de votre état. Voir un psy ne vous fera aucun mal, au contraire.

Cordialement.

Felipe.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


Fermer | Archiver | Effacer

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Rechercher sur le site Atoute.org: