Forum Médical

Attention : cette plate-forme de forum est en lecture seule. Pour participer aux discussions, rendez vous sur la nouvelle plate-forme
Page d'accueil du site
NANMEO !

"relation soignant/soigné, nous sommes deux...."

Envoyer ce sujet à un(e) ami(e)
Format d'impression
Mettre en signet (membres seulement)
 
Précédente | Suivante 
Accueil Général des Forums
Forum : Coups de gueule, coups de coeur (Protected)
Message d'origine

ml1 (347 messages) Envoyer message email à: ml1 Envoyer message privé à: ml1 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-09-03, 13:38  (GMT)
"relation soignant/soigné, nous sommes deux...."
Modifié le 23-09-03 à 10:22  (GMT)

Bonjour,

Hier, j’ai eu un échange sur le forum médical*. J’ai eu envie de proposer des extraits de celui-ci sur ce forum (quelques difficultés à opter pour le plus approprié, pourquoi pas le forum éthique?).
C’est une conception de la relation soignant/soigné tirée de mon expérience, de mon histoire.....

Extrait d’une première intervention
...
Je ne veux pas le mettre en cause (le médecin), dans cette relation soignant/soigné, nous sommes deux, c’est à dire que nous construisons celle-ci ensemble. Quelquefois comme dans toute relation, cela ne passe pas, il faut alors changer de médecin. Vous avez une pathologie lourde, une relation de confiance est nécessaire. Mais posez-vous la question de vos attentes, la manière dont vous les exprimez, la manière dont vous vous situez dans cette relation.

C’est à la fois très clair dans ma tête et très confus. J’ai envie de dire, ne le prenez pas mal, on a aussi les médecins que l’on ‘mérite’ !
Je ne nie pas que certains sont insupportables dans la certitude de leur savoir, etc. Cette catégorie pour moi, c’est relativement simple ou nous arrivons à les ébranler (pour ne pas dire, casser) ou l’on s’en va ! je ne nie pas non plus que cela demande une volonté qui s’ajouter à celle que nous devons déployer pour notre maladie. Mais si nous nous ne sommes pas acteurs à part entière, si nous n’investissons pas ce champ à priori réservé, il est impossible d’instaurer, de construire une relation réelle avec son médecin.

Beaucoup de médecins vous proposent dès le départ ce type de relation : état des lieux (par l’écoute du patient), propositions, alternatives thérapeutiques (explication, partage, mise à portée, à disposition des connaissances), décision prise à 2, etc. C’est alors à nous de répondre positivement à l’élaboration de cette relation, d’accepter qu’il nous accompagne sur ce chemin quelquefois difficile. Il y aura des doutes, des erreurs mais aussi des victoires, il y aura un partage car c’est d’abord la relation entre deux êtres humains et elle ne peut être qu’une relation de confiance réciproque..
... Cette conception n’engage que moi, mais j’ai dû mal à appréhender cette relation soignant/soigné autrement, lorsque nous sommes atteints de pathologie lourde. Et pourquoi pas dans toute relation soignant/soigné ?

C’est peut-être d’abord à nous de vouloir la construire... Les médecins ont besoin de notre parole...

Extrait d’un autre intervention

... Etre trop "desinhibée" n’est pas un symptôme effectivement (à ce que je sache) de l’hémiplégie, par contre ce genre de tuile exacerbe souvent des traits de notre personnalité. La rage, la torpeur, etc traduisent notre incompréhension, le " pourquoi à moi ? " Cela s’exprime paradoxalement chez celui à qui l’on demande d’alléger notre souffrance. Je crois que nous progressons lorsque nous arrivons à transformer ‘ces ressentiments’ en appropriation positive, pour nous permettre de bâtir d’autres choses. Le médecin peut devenir alors celui qui nous accompagne, qui nous offre son savoir et son savoir faire pour faciliter cette construction (et non pas reconstruction!).
Tant que ce travail n'est pas effectué, je pense que la relation avec n'importe quel soignant est biaisée d'avance...

Amicalement
Mary

* http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/3818.html


  Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


  Liste des réponses à ce message

  Sujet     Auteur     Posté le:     ID  
 RE: relation soignant/soigné, nous sommes deux.... ml1 23-09-03 1
   RE: relation soignant/soigné, nous sommes deux.... emilie (VNI) 13-01-05 4
 RE: relation soignant/soigné, nous sommes deux.... flochantilly 24-09-03 2
 RE: relation soignant/soigné, nous sommes deux.... Moustique (VNI) 14-10-03 3

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Texte des réponses

ml1 (347 messages) Envoyer message email à: ml1 Envoyer message privé à: ml1 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-09-03, 10:19  (GMT)
1. "RE: relation soignant/soigné, nous sommes deux...."
Bonjour,

Je suis étonnée, une quarantaine de personnes est venue venir lire ces lignes et pas une d’entre elles n’a exprimé la moindre réaction.

Cela signifie-il que ce débat est totalement dépassé, pas d’actualité pour les soignés, les soignants ?

C’est étrange, lorsque je suis hospitalisée (assez souvent !) c’est une question dont nous parlons beaucoup avec les soignants et les autres malades. Les soignants, à tous les niveaux, sont bousculés de manière continue par cette question de la gestion de la prise en charge de la maladie par le malade, du partage.... Les internes en particulier débarquent, sont interloqués (on ne leur a pas appris que cela changeait, que les rapports devenaient différents !), perdus puis ou ils deviennent acteurs à part entière de ce mouvement ou se replie dans un schéma ‘traditionnel’ et finalement s’isolent.
Nous, malades, sommes bousculés dans nos demandes contradictoires d’autonomie et de prise en charge, etc..

Je dois être dans un microcosme ou alors ce sont ces forums qui le sont !

Amicalement
Mary

Je modifie le premier message, je vais raccourcir.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

emilie (VNI) (9 messages) Voir addresse IP de cet auteur
13-01-05, 15:53  (GMT)
4. "RE: relation soignant/soigné, nous sommes deux...."
salut je suis en dernière année à l'école d'infirmière et je fais mon mémoire sur justement la relation soignant/soigné et une tandance a la deshumanisation des soins. Si tu as des choses interessante a me dire n'ésite pas merci
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

flochantilly (1 messages) Envoyer message email à: flochantilly Envoyer message privé à: flochantilly Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-09-03, 09:38  (GMT)
2. "RE: relation soignant/soigné, nous sommes deux...."
Bonjour,
je suis pas psychiatre, mais j'admire ce travail.
Je voudrais simplement souligner le fait que s ils (les psychiatres) savent plus ou moins bien soigner la schyzophrenie, ils ne savent en revanche pas comprendre le malade .
je sais qu on doit certainement leur apprendre a ne pas se nouer d amitie avec leurs patients en fac, mais comment vouler vous qu ils arrivent a comprendre le malade ?vous me direz ,ils sont pas la pour nous comprendre mais pour nous soigner, certes.
je pense qu on devrait leur apprendre a faire "cracher le morceau" et pour cela il faut qu ils arretent d etre frustre devant un malade mais au contraire etre relax.(vous me direz cela n est pas possible avec tout type de patients, ok.)
la confiance c est quelque chose de reciproque, mais comment voulez vous qu un malade parle de ses "trips" ou de ses delires (comme vous preferez),si il voit que son psychiatre a peur de lui ou de ce qu ils raconte ou qu il ait peur de "se faire enfermer".
un psychiatre doit faire comprendre au patient qu il est malade et qui doit prendre ses medicaments, ok. mais ne doit il pas egalement savoir ce que delire vraiment le malade ?
alors bon , en entretien on note trois petites phrases par ci par la sur un papier : "a bon appetit" ,"a commence un travail".....super!
ce que je veux dire ,ok qu on est malade faut prendre ses medicaments patati patata....mais je pense que toute l approche vis a vis des patients est a revoir...
Bref, si vous etes malades prenez vos medicaments et ecouter votre psychiatre.......................................................


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Moustique (VNI) (1 messages) Voir addresse IP de cet auteur
14-10-03, 13:07  (GMT)
3. "RE: relation soignant/soigné, nous sommes deux...."
Bonjour Mary,

Je n'ai pas lu tous vos messages mais je suis moi même tres intrigué par la relation soignant/soigné.
Je n'ai pas de pathologie grave ou lourde et je parle en tant que Monsieur ou Madame tout le monde.
J'ai un médecin formidable, plutôt jeune, abordable, attentif, respectueux. J'ai aussi peur des médecins, de perdre le contrôle sur mon corp plutot. Lui, il sait me mettre en confiance et c'est un tour de force magistral.
Je voudrais sans cesse comprendre, pourquoi il m'a dit ça, pourquoi est-il gentil, pourquoi ai-je l'impression qu'il y a une reelle complicité ? Comment fait-il pour me comprendre ? entend-il vraiment toutes mes plaintes, suis-je assez clair dans mes explications pour qu'il les entende ? Est-il comme ça avec tout le monde ou s'agit-il d'une relation privilégiée avec moi, une relation comme on en rencontrera peu avec un soignant ?
Sait-il que j'ai peur, croit-il que c'est parce qu'il s'y prend mal avec moi (non) ? sent-il mon respect et mon admiration face à son travail ?
Peut-on poser ce genre de question ?
J'ai 23 ans, je découvre la vie et ses difficultés.
J'espère ne pas avoir de problemes de santé grave mais je sais qu'il sera la pour me guider dans la mesure de ses moyens.
J'aimerais savoir comment un medecin vit face à la souffrance des malades, s'il peut avoir une sympathie particuliere pour l'un plus que pour l'autre de ses patients, On dit la même chose mais on ne l'interprete pas pareil. Comment harmoniser le dialogue ? Beaucoup de question mais merci d'avoir lancé le sujet Mary

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


Fermer | Archiver | Effacer

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Rechercher sur le site Atoute.org: