Forum Médical

Attention : cette plate-forme de forum est en lecture seule. Pour participer aux discussions, rendez vous sur la nouvelle plate-forme
Page d'accueil du site
NANMEO !

"Faire semblant de compatir"

Envoyer ce sujet à un(e) ami(e)
Format d'impression
Mettre en signet (membres seulement)
 
Précédente | Suivante 
Accueil Général des Forums
Forum : Coups de gueule, coups de coeur (Protected)
Message d'origine

Diablotinus (VNI) (2 messages) Voir addresse IP de cet auteur
04-10-04, 15:19  (GMT)
"Faire semblant de compatir"
Bonjour à tous,

Je viens pousser un coup de gueule, qui à défaut de règler les choses me fera le plus grand bien.

Dans le cadre de mon petit souci actuel, soit les fausses couches à répétition, je souhaiterais vous faire part de ma colère face au monde médical qui fait preuve envers moi et mon souci d'un manque total d'intérêt et d'empathie.
Non pas que je demande que l'on pleure avec moi de mes échecs successifs (3 FC en 18 mois, une grossesse réussie - pas trop fort les applaudissements merci - et de nouveau 2 FC en 10 mois) mais qu'au moins l'on cesse de me dire que "la fausse couche est un événement isolé dans la vie d'une femme et ne menace en rien une grossesse future".
Messieurs les docteurs, ne vous étonnez pas si, un jour que vous prononcez cette phrase malheureuse et totalement dénuée de sens devant une femme d'apparence saine d'esprit, celle-ci vous saute à la gorge en hurlant de rage : ce sera moi, moi qui commence à être fatiguée de ne pas trouver d'interlocuteurs à la hauteur capables non pas de trouver une réponse à mon problème (je demande pas l'impossible et sais ce qu'est une FC merci) mais des personnes capables de reconnaître qu'en la matière elles sont incompétentes à m'aider...

En voyageant au gré de ma tristesse le long des pages web, à taper sans fin le même mot dans le moteur de recherche "FAUSSE COUCHE", je tombe parfois sur des questions posées ici et recevant des réponses de médecins sur ce forum, je vois qu'en matière d'empathie et de gentillesse vous ne faites pas de progrès et c'est bien regrettable. Quand je lis vos réponses, je doute de la médecine, pas de celle qui prescrit à haute dose anti-chagrin et poudre de joie mais de celle qui accompagne la souffrance du patient.

Ne perdez pas de vue que même si un événement vous semble à vous dénué d'intérêt ou de gravité, il n'en ai pas de même pour L'AUTRE.

  Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


  Liste des réponses à ce message

  Sujet     Auteur     Posté le:     ID  
 RE: Faire semblant de compatir andrea68 (VNI) 04-10-04 1
   RE: Faire semblant de compatir shackleton 04-10-04 2
       RE: Faire semblant de compatir Diablotinus (VNI) 05-10-04 3
       RE: Faire semblant de compatir cilloux 05-10-04 4
           RE: Faire semblant de compatir PP (VNI) 05-10-04 5
       RE: Faire semblant de compatir andrea68 (VNI) 05-10-04 6
           RE: Faire semblant de compatir shackleton (VNI) 05-10-04 7
               RE: Faire semblant de compatir toutouille 05-10-04 8
               RE: Faire semblant de compatir andrea68 (VNI) 05-10-04 9
                   RE: Faire semblant de compatir Ln2 05-10-04 10
                       RE: Faire semblant de compatir andrea68 (VNI) 06-10-04 11
 RE: Faire semblant de compatir Cyscama (VNI) 07-10-04 12

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Texte des réponses

andrea68 (VNI) (14 messages) Voir addresse IP de cet auteur
04-10-04, 20:07  (GMT)
1. "RE: Faire semblant de compatir"
Bonjour Diablotinus,

J'ai beaucoup aimé votre post. Bien que n'ayant eu qu'une fausse couche, j'ai aussi souffert de ce manque de compassion, compassion dont j'aurai pourtant eu le plus grand besoin. Mon gynéco a été formidable, mais pour lui et pour les autres soignants, c'est si banal!! Pour nous, c'est le monde qui s'arréte de tourner et eux, ils voient ça 10 ou 20 fois par mois. Ce qui m'a pourtant fait le plus mal, c'est un médecin qui m'a dit:"Ce n'est pas grave, vous êtes jeune, vous en aurez d'autres!" Je dois avouer que bien que non violente, des envies de tortures me sont passées par la tête.
Nous pourrions peut-être signer une pétition, demandant à la fac de médecine d'inclure un cours sur l'empathie pour les futurs médecins? Malheureusement, ils voient de telles choses dans leur vie, qu'ils se sont forgés un blindage à toute épreuve, et je ne epux m'empécher de les comprendre. Je voudrai juste que certains praticiens s'abstiennent de phrases comme celles citées plus haut. Elles font tellement mal...
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

shackleton (219 messages) Envoyer message email à: shackleton Envoyer message privé à: shackleton Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-10-04, 21:36  (GMT)
2. "RE: Faire semblant de compatir"
Bonsoir,

Permettez-moi de vous chahuter un peu sur la teneur de vos propos.

":"Ce n'est pas grave, vous êtes jeune, vous en aurez d'autres!" : vous préférez quoi ? Un gynéco qui vous dise : "Mon Dieu, c'est terrible, Madame, et le pire c'est que vous ferez plein de fausses couches sans espoir de faire un bébé entre elles ?"

A moins, bien sûr, que cette phrase du gynéco voulait effectivement dire que vous aurez d'autres fausses couches, auquel cas je retire TOUT ce que je viens de dire et je me joins à vous pour son absence de délicatesse.

Quand ma gynéco m'a confirmé que je n'aurai pas d'enfants sans traitements lourds - endométriose sévère - je me suis demandée si j'allais la tuer. Puis je me suis dit que j'avais de la chance d'avoir ne gynéco qui ne me laissait guère d'illusions et qui ne me proposait pas le bombardement utilisé dans ce cas : curetages, coelios à répétition...

MAintenant, une fausse couche n'est jamais quelque chose d'anodin pour une femme, effectivement, il y a là bien un décalage entre ce que voient les gynécos au quotidien et ce que peut vivre une femme à qui ça arrive.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Diablotinus (VNI) (2 messages) Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 11:26  (GMT)
3. "RE: Faire semblant de compatir"
Bonjour

Andrea68, désolée pr votre FC, oui je l'avais oubliée cette phrase, j'y ai eu le droit aussi, c'est affligeant.
Pour les cours d'empathie, je crois comme vous que leurs réactions sont normales, je ne les juge pas, je trouve simplement regrettable cet état de fait et les comprendre me fait mal aussi parce que je culpabilise de souffrir autant (si les autres banalisent mon état et que je souffre c'est que ma souffrance n'a pas lieu d'être, cela n'est pas ainsi que l'on va mieux).


shackleton, ça va vous ne nous chahutez pas trop
Oui je veux savoir et c'est justement cela que je reproche aux divers médecins que g consulté
Lors de ma 1ère FC, comment imaginer que ma grossesse allait se stopper ? peut-être étais-je naïve (surement) mais le gynéco aurait pu me prévenir de se qui se passait et me dire les choses au lieu du "vous allez voir c'est comme des grosses règles" bin non ce n'est pas ainsi, il y a la douleur et la perte de gros caillots de sang et heureusement que j'étais chez moi et pas à l'extérieur ou au boulot parce que la honte en plus de la tristesse ça fait bcp pr une femme qui perd son rêve d'enfant. Pourquoi n'a-t-il rien dit ?

Puis lors du 3ème épisode, il me dit "je ne suis pas optimiste" et c'est tout, pourquoi ne pas me faire d'examens complémentaires, je suis pas une lapine mais un être humain, comme si c'était rien de faire des FC !!!

Changement de gynéco et là g droit à des examens et je tombe enceinte pr de bon cette fois (après une hystériographie, g appris dernièrement que ce n'était pas un hasard finalement)...
Projet de deuxième enfant et de nouveau FC, OK, je sais que mon corps n'est pas toujours coopérant avec mon désir de bb, je fais avec MAIS mon gynéco aurait pu me faire faire les autres examens manquants (recherche d'hypothyroïdie par exemple) bin non il me laisse faire une autre FC encore et il faut que je change encore de gynéco pr avoir droit à un bilan plus poussé...

Ce n'est pas normal que j'en sois amenée à rechercher sur Internet le pourquoi de mes FC... Oui je sais il n'y a pas toujours d'explications à donner à cela MAIS il faut d'abord éliminer toutes les causes possibles non ? N'est-ce pas ainsi que l'on procède en médecine ? Au bout de combien de FC une femme peut-elle prétendre être entendue ?

J'attends mes résultats d'analyse concernant l'hypothyroïdie, si ce n'est pas cela alors d'accord j'accepterais que l'on laisse faire la nature et je tenterais ma chance de nouveau quitte à pleurer de nouveau la perte de mon rêve d'enfant parce que je m'estime quand même chanceuse par rapport à d'autres femmes...
Mais s'il s'avère qu'en effet je fais de l'hypothyroïdie, alors je serais très en colère contre mon gynéco qui a laissé faire, et personnene m'ôtera de la tête que le "laissez faire" ds ce cas n'est pas une attitude médicale

Bon courage à celles qui ont un projet bb qui met un peu plus de tps à se réaliser, l'espoir est toujours permis, ne cessons pas de rêver.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 11:38  (GMT)
4. "RE: Faire semblant de compatir"
Bonjour,

Le choix ne se limite pas à ces deux comportements : "oh ma pauvre" ou "bah c'est pas grave".


je pense qu'il y a d'autres solutions, d'autres façons de compatir.

Parfois, ne rien dire, ou savoir détourner pudiquement la conversation... enfin moi je ne sais pas, je ne suis pas douée du tout pour ça. Mais je comprends qu'on attende une réaction un peu moins primaire que le fameux "bah c'est pas grave".

Il est vrai que certains soignants manquent de tact. Mais je suis mal placée pour leur jeter la pierre !

Je suis bien contente que Diablotinus (qui porte mal son nom) ait écrit tout ça, parce que sur un autre sujet, ça me fait réfléchir.

"pas de celle qui prescrit à haute dose anti-chagrin et poudre de joie mais de celle qui accompagne la souffrance du patient."

Accompagner la souffrance...

Je me dis et me répète cette phrase de St Jean de la Croix : "aimer, c'est éprouver un grand dénuement pour l'être aimé"...

Se sentir nu, pauvre, incapable de soulager. Et rester quand même, en silence.

Pourquoi est-ce si difficile ?

Peut-être justement parce que la souffrance se communique, réellement, et qu'on vit pour de vrai la douleur de l'autre. Je sais que ça peut être malsain de chercher à souffrir avec quelqu'un. Il faut beaucoup de force, beaucoup d'amour...

Bah, à ce stade je pense que ça dépasse les techniques de la médecine.

Bon c'était ma pensée du jour.

Bon courage à vous (encore une phrase débile).

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

PP (VNI) (42 messages) Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 13:47  (GMT)
5. "RE: Faire semblant de compatir"
Vous touchez là une question primordiale à mon avis :

1) ce n'est parcqu'on se destine à la médecine qu'on est forcemment doué pour le contact humain, mais est-ce parcqu'on se destine à la médecine qu'on projette d'être inattentif à la plainte des autres ? Pourquoi certains le deviennent-ils ...et d'ailleurs dès la fin de leurs études ?

2) le contact humain est la base ( du Médecin généraliste .. FORCEMMENT... au chirurgien , en passant par le dermatologue ) du métier de soignant

3) la technique est le mal nécessaire d'une médecine évoluée, scientifique QUE TOUS LES POTENTIELS PATIENTS que nous sommes attendent

4) le temps passé à apprivoiser les techniques ( indications _limites_faux positifs /négatifs...etc ) est du temps sacrifié à l'écoute

DONC : à mon avis, si l'on veut réellement contester quelquechose et modifier en profondeur ce que vous dénoncez.....alors, il faut aller voir du côté de la formation....qui il y a peu encore ( et encore sans doute )sélectionnait les étudiants en fonction de leur mémoire essentiellement ( QCM )

CEPENDANT : notez qu'il y a une évolution TRES SENSIBLE depuis quelques années en ce sens ; en effet, nombres de générations de médecins ont connu le caractère discriminatoire de l'ANATOMIE aux épreuves de passage en PCEM2 ( 2° année des études médicales ), c'était le coefficient PREDOMINANT.......et bien, ce n'est plus l'anatomie mais la PSYCHOLOGIE ! !

Ceci ne vous rassure pas ?

Et ne croyez surtout pas, comme je l'entends souvent dire que " l'écoute ne s'apprend pas " ( dit de cette façon ou d'une autre d'ailleurs), mais dites vous bien ( en médecine comme dans toutes autres filières ) que l'étudiant travaille et donc améliore ou développe les qualités , les questions sur lesquelles il est interrogé ( cf Guide de formation des personnels soignants OMS 1981 ) .

Personnellement, je souhaiterais que vos plaintes agissent directement pour modifier l'approche de la formation des futurs médecins.

....ETC.....ETC........


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

andrea68 (VNI) (14 messages) Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 16:45  (GMT)
6. "RE: Faire semblant de compatir"
Bonjour shackleton,

Je vous cite:"Ce n'est pas grave, vous êtes jeune, vous en aurez d'autres!" : vous préférez quoi ? Un gynéco qui vous dise : "Mon Dieu, c'est terrible, Madame, et le pire c'est que vous ferez plein de fausses couches sans espoir de faire un bébé entre elles ?"

Je ne demande pas de la part des soignants des larmes mais l'abstention de certaines phrases destructrices. Je trouve terrible que l'on puisse minimiser un événement souvent extrèmement douloureux dans la vie d'une femme. Ce que moi je préfererai, c'est un médecin qui me dit par exemple: "je sais que ce que vous vivez est trés douloureux" .

"Quand ma gynéco m'a confirmé que je n'aurai pas d'enfants sans traitements lourds - endométriose sévère - je me suis demandée si j'allais la tuer. Puis je me suis dit que j'avais de la chance d'avoir ne gynéco qui ne me laissait guère d'illusions et qui ne me proposait pas le bombardement utilisé dans ce cas : curetages, coelios à répétition..."

Imaginez maintenat que votre gynéco vous ai dit: "Vous avez de l'endométriose, vous n'aurez jamais d'enfants, mais ce n'est pas grave car vous pouvez adopter!"
Est-ce que cette phrase va vous faire du bien ou vous guérir plus vite de votre blessure?
Dans notre vie de tous les jours, nous blessons souvent inconsciemment des tas de personnes. Mais de la part de médecins qui rencontrent quotidiennement des personnes en souffrances, un peu de considération pour la douleur des autres serait parfois la bienvenue!!


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

shackleton (VNI) (71 messages) Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 17:44  (GMT)
7. "RE: Faire semblant de compatir"
Bonjour, Andrea68,

Je ne crois pas qu'un médecin qui ne manifeste pas de compassion vis-à-vis de vous à la suite d'une fausse couche manque d'empathie, il se protège, à mon avis. Quitte, hélas, à vous marcher sur la tête.

Je vous livre ici mon expérience de bénévole : quand je faisais de l'accompagnement social de bénéficiaires des Restos du Coeur, l'histoire des personnes me toucheit. Mais il a dû m'arriver une fois ou l'autre de prononcer quelques paroles que je croyais légères et qui s'avéraient déplacées : "Mais vous verrez, la roue tourne, mais si, vous allez vous en sortir...". A la réflexion, c'était effectivement déplacé de ma part, pour une personne souvent en détresse grave. Mais que pouvais-je faire ? M'apitoyer sur son sort ? C'eût été, dans ce cas de figure j'entends, presque pire que de rester assez froide face aux événements. Personne n'avait à gagner d'un pathos commun. Il fallait aider, point, et si j'avais dû céder à la pitié à chaque histoire entendue, il n'est pas dit que les mers du Globe eussent suffi à contenir les larmes versées. Mais il existe d'autres façons de manifester son empathie et sa compassion que de pleurer avec la personne sur son sort...

"Imaginez maintenat que votre gynéco vous ai dit: "Vous avez de l'endométriose, vous n'aurez jamais d'enfants, mais ce n'est pas grave car vous pouvez adopter!"
Est-ce que cette phrase va vous faire du bien ou vous guérir plus vite de votre blessure?" : excellente question. Je me la pose encore maintenant. Singulièrement, que la gynéco m'ait appris franchement ma stérilité m'a plutôt rassurée : enfin une qui ne ment pas... et surtout qui ne s'acharne pas. Je préfère cet aveu honnête d'impuissance qu'un acharnement à me faire mère, ce que la Nature - certainement par raison - me refuse. D'un autre côté, je ne sais pas, en toute objectivité, si je ne vais pas chercher à contrarier le sort un jour ou l'autre en maudissant celui qui souhaite m'aider et qui échoue...

J'ai 33 ans, il ne me reste pas x années pour avoir des enfants - mais l'envie n'est pas là. Savoir en plus qu'un obstacle m'empêche d'être mère dans de bonnes conditions - sauf à subir x traitements douloureux - refroidit encore plus mes ardeurs. Une superstition supplémentaire me donne à penser que si un enfant naît de moi malgré l'obstacle, il y a un moment ou à un autre où il paiera cette condescendance de la Nature. Ne prenez surtout pas ce que je viens de dire personnellement, cela n'engage que moi.

Blessure ? L'endométriose me blesse, pas tant ses conséquences. Elle est injuste, elle m'a fait beaucoup souffrir, sans que jamais je ne comprenne pourquoi elle s'en prenait à moi ainsi. Au risque d'être brutale, j'appelle la stérilité qui en résulte un "dégât collatéral".

Je vais supposer maintenant de vous quelque chose de très dur : mettez-vous une seule seconde à la place du gynéco qui voit des fausses couches à longueur de mois, voire d'années. S'il devait en plus "investir" chaque fausse couche qu'il vit et voit sur le plan psychologique, je ne suis pas certaine qu'il ferait long feu.

D'un autre côté, c'est vrai qu'avec la manière, les choses passent souvent mieux...

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

toutouille (315 messages) Envoyer message email à: toutouille Envoyer message privé à: toutouille Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 19:00  (GMT)
8. "RE: Faire semblant de compatir"
Bonsoir,

C'est vrai que les médecins ont tendance à minimiser, je pense qu'ils le font surtout parce que, dans votre cas, et bien la fausse couche c'est la troisième de la journée pour eux, et peut être la millième de leur carrière.

Pour eux, c'est un évenement anodin dans leur vie de tous les jours, ils ont vu plus grave. Au bout d'un moment la routine c'est innevitable dans ce métier. On a vu mille fois pire q'une fausse couche, donc on minimise!

Je travaille dans un hôpital et j'ai souvent entendu des reflexions de la part du personnel (et peut être aussi de moi!) qui ont pu choquer et rester gravées dans la tête des patients et que moi même je n'aurais pas supporté d'entendre si j'avais été à leur place.

Il y a quelques mois, j'ai passé une échographie de grossesse.
Le médecin dit : je vérifie le coeur...si tout fonctionne bien
Et je lui répond : c'est pas grave le coeur ca s'oppere vachement bien maintenant! Dans ma tête en fait j'étais au travail en train d'assister à un acte médical, je m'étais détachée de la situation (il s'agissait de mon petit bébé que je n'avais pas du tout envie de faire opérer à la naissance)!!!
voila le genre de réponse toute faite et conne que l'on peut dire à un patient dans une situation comme celle ci, et je l'ai dit spontanément.
Elle m'a dit : oui mais enfin si c'est bien sans opération c'est mieux!

Et puis c'est difficile d'être psychologue avec les patients que l'on ne connait pas bien, et les médecins ne sont que des hommes après tout....


Sandy

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

andrea68 (VNI) (14 messages) Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 19:55  (GMT)
9. "RE: Faire semblant de compatir"
Bonsoir,

"Je vais supposer maintenant de vous quelque chose de très dur : mettez-vous une seule seconde à la place du gynéco qui voit des fausses couches à longueur de mois, voire d'années. S'il devait en plus "investir" chaque fausse couche qu'il vit et voit sur le plan psychologique, je ne suis pas certaine qu'il ferait long feu."

Je suis entièrement d'accord avec vous: je milite seulement pour la supression définitive du vocabulaire des professions médicales et parmédicales, des phrases comme celles citées plus haut. Car elles ne font jamais de bien. Je pencherai au contraire pour des phrases toutes faites du genre:"je compatis vraiment à ce qui vous arrive", quitte à ce que ce soit de la fausse compassion, lol. Bien sûr, la plupart du temps quant on fait une fausse couche, on sait que l'on pourra retomber enceinte, mais nier volontairement, l'importance de l'enfant qui a failli naître en disant:" ce n'est pas grave", je trouve ça abberant!
Mon gynéco (que j'aime beaucoup) m'a dit ceci, tout de suite aprés m'avoir annonçé que mes bébés étaient morts (des jumeaux monozygotes): "vous savez, ce n'est pas de votre faute." Et il avait l'air de vraiment compatir à ma détresse. D'ailleurs, il m'a même reçu une fois en consultation rien que pour parler de ça. Je me suis trouvé vraiment soutenue par lui. Bien sûr, de son propre aveu, il voit des FC souvent. Mais il a fait l'effort de COMPATIR. Du coup, il a tout mon respect et je l'ai conseillé à des tas d'amies!!

Voilà, je ne demande pas l'impossible je pense. Et je crois que la souffrance engendrée par les FC est trés sous-estimée par tous (famille, amis, médecins...)et est considérée comme un banal accident de la nature. Moi, j'ai mis 18 mois à m'en remettre.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Ln2 (2466 messages) Envoyer message email à: Ln2 Envoyer message privé à: Ln2 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 23:42  (GMT)
10. "RE: Faire semblant de compatir"
Modifié le 05-10-04 à 23:43  (GMT)

Bonsoir,

Cette discussion est intéressante...

Elle montre bien le poids que peuvent avoir les mots, quel que soit le message de fond.

Parce les deux vérités cohabitent : oui, une fausse-couche est un non-évènement médical, qui ne préjuge pas de la possibilité de grossesses ultérieures.
C'est quelque chose qu'il faut dire et redire aux femmes, pour leur éviter des angoisses, des questions et de la culpabilité infondées.

Mais oui, une fausse-couche est un évènement traumatisant, et un deuil réel à porter. Le prendre à la légère ne le soulage pas, bien au contraire.

Le médecin doit ensuite essayer d'exprimer ces deux vérités, sans dramatiser mais sans dénier la souffrance.
Ce n'est pas toujours facile, et c'est vrai que la première vérité a tendance à prendre le pas sur la deuxième quand on voit les choses depuis l'autre bout du spéculum...
Il faut (et il suffit) de trouver cet équilibre.

PS : il est entendu qu'il s'agit dans cette discussion des fausses-couches "banales", et pas du problème des fausses-couches à répétition, qui est tout autre. Répéter à une femme qui en est à sa 6ème ou 7ème fausse-couche en deux ans que c'est la faute à pas de chance est une faute médicale.


Cordialement,

Hélène, étudiante en médecine

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

andrea68 (VNI) (14 messages) Voir addresse IP de cet auteur
06-10-04, 09:43  (GMT)
11. "RE: Faire semblant de compatir"
Bonjour Hélène,

J'ai beaucoup apprécié votre message et bizarrement, il m'a énormémént réconforté alors que ma fausse couche à déjà 2 ans et demi.
Votre approche du problème est celle que je voudrais voir plus souvent chez les soignants. Bien sûr, la personnalité et la capacité à compatir dépendent de chacun. Mais minimiser une fausse couche revient à dire:" ce bébé n'avait pas tant d'importance" alors qu'en général la grossesse était désirée et que le futur bébé avait déjà une grande importance au sein de la famille.
Merci Hélène pour votre post et peut-être vous dirigerez vous vers l'obstétrique, ce qui serez une chance pour vos patientes,lol!

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cyscama (VNI) (12 messages) Voir addresse IP de cet auteur
07-10-04, 00:25  (GMT)
12. "RE: Faire semblant de compatir"
Les études médicales sont en pleine réforme. On parle d'ajouter des cours d'éthique médicale obligatoire, plus pour recentrer la pratique autour de la personne.
Nombreux sont les médecins qui mesurent la carence de leur formation dans le domaine de la relation et souhaitent réellement améliorer les pratiques... et surtout les dialogues!!! Courage, des étudiants choqués par des pratiques de "mandarins", il y en a.
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


Fermer | Archiver | Effacer

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Rechercher sur le site Atoute.org: