Forum Médical

Attention : cette plate-forme de forum est en lecture seule. Pour participer aux discussions, rendez vous sur la nouvelle plate-forme
Page d'accueil du site
NANMEO !

"Quand le système familial est malade et rend malade..."

Envoyer ce sujet à un(e) ami(e)
Format d'impression
Mettre en signet (membres seulement)
 
Précédente | Suivante 
Accueil Général des Forums
Forum : Coups de gueule, coups de coeur (Protected)
Message d'origine

SandyP (8 messages) Envoyer message email à: SandyP Envoyer message privé à: SandyP Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-10-04, 18:40  (GMT)
"Quand le système familial est malade et rend malade..."
Bonsoir!

J'ai découvert votre site il y a peu de temps, et la qualité des discussions et des réponses (sur le transfert, par exemple) m'encourage à aborder un sujet que je travaille depuis plusieurs années : la psychogénéalogie, ou comment un sytème familial qui fonctionne mal, qui est "malade", crée des problèmes de santé chez les membres de cette même famille, du grand-père à la petite fille...

Bien sûr, les maladies changent, ne sont pas les mêmes, mais leur apparition est souvent liée à un événement familial : décès, maladie d'un proche. Personnellement, j'ai déclenché un Basedow (ou plutôt mon inconscient l'a fait pour moi) suite au diagnostic de Parkinson chez ma mère. Le jour où je me suis rendue compte que j'aidais ainsi ma mère : ELLE est malade, donc, JE dois être malade, pour ne pas la "trahir", je suis tombée de haut, j'ai grandi, et j'ai décidé de me réveiller, de couper le cordon ombilical... Je l'ai fait consciemment, ce fut douloureux, mais comme il a été écrit à propos du transfert (point de vue du médecin) : ma fermeté, mon repositionnement clair et net, et l'expression de mes limites à respecter par les autres, ont assaini nos relations, et ils m'en sont sûrement reconnaissants (mais ils ne l'avoueront jamais!). Bien sûr, je ne suis pas le thérapeute de mes parents (même si j'ai tenté de l'être au début), mais j'ai très longtemps fait l'objet d'un transfert de leur part, et cela continue sûrement, mais maintenant, j'en suis consciente, ce qui change les choses, car je ne "marche" plus.

Maintenant, je me rends compte que mes enfants aussi sont sensibles à la qualité des relations familiales, ils "sentent" les choses, et les expriment, parfois physiquement (la terrain génétique est là, c'est la seule chose qu'on ne PEUT PAS MODIFIER), et je me rends compte que cette histoire familiale, avec ses non-dits, ses conflits, qui remontent à plusieurs générations, continue à "travailler" mes enfants...

L'inconsient joue un grand rôle dans la maladie, qu'elle soit physique ou mentale. Chez les femmes du côté de ma mère, il y a une tendance claire à la dépression (tendance seulement, aucune n'a fait une réelle dépression) et à la manipulation des autres. J'arrive à m'en amuser, maintenant, quand je suis témoin de conversations ou psychodrames familiaux, je connais par coeur le film, et je ne suis jamais déçue par les acteurs!

Seulement, il y a un DENI évident de ce malaise familial, entretenu par les femmes - et leurs conjoints respectifs, sur plusieurs générations. "La dépression, c'est honteux, il ne faut pas se laisser envahir par elle, on n'a pas le droit d'aller mal quand on a "tout pour être heureuse" etc. Ce discours a bercé mon enfance, et quand j'ai osé dire clairement que quelquechose clochait dans la famille, on a répondu que c'est moi le problème (bien pratique, en fait, je le porte en moi, à ma manière, et la maladie de Basedow en est une expression). C'est à cette époque que j'ai lu le livre de Susan Forward "Parents toxiques" qui a mis des mots, certes durs, sur ce que je vivais alors.

Je me souviens de mon médecin de famille, quand j'étais adolescente (j'ai eu une période d'anorexie, mais dont je me suis sortie en quittant la maison), qui m'a dit, quand je lui ai fait part de mon projet de partir loin de la maison : "Vous êtes une passionnée, je ne me fais pas de souci pour vous, bon vent!". Je serai toujours reconnaissante à ce médecin-là, qui soignait toute la famille, et connaissait bien chacun de ses membres, d'avoir compris et trouvé les MOTS pour me déculpabiliser de partir... Ce fut le premier pas vers l'indépendance. A cette époque, je n'étais pas du tout consciente que la relation à mes parents, que les relations familiales remontant à plusieurs générations (avec deuils d'enfant et autres difficultés) me travaillaient au corps et à l'âme. Depuis, j'ai fait un travail sur moi (je soigne Basedow sur le plan physique ET mental), et j'invite mes enfants à exprimer ce qui ne va pas chez eux, au maximum. Je ne suis pas une super-woman, malheureusement, je ne peux pas tout changer d'un coup de baguette magique, mais au moins, j'essaie d'écouter ce que disent mes enfants, pour qu'ils aillent de l'avant!

Bref! J'essaie de rompre la chaîne infernale de la transmission inconsciente des problèmes, ce qui est à l'origine de ma maladie, je dis bien à l'origine, car elle est apparue à un moment précis de ma vie, pas avant, pas après, et en ce sens, elle m'a permis de rétablir un certain équilibre dans les relations familiales avec mes parents... Basedow est maîtrisée, et depuis que je suis malade, je me fais davantage respecter, j'ai gagné en estime de moi, et j'en suis très contente! C'est le véritable gain que j'ai pu tirer de la maladie.


Merci de m'avoir lue jusqu'au bout. Toute maladie est une maladie du corps ET de l'âme. J'aimerais avoir vos avis sur la questions des "familles à problèmes" ou quand la maladie est l'expression d'un déséquilibre et d'un dysfonctionnement dans les relations familiales (souvent, tout cela est inconscient, bien sûr!). Et ces maladies n'apparaissent que si le terrain génétique est présent, bien sûr, d'où la diversité des maladies en question.

@ bientôt!


Sandy

  Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


  Liste des réponses à ce message

  Sujet     Auteur     Posté le:     ID  
 RE: Quand le système familial est malade et rend malade... Cafe_Sante 06-10-04 1
   RE: Quand le système familial est malade et rend malade... SandyP 06-10-04 2
       La psychogénéalogie : effet placebo? SandyP 06-10-04 3
       RE: Quand le système familial est malade et rend malade... cyscama (VNI) 06-10-04 4
           RE: Quand le système familial est malade et rend malade... bb (VNI) 14-12-04 5
               RE: Quand le système familial est malade et rend malade... Isabelle (VNI) 23-12-04 7
                   RE: Quand le système familial est malade et rend malade... Poulou 23-12-04 10
 RE: Quand le système familial est malade et rend malade... Poulou 15-12-04 6
   RE: Quand le système familial est malade et rend malade... Roberte (VNI) 23-12-04 8
 RE: Quand le système familial est malade et rend malade... cilloux 23-12-04 9
   RE: Quand le système familial est malade et rend malade... Giulia 23-12-04 11
       RE: Quand le système familial est malade et rend malade... cilloux 23-12-04 12
           RE: Quand le système familial est malade et rend malade... Giulia 24-12-04 13
               RE: Quand le système familial est malade et rend malade... Poulou 24-12-04 14

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Texte des réponses

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-10-04, 19:05  (GMT)
1. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Bonsoir,
Il est évident que les gènes sont très importants et qu'en plus la culture familiale provoque certains comportements. Il n'est donc pas étonnant de retrouver les mêmes maladies à travers les générations. Mais la psychogénéalogie va trop loin (http://www.psychogenealogie.com) et comme d'habitude dans ce genre de thérapie, une hypothèse devient une religion.

Extrait :
« Je cite le cas de l’arbre généalogique d’une personne qui présentait une similitude de prénoms dans sa lignée maternelle et se retrouvait ainsi identifiée à une arrière grand-mère maternelle veuve à plusieurs reprises , ce qui lui posait un problème relationnel important dans sa vie conjugale. En localisant l’origine des deuils qu’elle avait vécu dans sa vie, elle a pu se dégager de l’emprise de cette arrière grand-mère au cours d’un exercice à la fois corporel et émotionnel. »

Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

SandyP (8 messages) Envoyer message email à: SandyP Envoyer message privé à: SandyP Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-10-04, 19:44  (GMT)
2. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Bonsoir!

Je m'intéresse à la psychogénéalogie, et je n'en fais pas une religion. Du moins, la psychogénéalogie n'a jamais prétendu remplacer la médecine et soigner la maladie à sa place. Je constate simplement des coïncidences étranges qui ne peuvent pas en être, entre la survenue d'une maladie et un changement familial ou géographique (déménagement par exemple). La médecine reconnait cela : le facteur stress existe. Mais là où les choses se compliquent et deviennent intéressantes, c'est quand on s'interroge sur : le lieu, les conditions du déménagement, les circonstances d'un accident, ou l'âge auquel on tombe malade...

Inconsciemment, on reproduit des accidents, des maladies, des échecs qui ont déjà été vécus par d'autres au même âge (mais pas forcément les mêmes accidents, les mêmes maladies). En ce qui me concerne, les caps difficiles correspondent (comme par hasard) à des âges où des membres de ma famille ont vécu des drames (maladie, décès). C'est le syndrome d'anniversaire.

A défaut de maîtriser le système, je cherche à mieux le connaître, et cela m'aide à prendre de la distance. Je préfère être consciente que quelquechose m'échappe, et essayer de le saisir, plutôt que de considérer ma maladie, et la maladie en général, comme un "accident" qui n'a pas de sens ou bien un coup du sort.

Je sais bien que l'on sort ici du domaine médical strict, mais je vous remercie d'avoir répondu et donné votre avis. Bonne soirée!


Sandy

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

SandyP (8 messages) Envoyer message email à: SandyP Envoyer message privé à: SandyP Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-10-04, 20:31  (GMT)
3. "La psychogénéalogie : effet placebo?"
Je voulais encore ajouter ceci : notre mode de pensée essaie de tout ramener à la raison, au rationnel, au scientifiquement explicable et maîtrisable. Or qu'en est-il de l'effet placebo? Il reste un mystère, et rien ne permet de l'expliquer rationnellement. Et pourtant : ça marche! le malade n'en demande pas plus : revenir à la santé "de lui-même". Or chez ces malades, c'est bien le fait d'y croire qui a permis, d'une manière ou d'une autre, la guérison, puisque la molécule active du médicament était absente.

L'inconscient, le non-rationnel a donc bien une place dans la survenue et la disparition des maladies, en plus des facteurs bien réels de la génétique et de l'environnement. Cela explique aussi que des malades dits incurables s'en sortent, contre tous les pronostics!

Je reste optimiste et curieuse, deux qualités qui, je l'espère, auront leur effet "placebo" sur la maladie (pour l'instant, ça fonctionne!).

@ bientôt!

Sandy

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cyscama (VNI) (2 messages) Voir addresse IP de cet auteur
06-10-04, 23:23  (GMT)
4. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Bonsoir,

Vous avez raison de savoir garder vos distances quant à la psychogenéalogie alors même que cette thérapie vous a permis une réelle progression dans votre vie quotidienne. Des fois, quand "ça marche", les personnes ne jurent que par cette méthode et en deviennent fanatiques, avec toutes les conséquences que cela implique.

La médecine occidentale avec toutes ses possibilités,n'est qu'une manière d'apréhender la maladie, souvent sur le versant matérialiste, mesurable et ne tient pas compte des évolutions subtiles de chaque malade dans ses statistiques, alors que celui-ci en ressent le bénéfice. Il ne s'agit pas d'une médecine des émotions,ni de l'histoire personnelle et familiale autre que sur le plan des antécédents. Nous ne sommes pas formés à apprécier la part subjective mais bien au contraire, appliquer une démarche objective et reproductible. La relation avec le patient est laissée à l'appréciation de chacun, avec tous les abus que chacun peut connaitre... Les émotions ressenties durant une consultation sont considérées comme parasite, alors qu'elles sont centrales dans la vie quotidienne pour beaucoup.

ll y a des avantages et des inconvénients à cela. Le principal inconvénient serait peut etre de considérer la médecine actuelle comme moins "humaine" (?), d'autant plus que les techniques de mesure ( scanner, prises de sang..) nous éloignent de plus en plus du contact physique.

Peut-on espérer évoluer vers un élargissement des thérapies avec la tolérance que cela demande de la part de chaque thérapeute... Au milieu, le patient reste capable d'évaluer ce qui lui est nécéssaire.

Mais bon, vous avez lancé un débat sur la psychogénéalogie qui n'est pas prêt de finir...

Bonne soirée.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

bb (VNI) (4 messages) Voir addresse IP de cet auteur
14-12-04, 19:57  (GMT)
5. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Bonjour, je suis étudiante en 3éme année Assistante de service social.
Je construis mon mémoire sur le thème des "non-dits" familiaux et ce qu'ils peuvent avoir comme conséquences sur l'adolescent (somatisation, repli, passage à l'acte etc.)
Ce mémoire est un mémoire de recherche professionnel et doit donc être axé sur notre pratique professionnelle. C'est pourquoi ma recherche se dirige vers le repérage des "non-dits", le rôle de l'A.S. dans son élucidation à savoir l'aide au diagnostic (problématique du jeune, de la famille), l'orientation auprès du réseau : Médecins, psychiatres etc. ainsi que le suivi des actions entreprises (suivi à court, moyen, et long terme). Tout ceci en laissant une place incontournable à la confiance, dans la relation d'aide.

Une formatrice qui nous a fait un cours sur la systémie, travaille au sein d'un CMPP (centre médico-psycho-pédagogique)et utilise le génogramme dans la thérapie familiale.
La psychogénéalogie traite essentiellement des secrets de famille à travers plusieurs génération mais j'aimerai des témoignage ou une aide de professionnels concernant les"non-dits" qui ne sont pas encore des secrets de famille.
Anne Ancelin Schutzenberger("aie mes aieux"...)Différencie cette notion de cette façon: à la 1er génération sont des non-dits, à la 2ème génération sont des secrets de famille, et à la 3ème génération sont des impensées (des fantômes ancryptées).
Peut-on utiliser la systémie, le génosociogramme de la même façon que pour les secrets de familles? Avez-vous de la doc ou des réactions sur les non-dits?(car beaucoup de doc pour les secrets de famille mais moins pour ce sujet)
Merci de votre aide , de vos témoignages ou de vos biblios...
BB.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Isabelle (VNI) (14 messages) Voir addresse IP de cet auteur
23-12-04, 08:51  (GMT)
7. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Merci de ton message mais de grâce utilise un vocabulaire plus simple si tu veux avoir des téméoignages sur ce site ou mieux adresse-toi à des Docteurs, Psychologues, psychiatres qui emploient ton langage !!!!!!!!!
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Poulou (958 messages) Envoyer message email à: Poulou Envoyer message privé à: Poulou Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-12-04, 15:15  (GMT)
10. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
>Merci de ton message mais de grâce utilise un vocabulaire plus
>simple si tu veux avoir des téméoignages sur ce site
>ou mieux adresse-toi à des Docteurs, Psychologues, psychiatres qui emploient
>ton langage !!!!!!!!!

Bonjour

A qui vous adressez vous Isabelle ?
Parce que si c'est à moi, je ne SAIS pas utiliser un vocabulaire plus simple, je suis désolée...

Poulou

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Poulou (958 messages) Envoyer message email à: Poulou Envoyer message privé à: Poulou Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-12-04, 00:07  (GMT)
6. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Bonsoir

Je ne me suis jamais intéressée de prés à la psychogénéalogie, mais je sais, pour en avoir pris conscience à plusieurs reprises tout au long de ma psychanalyse, que j'ai enregistré, d'inconscient à inconscient entre femmes de ma famille, d'inombrables blessures transmises par les vécus des générations précédentes.
Ces prises de conscience, à travers un travail sur moi même, m'ont permis de me libérer de ces blessures et de rompre ainsi la "châine de transmission" aux générations futures, mes enfants en premier lieu.

J'ai longtemps ressenti ma famille d'origine comme une énorme boule de pâte à modeler formée par l'amalgame des barrettes des individus qui la constituaient et dont je faisais partie.
Le problème dans cette histoire, c'est que les couleurs de chaque barrette se mélangeaient entre elles, empêchant à chaque individu de la "boule familiale", de conserver sa propre couleur dans son intègrité.

Ce n'est qu'à partir du moment où j'ai commencé à récupérer ma "barrette de pâte à modeler", mon intégrité individuelle, en faisant un profond travail sur moi même, que j'ai quitté la boule de pâte à modeler familiale, entraînant sa désagrégation...

Poulou

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Roberte (VNI) (1 messages) Voir addresse IP de cet auteur
23-12-04, 09:00  (GMT)
8. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Oui vraiment tout ce qui vient de nos ancêtres nous pouvons en hériter mais il faut en connaître les problèmes, difficultés, maladies dont ils étaient porteurs car bien souvent tout cela est caché ou on l'apprend bien trop tard. Dommage car si nous connaissions bien leur histoire, nous pourrions faire face plus tôt à certaines situations que nous traînons durant des décennies.
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-12-04, 09:22  (GMT)
9. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Modifié le 23-12-04 à 09:34  (GMT)


Bonjour,

D'un point de vue médical je ne peux pas trop dire. Mais en ce qui concerne les traits de caractère, j'ai de nombreuses informations sur les personnages de ma famille et visiblement l'hérédité joue un grand rôle.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Giulia (435 messages) Envoyer message email à: Giulia Envoyer message privé à: Giulia Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-12-04, 17:44  (GMT)
11. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Bonsoir Cilloux
Je suis, dans l'ensemble, d'accord avec toi, néanmoins quelque chose me fait tiquer. Quand tu parles d'hérédité, tu parles d'hérédité dans a génétique, ou dans l'hérédité de l'éducation ?


Merci de ta précision
Giulia

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-12-04, 21:44  (GMT)
12. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."

Je parle de la génétique de même que certains enfants ressemblent plus à "un côté" qu'à l'autre.

Des frères et soeurs de même parents (éducation semblable) ont un caractère ressemblant à des oncles ou tantes, c'est très net.

Et chez des cousins, ou cousins éloignés, ayant eu des parents différents, des éducations différentes, un niveau social différent etc... on retrouve ces mêmes traits de caractère.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Giulia (435 messages) Envoyer message email à: Giulia Envoyer message privé à: Giulia Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-12-04, 14:20  (GMT)
13. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Modifié le 24-12-04 à 14:21  (GMT)

Bonjour Cilloux
Je suis plus réservée quant à la génétique qui façonne le caractère.
En effet, "la génétique propose mais l'environnemet dispose". Je ne dis pas que la génétique n'a rien à voir là dedans, je dis que chaque personne est unique, et meme avec la meme éducation, elle développera des différences de caractères parce qu'elle n'aura pas subi les memes épreuves, mais aussi connu les memes personnes, n'aura pas fait sa vie exactement de la meme façon qu'untel ou untel autre.
Par exemple pour l'obésité, on remarque bien qu'il n'y a pas uiquement des facteurs génétiques, mais aussi des facteurs environnementaux. Par exemple : les Indiens Pima qui avaient un mode de vie traditionnel n'étaient pas obèses, alors que dès qu'ils ont été confronté au mode de vie occidental, l'obésité a augmenté de plus de 80%.
Ce qui prouve bien que la génétique ne fait pas tout, qu'il faille aussi prendre en compte l'environnement dans laquelle la personne vit.

Je pense aussi (mais là je vais beaucoup plus loin que le sujet initial) que ce serait terrible de réduie une personne qu'à son patrimoine génétique, car on aboutirait à des situations décrites dans Le meilleur des mondes ou Bienvenue à Gattaca : dans le livre et dans le film, nous aboutissons à des situations d'eugénisme, de supprimer quelqu'un parce qu'il n'aura pas le "profil génétique parfait".
En fait dans Bienvenue à Gattaca, ceci démontre bien ce que je disais plus haut, car malgré que le héros naie pas le profil génétaique dit "parfait", à force d'efforts et de volonté, il est parvenu à rentrer dans le monde de Gattaca.


Giulia

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Poulou (958 messages) Envoyer message email à: Poulou Envoyer message privé à: Poulou Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-12-04, 17:07  (GMT)
14. "RE: Quand le système familial est malade et rend malade..."
Modifié le 24-12-04 à 17:09  (GMT)

Bonjour

J'ai noté certains faits au sein de ma famille et parrallèlement au sein de celle de mon ex mari :

Côté ma mère :

Ma mère a perdu sa maman lorsqu'elle avait 2 ans; Son père s'est remarié "de raison" avec la soeur de sa femme pour que ce ne soit pas une étrangère qui élève la petite; La tante de ma mère a attendu un enfant l'année qui a suivi, mais a avorté pour préserver le qu'en dira-t-on; Elle n'a plus jamais pu avoir d'enfant ensuite.

Côté mon père :

La mère de mon père a été retirée à la famille qui l'élevait (elle avait été mise en nourrice à sa naissance), perdant celle qu'elle considérait comme sa mère, elle aussi à l'âge de 2 ans.

Le père de mon père était marié en première noce à une femme dont l'enfant s'est noyé à l'âge de 2 ans; Cette femme a été internée à la suite de celà, mon grand père a pu se remarier "de raison", sa première femme étant considérée comme perdue à l'époque.

Côté mon ex-mari :

Le père de mon ex mari était marié en première noce à l'amour de sa vie, Ils ont eu un enfant; La mère et l'enfant sont morts de la tuberculose alors que l'enfant avait 2 ans. Le père de mon ex mari s'est alors remarié "de raison".


J'ai lontemps gardé cette conviction intime que si j'avais un jour un enfant avec l'amour de ma vie, mon mari actuel, l'obstacle le plus gigantesque serait de dépasser ma croyance intime en cette malédiction familiale que les unions d'amour véritable qui donnent naissance à un enfant, se terminent toujours par la mort en bas âge de l'enfant, de la mère, ou des deux.

C'est grave, c'est bête, c'est stérile de croire celà, mais c'est ce qui s'est inscrit en moi suite à ce qui s'est vécu dans les générations précédentes.
Je ne veux plus m'attacher à cette croyance, mais j'ai compris pourquoi, au bout de plus de 8 ans de vie commune, nous n'avons jamais eu d'enfant, mon homme et moi.

A présent que j'ai pris conscience de ce blocage, j'ai pratiquement la ménopause. :p

Sur un autre forum, j'ai lu qu'un homme dont le père était mort à 46 ans, avait failli perdre lui aussi la vie alors qu'il avait 46 ans, à cause d'un accident de voiture; Je ne lui ai pas demandé ce que ses grands parents avaient vécu eu aux alentours de cet âge, mais je suis presque persuadée qu'il a dû se passer quelque chose d'important aussi.

Poulou

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


Fermer | Archiver | Effacer

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Rechercher sur le site Atoute.org: