Forum Médical

Attention : cette plate-forme de forum est en lecture seule. Pour participer aux discussions, rendez vous sur la nouvelle plate-forme
Page d'accueil du site
NANMEO !

"Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ?"

Envoyer ce sujet à un(e) ami(e)
Format d'impression
Mettre en signet (membres seulement)
 
Précédente | Suivante 
Accueil Général des Forums
Forum : Recherche d'informations sur une maladie (Protected)
Message d'origine

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
13-08-03, 16:48  (GMT)
"Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ?"
Bonjour,

j'aimerais avoir des témoignages quant à la dépendance à certains médicaments.
Je suis sous anti-dépresseurs et tout se passe bien sur ce plan là.

En revanche, j'ai stocké du tranxène durant plus d'un an, sans le prendre, et sans penser à mal. Puis lors d'un passage difficile, j'en ai consommé un peu, puis de plus en plus, sans me rendre compte de rien.

Je ne me suis pas du tout aperçue de ma dépendance. Ce n'était que du tranxène 5, mais à la fin je prenais une vingtaine de cachets par jour. Puis du tranxène 10, une boite par jour...

Un ami m'a dit que je devais me considérer "accro, comme je le serais à une drogue dure". J'ai eu du mal à le croire pensant que je me faisais un film.

Mon généraliste ne m'a d'abord pas prise au sérieux, et m'a prescrit 2 xanax par jour. J'ai commencé par en prendre une dizaine en plus du tranxène.

En panne de médicaments, j'ai eu une véritable crise de manque (physique) et depuis quatre mois, j'essaie de me sevrer.

Pour en arriver à l'essentiel du message : malgré tout ce qui peut y avoir de flagrant dans ce que j'écris, je ne suis toujours pas convaincue d'être malade ni accro.

Je n'ai aucun recul face à cette situation. J'ai eu divers avis, du déni à la cure de désintox en hopital psy.

A partir de quand doit-on considérer qu'il y a gravité de la situation ? Combien de temps doit durer un sevrage ?

J'espère que ce message n'est pas trop hors-sujet dans ce forum. J'ose le poster car je pense que d'autres personnes ont été confrontés à la prise d'anxiolitiques.

Merci de votre indulgence et de vos réponses.
Cécile

  Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


  Liste des réponses à ce message

  Sujet     Auteur     Posté le:     ID  
 RE: Dépendance aux anxiolytiques : quand faut-il réagir ? D_Dupagne 13-08-03 1
   RE: Dépendance aux anxiolytiques : quand faut-il réagir ? ganabin 02-06-04 27
       Je n'ai pas compris la fin cilloux 04-06-04 38
   RE: Dépendance aux anxiolytiques : quand faut-il réagir ? Iznogoude 25-08-04 41
       Ma faible lueur cilloux 26-08-04 42
 RE: Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ? Cafe_Sante 13-08-03 2
   Comment se procurer des tonnes de tranxène ;-) ? cilloux 13-08-03 4
 RE: Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ? Laurence2 13-08-03 3
   Sevrage et volonté... cilloux 13-08-03 5
       RE: Sevrage et volonté... Laurence2 14-08-03 6
           Le milieu psy et le monde "normal" cilloux 14-08-03 7
               RE: Le milieu psy et le monde "normal" Laurence2 14-08-03 8
       RE: Sevrage et volonté... assurix 14-11-03 9
           RE: Sevrage et volonté... Cafe_Sante 14-11-03 10
               RE: Sevrage et volonté... assurix 15-11-03 11
                   RE: Sevrage et volonté... Cafe_Sante 15-11-03 12
                       Pour info cilloux 16-11-03 13
                           traxène + prothadène gwelawen 28-04-04 14
                               RE: tranxène + prothadène gwelawen 17-05-04 21
           RE: Sevrage et volonté... edmonton 17-05-04 20
 RE: Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ? dalma 03-05-04 15
   Le risque du sevrage : le suicide cilloux 03-05-04 16
       Syndrômes de sevrage aigûs : un lien cilloux 03-05-04 17
           RE: Syndrômes de sevrage aigûs : un lien edmonton 17-05-04 19
 RE: Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ? edmonton 17-05-04 18
   Un confrère :-) cilloux 17-05-04 22
       RE: Un confrère :-) edmonton 18-05-04 23
           RE: Un confrère :-) owen 01-06-04 24
               RE: Un confrère :-) cilloux 01-06-04 25
                   Anxiolytiques Pandore 02-06-04 26
                       RE: Anxiolytiques owen 02-06-04 28
                           RE: Anxiolytiques Laurence2 02-06-04 29
                               RE: Anxiolytiques owen 02-06-04 30
                                   RE: Anxiolytiques Laurence2 02-06-04 31
                                       RE: Anxiolytiques cilloux 03-06-04 32
                                           RE: Anxiolytiques Laurence2 03-06-04 33
                                               RE: Anxiolytiques cilloux 04-06-04 34
                                                   RE: Anxiolytiques D_Dupagne 04-06-04 36
                                                       RE: Anxiolytiques cilloux 04-06-04 37
                                   RE: Anxiolytiques D_Dupagne 04-06-04 35
 RE: Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ? cilloux 25-06-04 40
 Quelle misère ! cilloux 19-09-04 43
   RE: Quelle misère ! Cafe_Sante 19-09-04 44
       Voilà qui est ennuyeux cilloux 19-09-04 45
           RE: Voilà qui est ennuyeux Ln2 20-09-04 46
               RE: Voilà qui est ennuyeux cilloux 20-09-04 47

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Texte des réponses

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
13-08-03, 16:57  (GMT)
1. "RE: Dépendance aux anxiolytiques : quand faut-il réagir ?"
Bonjour,

Les anxiolytiques, surtout à forte doses, induisent une dépendance importante.

Vous décrivez une consommation massive, avec des symtômes de sevrage importants. Vous êtes donc dépendant de ces molécules (benzodiazépines).

Le sevrage sera long et difficile. Vous n'êtes pas toxicomane, car ces produits ne sont pas toxiques, mais votre dépendance (addiction pour un mot franglais à la mode) est évidente.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ganabin (3 messages) Envoyer message email à: ganabin Envoyer message privé à: ganabin Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-06-04, 17:02  (GMT)
27. "RE: Dépendance aux anxiolytiques : quand faut-il réagir ?"
mieux vaut tot que tard, : les benefices reduisent avec le temps a cause de la dependance et l'habituation.
si le probleme est d'anxietes, apprendre a gerer les phobies petit a petit, ne pas se lancer dans lanxiete pendant des heures, mais lentement (5 min. le matin max) et avec multes repos. ex. foules
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-06-04, 20:17  (GMT)
38. "Je n'ai pas compris la fin"
Bonjour Ganabin,

que signifie "multes repos. ex. foules "

Merci
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Iznogoude (1 messages) Envoyer message email à: Iznogoude Envoyer message privé à: Iznogoude Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-08-04, 18:08  (GMT)
41. "RE: Dépendance aux anxiolytiques : quand faut-il réagir ?"
Bonjour,

Je suis un peu troublé en ce sens que je pensais que le Temesta est davantage un somnifère qu'un médicament destiné à surmonter des crises d'angoisses/paniques (le Xanax me semblant plus indiqué par exemple pour ce type de symptôme).

J'en prends depuis 2.5 ans chaque soir faisant de mon mieux pour limiter ma consommation à un maximum de 1 mg. Cependant je crains d'être victime d'effets secondaires notamment sous forme d'oublis, de trous de mémoire et de dépendance .

Si en effet le Temesta n'a pas pour vocation première celle de somnifère, quelle pourrait être une bonne alternative pour d'une part bien dormir (à m'efforcer à ne pas dépasser 1 mg chaque soir, je dors à peu près mal (bien?!) toutes les nuits) et d'autre part me sevrer.

Merci de vos lumières.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-08-04, 09:13  (GMT)
42. "Ma faible lueur"
Bonjour,

bon j'arrive avec mes gros sabots de celle qui sait tout.

Honnêtement, il n'y a pas de recette magique : ça va vous décevoir, mais si vous choisissez d'arrêter les médicaments, vous dormirez moins longtemps pendant quelques semaines.

Cependant, l'avantage me semble énorme. Principalement pour tout le processus de rêve et de travail de l'inconscient qui est bloqué par les médocs.

Il vaut mieux dormir peu, mais de bonne qualité.

Les cernes, la bouche pateuse, le froid, le visage barbouillé, la cervelle en compote, les assoupissements au travail, les manques d'attention en voiture, l'impossibilité de suivre une conversation, les coups de cafard/coups de pompe n'importe quand dans la journée...

Ben voilà, il m'aura fallu traverser tout ça à nouveau après l'arrêt des médicaments. Le supporter sans en avoir peur... noter mon sommeil, jour après jour, pendant des semaines. Pour pouvoir regarder d'un oeil objectif, sur une longue période, ce qui aggravait mes insomnies, et ce qui m'aidait à mieux dormir.

On a tous un mode de vie particulier, alors je ne peux pas vous dire pour vous. Etudiez, analysez, cherchez à comprendre. Les insomnies ne tombent pas du ciel, et les solutions non plus.

Vous apprendrez beaucoup de choses par là http://eric.mullens.free.fr/
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
13-08-03, 17:04  (GMT)
2. "RE: Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ?"
Bonjour,

Votre message a toute sa place dans ce forum. Et votre cas est malheureusement typique d'une toxicomanie (on dit maintement addiction, c'est plus anglais ). En lisant des ouvrages sur la toxicomanie à la cocaine, sur l'alcoolisme ou le tabagisme, vous retrouverez tout ce par quoi vous passez : augmentation des doses, manque, déni, etc.

Le sevrage peut durer très longtemps, mais peut aussi être rapide (vous voilà bien avancée ). Il faut surtout que vous trouviez une équipe (médecin généraliste, psychiatre, psychologue, amis) qui vous soutienne, vous aide et ne vous juge pas (le dernier item n'étant pas le plus facile).
Après, hospitalisation ou pas, ça dépend de l'équipe, de votre contexte familial et de vos désirs. Parfois l'hôpital rassure, parfois il fait peur.

Mais une chose est sure, il faut prendre ce problème très au sérieux.

http://psydocfr.broca.inserm.fr/toxicomanies/toxicomanie/produits/medics/medics.htm

Petite question : comment faites vous pour vous procurer une boite par jour de Tranxène ?


Philippe, médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
13-08-03, 21:58  (GMT)
4. "Comment se procurer des tonnes de tranxène ;-) ?"
Merci de vos réponses...

Pour Philippe : mon ancienne généraliste m'a prescrit du tranxène 5 durant un an et demi, alors que je n'en prenais presque jamais. Ainsi les boites se sont accumulées dans le placard (je ne me souviens pas les avoir conservées exprès, je les prenais à la pharmacie avec le reste de l'ordonnance).

C'est comme ça que j'ai augmenté facilement les doses.

L'élément déclenchant a été un malaise au volant, sans conséquence. J'ai été hospitalisée trois jours et je suis sortie "en courant" car je n'avais plus ma dose à l'hopital. Ca a été ma première prise de conscience. C'était en mai, je prenais du tranxène depuis mars.

Pour le sevrage, mon nouveau généraliste (j'ai eu besoin de changer mais je reste en bons termes avec l'ancienne...) a utilisé les termes "stabilisé" et "consolidé" pour chaque palier.

Bête et orgueilleuse que je suis, j'ai voulu aller plus vite que la musique. Le passage de 3 xanax/jour à 2/jour s'était bien déroulé, alors je suis passée de 2 à 1, puis à 0 en une dizaine de jours... et hop, crise de manque et overdoses quotidiennes (10 à 20 xanax/jour!).

Là, je suis repartie à 6 par jour en espérant ne plus faire cette erreur. Que de temps perdu ! Enfin, je ne me décourage pas.

Par contre, j'aimerais avoir plus d'effexor car c'est très efficace mais à peine suffisant il me semble.
En tant que médecin, que pensez-vous d'une pareille demande ? J'ai peur de vexer mon généraliste, de sembler faire les prescriptions à sa place.

Merci à vous, et je reste interessée par d'autres témoignages.
Cécile.


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Laurence2 (702 messages) Envoyer message email à: Laurence2 Envoyer message privé à: Laurence2 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
13-08-03, 19:35  (GMT)
3. "RE: Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ?"
Modifié le 13-08-03 à 19:36  (GMT)

Bonjour Cilloux,

j'ai une petite expérience avec les anxiolyques et ce que je peux vous dire c'est que ce n'est pas facile de les arrêter, même quand on respecte les doses prescrites.

J'ai pris trois comprimés de Temesta par jour pendant un peu plus de quinze jours et j'ai arrêté le traitement d'un coup parce que ma psy ne m'avait pas dit d'y aller progressivement. Le sevrage a été très pénible et il m'a fallu une volonté de fer pour ne pas reprendre de comprimés.
Maintenant, je prends du Clozan de façon ponctuelle mais je ne suis pas prête de reprendre des anxiolytiques de façon régulière car la dépendance est trop forte.

Dans votre cas, il me semble urgent et absolument nécessaire de vous faire aider, il est déjà difficile d'arrêter les doses normales, alors quand c'est devenu une véritable toxicomanie il faut absolument trouver de l'aide auprès de professionnels.

Bon courage en tout cas,

cordialement,

Laurence

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
13-08-03, 22:39  (GMT)
5. "Sevrage et volonté..."
Merci Laurence,

en ce qui me concerne, ce n'est plus une question de volonté. Je supporterais de bon coeur quelques journées de manque si j'étais à l'abri de moi-même.

Mais le problème du manque, c'est justement qu'on ne contrôle plus. La volonté n'a plus rien à voir là-dedans. Je me suis retrouvée à vouloir me balancer d'un viaduc, c'était compulsif. Rien de réfléchi.

En fait, il faudrait qu'on m'enferme une bonne semaine dans une chambre capitonnée et de préférence insonorisée. Mais je ne sais pas si ça se pratique, ce genre de soin...

Je ne vois pas trop d'autre solution. Je n'ai pas peur de la souffrance qu'engendre le sevrage. Mais j'ai peur des moments où le cerveau déraille et où on ne se contrôle plus.

Dans quelles unités hospitalières peut-on suivre une cure de désintoxication (de "désaccoutumance") ? Est-ce en hopital psy, en centre médico-psychologique (je ne vois pas bien la différence) ? Ou mieux, en cure de thalassothérapie au bord de la mer (on peut rêver).

Mais bon, c'est une démarche difficile à faire, que de se faire hospitaliser volontairement. Surtout en milieu psychiatrique. Mais si cela devait avoir lieu, autant le préparer un peu à l'avance, et poser des congés

Cécile.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Laurence2 (702 messages) Envoyer message email à: Laurence2 Envoyer message privé à: Laurence2 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-08-03, 19:23  (GMT)
6. "RE: Sevrage et volonté..."
Bonjour Cécile,

j'ai bien conscience que dans votre cas le sevrage n'est pas une question de volonté.

Il m'a fallu de la volonté pour arrêter le Temesta dans le sens où je devais résister à la partie de moi qui me disait à chaque seconde "Je veux un Temesta, je veux un Temesta" et je n'en reprenais pas car je ne voulais pas revivre les heures pénibles qui se déroulaient depuis que j'avais arrêté, mais comme je l'ai dit je prenais une dose normale et je sais tout à fait que votre cas est différent. Mais comme c'était déjà pénible pour moi, j'imagine bien les moments difficiles que vous devez vivre.

Vous avez raison de préparer votre hospitalisation si vous devez passer par là, c'est la meilleure chose à faire pour que ça se passe bien et pour éviter de mauvaises surprises. J'ai débarqué en psychiatrie sans avoir aucune idée d'à quoi ça ressemblait et j'en fais encore des cauchemars après quatre ans! Je ne dis pas ça pour vous décourager,au contraire il y a des hp ou des services psy très bien, donc autant se renseigner avant pour que ça se passe au mieux.

Cordialement,

Laurence

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-08-03, 19:39  (GMT)
7. "Le milieu psy et le monde "normal""
Bonsoir Laurence,

je voudrais en effet être hospitalisée car je crois que c'est nécessaire. Mais ce qui me fait peur, ce n'est pas le monde psychiatrique : j'ai vu suffisamment d'amélioration chez des amis pour avoir confiance dans les médecins.

Ce qui me fait peur, c'est la sortie et l'étiquette "malade psy" que je traine déjà un peu, mais qui sera validée si je fais un séjour en hopital psychiatrique.

Ma soeur y a passé deux mois suite au décès de sa fille et la classification de "folle" lui a tout de suite collé à la peau même par ses proches.

Dur. Enfin, dans le fond, ce que pensent les autres, on s'en fiche un peu.
Bon, hier neuf xanax, aujourd'hui huit (c'est du 0.25 seulement !) mais la journée n'est pas finie. Et demain, à quatre heures du mat, il faut repartir pour le travail, jusqu'au soir dix-huit heures. Certains disent que le travail, c'est la santé... je n'en suis pas si sûre.

Merci à vous, Laurence "2", et bonne soirée.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Laurence2 (702 messages) Envoyer message email à: Laurence2 Envoyer message privé à: Laurence2 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-08-03, 20:36  (GMT)
8. "RE: Le milieu psy et le monde "normal""
Bonsoir Cécile,

en effet les gens ont des préjugés tenaces concernant les maladies mentales et ont souvent l'impression que les gens hospitalisés en psy sont fous. Mais après tout, vous n'êtes pas obligée d'en parler à tout le monde. Les gens qui vous aiment comprendront que vous avez besoin d'aide et que vous n'êtes pas folle.

J'ai eu plutôt à faire avec le problème inverse: les gens ne prennent pas mes problèmes au sérieux, trouvent que j'aurais dû être hospitalisée mais pas en psy (où alors? je me le demande!), ça doit sans doute les choquer que quelqu'un qui a l'air normal soit en psy, ça les met face à l'idée que ça peut leur arriver.
J'ai réglé le problème, je ne leur parle plus de mes troubles, quant à ceux qui pensent que les malades mentaux sont des débiles, tarés, j'en passe, je ne leur en parle pas non plus. Après tout, tant mieux si j'ai l'air normal et ceux dont je suis vraiment proche me comprennent.

Mais je sais combien ça peut être difficile d'affronter le regard des gens et de gérer leurs réactions, voire leurs jugements, et j'avoue qu'il m'arrive encore de refuser d'être hospitalisée car je n'ai pas envie que ça se sache à mon travail et que ma famille se rende compte à quel point je vais mal.

Eh oui, on est en 2003 mais les troubles mentaux provoquent encore au mieux le rire, au pire le mépris, et très souvent l'incompréhension.

J'espère que vous trouverez une solution qui vous convient et que vous vous en sortirez.

Amitiés,

Laurence

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

assurix (2 messages) Envoyer message email à: assurix Envoyer message privé à: assurix Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-11-03, 13:11  (GMT)
9. "RE: Sevrage et volonté..."
Modifié le 14-11-03 à 14:19  (GMT)

cela fait 2ans que je prends un prozac le matin et un seresta le soirmalgré cela j'ai des sensations d'etranglemnts a la gorge etje me demande si cela ne viendrais pas des medicaments un medecin generaliste m'a dit que mon traitement ne servait plus a rien et que j'allais avoir du mal a arreterle seresta qu'en pensez vous faites moi part de vos experiences

merci marie france

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-11-03, 15:51  (GMT)
10. "RE: Sevrage et volonté..."
Bonjour,
Pour arrêter le Seresta, il va falloir diminuer peu à peu les doses sur des semaines ou des mois.


Philippe, médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

assurix (2 messages) Envoyer message email à: assurix Envoyer message privé à: assurix Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-11-03, 15:48  (GMT)
11. "RE: Sevrage et volonté..."
merci de votre reponse et faut il arreter le seresta avant le prozac comment pensez vous que je devrais m'y prendre sans trop ressentir le manque pour mes etranglements qu'en pensez vous j'ai deja consulté a ce sujet j'ai aussi fait une échographie thyroïdienne qui n'a rien décelé par ailleurs un medecin m'a prescit du pariet 10 mg j'en ai pris une boite et je n'ai pas eu d'amelioration je n'en prends plus actuellement

merci beaucoup de m'avoir repondu

marie france

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-11-03, 19:29  (GMT)
12. "RE: Sevrage et volonté..."
>merci de votre reponse et faut il arreter le seresta avant
>le prozac comment pensez vous que je devrais m'y prendre
>sans trop ressentir le manque pour mes etranglements

Il va falloir y aller très doucement et attendre à chaque diminution de doses quelques semaines pour voir.

Philippe, médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-11-03, 02:10  (GMT)
13. "Pour info"
j'avais une consommation en dents de scie (10 à 15 xanax, puis dodo pendant 2-3 jours, puis rien, puis 10 à15 etc...)

Le psy n'a jamais compris. Il me disait simplement de "diminuer d'un demi tous les 10 jours". Et voulait me filer des neuroleptiques pour mes "phases maniaques" (car j'étais d'humeur instable).

J'ai arrêté brutalement. Le manque a été très pénible mais supportable puisque je suis encore là et je n'ai pas repris.

Je suis venue me suicider sur ce forum d'ailleurs :
http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/4183.html

Le risque de suicide est élevé dans les crises de manque. On ne se contrôle pas. C'est pour ça que les médecins de ce forum ne vous disent pas d'arrêter d'un coup, ils ne veulent pas prendre cette responsabilité.

Mais vous, vous pouvez la prendre pour vous même. Attention le risque est réel, on peut se balancer d'un pont sans en avoir eu l'idée une heure avant. C'est compulsif, ça vient d'un coup comme le manque.

Pour le reste des réactions, c'est comparable au manque des autres drogues (pour moi insomnie, une nuit blanche sur deux, et crampes douloureuses les premiers jours).
Je peux vous donner des détails sur le déroulement et les crises de manque si vous voulez mais je pense que c'est différent selon les personnes.

Bon courage pour prendre la bonne décision.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

gwelawen (2 messages) Envoyer message email à: gwelawen Envoyer message privé à: gwelawen Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-04-04, 22:17  (GMT)
14. "traxène + prothadène"
bonjour,
depuis 10 ans je prends un tranxène 10 et du prothiaden 50 (2x25), tous les soirs.
J'ai ce traitement parce que je faisais de nombreuses crises de tétanie (assez violentes).

Le médecin m'a prévenue, il m'a dit "on ne sait pas pourquoi mais ça fonctionne",
effectivement je n'ai que l'impression de temps en temps de m'évanouir,
Le cauchemar est terminé depuis quelques années,
mais cela fait à peu près 10 ans que "je me soigne"....
.
Je ne peux plus contacter le médecin neurologue qui m'a prescrit ce traitement ( est parti au Canada ! ), mon médecin généraliste renouvelle toujours mon ordonnance,
J'aimerai bien, freiner , puis arrêter cette consommation journalière. J'ai 50 ans,
je me demande si c'est possible,
suite à votre réponse, j'en parlerai à mon médecin,
Peut-être puis-je commencer par diminuer le Prothiaden, j'ai l'impression que pour le Tranxène ce sera plus dure,
ou est-ce que la médication va de pair?
La médecine a-t-elle vraiment fait des progrès pour traiter la tétanie?
Merci pour la réponse,
cordialement
Gwelawen (qui signifie la joie en breton!)

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

gwelawen (2 messages) Envoyer message email à: gwelawen Envoyer message privé à: gwelawen Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-05-04, 12:26  (GMT)
21. "RE: tranxène + prothadène"
je réitère ma question de façon plus précise.
Est-ce que vous pensez que si j'arrête le tranxène+Protiaden que j'absorbe journellement depuis 10 ans les crises de tétanie risquent de recommencer.Ceci dit , je n'ai jamais eu l'envie d'augmenter la dose, je ne fais + de crises de tétanie, c'était le but.
Je pense que mon médecin ne sait pas trop quoi faire, lui même n'aurait jamais donné ce traitement.
Apparemment je n'ai pas de d'effets secondaires mais avec l'âge, je ne sais pas.
Merci pour un avis avisé
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

edmonton (5 messages) Envoyer message email à: edmonton Envoyer message privé à: edmonton Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-05-04, 01:21  (GMT)
20. "RE: Sevrage et volonté..."
Bonjour Marie-France,

Il me semble que vous ne prenez pas encore tellement de médicaments
mais attention!!!, si vous n'entamerez pas de sevrage le plus vite
possible, je vous jure que vous vous laisserez prendre au jeu.
Croyez moi Marie-France , je sais de quoi je parle.

Marc.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

dalma (11 messages) Envoyer message email à: dalma Envoyer message privé à: dalma Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-05-04, 05:31  (GMT)
15. "RE: Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ?"
Bonjour je suis nouvelle ici et j,adore votre site...nous parlons tous tellement le même language et sa fait du bien de savoir qu'on est pas seule au monde arrangés comme sa..c,est très rassurant

Moi je ne suis pas dépendante psychologiquement du xanax et de la morphine car je ne cherche pas à en prendre à tout moment et je suit à la lettre les doses prescritent par mon médecin mais mon corps lui est dépendant et c'est ce qui cause problème.Si je prend de la morphine c,est que je souffre de douleurs chroniques et que sans morphine je ne serais pas capable de marcher alors je n,ai pas vraiment le choix même si sa ne me plaît pas

Pour ce qui est du xanax il m,est aussi nécessaire car c'est le seul médicament qui m,aide avec mes crises d,angoisses,mes idées noires...l'anti-dépresseurs malgré la panoplie que j,ai essayé ne semble pas convenir à mon système et sa arrive dans certain cas...Serais-je l'exception à la règle ?

Maintenant je veux partager avec vous que tout comme Cécile j'ai cessé drastiquement le xanax et sa m,a mené directement au suicide tellement j'ai perdue la carte...Après seulement 3 jours d,abstinence de xanax que je prenais à faible dose à l'époque mon cerveau a sauté et je suis devenu bien malgré moi suicidaire et n'étant plu capable de supporter la tempête dans ma tête que me provoquait l,arrêt du xanax j,ai sans même réfléchir fais un tentative de suicide avec des médicaments de tout genre et tout ce que je me souviens c'est de m,être réveillé 12 jours plu tard d,un coma ne comprenant pas ce que je faisais au soin intensif!Quans mon papa m,a expliqué ce qui c'était passé et que j,avais 5% de chance de survive au début et qu'en plus j,avais perdue une jambe ce fût l,enfer!

Tout sà pour vous dire que faire un sevrage par soi-même sans soutient et suivi peut vous menez directement au suicide même si vous n'êtes pas suicidaire habituellement!8 personnes sur 10 qui arrêtent seul leurs médications vont tenter de ce suicider...n,est-ce pas alarmant?Cécile tu es drôlement forte et surtout chanceuse d'être encore en vie aujourd,hui ma belle et Dieu merci


Je prend encore du xanax au coucher soit 5à6 mg ce qui équivaut à 20 x 0.25 par jours et je trouve sa énorme...c,est même pas drôle!C'est la dose prescrite par mon médecin car mon corps est tellement intoxiqué de morphine(que je n,ai pas le choix de prendre)et de xanax (que je n,ai pas le choix de prendre non plu )que sa m'en prend beaucoup tellement mon système est endurcie pour avoir l,effet escompté!Sa m,arrive souvent de rager car y,a des soirs ou je me couche et ou je n,aurais pas besoin de prendre mon xanax car je me sent bien mais p.c.q mon corps est dépendant je ne peux sauter une dose sinon je tombe en manque dès le lendemain et c,est atroce le sentiment qui nous habitent en période de manque et j'ai une peur bleue de revivre le cauchemar que j,ai vécu il y as 3 ans déjà!

Peut-être devrais-je en prendre toute ma vie pour mon bien mais sa me fais chier de penser que je suis toxicomane moi qui n,ai jamais pris de drogue ou d'alcool de ma vie!J,aimerais aller me faire désintoxiquer mais si c,est pour aller plu mal et bousiller ma vie ensuite à quoi cela me sert t,il?

Je me sent extrêmement coupable de devoir prendre tout ses médicaments mais je dois accepter que ce n,est pas ma faute si mon cerveau a des failles et que ma jambe me fait souffrir terriblement

Bref la morale de cette histoire c,est de ne jamais cesser une médications sans l,avis du médecins et si tel était le cas ou il serait temps de sevrer et bien de bien s'entourer et de le faire graduellement!Tout sa à failli me coûter la vie et aujourd,hui mon ignorance face aux médicaments et au sevrage fait que je souffre physiquement(amputation à venir de ma jambe gauche)et psychologiquement face à l,acceptation de mon handicap à 36 ans...et pour un fille qui comme moi étais très active,qui faisais beaucoup de sport(le golf entre autre),qui travaillait dans un bar et qui étais toujours sur une patte et sur l'autre,qui étais full énergie et qui n'arrêtais pas une minute c,est dûr à digérer!

SOYEZ PRUDENT ET NE CESSEZ JAMAIS VOS MÉDICAMENTS SEUL SANS L,AIDE DE PERSONNE CAR SA PEUT VOUS MENEZ DIRECTEMENT AU SUICIDE EN UN TEMPS 2 MOUVEMENTS!NOUS NE LE DIRONS JAMAIS ASSEZ!

Merci de m,avoir lu et bon courage à tous :-0)

Amitié,Nancy xxxxx

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-05-04, 10:30  (GMT)
16. "Le risque du sevrage : le suicide"
Bonjour Nancy,

j'étais consciente du risque du suicide lié au sevrage, et en quittant l'hopital j'ai signé une feuille de refus de soins où j'attestais être informée du risque que je prenais.

Il est en effet vital de connaître ce risque.

Un site m'a énormément aidée : http://www.benzo.org.uk/freman/bzcha02.htm

J'ajoute que les pulsions suicidaires ont perduré pendant au moins un mois et demi, et même encore je sais que ça peut se produire.
Très important : j'ai arrêté le café ! (quel produit toxique ce machin là !) et le thé (le traître, le fourbe, le félon, qui l'air de rien vous met les nerfs à vif).

Prenez patience pour les médicaments, vous y arriverez de nouveau puisque visiblement, vous avez la motivation d'arrêter.

Cordialement,
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-05-04, 10:42  (GMT)
17. "Syndrômes de sevrage aigûs : un lien"
http://www.benzo.org.uk/freman/bzcha03.htm

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

edmonton (5 messages) Envoyer message email à: edmonton Envoyer message privé à: edmonton Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-05-04, 00:36  (GMT)
19. "RE: Syndrômes de sevrage aigûs : un lien"
Bonjour Cecile,

Je connais ce lien. Il est d'une grande utilité pour les personnes
concernées et pour leur entourage. De plus, c'est un lien très
encourageant vu que tous les symptômes sont normaux... et que tout,
pour pouvoir accéder à une guérison totale, n'est qu'une question de
temps.
Marc.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

edmonton (5 messages) Envoyer message email à: edmonton Envoyer message privé à: edmonton Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-05-04, 00:23  (GMT)
18. "RE: Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ?"
Bonjour Cecile,

Comme vous, jétais sous Xanax et autre benzodiazépines, ilya tout juste
près de 2 mois. Depuis ces 2 mois de sevrage absolu, ma vie est un
vrai cauchemard, je n'aurais jamais pensé que les médicaments peuvent
causer un tel désastre. J'ai juré que plus jamais je ne prendrais des
médicaments psychos, ce qui j'espere, la partie n'étant pas encore gagnée
à ce stade. Mais suite à 2 crises d'épilepsie, dues aux médicaments et à
l'alcool, ainsi qu'un séjour en hôpital, je pense que cela suffit pour ne jamais plus tomber dans le cercle vicieux de ces drogues qui nous tuent.
Pour revenir à votre cas, je pense que vous êtes bel et bien dépendante
et que vous devez essayer par tous les moyens du possible de vous défaire
des médicaments le plus vite possible. ( Le XANAX ) et les autres.

Marc

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-05-04, 12:41  (GMT)
22. "Un confrère :-)"
Bonjour Marc,

merci de vos encouragements.

J'ai arrêté deux fois , la première en septembre, puis après une bête rechute en hiver, j'ai arrêté de nouveau en février. Depuis, plus rien. Mais aussi, je n'ai pas fait la bêtise de garder des médocs "au cas où". Je n'en ai pas donc je ne suis pas tentée. Si j'en avais, j'aurais craqué. Ca fait deux mois et demi (donc comme vous à peu près) et j'ai encore des moments très dûrs. Le médecin me dit que ce n'est plus du manque, je ne sais pas. C'est quand même douloureux.

Mais comme vous, je n'ai plus trop envie de retomber là-dedans. Ca soulage pendant six heures et ça empoisonne le reste de l'existence. Être complètement amorphe, ne plus pouvoir faire le strict minimum chez soi, s'apercevoir qu'on devient dépendant... ça donne un coup de fouet pour arrêter.

Avez-vous lu les autres témoignages à ce sujet, celui de Dalma notamment ?

C'est très dûr en effet, et on a peu d'encouragements. On doit se motiver tout seul, et à certains moments on pédale dans le vide.

De plus, j'imagine que pour vous aussi, la situation qui vous a amené à prendre des benzo n'a pas foncièrement changé, et que vous avez par moments des coups de nerfs, des colères, des impatiences, voire même des élans de méchanceté gratuite (en tout cas moi c'est comme ça). C'est dûr de vivre avec de tels défauts, mais c'est toujours mieux que d'être assommé de cachetons.


Dans l'attente de vous lire,

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

edmonton (5 messages) Envoyer message email à: edmonton Envoyer message privé à: edmonton Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-05-04, 20:32  (GMT)
23. "RE: Un confrère :-)"
Bonsoir Cecile

J'ai bien lu le témoignage de Dalma, c'est triste et en même temps cela
fait froid au dos.
Quant aux circonstances qui m'ont ammené à prendre des médicaments psy..., il ya près de trente années, celles-ci ne sont plus d'actualité
aujourd'hui.
Marc

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

owen (3 messages) Envoyer message email à: owen Envoyer message privé à: owen Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
01-06-04, 21:01  (GMT)
24. "RE: Un confrère :-)"
bonjour,

Ma mère est sous l'emprise des "anxiolitiques" (pour ne pas etre plus vulgaire) depuis l'age de 15 ans (lorsqu'elle vécut sa première tentative de suicide).

Elle a été envoyé en hopital psychiatrique et au lieu d'être soignée par un psychiatre ils l'ont "bouré" de médicaments et notemment d'anxiolitiques.

Elle s'en est sortie de mes 4 ans à mes 14 ans, seule periode où je me souviens avoir eu une mère à peu près "normale"...

J'en ai 18 à présent, et ça fait 4 ans que je vis avec une mère détruite et qui nous détruit également (moi mon père et mon petit frère) peu à peu, elle rechutte toutes les 3 semaines (s'enfilant une vingtaine de cachets par jour et ce pendant une semaine), je précise qu'elle est medecin et qu'elle peut s'en procurer comme elle le désire...

Je ne sais plus que faire mais je sais une chose c'est que l'on peut rien pour nous car elle est medecin et que la medecine refuse de la soigner (les medecins ne se soignent pas entre eux figurez vous...).

Moi j'ai une seule question: POURQUOI CES MEDICAMENTS NE SONT PAS INTERDITS AVEC LES RAVAGES QU'ILS FONT???????????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mon rêve le plus cher est de foutre le feu à toutes ces pharmacies et à ces merdes qui nous empoisonnent la vie en nous faisant croire qu'elle sera plus belle après!!!!!!!!!!!!!!!

Ce message peut paraitre remplit de haine vis à vis du corps médivcal mais c'est surtout un cri de desespoir.

Lauren

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
01-06-04, 22:39  (GMT)
25. "RE: Un confrère :-)"
POURQUOI CES MEDICAMENTS NE SONT PAS INTERDITS AVEC LES RAVAGES QU'ILS FONT???????????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Parce que des ordures se font de l'argent avec, comme l'héroïne ou les munitions.

Parce que nous ne vivons pas dans un pays aussi beau que la propagande veut nous le faire croire.

Je ne sais pas quoi dire, mais si au moins vous arrivez à vous en sortir sans trop de dégat, je vous tire mon chapeau.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-06-04, 08:33  (GMT)
26. "Anxiolytiques"
Cécile,

Ce n'est pas parce que quelques personnes n'arrivent pas à utiliser les médicaments selon la prescription qui leur a été faite, ou qu'ils détournent leur usage, que l'on doit en tirer la conclusion que les laboratoires pharmaceutiques sont des "ordures" !

Ces médicaments sont très utiles pour de nombreuses personnes, et indispensables pour certains. Il suffit de se conformer à la prescription, et d'avoir un dialogue régulier et franc avec son médecin traitant, pour n'avoir pratiquement aucun problème.

Ton message me semble dangereux, en particulier pour mes "confrères" à moi, ceux qui ont à lutter contre des problèmes psychiques (voir par exemple les témoignages du forum "schizophrénie"). Pour eux, l'alliance thérapeutique avec le médecin est souvent difficile à mettre en place, la confiance dans les traitements aussi. Alimenter leur méfiance par de tels messages peut-être très nocif, réduire à néant des mois de travail et de persuasion pour faire accepter un traitement.

Je trouverais responsable que ce message soit modifié.

Cordialement,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

owen (3 messages) Envoyer message email à: owen Envoyer message privé à: owen Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-06-04, 20:07  (GMT)
28. "RE: Anxiolytiques"
bonjour,

Je tiens tout d'abord a remercier cecile de m'avoir répondu et je suis tout a fait d'accord avec ce qu'elle dit bien que je comprenne ce que tu veux dire pandore.

Je connais cependant 4 personnes dans mon entourage sous anxiolitiques et trois sont dépendantes (dans des proportions plus ou moins graves Beaucoup de médicaments marchent comme la plupart des antidepresseurs, mais rien ni personne ne pourra me faire croire que ces médicaments peuvent être bénéfiques pour qqn, tant que je n'aurais pas rencontrer cette personne et je pense d'ailleurs qu'avec tout ce que j'ai vu et vécu, une ne suffira pas.

Maintenant chère Pandore sache que je souhaite à ma mère et à vous tous qu'une seule chose, c'est le gout de vivre mais je ne pense décidément pas que ce seront les anxiolitiques qui vous aideront à y parvenir

Merci et bien à vous, Lauren

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Laurence2 (702 messages) Envoyer message email à: Laurence2 Envoyer message privé à: Laurence2 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-06-04, 20:36  (GMT)
29. "RE: Anxiolytiques"
Bonjour Lauren,

je rejoins tout à fait Pandore. Vous ne croyez pas que les anxiolytiques peuvent aider des gens mais avant de le mettre sur le marchés, il y a eu des études scientifiques et de nombreuses personnes souffrant de maladies mentales sont aidés par les anxiolytiques ou autres psychotropes. Si vous pensez que pour se sortir d'une maladie (parfois grave), il suffit de retrouver le goût de vivre comme par magie et sans aide médicale, c'est que vous ne vous rendez pas vraiment compte de ce qu'est une maladie mentale.
Si ces médicaments sont en vente, c'ets parce qu'ils ont une utilité certaine dans différents troubles mentaux. Que des gens en abusent, c'est un autre problème. J'ai envie de vous dire que si on veut se droguer, on peut le faire avec n'importe quoi, pas seulement des anxiolytiques. Plus jeune, j'avais une copine qui se shootait à un produit de nettoyage, ce n'est pas une raison pour l'enlever du commerce.

J'ai pris des anxiolytiques et ça m'a beaucoup aidé, car quand on a des angoisses psychotiques, il ne suffit pas de se dire la vie est belle pour que ça aille mieux.
J'en prends maintenant de façon ponctuelle (un par semaine environ, je n'en suis pas dépendante car je gère ma consommation correctement).
Je crois que personne ne pense que les anxiolytiques font retrouver le goût de vivre, ils aident à moins souffrir, à ne pas être enfermé dans la maladie et ça permet de faire un travail sur soi, de se reprendre en main. Ce sont plutôt ces deux dernières choses qui permettent de retrouver le goût de vivre.

Cordialement,

Laurence

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

owen (3 messages) Envoyer message email à: owen Envoyer message privé à: owen Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-06-04, 20:57  (GMT)
30. "RE: Anxiolytiques"
chère Laurence,

D'abord merci de votre réponse.

Sachez que je n'ai jamais dit que j'étais contre tous les médicaments (j'ai d'ailleurs dit que notemment les anti dépresseurs pouvaient être indipensables comme les régulateurs d'humeur) mais que les anxiolitiques m'ont ruiné en ruinant ma mère. Je pense que si vous aviez vécu ce que j'ai vécu vous me comprendriez.

J'ai hérité de ma mère et je fais également des crises de panique et d'angoisse très puissantes et douloureuses qui provoquent des etourdissements et des pertes de connaissances dans les cas extrêmes. Je sais donc de quoi je parle en ce qui s'agit des maladies mentales.
Je suis sous traitement paramédical (médicaments aux herbes, acuponcture, yoga et psy). C'est mon choix que de ne pas avoir recours aux médicaments chimiques mais je ne condamne en aucun cas ceux qui en prennent sinon ca ferait déjà longtemps que j'aurais abandonné ma mère. Je cherche juste à comprendre et à faire en sorte de prévenir, que les gens sachent que ces médicaments ne sont pas innocents, qu'ils sont très dangereux malgré le fait qu'ils peuvent également aidés...

Sur ce dernier point je serai toujours sceptique et je pense que quiconque connaitrait mon histoire me comprendrait.

Bien à vous Lauren

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Laurence2 (702 messages) Envoyer message email à: Laurence2 Envoyer message privé à: Laurence2 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-06-04, 22:14  (GMT)
31. "RE: Anxiolytiques"
Bonjour Lauren,

je peux comprendre ce que vous avez vécu et je ne nie pas que les anxiolytiques puissent être dangereux quand on en abuse et qu'ils créent une dépendance même quand on ne prend que la dose normale, mais ça n'enlève rien à leur efficacité dans certains cas.

Faire le choix de se soigner par des moyens paramédicaux peut être une bonne chose, je prends moi-même un traitement homéopatique à côté des médicaments traditionnels, mais simplement on n'a pas toujours le choix de se passer de médicaments, à moins de faire le choix d'être malade tout le temps.

Je crois que beaucoup de substances peuvent être dangereuses quand on en abuse, et pour moi le problème reste l'abus et non la substance en elle-même.

C'est surtout votre phrase sur la nécessité d'enlever les anxiolytiques du commerce qui m'a fait réagir, mais votre dernier message me semble plus modéré.

Bonne soirée,

Laurence

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-06-04, 13:06  (GMT)
32. "RE: Anxiolytiques"
Bonjour tout le monde,

j'ai lu en biais, mais je tiens à dire que je n'ai jamais pris de médoc dans le but de me droguer pour le plaisir. J'étais réticente comme tout le monde à prendre du tranxène, rien que le nom m'impressionnais. Je suis devenue addictive comme ça arrive avec certaines personnes. La dépendance est un effet secondaire et non pas la conséquence d'un caractère de cochon. Merci de rectifier dans vos petites têtes. Cécile en colère.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Laurence2 (702 messages) Envoyer message email à: Laurence2 Envoyer message privé à: Laurence2 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-06-04, 19:34  (GMT)
33. "RE: Anxiolytiques"
Bonjour Cécile,

je ne rectifie rien et tu peux être en colère si tu veux car tu interprètes mes propos à ta façon. Je n'ai jamais dit qu'on était dépendant à un produit pour le plaisir, je ne crois pas qu'il y ait de drogué heureux, je pense que la dépendance est toujours (ou quasi toujours) la conséquence de quelque chose de plus grave. Je ne vois pas où j'ai parlé de caractère de cochon.

Mais tu ne peux pas dire que les labos sont des ordures parce que certaines personnes abusent des médicaments, ce ne sont pas eux les responsables. Grâce à ces "ordures", des millions de gens peuvent vivre normalement ou au moins moins difficilement qu'ils ne l'auraient fait avant que tous les médicaments que nous avons à notre disposition n'existent. Alors ne confondons pas tout.

Pourquoi la plupart des gens prennent les doses normales de médicaments et pourquoi certains en abusent, les raisons sont certainement complexes mais je ne crois pas qu'on devienne extrêmement dépendant d'un produit par hasard, il y a en général une souffrance derrière, si tu as voulu lire plaisir dans mes propos, je n'y peux rien.

Laurence

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-06-04, 00:32  (GMT)
34. "RE: Anxiolytiques"
Hé hé hé, toi aussi tu interprêtes :

Je n'ai jamais dit que tous les gens qui bossent dans les labos, ou les patrons des labos, sont tous des ordures. J'ai dit qu'il y avait des ordures dans le mécanisme qui en profitent et qui n'ont aucun intéret à ce que l'ascension médicamenteuse s'arrête.

Il y a quand même un problème, le déni (pas le mien pour une fois) est important : sur toutes les notices de benzo, il est dit très clairement que "l'usage de ce médicament ne doit pas dépasser 12 semaines".

Alors pourquoi des médecins prescrivent ça au delà de 12 semaines ?

Y'a bien un os dans le patée.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-06-04, 08:43  (GMT)
36. "RE: Anxiolytiques"
>Il y a quand même un problème, le déni (pas le
>mien pour une fois) est important : sur toutes les
>notices de benzo, il est dit très clairement que "l'usage
>de ce médicament ne doit pas dépasser 12 semaines".
>
>Alors pourquoi des médecins prescrivent ça au delà de 12 semaines
>?

Bonjour Cécile,

Il n'est pas dit que le médicament ne doit pas être pris plus de 12 semaines, mais qu'il ne doit pas être prescrit sur un même ordonnance plus de 12 semaines, afin que le médecin puisse réévaluer tous les 3 mois la nécessité de prescrire le tranquillisant.

J'en prescris peu, mais il a des patients chez qui ces médicaments sont indispensables au long cours, pour vivre, tout simplement.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-06-04, 20:15  (GMT)
37. "RE: Anxiolytiques"
Modifié le 04-06-04 à 20:15  (GMT)

(j'avais oublié : bonjour docteur et tout le monde)

Voici comment c'est formulé sur biam

Xanax :
"Le traitement ne devra pas dépasser quelques mois, sauf en cas de nécessité."

Tranxène :
"La durée du traitement ne doit pas dépasser quelques mois (quatre maximum) et l'arrêt du traitement sera fait d'une façon progressive afin d'éviter un syndrome de sevrage."

Il me semble que ça a changé, mais je ne me souviens plus de la formule exacte. Il y avait "douze semaines", ça j'en suis sûre. Il y aurait donc eu de l'inflation dans la durée maximale du tranxène...

Quand même, j'ai une dent contre la médecin qui m'a incitée à en prendre : "c'est ce que je donne à mes enfants quand on part en voyage", qu'elle me disait, pour bien me montrer que ce n'était pas dangereux...

Ah, je lui ai souhaité plus d'une fois de voir ses gamins en manque, quand ils seront grands... puis non : c'est méchant et je ne lui souhaite pas ça parce qu'elle a été sympa malgré tout, et elle a fait ce qu'elle pensait bien. Mais donner du tranxène à ses gosses...

Remarquez, ma mère travaillait dans une crèche et déjà dans les années 60-70, les puéricultrices filaient du valium aux gosses. Ma mère était dégoutée. Mais faut pas croire, on a beau vivre en France, il s'en passe de drôles défois.


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-06-04, 08:40  (GMT)
35. "RE: Anxiolytiques"
>J'ai hérité de ma mère et je fais également des crises
>de panique et d'angoisse très puissantes et douloureuses qui provoquent
>des etourdissements et des pertes de connaissances dans les cas
>extrêmes. Je sais donc de quoi je parle en ce
>qui s'agit des maladies mentales.

Bonjour,

Je pense que l'erreur vient de là. Vous ne savez pas de quoi vous parlez : vous connaissez votre maladie mentale et celle de votre mère, et il y en a beaucoup d'autres que vous ne connaissez pas. C'est une réaction fréquente chez les patients : ils pensent connaître la maladie car il connaissent leur maladie. Je ne vous jette pas la pierre mais les réactions que vous avez lues étaient inévitables.


Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 00:11  (GMT)
40. "RE: Dépendance aux anxiolitiques : quand faut-il réagir ?"
Une page mignone comme tout

http://www.benzo.org.uk/pix3.htm

Cécile et ses mauvais souvenirs

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-09-04, 14:52  (GMT)
43. "Quelle misère !"
Bonjour à tous,

alors si je calcule à peu près, ça fait sept mois que je n'ai avalé aucun médicament, même pas une aspirine, rien de rien.

Ben j'en ai encore envie.

C'est pire que la cigarette ce truc là...

Pourtant, au bout de plusieurs mois, je suppose que mon organisme est tout nettoyé tout propre, non ?

On m'a dit qu'il n'y avait que la caféïne qui soit très longue à éliminer, que les autres drogues-en-ine ne duraient pas plus d'une semaine-dix jours.

J'ai peur de moi, j'ai peur d'en réclamer à mon médecin. Il faudrait que je me fasse tatouer "ne me donnez jamais de benzo même sous la menace même sous la torture".

Allez courage Cécile. C'est pas le moment de flancher. Et surtout ça ne résoudrait rien.

Y'a vidéo-gag ce soir, je ne crois pas qu'il y ait de risque de dépendance.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-09-04, 22:24  (GMT)
44. "RE: Quelle misère !"
Modifié le 19-09-04 à 22:25  (GMT)

Bonsoir,

>On m'a dit qu'il n'y avait que la caféïne qui soit
>très longue à éliminer, que les autres drogues-en-ine ne duraient
>pas plus d'une semaine-dix jours.

Il y a 12 ans que j'ai arrêté de fumer et j'en ai toujours parfois très envie. J'en ai encore rêvé il y a moins d'un mois.

Et je ne vous parle pas du saucisson ! J'arrête demain !
Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-09-04, 23:04  (GMT)
45. "Voilà qui est ennuyeux"
Ben moi j'ai révé de mon médecin la nuit dernière

Il n'existe pas de produit de substitution pour ça. J'ai beau chercher, je ne trouve que des ersatz insipides... Pénible, comme dépendance.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Ln2 (2466 messages) Envoyer message email à: Ln2 Envoyer message privé à: Ln2 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-09-04, 02:07  (GMT)
46. "RE: Voilà qui est ennuyeux"
Bonsoir Cécile,

>Ben moi j'ai révé de mon médecin la nuit dernière
>Il n'existe pas de produit de substitution pour ça. J'ai beau
>chercher, je ne trouve que des ersatz insipides... Pénible, comme
>dépendance.

C'est pas très gentil de nous traiter d'ersatz insipides !


Cordialement,

Hélène, étudiante en médecine

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-09-04, 20:47  (GMT)
47. "RE: Voilà qui est ennuyeux"
Beeeeuuuuhhhh non je ne parlais pas de vous !

je parlais de ce brave garçon, qui me sourit beaucoup, mais qui n'a pas le dixième de la moitié du charme de mon généraliste.

Puis ça devrait être interdit, chez un médecin, d'avoir du charme.

D'ailleurs Hélène, je pense que vous avez une grande carrière de transférée devant vous... Vous y avez pensé ? Vous avez acheté des gardes du corps ?

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


Fermer | Archiver | Effacer

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Rechercher sur le site Atoute.org: