Forum Médical

Attention : cette plate-forme de forum est en lecture seule. Pour participer aux discussions, rendez vous sur la nouvelle plate-forme
Page d'accueil du site
NANMEO !

"On peut guérir d'une dépression."

Envoyer ce sujet à un(e) ami(e)
Format d'impression
Mettre en signet (membres seulement)
 
Précédente | Suivante 
Accueil Général des Forums
Forum : Recherche d'informations sur une maladie (Protected)
Message d'origine

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-11-03, 21:31  (GMT)
"On peut guérir d'une dépression."
et la convalescence a déjà un petit gout bien agréable.

Bonjour à tout le monde,

Je ne recherche pas spécialement d'information sur une maladie mais il y a quelques mois, j'errais de site en site et je ne trouvais pas la réponse à cette question "est-ce qu'on guérit réellement d'une dépression ?"

Maintenant je peux apporter une réponse. Des réponses :

- Non la dépression n'est pas un trait de caractère mélancolique, nostalgique qui vous suit jusqu'à la mort.

- Le diagnostic est très dur à poser, mais les symptômes sont bien particuliers. Ce n'est pas un "vague à l'âme". C'est une maladie.

- Oui on peut aller mieux, et oui on peut GUERIR (c'est à dire définitivement). Mais c'est aussi lourd à soigner que toute maladie grave. Il faut donc un bon médecin, un bon traitement et ... un bon patient ?

Même pas : mon généraliste m'a fait progresser malgré moi ! Alors que je voulais faire la tête de cochon (prendre plus d'anti-dépresseurs, puis moins, puis plus, puis des anxiolitiques, puis rien, puis si quand même...) il a été inflexible sur la prescription. Ca me paraissait parfois complètement absurde.

Maintenant il y a tellement de mieux que tout mon entourage me fait des remarques sur le sourire que j'ai aux lèvres (les pauvres avaient perdu l'habitude ! moi aussi du reste).

Bon. Il y en aurait sans doute beaucoup à dire.

J'écris tout ça aussi en "hommage" (!) à mon médecin qui m'a permis de revenir de très loin.

Cécile

  Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


  Liste des réponses à ce message

  Sujet     Auteur     Posté le:     ID  
 RE: On peut guérir d'une dépression. UCB 19-11-03 1
   RE: On peut guérir d'une dépression. Cafe_Sante 19-11-03 2
       Une maladie... très contagieuse ! cilloux 19-11-03 3
           RE: Une maladie... très contagieuse ! Cafe_Sante 19-11-03 4
               non non non et non cilloux 20-11-03 5
                   RE: non non non et non Cafe_Sante 20-11-03 6
                       Ah d'accord cilloux 21-11-03 7
                           RE: Ah d'accord Cafe_Sante 22-11-03 10
                   RE: non non non et non DeadMoonGirl 21-11-03 8
                       Mon avis en tant que spécialiste de "Ma" dépression ;-) cilloux 21-11-03 9
   RE: On peut guérir d'une dépression. benzo 02-12-03 11
       RE: On peut guérir d'une dépression. Pandore 02-12-03 12
           RE: On peut guérir d'une dépression. benzo 02-12-03 13
               Anxiété et dépression Pandore 02-12-03 14
                   RE: Anxiété et dépression benzo 03-12-03 15
                       RE: Anxiété et dépression Pandore 03-12-03 16
                           RE: Anxiété et dépression benzo 03-12-03 17
                               RE: Anxiété et dépression Pandore 03-12-03 18
                                   RE: Anxiété et dépression benzo 04-12-03 19
                                       Borderline et artistes Pandore 04-12-03 20
                                           RE: Borderline et artistes cilloux 04-12-03 23
                                               RE: Borderline et artistes Pandore 04-12-03 24
                                                   Une bonne vieille névrose :-) cilloux 05-12-03 25
 RE: On peut guérir d'une dépression. benzo 04-12-03 21
   RE: On peut guérir d'une dépression. Cafe_Sante 04-12-03 22
       Omega 3, EMDR et autre benzo 05-12-03 26
           RE: Omega 3, EMDR et autre Pandore 05-12-03 27
               RE: Omega 3, EMDR et autre benzo 05-12-03 28
 Voici de mes nouvelles :-D cilloux 10-01-04 29
   RE: Voici de mes nouvelles :-D dimitrix 10-01-04 30
   RE: Voici de mes nouvelles :-D Pandore 12-01-04 31
       RE: Voici de mes nouvelles :-D cilloux 12-01-04 32
           RE: Voici de mes nouvelles :-D David99 14-01-04 33
               RE: Voici de mes nouvelles :-D Pandore 14-01-04 34
                   RE: Voici de mes nouvelles :-D David99 14-01-04 35
                   RE: Voici de mes nouvelles :-D cilloux 14-01-04 36
                       RE: Voici de mes nouvelles :-D David99 15-01-04 37
                       RE: Voici de mes nouvelles :-D David99 15-01-04 38
                           Différence entre symptômes et structure de la personnalité Pandore 15-01-04 39
                       RE: Voici de mes nouvelles :-D Pandore 17-01-04 40
                           Docteur Dupagne : des questions Pandore 18-01-04 41
                               RE: Docteur Dupagne : des questions Cafe_Sante 18-01-04 42
                                   RE: Docteur Dupagne : des questions cilloux 18-01-04 43
                                       RE: Docteur Dupagne : des questions Cafe_Sante 19-01-04 44
                                           Je vais me faire disputer, ça tient trop de place... cilloux (VNI) 19-01-04 45
                                               Des questions Pandore (VNI) 19-01-04 46
                                   RE: Docteur Dupagne : des questions Pandore 05-02-04 49
                               RE: Docteur Dupagne : des questions D_Dupagne 19-01-04 47
                                   RE: Docteur Dupagne : des questions Pandore 20-01-04 48
 Nouvelles fraîches du mois d'avril cilloux 10-04-04 50
 RE: On peut guérir d'une dépression. david26 28-05-04 51
   RE: On peut guérir d'une dépression. cilloux 28-05-04 52
   RE: On peut guérir d'une dépression. Cafe_Sante 28-05-04 53
       RE: On peut guérir d'une dépression. david26 29-05-04 55
           RE: On peut guérir d'une dépression. Cafe_Sante 30-05-04 56
   Ca c'est vraiment un vaste débat... exit 28-05-04 54
 Nouvelles du mois d'août cilloux 23-08-04 57
   RE: Nouvelles du mois d'août D_Dupagne 24-08-04 58
       RE: Nouvelles du mois d'août Pandore 24-08-04 59
   RE: Nouvelles du mois d'août ploomy 02-09-04 66
       RE: Nouvelles du mois d'août cilloux 03-09-04 67
           RE: Nouvelles du mois d'août Cafe_Sante 03-09-04 69
               RE: Nouvelles du mois d'août ploomy 05-09-04 75
                   RE: Nouvelles du mois d'août lenakasan 05-09-04 77
                       RE: Nouvelles du mois d'août ploomy 05-09-04 79
                           N'importe quoi... cilloux 05-09-04 80
                               RE: N'importe quoi... ploomy 05-09-04 81
       RE: Nouvelles du mois d'août D_Dupagne 03-09-04 68
           RE: Nouvelles du mois d'août ploomy 03-09-04 70
               RE: Nouvelles du mois d'août trucmuch 03-09-04 71
           RE: Nouvelles du mois d'août lenakasan 04-09-04 72
               RE: Nouvelles du mois d'août Pandore 04-09-04 73
                   diagnostic dit ou non dit lenakasan 04-09-04 74
 RE: On peut guérir d'une dépression. heho 28-08-04 61
   RE: On peut guérir d'une dépression. cilloux 29-08-04 62
   RE: On peut guérir d'une dépression. Cafe_Sante 29-08-04 63
       RE: On peut guérir d'une dépression. heho 30-08-04 64
 1er septembre cilloux 01-09-04 65
   4 septembre cilloux 05-09-04 76
       RE: 4 septembre Pandore 05-09-04 78
       RE: 4 septembre rosalie 05-09-04 82
           Oh !!! la belle rouge ! cilloux 05-09-04 85
       RE: 4 septembre ploomy 05-09-04 83
           RE: 4 septembre cilloux 05-09-04 84
               RE: 4 septembre ploomy 05-09-04 86
                   RE: 4 septembre nora 05-09-04 87
                       RE: 4 septembre ploomy 06-09-04 88
                           RE: 4 septembre D_Dupagne 06-09-04 89
                               RE: 4 septembre ploomy 06-09-04 90
                                   RE: 4 septembre D_Dupagne 06-09-04 91
                                       RE: 4 septembre ploomy 06-09-04 92
                                           RE: 4 septembre D_Dupagne 06-09-04 93
                                               RE: 4 septembre lenakasan 06-09-04 94
                                                   RE: 4 septembre ploomy 07-09-04 97
                                                       RE: 4 septembre cilloux 07-09-04 98
 06 septembre : bulletin officiel cilloux 06-09-04 95
   RE: 06 septembre : bulletin officiel Cafe_Sante 06-09-04 96
       RE: 06 septembre : bulletin officiel cilloux 18-10-04 102
 Ah quoi bon lutter ? cilloux 05-10-04 99
   "A" quoi bon lutter ? cilloux 05-10-04 100
 C'est l'automne cilloux 18-10-04 101
   Quelques pistes de réflexion cilloux 18-10-04 103
       Besoins affectifs et ouverture au monde... cilloux 18-10-04 104
 Dernières nouvelles du front cilloux 17-11-04 105
   RE: Dernières nouvelles du front SabineT 17-11-04 106
       RE: Dernières nouvelles du front toutouille 17-11-04 107
           RE: Dernières nouvelles du front cilloux 17-11-04 108
               RE: Dernières nouvelles du front toutouille 18-11-04 109
                   RE: Dernières nouvelles du front cilloux 18-11-04 110
           RE: Dernières nouvelles du front Poulou 18-11-04 112
   RE: Dernières nouvelles du front Merlin 18-11-04 111
 Au bout d'un an cilloux 16-01-05 113
   RE: Au bout d'un an moumina 16-01-05 114
       RE: Au bout d'un an Cafe_Sante 17-01-05 115
           J'oublie toujours de dire... cilloux 17-01-05 116
 RE: On peut guérir d'une dépression. algonquin 29-01-05 117
   RE: On peut guérir d'une dépression. Pandore 29-01-05 118
   RE: On peut guérir d'une dépression. cilloux 30-01-05 120
   RE: On peut guérir d'une dépression. cilloux 31-01-05 124
 RE: On peut guérir d'une dépression. ROSE777 30-01-05 119
   RE: On peut guérir d'une dépression. Pandore 30-01-05 121
       RE: On peut guérir d'une dépression. cilloux 31-01-05 122
   RE: On peut guérir d'une dépression. cilloux 31-01-05 123

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Texte des réponses

UCB (6 messages) Envoyer message email à: UCB Envoyer message privé à: UCB Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-11-03, 21:59  (GMT)
1. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Franchement ca fait plaisir de lire des messages comme ca.

Mon frere, ma soeur et un de mes cousins sont victimes de depression (sans qu'on comprenne vraiment pourquoi) et ca a porte un coup tres fort a mes parents.
On se retrouve dans une position ou on a un veritable devoir d'etre bien portant. Je me demande si les proches ne doivent pas parfois aussi se premunir contre les risques de la depression a leur tour.
Si c'est une maladie, peut-il y avoir predisposition (genetique)?

Ce n'est peut-etre pas le forum pour parler de ca.

En tout cas, bonne continuation Cecile.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-11-03, 22:42  (GMT)
2. "RE: On peut guérir d'une dépression."
> Je me demande si les proches
>ne doivent pas parfois aussi se premunir contre les risques
>de la depression a leur tour.

Bien sûr. Il ne faut pas hésiter à demander une aide psychologique, soit à votre médecin traitant ou à un psychologue.
Certaines personnes ont vraiment une personnalité dépressive et seront déprimés ou en traitement une grande partie de leur vie. Pour d'autres la dépression semble être un "épuisement du cerveau". L'épuisement est tel qu'ils ne peuvent plus affronter les problèmes quotidiens. Ce n'est qu'un mauvais passage dans leur vie.

Attention à vous, attention à ne pas se brûler les ailes en voulant aider les autres. Il faut aussi penser à soi.

>Si c'est une maladie, peut-il y avoir predisposition (genetique)?

Les mélancolies du trouble bipolaire semblent héréditaires, pas les dépressions "classiques". La question est difficile : comment distinguer les facteurs d'hérédité des facteurs culturels ?



Philippe, médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-11-03, 23:25  (GMT)
3. "Une maladie... très contagieuse !"
rebonsoir,

la dépression se répend à l'entourage : le dépressif étant en général assez passif (à cause précisément de la dépression, pas de son caractère), il faut agir pour lui et pour vous.

Deux dépressifs : deux vies à gérer en plus de la votre.
Trois dépressifs : etc...

Evidement, à ce rythme, on se fatigue et on est vulnérable à la dépression, ou à une autre maladie.


Philippe, vous dites "Il ne faut pas hésiter à demander une aide
psychologique" : je rajoute (encore et toujours) une aide matérielle. Faites vous aider par vos conjoint, enfants, parents, frères, soeurs, femme de ménage, voisine pour les tâches quotidiennes. PArce que la dépression dans les livres, c'est peut-être très psychologique mais à vivre, c'est la course après le repassage le ménage les lessives le travail. On n'a pas tellement le temps de psychoter.


"Certaines personnes ont vraiment une personnalité dépressive et seront déprimés ou en traitement une grande partie de leur vie. Pour d'autres
>la dépression semble être un "épuisement du cerveau". L'épuisement est
>tel qu'ils ne peuvent plus affronter les problèmes quotidiens. Ce
>n'est qu'un mauvais passage dans leur vie. "


Ah là là, quand comprendra-t-on que la dépression n'est pas un problème "moral" ? !?

Philippe : comment vous expliquer ça ? je ne suis pas plus "heureuse" maintenant qu'il y a trois mois, au creux de la dépression. Mon corps fonctionne mieux. Par exemple, sans dormir plus, mes nuits sont plus reposantes. Le sommeil est plus profond. Mon appétit s'aiguise. Je mange plus (j'ai repris 7 kilos) et je suis plus alerte.

Mais rien à voir avec le moral puisque rien n'a changé dans mon environnement et j'ai toujours à affronter les mêmes problèmes. Mais j'ai reconstruit ma réserve de forces et je suis à nouveau prête à endurer quelques nuits blanches si besoin.

>La question est difficile : comment distinguer les facteurs d'hérédité
>des facteurs culturels ?
Toujours la même histoire, Philippe. Je suis d'un naturel très pétillant et la dépression m'a frappée plus radicalement qu'elle n'aurait frappé une personne calme, mélancolique.

Quand on brule la chandelle par les deux bouts, on s'expose... Les "natures dépressives" sont en réalité bien plus résistantes à la dépression... car ce sont des gens qui ne se fatiguent jamais trop... J'en sais quelque chose, j'en ai plein autour de moi

Là, je pense être en bonne voie de guérison. Ma dépression aura débuté au début du mois de mars. Diagnostiquée fin mai. Traitée depuis juin. Vous comptez : ça fait 8 à 9 mois avant de sentir un mieux-être.

Et bien aussi paradoxal que ça puisse être, c'est plus pénible maintenant que lorsque j'étais au fond du trou.

Quand j'étais au fond, j'étais complètement choutée, je ne me rendais compte de rien pas même de mon état. J'attendais passivement que "ça change".
Maintenant, c'est une lutte, un combat de tous les instants. C'est plus pénible mais ce qui rend heureux, c'est de retrouver la force de se battre.

Bon. Ce n'est peut-être pas très clair ce que je dis. Disons que la guérison est moins confortable que la maladie mais c'est plus gratifiant. Ca résume un peu ?

Cécile-qui-s'acharne-à-montrer-le-vrai-visage-de-la-dépression.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-11-03, 23:45  (GMT)
4. "RE: Une maladie... très contagieuse !"
>Cécile-qui-s'acharne-à-montrer-le-vrai-visage-de-la-dépression.

De VOTRE dépresssion. La dépression est multiforme, multifactorielle. Il n'y a qu'un seul nom parce que nous manquons d'imagination.


Philippe, médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-11-03, 00:50  (GMT)
5. "non non non et non"
Philippe !

j'ai bien compris ce que vous vouliez dire, et justement c'est cette image floue, diffuse et nébuleuse de la dépression que je voudrais mettre à mal.

Je ne suis pas médecin mais je suis tout de même scientifique. Une dépression, comme toute autre pathologie, n'est pas un problème de ressenti ou d'imagination mais d'un ensemble de symptômes.

Ainsi je cite (c'est ardu mais les vrais dépressifs se reconnaîtront dans ces symptômes) :


----------------------------
"Sur le plan médical, la dépression se différencie du mal-être. (c'est tout de même explicite Phillipe, n'est-ce pas !!! )

Ainsi, la dépression majeure se définit comme des troubles caractérisés par des symptômes suffisamment aigus, nombreux et durables pour justifier ce diagnostic (3).
La dépression majeure ou “ épisode dépressif majeur ” est définie par les critères du DSM-IV :

Au moins cinq des symptômes parmi les neuf suivants doivent avoir été présents pendant une même période de deux semaines. Ils doivent avoir présenté un changement par rapport au fonctionnement antérieur (au moins un des symptômes est soit l’humeur dépressive, soit une perte d’intérêt ou de plaisir) :

· humeur dépressive ou irritabilité chez les enfants et les adolescents ;

· diminution de l’intérêt ou du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités quotidiennes ;

· perte ou gain de poids significatif en l’absence de régime ;

· insomnie ou hypersomnie ;

· agitation ou ralentissement psychomoteur ;

· fatigue ou perte d’énergie ;

· sentiment de dévalorisation ou de culpabilité ;

· diminution de l’aptitude à penser ou à se concentrer, indécision ;

· pensées de mort récurrentes, idées suicidaires récurrentes, tentatives de suicide.


Aucun de ces symptômes ne doit répondre à un critère d’épisode mixte, ne doit être expliqué par un deuil ou imputable aux effets physiologiques directs d’une substance ou d’une affection médicale générale. Les symptômes doivent s’accompagner d’une souffrance cliniquement significative ou d’une altération du fonctionnement social, professionnel.

La détermination du degré de sévérité de la dépression majeure (léger, moyen, sévère) est fonction de la présence ou non de symptômes supplémentaires par rapport au nombre requis pour établir le diagnostic, et de l’impact des troubles sur le fonctionnement professionnel, social et relationnel (2) (3).


Il est à noter que cette définition n’intègre aucun substrat biologique permettant de confirmer le diagnostic, engendrant ainsi une possible subjectivité dans l’établissement de ce dernier.


Fin de la citation (j'ai pris le premier site qui m'est tombé sous le clic avec google) :
http://psydoc-fr.broca.inserm.fr/bibliothq/sallelec/ItinDeprimes/Impact1.html
---------

Ca n'a donc RIEN à voir avec d'autres formes de mal-être.

Il est vrai qu'on se dit dépressif pour un oui ou pour un non, comme on parle d'une grippe dès qu'on toussotte.

Mais quand on a vraiment chopé le truc, on sait que c'est ça et pas autre chose. Et la douleur est intense : "Les symptômes doivent s’accompagner d’une souffrance cliniquement significative...".

Celà dit je suis trop heureuse d'aller un peu mieux. Je ne veux pas me saper le moral. Je tiens juste à redire qu'on peut en guérir.

Cécile (pas en phase maniaque non plus, pas même euphorique, mais moins mal)

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-11-03, 21:26  (GMT)
6. "RE: non non non et non"
>Philippe !
>
>j'ai bien compris ce que vous vouliez dire, et justement c'est
>cette image floue, diffuse et nébuleuse de la dépression que
>je voudrais mettre à mal.

Non, non et non, vous n'avez pas compris ce que je voulais dire. Je suis entièrement d'accord avec vous. Mais comme vous pouvez le voir dans les critères du DSM IV, il y a une certaine latitude dans le diagnostic. Il faut cinq symptômes sur neuf. La souffrance clinique (contrairement à la température par exemple) ne se mesure pas, elle s'apprécie.

Je vois parfois des gens qui ont des VRAIS dépressions (qui correspondent donc aux DSM IV), mais qui ne ressemblent pas à la votre. C'est tout.

Je lutte, comme vous, contre l'amalgame entre la baisse de moral passagère et la dépression maladie. Dernièrement, j'ai une patiente qui m'a demandé de lui prescrire le même fortifiant que l'on avait donné à sa sœur : du Prozac.



Philippe, médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
21-11-03, 12:34  (GMT)
7. "Ah d'accord"
Bonjour Monsieur Philippe,

je ne savais pas mais je suis toujours heureuse de m'instruire.

Est-ce que je me suis trop avancée en disant qu'on peut guérir d'une dépression ?

J'imagine bien qu'on ne guérit pas de toutes (j'ai une amie qui en est morte par suicide).
Mais j'étais tellement persuadée que ça serait chronique désormais, que je ne croyais pas en une guérison possible. Heureusement que mon généraliste (un Philippe, lui aussi) y a cru fermement.

Tiens, je ne sais pas comment le remercier.

Vous qui êtes généraliste, qu'est-ce qui fait plaisir à un médecin pour le remercier ? Je n'ose pas lui offrir un saucisson (cf Fernand Reynaud).

Une boite de chocolats pour Noël ?

Hé hé hé, par internet ce n'est pas possible. Tant pis pour vous

Amicalement,
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-11-03, 21:40  (GMT)
10. "RE: Ah d'accord"
Bonjour Cécile

>Vous qui êtes généraliste, qu'est-ce qui fait plaisir à un médecin
>pour le remercier ? Je n'ose pas lui offrir un
>saucisson (cf Fernand Reynaud).

Un mot gentil suffit. Mais pourquoi pas le saucisson


Philippe, médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

DeadMoonGirl (164 messages) Envoyer message email à: DeadMoonGirl Envoyer message privé à: DeadMoonGirl Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
21-11-03, 13:30  (GMT)
8. "RE: non non non et non"
Bonjour,

J'ai une question qui me taraude depuis longtemps, et cette description du diagnostic de la dépression me relance sur mon interrogation : il est bien précisé que les symptômes qui servent au diagnostic doivent présenter un changement par rapport au fonctionnement antérieur. Mais voilà, quand on est toujours comme ça, qu'est-ce que c'est ? Cilloux insiste pour différencier le mal-être général et la vraie dépresion comme maladie.

Moi quand on parle de dépression (qu'elle soit vue de l'intérieur ou qu'il s'agisse comme là de critères objectifs) je me reconnais toujours dans presque tout ce qui est décrit. Mais ça fait très longtemps que je suis comme ça (aussi longtemps que je m'en souvienne en fait, donc ça remonte à une quinzaine d'années environ). Est-ce que je peux être d'humeur triste par mon caractère ? Est-ce qu'on peut parler de dépression que j'aurais traînée depuis longtemps (mais ça n'aurait pas guéri tout seul ?) ?

De mon côté, clairement cet état me met mal à l'aise, il m'handicape pas mal pour ma vie sociale, amoureuse... J'aimerais être mieux, plus enthousiaste, plus gaie. Mais quand j'y réfléchis et que je me dis qu'il faudrait peut-être que je parle tout ça avec un psy, je me dis que de toute façon, cette tristesse est ancrée en moi et qu'il n'a rien à y faire.

Je sais pas si j'ai été très claire... En gros, ma question c'était : est-ce qu'il y a des gens "dépressifs" par nature et qui le resteront toute leur vie ?

Merci.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
21-11-03, 16:44  (GMT)
9. "Mon avis en tant que spécialiste de "Ma" dépression ;-)"
bonjour Deadmoongirl,

j'ai déjà eu des périodes de mal-être, à cause de problèmes au travail, dans la famille... comme tout le monde quoi.

J'ai pris des anti-dépresseurs après avoir arrêté de fumer, ça m'avait aidée à tenir mais j'étais en train de les diminuer car je n'en avais plus besoin. J'avais retrouvé la patate, mon principal loisir étant de déc... avec d'autres sur internet.

La dépression brutale que j'ai faite m'a vraiment invalidée. Avant, je pouvais avoir des jours de cafard. Là, ce sont mes collègues qui ont demandé à ce que je ne vienne plus travailler car mon état leur faisait peur. Et de toutes façons j'étais complètement inutile dans l'espèce d'état de stupeur où j'étais.

Mais le généraliste m'a dit que j'avais déjà fait une dépression il y a des années, que cette dépression n'avait pas été soignée et qu'elle était restée sous-jacente.

C'est, pour donner une idée, un peu comme le paludisme (je crois) : on y attrape et ensuite, la maladie se réveille par "poussées". Certaines poussées sont plus sévères que d'autres.

Je crois que le tempérament dépressif, ça n'est pas normal. On n'est pas censé être mal toute sa vie. C'est forcément une maladie.
L'état normal est le bien-être.
Mais je suis entourée de gens dépressifs qui refusent de se diagnostiquer comme tel, bien que leur dépression se ressente fortement sur leur façon de vivre (inertie, tristesse, déreglement dans les fonctions de base comme le sommeil l'appétit ou le transit).


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

benzo (22 messages) Envoyer message email à: benzo Envoyer message privé à: benzo Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-12-03, 10:06  (GMT)
11. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonjour,

D'abord une qestion très pragmatique concernant un AD, l'Effexor :

Peut-il avoir comme effets secondaires impuissance et prise de poids après un mois et demi ?

D'autre part, à part de combien de temps ressent-onles 1er effets d'un AD ?

Enfin comment faire quand on vous diagnostic un trouble d'anxiété généralisé induisant des crises dépressives mais que les méidacaments (AD, anxios voire neurolleptiques) et psychothérapies ne vous aident pas ?

Pour "l'anecdote", malgré les différents psys que j'ai vus en beaucoup d'années, je pense souffrir d'un trouble borderline non diagnostiqué ce qui expliquerait entre l'échec des traitements médicamenteux soit focalisés uniquement sur l'anxiété soit sur la crise dépressive sans tenir coimpte du "tableau clinique" plus global. Si des années de thérapie ne m'ont pas aidé, elles m'ont au moins permis d'un peu mieux me connaître et me confronter à ce néant et cette souffrance intérieure...

Merci par avance pour les réponses


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-12-03, 10:30  (GMT)
12. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonjour,

Je me présente : je me suis auto-diagnostiquée borderline après une grande quantité de lectures psy (livres + internet). J'ai des problèmes psys depuis toujours, et un suivi psy efficace qui m'a fait énormément progresser, mais aucun des psychiatres consultés ne m'a jamais donné de diagnostic précis. Je te rejoins complètement pour penser qu'un diagnostic qui est uniquement une énumération de symptômes (anxiété, dépression) n'est pas un diagnostic, et que le traitement des personnes borderline devrait prendre en compte la personnalité dans son ensemble, ce qui passe par le diagnostic du "trouble de la personnalité borderline". Malheureusement, en France actuellement, on n'en est pas là. Cela dit, même sans diagnostic borderline, un psy avec qui on est en confiance peut nous faire beaucoup progresser. Inutile de rêver à un traitement idéal, prenons ce qui existe "ici et maintenant".

Actuellement, je prends deux Effexor 37,5 LP par jour. Ce médicament est très efficace sur mon angoisse, qui a disparu au bout d'environ un mois de traitement, et sur mes maux de ventre dus au stress. Malheureusement, il a un effet nocif sur ma libido , ça rend tout ça extrêmement laborieux (et mon mari n'est pas très content non plus...). C'est pourquoi je ne pense pas pouvoir recourir à ce traitement toute ma vie. Pour les autres effets secondaires, ils se sont tous atténués au fil des mois. Le médicament a plutôt tendance à me couper l'appétit, mais ça n'est pas quelque chose qui me dérange.

De toute façon, mon expérience m'a prouvé que la psychothérapie devait être associée aux médicaments pour espérer progresser. Je peux mesurer l'énorme chemin parcouru. J'espère continuer à progresser.

Qu'est-ce qui te fait dire que tes années de thérapie ne t'ont pas aidé ? Quels sont les problèmes que tu as rencontrés en thérapie ?

A bientôt, amitiés,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

benzo (22 messages) Envoyer message email à: benzo Envoyer message privé à: benzo Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-12-03, 14:51  (GMT)
13. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Merci Pandore pour ton témoignage.

Je suis perdu.
On m'a dit que je traversais une crise dépressive (énième) en plus de mon anxiété généralisée, ce que je reconnais.
Donc mon Psy m'a prescrit de l'Effexor (2x50) a priori AD indiqué aussi dans l'anxiété.
Tout de suite, effets secondaires "classiques" : bouche sèche, troubles visuels (chiants vu malgré cet état, je bosse ou j'essaie !!!).
Et crises d'angoisse hallucinante (pour parler genre borderline, je dirai limite déréalisation, jamais de crises aussi fortes !!). Et je ne comprends pas que monn psy ne m'est pas prescrit un anxio avec un AD sérotoninergique dont on sait qu'il peut majorer l'angoisse. Moralité, une semaine parès, j'étais chez lui pour lui demander un anxio !!
Et il m'a represcrit un truc dont j'avais essayer de me sevrer il y a qq mois car très pharmacodépendant, le rivotril (mais le seul anxio qui fonctionne avec moi, les autres étant sûrement trop "légers" ! et d'ailleurs comme par hasard, dans les troubles borderline, il est indiqué ou d'autres anticonvulsivants...).
Bref je prends l'Effexor depuis 1 mois et demi mais rien n'a changé si ce n'est mon angoisse qui a un peu diminué mais je pense que c'est l'effet du Rivotril (c'est un produit que je connais très bien car j'en ai pris pendant 5 ans !).
Quant à l'Effexor, même si je fais des crises dites dépressives, aucun n'AD n'a marché à ce jour (poso trop faible, durée trop courte, j'en sais rien mais je vois que pour la plupart des gens il faut 2, 3 voire 1 mois pour commencer à sentir des effets positifs...).
Pour moi, le suel effet que j'ai c'est l'impuissance... alors à la trentaine, ça accroit plutôt l'angoisse et ça démoralise plus qu'autre chose.
Certains m'ont dit (puisqu'on entend de tout) que j'étais dépressif donc trouble de la libido... mais il se trouve que s'il y a une fonction qui a toujours été pas trop atteinte (ce qui étonne les psys car c'est "j'ai envie de me suicider" mais "non j'ai encore des envies sexuelles").
Et dans mon cas, c'était pas un trouble de la libido au sens propre puisque j'avais du désir mais bien un trouble "d'impuissance" indiqué dans les effets secondaires de l'Effexor.
Alors vu comme c'est parti... entre le choix de prendre de l'Effexor pendant des mois sans être sûr que ça fonctionne, avoir les effets secondaires voire une dépendance (quand je lis les forums à ce sujet) et continuer dans mon enfer avec mon rivotril dont je vais redevenir dépendant mais qui m'aide au moins à calmer les grosses angoisses, je pense que je vais opter pour la 2ème solution.

Excuse moi pour ma longue littérature mais j'imagine que tu connais trop bien les errements de ce type... et les choix cornéliens entre plusieurs maux !!!
Et surtout le fait de se sentir incompris même pour les psys qui ont tendance à filer leurs médocs et basta.
En fonction de mon humeur..., je me dis que le médoc est mon salut et quand je vois tout ce que cela génère, j'ai envie de tout envoyer balader !!
C'est mon côté impulsif qui en a marre depuis que j'ai décompensé vers 18 ans.

Et enfin pour te répondre, "on" m'a conseillé de faire de la thérapie que j'ai commencé d'inspiration analytique mais qui était trop mentale alors je suis allé vers de l'émotionnel et corporel.
Disons que j'ai appris à mieux me connaître mais je n'ai pas vraiment fait de transfert sur le thérapeute homme de la 1ère thérapie qui a qd même duré 5 ans !!
Et à la fin, quand je lui ai dit que j'arrêtais car jea n'avançais pas, ila fait un constat d'échec disant en gros qui'il ne s'expliquait pas pas pourquoi j'avais une telle souffrance pour si peu de traumatisme.
Quel jugement de valeur !! Digne des témoignages du site de l'aapel !!
C'est comme ça, la conjonction de mon hypersensibilité, hyperémotivité (biologique ? génétique ? acquise ?) depuis quasiment ma naissance (je suis d'ailleurs prématuré d'un mois et demi) conjuguée à une éducation très rigide, très dure voire violente ont fait que je me construit avec une violence retournée contre moi, une estime de soi à 0, une confiance en moi à 0 et l'envie de mourir...
Et les thérapies ne m'ont ni aidé à soulager cette souffrance ni aidé à apprendre à vivre avec mes émotions, j'ai juste appris à mieux me connaître et à mieux voir que j'ai un "vrai" problème même s'il ne se voit pas forcément...

Grosses bises

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-12-03, 19:35  (GMT)
14. "Anxiété et dépression"
Bonsoir Benzo,

Je suis contente de te (re?)trouver. J'aime bien ton pseudo, tu n'as pas perdu ton humour...

"Je suis perdu" Mais non, mais non, on est là, (tous dans la même galère).

Alors comme ça tu prends de l'Effexor comme moi ? Je suis d'accord avec toi que côté libido, l'Effexor c'est la cata. Mais est-ce que tu sens un mieux pour ton anxiété et ta dépression ? Si tu ne sens aucune amélioration, tu devrais retourner voir le psy (ou un autre psy) pour changer de traitement.

"Aucun n'AD n'a marché à ce jour" Les as-tu vraiment tous essayés ?

"la thérapie que j'ai commencé d'inspiration analytique mais qui était trop mentale" Est-ce que tu veux dire que tu n'as pas réussi à vraiment exprimer tes émotions avec des mots ? Personnellement, j'ai encore beaucoup de mal à faire ça, c'est comme si les mots n'étaient pas reliés aux émotions. Mais j'arrive quand même à parler en thérapie, ce qui est un progrès pour moi, vu que quand j'étais jeune je ne parlais presque pas.

"je n'ai pas vraiment fait de transfert sur le thérapeute homme de la 1ère thérapie" Peut-être serais-tu plus à l'aise avec une femme ? Tant qu'à faire de recommencer une thérapie, autant changer pour une femme. On ne parle pas de la même façon à un homme ou une femme.

"...qui a qd même duré 5 ans !!"
J'ai envie de dire : 5 ans, et alors ? Ce que tu as (comme moi), c'est une maladie mentale grave, et s'il faut des années pour s'en sortir, et bien ça prendra le temps que ça prendra. Tu as un travail, une mutuelle, il n'y a aucune raison que tu te prives de possibilités de soins.

Quand j'étais jeune (18 ans) et que j'étais en clinique psychiatrique, comme mon état ne s'améliorait pas, une infirmière énervée m'a dit "si tu ne te secoues pas tu vas finir à l'HP". Cette perspective réjouissante ne m'a pas tentée (d'ailleurs ils ne gardent plus personne à l'HP, j'ai vu ça à la télé sur M6, donc j'aurais peut-être fini SDF). Depuis ce temps là, j'ai pris le parti de me soigner quand ça ne va pas.

C'est vrai que c'est long, qu'il y a des rechutes décourageantes, mais on n'a pas vraiment de choix. Il arrive un moment dans cette maladie où il faut tout simplement choisir entre la VIE et la MORT. C'est une maladie au long cours, il ne faut pas imaginer pouvoir s'en débarasser d'un seul coup.

"C'est comme ça, la conjonction de mon hypersensibilité,hyperémotivité (biologique ? génétique ? acquise ?) depuis quasiment ma naissance"
C'est l'exacte définition du problème de base de la maladie borderline.
Nos problèmes, nous les avons depuis l'enfance, notre personnalité s'est construite avec l'angoisse. C'est impossible de s'en sortir rapidement, et encore moins si tu ne suis pas un traitement adapté.

"Et à la fin, quand je lui ai dit que j'arrêtais car je n'avançais pas, il a fait un constat d'échec disant en gros qu'il ne s'expliquait pas pourquoi j'avais une telle souffrance pour si peu de traumatisme" ça prouve que ton psy de l'époque ne connaissait pas vraiment le problème. Il faut maintenant te mettre en quête de quelqu'un de plus au courant (plus jeune peut-être ?), avec qui surtout tu sois en confiance et à qui tu puisses confier tes émotions en te sentant compris.

"j'ai juste appris à mieux me connaître et à mieux voir que j'ai un "vrai" problème même s'il ne se voit pas forcément" C'est déjà pas si mal comme début. Il y a des gens qui n'arrivent même pas à ce résultat. Et il faut te dire que tu n'as pas fini de progresser, parce que tu es encore jeune.

Je te laisse pour aller préparer le dîner, mais surtout redonne de tes nouvelles. Prends bien soin de toi. A bientôt.

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

benzo (22 messages) Envoyer message email à: benzo Envoyer message privé à: benzo Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-12-03, 11:59  (GMT)
15. "RE: Anxiété et dépression"
Moi aussi je suis content de te retrouver et je reconnais bien Pandore et ces longs messages avec questions analytiques et pointues.

Mon pseudo est en fait un pseudo que j'utilise sur plusieurs forum alors autant garder le même partout et au moins c'est du 2ème degré, ça fait un peu bozzo le clown...

"Je suis perdu", c'est ce sentiment de vide et de néant qui me submerge parfois et tu sais que dans ces moments là, il n'y plus rien, du vide rien que du vide et quand on en ressort comme d'un voyage en enfer, on est content de retrouver des messages amicaux et empathiques.

Oui je prends de l'Effexor en dernier "recours". Mon psy me l'a donné ssans même y croire lui ! Alors après les 1ers effets se condaires (bouche sèche, troubles visuels) mais surtout angoisses les pires que j'ai jamais connues, je suis retourné le voir une semaine après puisqu'il n'avait me^me pas pensé me filer un anxio avec un AD sérotoninergique et finalement je reprends du rivotril dont j'avais mis 5 mois pour me sevrer mais ça calme mes douleurs physiques et atténue mes angoisses.

Quant à l'Effexor, j'en peux plus des AD donc après un mois et demi, j'ai décidé tout seul d'arrêter. Je viens de diminuer par 2 la dose depuis 4 jours et franchement pour l'instant, c'est pas pire, voire mieux !!? A ne rien y comprendre aux problème de la tête !
Cela dit, j'ai la "chance" d'avoir fait une rencontre amoureuse malgré cet état... une fille mignonne compréhensive (c'est pas possible, il a été infirmière dans une vie antérieure !!!!!). Et après des semaines de sorties amicalo amoureuses, ce we, j'ai peu expérimenté l'effet de l'Effexor sur la libido. Enfin c'est peut être lié à mes angoisses ou ma "dépression" mais comme c'ets la 1ère fois, c'ets la goutte d'eau qui me fait freiner l'Effexor et comme cette fille est compréhensive (enfin, dans une certaine limite), à titre expérimental... je pourrai peut être vérifier d'où vient la cause... Faut bien rire un peu !!

Et pour te répondre, je ne me sens pas mieux côté anxiété ou plutôt je ne sais pas dire si c'est l'Effexor ou le Rivotril. par contre je sais que le rivotril m'aide alors qu'aucun AD à ce jour ne m'a aidé.
Côté dépression, c'est plus hard car la prise de conscience de mon trouble (borderline ou autre) me déprime car j'ai une propension à m'autocondamner ne me disant que ni les médocs ni les psy pourront m'aider. Donc je pense encore à la mort mais pas de manière impulsive mais "sereine" et réfléchie...

C'est clair qu'il faudrait que je vois un énième psy mais le psychiatre que je vois me voit depuis 15 ands et connait au moins mon histoiruqe. j'en ai vu d'autres et c'était pire. Mais je vaius essayer d'en voir un conseillé par l'aapel ou recommandé par qq'un pour croiser les infos et me redonner du courage.
Côté AD, je n'ai pas tout essayé car la période de test a surtout duré de 89 à 92 mais j'en ai eu un paquet mais certains qui n'avaient pas encore l'AMM à l'époque... Et en 98 suite à une rechute violente, j'ai teste le snouvelles molécules comme l'Ixel qui fonctionne exactement comme l'Effexor et qui ne m'avait pas vraiment aidé.
Il n'y que les IMAO que je n'ai pas testés à cuase des effets secondaires.
Et encore, c'est faux, j'en ai testé cet été indirectement via des plantes.
Il y a eu des effets positifs mais ponctuels.
J'ai eu aussi des neuroleptiques (bof, trop sédatifs).
En fait, je suis éventuellement aidé en surface mais le néant qui me déprime est toujours là comme cette angoisse profonde qui me panique et me décourage. Je n'ai pas ce "moteur" qui fait que la vie est plutôt considérée comme belle comme les autres. Je peux profiter de choses ponctuelles mais rien construire sur le long terme car le vide est là.

Lors de ma 1ère thérapie, j'étais d'abord ttrop mal physiquement. Ensuite ma méfiance était là et je n'ai pas vraiment transféré sur le psy et je comprends assez bien qu'il faut un cadre thérapeutique spécial et des gens expérimentés dès que les troubles de la personnalités sont complexes.
Et il est clair que j'ai un problème de fond avec mes émotions.
Ca s'est un peu décoincé dans ma thérapie suivante qui éatit avec une femme en plus (cf ton propos très juste).

Tu a sraison aussi, j'ai de la "chance", j'ai un travail (même si notre trouble fait que c'est parfois un calvaire mais je travaille quasiment pour me soigner plutôt que de penser aux loisirs etc... c'est qd même un comble... mais j'ai au moins le choix je reconnnais).

J'ai vu aussi l'émission sur M6, no comment... j'aurais mieux fait de ne pas regarder !

TU AS PARFAITEMENT RAISON quand tu dis qu'il faut choisir entre la vie et la mort et je pense qu'en ce moment, je penche vers la mort avec des sursauts d'élan vital. Il me faut un déclic dans un sens ou dans l'autre et je n'arrive pas à me le donner.

Sur la quête d'un psy, c'est effetcivment ce à quopi je m'emploie mais aussi ce qui me déprime car j'ai parfois envie de laisser tomber mais je me reprends dès que j'ai un peu plus le moral. Mais il est clair que ça me fait peur de me dire que j'en ai pour des années de traitement (médocs et/ou psy). Bref que je suis "différent" et que ma vie est un combat contre moi même.

Encore merci pour ton écoute et on empathie dans ce mal terrible.

benzo


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-12-03, 14:25  (GMT)
16. "RE: Anxiété et dépression"
Salut Benzo,

>Oui je prends de l'Effexor en dernier "recours". Mon psy me
>l'a donné sans même y croire lui !

Je le trouve quand même un peut sidérant ton psy. Quand on sait qu'il y a aussi une part d'effet placebo dans l'action de tout médicament, il me semble qu'il devrait quand même essayer d'y croire lui-même ! Quand on est tout en bas, c'est important de pouvoir s'appuyer sur l'énergie et sur l'optimisme de son psy !

>finalement je reprends du rivotril dont j'avais mis 5 mois
>pour me sevrer mais ça calme mes douleurs physiques et
>atténue mes angoisses.

Tu as bien raison de reprendre du Rivotril si tu sens qu'il apaise tes angoisses. Il sera toujours temps de l'inquiéter plus tard de l'éventuelle accoutumance.

>Quant à l'Effexor, j'en peux plus des AD donc après un
>mois et demi, j'ai décidé tout seul d'arrêter. Je viens
>de diminuer par 2 la dose depuis 4 jours et
>franchement pour l'instant, c'est pas pire, voire mieux !!? A
>ne rien y comprendre aux problème de la tête !

Là aussi, je suis d'accord avec toi. Si l'Effexor ne t'a pas amélioré au bout d'un mois et demi, il vaut mieux l'arrêter, le tout étant de diminuer très progressivement. Et puis tu vas retrouver ta libido. (T'en as de la chance ! )

>Côté dépression, c'est plus hard car la prise de conscience de
>mon trouble (borderline ou autre) me déprime car j'ai une
>propension à m'autocondamner ne me disant que ni les médocs
>ni les psy pourront m'aider. Donc je pense encore à
>la mort mais pas de manière impulsive mais "sereine" et
>réfléchie...

Il n'y a pas de raison de se déprimer davantage parce que notre problème s'appelle borderline. S'il s'appelait schtroumpf ça serait la même galère.

>C'est clair qu'il faudrait que je vois un énième psy mais
>le psychiatre que je vois me voit depuis 15 ans
>et connait au moins mon histoire.

Qu'il connaisse ton histoire ou pas, ce qui compte c'est que tu puisses toi lui parler en confiance et sortir tes émotions.

>Tu a sraison aussi, j'ai de la "chance", j'ai un travail
>(même si notre trouble fait que c'est parfois un calvaire
>mais je travaille quasiment pour me soigner plutôt que de
>penser aux loisirs etc... c'est qd même un comble... mais
>j'ai au moins le choix je reconnnais).

Je n'ai pas voulu dire que tu avais de la chance, mais plutôt qu'aucune raison matérielle ne t'empêchait d'accéder aux soins. Je suis d'accord avec toi que le fait de travailler est une aide considérable quand ça va mal. Penser aux loisirs est en général un calvaire quand on se sent coupable d'exister.

>J'ai vu aussi l'émission sur M6, no comment... j'aurais mieux fait
>de ne pas regarder !

On en a parlé aussi là : http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID22/88.html#

>TU AS PARFAITEMENT RAISON quand tu dis qu'il faut choisir entre
>la vie et la mort et je pense qu'en ce
>moment, je penche vers la mort avec des sursauts d'élan
>vital. Il me faut un déclic dans un sens ou
>dans l'autre et je n'arrive pas à me le donner.

Je pense que c'est impossible d'avoir ce déclic seul, sans aide.

>Sur la quête d'un psy, c'est effectivement ce à quoi je
>m'emploie mais aussi ce qui me déprime car j'ai parfois
>envie de laisser tomber mais je me reprends dès que
>j'ai un peu plus le moral.

La "quête du psy" est probablement un des pires moments qui soient quand on va mal. Cela représente un effort titanesque : il faut vaincre soi-même sa propre envie d'auto-destruction, il faut affronter la terrible peur de la déception et de l'échec, peur qui s'accroît au fil du parcours psychiatrique, il faut aussi rassembler le peu d'énergie qui nous reste pour re-raconter son histoire, avec toute la douleur que cela occasionne. Il faut réussir à lire les toutes petites lignes de l'annuaire quand on a la vue brouillée par les larmes, et encore réussir à maîtriser les tremblements pour composer un numéro de téléphone. Je passe sous silence l'horreur de la "rencontre" avec un répondeur téléphonique quand on est au plus bas.

Tout cela, les médecins généralistes et les psys n'en ont peut-être pas conscience. Il est possible que ce parcours du combattant laisse sur le bord de la route un certain nombre de malades qui n'ont pas la force d'accéder jusqu'au médecin spécialiste, et qui peut-être se suicident même faute d'avoir pu être soignés.

Ce qui serait génial, (et peut-être que certains généralistes le font), ce serait qu'au cours d'une consultation en médecine générale, ce soit le médecin généraliste qui appelle le psy pour le premier rendez-vous, en lui expliquant, devant le malade, de quoi il retourne. On se sentirait peut-être un peu moins angoissé.

>Mais il est clair
>que ça me fait peur de me dire que j'en
>ai pour des années de traitement (médocs et/ou psy). Bref
>que je suis "différent" et que ma vie est un
>combat contre moi même.

C'est vrai qu'on est "différents", et c'est vrai qu'il y en a pour des années de traitement, peut-être même que c'est à vie. Mais nous ne sommes pas les seuls dans ce cas-là. Si tu veux puiser une belle provision d'énergie et relativiser un peu nos problèmes, vas faire un tour sur le forum "schizophrénie", on y apprend beaucoup de choses.

Bon courage, prends soin de toi.

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

benzo (22 messages) Envoyer message email à: benzo Envoyer message privé à: benzo Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-12-03, 18:03  (GMT)
17. "RE: Anxiété et dépression"
Salut Pandore,

Ton long mot me fait très plaisir.

Je partage ton avis sur mon psy même si j'exagère sûrement . Ma sa 1ère réaction c'était de dire "mais si le rivotril vous a aidé pendant 5 ans, reprenez en".
Et je passe les réactions genre "généralement quand on a un trouble d'anxiété généralisé, avec l'âge, on apprend à le gérer et avec quelques médicaments, ça passe" (en gros, vous non... super !!!).
J'ai même eu droit à "vous vous ^tes original". Je lui est passé que je m'en passerai bien !!
Mais j'en ai vu d'autres ds psys que tu vois 15 mn et qui te file du prozac et de lexo pour anxiété et/ou dépression.

je reprends le rivotril par dépit et parce que je sais au moins qu'il me faisait effet. Par contre, j'en ai bavé pendant 3 mois de sevrage, une crise convulsive avec ranimation pompiers etc... pour rien donc la haine... car je sais que c'est un médoc qui crée une dépendance. Mais tous les médics tu me diras en crée sur le long terme.
Quant à l'Effexor, c'est la goutte d'eau (pb libido) en plus des effets secondaires et de l'absence à mon goût d'effets positifs qui me détermine mais je fonctionne par impulsion. Un jour je suis capable d'arrêter le rivotril alors que je le prends depuis 5 ans !! sous l'influence de trucs entenddus par ci par là. C'est une forme de suicide car j'aurais pu rester sur le carreau.
Plus le problème est complexe et que tu te dis que ta souffrance va durer, que le combat va durer, que tu n'es pas comme les autres et ne lesera jamais mais que tout ça est un peu "virtuel" car dans la tête, et plus je démoralise. Comment font les autres, pourquoi moi... les questions "connes" !
C'est clair que ce qui est important avec un psy c'est d'être en confiance et qu'il soit compétent, c'est limite inexistant !
C'est clair qu'heuresuement que je peu encore me lever, bosser (avec plus ou moins d'efficacité et sans trop que ça remarque) et donc être payé pour me soigner. Et il est vrai que pour nous (et comme il le disait sur M6), être dans une structure comme une boîte est qq part rassurant même si par ailleurs le boulot et tout génère des stress et donc des émotions perturbatrices.
Si le déclic vers la mort peut se faire par impulsion.. l'inverse est plus dure. J'ai la chance d'avoir faire une rencontre amoureuse et c'est peut être une des rares choses qui me maintient en vie mais avec toutes les "tares du borderline" et ses angoisses (abandonniques...), si cette relation devient sérieuse, si je me plante, je peux basculer gravement.
Pour le psy, il faut déjà que je croie de nouveau qu'il y a un espoir, qu'il y a quelqu'un qui peut m'aider etc...
C'est clair que de voir la souffrance d'autres maladies te fait relativiser 5 mn mais il sufffit d'une bonne angoisse ou émotion négative et c'est l'embrasement...

Pandore, tu es vraiment pertinente et analyse tout. Tu connais bien les choses et a une bonne vision des problématiques. Tu es vraiment borderline ? (excuse pour la question).
Tu as trouvé les bons thérapeutes et/ou médocs. Tu en es où aujourd'hui exactement car tu parles peu de toi. Tu me remontes le moral mais j'aimerais savoir aujourd'hui ce qui t'aide, si tu bosses (quoi ?), si tu as une famille etc etc ...

Merci et grosses bises

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-12-03, 19:12  (GMT)
18. "RE: Anxiété et dépression"
Re-salut Benzo,

>. Ma sa 1ère réaction c'était de dire "mais si
>le rivotril vous a aidé pendant 5 ans, reprenez en".

Ah tu vois, il dit comme moi. Finalement, je le trouve pertinent ...

>je reprends le rivotril par dépit et parce que je sais
>au moins qu'il me faisait effet. Par contre, j'en ai
>bavé pendant 3 mois de sevrage, une crise convulsive avec
>ranimation pompiers etc... pour rien donc la haine...

Bah oui, mais c'est qui qui a décidé d'arrêter d'un coup ???

>Un jour je suis capable d'arrêter le rivotril alors que je
>le prends depuis 5 ans !! sous l'influence de trucs
>entendus par ci par là. C'est une forme de suicide
>car j'aurais pu rester sur le carreau.

Je ne te le fais pas dire.

>Comment font les autres,

Je me pose la même question, c'est la raison pour laquelle je navigue sur Atoute. Je cherche, je cherche...

>pourquoi moi...

Question qu'on se pose tous, mais qui ne mène à rien. Les aveugles, les paralysés, les chômeurs, tout le monde peut se dire ça. Au moins, nous, on a des possibilités d'améliorer notre état.

>C'est clair que ce qui est important avec un psy c'est
>d'être en confiance et qu'il soit compétent, c'est limite inexistant
>!

Pour juger la compétence d'un psy, fais confiance à ton instinct. Quand un psy fait avancer, quand il est pertinent dans ce qu'il dit, ça se sent. Par moments, tu dois te dire "bon sang mais c'est bien sûr !" (intérieurement, ça va de soi...)

>C'est clair qu'heureusement que je peu encore me lever, bosser (avec
>plus ou moins d'efficacité et sans trop que ça remarque)
>et donc être payé pour me soigner.

Alors moi, je suis championne du monde pour faire celle qui bosse correctement alors qu'elle est dans le 36ème dessous. Des ruses, j'en ai un million, je devrais même écrire un bouquin là-dessus. Il me semble que c'est même une caractéristique de l'état borderline : faire semblant d'aller bien. On n'a pas le choix, sinon c'est risquer de perdre le boulot.

>Et il est vrai que pour nous (et comme il le disait sur
>M6), être dans une structure comme une boîte est qq
>part rassurant même si par ailleurs le boulot et tout
>génère des stress et donc des émotions perturbatrices.

J'ai des trucs pour palier les problèmes de concentration, de mémoire, pour éviter la parano contre les collègues, pour éviter de me mettre en colère, pour ne pas parler de mes problèmes perso et éviter toute conversation qui se rapproche de ça, pour manger à la cantine quand je suis méga-angoissée et que je n'ai pas faim, pour affronter la DRH, pour supporter la trouille des réunions, etc, etc. Je n'ai pas le choix, et en plus je trouve que le fait de souffrir ne donne pas le droit de casser les pieds des autres.

>Si le déclic vers la mort peut se faire par impulsion..
>l'inverse est plus dur. J'ai la chance d'avoir faire une
>rencontre amoureuse et c'est peut être une des rares choses
>qui me maintient en vie

Voilà quelque chose de génial pour toi !

>mais avec toutes les "tares
>du borderline" et ses angoisses (abandonniques...), si cette relation devient
>sérieuse, si je me plante, je peux basculer gravement.

Pourquoi tu penses déjà à tout ça ? Tu n'es pas encore planté ! Profite du moment présent !

>Pour le psy, il faut déjà que je croie de nouveau
>qu'il y a un espoir, qu'il y a quelqu'un qui
>peut m'aider etc...

Tu n'as pas vraiment le choix. Avec la maladie que tu as, tu dois être suivi.

>C'est clair que de voir la souffrance d'autres maladies te fait
>relativiser 5 mn mais il suffit d'une bonne angoisse ou
>émotion négative et c'est l'embrasement...

Je crois que relativiser est quand même très utile, ainsi qu'apprendre à cultiver les petites joies quotidiennes.

>Pandore, tu es vraiment pertinente et analyse tout. Tu connais bien
>les choses et a une bonne vision des problématiques. Tu
>es vraiment borderline ? (excuse pour la question).

Comme je te l'ai déjà dit, je me suis auto-diagnostiquée borderline de la pire espèce : fonctionnant maxi, intériorisant, retournant l'agressivité contre moi-même, très angoissée, très très parano quand je suis angoissée, beaucoup de problèmes de concentration et de mémoire, des périodes de dissociation qui peuvent durer des semaines où je "plane" à cause de l'angoisse. Mais la plupart du temps, je "gère", c'est à dire que rien ne se voit de l'extérieur.

>Tu as trouvé les bons thérapeutes et/ou médocs.

Quand j'étais jeune, j'ai été pendant 5 ans en thérapie (de 15 à 20 ans). J'ai été en clinique psychiatrique pendant plus d'un an. Ensuite pas trop de problèmes pendant 20 ans. Suite à une grosse "rechute" il y a 4 ans, j'ai consulté un psychiatre près de chez moi dans l'urgence, et il se trouve que le contact est assez bien passé. Je le vois assez régulièrement. J'ignore quel genre de thérapie il fait, en tout cas avec lui j'ai l'impression d'avancer. Pour l'Effexor, c'est efficace, mais je ne souhaite pas en prendre à vie vu certains effets secondaires...

>Tu en es
>où aujourd'hui exactement car tu parles peu de toi. Tu
>me remontes le moral mais j'aimerais savoir aujourd'hui ce qui
>t'aide, si tu bosses (quoi ?), si tu as une
>famille etc etc ...

Je suis mariée, j'ai des enfants, un travail assez peu qualifié mais qui m'occupe et où l'ambiance est plutôt agréable, tout cela est une grande aide dans les mauvais moments.

A +

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

benzo (22 messages) Envoyer message email à: benzo Envoyer message privé à: benzo Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-12-03, 00:38  (GMT)
19. "RE: Anxiété et dépression"
Pandore,

Je suis étonné (agréablement) pour cette "proximité" que je ressens (c'est bcp dire sur Internet) mais en tout cas cette empathie.
J'ai un peu l'impression outre un ou plusieurs thérapeutes que tu es cette petite lumière supplémentaire pour me dire oui c'est possible de vivre (pas survivre !) avec ces troubles (ou ce trouble borderline) et d'avoir une vie assez normale et profiter de quelques joies de la vie malgré les descentes aux enfers que l'on peut faire.
Je remercie de t'avoir rencontrée sur le net et d'être ce que tu es.
Tes remarques sont très très intéressantes et tes dernières réponses me confortent dans le trouble borderline également fonctionnement plutôt maxi pour moi puisque j'arrive à bosser et maintenant tant bien que mal les apparences au boulot avec de plus en plus de difficultés certes car je suis cadre (études sup de commerce) et surtout très intériorisant d'où la doueleur morale intense et les psychosomatisations à outrance (migraine, colopathie, ulcère, problèmes de peau etc etc...) mais c'est calmé par le rivotril.
D'ailleurs je sens qu'après avoir diminué l'Effexor par 2 depuis 4 jours, je vais vite arrêter pour voir si je tiens avec pour l'instant un demi comprimé de rivotril (pour éviter tous les effets secondaires à court terme et les effets secondaires à long terme de tels médics sur le foie et j'en passe).
Je suis motivé (en partie grâce à toi) à chercher un "bon" psy et j'ai quelques pistes différentes mais je n'ai pas le choix d'en rester là sinon je vais m'enfoncer.

C'est marrant car comme je ne dors pas, j'ai regardé un portrait de P. Dewaere fait par P. Labro sur la 3. C'est un acteur qui m'a touojours interpellé dans la plupart de ses films et justement dans ceux où il est "limite" comme dans "Coup de tête", "Un mauvais fils" et j'en passe.
Et en écoutant, j'ai été personnellement très interpellé par ce qu'il disait par rapport à son mal être, son vide, son manque de confiance, ses échecs, son besoin d'amour, de reconnaissance, ses cyclothymies parfois violentes etc etc...
Finalement tous borderlines !! Je commence à délirer !

En tout cas, encore merci pour toutes tes remarques et du temps que tu prends pour répondre.

Amitiés virtuelles

David

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-12-03, 07:46  (GMT)
20. "Borderline et artistes"
Bonjour David,

Je suis heureuse si mon expérience a pu t'apporter de l'espoir.

Même si nos échanges passent par Internet, ils n'ont quand même rien de virtuel, nous sommes bien des personnes en chair et en os. Dans les temps anciens, nous aurions pu échanger des courriers...

Patrick Dewaere est en effet un bon exemple d'artiste borderline (j'ai un bouquin sur sa vie). Il y a de nombreux borderline parmi les artistes, l'extraordinaire hypersensibilité borderline trouve à s'exprimer dans les métiers artistiques.

Mais le côté négatif, c'est que le milieu artistique n'est pas vraiment équilibrant ni structurant, et que la vie perso des artistes borderline est en général un calvaire pire que le nôtre.

Continue à bien te soigner, et ne t'inquiète pas trop des effets secondaires des médocs, il faut que tu essaies de traiter les problèmes un par un, au jour le jour.

Amitiés,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-12-03, 17:25  (GMT)
23. "RE: Borderline et artistes"
Ah bon, Patriick Dewaere est borderline ? Alors je ne me considère plus borderline parce que je ne l'aime pas.

Du coup je ne sais pas si j'ai encore droit d'adresser la parole à Pandore.

Unn truc étrange cette semaine :
nuit blanche de dimanche à lundi (cause travail)
6 heures de sommeil nuit de lundi à mardi (cause travail)
3 heures de sommeil nuiit de mardi à mercredi (cause travail)
pas moyen de dormir mecredi soir (cause café pas santé)

soit 9 heures de dimanche à jeudi 2 h du matin.

Est-il normal que tous les symptômes de la dépression réapparaissent. Et qu'ils redisparaissent après une nuit de 12 heures ?

Est-ce de la dépression ? Du borderline ?
Dois-je changer de travail ?
A part le café qu'est-ce qui peut aider ?
Pourquoi mon médecin ne veut il pas me donner 1/ des amphétamines 2/ de la cocaïne ?

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-12-03, 19:57  (GMT)
24. "RE: Borderline et artistes"
Cilloux,

Et est-ce que tu aimais Lady Di ? Parce qu'elle faisait partie du club des borderline, elle aussi. (Moi je l'A-DO-RAIS).

Mais pourquoi tu te prends la tête puisque ta psy pour enfants t'a dit que tu n'avais pas cette pathologie ?

Tu sais que c'est pas marrant du tout d'être borderline ! Des tas de gens nous prennent pour des psychopathes, on nous dit manipulateurs, branchés auto-destruction, incapables d'empathie, tout juste capables d'avoir une vision des choses en tout-noir ou tout-blanc, menteurs comme des arracheurs de dents, avec une pensée tout dans le "perceptif" et des émotions impossibles à gérer.

En plus aucun docteur n'ose nous dire ce qu'on a tellement ça fait peur, il n'y a pas un médicament qui fasse le même effet à chacun d'entre nous, et toutes les vedettes qui font partie du club des borderline ont plus ou moins mal fini.

Sincèrement je te conseille de te choisir une autre étiquette. Ah ! Une bonne névrose comme autrefois ! ça fait rêver !

Heureusement que je sais, par mon expérience vécue à moi, qu'on peut s'améliorer et avoir une vie tout à fait agréable, parce que sinon j'aurais le moral à zéro.

Amitiés,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-12-03, 00:10  (GMT)
25. "Une bonne vieille névrose :-)"
Bonjour Panndore,

oui merci, ue vieille névrose d'autrefois ça me va bien.

Allez, à partiir de maintenant me voilà névrosée.

Lady-Di, ouais, bof, je ne me suis jamais vraiment posé la question. Moi j'aime beaucoup mon médecin (je crois que je fais un transfert mais je ne sais pas ce que c'est) alors que Ladydi, ben...

Noon : je préfère mon médecin.

En plus il n'est pas borderline mais il m'a dit un jour "nous sommes tous plus ou moins névrosés".
Alors si je suis névrosée comme mon médecin, c'est vraiment super.

Celà dit il est minuit, je me suis réveillée à 22 heures. Pas très bien calé tout ça, je vais essyer de redormir un peu.

Cécile, dans les choux.
(nb : merci pour la névrose, ça me fait un bien beau cadeau de Noël, je suis contente.)

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

benzo (22 messages) Envoyer message email à: benzo Envoyer message privé à: benzo Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-12-03, 10:08  (GMT)
21. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonjour,

J'aimerais avoir l'avis d'Internautes et un conseil du médecin.

Qui a essayé des Omega 3 (Maxepa ou autre) dans un cas de dépression ou autre problème psy.
Est-ce que vous avez ressenti des effets positifs ? Au bout de combien de temps et à quelle dose ?

Merci de vos témoignages

Question "médicale", est-il vrai qu'il peut être dangereux de prendre des omegas 3 (problème d'oxydation ?).
Si oui, faut-il prendre de la vitamine E avec et à quelle dose ?

Merci par avance

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-12-03, 17:13  (GMT)
22. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonjour,
>Question "médicale", est-il vrai qu'il peut être dangereux de prendre des
>omegas 3 (problème d'oxydation ?).
>Si oui, faut-il prendre de la vitamine E avec et à
>quelle dose ?

L'action des Oméga 3 et de la vitamine E restent très théoriques. Aucune expérimentation sérieuse n'a permis de montrer leur efficacité.
Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

benzo (22 messages) Envoyer message email à: benzo Envoyer message privé à: benzo Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-12-03, 09:38  (GMT)
26. "Omega 3, EMDR et autre"
Merci Philippe,

Quelque part, il y a un côté un peu immoral ou amoral, disons mercantile de sieur Servan Schreiber...

Il s'est un peu servi des gens "en bout de course" pour faire un best seller et vendre des omega 3 dont il a apparemment créé sa propore marque.
Alors si tout ça n'est pas vraiment prouvé...

Déjà que ses conseils sont dignes de ma grand mère (!) : faire du sport (Adidas contre Prozac) ou archi connus (l'acupuncture...) ou encore de l'ordre de technique un peu "fantaisistes (?) (EMDR)...

Si tout cela est encore du marketing... déjà que nous sommes manipulés par les lobbies pharmaceutiques... et j'en passe.

Bref c'était mon coup de gueule contre cette société de manipulation et la valeur prédominanet ets le fric et pas l'humain.


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-12-03, 10:34  (GMT)
27. "RE: Omega 3, EMDR et autre"
Salut Benzo,

J'ai bien sûr acheté le livre en question... Les petits trucs indiqués dans le livre, dans l'ensemble, ne peuvent pas faire de mal, beaucoup relèvent du bon sens ou de l'hygiène de vie. Il me semble que ça s'adresse à des gens qui ont une anxiété légère (du type "personne stressée") et qui ne veulent pas prendre de médicaments, ou le moins possible.

J'ai expérimenté :
- la gym : effet bénéfique incontestable, c'est une évidence, et c'est valable qu'on soit stressé ou pas,
- oméga 3 : effet nul sur moi, (à part quelques renvois au goût de poisson),
- le chat : j'ai maintenant un chat et je le caresse tous les jours, l'effet relaxant est évident, il est mignon et toute la famille est contente,
- les plantes vertes : je les avais déjà, c'est sûrement bénéfique et ça décore bien.

Maintenant, quand l'auteur parle de patients qui arrivent en rendez-vous, qui déballent illico leur vie et leurs traumatismes, et qui repartent en allant mieux, je ne crois pas du tout à ce genre de "guérison". Il s'agit probablement de personnes qui avaient une personnalité saine, et qui ont subi un événement traumatique dont ils ont eu tout simplement besoin de parler à quelqu'un.

Ces cas n'ont absolument rien à voir avec une maladie mentale !

Amitiés,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

benzo (22 messages) Envoyer message email à: benzo Envoyer message privé à: benzo Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-12-03, 12:14  (GMT)
28. "RE: Omega 3, EMDR et autre"
Salut Pandore,

Je suis d'accod avec toi sur le bouquin de DSS mais il le vend des techniques comme des alternatives à la dépression ou autres problèmes plutôt sévères.
Et effectivement c'est globalement du bon sens mais je ne suis pas sûr que la plupart des choses fonctionnent mieux qu'un placebo ou son côté ultra scientifique me gêne un peu par rapport aux méthodes un peu fourre tout dans le bouquin.

Il est clair que le sport ça fait du bien (encore faut-il avoir l'énergie pour...), que l'acupunture ça peut aider (ça existe depuis des millénaires... et je suis allé plusieurs fois en Chine et crois à l'approche "holistique" du corps et de l'esprit...).
Je suis en train de bouffer de l'omega 3 et j'attends de voir... en tout cas, j'enrichis le labo P. Fabre...
Sur les animaux, c'est connu...

Et chacun fait comme il peut...

De mon côté, j'ai préféré ne pas abandonner ma libido qui est quand même notre élan vital et j'ai arrêter complètement l'Effexor il y a deux jours.
Vu l'efficacité des antidépresseurs sur moi et bien que mon psy me diagnostiquent anxiété généralisée avec dépression, je pense qu'irrémédiabelemnt les antidépresseurs n'ont pas d'effet sur moi et c'est un peu dur car j'ai les cyclothymies à la "borderline", tous les symptômes dépresssifs violent parfois mais tant pis...
je vais rester avec mon demi anticonvulsivant et mes omega 3... et essayer de trouver un autre psychiatre que je "sens" plus et surtout un psychothérapeute avec une technique adaptée.

Et rien ne vaut non plus les chats... (pas les animaux, les dialogues sur Internet...) avec des personnes comme toi.

Bref je voulais dire que D. Servan Schreiber est encore un de ses nouveaux gourous qui se fait du fric en la jouant je vous apporte la bonne parole...

Bise à toi Pandore et bon we


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-01-04, 00:07  (GMT)
29. "Voici de mes nouvelles :-D"
Bonne année à tous,

alors j'imagine que vous avez passé les fêtes le coeur serré en pensant à moi et à comment j'allais. Après tout je peux bien imaginer ce qui me fait plaisir n'est-ce pas.

Trève de plaisanterie, ce n'est pas tant le culte de la personnalité qui me pousse à m'étaler, que le souvenir douloureux de mes débuts dans l'univers de la dépression.

Alors je viens appuyer ma théorie "on peut guérir d'une dépression".

Les anti-dépresseurs commencent à avoir un effet que je qualifierais de durable".

J'ai complètement changé de mode de vie, une vraie transformation, tout le monde me le dit.

Sur des détails me direz vous, des vêtements neufs et bien assortis, des visites plus fréquentes chez le coiffeur, une paire de lunettes neuves... mais aussi un rythme de vie beaucoup plus intense. Plusieurs projets (notamment travaux de plomberie et d'électricité dans la maison).

J'ai même acheté une tronçonneuse et moi, petit bout de femme de 50 kilos, je coupe mon bois moi-même maintenant !

Voilà.

Tout n'est pas fini car je continue à prendre le même traitement anti-dépresseur depuis juin 2003 mais j'ai arrêté tous les autres tranquillisants. J'ai du xanax, de l'atarax et du lexomyl "pour si jamais au cas où" mais je n'en ai ni envie ni besoin.

Mon généraliste (à qui je rends hommage encore une fois) m'a rassurée : on ne baissera l'anti-dépresseur que lorsque je me sentirai prête, et seulement avec mon accord, si je suis convaincue etc...

Pour l'instant, on est dans une espèce de dynamique de "redémarrage". Il faudra atteindre la vitesse de croisière, rester quelques temps comme ça avant d'envisager une diminution des doses.

J'ai un RV chez un psy (faut pas être pressé chez nous, le temps du rendez-vous, vous êtes presque guéri : je ne sais pas ce que je vais lui dire).

Bon. Je ne dis pas que tout est rose, j'ai encore pas mal de troubles comme ci comme ça, mais j'ai aussi la force de les affronter, de me contrôler, de changer mes réactions.

Voilà en gros l'évolution.

Ceci concerne bien entendu ma propre dépression, tout le monde ne réagira pas forcément comme moi à la même molécule. Mais c'est pour qu'il y ait un témoignage positif sur cette maladie, parce que je vous assure que pour mon entourage, c'est flagrant.

On peut porter plainte contre un médecin quand il a fait une bavure, mais quand il vous a sauvé, on fait quoi ?

Un saucisson ?

Allez, à bientôt.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

dimitrix (35 messages) Envoyer message email à: dimitrix Envoyer message privé à: dimitrix Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-01-04, 03:18  (GMT)
30. "RE: Voici de mes nouvelles :-D"
Bonne année Cilloux, Bonne année a Tous

Cela fait plaisir a lire et donne du courage, merci de nous faire partager ton expérience. Moi même apres 1 mois et 1/2 seulement d'antidepressuer, je me sens bcp mieux et ma vie aussi. Donc n'hesitez pas a vous soigner si votre medecin vous parle d'ad (et seulement si, j'ai promis que j'arretais de jouer a Rika Zarai).

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
12-01-04, 22:15  (GMT)
31. "RE: Voici de mes nouvelles :-D"
Bonsoir Cilloux,

Je suis bien entendu ravie de savoir que sur le forum Atoute tu es guérie de ta dépression, mais bien déçue que sur le forum Anorcri tu souffres de troubles du comportement alimentaire...

Je crois que si nous ne traitons pas les causes de nos problèmes psychologiques au moyen d'une psychothérapie, soit il y a risque de récidive des mêmes problèmes, voire d'agravation puis de chronicisation, soit il y a le risque de "symptômes baladeurs" : angoisses qui se transforment en dépression, dépression qui se mue en anorexie.

J'espère de tout coeur que quand tu auras enfin ton rendez-vous chez le psy, tu trouveras la force de lui parler sincèrement de ce qui te fait souffrir. Tu as tous les atouts pour t'en sortir, tu es intelligente, tu t'exprimes bien... Je souhaite que tu saisisses l'occasion de vraiment attaquer les causes des problèmes, sinon les mois et les années vont passer, et tu risques de tourner en rond et de passer à côté de ta vie.

Bon courage, amitiés,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
12-01-04, 22:56  (GMT)
32. "RE: Voici de mes nouvelles :-D"
Pas cool, Pandore.

Je n'ai jamais dit que j'étais guérie, mais que j'étais "dans une espèce de dynamique de "redémarrage". "


Tu te projetes sur moi, là. Tu peux traiter tes problèmes psy. Moi j'en ai assez parlé avec mon médecin. Il m'a encore dit, la dernière fois, que ce n'était pas une pathologie mais un concours de circonstances et que n'importe qui pouvait tomber malade comme moi avec des circonstances similaires.

C'est une dépression heu... le contraire d'endogène. Exogène ?


"il y a risque de récidive des mêmes problèmes, voire d'agravation puis de chronicisation"
Ca c'est le discours des sectes, à savoir que si je ne t'obéis pas, je suis condamnée à souffrir toute ma vie.

Ben non. C'est un discours que je n'accepte plus. Je veux et je peux guérir définitivement sans récidive. Définitivement j'ai dit !

Et j'ai justement écrit ce message pour prouver que c'est possible. C'est dur, mais c'est exhaltant et chaque progrès me donne envie d'aller encore plus loin (enfin je n'en dis pas plus, on va me dire que je suis en phase maniaque maintenant)...

"J'espère que (...) tu trouveras la force de lui parler sincèrement de ce qui te fait souffrir. "
Pandore, tu sais bien que je parle très facilement de ce qui me fait souffrir, j'ai même tendance à l'étaler à outrance. Enfin ! Voyons...


"Tu as tous les atouts pour t'en sortir, tu es intelligente, tu t'exprimes bien... " Oh que j'aime quand on me dit tout ça


"tu risques de tourner en rond et de passer à côté de ta vie."

Et bé, tu ne me souhaite que des bonnes choses aujourd'hui

D'une vaut mieux tourner en rond que de mal tourner. Passer à côté de ma vie ? Pas de risque, je suis les deux pieds dedans. Merci de t'inquiéter pour moi mais ce n'est vraiment pas nécessaire.

Allez, suite à la prochaine émission. Pour les troubles alimentaires je suis encore en pleine bataille donc des nouvelles au prochain épisode, faut pas aller plus vite que la musique.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

David99 (15 messages) Envoyer message email à: David99 Envoyer message privé à: David99 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-01-04, 10:27  (GMT)
33. "RE: Voici de mes nouvelles :-D"
Bonjour à toutes et tous.

Content d'avoir des nouvelles de Cécile mais je constate que ce genre de forum n'est pas forcément la panacée car on interprète, projette etc...

Cela dit, c'est important pour partager des expériences, du vécu et l'empathie fait du bien (merci Pandore).

Il est parfois difficile d'éviter le jugement surtout inconscient et involontaire.

Peu imoorte, le principal c'est qu'en cette nouvelle année, tout le monde s'en sorte !!

Ce soir il y a d'ailleurs une énième émission de Delarue sur la Dépression.

De mon côté, fin d'année difficile car bien que j'aie les symptômes de la dépression + anxiété majeure, j'avais arrêté mon traitement Effexor après deux mois où je n'ai eu que les effets secondaires.

Je prends un peu de rivotril pour calmer mes angoisses et douleurs psychosomatiques mais j'ai peur de la dépendance.

Et j'essaie d'autres choses (Omega 3 même si je pense que c'est pas mieux que l'effet Placebo et s^^urment un peu du Marketing pour faire vendre le bouqiun de D. Servan Schreiber que j'ai acheté évidemment... et (encore) enrichir les labos !).

Sinon, je cherche un type de psychothérapie et un(e) thérapeute, ce qui n'est pas évident car beacoup sont surbooké et vu mes troubles que je traîne depuis 15 ans (après 7 ans de psychothérapie notamment), je n'ai pas envie de me lancer dans quelque chose parce que c'est urgent que je souffre.

J'ai profité des fêtes pour y réfléchir et demander de tuyeaux et recommandations. Je vois une psychothérapeute lundi prochain, je verrai bien mais je ne me fais pas d'illusions car je galère depuis 15 ans et suis maintenant sûr à 99% d'avoir avant tout un trouble borderline donc qq chose de difficile à traiter et un peu structurel.

Pas de hasard si le sul psychotrope parmi tous ceux que j'ai eus en 15 ans qui a fonctionné est un antiépileptique... (même pas prescrit par un psychiatre mais par ma gastroentérologue à cause de mes somatisations à outrance).

Je commence une nouvelle année avec à la fois beaucoup d'espoir mais aussi en sachant que ce "mal" qui est moi est profond, structurel, m'empêche de vivre une vie "normale" (cela dit, qu'est-ce c'est) et surtout je me sens seul face à l'incompréhension de mes proches, du monde médical...
Cela dit, avec le temps, mes troubles et un certain coming out en fin d'année, mes proches ont été obligés d'admettre que je souffrais d'un trouble et quelque part ça m'a aidé, le tout étant de ne pas s'y complaire.

Mais au moins quand je me tape un délire, soit j'essaie d'arrêter, soit je dis carrément de me foutre la paix et j'attends que l'angoisse profonde ou la crise dépressive passagère passe...

Pour le reste, il y a du coulot en 2004... mais bien que ça varie, j'y crois même si je sais que le chemin sera très très long.

Bon courage à toutes et tous

David


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-01-04, 14:36  (GMT)
34. "RE: Voici de mes nouvelles :-D"
Bonjour David,

Bravo pour tes "bonnes résolutions 2004" ! Tu as bien raison de vouloir t'attaquer aux racines de ton mal-être, et je souhaite de tout coeur que le courant passe avec la psychothérapeute que tu vas rencontrer lundi.

Le principal est que tu te sentes à l'aise pour lui parler sincèrement de tout ce que tu ressens, autant physiquement que psychiquement, et que tu arrives progressivement à lui faire confiance. Le simple fait de pouvoir te confier à quelqu'un ne peut être que positif pour toi, qui est obligé de garder une "façade" toute la journée au boulot ou en famille.

Le principal problème des forums n'est pas tant ce qu'on y projette, que la manière dont on s'y présente. Certaines personnes n'y sont pas sincères : quoi de plus simple sur internet que de se fabriquer une fausse personnalité, de se présenter sous (encore une fois !) un masque. Là où le phénomène se complique, c'est que le risque est grand de changer de masque quand on change de forum... Je pense que les forums sont intéressants à partir du moment où on y est le plus sincère possible. Et c'est un peu pareil avec la psychothérapie. Personne ne peut nous aider si nous mentons ou si nous cachons des choses.

Nous devons aussi être le plus clairs possible par rapport à notre envie réelle : allons-nous sur un forum pour y trouver des solutions, pour changer, s'améliorer ? Certaines personnes s'attardent beaucoup sur leur symptômes, mais laissent de côté les solutions possibles : la peur du changement, de l'inconnu prend le dessus. Les bénéfices secondaires de la maladie sont parfois tellement importants... Là aussi, certains forums sont particulièrement pernicieux, du style "forum où on se compare les symptômes et où on jérémie ensemble". Il en existe de véritablement malsains et dangereux : comparaison de la façon de se taillader les bras, descriptions des tentatives de suicides, quelle anorexique sera la plus maigre, etc.

Donc tout est dans l'usage que l'on fait des choses et des gens : soit pour aller mieux, soit pour s'enfoncer.

J'en profite pour t'informer qu'il y a maintenant (depuis début janvier) un groupe de discussion AAPEL (réservé aux membres inscrits), que je trouve assez intéressant.

En ce qui concerne ce que tu dis du Rivotril, j'ai déjà lu sur des sites consacrés aux troubles de la personnalité borderline que ces médicaments du type anti-épileptique fonctionnaient très bien chez certaines personnes. Tu n'es donc pas le seul dans ce cas.

Encore bon courage pour lundi, je penserai à toi,

Amitiés,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

David99 (15 messages) Envoyer message email à: David99 Envoyer message privé à: David99 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-01-04, 18:06  (GMT)
35. "RE: Voici de mes nouvelles :-D"
Hi Pandore (ou plutôt AM.... derrière ton masque, je rigole)

Content de te revoir. Je te réponds par mail

A+ à toutes et tous

David

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-01-04, 20:38  (GMT)
36. "RE: Voici de mes nouvelles :-D"
Bonsoir Pandore,

je me sens légèrement visée à propos de ce que tu dis.

C'est vrai que je ne suis pas si bien que ça, je ne suis pas guérie et quand je parle de guérison définitive, je ne fait que répéter les mots de mon médecin qui refuse toujours d'augmenter les AD.

Bref, ça c'est une autre histoire.

Je ne sais pas si c'est à moi que tu penses en parlant de personnalité, d'honnêteté sur les forums.

Oui je me suis tailladé les bras toute la journée. Oui j'ai des TCA. Et encore plein de trucs qui ne vont pas. Mais il y a quand même une évolution dans ma maladie.

Si je porte un masque de "celle qui va très bien" ici c'est pour ne pas risquer de me faire - une fois de plus - psychanalyser par une Pandore en mal de clientèle.

Dès qu'on dit une phrase, tu viens interprêter le pourquoi du comment et ce qu'on devrait faire et penser et dire et comment s'y prendre etc...

J'ai connu des gens, comme ça, pleins de bonne volonté et d'altruisme, qui à la moindre plainte se glissent dans votre vie pour s'ériger en directeur de conscience.

Personnellement, ce comportement me blesse beaucoup. En t'occupant de moi, ma vie, ma personnalité et mes problèmes psy, tu t'attribues une supériorité que tu n'as pas.

Un médecin a fait des études. Un psychiatre aussi. Ils ont des techniques, des méthodes, de l'expérience, et encore parfois ils se trompent. Mais toi, tu n'as pas tout ce parcours. Tu es une malade comme moi, au même niveau que moi, et on pourrait aussi chercher ton mal-être dans cette façon compulsive de jouer le courrier du coeur avec tous les dépressifs qui se promènent ici.

En tout cas, c'est très blessant de lire la caricature que tu fais des "autres forums". Je t'avais invitée en tout bien tout honneur, je le regrette maintenant. "J'ai cherché le bâton pour me faire battre" dirait mon petit père.

Voilà c'est tout, c'est dit. Je n'ose plus trop poster ici de peur de voir chacune de mes phrases décortiquées. Mais sur le forum de Christelle, laisse nous avancer tranquillement comme on peut.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

David99 (15 messages) Envoyer message email à: David99 Envoyer message privé à: David99 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-01-04, 08:13  (GMT)
37. "RE: Voici de mes nouvelles :-D"
Bonjour,

Un post du matin après avoir vu l’émission de Delarue hier soir avec quelques pensées / réflexions:/ réaction en vrac..

J’ai évidemment regardé un peu par voyeurisme mais surtout par curiosité et intérêt par rapport à mon cas qui fait que je suis aussi sur ce forum.
Surtout que le titre était plutôt optimiste : « comment vaincre la dépression ».

Même si je n’apprécie que moyennement JL Delarue et la construction de son émission : exposé de témoignages sans véritable débat (c’est pas le but) malgré quelques échanges et la présence d’un psy.
Et il est vrai qu’il important d’en parler car ça a été longtemps un tabou ou une maladie honteuse.

Mais j’avoue avoir eu des pensées assez contradictoires, sûrement parce que j’ai encore une partie de moi en déni de la réalité et que j’ai des tas de résistances.

Ca m’a permis de prendre conscience que si je me reconnais dans les symptômes de la dépression, c’est que quelque chose « d’annexe », au sens de quelque chose qui est là contre lequel une partie de moi lutte parce que l’autre veut l’y entraîner.
Mais jusqu’à maintenant (je touche du bois) , je n’ai jamais eu de crises sévères (pas d’HP ni de TS), voire une seule crise sévère où j’ai été arrêté qq jours mais j’ai devancé mes vacances.
Je connais des symptômes « légers » au sens où je peux me lever et faire des choses (sauf pendant cette crise où j’ai passé un mois de congés au lit, sans rien manger quasiment etc…°.
Donc je me suis reconnu dans les témoignages comme celui de Karine ou les autres car en permanence, je suis fatigué, j’alterne boulime/anorexie légère (mais je peux perdre ou prendre 5/6 kilos en quelques semaines), je dors très très mal, ai des tas de symtpômes physiques (migraines, début d’ulcère, problème de foie, pb cutanés etc…) car je somatise beaucoup, plus tous les problèmes d’humeurs etc etc…

Mais dans mon cas 15 ans de suivi (psychiatre, psychothérapeute) ne m’ont pas aidé. Et quand o voit la mère de enfants, ça fait froid dans le dos ! !
Et même la nana qui s’en est sortie vient à peine d’arrêter ses traitements ;
Et l’émission m’a conforté dans une crainte, il faut une conjonction psycho / biologique et environnemental pour rentrer dans le tunnel mais après, bonjour la galère !
Surtout quand on a essayé la plupart des traitements !
J’ai voulu essayé les électrochocs mais mon psy n’a pas voulu. Le « hasard »a voulu qu’un arrêt brutal volontaire mais inconscient ! d’un anxiolytique me fasse faire une crise d’épilepsie. Ca ne m’a pas vraiment aidé ! !

En fait, j’ai un cumul des symptômes dépressifs, de la cyclothymie du dépressif bipolaire (mais moins marqué ou beaucoup plus fluctuant).
Finalement le témoignage qui m’a le plus interpellé dans son originalité mais aussi dans la ressemblance avec d’autres problématiques que j’ai, c’est celui de la jeune fille, Laura.

En fait, je suis pus proche de son cas bien que j’ai le double de son âge. Et tout cela me conforte encore dans l’idée que c’est compliqué quand on cumule des troubles et me convainc que je suis « borderline » même si le diagnostic des psys est plutôt celui de Laura, « anxio dépressif » mais sans qu’ils aient pu m ‘aider par la pharmacologie ou la thérapie ! !D’ailleurs, je me demande si Laura n’est pas borderline.

Enfin, voilà quelques réactions à chaud.

Qu’en avez-vous pensé ?

A+

David

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

David99 (15 messages) Envoyer message email à: David99 Envoyer message privé à: David99 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-01-04, 08:14  (GMT)
38. "RE: Voici de mes nouvelles :-D"
Bonjour,

Un post du matin après avoir vu l’émission de Delarue hier soir avec quelques pensées / réflexions:/ réaction en vrac..

J’ai évidemment regardé un peu par voyeurisme mais surtout par curiosité et intérêt par rapport à mon cas qui fait que je suis aussi sur ce forum.
Surtout que le titre était plutôt optimiste : « comment vaincre la dépression ».

Même si je n’apprécie que moyennement JL Delarue et la construction de son émission : exposé de témoignages sans véritable débat (c’est pas le but) malgré quelques échanges et la présence d’un psy.
Et il est vrai qu’il important d’en parler car ça a été longtemps un tabou ou une maladie honteuse.

Mais j’avoue avoir eu des pensées assez contradictoires, sûrement parce que j’ai encore une partie de moi en déni de la réalité et que j’ai des tas de résistances.

Ca m’a permis de prendre conscience que si je me reconnais dans les symptômes de la dépression, c’est que quelque chose « d’annexe », au sens de quelque chose qui est là contre lequel une partie de moi lutte parce que l’autre veut l’y entraîner.
Mais jusqu’à maintenant (je touche du bois) , je n’ai jamais eu de crises sévères (pas d’HP ni de TS), voire une seule crise sévère où j’ai été arrêté qq jours mais j’ai devancé mes vacances.
Je connais des symptômes « légers » au sens où je peux me lever et faire des choses (sauf pendant cette crise où j’ai passé un mois de congés au lit, sans rien manger quasiment etc…°.
Donc je me suis reconnu dans les témoignages comme celui de Karine ou les autres car en permanence, je suis fatigué, j’alterne boulime/anorexie légère (mais je peux perdre ou prendre 5/6 kilos en quelques semaines), je dors très très mal, ai des tas de symtpômes physiques (migraines, début d’ulcère, problème de foie, pb cutanés etc…) car je somatise beaucoup, plus tous les problèmes d’humeurs etc etc…

Mais dans mon cas 15 ans de suivi (psychiatre, psychothérapeute) ne m’ont pas aidé. Et quand o voit la mère de enfants, ça fait froid dans le dos ! !
Et même la nana qui s’en est sortie vient à peine d’arrêter ses traitements ;
Et l’émission m’a conforté dans une crainte, il faut une conjonction psycho / biologique et environnemental pour rentrer dans le tunnel mais après, bonjour la galère !
Surtout quand on a essayé la plupart des traitements !
J’ai voulu essayé les électrochocs mais mon psy n’a pas voulu. Le « hasard »a voulu qu’un arrêt brutal volontaire mais inconscient ! d’un anxiolytique me fasse faire une crise d’épilepsie. Ca ne m’a pas vraiment aidé ! !

En fait, j’ai un cumul des symptômes dépressifs, de la cyclothymie du dépressif bipolaire (mais moins marqué ou beaucoup plus fluctuant).
Finalement le témoignage qui m’a le plus interpellé dans son originalité mais aussi dans la ressemblance avec d’autres problématiques que j’ai, c’est celui de la jeune fille, Laura.

En fait, je suis pus proche de son cas bien que j’ai le double de son âge. Et tout cela me conforte encore dans l’idée que c’est compliqué quand on cumule des troubles et me convainc que je suis « borderline » même si le diagnostic des psys est plutôt celui de Laura, « anxio dépressif » mais sans qu’ils aient pu m ‘aider par la pharmacologie ou la thérapie ! !D’ailleurs, je me demande si Laura n’est pas borderline.

Enfin, voilà quelques réactions à chaud.

Qu’en avez-vous pensé ?

A+

David


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-01-04, 10:47  (GMT)
39. "Différence entre symptômes et structure de la personnalité"
Modifié le 16-01-04 à 21:25  (GMT)

Salut David,

Déjà de bon matin sur le forum !

Pas vu l'émission de Delarue : je n'ai plus du tout envie de regarder ses émissions depuis le dernier "ça se discute jour après jour", dont l'approche m'a particulièrement choquée. J'ai donné mon point de vue de manière véhémente sur le forum de l'émission.

Je trouve ton analyse de ton propre cas très fine et très juste (comme d'habitude ).

J'ajouterais que quand tu dis que tu est anxio-dépressif d'une part, et borderline d'autre part, ce n'est ni un cumul de problèmes ni une contradiction, c'est simplement deux angles différents pour examiner les problèmes.

Anxio-dépressif: ce sont tes symptômes. C'est important pour la prise en charge médicale, et surtout médicamenteuse, de pouvoir décrire précisément ce qu'on ressent, ses symptômes. C'est cela qui fait souffrir, qui motive la consultation, et c'est là qu'on a besoin d'un soulagement de la souffrance.

Borderline : c'est la structure de ta personnalité. C'est davantage une approche psychanalytique.

La structure de la personnalité n'a rien à voir avec l'expression des symptômes. Dans la galaxie des troubles borderline, on trouve pratiquement tous les symptômes psychiatriques qui existent. Une même personne peut cumuler en même temps plusieurs symptômes, ou encore passer successivement d'un symptôme à l'autre.

Ce n'est pas forcément important de savoir qu'on est borderline, tout dépend de la curiosité que l'on a (ou pas) de savoir comment on fonctionne. Les psychiatres nous parlent très rarement de cela. Cela ne les empêche pas de nous soigner. Par contre, si tu veux par exemple te "situer" pour aller sur des forums discuter avec des gens qui ont des problèmes un peu similaires, ça peut être important de le savoir, pour savoir où te diriger ; ça peut être intéressant à savoir aussi si tu désires apprendre des choses à ce sujet, si tu as envie de lire des livres là-dessus ou d'aller sur des sites internet pour te renseigner.

C'est important aussi de le savoir pour décider de ton suivi, de la façon de te soigner : être borderline, cela veut dire que l'on n'a pas un petit trouble passager qui va se guérir avec 6 mois de traitement pharmacologique. Cela implique, en plus des médicaments, un suivi long, parfois de toute une vie. Cela implique une psychothérapie, parfois très longue. Cela implique que pour mener une vie "normale", ou du moins la plus agréable possible, il faut apprendre à domestiquer cette maladie, à bien en connaître tous les rouages, à transformer progressivement nos mécanismes de défense, et à transformer en atout une hypersensibilité qui était au départ un gros handicap.

Amitiés,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-01-04, 17:25  (GMT)
40. "RE: Voici de mes nouvelles :-D"
Modifié le 18-01-04 à 15:12  (GMT)

Bonjour Cilloux,

Je ne te reproche pas d'être malade, ni de souffrir (comment le pourrais-je ?)

J'ai simplement un avis différent du tien sur la manière de se soigner. Personnellement, je refuse le "tout médicament". Je ne suis pas la seule a avoir cette opinion.

Tu penses autrement, libre à toi. Mais je ne suis pas d'accord avec ta manière de travestir la réalité en faisant croire sur le forum Atoute à une amélioration de ta santé, alors que sur d'autres forums tu dis le contraire.

Je suis désolée que tu ressentes ce que je dis comme une intrusion, une démonstration de supériorité, que tu me juges "en mal de clientèle". Je reconnais ne pas être forcément très habile dans ma façon de m'exprimer, probablement trop directe. Je n'ai jamais prétendu être sans problème, j'ai raconté mon parcours dans plusieurs discussions sur le forum.

Mais il n'y a pas de mauvaise intention de ma part. Je serais vraiment heureuse que tu ailles mieux.

La description que j'ai faite de certains forums n'est malheureusement pas une caricature. Et je suis en droit de donner mon opinion sur ces forums. Les personnes qui sont en souffrance ne sont pas forcément à même de se rendre compte de ce qui risque de leur faire du mal.

En ce qui concerne le forum Anorcri, je te rappelle que c'est toi qui y a cité mon nom (pourquoi ?). J'y suis allée pour voir ce que c'était, et répondre à ton message.

Cordialement,

Pandore

PS - Sur le forum Anorcri, mon mot de passe étant bêtement devenu invalide, je ne pourrai de toute manière plus y retourner. Bug informatique ou décision autoritaire de la modératrice ?

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-01-04, 14:10  (GMT)
41. "Docteur Dupagne : des questions"
Bonjour Docteur, et bonjour à tous,

Même si je ne suis pas toujours d'accord avec Cilloux, je trouve que dans son message elle soulève des questions très pertinentes et intéressantes.

Quand Cilloux dit que je ne suis pas qualifiée pour intervenir sur la question "comment soigner une dépression", elle a parfaitement raison. Je ne suis pas médecin, ni psychologue. Je suis une personne avec des problèmes psychologiques, et mon niveau d'études est de bac + zéro.

Si je me permets d'intervenir régulièrement sur ces questions, c'est parce qu'il me semble la parole médicale n'est pas suffisamment présente sur le forum sur les questions relatives aux problèmes psychiques. Comme j'ai certaines convictions, et que souhaite les exprimer, je me sens obligée de réagir sur ces sujets, la plupart du temps malheureusement sans que ce que je dis soit ni validé, ni infirmé, par un avis médical.

Nous avions déjà abordé cette question dans la discussion http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID20/910.html#26
où je vous disais "…donner la parole aux malades ne peut pas faire faire l'économie de la parole du médecin, et même sur un forum, il me semble que le médecin garde une responsabilité importante."
et où vous m'avez répondu : "Je pense que votre présence sur ce forum sera très précieuse. La parole du médecin ne devrait, je pense, ne servir qu'à arbitrer les conflits, mais la merveille d'un forum, c'est quand le médecin y apprend des choses, et non quand il transmet ses connaissances."

Même débat dans la discussion http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID22/88.html#
où vous disiez "Je n'exclue pas de créer un forum dédié à la personnalité borderline, mais il faudrait que vous acceptiez de le modérer et d'y être très présente. Il faudrait aussi disposer d'un noyau de participants pour débuter."
et où je vous répondais "Quelle pertinence et quelle crédibilité pourrais-je avoir ?" et "De plus, je ne suis pas sûre d'en être capable, justement à cause de mes problèmes psychologiques."

Je continue à penser que la parole médicale est nécessaire sur tous les sujets médicaux, y compris les problèmes psychiatriques. Sinon c'est placer le malade qui se charge de répondre dans une position qu'il ne doit pas, et qu'il ne peut pas occuper. C'est cet écueil qu'a rencontré Isa sur le forum schizophrénie, et ce sont ces difficultés qui expliquent (en partie) son départ et la destruction de ses messages. Mary a abordé très récemment ce problème ici http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/1811.html#

En ce qui concerne le problème médical de la dépression par exemple, je reprends les chiffres donnés sur le site Internet de France 2 http://www.france2.fr , dans le dossier de l'émission "Ça se discute" du 14 janvier sur la dépression (les dossiers Internet de "Ça se discute" sont synthétiques et apportent des informations intéressantes, qui sont souvent absentes de l'émission elle-même, plutôt centrée sur les témoignages et sur l'émotion).

----------

"Introduction (http://www.casediscute.com/home.html)

La dépression, est une véritable maladie, avec des causes biologiques... 1 Français sur 5 serait concerné. Près de 3 millions de personnes en souffrent chaque année. Et cette maladie tue, puisqu'elle serait responsable de la moitié des 12 000 suicides constatés chaque année.
Dépression et guérison ne font pour l'instant pas bon ménage puisque que sur 100 dépressifs authentiques, 30 seulement sont correctement diagnostiqués. Parmi eux, 5 à peine reçoivent un traitement adéquat.

Dossier http://www.casediscute.com/2003/018_depression/dossier/index.shtml

Les chiffres
• 15 % des français seraient déprimés d'après une enquête du CREDES faite en 1996 ;

• il y avait 7 fois plus de déprimés en 1996 qu'en 1970 ;

• 1 homme sur 10 est atteint par une dépression au cours de sa vie ;

• 1 femme sur 5 est atteinte par une dépression au cours de sa vie ;

• 7 déprimés sur 10 ont moins de 45 ans ;

• la dépression est la 5è cause de mortalité et de handicap dans le monde ;

• 12 000 personnes se suicident chaque année en France ;

• 85 à 90 % des personnes souffrant de dépressions pourraient être traitées de manière efficace, seul 1 dépressif sur 3 reçoit une prescription d'antidépresseur ;

• la quantité de boîtes d'antidépresseurs vendues a progressé de 42 % entre 1991 et 1997 ;

• 800 jeunes âgés de 15 à 24 ans meurent par suicide tous les ans et on estime qu'environ 140 000 jeunes de 15 à 24 ans font une tentative de suicide chaque année ;

• 46 % des personnes suivies par un professionnel de la santé mentale le sont pour des dépressions ou troubles de l'humeur ;

• 38 % des personnes suivies pour des troubles psychiques et mentaux se déclarent inaptes au travail.

Peut-on guérir de la dépression ?

La majorité des personnes présentant un épisode isolé de dépression majeure retournent à leur état normal, à leur fonctionnement antérieur. Un épisode non traité dure habituellement 6 mois ou plus.

Cependant pour 20 à 30% des dépressifs, certains symptômes persisteront pendant des mois ou même des années. Environ 50 % des gens ayant vécu un épisode dépressif, vont présenter un deuxième épisode.

Dans environ 20 % des cas, l'évolution est chronique et il n'y a pas de plein rétablissement entre les épisodes. Enfin, jusqu'à 15 % des sujets présentant un trouble dépressif majeur sévère se suicident."

----------

Il semble donc, d'après ces informations chiffrées, que la maladie dépressive constitue un très important problème de santé publique.

Pourtant sur le forum, dans la discussion "On peut guérir d'une dépression", sur 40 messages (tous longs, et avec des polémiques entre les participants à la discussion) il n'y a que 5 interventions (très courtes) de Philippe. Dans "Dépression et angoisse" : 49 messages dont 6 interventions médicales. Par comparaison, pour la discussion "Hernie inguinale" : 48 messages dont 19 réponses médicales, de vous-même et de Philippe. Dermite séborrhéique : 52 messages dont 17 réponses médicales (et je ne cite plus des boutons blancs sur la verge, sinon vous allez penser que je radote ).

D'autres exemples :
"Anxiété" : une question d'Annie http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/5699.html# : zéro réponse (pourtant, elle a dit bonjour )

Une question "Dépression" d'Henri http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/5725.html# : une seule réponse, la mienne (alors que la question concerne en réalité un problème encore plus grave qu'une dépression).

Je comprends très bien que vous ne puissiez répondre à toutes les questions, et je ne demande pas mieux que d'essayer de rendre service. Mais mes connaissances sont forcément limitées, et du fait que je ne suis pas médecin, ni responsable du forum, les attaques me visant risquent d'être plus violentes que si c'était un des Docteurs du forum qui réponde. Pour l'instant, je ne me sens pas déstabilisée, mais je ne peux pas affirmer qu'il en sera toujours ainsi.

Les questions que je me pose sont donc :

N'y a-t-il pas de réponse médicale possible, de discours médical concernant les problèmes psychiatriques ?

N'y a-t-il pas de consensus médical, même partiel, sur la façon de soigner les dépressions, l'anxiété ?

Ne faudrait-il pas, du fait qu'il s'agit d'un important problème de santé publique, solliciter la participation d'un spécialiste de ces questions sur le forum ?

Je vous remercie de bien vouloir me donner quelques éléments de réponse.

A bientôt,

Cordialement,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-01-04, 18:42  (GMT)
42. "RE: Docteur Dupagne : des questions"
Bonsoir,
Vos réponses et celles de Cécile étant en général pertinentes, je ne vois pas pourquoi nous en rajouterions une louche. Le savoir n'est pas l'apanage des docteurs.
Méfiez-vous des articles sur la dépression, "problème de santé publique". Il se cache souvent derrière des distributeurs de pilules.

Il n'y a pas de conférences de consensus pour le traitement de la dépression. Il n'y a même pas consensus sur la façon de diagnostiquer une dépression. Le DSMIV a été créé pour les essais thérapeutiques, pour que l'on ne compare pas des choux et des carottes, mais ces critères ne sont pas toujours tous présents dans une dépression. Le diagnostic se fait dans la durée de la relation médecin/malade et dépend beaucoup du ressenti du médecin et du passé du patient.

Il est très difficile de discuter de maladie mentale sur un forum. Les messages seraient beaucoup trop longs et là, plus que dans d'autres domaines, il est très difficile de répondre sans voir et entendre l'autre.
Je crois que ce genre de forum n'est pas l'outil pour celà.
Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-01-04, 20:47  (GMT)
43. "RE: Docteur Dupagne : des questions"
Vos réponses et celles de Cécile étant en général pertinentes, je
ne vois pas pourquoi nous en rajouterions une louche.

Oh ben je suis toute émue... Je ne sais que dire.

Bon Pandore je suis un peu dé-fâchée, j'arrête de bouder. Je pense que la guérison, c'est comme dans ces maladies infantiles : il y a des poussées de fièvre qui annoncent la guérison, non ?

En tout cas, malgré les points négatifs, les retours en arrière, y'a aussi des progrès :
- j'ai pu prendre 1 lexomyl une fois (pas de rechute donc)
- plus de boulimie depuis 15 jours
- De plus en plus de projets se concrêtisent (l'installation électrique de ma cuisine est presque terminée, pas mal pour une dépressive ?)
- Moins de rumination mentale (ça ne se mesure pas, mais ça fait du bien)
- Plus de réponses aux problèmes de la vie courante : je me sens moins impuissante, moins victime, plus responsable de ma vie quoi.

etc...

Bref je veux guérir et j'insiste sur le fait qu'on peut guérir.

Au fur et à mesure que j'avance dans la guérison, je retrouve des réactions qui me paraissaient naturelles autrefois (comme de se mettre en colère, de parler spontannément sans peur du jugement des autres, d'aller engueuler ses voisins qui font trop de bruit non mais ceux là alors ! etc...)

Et je maintiens qu'on peut redevenir comme avant la dépression. Que la rechute n'est pas une fatalité. Et que si on traite la dépression énergiquement, on n'a pas de séquelles.

Et comme d'habitude ceux qui me contredisent ont tort. Voilà.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-01-04, 14:09  (GMT)
44. "RE: Docteur Dupagne : des questions"
Bonjour,

>Bref je veux guérir et j'insiste sur le fait qu'on peut
>guérir.

Bien sûr et heureusement ! La grande majorité des dépressions guérissent définitivement en quelques mois.


>Et je maintiens qu'on peut redevenir comme avant la dépression. Que
>la rechute n'est pas une fatalité.

C'est vrai !

>Et que si on
>traite la dépression énergiquement, on n'a pas de séquelles.

Le problème est que certaines dépressions sont résistantes à tout traitement : energique ou pas.
Et qu'il y a manifestement des personnalités fragiles ou qui gardent un "fond dépressif".
Philippe,
médecin à la campagne


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (VNI) (7 messages) Voir addresse IP de cet auteur
19-01-04, 17:22  (GMT)
45. "Je vais me faire disputer, ça tient trop de place..."
Mais tant pis, c'est trop tentant...

C'est rien que pour Philippe, parce qu'il m'a fait très plaisir (méfiez-vous, j'ai tendance à m'attacher aux médecins qui s'appellent Philippe).

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (VNI) (6 messages) Voir addresse IP de cet auteur
19-01-04, 17:27  (GMT)
46. "Des questions"
Bonsoir à tous,

Je serais très heureuse d'avoir une réponse du Docteur Dupagne, à qui j'avais adressé mes questions.

Merci d'avance,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-02-04, 10:56  (GMT)
49. "RE: Docteur Dupagne : des questions"
Bonjour,

>Il n'y a pas de conférences de consensus pour le traitement
>de la dépression. Il n'y a même pas consensus sur
>la façon de diagnostiquer une dépression.

C'est vrai, mais j'ai quand même trouvé sur le site de l'ANAES un rapport intéressant, et des recommandations, qui permettent de préciser un peu les éléments du diagnostic, les moyens à mettre en oeuvre pour le traitement, et les critères de guérison.

Il se trouve sur cette page :
http://www.anaes.fr/ANAES/anaesparametrage.nsf/Page?ReadForm&Section=/anaes/SiteWeb.nsf/wRubriquesID/APEH-3YTFUH?OpenDocument&Defaut=y&

Puis cliquer sur :
Psychiatrie-Psychologie
puis sur :
Prise en charge d'un épisode dépressif isolé de l'adulte en ambulatoire
(Mai 2002)

A bientôt,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-01-04, 23:14  (GMT)
47. "RE: Docteur Dupagne : des questions"
Bonjour Pandore,

Toute la force d'un forum web c'est l'entraide entre personnes atteintes du même mal. Les célèbres "Patient Online Helpers".

Je vais prendre un exemple très simple : à ma connaissance, il n'y a jamais de médecin dans les réunions d'alcooliques anonymes.

Si le médecin participe, il provoque deux écueils :
- Le forum évolue vers un lieu de consultation.
- Le médecin est appelé en permanence pour arbitrer des conflits d'opinion entre non-médecins.

C'est d'ailleurs ce qui s'est passé sur le forum schizo. Apparemment, Isa a mal supporté que ne ne prenne pas sa défense à un moment où elle le souhaitait.

Pour autant, il n'y a aucun rapport entre un forum sur le psoriasis ou le vitiligo et un forum sur les psychoses ou le troube bordeline. Les risques conflit et de dérapage y sont encore plus importants. Le forum schizophrénie m'a pris beaucoup de temps et continue à m'en prendre encore.

Je persiste à dire que le médecin ne doit pas être là en tant que tel dans les forums à thème, mais plutôt en tant qu'administrateur ou de modérateur.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-01-04, 07:22  (GMT)
48. "RE: Docteur Dupagne : des questions"
Bonjour Docteur,
Merci de votre réponse, et bonne journée.
A bientôt,
Pandore
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
10-04-04, 21:54  (GMT)
50. "Nouvelles fraîches du mois d'avril"
Ca fait six semaines que j'ai arrêté complètement mon anti-dépresseur. Je l'ai arrêté parce que je sentais que ma dépression était guérie et pas parce que j'étais énervée contre mon pharmacien.

Donc je voyais bien que la vie reprennait, je me sentais d'attaque. Tout ça. Et j'ai arrêté.

Ben au bout de six semaines, ça va toujours aussi bien.

Y'a des hauts et des bas. Mais y'a neuf hauts pour un bas. Les bas ne durent pas très longtemps.
Les bas très bas, c'est une fois de temps en temps et c'est lié au sommeil.

Les hauts, c'est souvent.

L'état "entre deux", je ne l'aime pas. Je préfère les "hauts".

Je ne suis pas en phase maniaque parce que je n'achète rien de spécial, je ne me sens pas supérieure aux autres, je ne dors pas mais je suis fatiguée.

Je suis de plus en plus persuadée que la dépression que je trainais depuis longtemps est guérie.

Fini, l'état larvaire, les après-midi canapé-c'est mon choix-Derrick, les soirées téléphone-copine-plaintes et jérémiades, les angoisses paralysantes, les soupirs répétitifs.

J'ai planté une petite roseraie chez moi, avec des rosiers de plusieurs couleurs, et j'attends impatiemment que les fleurs éclosent.
J'ai aussi des mésanges qui font leur nid devant ma fenêtre de cuisine.
Les fruitiers sont en fleur et il n'a pas gelé ! (ceux qui râlent que le climat est détraqué, hein...)

Bref.

Pour dire qu'on peut guérir, arrêter les traitements et revenir dans la vie normale au milieu des gens bien portants et se sentir comme les autres.

En résumé la dépression est une maladie longue, d'autant plus longue qu'elle est ancienne (mais ce n'est pas démesuré quand même !) et ça se soigne et on en guérit définitivement. Et on en garde le souvenir comme pour une varicelle ou une bronchite : on se souvient avoir été malade, mais on n'est pas "un malade", à vie. On sort de cette identité de "personne malade" pour devenir un bien-portant.

Je ne sais pas si je formule bien ma pensée. Je pense que c'est compréhensible un peu quand même.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

david26 (39 messages) Envoyer message email à: david26 Envoyer message privé à: david26 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-05-04, 00:18  (GMT)
51. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonsoir tout le monde ,
J aimerai savoir si un etat depressif peut etre secondairement implique par une maladie organique ?...........car s il est vrai qu un esprit toutrmente implique un corps tourmente ..........la reciproque est elle verifiee ? a savoir un corps tourmente ( cad une maladie organique ) peut il implique un esprit tourmente ( etat depressif endogene ) .

Enfin , j aimerai savoir ( aussi exceptionnel cela puisse t il etre ) si une congestion passive des vaisseaux au niveau du cerveau peut donner comme signe clinique un etat depressif ?
Merci de me repondre .....et a bientot .

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-05-04, 00:32  (GMT)
52. "RE: On peut guérir d'une dépression."
"est-ce qu'un etat depressif peut etre secondairement implique par une maladie organique ?"

Bien sûr que oui. Je pense même (mais c'est juste une idée, je n'ai pas fait de thèse là-dessus) que la majorité des dépressions sont déclenchées par une souffrance du corps.


Pour les vaisseaux du cerveau, je ne sais pas car je ne suis pas médecin.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-05-04, 19:08  (GMT)
53. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonsoir,

>J aimerai savoir si un etat depressif peut etre secondairement implique
>par une maladie organique ?...........car s il est vrai qu
>un esprit toutrmente implique un corps tourmente ..........la reciproque est
>elle verifiee ? a savoir un corps tourmente ( cad
>une maladie organique ) peut il implique un esprit tourmente
>( etat depressif endogene ) .

Le psychisme et le physique ne peuvent pas être séparés. Il y a une interdépendance évidente.

>Enfin , j aimerai savoir ( aussi exceptionnel cela puisse t
>il etre ) si une congestion passive des vaisseaux au
>niveau du cerveau peut donner comme signe clinique un etat
>depressif ?

Et ça veut dire quoi une "congestion passive" ?
Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

david26 (39 messages) Envoyer message email à: david26 Envoyer message privé à: david26 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-05-04, 23:17  (GMT)
55. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonsoir ,
Tout d abord docteur Philippe je pensais que vous comprendriez le terme " congestion passive " ........je ne vois pas en quoi ce terme est incomprehensible a vos yeux car c est tres clair .....mais bon en dautres termes alors je voulais savoir si des troubles vasomoteurs impliquant une vasoconstriction des vaisseaux (congestion passive )au niveau du cerveau pouvait impliquer un etat depressif .Pour etre encore plus precis est ce qu une mauvaise irrigation du cerveau peut impliquer comme symptome un etat depressif ? .
Ensuite je voulais faire egalement part de mon point de vue a Exit et c est vrai qu il rejoint le tien puisque effectivement je suis d avis a penser qu on a tous un capital "stress" et qu une fois que ce capital est epuise alors cela peut favoriser la survenue de troubles anxio depressif etc .......c est comme le soleil .....comme la nourriture etc .........et il est evident egalement que ce capital est tres flexible d un individu a l autre .
Voila merci et a bientot .
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
30-05-04, 15:12  (GMT)
56. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonsoir ,
>Pour etre encore plus
>precis est ce qu une mauvaise irrigation du cerveau peut
>impliquer comme symptome un etat depressif ? .

Non.

>Ensuite je voulais faire egalement part de mon point de vue
>a Exit et c est vrai qu il rejoint le
>tien puisque effectivement je suis d avis a penser
>qu on a tous un capital "stress" et qu une
>fois que ce capital est epuise alors cela peut favoriser
>la survenue de troubles anxio depressif

Nous sommes à peu près tous d'accord là-dessus.
Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

exit (104 messages) Envoyer message email à: exit Envoyer message privé à: exit Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-05-04, 19:50  (GMT)
54. "Ca c'est vraiment un vaste débat..."
Disons que si tu lis la littérature scientifique actuelle sur beaucoup de maladies psychiatriques, c'est le modèle stress/vulnérabilité qui est souvent repris...

Pour faire simple, on est tous plus ou moins disposé à développer une dépression, par exemple...
Pour qu'elle se déclenche, il faut que des évènements de vie stressant (positifs ou négatifs d'ailleurs) s'accumulent jusqu'à dépasser le seuil que, génétiquement, nous pouvons supporter...

Prenons la métaphore du vase: certains ont un grand vase, d'autres un petit, d'autres un moyen... Mais cela ne prédispose à rien...
Celui qui a un grand vase mais une vie horrible, pleine de drames, déclenchera la dépression...
Et celui qui a un petit vase mais une vie équilibrée sans stress majeur passera une vie sans dépression....

Donc la dépression, dans ce modèle, c'est la rencontre de deux choses: un organisme biologique et des conditions de vie...

Alors pour répondre à ta question, non je ne crois pas qu'il y ait des maladies dépressogènes en soi, mais une maladie, c'est un facteur de stress de vie, donc ça remplit le vase aussi...

Certaines substances sont dépressogènes, ça oui: l'alcool par exemple...

Par contre, certaines dépressions ne sont pas reconnues et on leur met une autre étiquette: c'est particulièrement fréquent en gériatrie où des patients sont catalogués "déments" alors qu'ils sont dépressifs: un simple traitement antidépresseur bien mené fait des miracles chez eux...

Perso, je pense qu'on devrait toujours tenter un traitement antidépresseur avant de poser un diagnostique de démence... J'ai vécu le cas il y a une quinzaine d'année avec ma grand-mère... La démence était quasi établie, le placement quasi réglé et son médecin généraliste a dit, contre l'avis des "spécialistes": essayons tout de même un traitement AD (et à l'époque, les molécules AD étaient beaucoup plus toxiques qu'aujourd'hui, surtout pour les personnes agées !)...

Résultat des courses: ma grand'mère décéda 5 ans plus tard d'un arrêt cardiaque, en pleine rue, en allant faire ses courses...

Et oui, elle n'était pas démente et put vivre autonome les 5 années suivantes... Edifiant, non ???

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-08-04, 20:31  (GMT)
57. "Nouvelles du mois d'août"
Bonjour,

peut-être que tout le monde s'en fout mais j'écris quand même où j'en suis de cette %$^*§/#&! dépression

Alors voilà, depuis le mois de juin à peu près, j'ai mis en place des espèces d'exercices concrêts à faire tous les jours, concernant le sport, la nourriture et ma consommation de café.

Je crois pouvoir dire que ça va mieux.


Cependant, je viens d'obtenir un poste de travail avec plus de responsabilités (mais pas mieux payé), des horaires encore plus pourris (alternativement 7h-19h et 19h-7h).

Je commence la semaine prochaine, le 1er septembre.

Et bien je ne m'y attendais pas, mais au bout de plusieurs mois, les angoisses sont revenues. L'éventail des pensées agréables "je suis nulle, personne ne m'aime, je suis incompétente, je n'y arriverai jamais, autant mourir tout de suite que de me faire étriper par mon nouveau chef etc..."

Mais à la différence d'avant, j'ai le réflexe de reprendre mes cours, de me replonger dans les bouquins, pour combler un peu mes lacunes. Et aussi, au lieu de me désespérer tout le temps, je ne me désespère que la moitié du temps. Le reste du temps, je cherche des béquilles, des appuis, pour atténuer l'angoisse de la rentrée.

Au lieu de penser "tout est foutu" je pense "foutu pour foutu, autant tenter quelque chose".

Bon. Rien d'extraordinaire vu de l'extérieur, mais pour moi ça change tout.

Toujours pas de médoc, pas de psy, médecin en vacances, un mois sans atoute, deux jours sans internet... il a fallu se prendre en main.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-08-04, 08:15  (GMT)
58. "RE: Nouvelles du mois d'août"
>peut-être que tout le monde s'en fout mais j'écris quand même
>où j'en suis de cette %$^*§/#&! dépression

Bonjour Cécile,

Moi, ça m'intéresse quand j'ai le temps de lire

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-08-04, 09:44  (GMT)
59. "RE: Nouvelles du mois d'août"
Bonjour Cécile,

Moi aussi ça m’intéresse ! Je suis admirative de la façon dont tu affrontes ces futurs changements.

Moi les changements me perturbent beaucoup. Quant aux horaires décalés, je serais bien incapable de les supporter. Même les changements de l’horaire d’été ou d’hiver me perturbent ! Heureusement j’ai la chance de travailler dans une entreprise humaine et prend en compte les spécificités des salariés et leurs souhaits (dans la mesure du possible) pour les changements de postes. Je travaille donc à temps partiel, à des horaires réguliers et qui me conviennent, et c’est grâce à tout cela que je n’ai pas d’arrêt maladie. Je n’ai pas non plus trop de responsabilités, donc pas trop de stress. Bien sûr, je peux fonctionner aussi avec du stress, mais le problème est que je le paye après coup, et plus je vieillis plus j’ai du mal à me remettre des moments de stress.

Bonne chance pour le 1er septembre !

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-09-04, 23:55  (GMT)
66. "RE: Nouvelles du mois d'août"

>
>Toujours pas de médoc, pas de psy, médecin en vacances, un
>mois sans atoute, deux jours sans internet... il a fallu
>se prendre en main.
>

Bonjour!

Je reprends les mots de Cécile juste pour dire un petit mot sur les "médoc" (ou alors en bouteille et là en plus c'est bon avec modération!) je suis une anti drogue avec un sale caractère qui a dit non! à son médecin lorsqu'elle lui a annoncé sa dépression. Et finalement je trouve que je m'en sors plutôt bien et voudrais dire à tout le monde que la drogue n'est pas une solution, je pense que l'organisme et le cerveau sont assez bien faits pour se remettre tout seul de la dépression. Alors je ne voudrais pas plomber l'ambiance pharmacie mais il faut savoir que certains anti-dépresseurs sont mis en cause dans divers suicides que la molécule aurait provoqué... ben vi faut pas jouer à l'apprenti sorcier!( Je dis celà sur un ton peut-être léger et choquant mais malheureusement un membre de ma famille en a fait les frais en jouant au cochon pendu...).

Alors s'il vous plait prenez vous en main un minimum et vous verrez avec un peu de caractère on y arrive aussi sans creuser le trou de la sécu! Et puis avant de préscrire des drogues faudrait peut-être que certains de nos gentils médecins généralistes se renseignent avant...

Aller on se prend en main on se bouge on arrête de regarder sa maladie parceque c'est lui donner plus d'importance qu'à nous même parfois on fini par s'y oublier!

Profitez des derniers rayons de soleil! c'est gratuit et ultra positif pour le moral @-)

Je range mon sourire parait que c'est pas livré dans la panoplie dépressive.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-09-04, 05:13  (GMT)
67. "RE: Nouvelles du mois d'août"
Modifié le 03-09-04 à 05:49  (GMT)

Bonjour,

Alors s'il vous plait prenez vous en main un minimum"
Aller on se prend en main on se bouge"

ce ne sont pas des choses à dire à un dépressif. Si on m'avait parlé comme ça, ma dépression, j'y serais encore. Le secouage, les coups de pied au derrière, les "remuez-vous", non seulement ça ne marche pas du tout du tout mais ça aggrave la dépression.

on arrête de regarder sa maladie parceque c'est lui donner plus d'importance qu'à nous même parfois on fini par s'y oublier"
Ben y'a un phénomène qui s'appelle le déni, c'est à cause de lui que la dépression peut faire son nid.

vous verrez avec un peu de caractère on y arrive aussi sans creuser le trou de la sécu! "

Je vais me fâcher tout rouge...

Il ne faut pas écraser les autres sous prétexte que vous, vous vous en sortez bien, et que donc tous ceux qui n'y arrivent pas sont vraiment des cons.

Moi je m'en suis sortie non pas par ma force de caractère, ni par ma volonté (je ne sais toujours pas ce que c'est), mais parce que j'ai été entourée de quelques personnes de valeur qui ne m'ont jamais secouée.

Vous croyez avoir de la volonté et du caractère ? Et bien regardez autour de vous... les forces que vous croyez détenir, ce sont vos proches qui vous les donnent. Il y a des gens qui n'ont pas la chance d'avoir un entourage aussi favorable que le votre, et qui ne peuvent donc pas guérir aussi vite que vous. Alors imaginez ce que ça fait de lire un message comme le votre quand on traine une dépression depuis des années et qu'on n'arrive pas à s'en sortir.

Vous vous rendez compte de la dose de culpabilité que vous balancez ?

Et d'après vous, pourquoi sur ce forum, les médecins ne répondent pas aux dépressifs "vous n'avez qu'à vous prendre en main et vous secouer un peu" ?
Pourquoi est-ce qu'on se creuse la tête pour trouver des réponses complexes et élaborées à des problèmes de dépression ?


Pour le suicide je pense en effet que soit les médicaments, soit l'arrêt des médicaments, favorisent le passage à l'acte.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-09-04, 14:23  (GMT)
69. "RE: Nouvelles du mois d'août"
Bonjour,

>ce ne sont pas des choses à dire à un dépressif.
>Si on m'avait parlé comme ça, ma dépression, j'y serais
>encore. Le secouage, les coups de pied au derrière, les
>"remuez-vous", non seulement ça ne marche pas du tout du
>tout mais ça aggrave la dépression.

Il faudra bien cinquante ans pour que les gens comprennent. Il leur faut du temps. Ils ont parfois le crâne épais.
Il faudra bien aussi cinquante ans pour qu'ils apprennent que les antidépresseurs ne sont pas des drogues, mais des médicaments avec leurs limites et leurs défauts.
Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 00:12  (GMT)
75. "RE: Nouvelles du mois d'août"

>
>Il faudra bien aussi cinquante ans pour qu'ils apprennent que les
>antidépresseurs ne sont pas des drogues, mais des médicaments avec
>leurs limites et leurs défauts.


Heum alors les médicaments (anti-dépresseurs) ne sont pas des produits toxiques ni des drogues? Faudra m'expliquer....

Merci.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

lenakasan (5 messages) Envoyer message email à: lenakasan Envoyer message privé à: lenakasan Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 03:05  (GMT)
77. "RE: Nouvelles du mois d'août"
Bonsoir,

Ploomy, je suis nouvelle sur ce forum, et j'essaie de comprendre certaines choses grâce aux expériences racontées ici.
j'ai lu tes contributions, et j'ai d'ailleurs émis une remarque sur l'efficacité de ta "technique" pour remonter. (http://www.atoute.org/cgi-bin/dcforum/dcboard.cgi?az=show_thread&om=4840&forum=DCForumID5&omm=72)
désolée si le lien n'est pas activé, j'ai oublié les codes html !

Tu sembles plutôt énervée, ou ressentir une certaine rancoeur vis à vis de la maladie et de ce qui l'entoure, ce qui implique les malades, les médecins... etc. Si mon impression est bonne, puisque tu t'en es sortie, je comprends que tu ne souhaites pas replonger le nez dans ces considérations de dépressifs entrain d'essayer de se sortir de leur situtation. Mais dans ce cas, il serait peut etre bienveillant de ta part que d'éviter d'écrire de tels propos, ou de faire cette dernière remarque sur les anti dépresseurs...
Je ne pense pas que cela aide les personnes en difficulté, dit sur ce ton. Certes, chacun se sent ou non la capacité à se prendre en main, ou du moins à choisir clairement de s'en sortir une bonne fois pour toutes, ce qui est - j'imagine- relativement difficile à faire en état de dépression.
Entre tenter de "remotiver" , "donner un coup de pêche" et faire culpabiliser ceux qui ne se sentent pas la force, ni la possibilité de s'en sortir, c'est je crois donner une chance de plus à la maladie.

Quant aux anti dépresseurs dont tu parles, ici chacun semble connaîte les caractéristiques de ces substances et et leurs effets, du moins le principe. Il a été dit que les médicaments ne sont pas de tout recours, que ce soit pour la dépression ou autre maladie.
En tant que personne plutôt égarée dans moi même, ce genre de messages ne m'aide pas du tout.

Il n'est pas dit qu'il ne doive y avoir ici qu'un seul son de cloche, cependant, tu es à même de comprendre la fragilité de certains, et par respect pour cela, tes messages pourraient être plus doux...
Ceci n'est qu'une suggestion, chacun est libre de ses opinions.

je te souhaite bonne continuation et suis contente que tu sois sortie de ta dépression.

A bientôt,
Lenakasan.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 11:27  (GMT)
79. "RE: Nouvelles du mois d'août"
Bonjour,

En effet j'ai un ton plutôt limite agressif (mais toujours avec humour ok pas super bien compris) pour beaucoup de gens ici, mais ce ton justement fait partie de ma force. Cette colère a été contre ma maladie comme un moteur. Tout le monde n'est pas pareil, et moi essayez de me donner la main vous allez être mal reçu! Et je pense que c'est sans doute bien plus difficile pour les gens comme moi d'accepter leur maladie, c'est une honte, un déshonneur, la fin de tout, avec la seule fin possible la mort.Et je voulais en effet montrer aux gens qu'il n'y a pas qu'une manière de guérir et je pensais bien pouvoir toucher des gens qui avaient en eux la même force que moi, et je sais bien que l'on traverse tous cette période d'anéantissement total des forces vitales, mais elles restent là. Tout le monde n'est pas prêt ni capable à accepter de l'aide et du soutien, certains ont le même sale caractère que moi à vouloit tout gérer seuls. Mon témoignage était pour eux. Et pour dire aussi à ceux qui sont trop aidés que s'obliger à faire des choses par soi-même (oui je sais c'est extrèmement difficile etc) c'est aussi positif et ça permet de retrouver sa dignité. On le voit bien quelle satisfaction est retrouvé par les dépressifs lorsqu'ils font enfin quelque chose par eux même, c'est pouvoir dire : j'existe je suis utile! Et s'enfermer dans sa maladie reste à mon avis le plus grande piège. Pour ma part personne ne s'est douté de ma dépression sauf mon ami qui me voyait au quotidien (je l'ai d'ailleurs quitté parce qu'il voulait m'aider et m'enfoncer dans mon état), et aujourd'hui encore quand j'en parle mon entourage a du mal à le croire. Bien sûr c'est blessant de voir qu'on peut à la limite bluffer aussi facilement son monde mais tant mieux! Ainsi les gens ne m'ont jamais renvoyé l'image de quelqu'un de malade. Maintenant je ne me considère pas comme totalement guérie mais je sais quoi faire et comment faire. Accepter parfois d'être incapable de tout, laisser faire un moment et puis réagir violemment pour repartir. Toucher le fond pour mieux remonter est un mécanisme de survie que chacun a en soi.

Le truc c'est aussi qu'il ne faut peut-être pas tout prendre pour soi, et qu'aucune recette est universelle. J'ai lancé un pavé dans la mare, et je ne le regrette pas! Je sais que ce point de vue sera sans doute utile à d'autres. Et puis vous inquiétez pas moi aussi j'en ai chié et bavé etc mais je n'ai pas cette capacité à en parler à l'exprimer, parfois il faut voir au delà de la formulation des choses et ne pas se fier trop aux apparences... Il y a de ces dépressifs qu'on ignore car ils n'en ont pas le tempéremment et l'expriment autrement : humour, détachement, etc. Ce qui n'empêche que ce sont aussi des gens qui souffrent mais sont incapable de le dire et de l'accepter.

En fait c'est tout ça qui m'a agacée, cette complaisance pour le royaume de la déprime (qui n'a rien à voir avec la dépression à mon sens). Et cette facilité à parler de médicaments comme des carrés de chocolat, ça a le don de me révolter! J'en ai parlé avec un ami toxicolgue réputé et nous sommes d'accord rien n'est anodin, et utiliser des drogues dans des maladies comme la dépression est extrèmement limite voir dangereux. Donc à ceux qui refusent aussi la prise de drogues je dis c'est votre droit et votre choix, et celui là ne laissez personne vous laisser croire que sans celà vous n'y arriverez pas.


Bon j'arrête là!
J'espère sincèrement que tout le monde s'en sortira, et que si j'ai pu encore déranger du monde c'est même plutot bien! Si j'éveille de la colère je me dis que quelque part rien n'est perdu! Etre en colère est une réaction certes violente désagrable mais une réaction chez un dépressif c'est signe que la vie est là sous-jacente.... comme un volcan qui ne demande qu'à exploser, et donner la vie.


Aller bonne journée sans rancune

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 13:23  (GMT)
80. "N'importe quoi..."
c'est navrant.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 18:55  (GMT)
81. "RE: N'importe quoi..."
c'est votre manière de vivre en vase clos qui me navre.
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-09-04, 08:37  (GMT)
68. "RE: Nouvelles du mois d'août"

>Je reprends les mots de Cécile juste pour dire un petit
>mot sur les "médoc" (ou alors en bouteille et là
>en plus c'est bon avec modération!) je suis une anti
>drogue avec un sale caractère qui a dit non! à
>son médecin lorsqu'elle lui a annoncé sa dépression. Et finalement
>je trouve que je m'en sors plutôt bien et voudrais
>dire à tout le monde que la drogue n'est pas
>une solution, je pense que l'organisme et le cerveau sont
>assez bien faits pour se remettre tout seul de la
>dépression. Alors je ne voudrais pas plomber l'ambiance pharmacie mais
>il faut savoir que certains anti-dépresseurs sont mis en cause
>dans divers suicides que la molécule aurait provoqué... ben vi
>faut pas jouer à l'apprenti sorcier!( Je dis celà sur
>un ton peut-être léger et choquant mais malheureusement un membre
>de ma famille en a fait les frais en jouant
>au cochon pendu...).
>
>Alors s'il vous plait prenez vous en main un minimum et
>vous verrez avec un peu de caractère on y arrive
>aussi sans creuser le trou de la sécu! Et puis
>avant de préscrire des drogues faudrait peut-être que certains de
>nos gentils médecins généralistes se renseignent avant...
>
>Aller on se prend en main on se bouge on arrête
>de regarder sa maladie parceque c'est lui donner plus d'importance
>qu'à nous même parfois on fini par s'y oublier!
>
>Profitez des derniers rayons de soleil! c'est gratuit et ultra positif
>pour le moral @-)
>
>Je range mon sourire parait que c'est pas livré dans la
>panoplie dépressive.

Bonjour,

J'ai rarement lu autant d'âneries en aussi peu de lignes. Votre message est dangereux et je doute que vous ayez connu un vraie dépression.

Les gens qui se permettent de donner des leçons à la terre entière à partir d'une petite expérience personnelle sont finalement les pires.

Bien sûr, les antidépresseurs ne sont pas toujours indispensables, mais sans eux, de nombreux dépressifs seraient morts ou auraient connu des souffrances bien plus longues.

En tant que médecin, j'en prescris peu, mais quand ils sont nécessaires, je me heurte souvent à un crétin ou une crétine de l'entourage qui tient ce genre de discours, et qui se permet de plus de dire au déprimé "reprends toi en main", "ne t'écoute pas trop" et donc l'enfonce encore plus.

Et si certains déprimés se suicident quand même, ce n'est pas forcément la faute de l'antidépresseur. Les médicaments ne peuvent pas tout.

Dans l'état d'esprit dans lequel vous êtes, je vous déconseille d'approcher des vrais déprimés.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-09-04, 14:51  (GMT)
70. "RE: Nouvelles du mois d'août"
Vous avez raison il ne faut pas dire ce genre de choses... tout le monde n'est pas prêt à l'entendre. Je suis dangereuse parce que je ne m'inscrit pas dans le schèma classique. Et mon discours est sans doute violent parceque pour s'en sortir faut aussi à un moment faut avoir la hargne pour se battre chaque jour contre soi, et vaincre.

Je ne donne aucune leçon simplement faut arrêter de conforter les gens dans leur maladie. Est-ce grave de vouloir montrer qu'avec du caractère et de la volonté on peut aussi y arriver? Parce que visiblement ici il n'y a que psy et médocs qui marchent. C'était pour donner un autre point de vue. Y'a peut être des gens qui pensent comme moi et qui ont besoinde savoir que c'est possible, non?

Pour m'en sortir je n'ai justement pas approché de déprimés (je préfère les dépressifs!) et personne ne m'a aidée, et non je ne suis soutenue par personne, pas de famille ni d'amis sur qui se reposer pour répondre plus haut. Mon ex ami me tenait le discours aussi de "prends toi en main" ok c violent quant on va mal mais c'est bien pire quand on vient vous conforter dans votre malheur, et ça permet de réagir à un moment pcq on a marre de cette vie de merde coulée dans la dépression. Après tout tout le monde ne vit pas sa dépression de la même manière, faut il avoir l'air en permanence déprimé et chiant pour être dépressif? C'est grave de laisser croire aux gens qu'ils sont dépendant et que sans aide ils n'y arriveront pas.

Maintenant si les gens sont prêt à accepter de prendre des drogues béquilles en pensant que c'est inoffensif, bien leur en fasse!

Je vous laisse finalement à votre forum, je suis heureuse de n'y être passée que maintenant.

Merci.

Adieu ou à qui vous voulez!

PS : je sais que je ne serai pas publiée mais tant pis!


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

trucmuch (9 messages) Envoyer message email à: trucmuch Envoyer message privé à: trucmuch Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-09-04, 17:25  (GMT)
71. "RE: Nouvelles du mois d'août"
bonjour,
euh...le discours "YAKA" me fait songer à la stratégie de l'autruche.
La dépression est génératrice d'aboulie, alors prétendre qu'il suffit de volonté, ça n'a aucun sens.
Oui, les médicaments sont des béquilles: qui permettent de mettre un pied devant l'autre, qui aident à affronter la minute suivante. L'accompagnement psychothérapeutique aussi: un autre regard,prise de conscience des progrès, compréhension sans jugement, et surtout déculpabilisation du fait de ne pas être (ou se sentir) "à la hauteur".

Je viens de lire tous les messages de ces discussions, merci à tous.

ps: j'ai encore beaucoup de mal à formuler par écrit, chapeau bas à Cilloux et haut les coeurs!

re-ps:internet réserve bien des surprises, j'ai découvert ce site au hasard d'une recherche, je salue Dominique Dupagne au passage (souvenirs de Meux et de G.;))

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

lenakasan (5 messages) Envoyer message email à: lenakasan Envoyer message privé à: lenakasan Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-09-04, 18:24  (GMT)
72. "RE: Nouvelles du mois d'août"
Bonjour,

Je suis nouvelle sur ce forum, et je viens de passer un bon bout de l'apres midi à lire vos messages.

Je suis venue ici car je recherche des informations sur les "troubles psychiatriques", ce qu'on appelle "dépression", tout ça ! Un programme bien vaste, car j'aimerais en savoir plus sur moi et mes problèmes pour pouvoir en trouver la cause exacte et à partir de ce point, arrêter de saigner plaies ouvertes, et donc "cicatriser" (sachant qu'une cicatrice reste indélébile, pour le corps et l'esprit)...
POur parler clairement, vous pourrez peut être m'aider, car je suis relativement perdue !
Je ne vais pas vous raconter ma vie mon histoire, mais en gros je me demande si je suis dépressive ou pas, je vous ai vus parler de borderline, qui si je comprends bien serait un état de fait des la naissance...
j'ai pas mal de symptômes, et apres plusieurs clashs (grosses chutes de moral) je me suis rendue compte que ça n'allait pas, qu'il fallait que je fasse quelque chose pour me sortir de là parce que toute ma vie je n'ai pas été vraiment heureuse, sans parler d'une anxiété permanente.... je me souviens plusieurs fois avoir entendu les médecns de famille dire à ma mère lors des consultations que j'étais une enfant anxieuse.
J'ai décider d'"avouer" - le mot est juste - à ma famille que je n'allais pas bien et que j'avais décidé de faire quelque chose pour aller mieux. (j'ai 23 ans)

Depuis le mois d'avril je voyais un psychiatre, sous les conseils d'un généraliste à qui j'ai exposé brièvement la situation.
Mais cependant j'ai l'impression de ne pas avancer, et ce médecin ne m'a pas clairement dit : "vous êtes dépressive" ou vous avez telle maladie mentale... ou trouble de la personnalité je ne connais pas ce vocabulaire...
N'ayant pas les moyens de voir un psychologue, mon but n'est pas de vous demander un diagnostique (j'ai lu les règles du forum :p), mais vos conseils sur les différents médecins et médecines classés "psy" qui pourraient m'aider et savoir s'il est normal que mon psy ne m'ait pas dit ce que j'avais... bien qu'il m'ait "rassurée" : il est bien nécessaire que je le voie d'après lui !

voilà, je me rends compte que j'ai été très bavarde, j'espere que vous aurez le courage de tout lire et de me répondre !

Sinon, concernant la "technique" coup de pied aux fesses, j'ai une amie qui a eu un épisode dépressif et quand elle a au un coup de pompe, un de ces amis lui a botté les fesses, l'a faite pleurer pour qu'elle se bouge, et d'après elle ça fait mal mais ça l'a aidée !
Du coup, elle m'a un peu botté les fesses aussi... et je ne saurais dire si cela m'a aidée, je ne sais pas trop dans quel état je suis.

merci aux courageux et des éventuelles réponses !

Lenakasan.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-09-04, 20:24  (GMT)
73. "RE: Nouvelles du mois d'août"
Bonjour,

La question du diagnostic en psychiatrie est assez souvent débattue sur les forums psys. Il en a été aussi pas mal question au moment du débat sur la loi concernant l'accès au malade de son dossier médical. Il y a des psychiatres qui communiquent un diagnostic à leur patient, d'autres qui ne le font pas.

Je trouve que les deux attitudes ont des avantages et des inconvénients. Ne pas avoir de diagnostic permet de ne pas s'identifier à un nom de maladie, cela enferme moins dans une catégorie, c'est moins stigmatisant. Cela permet de progresser en n'ayant pas à "abandonner" une étiquette qui a pu servir d'identité à un moment.

L'inconvénient est que le malade ne se sent pas forcément rassuré. Il peut penser par exemple que le médecin ne veut pas lui communiquer de diagnostic pour ne pas l'effrayer parce que sa maladie est très grave. Il peut aussi penser que le médecin ne sait pas ce qu'il a, donc qu'il n'est pas compétent et ne pourra pas le soigner. Un autre inconvénient est que le malade veut malgré tout savoir, et qu'il va se poser des questions, questionner son entourage, aller chercher sur internet ou dans les livres, avec le risque de se croire atteint d'une autre pathologie que celle qu'il a réellement. Dans ces cas-là, cela introduit plutôt des doutes dans l'esprit du malade, et cela diminue sa confiance dans son médecin.

Quand le psychiatre communique un diagnostic au patient, cela peut le rassurer en faisant cesser ce questionnement. Cela peut être ressenti par le malade comme une preuve de confiance dans ses capacités à gérer sa maladie. Cela peut rendre service au malade dans le sens où, connaissant le mal contre lequel il doit se battre, il pourra aller chercher de l'information sur sa maladie, en parler plus facilement avec l'entourage dans le cas où l'entourage est bienveillant, ou par exemple aller à la rencontre d'autres personnes souffrant du même mal sur des forums pour échanger.

Mais cela peut aussi avoir des inconvénients : le malade peut être complètement accablé par la révélation du diagnostic surtout quand il s'agit d'une maladie grave, ou réputée grave. L'entourage peut ne pas être bienveillant, ou être simplement à bout de nerfs, et se servir du diagnostic comme d'une insulte ou d'une arme, ou d'un argument par exemple pour un divorce. Les termes employés peuvent ne pas être facilement compréhensibles pour le malade et ajouter à sa perplexité. On trouve souvent cela sur les forums : "mon psy m'a dit que j'étais xxx, je me demande ce qu'il a voulu dire par là, etc."., ce qui fait que le malade peut se retrouver exactement dans le même questionnement que si son médecin ne lui avait rien dit... Le malade peut parfois aussi "refuser d'entendre" le diagnostic... ou le refuser complètement.

Et je dois encore sûrement oublier d'autres cas de figure.

Donc pour moi (qui n'ai jamais vraiment eu de diagnostic) je me suis fait ma petite philosophie "maison" : l'important pour moi c'est que le psy me fasse aller mieux, qu'il me fasse progresser. Une fois pour toute j'ai décidé de ne pas lui poser la question du diagnostic, préférant considérer qu'il me fait un cadeau en me laissant dans ce flou...

A vous de lui poser ou ne pas lui poser de question en fonction de votre envie.

Bon courage.

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

lenakasan (5 messages) Envoyer message email à: lenakasan Envoyer message privé à: lenakasan Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-09-04, 20:37  (GMT)
74. "diagnostic dit ou non dit"
Pandore,

Me voilà plus ou moins rassurée !
il faut effectivement choisir une voie selon moi.
Comme tu (je me permets...) l'as dit, le patient (moi) voudra quand même savoir ce qu'il a.
Mais j'aimerais avoir une réponse claire : puis je parler de dépression, ou est ce autre chose ? sans entrer dans les détails (malgré ma curiosité) j'aimerais pouvoir me fixer, mettre un nom sur ce ... "mal être" comme l'a énoncé très prudemment ma mère un jour. Un fois fixée, je pourrai bien voir les choses en face et voir avec mon psy comment avancer, quelle stratégie, parce que c'est trop flou pour le moment.

Bien, je te remercie pandore pour cette réponse !
A très bientôt !

Lenakasan

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

heho (2 messages) Envoyer message email à: heho Envoyer message privé à: heho Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-08-04, 23:52  (GMT)
61. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonjour à tous,

Je sors depuis 3 mois avec un dépressif, il a 26 ans et son état dépressif a commencé suite à un décès, vers ses 12 ans. Il est conscient de son mal mais ne suit plus de traitement et ne voit plus de médecin depuis assez longtemps. Je suppose que les traitements n'ont jamais été efficaces. Je me pose beaucoup de questions sur les traitements qu'il existe.
Ce peut-il qu'aucun ne lui soit approprié ???

Je me suis un peu renseigné sur la dépression grâce au net et je m'aperçois que la sienne est un peu spéciale car il est très actif et la cache à son entourage (mais il peut en parler ouvertement à ses proches. C'est un mal qui le ronge intérieurement.

Il fait des efforts pour ne pas m'en faire soufrir mais je me demande ce que je pourrais faire pour l'aider... auriez-vous des conseils ?

Merci

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-08-04, 08:10  (GMT)
62. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonjour Heho,

quelques conseils, pas suffisants sans doute, mais pour vous donner des pistes.

Ne jouez pas à la croix-rouge. Acceptez de ne pas être mêlée à sa dépression, vous ne pouvez rien y faire. Restez simplement à l'écoute de ses demandes. Si il a besoin de broyer du noir toute une journée, (sans que ça vous pèse matériellement), alors laissez le faire. Il sait, au fond de lui, de quoi il a besoin, et il est seul à le savoir.

La "complaisance dans la souffrance" n'existe pas. Si on se complait, c'est déjà qu'on souffre un peu moins. Je pense que c'est une étape nécessaire au redémarrage.

Eventuellement, éloignez les gens qui le rendent mal à l'aise.

Mais le mieux, c'est que vous soyez solide dans votre bonheur à vous pour lui montrer l'exemple. Et surtout ne tombez pas dans le piège "je suis heureuse si tu es heureux" il n'y a rien de pire pour engluer une situation.


Côté médical, je laisse la parôle aux professionnels.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-08-04, 19:42  (GMT)
63. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonsoir,

Je voudrais d'abord vous dire que je trouve les conseils de Cécile très judicieux.
>
>Je sors depuis 3 mois avec un dépressif, il a 26
>ans et son état dépressif a commencé suite à un
>décès, vers ses 12 ans. Il est conscient de son
>mal mais ne suit plus de traitement et ne
>voit plus de médecin depuis assez longtemps. Je suppose que
>les traitements n'ont jamais été efficaces. Je me pose beaucoup
>de questions sur les traitements qu'il existe.
>Ce peut-il qu'aucun ne lui soit approprié ???

C'est possible. Il est possible aussi qu'il n'ait pas vraiment une dépression, mais ne soit tout simplement pas doué pour être heureux. Dans tous les cas de traitement, il faut qu'il soit convaincu que le traitement va pouvoir l'aider.

Bon courage.
Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

heho (2 messages) Envoyer message email à: heho Envoyer message privé à: heho Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
30-08-04, 16:42  (GMT)
64. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Merci pour vos réponses.

J'avais déjà posé les limites en ce qui concerne "la croix rouge" Car je ne me sens pas assez forte pour lui faire remonter la pente à moi seule.

C'est difficile pour moi de comprendre tout ça car je n'ai jamais été confronté à ce genre de situation et je ne sais pas dans quelle mesure mon ami en soufre.
Je ne pense pas qu'il "ne soit tout simplement pas doué pour être heureux" car c'est plus profond que ça (et il a été diagnostiqué comme dépressif qd même...). Il me dit avoir en permanence des idées noires, même dans les moments qui devraient être agréables...

Je discuterai avec lui ce week-end de tout ça. J'ai besoin d'être éclairée pour m'y retrouver moi aussi...

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
01-09-04, 18:11  (GMT)
65. "1er septembre "
C'est pas possible un bonheur pareil !

Mon premier jour de boulot : je n'ai même pas angoissé !

La seule crainte que j'ai eue dans la journée, c'est lorsque je me suis aperçue que je m'étais trompée pour prendre mon prochain RV chez le médecin. J'avais peur que la secrétaire fasse la gueule.

Avec mes nouveaux collègues, aucun souci. Avec les chefs non plus. Je leur ai demandé si les vacances s'étaient bien passées, sur un ton jovial. Je les connaissais à peine mais j'ai fait comme si. Puis j'ai bossé. Ce matin, curieuse de tout. Cet après-midi, la digestion un peu difficile, j'ai eu plus de mal à me concentrer.

Par moment, je sentais de la joie m'envahir comme quand on fait une intraveineuse de calcium et que ça se diffuse dans la poitrine. C'était un peu ça, mais en mieux quand même.

Ce soir je n'ai même pas le cafard. J'ai toujours eu le cafard, le soir du premier jour. Ben aujourd'hui, rien. Je suis heureuse de mon nouveau boulot.

Suis-je en phase maniaque ? Je ne pense pas, car je suis fatiguée, j'ai envie de dormir et aucun besoin d'aller m'acheter des tonnes de saleté. Je ne me prends pas pour le maître du monde, je ne suis pas indestructible. Je suis simplement heureuse, après onze ans d'attente, de travailler enfin dans ma ville près des gens que j'aime.

J'aurai sans doute encore des moments durs, comme tout le monde, mais pour cette fois, je crois que la guérison est en bonne voie.

Ca doit continuer dans ce sens : maintenant, j'essaie de prévoir ce qui me permettra de passer une soirée sympa. Ensuite, que puis-je inventer pour demain, pour vivre une bonne journée... après-demain, le week-end, la semaine prochaine (hé hé mon médecin est de retour).

Enfin voilà, c'étaient les nouvelles du jour.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 00:20  (GMT)
76. "4 septembre "
Ce soir pas le moral.
Pas besoin de faire un dessin, tout le monde sait à quoi ça ressemble.

D'abord, le RV chez le généraliste qui approche. Sentiment ambïgu : le médecin est à la fois un soignant et un danger potentiel (il me tend la perche pour les médicaments, le psy...)

A l'approche du RV, je ressens un peu la lassitude à la fin d'un long voyage. Je me laisse aller depuis deux ou trois jours, il me tarde qu'il prenne la relève, au moins provisoirement. Après un mois d'août en solitaire, j'ai besoin de m'appuyer à nouveau sur ces consultations. J'aurais aimé ne plus en avoir besoin, déclamer victorieusement "ça y est, je suis guérie", mais c'est encore trop tôt.

Puis j'ai les paroles de Ploomy qui ne me lâchent plus

"s'il vous plait prenez vous en main un minimum"
"avec un peu de caractère on y arrive aussi sans creuser le trou de la sécu!"
"Aller on se prend en main"
"on se bouge"
"on arrête de regarder sa maladie"

Ca m'a fait mal de lire tout ça. Ca m'a fait comme un coup à l'estomac, ça me donne envie de pleurer.

La culpabilité est revenue au grand galop : "on se bouge". Cette phrase m'évoque à la fois le mépris, l'indélicatesse... le comportement des gens qui m'ont poussée dans la dépression. Et ce sont les mêmes qui prétendent m'en guérir ?

Tiens, ça me rappelle les infirmières de l'hopital : "on les boit les gouttes, allez, on les boit".

C'est quand même assez péjoratif, de dire "on" de cette manière. Il faudrait dire "vous" ou "tu".

Ben ce soir, la réflexion n'est pas très productive.
Tant pis c'est pas grave.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 10:40  (GMT)
78. "RE: 4 septembre "
Salut Cilloux,

J'aimerais te dire bien des choses pour te remonter le moral et te donner des pistes. Mais je ne dirai rien du tout, bien trop peur que tu me voles dans les plumes.

Donc je te dis simplement bon courage. Et n'écoute pas trop les idioties de certaines personnes. Une maladie est une maladie, qu'on la regarde ou qu'on ne la regarde pas, elle est là, elle s'impose, et on n'a plus qu'une chose à faire, comme quelqu'un en train de se noyer : nager, nager, nager... peu importe le style, si c'est la brasse, le crawl ou du n'importe quoi, le principal c'est de ne pas couler, non ?

A bientôt,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

rosalie (367 messages) Envoyer message email à: rosalie Envoyer message privé à: rosalie Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 19:35  (GMT)
82. "RE: 4 septembre "
Ben , zut alors!!!!!!!!!!!
c'est pas la forme.......
Paraît qu'il n'y a rien à dire dans ses cas là...

Juste un petit coucou

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 20:06  (GMT)
85. "Oh !!! la belle rouge !"
Deux jours alitée, je crois que j'avais besoin de repos.
J'ai dormi, fait la sieste, trainé.
Un week-end cooconing-pyjama.

Ben ça va mieux.
J'avais oublié mes limites, une fois de plus.

Merci à vous.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 19:55  (GMT)
83. "RE: 4 septembre "
Bonsoir Cilloux

Personne n'a la prétention de te guérir, c'est peut être là le problème à trop compter sur les autres.

Je suis indélicate car je ne sais pas jouer le jeu de l'apitoiement.. chacun sa culture.
Et puis comme j'ai dit il y a sans doute des gens qui comme moi trouvent bien plus insultant qu'on leur répète qu'il vont mal, que c'est la maladie, que blabla avec un air condescendant.

Tu sais moi aussi j'ai traversé ces moments que tu décris et alors? Alors je ne disais rien j'encaissais dans mon coin et je me foutais un coup de pied au cul et je revis et c'est reparti et personne n'a rien vu! A la limite je t'envie de pouvoir en parler et avoir le droit de t'exprimer. Je ne dis pas que j'ai une solution mais je suis un petit pourcentage qui vit différemment sa relation à la maladie, et qui a aussi le droit de participer à ce forum qui n'est en aucun cas fait pour guérir les gens, mais juste pour faire partager son vécu.

De toute manière donner un point de vu différent de la maladie ici ne servira à rien tant que personne n'acceptera qu'on ne fonctionne pas tous de la même manière. Si j'étais venue ici avant je pense que je serai encore dans mon sarcophage....

Aller bonne soirée?

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 20:00  (GMT)
84. "RE: 4 septembre "
Bonsoir,

Pour les coups de pied au cul, si vous aimez ça, je peux vous en vendre six sous la douzaine. Et des claques en promo.

Quant à votre méthode miracle pour guérir de la dépression, installez vous à votre compte, si ça marche aussi bien que vous le dites, vous ferez rapidement fortune.

Ce post est sérieux, vous seriez aimable de ne pas le polluer avec vos théories-bulledozer.

Vous n'êtes pas guérie, vous êtes devenue méchante. C'est très différent. Alors allez vous faire les griffes ailleurs. Merci

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 22:59  (GMT)
86. "RE: 4 septembre "
Heu faut se calmer là! je n'ai jamais dit que je venais guérir les gens j'apporte juste mon témoignage faut arrêter de tout prendre pour vous!

Moi méchante? on voit que vous ne me connaissez pas! je suis pliée de rire là!

Enfin c'était bien sympa cette réponse agressive !

Ca vous emmerde qu'on ne soit pas dans votre sens.

Bye.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nora (293 messages) Envoyer message email à: nora Envoyer message privé à: nora Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-09-04, 23:06  (GMT)
87. "RE: 4 septembre "
Bonjour Ploomy,
Si ce n'est pas de la méchanceté, cela y ressemble beaucoup... Cilloux n'arrête pas de dire que vos réflexions lui font mal, alors pourquoi insistez-vous ?
nora
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-09-04, 00:02  (GMT)
88. "RE: 4 septembre "
Je n'insiste pas, je ne suis pas du tout mais du tout méchante c'est ça le drame c'est que vous prenez mes mots à contre sens. Je ne suis pas condescendante et ça vous dérange c'est tout, j'ai un ton simple, franc, calme, et direct.

Je ne vais pas non plus me laisser insulter parce que mon point de vu mon vécu n'est pas conforme au votre? Si? ben non! désolée

Alors cette fois j'arrête je vous laisse dans votre petit monde clos. La colère à mon avis n'est pas si négative si on fini par la gérer.. mais bon.

C'est marrant personne ne m'a répondu sur les médicaments qui ne sont pas des drogues. Etrange....

Je pensais que c'était un forum où l'on pouvait exprimer un point de vu j'aurais du voir que c'était la salle de psy et de consultations des participants.

Bonne continuation à tous même si vous le prenez encore de travers je vous souhaite sincèrement de vous en sortir qu'elle qu'en sera la méthode, le principal est que ça marche.

PS : je pense que Cilloux va très vite s'en sortir.

BYE (vous êtes réjouis là hein? ben tant mieux! un sourire c'est déjà énorme!

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-09-04, 00:12  (GMT)
89. "RE: 4 septembre "
Bonjour,
Je voudrais prendre la défense de Ploomy : elle est plus bête que méchante.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-09-04, 10:14  (GMT)
90. "RE: 4 septembre "
Wouah!!! Bravo pour un médecin! Et c'est moi qui suis méchante? alors là c'est la meilleure! Vous me faites doucement rire... un médecin qui apporte un jugement de valeur franchement...

Je vous laisse avec vos patientes dépressives qui vous le rendent bien, c'est beau de se sentir important parce qu'on est nécessaire et vital à des gens qui sont au fond du fond. Que vous apporte ce sentiment de toute puissance docteur ?

J'apportais simplement un autre vécu ici, une autre façon de vivre et de réagir.

BYE

PS : la bêtise est de ne pas accepter d'autres points de vue, d'autres expériences et de rester dans son univers.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-09-04, 10:39  (GMT)
91. "RE: 4 septembre "
Modifié le 07-09-04 à 07:44  (GMT)

>Je vous laisse avec vos patientes dépressives qui vous le rendent
>bien ?

Je ne suis pas dépressif actuellement et les participantes de ce forum ne sont pas mes patientes..

>PS : la bêtise est de ne pas accepter d'autres points
>de vue, d'autres expériences et de rester dans son univers.

C'est exactement ce que nous vous reprochons : élaborer et balancer des théories à partir de votre expérience personnelle. Vous n'avez pas été censurée malgré certains messages très destabilisants pour des déprimés, mais vous avez souhaité quitter ce forum, inutile de faire durer les adieux.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-09-04, 14:46  (GMT)
92. "RE: 4 septembre "
Bonjour,

Je ne peux m'empêcher de remarquer que vous avez déformé mes propos la phrase était :
"Je vous laisse avec vos patientes dépressives qui vous le rendent bien, c'est beau de se sentir important parce qu'on est nécessaire et vital à des gens qui sont au fond du fond. Que vous apporte ce sentiment de toute puissance docteur ?"
Alors?

Et que vous n'avez pas répondu à ma demande d'information sur les médicaments que vous prétendez ne pas être des drogues... Les antidépresseurs ne sont pas inoffensifs et peu auront la chance de continuer leur vie sans en reprendre. Dommage pour eux...

Off

A ce demander qui est le plus dangereux des deux.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-09-04, 15:06  (GMT)
93. "RE: 4 septembre "
OK j'arrête.

Pour les antidépresseurs, vous avez une centaine de messages par là :
http://www.google.com/search?q=antid%E9presseurs&sitesearch=atoute.org&hl=fr&ie=windows-1252

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

lenakasan (5 messages) Envoyer message email à: lenakasan Envoyer message privé à: lenakasan Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-09-04, 20:18  (GMT)
94. "RE: 4 septembre "
bonjour,

j'ajoute juste pour ploomy que bien que n'étant qu'une inculte (je ne connais pas ces médicaments et je n'en ai jamais pris), j'avais répondu à sa question (mais peut etre souhaitait elle l'avis d'un médecin) :

"Quant aux anti dépresseurs dont tu parles, ici chacun semble connaître les caractéristiques de ces substances et leurs effets, du moins le principe. Il a été dit que les médicaments ne sont pas de tout recours, que ce soit pour la dépression ou autre maladie."

Et j'aimerais aussi rajouter que les anti dépresseurs au meme titre que d'autres médicaments sont issus de substances tres actives voire des drogues, ce qui n'empeche pas la recherche et l'adaptation de ces substances pour aider le si fragile être humain ! (le cannabis, aussi ! ;) )

Et une derniere chose (ca m'attriste un peu, ce dénouement) : je suis d'accord et je le répète, qu'un point de vue différent est surement le bienvenu (c'est ce que j'ai compris en tous cas), par contre, donner des recettes toutes faites pour des problemes aussi particuliers...

Bonne soirée à tous !

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ploomy (14 messages) Envoyer message email à: ploomy Envoyer message privé à: ploomy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
07-09-04, 00:57  (GMT)
97. "RE: 4 septembre "
Ok

Mais y'avait aucune recette, juste une autre façon d'en parler qui apportera peut-être quelque soutien à d'autres qui ne fonctionnent pas comme la majorité, et qui se reconnaitront dans ces mots.

Je souhaite à tous un prompt rétablissement.

OFF OFF !!!!!

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
07-09-04, 01:11  (GMT)
98. "RE: 4 septembre "
Vous aimez avoir le dernier mot ?
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-09-04, 21:50  (GMT)
95. "06 septembre : bulletin officiel"
Bonjour à tous,

je reviens de chez le médecin.
Maintenant je n'irai plus le voir qu'une fois par mois.

D'un côté je suis tristounette parce que je l'aime bien, mais d'un autre côté, pour moi, c'est la preuve officielle que je suis en voie de guérison.

Je sais que la vie ne sera pas facile mais j'ai compris qu'on avait sur terre des multitudes de choses qui nous permettent de reprendre des forces lorsqu'on n'en a plus : un bon film, un comique qu'on aime bien, l'ambiance d'un petit café qui dépayse...
Et surtout, la gentillesse, la confiance d'un ami, l'espoir que des gens mettent en vous, leur estime, l'affection...

Peut-être que des gens vont se moquer en lisant ça, mais je crois que je touche à l'essentiel de la vie, au moteur qui permet aux hommes d'aller toujours plus haut.

La terre est remplie de trésors, à notre disposition pour qu'on soit heureux. Ben aujourd'hui ça me fascine.
Le médecin a eu l'air de confirmer que mon bien-être n'était pas un délire maniaque. C'est pourtant un sentiment très puissant par moments.

Voilà. Il m'a dit "continuez" alors je vais continuer.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-09-04, 22:44  (GMT)
96. "RE: 06 septembre : bulletin officiel"
Bonsoir Cécile,
>La terre est remplie de trésors, à notre disposition pour qu'on
>soit heureux.

"Ce qui embellit le désert c'est qu'il cache un puits quelque part."
Antoine de Saint-Exupéry
Extrait de "Le petit prince"
Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-10-04, 02:43  (GMT)
102. "RE: 06 septembre : bulletin officiel"
Bonjour Philippe,

voici, du même auteur, une phrase qui me travaille beaucoup en ce moment :
"il n'est qu'un luxe véritable, et c'est celui des relations humaines".

(Terre des hommes)

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 13:16  (GMT)
99. "Ah quoi bon lutter ?"
Pourquoi se battre ?
Pourquoi se donner tant de mal pour être heureux, vu qu'à la fin on meurt ?
Pourquoi investir tant d'énergie pour une vie qui doit finir ?

Est-ce que ça vaut la peine, tout ça ?

* * * * * * *

Toutes ces questions que je me serai posées... je n'ai toujours aucune réponse. Alors ça va bien, mon énergie, je vais la passer dans autre chose qu'à cogiter à des problèmes insolubles.

Je vais vivre, je verrai bien à la fin si ça vallait le coup ou pas. Vivre, c'est le seul moyen de le savoir.

Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas quel est mon moteur, je ne sais même pas si je vais y arriver mais ce n'est pas ce qui compte. Je veux tout faire pour ne rien regretter.

Bon, encore un post incompréhensible.

En tout cas, je prends la résolution de ne plus me laisser séduire par des questions sans fin sur la mort, le néant, ou le but de l'existence.

Je vais essayer de discipliner mon petit cerveau à zapper au lieu de se perdre dans des questions sans réponse.

Je n'en veux plus, de ce cercle vicieux. Je veux sortir de cette immobilité, je ne veux plus passer ma vie à attendre et à déplorer que rien ne me motive.

Je sais bien que personne n'a de raison valable pour m'obliger à vivre : "on ne va pas mettre un flic au pied de la tour de Montchalamet pour vous empêcher de sauter".

Je veux débrayer ma petite cervelle et goûter la vie. Comme ça, pour rien, gratuitement. Pour voir comment ça fait.

Pas de motivation, pas de but, mais l'envie de vivre quand même... non, pas l'envie : le désir. La volonté. La détermination.


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 13:17  (GMT)
100. ""A" quoi bon lutter ?"
tiens j'ai fait une faute dans le titre
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-10-04, 02:17  (GMT)
101. "C'est l'automne"
Modifié le 18-10-04 à 02:48  (GMT)

Bonjour,

je me permets de continuer à écrire mon bilan. Je ne prétends pas aider quelqu'un, je culpabilise d'utiliser les octets des autres, mais j'en ai besoin et je ne l'assume pas. Bref.

Ce que je vis est toujours assez ambigü.

Mon médecin me manque. Je me battais pour lui, parce qu'il me donnait envie de me battre. Je ne sais pas comment il fait ça, mais c'est le seul qui me donne cette envie de lutter.

J'ai beau chercher, je ne trouve personne qui me donne cette énergie. Les autres... je vois plein de gens, au boulot, dans le sport, dans des associations, des copains, des copines... Peu de gens ont cette personnalité à la fois ferme et bienveillante, sécurisante, exigeante...

L'autre jour, après la piscine, j'étais bien. Je sentais que la vie était agréable et que c'était triste de mourir. C'était la première fois que j'envisageais la mort avec tristesse. La première fois que je comprennais ce que signifie "aimer la vie". On aime la vie avec la même tendresse qu'on aime une personne, et on craint pour elle parce qu'elle est précieuse. De la même façon qu'on tremble pour un enfant fragile et malade, on peut aimer la vie avec cette même tendresse.

Pendant un instant, ma vie n'était plus le bizutage obligatoire, un calvaire trop long, mais un cadeau, quelque chose de beau et de précieux.

Ca a duré un petit quart d'heure. Maintenant, j'ai peur de ne plus arriver à sentir cet amour de la vie.

Je voudrais revoir mon médecin mais j'ai honte. Il me semble que tout le monde se marre, parce que ça paraît ridicule d'aller combler son manque affectif vers un médecin.

Quand j'ai lu le message http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID22/303.html# ça m'a fait mal, parce que j'ai honte de moi, pourtant ce n'est pas moi qui l'ait écrit. D'un autre côté j'ai été rassurée parce que personne n'a répondu méchamment.

Je ne veux pas être un poids pour lui, alors j'évite de retourner en consultation. Je n'ose pas. J'ai déjà des craintes pour affronter la secrétaire médicale (il me semble qu'elle se fout de moi, la trentenaire en manque affectif qui vient roucouler vers le beau médecin si beau et si gentil)...

J'ai un peu envie de lui écrire pour lui demander de me dire si je l'agace ou pas. En consult, je n'arrive pas à vider mon paquet.

Je pense, parfois (et c'est sérieux) aller voir un psy, mais j'ai trop peur qu'un psy ravage tout ça comme un bulledozer.
C'est tellement fragile, tellement précieux, ce goût de vivre... j'ai trop peur d'en parler à un psy. D'ailleurs je l'ai déjà fait, mais ça a été balayé : "oui oui, on va essayer les neuroleptiques, ça ne vous fera pas de mal..."

Enfin bref. Merci de me laisser écrire ici. Si vous estimez que j'abuse, dites le moi par MP parce que devant tout le monde, ça me gênerait beaucoup.

Finalement, c'est peut-être normal, de devoir travailler beaucoup pour arriver à découvrir la vraie valeur de la vie.
Peut-être que je ne suis pas si malade et que tout le monde en est là.

Je ne sais pas. Je vais essayer de dormir un peu, je me lève dans deux heures.
Merci à vous, merci de quoi je ne sais pas trop, mais merci quand même.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-10-04, 03:01  (GMT)
103. "Quelques pistes de réflexion"
(je me permets de continuer, en espérant que ce post aura l'honneur de migrer vers le futur forum)

Les êtres vivants n'ont pas que des besoins physiques, ils ont également des besoins affectifs. Ceux-ci ne sont pas aussi palpables et sont encore mal connus.

Mais on en sait assez, à l'heure actuelle, pour conclure à l'importance d'y répondre. On sait par exemple, qu'un bébé tombe dans un état de torpeur ("marasme") s'il n'est pas soigné, avec une attitude au moins bienveillante. Il peut même en mourir.

(...)

Ainsi, l'adulte de 30 ans a encore besoin d'affection et il en aura toujours besoin. À 50 ans une personne a encore besoin d'être appréciée et reconnue. Quel que soit son âge, celui qui vit une existence peu nourrissante, tend à déprimer. Qui n'a pas connu quelqu'un qui a sombré dans la dépression ou même est mort par manque affectif?


Source : http://www.redpsy.com/infopsy/

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-10-04, 03:17  (GMT)
104. "Besoins affectifs et ouverture au monde..."
Ce n'est pas évident, d'assumer ses besoins psychiques. Et pourtant, c'est le seul moyen d'accéder à ce goût de vivre.

Il me semble que c'est quand on assume ses besoins qu'on peut vivre quelque chose d'intense avec les autres.
Mais on ne peut pas se permettre de faire voir ce besoin affectif à n'importe qui : on risque trop de tomber sur des crapules.

C'est quand on est en présence d'une personne de confiance qu'on peut laisser remonter ce besoin. A ce moment, une relation forte et authentique peut se créer. Et ça, c'est un moteur très puissant.

(c'est ma théorie de la nuit, ça vaut ce que ça vaut).

Si quelqu'un est intéressé pour discuter un peu de ça, quand on sera confortablement installé dans le forum santé psy.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-11-04, 13:53  (GMT)
105. "Dernières nouvelles du front"

Je suis guérie de ma dépression le 10 novembre à 19 h 05

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

SabineT (36 messages) Envoyer message email à: SabineT Envoyer message privé à: SabineT Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-11-04, 15:45  (GMT)
106. "RE: Dernières nouvelles du front"
Quelles précisions !! 19h05 ....

félicitations

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

toutouille (315 messages) Envoyer message email à: toutouille Envoyer message privé à: toutouille Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-11-04, 18:48  (GMT)
107. "RE: Dernières nouvelles du front"
Bonjour,

Mais que s'est il passé à 19 H05?

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-11-04, 21:00  (GMT)
108. "RE: Dernières nouvelles du front"
Mais que s'est il passé à 19 H05?

Ben j'ai guéri de ma dépression, c'est ce que je viens d'écrire.

Cécile - ancienne dépressive, guérie depuis le 10/11/2004 à 19 h 05.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

toutouille (315 messages) Envoyer message email à: toutouille Envoyer message privé à: toutouille Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-11-04, 00:00  (GMT)
109. "RE: Dernières nouvelles du front"
Bonsoir,

Ca c'est bien, je suis contente pour toi. Ma mère est dépressive, j'aimerais bien qu'elle guérisse mais je ne pense pas que ce soit pour maintenant!
A bientôt

Sandy

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-11-04, 00:12  (GMT)
110. "RE: Dernières nouvelles du front"

On ne peut pas savoir, dans la vie tout est possible.

Pourquoi elle ne guérirait pas maintenant ?

Cécile - ancienne dépressive, guérie depuis le 10/11/2004 à 19 h 05.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Poulou (958 messages) Envoyer message email à: Poulou Envoyer message privé à: Poulou Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-11-04, 00:37  (GMT)
112. "RE: Dernières nouvelles du front"
>Bonjour,
>
>Mais que s'est il passé à 19 H05?

Bonsoir

*Marmone*
Si vous lui aviez demandé ce qu'il s'est passé à 19H04, vous auriez su pourquoi elle s'était sentie guérie de sa dépression...Héhé...

Poulou

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Merlin (362 messages) Envoyer message email à: Merlin Envoyer message privé à: Merlin Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-11-04, 00:29  (GMT)
111. "RE: Dernières nouvelles du front"
Bonsoir,

avant de passer à table. Vous avez bien mangé ce soir-là?

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-01-05, 20:17  (GMT)
113. "Au bout d'un an"

Bonjour,

voici des nouvelles fraîches de l'évolution de la guérison.

Toute la structure de ma vie est maintenant équilibrée.

- Moyenne de sommeil autour de 7 h /nuit.

- Alimentation stable, beaucoup de légumes et de fruits, 100 g de viande, pain, laitages, peu de gras. Poids 54,5 kg, invariable.

- Travail OK.

- Chaque semaine, piscine (deux entrainements) et randonnée.

De moins en moins de temps passé sur internet.

Nouvelle étape
Ré-éduquer cette fameuse "aptitude au bonheur", dont le Dr Dupagne dit que certaines personnes en sont dépourvues. Je ne crois pas qu'on en soit dépourvu, mais je crois que comme le reste, ça s'éduque.

Une fois qu'on a établi un maximum de confort autour de soi, on peut s'entraîner à goûter les bonnes choses de la vie.

L'accueil des émotions positives est un exercice très délicat, qui demande beaucoup d'attention.

Le négatif submerge toute la personne. C'est violent, on ne passe pas à côté.
Le positif, lui, est comme un zéphir léger. Il faut vraiment rester attentif. Une fois qu'on l'a capté, il faut le laisser se dilater, jusqu'à ce qu'il imprègne le bien-être physique.

C'est un peu difficile de décrire ça avec des mots, mais j'ai l'espoir d'y arriver.

Ca n'a vraiment rien à voir avec le "bonheur" des médicaments. Et le coup des médicaments à vie, je trouve que c'est vraiment passer à côté de l'essentiel. Je ne dis pas ça pour inciter des gens à arrêter leur traitement n'importe comment, mais je pense que la guérison définitive avec arrêt du traîtement doit toujours être l'objectif invariable.

Un médecin qui pense que la dépression est une maladie chronique et incurable, c'est un médecin qui a démissionné.
Il ne doit pas entretenir son patient dans cet état latent par peur de se confronter à son échec professionnel.
Au contraire, il doit savoir passer le flambeau à un collègue.

Je comprends un peu qu'il soit difficile de dire les choses à un patient. Ca demande beaucoup d'humilité, et ça met en jeu sa réputation de médecin : "j'ai échoué, je vous ai conduit dans une impasse, voulez-vous tenter un nouvelle essai avec un confrère ?".

N'oubliez pas : j'ai fait mes premières TS vers l'âge de 8 ans en mangeant les petites baies rouges empoisonnées, en essayant de me jeter par la fenêtre, en essayant de m'éventrer avec mon canif...
J'ai trainé cette dépression durant plus de 20 ans. Attaques de paniques, angoisses, anorexie, boulimie, cigarettes, problèmes relationnels au boulot, en famille, obésité, apparence de plus en plus négligée, douze psys, hospitalisations, je ne me distinguais pas des autres dépressifs.

Il ne faut jamais lâcher le morceau, jamais jamais jamais.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

moumina (14 messages) Envoyer message email à: moumina Envoyer message privé à: moumina Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-01-05, 22:56  (GMT)
114. "RE: Au bout d'un an"
bonjour
j'ai une question sur les symptomes de la depression
j'ai ma belle soeur qui se plein tout le temps de differents maux elle est d'humeur tres changeante limite schizophrene et fait des crise regulierement de nerf et d'angoisse
elle a une vie completement dereglée elle s'endort a 6 heure du matin grace a des cachets et se leve a 17h
elle a aussi bcp de mal a supporter les gens qui l'entour (sauf moi heureusement!) et j'aimerai bcp l'aider...
je soupçonne aussi un traumatisme post operatoire car sont comportement a changer depuis le jours ou elle s'est fait operer et qu'elle a subie l'abltion d'une trompe
elle a toujours tres peur d'etre atteinte de cancer ou autres maladie graves et je la trouve a legerement hypochondriaque elle se plaint ss cesses et ca deviens lourd pour moi et ma famille et ca me desole de le penser^parce que je l'aime beaucoup!
merci pour vos eventuelles reponses
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-01-05, 18:18  (GMT)
115. "RE: Au bout d'un an"
Bonsoir,
>merci pour vos eventuelles reponses
La seule réponse sensée que vous pourrez trouver se trouve dans un cabinet de psychiatre.






Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-01-05, 21:39  (GMT)
116. "J'oublie toujours de dire..."

Les médicaments ne sont pas une fin en soi...

mais ils sont utiles.

Mieux vaut un médicament pour s'apaiser qu'un litre de whisky, une cigarette, une bagarre ou des paroles blessantes.

Je suis heureuse d'être sortie de la dépendance des médicaments, mais sans les médicaments je ne serais pas sortie des dépendances précédentes.

(on m'a dit quelque part que j'étais contre les médicaments. J'en ai quand même pris durant quatre ou cinq ans).
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

algonquin (1 messages) Envoyer message email à: algonquin Envoyer message privé à: algonquin Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-01-05, 09:15  (GMT)
117. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonjour cilloux,
Je ne suis ni psy ni médecin mais j'ai déjà réfléchi au problème.Il me semble que cette guérison dépend de la cause de la dépression: ci celle-ci est de type "réactionnel" par ex. à un événement dramatique dans sa vie ou autre (élément extérieur perturbant) on peut guérir sans trop de difficultés grâce à l'aide apportée par la biochimie, la compréhension et l'appui affectif de l'entourage à condition de soigner la maladie à temps.Mais s'il s'agit d'une très ancienne dépression que l'on n'a pas perçue au début et qui est d'ordre "névrotique" (cela pouvant se mettre en place dès l'enfance ou l'adolescence), il me paraît beaucoup plus difficile de se débarrasser de ses "démons intérieurs" sans une bonne psychothérapie, voire une psychanalyse permettant de se "délivrer " et à condition de ne pas commencer trop tard. Cela esr plutôt mon cas: j'ai 60ans et je suis sous effexor (175mg par jour)depuis 2 ans .Cela m'a apporté un mieux être (les effets secondaires étant bien insignifiants par rapport à la souffrance de l'angoisse) et selon les conseils des médecins je devrai sans doute prendre ce médic.à vie, ce qui ,après tout ,n'a guère d'importance surtout à mon âge.Bien sûr ce n'est pas tout à fait la même chose pour une personne jeune. De toute façon, la substance chimique seule me paraît insuffisante, elle est une béquille mais il faut aussi un travail plus en profondeur.
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-01-05, 11:07  (GMT)
118. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonjour Algonquin,

Je trouve ton analyse très pertinente. Est-ce que tu as entrepris ce travail plus en profondeur ?

Cordialement,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
30-01-05, 21:10  (GMT)
120. "RE: On peut guérir d'une dépression."

Bonjour,

j'ai trente et un ans et mes premières "tentatives de suicide" remontent à l'âge de huit ans. A cet âge là je n'étais pas très au point, ça faisait rigoler tout le monde, mais l'intention y était. C'était une dépression majeure qui a duré un an (de l'âge de huit à neuf ans).

Ensuite, j'ai structuré ma personnalité autour de ça, avec des TS à répétition (par des techniques multiples et variées), des conduites à risque et pas mal de passages aux urgences.

(je ne veux pas faire mon confiteor ici, mais il y en aurait à dire)

Moi aussi, d'autres docteurs, d'autres psys, mon entourage me croyaient condamnée à être toujours un peu paumée.

Si j'y suis arrivée, d'autres peuvent y arriver aussi.

(au passage, si on pouvait recopier cette discussion dans le forum psy, ça me ferait grandement plaisir - merci).

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
31-01-05, 01:01  (GMT)
124. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonsoir Algonquin,

selon les conseils des médecins je devrai sans
doute prendre ce médic.à vie, ce qui ,après tout ,n'a
guère d'importance surtout à mon âge.



Ben, si ça a de l'importance à votre âge.

Je raisonnais comme vous, je comptais les années, les mois qu'il me restait à vivre (statistiquement). J'avais tout préparé, testament, choix du cercueil, j'avais presque acheté ma plaque ("à notre tante bien-aimée"). Il ne restait plus qu'à attendre, et au besoin à précipiter un peu les choses.

Fichez moi ces idées en l'air. Vivez et préparez vous un bel avenir. Vous avez une vie à vivre, une vraie vie, ne l'oubliez pas.

Allez, courage.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

ROSE777 (126 messages) Envoyer message email à: ROSE777 Envoyer message privé à: ROSE777 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
30-01-05, 02:15  (GMT)
119. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonjour Cécile , je suis vraiment heureuse pour vous , je partage votre joie et je crois sincèrement que vous êtes complètement guéri.


Rose

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
30-01-05, 22:43  (GMT)
121. "RE: On peut guérir d'une dépression."
Bonsoir Cécile,

Malheureusement, on n'a pas pu transférer toutes les discussions "psy" dans le forum santé psy

En effet, à chaque fois qu'on change une discussion de place, il y a un gros risque de la perdre définitivement en route. Dommage !

Cordialement,

Pandore

Non médecin, juste "patiente"
Modératrice de Santé Psy

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
31-01-05, 00:43  (GMT)
122. "RE: On peut guérir d'une dépression."

Par moments ce forum m'inquiète.

Merci quand même Pandore, bonne nuit.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
31-01-05, 00:58  (GMT)
123. "RE: On peut guérir d'une dépression."

Merci Rose
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


Fermer | Archiver | Effacer

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Rechercher sur le site Atoute.org: