Atoute.org

"La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé !" *


ARTICLE

Accueil > Coups de coeur, coups de gueule > Pétition Hippocrate

Pétition Hippocrate

#OpérationHippocrate Épisode 1 : La pétition

lundi 26 mars 2018, par Dominique Dupagne

Les signataires de cette pétition demandent l’ajout au Code de Déontologie Médicale d’un article interdisant explicitement aux médecins toute relation sexuelle avec les patient(e)s dont ils assurent le suivi. L’interdit sexuel entre médecin et patient est un fondement universel de la confiance qui doit entourer la relation thérapeutique.

Lire aussi :
2) Réponses aux critiques.
3) Réponses au communiqué de l’Ordre.
4) Epilogue (heureux)

Le Serment d’Hippocrate comportait dans sa version historique un paragraphe important :

Dans quelque maison que j’entre, j’y entrerai pour l’utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.

Cet interdit a disparu de sa version actualisée, prêtée par tous les futurs médecins lors de la soutenance leur thèse. De même, le Code de Déontologie médicale, juridiquement opposable aux médecins car intégré dans le Code de la Santé Publique, ne comporte aucun interdit explicite concernant la sexualité médecin/patient.

Pourtant les transgressions ne sont pas rares, et les témoignages des victimes sont poignants (Marie, Cassandre, Ariane).

En cas de poursuites, les médecins abuseurs s’appuient sur ce vide juridique pour échapper aux sanctions

Faute d’un support légal, les plaintes des victimes auprès de l’Ordre des médecins aboutissent trop souvent à des relaxes, à des sanctions symboliques, voire à la culpabilisation des patients ! (qui sont dans leur grande majorité des patientes). Les victimes en sortent doublement brisées : à la fois par la toxicité d’une relation dont les mécanismes s’apparentent à ceux de l’inceste, et par la responsabilité qu’on leur fait porter dans cette cette relation, alors qu’il s’agit d’un abus de faiblesse aggravé par un abus d’autorité.

Freud a parfaitement décrit en quelques pages et dans un langage très simple, les mécanismes du transfert et du contre-transfert amoureux qui doivent conduire le médecin à s’interdire toute forme de sexualité avec ses patient(e)s, quels que soient ses sentiments, leurs déclarations ou l’interprétation qu’il en aurait faite.

Pour protéger les patient(e)s, mais aussi les médecins peu ou pas formés à ces risques, nous demandons à la Ministre de la Santé de publier un décret permettant l’ajout d’un article spécifique au Code de Déontologie Médicale. Son libellé (au masculin neutre comme pour les autres articles du Code) pourrait être le suivant :

"Le médecin doit s’interdire toute relation sexuelle avec les patients dont il a la charge".

Le Conseil de l’Ordre devrait logiquement soutenir cette demande. Il pourra , préciser dans ses commentaires les conditions permettant de libérer le médecin de cet interdit, par exemple lorsque cette prise en charge est déléguée à un confrère.

Les principes importants doivent être écrits !

Il ne s’agit pas de jeter l’opprobre sur une profession dont les membres sont dans leur immense majorité respectueux de leurs patients, mais de se donner les moyens de sanctionner une infime minorité de prédateurs sexuels.

Les personnalités suivantes soutiennent cette pétition :

- Dr Christophe André, site web, Psychiatre.
- Pénélope Bagieu, site web, Autrice de bande dessinée.
- Marilyn Baldeck, site web Déléguée générale de Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail.
- Dr Baptiste Beaulieu, site web, Médecin généraliste et romancier.
- Dr Alain Beaupin, Médecin généraliste. Président de l’Union Confédérale des Médecins Salariés.
- Dr Dominique Dupagne, site web, Médecin généraliste, créateur du site atoute.org.
- Sylvie Fainzang, site web, Anthropologue, directrice de recherche à l’Inserm.
- Dr Irène Frachon, Médecin pneumologue à Brest.
- Dr Jean-Paul Hamon, Président de la Fédération des Médecins de France (FMF).
- Dr Gilles Lazimi, site web, Médecin généraliste , maître de conférences associé de la faculté de Médecine Sorbonne Université et membre du Haut Conseil à l’Égalite entre les Femmes et les Hommes.
- Dr Gérard Lopez, site web, Fondateur et président de l’Institut de Victimologie de Paris.
- Pr Anne-Marie Magnier, Médecin généraliste, professeur à la faculté de Médecine Sorbonne Université.
- Dr Emmanuelle Piet, site web, Présidente du Collectif Féministe Contre le Viol.
- Le Planning Familial de Paris, site web.
- Dre Muriel Salmona, site web, Psychiatre, fondatrice et présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie.
- Jacques Testart, site web, Biologiste, docteur en sciences, directeur de recherche honoraire à l’Inserm.

Vous pouvez vous aussi soutenir cette demande en ajoutant votre nom, votre fonction et un éventuel message à l’aide du formulaire ci-dessous (votre email servira uniquement à valider votre signature et ne sera pas conservé)

Si vous souhaitez en débattre, le forum sous cet article est à votre disposition. Il recense de nombreux documents permettant d’approfondir la réflexion.

Si vous avez été victime de l’emprise d’un médecin, et que vous souhaitez en parler, vous trouverez du soutien sur ce forum ou d’autres victimes témoignent depuis plus de dix ans de leur difficulté à se reconstruire après ce traumatisme.

Depuis la publication de cette pétition, deux nouveaux articles ont été publiés : une réponse aux critiques et une autre au communiqué de l’Ordre des médecins. Mais un an après, nous avons obtenu gain de cause, merci aux signataires !

Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Un message, un commentaire ?

Signatures

1075 Signatures
Date Nom Message
27 mars 2018 Renaud Catherine Je soutiens complètement cette pétition.
27 mars 2018 Moal site web Je suis tombé des nues en découvrant ce vide juridique du serment d'Hippocrate. Je signe pour elles, pour elles toutes, et celles qui viendront, et que peut-être vous sauverez par la force de quelques mots, un simple article, clair et imparable face à l'insensibilité des loups en blouses blanches.
27 mars 2018 Ma Tisane En temps que médecin retraitée, il me semble aujourd'hui évident que cette précision figure au serment d'Hippocrate, que cela soit systématiquement évoqué au cours des études médicales, et que les confrères et consoeurs du Conseil de l'Ordre prennent de claires positions vis à vis des personnes victimes de dérives injustifiables.
27 mars 2018 alice r. site web Une obligation
27 mars 2018 Claire Bodin
27 mars 2018 Yann B’ Je soutiens. Infirmier en psychiatrie.
27 mars 2018 Sandrine Certains médecins pensent que par leur statut social et professionnel, ils peuvent se permettre certains comportements : des blagues salaces ou réflexions sexistes auprès d'infirmières ou aides- soignantes, paternalisme auprès de patients... J'ai travaillé 10 ans auprès de ces messieurs en tant qu'infirmière et j'ai rencontré de nombreux médecins qui avaient ces attitudes douteuses, surtout auprès de jeunes femmes! Heureusement de nombreux autres font preuve de respect et de retenue. Cette profession reste pour l'instant bien trop protégée!
27 mars 2018 miranda trop c'est trop, nous sommes toutes et tous concernés par ces prédateurs. Courage à Cassandre et merci pour son témoignage.
27 mars 2018 Nicole Article absolument nécessaire à ajouter au code de déontologie médicale. Psychologue à la retraite, Nicole PASCAL-LECA.
27 mars 2018 Doseau Quand les hommes cesseront de fonctionner avec leur cerveau primitif, l'Humanité aura gagnée !
27 mars 2018 Ger
27 mars 2018 VIRGINIE Pour soutenir les victimes
27 mars 2018 Robteuch
27 mars 2018 st
27 mars 2018 Tiphaine
27 mars 2018 Jaudel site web en 78 connu ce problème à Nice a l'hopital ???? ou après un long malaise vagal ds chambre hotel conduite ds cet hopital et ai eu de gros soucis avec un docteur et n'étais pas la seule qd je me suis retrouvée dans la salle 48 h après et ai discute avc des patientes ds le mme cas. Sans suite et pas crue à l'époque
27 mars 2018 ellebasi indispensable
27 mars 2018 christophe feunette
27 mars 2018 Robteuch
27 mars 2018 rebecca que les hommes apprennent à respecter que les femmes apprennent a rouspéter.
27 mars 2018 behappy Parce que toutes les dominations doivent cesser.
27 mars 2018 Hossenlopp Indispensable
27 mars 2018 Olivier Cuvillier
27 mars 2018 Sidonie
27 mars 2018 Bossy
27 mars 2018 Naëlia Etudiante en droit, je trouve absolument révoltant que les victimes n'aient aucun recours. Tous les abuseurs doivent être punis peu importe leur profession.
27 mars 2018 Emmanuel LEROY Une évidence ....
27 mars 2018 Patricia azzopardi Solidarité sororale.
27 mars 2018 Marion
27 mars 2018 Claire Garapon
27 mars 2018 Delavault Patricia
27 mars 2018 JJ
27 mars 2018 David Arnaud
27 mars 2018 Quentin
27 mars 2018 Aymeric Henriot
27 mars 2018 PRUDENT Estelle site web En tant que victime je ne souhaite à personne que vivre cela.
27 mars 2018 SEIBERT Roland site web
27 mars 2018 Julia Professeure des écoles
27 mars 2018 Superdaddy91 Je signe pour que les médecins sans scrupules cessent les abus.
27 mars 2018 JJ
27 mars 2018 Mariza
27 mars 2018 JoDof
27 mars 2018 Claire
27 mars 2018 Jean Cort Merci Docteur Dupagne pour vos actions courageuses. Vous ne gagnez pas l'argent mais L'HONNEUR. Jean
27 mars 2018 tosca
27 mars 2018 tosca
27 mars 2018 Salaün Adèle
27 mars 2018 tosca
27 mars 2018 Diane Veyrat
27 mars 2018 Nathalie gonzalez Sage femme et bien d accord. Peut être cela préviendra t il aussi les attitudes ambiguës subies par des patientes lors d examens gynécologiques
27 mars 2018 Océane Ceux qui abusent des patient/tes doivent être punis même s'ils sont médecins, psychiatres... C'est juste une évidence de signer cette pétition.
27 mars 2018 garnier colette
27 mars 2018 Evelyne Mangenet
27 mars 2018 ROYER
27 mars 2018 Emilie
27 mars 2018 nadia
27 mars 2018 Julien Ho. Je comprends déjà pas pourquoi cette 'interdit' fut enlevé du serment... Bon courage.
27 mars 2018 Evelyne Mangenet
27 mars 2018 Unt
27 mars 2018 Immo site web je signe ok.
27 mars 2018 Dr Jérémie Bazart Bonjour, bravo pour cette initiative. Il faudrait également que le code de déontologie des chirurgiens-dentistes s'en saisisse!!
27 mars 2018 Anne Bénédicte
27 mars 2018 ChrisM
27 mars 2018 C. Lenoir J'ai oublié de préciser que l'ordre départemental a tout fait pour me dissuader de porter plainte. Le psychiatre voulait acheter mon silence : 5000 euros ! L'ordre national a réduit la sanction, a fourni au psychiatre des conseils juridiques. Message précédent : Abusée sexuellement par un psychiatre. Résultat de ma plainte à l’ordre : 6 mois de vacances pour ce psy !
27 mars 2018 Jaudel site web en 78 connu ce problème à Nice a l'hopital ???? ou après un long malaise vagal ds chambre hotel conduite ds cet hopital et ai eu de gros soucis avec un docteur et n'étais pas la seule qd je me suis retrouvée dans la salle 48 h après et ai discute avc des patientes ds le mme cas
27 mars 2018 Thomas Cosse Il n'était pas rare que je reçoive, en tant que psychopraticien, des femmes portant des témoignages convergeant vers cette réalité.
27 mars 2018 yassir Le patient est dans un état de vulnerabilité
27 mars 2018 Anne-Lise M.
27 mars 2018 yassir Le patient est dans un état de vulnerabilité
27 mars 2018 yassir Le patient est dans un état de vulnerabilité
27 mars 2018 ikebana je signe pour moi, pour les autres victimes et empêcher que d'autres victimes viennent s'ajouter au tableau des prédateurs sexuels que sont certains médecins.
27 mars 2018 CDfolie site web D’accord!
27 mars 2018 A. Dhuique-Mayer
27 mars 2018 francis roudet
27 mars 2018 Meunier damien Trop de corporatisme entres médecins a se défendre les uns les autres. Inscrivons le une bonne fois pour toute.
27 mars 2018 Max
27 mars 2018 Lotis site web Indispensable.
27 mars 2018 Sarah.M Une mesure incontournable, un professionnel de santé doit non seulement faire preuve d'un savoir faire mais également dans savoir être.Je ne comprends pas pourquoi cela n'a pas été déjà interdit.
27 mars 2018 Segolene
27 mars 2018 Fff
27 mars 2018 Maryline J'ai omis de préciser dans mon précédent message, que l'ordre des médecins a ordonné à ce psychiatre de ne plus rentrer en contact avec moi, par quel que moyen que ce soit, c'est tout !! Ce psychiatre m'a suppliée avant ma démarche, de ne "rien faire"car il avait une famille !!!
27 mars 2018 Aurelie Il est intolérable que des personnes en position de pouvoir puissent profiter de la faiblesse de leurs patient.e.s. Cela doit cesser ! Aucune personne du corps médical ne doit coucher ou avoir des relations avec un.e de leurs patient.e.s !!
27 mars 2018 CD site web je signe
27 mars 2018 Cris tel
27 mars 2018 François Salaün
27 mars 2018 Chris Cabirol
27 mars 2018 Catherine Maillot site web
27 mars 2018 Valmontp
27 mars 2018 MMA En tant que victime, je signe la pétition. Je souffre énormément et ai besoin d'être reconnue comme victime afin de me reconstruire, et également préserver d'autres jeunes femmes des agissements de ce médecin.
27 mars 2018 C. Lenoir Abusée sexuellement par un psychiatre. Résultat de ma plainte à l'ordre : 6 mois de vacances pour ce psy !
27 mars 2018 Mireille Wolff Cela devrait être une évidence pour les législateurs et tous les membres des divers corps soignants, thérapeutes, médecins, psy etc... et sans doute d'autres encore ! Ce type de possibilité d'emprise ne doit pas être interdit seulement quant à l'acte sexuel, mais les comportements à caractère sexuels, incestueux, harcèlements...le/la patient-e est en effet en état de grande vulnérabilité psychologique. MAIS il nous faut AUSSI FAIRE TRES ATTENTION à un mouvement qui risque de prendre de l'ampleur dans les projets d'éducation sexuelle (programmes en cours d'élaboration) dans lesquels il semblerait que ne figurent pas les notions de minorité pour les enfants, ni de pédophilie, nie de protection des enfants !! Aux antipodes de votre pétition (voir lettre récente du professeur Joyeux, qui contient des références précises à ce sujet des plus graves).
27 mars 2018 Villez site web Que dire des patientes dépressives et abusées par leur médecin ...
27 mars 2018 Villez site web Que dire des patientes dépressives et abusées par leur médecin ...
27 mars 2018 G. Andres Tout à fait d'accord!!
27 mars 2018 NathalieP Absolument nécessaire.
27 mars 2018 Maryline Il est important de réagir et d'agir ! De la souffrance, de l'"emprisonnement" de la culpabilité, des interrogations, de la honte, du dégoût, etc... à cause d'un psy pervers et manipulateur, ayant utilisé son pouvoir, alors que j'étais sa patiente, après qu'il ait eu ma fille en thérapie...
27 mars 2018 Création site web
27 mars 2018 Henoux Au nom des victimes
27 mars 2018 Assocation Neptune site web Nous, association de patients en psychiatrie, rejoignons entièrement ce texte. Les comités départementaux de l'ordre des médecins tentent de dissuader les plaignantes, quant à l'ordre national il réduit les peines. L'ordre des médecins devrait être dissous : on ne peut être juge et syndicat. Voir sa réaction à cette pétition
27 mars 2018 Martine Rouziès, orthophoniste Souvenirs de thérapie avec G.Kolhrieser qui fut, pour moi, un très bon thérapeute, très bienfaisant,et auquel je garde une profonde reconnaissance mais au sujet duquel circulaient des rumeurs inquiétantes; de fait certains interdits étaient précisés dans ces thérapie de groupe : alcool, médicaments,violence mais .....silence radio sur cet interdit-là. Interdit régulièrement bafoué dès les premiers moments de la psychanalyse... il est temps que les professions de soins dans leur ensemble et non pas seulement psychiatres et médecins, s'engagent plus avant vers des soins respectueux : merci à vous d'avoir "lancé" cette pétition, merci Hippocrate, merci la Grèce et sa lumière ! Martine Rouziès, orthophoniste, Montpellier

0 | ... | 100 | 200 | 300 | 400 | 500 | 600 | 700 | 800 | 900 | 1000

Version imprimable de cet article Version imprimable