Accueil Médicaments Les Assises du Médicament sont lancées
Publié le
18 février 2011

Auteur :
Dr Dominique Dupagne



Imprimer

Lire sur grand écran







Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute




Dans la même rubrique :

GARDASIL Intérêt ? Risques ? Dangers ?
Comment ruiner la réputation d’un laboratoire pharmaceutique
Comment reconnaître le furosémide du zopiclone dans votre boîte de générique TEVA ?
Nouvelle mention manuscrite sur les prescriptions de pilules de 3ème et 4ème génération
La saga du cholestérol
L’agence du médicament renonce à se doter d’un corps d’experts professionnels
Pseudo-pilule Diane 35 : on se calme !
Faut-il réserver la prescription de pilules contraceptives de troisième génération aux gynécologues ?
Pilules de 3ème génération, liste et dangers potentiels
Prescriptions hors AMM. Qui est hors la loi et même hors la science médicale ?
La réforme du médicament de Xavier Bertrand à la loupe
Alzheimer et tranquillisants, un lien de causalité inventé par les journalistes
La guerre des Alzheimer
L’efficacité de certains antibiotiques génériques est inférieure à celle du médicament original
Pour une nouvelle gouvernance du médicament
Pioglitazone (Actos®, Competact®), cancérigène ?
Que faut-il penser des parabènes (parabens) ?
Benfluorex, valvulopathies et décès : Une critique infondée
Les Assises du Médicament, Acte II
Mediator : le rapport de l’Igas fait le procès du "machin"


Les Assises du Médicament sont lancées
Xavier Bertrand à donné hier le coup d’envoi à une nouvelle gouvernance du médicament

Le Ministère de la santé hébergeait hier la fine fleur du PPTF (Paysage Pharmaco Thérapeutique Français). À l’initiative de Xavier Bertrand, et en l’absence remarquée de Nora Berra, 150 personnalités étaient réunies avenue de Ségur, dans le but de participer à une réflexion destinée à éclairer le Ministre sur sa réforme du circuit du médicament.

Le sérail était réuni au complet : membres des agences, experts, ordinaux, patrons de presse, industriels, syndicalistes, associations...

L’originalité de cette réunion, qui explique ma présence, résidait dans une brochette de personnes qualifiées de lanceurs d’alerte par le Ministre, situées sur le dernier banc au fond de la classe :

Il s’agit de Philippe Masquelier du Formindep, de Pierre Chirac de Prescrire, de Catherinne Hill épidémiologiste (auteure de l’étude de mortalité) et d’Irène Frachon, la Princesse Leia du Mediator. J’y participais au titre d’administrateur d’Atoute.org.

Au milieu de la salle, la députée Catherine Lemorton, pugnace spécialiste du sujet, était présente après avoir bagarré pour faire partie des "jurés".

Le Ministre a commencé par un discours introductif très volontaire, avant de présenter les différents chefs de groupe qui animeront la réflexion, étalée sur trois mois jusqu’au 15 mai 2011.

La séance de questions/réponses qui a suivi a permis à quelques représentants de groupes constitués de baliser préventivement la défense de leurs intérêts. La palme revient sans nul doute au Président Michel Legmann, de l’Ordre des Médecins. Il a affirmé haut et fort l’investissement ordinal dans la lutte contre les conflits d’intérêts. Quand on sait l’opacité qui règne sur les contrats soumis à l’institution, et sa totale passivité face à l’application de la loi sur la déclaration des conflits d’intérêts, on ne peut que ressentir une grande amertume ou être pris d’une forte hilarité à entendre un tel discours.

Philippe Masquelier, vice-président du Formindep, a exprimé l’importance de l’indépendance au-delà de la seule transparence. Mais Xavier Bertrand à surenchéri, affirmant avoir tenu un discours identique la veille devant les agents de l’AFSSAPS.

Un représentant du LEEM est intervenu pour signaler les difficultés qu’une telle politique pourrait faire naître pour l’industrie française du médicament. La réponse du Ministre a été sèche et sans appel : "Que cela vous plaise ou non, je le ferai".

Un bémol à ce conte de fées a tout de même été introduit par une question que j’ai posée au Ministre : quel budget avait-il prévu pour indemniser les membres de ces groupes, appelés à se réunir tous les 8 à 10 jours pendant 3 mois ? J’ai rappelé que le recours aux experts hospitaliers "gratuits" avait longtemps été la règle dans les agences, devenues borgnes du fait de la sélection des seuls experts salariés. Elles ont initié il y a quelques années l’indemnisation des experts libéraux qui s’investissent dans leurs groupes de travail. En effet, gratuit signifie en pratique "payé par quelqu’un d’autre". Même les jurés d’Assises (pénales) sont indemnisés.

La réponse du Ministre a été simple et sans appel : Rien, nada. Même les frais de déplacement pour les provinciaux ne seront pas remboursés. Il n’y a pas un rond au Ministère pour ce type de budget.

Douche froide !

Quelles conséquences ? Cela veut dire que ceux qui vont participer activement aux groupes de travail sont tous rémunérés par un tiers.

À court terme, ne resteront dans ces groupes que les universitaires parisiens et les représentants des divers lobbies, industriels, professionnels ou associatifs ; certains porteront plusieurs casquettes... Le Président du CISS, Christian Saout, s’est ému de la réponse que m’avait faite le Ministre. Le Formindep a décidé de lancer une souscription...

Donc, les groupes de travail qui vont réfléchir aux moyens d’extirper les conflits d’intérêts du circuit du médicament seront constitués quasi exclusivement de personnalités représentant des groupes d’intérêts.

Quand on sait ce que le Ministère est prêt à investir dans d’autres opérations, et les sommes en jeu (dizaines de milliards) dans le budget du médicament, on peut s’interroger sur la réelle volonté du Ministre d’aller au delà d’une banale opération de communication. S’agirait-il d’un simple contre-feu face au scandale Servier qui menace ses anciens amis ?

L’apparente difficulté de nos gouvernants, au sommet de l’État, pour comprendre le concept de conflit d’intérêts peut faire douter de l’avenir de ces Assises. J’ai néanmoins décidé de jouer le jeu et je suis à la recherche d’un sponsor ;-)

Et comme je le disais en sortant à Irène Frachon en lui arrachant un fou-rire : on n’a pas le cul sorti des ronces.

PS : un autre point de vue et la structure des groupes de travail sur asclepieia



Tweet Suivez-moi sur Twitter






Réagir à cet article