Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > La médecine, les soignants et les soignés
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

La médecine, les soignants et les soignés Ethique médicale, bonnes ou mauvaises relations entre patients et médecins, coups de coeur ou coups de gueule médicaux, exercice professionnel : c'est ici.

Réponse
 
Outils de la discussion Rechercher dans cette discussion Modes d'affichage
Vieux 21/09/2007, 09h58   #1
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 895
Journée nationale de la prostate

Postez dans cette discussion vos réactions à l'article http://www.atoute.org/n/article61.html

Je voudrais préciser que par ce texte humoristique, je stigmatise une institution et non des hommes pris isolément. Je sais que beaucoup d'urologues sont aveuglés dans leur réflexion par la vision fréquente de cancers évolués, vision qui leur donne envie de croire que le dépistage pourrait être utile ; et c'est en toute sincérité qu'ils le pratiquent et non dans un esprit de lucre ou de clientélisme.

Nous avons vécu la même chose dans le dernier tiers du XXème siècle : c'est en tout sincérité que les pédiatres imposaient de coucher les nourrissons sur le ventre pour les empêcher de s'étouffer. Ils ne pouvaient deviner que l'on prouverait 30 ans après qu'il fallait surtout faire le contraire. Tout au plus auraient-ils pu se taire, faute d'arguments solides pour étayer leur conseil qui paraissait frappé au coin du bon sens. Ce bon sens a provoqué des milliers de morts inutiles. Il faut parfois se méfier du bon sens, même quand ce bon sens propose de traiter un cancer.

Dernière modification par d_dupagne 21/09/2007 à 10h33.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 21/09/2007, 11h28   #2
gabrielle elise
 
Messages: n/a
Re : Journée nationale de la prostate

Bonjour Docteur Dupagne

Je suis perplexe sur tous ces avis contradictoires, que sommes nous pauvres béotiens, dans cette tourmente;

C'est par un toucher rectal, et plusieurs semaines après une recherche de PSA, que la décision de procéder à une biopsie de la prostate à révélé un cancer . Je suis concernée , c'est de mon mari qu'il s'agit.

Comment savoir, qui croire quand on n'est pas médecin!

C'est un débat pas facile. Et après dans le tourbillon,des divers examens , des traitements on se raccroche au Sachant !! l'Oncologue.

  Réponse avec citation
Vieux 21/09/2007, 14h30   #3
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 895
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par gabrielle elise
Comment savoir, qui croire quand on n'est pas médecin!

Bonjour

Il faut croire les médecins en qui on a confiance, c'est la seule solution, où les autorités officielles (lien vers l'avis de la HAS dans l'article), mais pas les sociétés financées par l'industrie pharmaceutique. Même le président de l'association Anamacap s'en défie :

Extrait de l'article du monde

Citation:
"SURVEILLANCE ACTIVE"
Le professeur Dubois s'insurge contre cette règle. "Rien ne permet de distinguer un cancer de la prostate qui va évoluer d'un autre qui n'évoluera pas", dit-il. D'évolution très lente, cette maladie peut rester longtemps silencieuse. Et les hommes peuvent avoir une augmentation bénigne de la taille de leur prostate.
"Le problème majeur actuellement est que tout est fait pour qu'il y ait le plus d'ablations de la prostate, regrette Roland Muntz, président de l'Association nationale des malades du cancer de la prostate. On a certainement opéré des hommes, avec les risques que cela comporte, alors qu'ils auraient très bien pu vivre avec leur cancer indolent."
"C'est à cause de cette éventuelle prolifération d'impuissants et d'incontinents que les autorités sanitaires disent : attention, s'il y a dépistage de masse, il y aura effets secondaires de masse", explique M. Muntz. Ce dernier ne soutient ni les urologues de l'AFU - "parce qu'ils présentent un conflit d'intérêts et surtraitent" - ni les épidémiologistes - "parce que le dépistage précoce peut sauver des vies". Il réclame que la "surveillance active" soit davantage proposée.
Chirurgie, radiothérapie, curiethérapie, surveillance, "le patient doit discuter avec son médecin des avantages et inconvénients de ces quatre options possibles de traitement, prendre son temps avant d'arrêter sa décision, et ne pas hésiter à demander plusieurs avis", recommande le professeur Maraninchi.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 11/10/2007, 10h30   #4
radiotsf34
Membre
 
Avatar de radiotsf34
 
Date d'inscription: avril 2007
Localisation: Sud est hiver et ouest été
Messages: 101
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par d_dupagne
Postez dans cette discussion vos réactions à l'article http://www.atoute.org/n/article61.html

Je voudrais préciser que par ce texte humoristique, je stigmatise une institution et non des hommes pris isolément. Je sais que beaucoup d'urologues sont aveuglés dans leur réflexion par la vision fréquente de cancers évolués, vision qui leur donne envie de croire que le dépistage pourrait être utile ; et c'est en toute sincérité qu'ils le pratiquent et non dans un esprit de lucre ou de clientélisme.

Nous avons vécu la même chose dans le dernier tiers du XXème siècle : c'est en tout sincérité que les pédiatres imposaient de coucher les nourrissons sur le ventre pour les empêcher de s'étouffer. Ils ne pouvaient deviner que l'on prouverait 30 ans après qu'il fallait surtout faire le contraire. Tout au plus auraient-ils pu se taire, faute d'arguments solides pour étayer leur conseil qui paraissait frappé au coin du bon sens. Ce bon sens a provoqué des milliers de morts inutiles. Il faut parfois se méfier du bon sens, même quand ce bon sens propose de traiter un cancer.

Bonjour,

Pour le patient profane en sciences médicales,la lecture d'avis contraires en matière de prévention du cancer de la prostate se traduit par un grand malaise.
Les avis sont bien donnés "pour ou contre le dépistage" mais pas un mot sur l'évolution de la maladie.

En fait,si l'on ne fait rien,que va t'il se passer ?

Si un avis est avancé,je pense que pour le moins il faudrait d'expliquer l'absence de risques à ne rien faire ou bien l'évolution possible des risques .
Le profane ne manque pas de se poser la question,si je ne fait rien comment sera trouvé ce cancer ? sera t'il encore temps de le soigner ?

Ces explications évidentes pour un professionnel sont peu connu par le profane.
Si le danger existe,merci de vos précisions.
Je pense que le sujet est trop grave.
radiotsf34 is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/10/2007, 20h17   #5
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 895
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par radiotsf34
Bonjour,

Pour le patient profane en sciences médicales,la lecture d'avis contraires en matière de prévention du cancer de la prostate se traduit par un grand malaise.
Les avis sont bien donnés "pour ou contre le dépistage" mais pas un mot sur l'évolution de la maladie.

En fait,si l'on ne fait rien,que va t'il se passer ?

Si un avis est avancé,je pense que pour le moins il faudrait d'expliquer l'absence de risques à ne rien faire ou bien l'évolution possible des risques .
Le profane ne manque pas de se poser la question,si je ne fait rien comment sera trouvé ce cancer ? sera t'il encore temps de le soigner ?

Ces explications évidentes pour un professionnel sont peu connu par le profane.
Si le danger existe,merci de vos précisions.
Je pense que le sujet est trop grave.

Bonjour,

En pratique, si l'on dépiste on meurt. Si non ne dépiste pas, on meurt autant. Donc on peut ne pas se préoccuper du dépistage.

Pour ceux que ces questions interpellent, toutes les réponses sont dans l'extraordinaire bouquin de Welch, lisible par n'importe qui avec un niveau bac.

http://www.pulaval.com/catalogue/doi...peut-8770.html
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 11/10/2007, 20h20   #6
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 895
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par d_dupagne
Bonjour,

En pratique, si l'on dépiste on meurt. Si non ne dépiste pas, on meurt autant. Donc on peut ne pas se préoccuper du dépistage.

Pour ceux que ces questions interpellent, toutes les réponses sont dans l'extraordinaire bouquin de Welch, lisible par n'importe qui avec un niveau bac.

http://www.pulaval.com/catalogue/doi...peut-8770.html

Je viens de finir ce livre. Un choc !! Lire, parfaitement écrit et argumenté, ce que vous essayez péniblement de faire passer depuis des années est assez troublant pour moi.

Dernière modification par d_dupagne 04/02/2008 à 10h53.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 11/10/2007, 20h43   #7
rhea-silvia
 
Messages: n/a
Re : Journée nationale de la prostate

dd
Citation:
Posté par d_dupagne
Bonjour,

En pratique, si l'on dépiste on meurt. Si non ne dépiste pas, on meurt autant. Donc on peut ne pas se préoccuper du dépistage.

Pour ceux que ces questions interpellent, toutes les réponses sont dans l'extraordinaire bouquin de Welch, lisible par n'importe qui avec un niveau bac.

http://www.pulaval.com/catalogue/doi...peut-8770.html

Bonsoir
Je pense que chez les hommes ages le depistage presente peu d'interet : evolution lente , esperance de vie equivalente que l'on traite ou non
mais des hommes de 50 ans sont atteints de cancer de la prostate , si à cet âge l'on compte encore 25 ans d'esperance de vie , je pense que le depistage et le traitement peut avoir un interet
Quant aux sequelles de la chirurgie , on dit que la coelioscopie donne de bons resultats
mais je ne connais pas les chiffres
  Réponse avec citation
Vieux 13/10/2007, 09h53   #8
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 895
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par rhea-silvia
Je pense que chez les hommes ages le depistage presente peu d'interet : evolution lente , esperance de vie equivalente que l'on traite ou non
mais des hommes de 50 ans sont atteints de cancer de la prostate , si à cet âge l'on compte encore 25 ans d'esperance de vie , je pense que le depistage et le traitement peut avoir un interet

Tout le problème est dans le verbe que vous employez : "pense". En effet, nombreux sont ceux qui "pensent" que ça doit être utile. Les faits, eux, prouvent le contraire.

Pendant longtemps, les pédiatres on "pensé" qu'il fallait coucher les enfants sur le ventre pour qu'ils ne s'étouffent pas s'ils vomissaient en dormant. Cette "pensée" a provoqué environ 10000 morts de nourrissons en France. Nous avons depuis la preuve que c'est sur le côté ou le dos qu'il faut les coucher, et les morts subites du nourrisson sont devenues rares.

En médecine, on peut à la rigueur accepter de se tromper en traitant une souffrance ou une maladie. En revanche, lorsque l'on propose une stratégie de dépistage ou un traitement à quelqu'un qui ne se plaint de rien, il vaut mieux être sûr de ce que l'on fait, et notamment de ne pas créer de souffrances ou de décès supplémentaires et supérieurs à ceux évités.
A passage, je vous signale que la prostatectomie par coelioscopie, si elle est mieux supportée car moins mutilante, n'a pas été évaluée pour son aspect préventif vis-à-vis des récidives du cancer. C'est donc encore une chirurgie expérimentale puisque son seul objectif (prévenir la mort par cancer de la prostate) n'est pas évalué.

Pour l'instant, en matière de dépistage du cancer de la prostate, nous vivons au pays des fées.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 13/10/2007, 14h02   #9
gabrielle elise
 
Messages: n/a
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par rhea-silvia
dd
Bonsoir
Je pense que chez les hommes ages le depistage presente peu d'interet : evolution lente , esperance de vie equivalente que l'on traite ou non
mais des hommes de 50 ans sont atteints de cancer de la prostate , si à cet âge l'on compte encore 25 ans d'esperance de vie , je pense que le depistage et le traitement peut avoir un interet
Quant aux sequelles de la chirurgie , on dit que la coelioscopie donne de bons resultats
mais je ne connais pas les chiffres

Même à 60 ans! on donne encore 15 ans d'espérance de vie!
  Réponse avec citation
Vieux 13/10/2007, 15h06   #10
radiotsf34
Membre
 
Avatar de radiotsf34
 
Date d'inscription: avril 2007
Localisation: Sud est hiver et ouest été
Messages: 101
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par gabrielle elise
Même à 60 ans! on donne encore 15 ans d'espérance de vie!
Je vous remercie d'avoir répondu à ma question sur votre forum,un des seul qui reste relativement libre pour les patients,cela est tout à votre honneur.
Donner de votre temps et recevoir des critiques éventuels ne doit pas être facile.Un grand merci pour cela.
Pour en revenir à votre réponse.en simplifiant elle est si je ne me trompe: prévention en cas de cancer,je meurs
Pas de prévention:je meurs
Pour moi,profane de la médecine,je sais que tout à un fin et cela que je consulte mon médecin ou pas.Le tout est de savoir au bout de combien de temps,si tout est négatif,alors pourquoi ?Je consulte mon médecin pour vivre un peu plus longtemps en santé correcte.
Dans une autre approche,la médecine actuelle ne servirait à rien hors du profit évidemment.
Pour résumé et avoir un avis sans ambiguité ce que je recherche désespérement que feriez-vous si vous aviez un rapport de PSA modérément élevé ou un PSA total modérément ou élevé ?

Je vous prie par avance de m'excuser de la franchise de ma question qui est sans aucune arrière pensée mais qui représente je le pense,l'état actuel des patient qui n'obtiennent que des réponses ambidues des spécialistes.
radiotsf34 is offline   Réponse avec citation
Vieux 13/10/2007, 15h37   #11
popette
Membre
 
Date d'inscription: novembre 2006
Messages: 57
Re : Journée nationale de la prostate

Bonjour,
je ne suis pas directement concernée par ce problème étant une femme.
Ceci dit, un patient de 51 ans venu me consulter avec son épouse pour discuter de le conduite à tenir devant un dépistage d'adénocarcinome de prostate était bien ennuyé devant le choix laissé par le chirurgien.
Notons que ce chirurgien avait bien présenté les différentes alternatives sans parti pris (abstention thérapeutique, radiothérapie, chirurgie), laissant le choix et donc la responsabilité au patient.
Je dois avouer que j'étais moi aussi ennuyée et je lui ai expliqué la problématique actuelle de remise en question de ce dépistage.
Honnêtement, je ne sais pas vraiment ce que je conseillerais à mon père devant un tel diagnostic. Il est difficile d'imaginer poursuivre sa vie "comme si de rien n'était" lorsqu'on sait que l'on héberge un "cancer".
Cependant, je lui déconseille vivement le dépistage, évitant ainsi cette torture mentale.
J'ai finalement laissé ce patient seul face à son choix, tout comme le chirurgien. J'ai simplement demandé que ce dernier lui explique le suivi prévu en cas d'abstention thérapeutique.
Je n'ai pas eu de nouvelles de ce patient puisque je remplaçais mais j'imagine son angoisse qu'on peut ici qualifier de iatrogène.

Rappelons que nous parlons de lésions infracliniques (le patient ne ressent aucune gêne). Il en irait bien évidemment autrement si le patient venait se plaindre de troubles urinaires (c'est pour répondre à votre question de l'utilité des médecins).

C'est un vrai problème et je viens donc de commander le bouquin conseillé par Dr Dupagne afin de me documenter davantage sur ce sujet.

Bon week-end.

Popette
popette is offline   Réponse avec citation
Vieux 13/10/2007, 15h51   #12
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 895
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par radiotsf34
Pour résumé et avoir un avis sans ambiguité ce que je recherche désespérement que feriez-vous si vous aviez un rapport de PSA modérément élevé ou un PSA total modérément ou élevé ?

Je vous prie par avance de m'excuser de la franchise de ma question qui est sans aucune arrière pensée mais qui représente je le pense,l'état actuel des patient qui n'obtiennent que des réponses ambidues des spécialistes.

Bonjour

Votre question est excellente. Quand je suis avec un patient perdu au milieu de toutes ces données difficiles à appréhender, je finis par lui dire : "Et maintenant, je vais vous dire ce que je ferais si j'étais à votre place".

Tout d'abord, je ne connaîtrais pas mes PSA, car c'est AVANT le dosage qu'il faut se poser des questions, comme le signale Popette.

Maintenant, si par malheur on m'avait fait des PSA par surprise et qu'elles soient supérieures à 10 : Je n'en tiendrais aucun compte, essaierais de les oublier et maudirais celui qui m'en a révélé le taux sans me demander mon avis. J'aurais de bonnes chances de ne pas mourir d'un cancer de la prostate.

Et entre 4 et 10, je me laisserais aller à les surveiller tous les 6 mois pendant 2 ans en espérant qu'elles baissent ce qui me permettrait d'y penser moins souvent... Sinon, retour au choix un.

C'est mon choix, cela ne veut pas dire que cela doit être choix de tout le monde.

On peut exprimer les choses différemment : il est exact de dire qu'en 2007, ne pas faire doser ses PSA ou les ignorer quand on les connaît, ne constitue pas une perte de chance.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 13/10/2007, 16h23   #13
radiotsf34
Membre
 
Avatar de radiotsf34
 
Date d'inscription: avril 2007
Localisation: Sud est hiver et ouest été
Messages: 101
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par popette
Bonjour,
je ne suis pas directement concernée par ce problème étant une femme.
Ceci dit, un patient de 51 ans venu me consulter avec son épouse pour discuter de le conduite à tenir devant un dépistage d'adénocarcinome de prostate était bien ennuyé devant le choix laissé par le chirurgien.
Notons que ce chirurgien avait bien présenté les différentes alternatives sans parti pris (abstention thérapeutique, radiothérapie, chirurgie), laissant le choix et donc la responsabilité au patient.
Je dois avouer que j'étais moi aussi ennuyée et je lui ai expliqué la problématique actuelle de remise en question de ce dépistage.
Honnêtement, je ne sais pas vraiment ce que je conseillerais à mon père devant un tel diagnostic. Il est difficile d'imaginer poursuivre sa vie "comme si de rien n'était" lorsqu'on sait que l'on héberge un "cancer".
Cependant, je lui déconseille vivement le dépistage, évitant ainsi cette torture mentale.
J'ai finalement laissé ce patient seul face à son choix, tout comme le chirurgien. J'ai simplement demandé que ce dernier lui explique le suivi prévu en cas d'abstention thérapeutique.
Je n'ai pas eu de nouvelles de ce patient puisque je remplaçais mais j'imagine son angoisse qu'on peut ici qualifier de iatrogène.

Rappelons que nous parlons de lésions infracliniques (le patient ne ressent aucune gêne). Il en irait bien évidemment autrement si le patient venait se plaindre de troubles urinaires (c'est pour répondre à votre question de l'utilité des médecins).

C'est un vrai problème et je viens donc de commander le bouquin conseillé par Dr Dupagne afin de me documenter davantage sur ce sujet.

Bon week-end.

Popette

Bonjour Docteur,

Un grand merci pour votre réponse.
Dans le cas d'un adénome bénin de la prostate dont vous faites référence,je me permets de vous citer mon expérience:
Sur PSA anormal,une échograhie a été ordonnée.Résultat 61 grammes!Un urologue consulté sur ce dernier résultat me préscrit une opération de la prostate dans les jours prochains!
Je décline cette proposition et après renseignements auprès de patients je note une molécule "la finastéride "(pour ne pas citer de marque) qui doit faire diminuer le volume et qui,si je suis logique doit faire diminuer la valeur du PSA en évitant une opération mutilante.
En effet,après 10 mois de traitement,le volume de ma prostate a diminuée de façon significative soit 13 grammes.
Hélas pour moi,le rapport du PSA total/libre a diminué de façon inquiétante.
Mais cette dernière remarque ne concerne pas l'hypertrophie de la prostate où là ce médicament est a mon sens à conseiller avant toute intervention,ceci est logique pour un profane mais qu'en pense la médecine?

Pour le sujet qui m'interesse,plus grave,il est question du cancer.

A ce jour,il est impossible pour un profane de faire un choix thérapeutique sur un sujet contreversé et où les réponses des personnes faisants autorité sont ambigues.
D'où ma question directe mais trés respectueuse au docteur Dupagne:Que feriez vous personnellement si vous aviez un PSA ou un rapport de PSA en dehors de la normalité?
Merci de votre réponse qui peut être utile à bien des patients,

michel DOUARCHE
radiotsf34 is offline   Réponse avec citation
Vieux 13/10/2007, 16h31   #14
grand mere
 
Messages: n/a
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par gabrielle elise
Même à 60 ans! on donne encore 15 ans d'espérance de vie!

et plus ma GABY, les patients sont supers surveilles,
  Réponse avec citation
Vieux 13/10/2007, 16h51   #15
popette
Membre
 
Date d'inscription: novembre 2006
Messages: 57
Re : Journée nationale de la prostate

Radiotsf,
je parlais bien d'un cancer (adénocarcinome), j'avais omis de vulgariser le terme et je m'en excuse. Le diagnostic était posé sur les biopsies (prélèvements).
Le Dr Dupagne vous a fait une réponse claire.
Mais le choix reste très difficile quand on est mis au pied du mur, j'en conviens.
J'avais moi-même exprimé mes doutes quant aux conseils que je prodiguerais à mon père. C'était la réponse la plus honnête que je pouvais formuler mais, bien entendu, comme le précise le Dr Dupagne, "le mal est fait". Le terme même de cancer induit des représentations très diverses selon les individus, profanes, initiés...
Je peux comprendre que l'on opte pour une prostatectomie radicale, espérant ainsi se débarrasser de ce fardeau psychologique, quelles qu'en soient les conséquences.

Popette
popette is offline   Réponse avec citation
Vieux 13/10/2007, 17h03   #16
radiotsf34
Membre
 
Avatar de radiotsf34
 
Date d'inscription: avril 2007
Localisation: Sud est hiver et ouest été
Messages: 101
Re : Journée nationale de la prostate

[quote=d_dupagne]Bonjour

Votre question est excellente. Quand je suis avec un patient perdu au milieu de toutes ces données difficiles à appréhender, je finis par lui dire : "Et maintenant, je vais vous dire ce que je ferais si j'étais à votre place".

Tout d'abord, je ne connaîtrais pas mes PSA, car c'est AVANT le dosage qu'il faut se poser des questions, comme le signale Popette.

Maintenant, si par malheur on m'avait fait des PSA par surprise et qu'elles soient supérieures à 10 : Je n'en tiendrais aucun compte, essaierais de les oublier et maudirais celui qui m'en a révélé le taux sans me demander mon avis. J'aurais de bonnes chances de ne pas mourir d'un cancer de la prostate.

Bonjour docteur,

Votre message est arrivée lors de ma réponse à votre sympatique collègue,je n'ai donc pas eu la possibilité d'en prendre connaissance.
Merci de vos explications franches et directes.Encore une fois ,je vous prie de m'excuser de prendre de votre temps à répondre à mes inquiétudes.
Je vous prie de bien vouloir me donner vos impressions sur la fiabilité des tests du PSA sur les données du rapport PSA libre sur total ?
Aucun article clair existe sur la fiabilité de ce test qui est considéré par certains comme capital .

Une autre question qui doit être fréquente de la part des patients:

Si les tests de PSA augmentent y a t'il un moment qui permettra de dire que le cancer à évoluer vers d'autres organes et que toute opération est devenue inutile voire dangereuse ?

En tant que profane,je peux citer deux exemples en dehors des moyennes d'espérence de vie dont le corps médical fait état.(je souhaite vivre le plus longtemps possible ;c'est pour cela que je consulte mon médecin!) :
Un première personne a été opéré il y 20 ans d'un cancer et se porte bien.
Un autre ami,mal opéré n'a eu que quelques années de souffrances morales et pour finir physiques suite à cette intervention invalidante pris trop tard aux dires du chirurgien.
Je preférerais dans le cas du premier exemple vivre plus de 20 ans que les 10 ans relatifs aux statistiques d'espérence de vie dont il est fait référence.De plus,cette durée supplémentaire en faisant un peu d'humour allongerait les statistiques donc l'espoir........
Merci de toutes les précisions que vous pourez apporter sur ce sujet afin de faciliter le dit "choix d'intervention"proposé aux patients sur un sujet inconnu d'eux mêmes et engageant leur vie.
radiotsf34 is offline   Réponse avec citation
Vieux 13/10/2007, 17h10   #17
gabrielle elise
 
Messages: n/a
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par popette
Radiotsf,
je parlais bien d'un cancer (adénocarcinome), j'avais omis de vulgariser le terme et je m'en excuse. Le diagnostic était posé sur les biopsies (prélèvements).
Le Dr Dupagne vous a fait une réponse claire.
Mais le choix reste très difficile quand on est mis au pied du mur, j'en conviens.
J'avais moi-même exprimé mes doutes quant aux conseils que je prodiguerais à mon père. C'était la réponse la plus honnête que je pouvais formuler mais, bien entendu, comme le précise le Dr Dupagne, "le mal est fait". Le terme même de cancer induit des représentations très diverses selon les individus, profanes, initiés...
Je peux comprendre que l'on opte pour une prostatectomie radicale, espérant ainsi se débarrasser de ce fardeau psychologique, quelles qu'en soient les conséquences.

Popette

Merci Popete, c'est la question que j'ai posé aux médecins, urologues et cancerologues :

Que feriez -vous si c'était votre père!!!

Leur embarras n'en était pas diminué.

C'est bien que les médecins aident les patients dans l'option de leur choix, tout en leur indiquant les avantages et les inconvénients de chaque solution.
  Réponse avec citation
Vieux 18/10/2007, 12h38   #18
avinash
 
Messages: n/a
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par d_dupagne
Bonjour

Votre question est excellente. Quand je suis avec un patient perdu au milieu de toutes ces données difficiles à appréhender, je finis par lui dire : "Et maintenant, je vais vous dire ce que je ferais si j'étais à votre place".

Tout d'abord, je ne connaîtrais pas mes PSA, car c'est AVANT le dosage qu'il faut se poser des questions, comme le signale Popette.

Maintenant, si par malheur on m'avait fait des PSA par surprise et qu'elles soient supérieures à 10 : Je n'en tiendrais aucun compte, essaierais de les oublier et maudirais celui qui m'en a révélé le taux sans me demander mon avis. J'aurais de bonnes chances de ne pas mourir d'un cancer de la prostate.

Et entre 4 et 10, je me laisserais aller à les surveiller tous les 6 mois pendant 2 ans en espérant qu'elles baissent ce qui me permettrait d'y penser moins souvent... Sinon, retour au choix un.

C'est mon choix, cela ne veut pas dire que cela doit être choix de tout le monde.

On peut exprimer les choses différemment : il est exact de dire qu'en 2007, ne pas faire doser ses PSA ou les ignorer quand on les connaît, ne constitue pas une perte de chance.

Bonjour,

Et en prenant en compte le PSA vélocité et les scores de Gleason serait-on plus avancé ?
  Réponse avec citation
Vieux 18/10/2007, 12h45   #19
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 895
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par avinash
Bonjour,

Et en prenant en compte le PSA vélocité et les scores de Gleason serait-on plus avancé ?

Bonjour

Pas vraiment, car on ne connaît les scores de Gleason qu'après la biopsie, et la vélocité des PSA n'est qu'un élément de gravité supplémentaire. Il ne permet pas de trancher.

La réflexion doit vraiment avoir lieu AVANT le premier dosage des PSA.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 08/11/2007, 10h57   #20
radiotsf34
Membre
 
Avatar de radiotsf34
 
Date d'inscription: avril 2007
Localisation: Sud est hiver et ouest été
Messages: 101
Re : Journée nationale de la prostate

Je reviens sur votre site car je viens le lire qu'il existe une méthode pour le traitement des cancers localisés.
Si cette méthode est réelle et est bien conforme aux résultats annoncés soit 97% de réussites sans opération,alors la ,la prévention peut devenir importante.
Que doivent penser les patients de cette méthode relative a des cancers débutants?
Il est question de la méthode ARTAC .
Merci de votre réponse.
radiotsf34 is offline   Réponse avec citation
Vieux 08/11/2007, 16h15   #21
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 895
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par radiotsf34
Je reviens sur votre site car je viens le lire qu'il existe une méthode pour le traitement des cancers localisés.
Si cette méthode est réelle et est bien conforme aux résultats annoncés soit 97% de réussites sans opération,alors la ,la prévention peut devenir importante.
Que doivent penser les patients de cette méthode relative a des cancers débutants?
Il est question de la méthode ARTAC .
Merci de votre réponse.


Bonjour

Ils annoncent 98% http://www.artac.info/static.php?op=...ate.txt&npds=1

Le problème est que l'absence de traitement fait pareil...

Un nombre très faible de patient atteints d'un cancer de la prostate localisé finissent par en mourir.

Accessoirement, ce traitemeht hormonal rend définitivement impuissant.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 05/12/2007, 11h07   #22
Ptit Greg
 
Messages: n/a
Re : Journée nationale de la prostate

Bonjour tout le monde et bonjour docteur,


Il y a quelques semaines j’ai fait une échographie abdominale pour une suspicion de hernie inguinale mai elle a révélé aussi un petit kyste centro-prostatique.


Pouvez vous me donner plus de précision sur cette chose !!! Car je n’arrive pas à trouver des infos dessus.


Je ne pence pas que ce soit bien grave car mon médecin ma rien dit.
Enfin j’espère car avoir des soucis de prostate à 21ans !


Merci d’avance pour vos réponses !



Ptit Greg
  Réponse avec citation
Vieux 23/12/2007, 00h55   #23
Frenchy75
 
Messages: n/a
Re : Journée nationale de la prostate

Bonjour

Dapres vous seul les cancers agressifs doivent etre traités?

Comment savoir que l'on a un cancer agressif si déja on ne veut pas savoir s'il ya cancer ou pas en ne faisant pas d'analyses

Et quand on le sait c'est qu'on a mal et des métastases osseuses ou autres

Donc si l'on vous suit pas d'analyses pas de maladies on casse en sorte le

thermometre . Etes vous sur d'etre médecin cher ami?

Jai eu un cancer de la prostate psa 9 gleason 8

On me la enlevé par ablatherm , 3 jours d'hospitalisation , pas d'incontinence pas d'impuissance et je suis débarrasse d'un cancer
qui promettait d'etre ravageur

La medecine avance et les nouveaux traitements ne sont plus mutilants encore faut il connaitre sa maladie a temps

bien a vous
  Réponse avec citation
Vieux 23/12/2007, 09h36   #24
etoile33
Membre
 
Date d'inscription: mars 2007
Messages: 461
Re : Journée nationale de la prostate

Citation:
Posté par Frenchy75
Bonjour

Dapres vous seul les cancers agressifs doivent etre traités?

Comment savoir que l'on a un cancer agressif si déja on ne veut pas savoir s'il ya cancer ou pas en ne faisant pas d'analyses

Et quand on le sait c'est qu'on a mal et des métastases osseuses ou autres

Donc si l'on vous suit pas d'analyses pas de maladies on casse en sorte le

thermometre . Etes vous sur d'etre médecin cher ami?

Jai eu un cancer de la prostate psa 9 gleason 8

On me la enlevé par ablatherm , 3 jours d'hospitalisation , pas d'incontinence pas d'impuissance et je suis débarrasse d'un cancer
qui promettait d'etre ravageur

La medecine avance et les nouveaux traitements ne sont plus mutilants encore faut il connaitre sa maladie a temps

bien a vous

Pourtant, il est dit vrai : la majorité des cancers de la prostate sont très peu agreessifs et ont juste une évolution locale elle-même très faible...
Notre prof d'uro nous avait dit que quasiment tous les hommes développent à un moment ou un autre un cancer de la prostate, et que beaucoup mourront..; mais d'autre chose...

Après, il faut adapter les solutions thérapeutiques (dont l'abstention fait partie) à chaque personne : PSA, Gleason, âge, état général...
Vous comprendrez bien qu'on ne traitera pas de la même façon un cancer de prostate chez un homme de 80ans en mauvais état général avec un PSA à 5 stable depuis plusieurs mois et un Gleason à 3 qu'une personne de 50ans avec un PSA à 12 et un Gleason à 9, avec des signes urinaires osbtructifs...

Il faut faire confiance aux médecins pour cela, ils sont tout à fait compétents pour décider du projet thérapeutique le plus adapté... D'autant plus que les traitements (prostatectomie radicale ou radiothérapie ont des effets secondaires fréquents (vous avez de la chance de ne pas les subir) dont il faut aussi tenir compte pour le choix du traitement...)

Dernière modification par etoile33 23/12/2007 à 09h40.
etoile33 is offline   Réponse avec citation
Vieux 23/12/2007, 18h09   #25
Frenchy75
 
Messages: n/a
Re : Journée nationale de la prostate

tout a fait d'accord mais quand on entend Monsieur Dupagne et d'autres on croit rever

Bien sur que beaucoup de cancers sont indolents et ne demandent pas de traitement

Personne ne prone de tout enlever et a tout va n'importe comment mais si on ne fait pas de psa il est sur que on n'aura pas de cancer de la prostate
indolent ou agressif

Je crois qu'il existe des médecins sérieux , qu'on ne les trouve pas a perorer sur le net ; a nous de les trouver et ne pas faire d'erreurs

bien a vous
  Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion Rechercher dans cette discussion
Rechercher dans cette discussion:

Recherche avancée
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.