Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > La médecine, les soignants et les soignés
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

La médecine, les soignants et les soignés Ethique médicale, bonnes ou mauvaises relations entre patients et médecins, coups de coeur ou coups de gueule médicaux, exercice professionnel : c'est ici.

Réponse
 
Outils de la discussion Rechercher uniquement dans cette discussion Modes d'affichage
Vieux 27/09/2007, 10h22   #1
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 14 837
Trou de la sécu

Tout le monde en parle : le trou de la sécu fait peur. Mais qui est le principal responsable : le labo pharmaceutique ? Le médecin ? Le patient ?
http://www.atoute.org/n/article62.html

Vous pouvez réagir à cet article dans cette discussion.
d_dupagne is online now   Réponse avec citation
Vieux 27/09/2007, 11h08   #2
drkenny
Membre
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 223
Re : Trou de la sécu

A priori, le médecin prescrit trop ... et trop de consultations se finissent par une prescription ( ce qui me parait logique : une personne vient avec des symptomes, le médecin va donc au minimum lui prescrire un traitement symptomatique ).
La relation médecin malade disparait progressivement au profit d'une relation à 3 regroupant médecin, malade et Sécu. Est ce logique ? Pas forcément car le médecin diagnostique et prescrit, le patient rémunère le médecin puis ce dernier se fait rembourser ses frais de santé ... la relation médecin Sécu ne va donc pas de soi.
Plutot que de demander aux médecins de moins prescirre, il serait plus logique de limiter le remboursement aux traitements étiologiques, ceux symptomatiques restant à la charge du patient qui pourra, après explication de son traitement par le médecin, choisir ou non de s'offrir ces médicaments. Ce n'est pas à la Sécu d'aller dire à un médecin ce qu'il a le droit de prescrire ou non et comment prescrire.
Je me vois mal prendre en compte le côté financier lorsque je rédige une ordonnance. En effet, le soucis premier est de rechercher des contre indications, des interactions ... et non de savoir combien ça coute à la Sécu.

Selon moi, soit la Sécu limite ses remboursements, soit elle augmente ses cotisations ... car demander aux médecins de moins prescrire, c'est un peu comme demander aux assurés d'être moins malade ou d'aller moins souvent chez le médecin, c'est du même ordre.

L'Etat semble oublier de plus en plus le côté libéral de la profession de médecins ... et se croit même permis de remettre en cause la liberté d'installation ... On verra ce que ça donnera mais le malaise grandissant de la profession, en particulier des jeunes ( internes et CCA ) n'est pas un signe encourageant de la santé de notre système de soin. Une grève des internes est suffisamment rare pour être soulignée ... et elle commence ce soir.
drkenny is offline   Réponse avec citation
Vieux 27/09/2007, 16h16   #3
petal_jam
Membre
 
Avatar de petal_jam
 
Date d'inscription: avril 2007
Messages: 412
Re : Trou de la sécu

Citation:
Posté par drkenny
A priori, le médecin prescrit trop ... et trop de consultations se finissent par une prescription ( ce qui me parait logique : une personne vient avec des symptomes, le médecin va donc au minimum lui prescrire un traitement symptomatique )
Pas nécessairement. Le malade peut juste avoir besoin de savoir que ce n'est pas un problème grave, pour lequel on lui reprochera par la suite de s'être auto-médicamenté, comme on a déjà vu faire ici même!
Citation:
Posté par drkenny
demander aux médecins de moins prescrire, c'est un peu comme demander aux assurés d'être moins malade ou d'aller moins souvent chez le médecin, c'est du même ordre.
Mais d'après vous on peut quand même demander au malade de REFUSER des médicaments prescrits par le médecin parce qu'ils ne sont pas remboursés? Et vous croyez que cela n'aura pas d'incidence sur la relation médecin-malade?? "Je viens avec des symptômes, il me prescrit X et Y, mais je pars sans car ils me coûteraient trop chers?" Alors pourquoi je lui ai donné mes 22 euros? Soit j'ai besoin de ces médicaments, et alors il n'est pas normal que je les paie en plus de ce me coûte déjà la sécu (c-à-d très chère ) soit je peux m'en passer. Et je ne vois pas pourquoi un bon médecin ne peut pas dire que cela va passer tout seul avec un bon grog etc. Il ne doit pas être que "dealer", que je sache! C'est cela, la confiance aussi - de savoir qu'un médecin est aussi capable de ne pas donner de médicaments.
petal_jam is offline   Réponse avec citation
Vieux 27/09/2007, 16h28   #4
drkenny
Membre
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 223
Re : Trou de la sécu

Ce n'est pas parce que vous quelque chose de bénin ou une maladie contre laquelle il n'y a pas de traitement étiologique ... qu'il n'y a pas de traitement symptomatique. prenez une infection ORL virale : ça passe tout seul effectivement mais le médecin va prescrire un décongestionnant nasal pour l'écoulement et du doliprane ... mais ne pas les prendre ne va pas interférer sur l'évolution de la maladie. C'est donc un traitement de confort.
Une personne va chez le médecin car elle recherche un diagnostic mais aussi de quoi soulager les symptomes. Que dire au patient ? Qu'il y a un traitement symptomatique mais que ça coute trop cher ?
drkenny is offline   Réponse avec citation
Vieux 27/09/2007, 18h35   #5
RBWIEL
 
Messages: n/a
Re : Trou de la sécu

Personnellement, je pense qu'il ne peut y avoir que deux types de médecine.
1. la médecine libérale à l'américaine, marchande, avec une absence totale de couverture pour les plus défavorisés et une protection facultative garantie par les compagnies d'assurances et leurs dérives, comme les bonus malus et les antécédents du malade qui ne sont pas couvert et tout autres excès directement dictés par la loi du profit à court terme.
Pour les riches et les gens trés aisés, c'est le bon système et la garantie d'avoir en toute circonstance le meilleur médecin, quelqu'en soit le prix à payer.
La couche moyenne elle est par contre prise en otage par ce type de couverture, car c'est cette majorité qui va amplement le financer sans en tirer les avantages. Il n'y a qu'à voir le film de Michael Moore, Sicko, pour comprendre la douleur d'un tel système. Ne parlons pas des pauvres, il sont exclus.

2. Une médecine encadrée, conventionnée, où le médecin est en grande partie formé grâce à la solidarité nationale, gratuitement.
Un médecin naissant et grandissant dans un tel système ne peut revendiquer, une fois formé, le droit de faire "du fric" à sa guise, sans que cette autre composante du système solidaire, la caisse d'assurance maladie ne lui impose des contraintes et des limites.

Malheureusement, dans notre pays, plutôt que de soigner, de traiter, de corriger et d'améliorer le deuxième système, qui a fait ses preuves et qui a fait la réputation de notre système de santé, nous tendons de plus en plus sous les coups de butoirs des tenants de la "médecine pognon facile" de mélanger les deux systèmes et ceci mènera inéluctablement à la faillite du système nr.2 et à la grande joie des tenants de l'ultra libéralisme, la mise en place du système nr.1.


Une société a finalement la médecine qu'elle mérite. Dans une société où le président de la république est accroc à l'argent comme aucun ne l'a été auparavant, qui en fait, à l'américaine, l'indicateur de choix de la réussite de vie, le pire est à craindre.
  Réponse avec citation
Vieux 27/09/2007, 23h19   #6
drkenny
Membre
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 223
Re : Trou de la sécu

Citation:
Posté par RBWIEL
2. Une médecine encadrée, conventionnée, où le médecin est en grande partie formé grâce à la solidarité nationale, gratuitement.
Si seulement notre formation était gratuite ... malheureusement, nous ne vivons pas dans ce système idéal de formation ... l'hopital vit n grande partie grace à l'exploitatuion des étudiants en médecine. Mais je suis d'accord avec vous sur le principe : comment compter sur des générations de médecins qui sont exploités et méprisés. Comment compter sur leur générosité alors qu'on les a méprisés tout au long de leurs études ? Améliorer la qualité de vie des externes et internes est peut être une piste ...
drkenny is offline   Réponse avec citation
Vieux 27/09/2007, 23h46   #7
Asthmageddon
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2006
Localisation: sud
Messages: 346
Re : Trou de la sécu

Citation:
Posté par RBWIEL

...où le médecin est en grande partie formé grâce à la solidarité nationale, gratuitement.

Dans quel film avez-vous vu que les études de médecine étaient plus "gratuites" que les autres. les avocats aussi font leurs études à la fac, les plombiers sont formés dans les établissements publics, alors ne mélangeons pas tout merci.
J'ai payé mon inscription à la fac pendant 6 ans, ma sécu, mes très nombreux livres, mon sthétoscope, mon marteau réflexe, mon otoscope, mes trajets, mes sabots, etc.
J'ai passé 4 ans à l'hôpital à travailler à mi-temps pour gagner entre 100 et 220 euros par mois, avec 5 semaines de congés par an, et 3 sessions de partiels par an.
Hier, j'étais de garde aux urgences, comme souvent, où je n'ai pas dormi, et à peine mangé, pendant 24h, pour un dédommagement de 21 euros.
Je ne suis pas dans l'optique du "je veux faire du fric et je me fiche du patient"., mais j'estime que j'ai largement remboursé mes études à la société. A 27 ans bientôt, j'ai peut-être enfin le droit de commencer à gagner ma vie, sachant qu'il me reste encore 5 ans de plus avant mon doctorat.
Alors, responsabiliser les médecins sur leurs prescriptions, je suis tout à fait d'accord, et je suis la première à me battre pour ça.
Par contre, dire que les médecins sont redevables à la société des merveilleues études qu'elles nous a offertes, désolée, mais je n'adhère pas, trouvez autre chose.
Ceux qui y sont arrivés ont travaillé dur pour ça, ils n'ont pas à en avoir honte.Vous parlez des médecins qui "veulent faire du fric", je suppose que vous voulez parler du secteur 2, ne coûtent pas plus chers à la sécu que les autres, c'est le patient qui paie la différence, ceci est donc hors de propos...
Pour ce qui est du sujet initial, il faut quand même aussi pensé à changer les mentalités. Quand on se dit: "je paye donc je consomme", pour rentrer dans ses frais en quelque sorte, il y a vraiment un malaise.
En France, chacun jalouse l'autre, celui qui "profite".
Alors, celui qui a un rhume peut aller s'acheter du paracétamol lui-même, mais s'il passe chez le généraliste, ce sera remboursé et ça n'est que justice après tout, parce qu'il cotise lui aussi....

Les labos de elur côté ont tout compris, ils surfent sur la vague depuis des années, ils sortent toujours un nouveau médicament révolutionnaire, et ils profitent du fait que les médecins ont peu d'accès à la formation continue pour faire passer leur produit pour le meilleur.
Alors, que faire? Les médecins sont-ils bêtes?
je ne pense pas, mais la plupart sont tellement débordés par les consultations, la paperasse, que la solution la plus simple leur paraît alors la meilleure. Et recevoir de temps en temps un visiteur médical, c'est plus facile que de lire les derniers articles avant de s'endormir...

Je doute qu'il existe vraiment une solution... avec en plus les progrès techniques actuels, qui sont pour la plupart très utiles en diagnostic ou thérapeutique, mais terriblement chers, je ne vois pas comment le déficit de la sécu pourrait se réduire...
Qui vivra verra....
Asthmageddon is offline   Réponse avec citation
Vieux 27/09/2007, 23h57   #8
drkenny
Membre
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 223
Re : Trou de la sécu

Je viens de calculer mon salaire horaire de mes 50 mois passés à l'hopital à mitemps : moins de 2E/H ... et encore, j'ai sousestimé mon nombre d'heures travaillées.
La fac permet de passer ses examens au niveau local mais pas l'internat. Pour me préparer à l'internat, j'ai dépensé facilement 3000 à 4000 E .. en plus de l'inscription à la fac ( foc où je n'allais que pour passer des exams ). Cette année, je vais payer 442 E d'inscription à la fac pour ne même pas avoir 1H de cours par semaine.
On se fout de qui est disant que l'Etat nous offre nos études ? Vous vous basez sur quoi pour affirmer que l'on doit tant à l'Etat ?
drkenny is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/09/2007, 00h05   #9
Sybille
Sybille
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 2 078
Re : Trou de la sécu

Citation:
Posté par drkenny
Ce n'est pas parce que vous quelque chose de bénin ou une maladie contre laquelle il n'y a pas de traitement étiologique ... qu'il n'y a pas de traitement symptomatique. prenez une infection ORL virale : ça passe tout seul effectivement mais le médecin va prescrire un décongestionnant nasal pour l'écoulement et du doliprane ... mais ne pas les prendre ne va pas interférer sur l'évolution de la maladie. C'est donc un traitement de confort.
Une personne va chez le médecin car elle recherche un diagnostic mais aussi de quoi soulager les symptomes. Que dire au patient ? Qu'il y a un traitement symptomatique mais que ça coute trop cher ?
Est-ce normal de consulter un professionnel à bac+6 ou 10 ou plus pour un "traitement de confort" qui, de plus, peut être remplacé par dix recettes gratuites de bon sens?
A y penser, je ne vois nulle part ailleurs que dans le corps médical un usage aussi incohérent des compétences. On ne demande pas à un magistrat d'Assises de régler des problèmes de voisinage, à un chercheur d'enseigner aux Maternelles, etc. Pourquoi les médecins, généralistes inclus, se retrouvent-ils à perdre leur temps et leur science dans un système où finalement les deux perdent de leur valeur et de leur utilité?
Sybille is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/09/2007, 00h15   #10
drkenny
Membre
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 223
Re : Trou de la sécu

Bonne question ... et c'est pour cela que je ne fais pas médecine générale ...
Que proposez vous à la place ? Je ne pense pas qu'un médecin prenne du plaisir à prendre un charge un rhume ( car il ne pourra même pas le soigner, comble de l'ironie ! ). On peut se demander surtout pourquoi une personne vient consulter pour un rhume. Rares sont les médecins qui refusent un patient sous prétexte que son problème médical n'est pas sérieux. Par intéret financier ? Je ne pense pas. Par crainte de poursuite judiciaire et autre scandale ? C'est plus probable.

En revenant au sujet : j'avais lu sur ce forum ou sur un autre que les prescriptions des médecins généralistes exerçant en libéral ( ceux stigmatisés par les déclarations du gouvernements ) ne représentaient même pas 10% ( pour ne pas écrire 5% ) des dépenses de santé. Les économies engendraient par un controle stricte des prescriptions des médecins généralistes ne permettrait donc d'économiser à peine quelques 100° de millions d'E alors qu'on parle de milliards de déficit ...

Dernière modification par drkenny 28/09/2007 à 00h22.
drkenny is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/09/2007, 09h14   #11
lune69
Membre
 
Avatar de lune69
 
Date d'inscription: octobre 2005
Localisation: dans le Sud-Est
Messages: 2 037
Re : Trou de la sécu

C'est vrai qu'il est indéniable que la politique des labos est de sortir tout le temps de nouveaux médicaments,pas forcément meilleurs que les anciens, mais plus chers.
Le problème, à mon sens, vient des médecins influençables, mal renseignés voire incités par des moyens pas bien honnêtes à mon sens ( invitation à des colloques dans des endroits paradisiaques équipés de structure d'hébergement, de restauration, etc...de luxe). Un de mes anciens patrons ne faisaient malheureusement presque que ça et laissaient tomber son service...sauf pour dire à son équipe : "maintenant on utilise plus tel médicament, mais celui-là" à chaque retour de colloque.
Bref, ce qui pourrit tout et creuse le trou de la sécu, c'est une histoire de gros sous !
Bon, il y a aussi le comportement des gens : j'en connais un qui se fait régulièrement arrêté 8-15 jours pour son dos. En fait, c'est pour partir en vacances faire de la montagne ou rénover son habitation ! Et ça aussi, ça coute cher à la sécu...
lune69 is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/09/2007, 09h29   #12
RBWIEL
 
Messages: n/a
Re : Trou de la sécu

Je n'ai pas écris que la formation d'un médecin était gratuite dans notre système, mais qu'elle était, en grande partie, prise en charge par lae système de solidarité nationale.
Juste en rappel, une année d'étude de médecine aux Etats Unis peut couter plusieurs dizaines de milliers de dollars selon les universités.
  Réponse avec citation
Vieux 28/09/2007, 11h56   #13
Zybulka
Membre
 
Date d'inscription: avril 2006
Messages: 19
Re : Trou de la sécu

Bonjour,

Je suis très choquée par cette proposition, et je m'étonne que personne n'ait relevé :

Citation:
Posté par drkenny
Plutot que de demander aux médecins de moins prescirre, il serait plus logique de limiter le remboursement aux traitements étiologiques, ceux symptomatiques restant à la charge du patient qui pourra, après explication de son traitement par le médecin, choisir ou non de s'offrir ces médicaments.

Je pense que tout dépend comment on définit la médecine (et corollairement, la santé). Mais il me semble que l'un des objectifs de la médecine, c'est d'empêcher que la maladie ne pourrisse la vie du patient, et pas seulement d'empêcher que la maladie le tue. Penser le contraire me paraît très réducteur.

Je prends mon exemple (parce que c'est celui que je connais le mieux !) : j'ai de l'eczéma. Il est bien connu qu'il n'existe pas de traitement "de fond", mais qu'on peut juste agir sur les symptômes, et que de toute façon, on ne guérit pas (contrairement au rhume).

Même si je vais mieux maintenant, je continue de suivre un traitement, qui permet de me conserver une qualité de vie correcte. Alors c'est vrai que l'eczéma ne met pas ma vie en danger, et donc mon traitement est "de confort", comme le prétend drkenny. Mais sans traitement, je suis rouge vif, la peau arrachée de partout, et c'est tout bonnement invivable. (et par ailleurs, je suis sûre que les conséquences de l'absence de traitement symptomatique coûte plus cher à la sécu, parce qu'après c'est arrêt de travail, dépression, risque de surinfection... Plus cher qu'un peu de cortisone...)

Bref, je trouve cela inquiétant de considérer que la médecine a juste vocation à éradiquer la maladie : vu le nombre de maladies qu'on ne sait pas guérir, il me paraît important que la médecine vise aussi à assurer la meilleure qualité de vie possible aux personnes malades, même s'il s'agit de maladies qu'on ne sait pas soigner.

Après, par rapport au sujet plus général du topic, je trouve l'article assez convaincant mais malheureusement un peu désespérant aussi : en gros, il n'y a pas de solution au problème, vu que (schématiquement) l'argent qui "troue" la sécu se retrouve dans la poche des labos, et au lieu de s'interroger sur le bien-fondé de tout ça et de son intérêt pour le patient, on envisage de faire financer ce trou non par la sécu, mais par les malades. Ce qui ne change rien au fond du problème, mais qui aggrave les inégalités entre malades et bien-portants.

Et pourtant, si on met en balance les recettes de la sécu (donc en gros les cotisations sécu), voire aussi celles des mu.tuelles (si on envisage un système 100% solidaire) et les besoins réels pour assurer une médecine de qualité, ça paraît équilibré.

Le tout, c'est que de nombreuses dépenses de "santé" n'ont pas de réel intérêt en matière de santé, et donc quoi qu'on puisse faire pour "assainir les comptes de la sécu", il y aura toujours un déficit structurel (qu'il soit financé par les deniers publics ou par les malades), puisqu'il y a là une aubaine énorme pour les labos.

Ce que je trouve inquiétant, c'est que les labos aient le droit de mettre sur le marché des médicaments similaires à d'autres qui sont moins chers et probablement moins risqués en matière d'effets secondaires, et d'avoir dessus un nouveau brevet. Et aussi que les médecins, dans l'ensemble, aient suffisamment peu de sens critique pour évaluer le réel bénéfice d'un nouveau médicament par rapport aux anciens. Mais tout ça ne fait pas beaucoup avancer les choses...
Zybulka is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/09/2007, 14h33   #14
drkenny
Membre
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 223
Re : Trou de la sécu

Demander que les médecins réduisent leurs prescriptions revient à limiter la prescription des traitements symptomatiques. Est ce au médecin ou au patient de choisir quel médicament va à la poubelle ?
drkenny is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/09/2007, 16h40   #15
Zybulka
Membre
 
Date d'inscription: avril 2006
Messages: 19
Re : Trou de la sécu

Rebonjour,

Citation:
Posté par drkenny
Demander que les médecins réduisent leurs prescriptions revient à limiter la prescription des traitements symptomatiques.

Ce n'est pas ce que vous aviez dit. Vous aviez parlé de supprimer (et non limiter) le remboursement des traitements symptomatiques.

En ce qui me concerne, il n'y a pas un type de traitement à supprimer, simplement supprimer les médicaments dont l'efficacité n'est pas prouvée ou ceux qui sont plus chers que d'autres pour un effet équivalent.

Citation:
Posté par drkenny
Est ce au médecin ou au patient de choisir quel médicament va à la poubelle ?

Eh bien, très franchement, quand on voit la surprescription qui est de mise aujourd'hui (et je pense que personne n'ira me contredire là-dessus), je me demande si les médecins (de façon générale, bien sûr cela ne concerne pas tous les médecins) ont encore suffisamment de recul et d'objectivité pour choisir les médicaments qui valent le coup/coût d'être prescrits.

Je ne dis pas pour autant que le patient en est plus capable. Mais je constate que quand je vais chez le médecin pour un truc pas grave (typiquement quand je me fais mal en faisant du sport, genre entorse ou déchirure, mais pas facile de savoir tout seul), et bien je ressors toujours avec une ordonnance. Et pourtant j'ai beau préciser que je viens juste pour avoir un diagnostic et savoir par exemple si je dois attendre avant de reprendre le sport ou si ça va guérir tout seul même si je sollicite le muscle en question, ben j'ai forcément une ordonnance quand même. Je trouve ça ennuyeux.
Zybulka is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/09/2007, 19h06   #16
RBWIEL
 
Messages: n/a
Re : Trou de la sécu

Récemment chez mon médecin, je renouvelle une ordonnance de Mopral.
Mon médecin me propose à la place de l'Inexium. Ayant une formation en
pharmacie, je lui rétorque que cette molécule n'apporte rien d'autre qu'un trou supplémentaire à la sécu.
Il m'a sorti un baratin qui ne tenait pas la route et m'a fait une ordonnance d'Inexium. A croire qu'il allait toucher un pourcentage des ventes d'Inexium.
Aujourd'hui je suis de retour en générique Mopral, pour lui avoir raconter une
histoire d'intolérance inventée de toute pièce.

Polytraumatisé à plusieurs reprise, souffrant d'ALD, je suis malheureusement une charge évidente pour la sécu, mais je pourrais écrire un livre sur l'incompétence qui se répand vitesse grand V chez les médecins en France y compris les spécialistes.
  Réponse avec citation
Vieux 28/09/2007, 19h19   #17
rhea-silvia
 
Messages: n/a
Re : Trou de la sécu

trou de la secu : pas que les labos , les transports en ambulance injustifies
souvent , des examens biologiques ou radiologiques prescrits "à gogo" à une epoque
ma peur : pour faire des economies , et "meriter" l'augmentation de leur consultation
que les generalistes fassent "rempart" aux specialistes , et economisent sur les examens complementaires
certains etaient prescrits de façon abusive mais ... attention de ne pas tomber dans l'exces contraire
il faut faire ceux dont les patients ont besoin ni plus ni moins
  Réponse avec citation
Vieux 29/09/2007, 10h42   #18
arsinoé
 
Messages: n/a
Re : Trou de la sécu

Bonjour à tous,

Et si nous parlions des exonérations de cotisations pour les employeurs et des sommes restant dues par l'Etat en tant qu'employeur lui-même !
Le trou de la sécu est agité comme un chiffon rouge sous notre nez pour nous faire accepter la privatisation du système de santé.
Il est souvent parlé des abus dans la pratique médicale et des malades. Je supporte mal cette culpabilisation ambiante. Il me semble que les études des médecins devraient être revue de A jusqu'à Z, que les médecins puissent bénéficier d'une formation permanente au lieu qu'elle soit faite par les représentants de marchands de médicaments !
La démarche du pouvoir en place (que nous avons élu !) consiste à faire payer les malades, ce qui conduit à l'abandon de la solidarité nationale en matière de santé au profit financier des assurances privées !
  Réponse avec citation
Vieux 01/10/2007, 03h51   #19
Autresoir
Membre
 
Avatar de Autresoir
 
Date d'inscription: mai 2007
Localisation: Maine
Messages: 3 659
Re : Trou de la sécu

Citation:
Posté par d_dupagne
Tout le monde en parle : le trou de la sécu fait peur. Mais qui est le principal responsable : le labo pharmaceutique ? Le médecin ? Le patient ?
http://www.atoute.org/n/article62.html

Vous pouvez réagir à cet article dans cette discussion.

C'est vrai, on peut réagir en déversant des torrents de bile sur tout en chacun ? Trop coooool !


Alors voilà, on va faire dans l'approche sytémique, holiste quoi, ça fait sérieux et penseur.

Tout d'abord nous allons jeter l'anathème sur le DDD, parce que ça fait du bien de se rebeller, et aussi tout de même parce que pour une discussion ouverte, ben il a encadré sévère le sujet : "le labo ? Le médecin ? Le patient ?"

Pour commencer vite fait, je fais remarquer qu'un médecin qui part en retraite ne revend pas une "patientèle", mais bel et bien une clientèle.

Et aussi : "la santé n'a pas de prix."

*

Mais mon propos est ailleurs : je me place haut sur la montagne comme un Jean Ferrat de la pensée médicale, et j'accuse ! : l'Assureur.

Car c'est à l'Assureur de veiller à ce qu'il n'y ait pas de dérapage, à mon sens. Ce doit être lui l'arbitre.

Bon hop je balaie d'un revers de main ample les exonérations de charges (vaut mieux du travail au noir généralisé ?), les médecins véreux (ben oui mais y'a toujours des gens véreux, non ?), les labo qui s'en foutent plein les fouilles (ben c'est leur but, quand même !)

Et j'affirme le pied granitiquement résolu que l'arbitre de tout ce système doit être l'Assurance elle-même, comme cela se pratique dans les autres risques. Ne serait-ce que parce que c'est elle qui perd de la thune, personne d'autre.

Je le sais, cette Assurance est publique ; son but n'est pas de faire des profits, ce qui explique son déficit rémanent. Mais : y'a déficit et déficit ! Et là elle pousse loin !

Donc, suivant son cahier des charges, c'est à elle de traquer le client abusif, le réparateur lourd en factures (car je n'ignore pas l'attrait qu'ont les médecins à être métaphorisé à de simples garagistes...) ou le fournisseur de pièces qui marge un peu trop lourd.

J'étaie mon propos d'un exemple, qui n'a bien sûr pas valeur de démonstration mais qui éclairera ma pensée.
Un habile artisan de la sarthe, commerçant hors pair, fabriquait des prothèses en métal, pour le genou ou la hanche je ne sais plus trop.
Elles valaient entre 10 et 100 fois plus cher que celles de ses concurrents, et pourtant elles étaient énormément prescrites. Faut dire, des chirurgiens du Mans avaient apportés des modifications judicieuses(disons une vis en plus, bien placée ...)
Alors nos vaillants chirurgiens ne touchaient pas du tout un dessous de table, mais une commission ou des honoraires, en tant qu'inventeurs brevetés. Et tout allait bien et tout le monde partait aux Seychelles.

Bon ben l'Assurance maladie a "fini" par trouver ça curieux au bout de deux ou trois ans, et elle a porté plainte.
En premier jugement (au Mans), elle s'est faite débouter sous le prétexte qu'elle n'avait qu'à faire son boulot à temps, c'est à dire débusquer les magouilles. Formellement les autres avaient assurés.
En appel, on lui a par contre donné raison et le commerçant a eu un peu d'ennuis et une amende ; par contre les chirurgiens "inventeurs" rien, nib.

*

A présent je vais décrire un parcours lambda :
On va voir un médecin, ça coûte 20 euros. (oui, 22)
Avant en plus, on pouvait le faire déplacer chez soi, ça évitait de s'emm.. dans la salle d'attente, c'était cool : on bricolait en paix chez soi en attendant son arrêt de travail.

Après cette visite, on fonce chez le pharmacien, et là ça ne coûte rien, génériques ou pas. On sort sa carte Vitale, c'est mieux qu'une carte bleue parce qu'il n'y a pas de plafond.
Un ami pharmacien, sans officine, reste pantois du volume (en prix) que certains p'tits vieux emportent. Ils veulent toute l'ordonnance prescrite. Pour eux ce n'est pas grave, ils rapporteront dès la semaine suivante ce qui est inutilisé, pour que ce soit donné aux pays pauvres : ils font de l'humanitaire.

J'ai aussi vu un pharmacien râler parce qu'il lui avait fallu payer son lecteur de carte Vitale (alors que les médecins blablabla...) J'étais en forme, je lui ai rétorqué que dans notre boulot aussi on payait nous-mêmes nos ordinateurs, que c'était tout aussi scandaleux. Et que comme lui j'étais entièrement d'accord pour une privatisation totale de l'Assurance maladie !
Heu ben non a-t-il rétorqué, ce n'était pas tout à fait ce qu'il avait voulu dire , je l'aurai mal compris, un vague mouvement d'humeur passager de sa part...
Tu m'étonnes.

*

Je suis lancé alors je continue :
On se retrouve quelquefois en clinique pour se faire enlever un p'tit bouton. Éh ben pan : anesthésie générale, de toute façon et pour tout le monde. Zou !
Si on demande une anesthésie locale, ça fait plaisir à l'anesthésiste avec qui on papote, parce que ça le change et que je le soupçonne de pas trouver ça plus idiot, par contre l'opérateur (oups pardon le chirurgien) ben il préfére opérer un tas de viande.
Il préfère cela parce qu'en plus il peut papoter librement des impôts écrasants, et de sa femme qui a déprimé aux Seychelles.

*

Donc j'en reviens à la régulation par l'Assureur, rapport à ce que c'est lui qui douille. Dans notre cas (notre "système"), pas de problème : il y a un trou de la sécu et hop, un p'tit coup d'impôts.

Cependant, je précise qu'en tant que comptable, j'exécute les bulletins de salaires et donc je lis les sommes versées à l'Assurance. En plus je fais en sorte que cela soit décrit le plus proprement possible, mais je tout le monde s'en fiche et moi le premier quand je touche mon salaire écrit de ma main.

J'ajoute donc : pourquoi ne pas donner tout cet argent d'assurance directement aux salariés, à charge pour eux de le verser par eux-mêmes à l'Assurance Maladie ? Ben oui, c'est eux les assurés quand même !
On rigolerait ! (moins)

*

Bon mais ce n'est pas la tendance, on veut prélever les impôts à la source. Pourquoi pas le loyer, l'éléctricité, le gaz, les crédits, l'assurance auto ?
C'est sûr ça préserve mon boulot mais bof bof bof.


Dernière modification par Autresoir 01/10/2007 à 05h51.
Autresoir is offline   Réponse avec citation
Vieux 01/10/2007, 09h22   #20
rhea-silvia
 
Messages: n/a
Re : Trou de la sécu

Bonjour

Jacques : beaucoup d'humour et de verites !!!
  Réponse avec citation
Vieux 03/10/2007, 16h41   #21
Pseudonyme
Banni(e) pour comportement inadapté
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: Paris
Messages: 359
Le "trou de la sécu" n'est pas une fatalité mais la conséquence de choix idéologiques

"Il faut sauvegarder d’urgence la partie recettes de l’assurance maladie. C’est-à-dire réintégrer l’argent qui lui revient, dont les dettes de l’Etat (plus de 5 milliards d’euros). Mais aussi récupérer la totalité des taxes sur l’alcool et le tabac qui ne sont pas versées intégralement (3 milliards d’euros). Il faut enfin lutter contre les niches fiscales, en taxant par exemple les stock-options. Rien que cela, c’est l’équivalent du déficit de toute la Sécurité sociale pour l’année 2007."

"En 2005, les exonérations de charges patronales ont représenté, pour les finances de la Sécurité sociale, un manque à gagner de près de 20 milliards d'euros, plus de six fois le montant de 1993."

Source : http://www.google.fr/search?hl=fr&q=...e+Google&meta=, 1er & 3ème résultat.
Pseudonyme is offline   Réponse avec citation
Vieux 03/10/2007, 17h08   #22
RBWIEL
 
Messages: n/a
Re : Le "trou de la sécu" n'est pas une fatalité mais la conséquence de choix idéolog

Citation:
Posté par Yo!
"Il faut sauvegarder d’urgence la partie recettes de l’assurance maladie. C’est-à-dire réintégrer l’argent qui lui revient, dont les dettes de l’Etat (plus de 5 milliards d’euros). Mais aussi récupérer la totalité des taxes sur l’alcool et le tabac qui ne sont pas versées intégralement (3 milliards d’euros). Il faut enfin lutter contre les niches fiscales, en taxant par exemple les stock-options. Rien que cela, c’est l’équivalent du déficit de toute la Sécurité sociale pour l’année 2007."

"En 2005, les exonérations de charges patronales ont représenté, pour les finances de la Sécurité sociale, un manque à gagner de près de 20 milliards d'euros, plus de six fois le montant de 1993."

Source : http://www.google.fr/search?hl=fr&q=...e+Google&meta=, 1er & 3ème résultat.


C'est trés mal parti. Lundi entrait en vigueur la nouvelle disposition d'exonération de charges sociales des heures supplémentaires. Si environ 40% de la France était passé aux 35h, avec la nouvelle disposition c'est la généralisation de ce dispositif.
Je m'explique.
Jusqu'à lundi je travaillais 44 heures par semaine sans heures supplémentaires déclarées. Depuis lundi mon employeur me fait passer à 35H plus 9 heures supplémentaires. Résultat: 9 heures de cotisations sociales par semaine de perdues multipliées par les 140 employés de cette société et vraisemblablement par des millions d'employés à travers l'héxagone.

Donc pour combler le trou c'est mal parti, par contre pour augmenter les bénéfs de mon employeur, y a pas photo.
Le paradoxe dans l'histoire, c'est que Nicholas 1er, ardent pourfendeur des 35 heures, sera la président qui les aura généralisé et je n'entends plus Parisot sur ce dossier. Bizarre!!
  Réponse avec citation
Vieux 05/10/2007, 14h21   #23
che76
 
Messages: n/a
Re : Trou de la sécu

TROU DE LA SECU LES VRAIS RESPONSABLES !

Y en a marre de culpabiliser les malades du trou de la sécu, une fois encore il faudrait que les médias prennent le temps d’analyser la situation de voir qui sont les vrais coupables, mais voila on attaque pas le monde médical de peur de se prendre un procès !!

Plusieurs exemples de fraudes et de responsabilité.

Les médecins ont obtenu encore 1€ sur la visite ce qui fait 5% qui dit mieux dans le milieu du travail ?les dentistes 34% l’année dernière, et que dire d’une pique de trois injection de liquide synovial fait par un chirurgien traumatologue qui prend 80€ plus la location d’une salle en clinique de 200€ plus 30€ de ma poche pour une seule injection, coût total 840€ pour toris injections ?j’ai fais la même injection par un rhumatologue dans son cabinet, coût, 120€ remboursée, différence 620€ payé par la sécu ?a savoir aussi que toute la chaîne médicale profite de la manne de la sécu.

Les médecins, les pharmaciens et surtout les labos qui ont augmenté les génériques jusqu'à 240% pour certain !que dire des hôpitaux des pharmaciens et des cliniques qui facturent à la sécu des accidents du travail en maladie dans le public alors que ce sont aux assurances de payer, j’ai déjà fait plusieurs fois l’expérience, et la croix était mise en maladie, même au CHU et je ne compte pas les dessous de table des spécialiste qui se plaignent de ne pas gagner assez?

Alors arrêtons de diaboliser le malade pour favoriser les trusts médicaux, mais que fait la DASS et le Ministère de la santé ?

Par expérience, ma fille suivi pendant 7 ans au CHU, à chaque visite, 36 étiquettes faîtes a son nom pour une utilisation de 4 au maximum, faisons le calcul, 70 mois par 36 étiquettes font 2520 multiplié par le nombre de patient ça représente quand même, j’ai écrit au directeur du CHU, réponse : il reviendrait trop cher de changer le logiciel, a mourir de rire si ce n’était notre argent qui n’était pas en jeu.

Alors messieurs les élus députés et autres ouvrez les yeux et faites votre boulot sérieusement, au prix que vous être payés vous pourriez faire un effort.

JM TOULLELAN
  Réponse avec citation
Vieux 05/10/2007, 15h51   #24
RBWIEL
 
Messages: n/a
Re : Trou de la sécu

Citation:
Posté par che76
TROU DE LA SECU LES VRAIS RESPONSABLES !

Y en a marre de culpabiliser les malades du trou de la sécu, une fois encore il faudrait que les médias prennent le temps d’analyser la situation de voir qui sont les vrais coupables, mais voila on attaque pas le monde médical de peur de se prendre un procès !!

Plusieurs exemples de fraudes et de responsabilité.

Les médecins ont obtenu encore 1€ sur la visite ce qui fait 5% qui dit mieux dans le milieu du travail ?les dentistes 34% l’année dernière, et que dire d’une pique de trois injection de liquide synovial fait par un chirurgien traumatologue qui prend 80€ plus la location d’une salle en clinique de 200€ plus 30€ de ma poche pour une seule injection, coût total 840€ pour toris injections ?j’ai fais la même injection par un rhumatologue dans son cabinet, coût, 120€ remboursée, différence 620€ payé par la sécu ?a savoir aussi que toute la chaîne médicale profite de la manne de la sécu.

Les médecins, les pharmaciens et surtout les labos qui ont augmenté les génériques jusqu'à 240% pour certain !que dire des hôpitaux des pharmaciens et des cliniques qui facturent à la sécu des accidents du travail en maladie dans le public alors que ce sont aux assurances de payer, j’ai déjà fait plusieurs fois l’expérience, et la croix était mise en maladie, même au CHU et je ne compte pas les dessous de table des spécialiste qui se plaignent de ne pas gagner assez?

Alors arrêtons de diaboliser le malade pour favoriser les trusts médicaux, mais que fait la DASS et le Ministère de la santé ?

Par expérience, ma fille suivi pendant 7 ans au CHU, à chaque visite, 36 étiquettes faîtes a son nom pour une utilisation de 4 au maximum, faisons le calcul, 70 mois par 36 étiquettes font 2520 multiplié par le nombre de patient ça représente quand même, j’ai écrit au directeur du CHU, réponse : il reviendrait trop cher de changer le logiciel, a mourir de rire si ce n’était notre argent qui n’était pas en jeu.

Alors messieurs les élus députés et autres ouvrez les yeux et faites votre boulot sérieusement, au prix que vous être payés vous pourriez faire un effort.

JM TOULLELAN

Mais qui alors va payer les Porsche Cayenne des chirurgiens, si ce n'est la Sécu.
Mais comme ces même médecins sont pas mal représentés à l'Assemblée Nationale, ce type de comportement n'est pas près de changer. Le lobby veille au grain!!
  Réponse avec citation
Vieux 05/10/2007, 19h00   #25
blueberry
Membre
 
Avatar de blueberry
 
Date d'inscription: mai 2007
Messages: 362
Re : Trou de la sécu

Bonsoir chers révoltés !!

Bein y'a du souci à se faire, hein??? Faut dire un ou deux trucs aussi : j'ai appris qu'il existe l'offre et la demande en économie (ça remonte à loin les cours et j'en avais rien à faire à l'époque...).

Alors, voilà, il faudrait savoir ce que l'on se veut, aussi : on veut vivre plus vieux (ou d'autres s'en chargent pour nous...ex : les labos qui produisent les médocs miracles ) mais on (la France) n'a pas les moyens financiers d'assumer (ou alors ils sont utilisés ailleurs): les médecins et infirmièr(e)s sont en grèves car mal payés, donc ceux qui envisageaient le métier sont découragés et du coup, y'a plus grand monde dans les écoles d'inf. ou en fac de médecine, donc, ce sont les "anciens" qui se coltinent tout le boulot, et qui font encore grève......

C'est aussi un engrenage épouvantable dans lequel tout le monde est pris : Fumer nuit gravement à la santé....l'abus d'alcool est dangereux pour la santé......surveillez votre cholestérol....la télé (et le reste)nous le rappelle au moins 50 fois par jour!!!

Oui, mais si plus personne ne meurt, et que tous les vieux développent des maladies irréversibles (alzheimer, parkinson, cancers,et même démense sénile) et qu'ils doivent être soignés (déontologie médicale...) ou placés et pris en charge à 100% par la Sécu (soit à 99% par les autres qui vont à peu près bien), le trou de la sécu n'est pas près d'être rebouché !!! En plus, on est tous (sauf les riches) de plus en plus pauvre et on pourra tous bénéficier de la CMU d'ici 15 ans : qui paiera ??? Ah ! Bein non, la CMU sera supprimée pour palier à ce problème ! Alors, on fait quoi ??? On arrêtes de soigner les gens qui ont une maladie grave ou les plus de 85 ans??? (tout en gardant, quand même, les traitements de confort, bien sûr, on n'est pas vaches!!!).

En tout cas, je souhaite bon courage à celui qui aura les cou*lles de faire en sorte que ça s'arrange (pour de vrai)!!!

Sue ces paroles, bonne soirée à vous !
blueberry is offline   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion Rechercher uniquement dans cette discussion
Rechercher uniquement dans cette discussion:

Recherche avancée
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.