Forum médical Atoute.org

Recherche :
Derniers articles publiés :

Précédent   Forum > Conférence Principale > La médecine, les soignants et les soignés
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

La médecine, les soignants et les soignés Ethique médicale, bonnes ou mauvaises relations entre patients et médecins, coups de coeur ou coups de gueule médicaux, exercice professionnel : c'est ici.

Réponse
 
Outils de la discussion Rechercher uniquement dans cette discussion Modes d'affichage
Vieux 13/02/2012, 13h23   #626
castor
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par gourbet
Exact c'est la présentatrice du journal TV 19/20 qui dit de la Belgique : "Un pays exemplaire en ce domaine".

J'ai du mal à croire que la sécu française rembourse 2500 € par mois de transport pour que ces enfants puissent aller en Belgique ?

J'ai trouvé plusieurs témoignages ou articles citant ce chiffre. Ce qui me semble étonnant, puisque la durée du trajet vers l'école belge est forcément variable. A moins que ce ne soit un montant maximum.


http://dupuiselise.canalblog.com/arc.../10/index.html
  Réponse avec citation
Vieux 13/02/2012, 17h31   #627
Valérianne
 
Messages: n/a
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Autisme : la psychanalyse désavouée par la Haute Autorité de Santé :
http://www.lexpress.fr/actualite/sci...ors_picks=true
  Réponse avec citation
Vieux 13/02/2012, 18h35   #628
gourbet
 
Messages: n/a
Service public sur France inter : Autisme: la psychanalyse en question

mercredi 15 février 2012 de 10 H à 11 H.

http://www.franceinter.fr/emission-s...se-en-question






Pour (re)écouter l'émission :

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=286777

Dernière modification par gourbet 15/02/2012 à 21h09.
  Réponse avec citation
Vieux 18/02/2012, 15h06   #629
coldman
Membre
 
Date d'inscription: août 2010
Messages: 356
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

A voir : http://jt.france3.fr/1920/

A 15m27s.

Je ne sais pas ce que cela vaut et surement pas mal de scepticisme surement.
coldman is offline   Réponse avec citation
Vieux 18/02/2012, 18h01   #630
castor
 
Messages: n/a
Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par coldman
A voir : http://jt.france3.fr/1920/

A 15m27s.

Je ne sais pas ce que cela vaut et surement pas mal de scepticisme surement.

Je ne suis pas convaincue du tout.

Dans ce témoignage, la maman dit que son fils "est devenu" autiste à 18 mois. ça ne ressemble pas du tout ni aux témoignages des parents d'enfants autistes, ni à ce qu'en disent les professionnels.

D'autre part, les positions de Luc Montagnier me laissent plus que sceptique.

Ses déclarations sur le SIDA, qui serait causé par la malnutrition.





Biorésonance, médecine quantique, mémoire de l'eau...





Cette hypothèse d'une inflammation de la muqueuse intestinale, qui deviendrait perméable à des toxines microbiennes, à des produits de digestion incomplète du lactose, de la caséine, du gluten et qui serait la cause de toutes sortes de maladies : fibromyalgie, tendinites... et maintenant autisme ?

http://montagnier.org/Autisme-la-piste-microbienne

Il n'est pas du tout exclu que les substances polluantes de notre environnement jouent un rôle dans l'autisme, ce qui expliquerait l'augmentation de sa prévalence. Mais ces médecins du chronimed vont un peu vite en besogne. Leur explication est trop simpliste. C'est une hypothèse, mais ils en parlent comme si c'était un fait.

Voir par exemple, cet interview

http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=255
  Réponse avec citation
Vieux 18/02/2012, 18h50   #631
gourbet
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
castor : il n'est pas du tout exclu que les substances polluantes de notre environnement jouent un rôle dans l'autisme, ce qui expliquerait l'augmentation de sa prévalence. Mais ces médecins du chronimed vont un peu vite en besogne. Leur explication est trop simpliste. C'est une hypothèse, mais ils en parlent comme si c'était un fait.



Sur blog chronimed, il y a un billet beaucoup moins affirmatif :

http://chronimed.over-blog.com/
  Réponse avec citation
Vieux 20/02/2012, 19h10   #632
gourbet
 
Messages: n/a
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Créé le 20-02-2012 à 17h38 -
Autisme: des différences cérébrales visibles dès 6 mois. Des différences de développement dans le cerveau d'enfants autistes se manifestent très tôt, révèle une étude, entre 6 mois et 2 ans.


http://www.sciencesetavenir.fr/sante...es-6-mois.html
  Réponse avec citation
Vieux 20/02/2012, 19h54   #633
orion
Dyslexique
 
Avatar de orion
 
Date d'inscription: décembre 2005
Localisation: lyon
Messages: 10 482
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par gourbet
Créé le 20-02-2012 à 17h38 -
Autisme: des différences cérébrales visibles dès 6 mois. Des différences de développement dans le cerveau d'enfants autistes se manifestent très tôt, révèle une étude, entre 6 mois et 2 ans.


http://www.sciencesetavenir.fr/sante...es-6-mois.html


tu chuchotes ?
__________________
Deleuzien ....pratiquant !
orion is offline   Réponse avec citation
Vieux 22/02/2012, 15h35   #634
castor
 
Messages: n/a
Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Une vraie guerre actuellement dans les journaux et sur les blogs. Un à 2 articles paraissent tous les jours sur l'autisme et la psychanalyse.

Un article très intéressant dans Le Monde.

http://www.lemonde.fr/idees/article/...6803_3232.html

Et une illustration de cet article

http://www.romandie.com/news/n/_Auti...0220120802.asp

Dernière modification par castor 22/02/2012 à 15h57.
  Réponse avec citation
Vieux 29/02/2012, 17h22   #635
d_dupagne
Administrateur et responsable légal du site
 
Avatar de d_dupagne
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: France
Messages: 13 437
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Bonjour
On me signale ce manifeste http://bonnespratiquesenpsychiatrie....tiques-en.html
d_dupagne is offline   Réponse avec citation
Vieux 02/03/2012, 02h07   #636
people
Membre
 
Date d'inscription: mars 2012
Messages: 4
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

si les psychanalystes sont conspués aujourd'hui c'est qu'ils avaient pris le pouvoir dans les institutions, c'était devenu un dogme.
mais là je pense que les méthodes ABA vont faire leur révolution et prendre le pouvoir à leur tour avec le soutien actif des parents bien trop mis à l'écart quand ce n'était pas pire!
je suis psychiatre et "agnostique", je "tatonne" avec tous mes patients, j'y vais sur la pointe des pieds par petites touches de ci de là, empruntant à la psychanalyse, aux TCCs, aux méthodes nouvelles ou anciennes et je me fie beaucoup aux perceptions des parents pour avancer avec eux.
on n'a pas le temps pour ce genre de débats quand on a un enfant autiste et ses parents qui appellent à l'aide, il faut engager de soi!
people is offline   Réponse avec citation
Vieux 03/03/2012, 12h29   #637
castor
 
Messages: n/a
Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

...

Dernière modification par castor 03/03/2012 à 12h36.
  Réponse avec citation
Vieux 03/03/2012, 12h34   #638
castor
 
Messages: n/a
Re: Re : Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par castor
.

La Belgique ne prétend pas faire mieux en matière d'autisme. Ce sont les Français qui le disent. Moi, je n'étais pas au courant.

l.

La Belgique ne fait mieux que la France que dans la mesure où l'enseignement spécialisé accueille les enfants autistes.

Sinon, c'est pareil chez nous. En Wallonie, seulement. En Flandre la psychanalyse est en perte de vitesse.

Voici le témoignage d'une maman belge.

http://autismeinfantile.com/temoigna...acha-et-cindy/
  Réponse avec citation
Vieux 03/03/2012, 12h36   #639
castor
 
Messages: n/a
Re: Re : Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Réaction d'une mère




« Un morceau....non....on veut nos autistes ! »

Depuis plusieurs semaines, voire mois, j'ai du me rendre à l'évidence : Les psychanalystes que nous accusons de maltraitance envers nos enfants ne lâcheront pas nos enfants autistes sans s'assurer qu'ils auront au moins le droit de les approcher d'une manière ou d'une autre, voire, pour les plus gourmands, en avoir une part....Mais pourquoi ? Que représentent nos enfants pour eux ?

Force est de constater qu'ils ne sont pas pas prêts à être remerciés et invités à quitter définitivement l'institutionnel. Ils s'accrochent, font pression, s'imposent, trépignent, tels des enfants capricieux, pleurnichent, mentent....etc. Férocement...allant jusque dans les émissions consacrées à l'autisme pour clamer haut et fort qu'ils crachent dans la soupe freudienne et lacanienne (entre autres)...les rats quittent le navire....oui, mais avec la promesse de ramener une bonne tranche d'autiste aux copains souris-sots restés à bord...

« Nous n'accusons plus les parents et en particulier les mères ! » Ah bon, mais s'agit il d'un entracte ou d'un déguisement... ? Moi qui rêvait d'aller à Venise assister à l'un des plus grand bals masqués...reviens Nathalie....on a le bal des hypocrites à la maison !

Entre les Pr Golse, Delion, ou encore Serge Hefez, Alain Braconnier, plus récemment...la bande à Riri, Fifi et Loulou...on a le choix de l'embarras ! Tous, sans exception, assurent qu'aucun d'entre eux (« sérieux collègues » se clament ils entre eux lors des émissions) ne pratiquant plus depuis fort longtemps la culpabilisation ! L'ont ils jamais fait ? Mais alors, nous, parents, nous sommes quoi ? Question à choix multiple :

a) des couillons
b) des menteurs, voire plus graves....des mythomanes
c) des rêveurs (cauchemardeurs plutôt) éveillés ?
d) et plus si affinités
e) tout à la fois

« Mais pourquoi sont ils aussi méchants ? Parce queuuuuuuuuuu ! »

En quittant le centre de soins que fréquentait ma fille depuis environ 5 ans et demi, je me suis longtemps demandée où j'avais pu louper le coche. Pourquoi la psychiatre/psychanalyste (appelés « psykk » pour les initiés) avait autant besoin de casser mon enfant, briser ses rêves, briser mes rêves de parent ? Pourquoi cette femme s'est elle acharnée à vouloir enfermer ma fille en Institution, alors que tous les professeurs qui gravitent autour de ma fille disent d'elle qu'elle est « le moteur de sa classe » ? Quel délire malsain l'a poussée à se vautrer avec si peu d'élégance dans la pratique de la méchanceté, du sadisme ? Pareil pour le centre médico Psychologique, et l'orthophoniste libérale, il y a quelques années, qui disait que ma fille ne pouvait pas parler parce qu'elle vivait dans un environnement intellectuellement pauvre....et j'en passe ! Au delà des délires pervers et morbides des théories psychanalytiques dont se servent ces « professionnels » du soins, aura-t-on un jour la réponse à cette question ? Quel besoin y a t il à être méchant en plus d'être bête et ignorant ? Mais si seulement la psychanalyse était efficace....mais elle ne l'est pas ! enfin tout dépend de quel point de vue on se place....du coté destruction elle est très efficace, en effet !

« Je ne suis pas débile, je suis autiste ! » (Océane, ma fille de 14 ans)

En écoutant ou en regardant les émissions où sont invitées des personnes avec autisme, j'ai souvent remarqué que ces personnes étaient souvent peu interrogées, elles doivent souvent s'imposer, la plupart du temps les parents sont interrogés à leur place, eux, étant souvent là en qualité de figurants. J'ai discuté dernièrement à ce sujet avec de nombreux parents et personnes autistes qui déploraient qu'en France on ne les considéraient pas avec sérieux. Je me suis souvent rendue compte que lors des émissions, les personnes autistes étaient traitées comme des « bisounours ». Le regard posé souvent compatissant, un regard presque de pitié, ainsi que sur les parents, comme si on venait d'annoncer que notre enfant était en phase terminale cancéreuse.Ou comme si on ne s'attendait tellement pas qu'ils puissent dire des choses sensées, ils semblent ébahis parce que nos enfants disent de pertinent !

Je ne supporte pas le regard français sur la personne différente. Pas seulement à l'égard des autistes, d'ailleurs ! Un jour, Océane a sorti à une personne « je suis autiste, je ne suis pas débile ! » c'était un dentiste dans un célèbre hôpital parisien. Il lui parlait comme si elle était neuneu. Pour le coup, c'est lui qui passait pour un imbécile. C'est honteux ! Autant dire que nous n'avons pas terminé la consultation, nous sommes parties.

Nos enfants sont intelligents, brillants, ils ont tellement de choses positives à apporter à ce pays et pourtant, ce pays continue de les traiter comme des poids morts. Combien de fois j'ai entendu « mais pourquoi ne place tu pas ta fille en institution et tu refais ta vie ? » Voilà ce qu'on réserve comme sort à nos enfants ? Belle mentalité ! Bravo !

Non merci...gardez vos places en institution, nous on veut pouvoir choisir les professionnels qui interviennent auprès de nos enfants !

Alors que nous avons déclaré la guerre aux psychanalystes, bien sur, comme les parents défendent les techniques comportementales, elles aussi sont prises dans cette guerre....quiconque ose s'opposer aux psychanalystes est un ennemi juré ! On est Pour eux ou Contre eux....ça ne vous évoque pas un trait psychotique ? Hein ? La paranoïa ? Ouiiiiiiiii !

Nous ne voulons pas laisser nos enfants à des pervers narcissiques qui sont capables de briser des familles, de briser des enfants et des adultes venus consulter avec toute la confiance que nous pouvons attendre d'un professionnel de la santé. Devons nous venir armés lors des consultations ? Devons nous craindre que l'on nous prenne nos enfants à chaque fois que nous nous opposerons ou que nous remettrons en question votre point de vue ? Qui sont ces gens pour que nous leur faisions confiance aveuglément et qu'ils pratiquent sur nos enfants des non méthodes, voire pire, des pratiques humiliantes et blessantes, comme le packing, notamment ?

J'ai le choix de m'endetter pour aider mon enfant à progresser...et choisir les professionnels respectueux et sérieux (pour de vrai) qui graviteront autour d'elle...et l'institution qui ne me permet pas de choisir l'équipe, où j'ai un très petit droit de regard, voire pas du tout (lorsque je m'étais renseignée à une époque sur ce qu'on appelle les hôpitaux de jour, j'ai été vertement remise en place par la directrice d'un de ces établissements parisiens, qui me disait que le parent n'avait pas le droit de savoir ce qui s'y passait et que toute communication avec leur établissement devait passer par l'assistante sociale!)....pas le choix de la méthode ou si je choisis...je ne suis pas sûre que les professionnels n'iront pas à l'encontre de mes demandes.

D'ailleurs, le parent souvent vu comme un crétin envahissant par les institutions en général...dès qu'il devient un peu trop curieux ou qu'il émet « trop » de désirs concernant son enfant, on lui met un coup de pression pour qu'il abandonne l'idée d'avoir des idées....voire on lève les yeux au ciel, on lui dit que s'il mange bio ou qu'il fait suivre un régime particulier à son enfant c'est une lubie...etc.

Alors oui...c'est sûr....c'est pas cher (c'est gratuit même), mais c'est pas bien !

Alors, pourquoi vous accrochez vous avec autant de désespoir, vous les psykk ? Est ce pour garder vos hôtels particuliers, vos résidences secondaires, vos belles bagnoles et tout le toutim ? Quoi, le train de vie des français « d'en bas » ne vous fait pas rêver ? C'est sûr, c'est pas l'Amérique...d'ailleurs, beaucoup de troubles, dont le TDAH seraient pour ces professionnels des maux inventés par les américains !!!! Rôooooo les vilains !!!!

Vous ne croyez pas qu'il serait temps de quitter la scène institutionnelle avec le peu de dignité qu'il vous reste ? Vous ne croyez pas que vous vous êtes suffisamment ridiculisés dans les médias.....déjà en traînant en Justice Sophie Robert dont je salue le courage ! Et aussi en clamant haut et fort ne rien avoir avec tout le freudisme et le parafreudisme échevelé pratiqué ouvertement lors des consultations psychiatriques dans les services hospitaliers...

Vous êtes ridicules ! Nos enfants ne vous appartiennent pas. Vous n'avez pas à vous cramponner à eux !
  Réponse avec citation
Vieux 03/03/2012, 18h48   #640
oda
 
Messages: n/a
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par people
si les psychanalystes sont conspués aujourd'hui c'est qu'ils avaient pris le pouvoir dans les institutions, c'était devenu un dogme.
mais là je pense que les méthodes ABA vont faire leur révolution et prendre le pouvoir à leur tour avec le soutien actif des parents bien trop mis à l'écart quand ce n'était pas pire!
je suis psychiatre et "agnostique", je "tatonne" avec tous mes patients, j'y vais sur la pointe des pieds par petites touches de ci de là, empruntant à la psychanalyse, aux TCCs, aux méthodes nouvelles ou anciennes et je me fie beaucoup aux perceptions des parents pour avancer avec eux.
on n'a pas le temps pour ce genre de débats quand on a un enfant autiste et ses parents qui appellent à l'aide, il faut engager de soi!

Je ne sais vraiment pas quoi penser du discours des parents qui militent avec autant d'acharnement contre les "psychanalystes" ... comme si la psychanalyse cristallisait à elle toute seule l'incompréhension et l'incompétence dont ils accusent la prise en charge "à la française" ... le problème me paraît beaucoup plus global que cela !

Aujourd'hui les professionnels qui s'occupent des enfants qui présentent des troubles "du spectre autistique" sont pointés du doigt en permanence, par des personnes qui n'ont pas forcément la distance nécessaire (biais affectif et émotionnel des parents en souffrance) ... je ne sais pas comment ces professionnels font pour garder le cap ...

Personnellement quand je vois comment les psys (d'ailleurs pas forcément psychanalystes) sont systématiquement pointés pour porter le chapeau pour tout (par ex. pour les récidives etc ...), je me demande qui peut encore vouloir faire ce métier ...
  Réponse avec citation
Vieux 03/03/2012, 19h21   #641
castor
 
Messages: n/a
Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par oda
Je ne sais vraiment pas quoi penser du discours des parents qui militent avec autant d'acharnement contre les "psychanalystes" ... comme si la psychanalyse cristallisait à elle toute seule l'incompréhension et l'incompétence dont ils accusent la prise en charge "à la française" ... le problème me paraît beaucoup plus global que cela !

Aujourd'hui les professionnels qui s'occupent des enfants qui présentent des troubles "du spectre autistique" sont pointés du doigt en permanence, par des personnes qui n'ont pas forcément la distance nécessaire (biais affectif et émotionnel des parents en souffrance) ... je ne sais pas comment ces professionnels font pour garder le cap ...

Personnellement quand je vois comment les psys (d'ailleurs pas forcément psychanalystes) sont systématiquement pointés pour porter le chapeau pour tout (par ex. pour les récidives etc ...), je me demande qui peut encore vouloir faire ce métier ...


Voilà, c'est exactement le discours qu'on leur sert. Ils n'ont pas la distance. Ils ne sont pas capables de comprendre. Ils sont en grande souffrance.

Ils ne veulent plus de la psychanalyse, Oda. Ils veulent que leur enfant puisse apprendre à communiquer, si pas à parler. Que leur enfant puisse aller à l'école. Ils ne veulent pas de neuroleptiques pour leur enfant. Ils ne veulent pas que celui-ci se retrouve à l'hôpital psychiatrique pour le reste de sa vie. Et ils veulent des psys formés et utilisant les pratiques qui ont fait leur preuves. Ils veulent aussi pouvoir être partie prenante dans l'éducation de leur enfant.

C'est vraiment trop demander, n'est-ce pas.

Puis en plus, ils voudraient autre chose. Bon sang qu'ils sont exigeants, ces parents. Ils voudraient que leur enfant soit accepté tel qu'il est. Qu'il puisse être accueilli dans la société avec sa différence.

Vraiment, on n'a pas idée. Quand on a un enfant comme ça, on s'écrase n'est-ce pas ? On laisse faire les professionnels. Eux savent. Et on se montre reconnaissant. Et puis quelle idée de vouloir s'afficher avec leur enfant au vu de chacun. Quand on a un enfant comme ça, on le cache.
  Réponse avec citation
Vieux 03/03/2012, 21h25   #642
oda
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par castor
Voilà, c'est exactement le discours qu'on leur sert. Ils n'ont pas la distance. Ils ne sont pas capables de comprendre. Ils sont en grande souffrance.
N'empêche que cet aspect ne peut être ignoré non plus !
C'est un fait dans toutes les situations où ont à intervenir des psys, autisme ou pas autisme ... donc je vois pas pourquoi tu me fais dire ce que je n'ai pas dit


Ils ne veulent plus de la psychanalyse, Oda.
Mais c'est leur droit le plus absolu, Castor, il me semble que les parents restent en dernier ressort ceux qui décident pour leurs enfants, non ?

Autant je trouve compréhensible l'insistance la militance pour développer toutes les autres approches qui feraient leurs preuves ailleurs, autant je ne comprends pas la violence de leur discours à l'encontre des pratiques psychanalytiques, allant jusqu'à vouloir les faire interdire !!!

Là on nage en plein fondamentalisme !!!

...



Ils veulent que leur enfant puisse apprendre à communiquer, si pas à parler. Que leur enfant puisse aller à l'école. Ils ne veulent pas de neuroleptiques pour leur enfant.
Les psychanalystes n'ont rien à voir avec les neuroleptiques, quand je te parle d'un problème global c'est à cela par ex. que je fais allusion, dans tous les cas seul un médecin peut faire ce genre de prescription !


Ils ne veulent pas que celui-ci se retrouve à l'hôpital psychiatrique pour le reste de sa vie.
J'ai déjà donné pour exemple le documentaire fait par l'actrice Sandrine Bonnaire pour dénoncer les dégâts du système, mais est-ce que tu l'as entendue quelques part conclure comme quoi "tout ça c'est la faute à la psychanalyse" ?


Et ils veulent des psys formés et utilisant les pratiques qui ont fait leur preuves. Ils veulent aussi pouvoir être partie prenante dans l'éducation de leur enfant.


C'est vraiment trop demander, n'est-ce pas.

Puis en plus, ils voudraient autre chose. Bon sang qu'ils sont exigeants, ces parents. Ils voudraient que leur enfant soit accepté tel qu'il est. Qu'il puisse être accueilli dans la société avec sa différence.

Vraiment, on n'a pas idée. Quand on a un enfant comme ça, on s'écrase n'est-ce pas ? On laisse faire les professionnels. Eux savent. Et on se montre reconnaissant. Et puis quelle idée de vouloir s'afficher avec leur enfant au vu de chacun. Quand on a un enfant comme ça, on le cache.

Que de confusion : je comprends que les professionnels se sentent diffamés par de tels propos Castor, et ils ont tout mon soutien !




Castor,
je pense que tu te trompes de combat, comme on l'a déjà dit à maintes et maintes reprises sur ce fil.
  Réponse avec citation
Vieux 03/03/2012, 22h29   #643
castor
 
Messages: n/a
Re: Re : Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Non, la seconde partie de mon poste ne concernait pas les psychanalystes, mais la société tout entière. Le fait qu'on refuse leur enfant à l'école. Le regard des gens...

Voilà, un peu d'humour. C'est du vécu. Ce père a un enfant TED.

http://autismeinfantile.com/ressourc...ard-le-square/

Ce genre de vécu, les parents en parlent tu sais.


Pour le reste. Puisque tu reconnais qu'on ne peut forcer des gens à aller chez un psychanalyste... Ben justement, ils ne trouvent pas d'autres psys. C'est ça le problème. Et les autres types de prises en charge, s'ils les trouvent en libéral, elles ne sont pas remboursées.

Ils ne rejettent pas la psychanalyse. Ils n'arrêtent pas de le dire. Mais ils veulent un autre type de prise en charge pour leur enfant.

Lors du précédent plan autisme de la HAS, il paraît que la psychanalyse avait été, dans un premier temps rangée dans les "pratiques non recommandées." Et puis, il semble (du-moins c'est ce que je lis, mais je n'ai pas cherché les preuves), que la HAS a subi des pressions et que la psychanalyse a finalement été rangée dans les "pratiques non consensuelles".

Il y aurait eu également des pressions pour que la HAS cite le diagnostic de "psychose infantile" de la classification française. Ce diagnostic n'est pas reconnu ailleurs qu'en France.

Je mets tout cela au conditionnel, n'est-ce pas. Je ne prends pas position. Mais j'imagine que c'est possible.

Actuellement, le même jeu serait en train de se reproduire. Au conditionnel. Il y a eu des fuites (dont certains disent qu'elles ont été organisées) et Libération a publié un article disant que la HAS allait ranger la psychanalyse dans les pratiques non recommandées pour enfants souffrant de TED. Cela a fait le buzz. Et, toujours au conditionnel, les psychanalystes seraient en train de faire pression pour que la psychanalyse soit à nouveau classées dans les "pratiques non consensuelles".

De toute façon, ce n'est un secret pour personne, une pétition a été lancée par l'Institut psychanalytique de l'Enfant pour que la psychanalyse demeure une méthode de soin pour les autistes.



En ce qui concerne les neuroleptiques, c'est bien cela qui est paradoxal, mais on donne des neuro aux enfants. Surtout lorsqu'ils grandissent et que leurs crises d'angoisse et leurs troubles de comportements deviennent ingérables. D'ailleurs, le Professeur Delion, le promoteur du packing, que l'on pratique depuis 30 ans en France, a voulu en 2008, suite aux critiques envers cette méthode. Il était question, dans un premier temps de tester cette méthode avec des enfants sous risperdal. Il s'agit d'un neuroleptique.

Les parents ainsi que d'autres professionnels, estiment que les crises d'angoisse des enfants TED viennent de ce qu'ils ne peuvent communiquer. Les enfants qui bénéficient des rééducations ABA, TEACCH... font de moins en moins de crises, et on ne doit pas leur prescrire de médoc. C'est difficile, mais c'est possible de trouver la raison pour laquelle un enfant, même s'il est autiste profond et non verbal, angoisse et crise. Les parents apprennent, surtout lorsqu'on leur donne les moyens, à comprendre comment agir pour que l'enfant soit rassuré.

Mais si on ne fait rien, et c'est ce qui se passe dans les hôpitaux de jour. Les enfants ne bénéficient pas de techniques de rééducation, s'ils sont dans un hôpital où les soignants sont d'obédience psychanalytique. Les enfants ont des ateliers conte, des activités pateaugeoire et des séances de packing. Puis quelques heures de rééducation, mais souvent avec des orthophonistes non formées à ces méthodes issues des TCC. Ce qui revient souvent à laisser l'enfant libre de faire ce qu'il veut.

Et les parents constatent que leur enfant régresse.

Et à terme, c'est neuro à hautes doses.

Cela ne te mettrait pas en colère, toi ?
  Réponse avec citation
Vieux 03/03/2012, 22h49   #644
oda
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par castor
Non, la seconde partie de mon poste ne concernait pas les psychanalystes, mais la société tout entière. Le fait qu'on refuse leur enfant à l'école. Le regard des gens...



Voilà, un peu d'humour. C'est du vécu. Ce père a un enfant TED.

http://autismeinfantile.com/ressourc...ard-le-square/

...

Les parents ainsi que d'autres professionnels, estiment que les crises d'angoisse des enfants TED viennent de ce qu'ils ne peuvent communiquer. Les enfants qui bénéficient des rééducations ABA, TEACCH... font de moins en moins de crises, et on ne doit pas leur prescrire de médoc. C'est difficile, mais c'est possible de trouver la raison pour laquelle un enfant, même s'il est autiste profond et non verbal, angoisse et crise. Les parents apprennent, surtout lorsqu'on leur donne les moyens, à comprendre comment agir pour que l'enfant soit rassuré.

Mais si on ne fait rien, et c'est ce qui se passe dans les hôpitaux de jour. Les enfants ne bénéficient pas de techniques de rééducation, s'ils sont dans un hôpital où les soignants sont d'obédience psychanalytique. Les enfants ont des ateliers conte, des activités pateaugeoire et des séances de packing. Puis quelques heures de rééducation, mais souvent avec des orthophonistes non formées à ces méthodes issues des TCC. Ce qui revient souvent à laisser l'enfant libre de faire ce qu'il veut.

Et les parents constatent que leur enfant régresse.

Et à terme, c'est neuro à hautes doses.

Cela ne te mettrait pas en colère, toi ?

Je pense que l'institutionnalisation des enfants qui souffrent est une chose très difficile à supporter en premier lieu pour ces enfants ...

Mon sentiment est que pour un enfant dans une institution telle que tu l'as décrite (dont tu penses que les soignants sont orientés "psychanalyse"), le simple fait d'en sortir est salutaire, dans le sens ou cela va créer une rupture thérapeutique, qui de surcroît étant initiée par les parents, va donner toutes les conditions favorables pour aborder une autre prise en charge dans une meilleure acceptation.

L'essentiel est que cela fonctionne et que cela apporte un réel mieux aux enfants : mais certainement qu'il pourrait y avoir les même phénomènes avec les super méthodes ABA et autres si c'étaient elles qui avaient le "monopole", là pour ceux qui resteraient en rade, le fait de procéder à une rupture thérapeutique serait bénéfique ...
  Réponse avec citation
Vieux 04/03/2012, 11h33   #645
castor
 
Messages: n/a
Re: Re : Re: Re : Re: Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par oda
Je pense que l'institutionnalisation des enfants qui souffrent est une chose très difficile à supporter en premier lieu pour ces enfants ...

Mon sentiment est que pour un enfant dans une institution telle que tu l'as décrite (dont tu penses que les soignants sont orientés "psychanalyse"), le simple fait d'en sortir est salutaire, dans le sens ou cela va créer une rupture thérapeutique, qui de surcroît étant initiée par les parents, va donner toutes les conditions favorables pour aborder une autre prise en charge dans une meilleure acceptation.

L'essentiel est que cela fonctionne et que cela apporte un réel mieux aux enfants : mais certainement qu'il pourrait y avoir les même phénomènes avec les super méthodes ABA et autres si c'étaient elles qui avaient le "monopole", là pour ceux qui resteraient en rade, le fait de procéder à une rupture thérapeutique serait bénéfique ...


oui, et c'est ce qui explique la colère des parents.

Je crois que tu touches un point important. Que les parents retrouvent leur rôle de parent. C'est ce qu'ils ont perdu dans le type d'institution de courant psychanalytique. Parce que leurs témoignages concordent, dans ce type d'institution, ils sont écartés des soins et du traitement que l'on donne à leur enfant. Souvent, ils racontent qu'on leur interdit de rentrer dans le lieu où leur enfant passe sa journée. Ils ne savent pas ce que vit leur enfant. Il n'y a pas de collaboration entre les soignants et eux. Une réunion régulière avec le pédo psy. Mais on n'y parle pas de l'enfant. Plutôt d'eux. Attention, je ne dis pas que c'est partout comme cela. Je lis que j'ai souvent lu ce genre de témoignage.

On n'en est pas à la coupure complète avec les parents comme Betelheim le voulait. Parce que les enfants sont à l'hôpital le jour seulement ou la semaine. Mais parents et soignants ne collaborent pas pour un projet éducatif. Golse et Delion, par ex, parlent de collaboration entre parents et soignants. Mais il ne s'agit pas vraiment de collaboration, selon ce que j'en ai lu. Les soignants ont la position haute. Eux, savent. Voilà ce qui coince.

La parole des parents n'est pas reconnue. C'est une constance dans les témoignages que je lis. Parce que le savoir des parents est autre. C'est eux qui connaissent le mieux leur enfant. Et la mise en application des méthodes TCC demande une participation des parents. Ils doivent apprendre des soignants comme les soignants se servent du savoir des parents. POur que ça fonctionne, il faut que les parents soient non plus écartés, mais partie prenante. Il faut qu'ils participent sans quoi, rien n'est possible. C'est une toute autre façon de fonctionner.

Ce n'est que mon analyse.

C'est pourquoi, je ne crois pas aux "méthodes intégratives". Du soin à coloration psychanalytique saupoudré de quelques heures de méthodes TCC. D'abord, parce que les professionnels à orientation psychanalytique sont viscéralement opposés à "l'envahissement des méthodes TCC d'origine anglo-saxonne" qu'ils qualifient de "dressage de chimpanzés". Ensuite parce qu'il y a malheureusement très peu de soignants formés à ces méthodes. Et enfin parce que pour que cela marche il faut un complet changement de paradigme.

Dernière modification par castor 04/03/2012 à 11h37.
  Réponse avec citation
Vieux 04/03/2012, 20h28   #646
Sybille
Sybille
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 1 775
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Ce débat me gêne depuis le début car j’suis assez réticence face aux discussions où l’on parle de situations que l’on ne vit pas de l’intérieur, d’une façon ou d’une autre. En même temps, je suis sensible à la fougue de Castor, ayant connu un peu le même genre de déconvenues (toutes proportions gardées) avec mon fils dys. Ricanements et incrédulités divers. Mais bien sûr, c’est la méthode globale et la névrose des parents – lisez donc Orion. Et encore, lui, il écrit.
D’un autre côté, j’suis assez réticente face aux TC, que je trouve (pour simplifier) un peu bêtasses. Et plutôt favorable à la psychanalyse, qui a le mérite à mes yeux de remettre la parole au centre des enjeux. Et le temps aussi, ce temps que veulent court-circuiter les TC, au prétexte d’ « efficacité » - ce qui coïncide un peu trop selon moi au temps de la rentabilité.
Mais bon, dans le cas précis de l’autisme, je n’en sais rien. Disons juste que j’aime bien, quand Castor monte sur son cheval blanc.
Sybille is offline   Réponse avec citation
Vieux 04/03/2012, 23h21   #647
orion
Dyslexique
 
Avatar de orion
 
Date d'inscription: décembre 2005
Localisation: lyon
Messages: 10 482
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par Sybille
Mais bien sûr, c’est la méthode globale et la névrose des parents – lisez donc Orion. Et encore, lui, il écrit.
ARf vous savez sybille la grande leçon que j'ai reçus de l'histoire et de ses génie muet dont tous le monde parle mais qui n'on jamais rien écrie

Aux moins j'ai la satisfaction sans limite d’offrir la ritournelle des circonvolutions de mon aire de wernick a la vue des grand castrateurs symbolique de l’école lacano freudienne
qui si connaisse quand même pas mal eux aussi en niaiserie
__________________
Deleuzien ....pratiquant !
orion is offline   Réponse avec citation
Vieux 05/03/2012, 06h38   #648
Astyan
Membre
 
Date d'inscription: juin 2009
Messages: 334
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Niveau interdiction de la psycha pour les autistes c'est déjà le cas en Suède et ma foi ça marche bien.

C'est très simpliste oui de dire que les TCC sont bêtasse et c'est loin d'être toujours une thérapie brève parfois ça dure des années ! Essayez de vous renseigner la dessus maintenant il est vrai que les thérapeuthes TCC ne se prennent pas pour des intellos et ont un langage clair allant à l'essentiel à l'inverse de certains psychanalystes avec leurs langage pompeux.
Lisez Jerome Palazzolo, Jean Cottraux, Christophe André, voir Aaron T Beck. Regardez les évolutions des TCC avec l'ACT par exemple et la troisième vague celle dite émotionnel ou encore les thérapies de pleines conscience. et l'emprunt à des philosophies orientale mais aussi aux stoiques par exemple.

L'efficacité des TCC à était maintes fois prouvés.
C'est mal de guérir rapidement quelqu'un ? il s'agit pas de rentabilité et je doute que la psycha guérisse comme disait uns de mes anciens psys, ancien analyste assez célèbre d'ailleurs et maintenant comportementaliste, patauger dans le passé c'est pathogène. Ses meilleurs résultats et en plus des résultats rapides ont étaient fait grâce aux TCC.

Pourquoi critiquer une thérapie qui a fait ses preuves et être pour une thérapie qui na pas montré ses preuves?
La parole est aussi présent en TCC hein et au moins le thérapeute s'investit dans une TCC plonge les bras dans le camboui. Essayez de vous documenter sérieusement sur les TCC vous verrez. C'est bizzare mais dans les autres champs de la médecine on est pour l'EBM mais en psychiatrie non je comprends pas la logique de pratiquer et suivre une pratique qui na jamais montré ses preuves, c'estpresque comme si on faisait encore des saignés.

Pour Lacan j'aime bien ses consult ultra courtes

Dernière modification par Astyan 05/03/2012 à 06h55.
Astyan is offline   Réponse avec citation
Vieux 06/03/2012, 01h18   #649
orion
Dyslexique
 
Avatar de orion
 
Date d'inscription: décembre 2005
Localisation: lyon
Messages: 10 482
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Citation:
Posté par Astyan
Niveau interdiction de la psycha pour les autistes c'est déjà le cas en Suède et ma foi ça marche bien.

C'est très simpliste oui de dire que les TCC sont bêtasse et c'est loin d'être toujours une thérapie brève parfois ça dure des années ! Essayez de vous renseigner la dessus maintenant il est vrai que les thérapeuthes TCC ne se prennent pas pour des intellos et ont un langage clair allant à l'essentiel à l'inverse de certains psychanalystes avec leurs langage pompeux.
Lisez Jerome Palazzolo, Jean Cottraux, Christophe André, voir Aaron T Beck. Regardez les évolutions des TCC avec l'ACT par exemple et la troisième vague celle dite émotionnel ou encore les thérapies de pleines conscience. et l'emprunt à des philosophies orientale mais aussi aux stoiques par exemple.

L'efficacité des TCC à était maintes fois prouvés.
C'est mal de guérir rapidement quelqu'un ? il s'agit pas de rentabilité et je doute que la psycha guérisse comme disait uns de mes anciens psys, ancien analyste assez célèbre d'ailleurs et maintenant comportementaliste, patauger dans le passé c'est pathogène. Ses meilleurs résultats et en plus des résultats rapides ont étaient fait grâce aux TCC.

Pourquoi critiquer une thérapie qui a fait ses preuves et être pour une thérapie qui na pas montré ses preuves?
La parole est aussi présent en TCC hein et au moins le thérapeute s'investit dans une TCC plonge les bras dans le camboui. Essayez de vous documenter sérieusement sur les TCC vous verrez. C'est bizzare mais dans les autres champs de la médecine on est pour l'EBM mais en psychiatrie non je comprends pas la logique de pratiquer et suivre une pratique qui na jamais montré ses preuves, c'estpresque comme si on faisait encore des saignés.

Pour Lacan j'aime bien ses consult ultra courtes


Oui c'est très vrai et pendant qu'on y est j'aimerais aussi casser une idée reçus de la comparaison entre science cognitive et psychanalyse

Qui dans l'imaginaire commun oppose des scientifiques a des humanistes et que aux fond les psychanalystes avec leurs cultes de la culture qu'on étales sont les grands résistant de la culture contre la science déshumanisante

Hum alors voila le champs d'application des sciences cognitive est plus vaste et a plus de légitimité dans toute les humanités que toute la psychanalyse réunies car elle est la seul a ouvrir offrir une légitimité aux structuralismes moderne
De l’anthropologie a la psychologie en passant par l’épistémologie la métaphysique la logique et la sociologie les sciences cognitive créer des ponts eminament fertile entre tous les bords de la connaissance

Puis bon quand même ....... Deleuze c'est vachement mieux que Lacan ?non ?
__________________
Deleuzien ....pratiquant !
orion is offline   Réponse avec citation
Vieux 07/03/2012, 18h18   #650
Amuïe
 
Messages: n/a
Re : Les psychanalystes à l'épreuve de l'autisme

Un article sur la question:
http://le-cercle-psy.scienceshumaine...obert_sh_28636

E2E
  Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion Rechercher uniquement dans cette discussion
Rechercher uniquement dans cette discussion:

Recherche avancée
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Navigation rapide





Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 07h39.


Le forum Atoute utilise le script de forums VBulletin
Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.



Ce forum n'est pas un chat

Cliquez pour en savoir plus sur le Retour des zappeurs-TDAH !