Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Discussions-Psy
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Discussions-Psy Ce forum traite de santé psychique et de santé mentale. Il est ouvert à tous, et surtout aux personnes désireuses de s’informer à propos des soins psychologiques et psychiatriques.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 07/12/2008, 07h02   #1
Naxi
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2008
Messages: 2
Au bout du rouleau

Bonjour,

Depuis pas mal de temps déjà je suis fatiguée. Plus que ça même, en fait je suis tout à fait épuisée. J'ai le sentiment d'être "au bout du rouleau". Je n'en peux plus.


J'ai réellement l'impression d'être une coquille vide: je n'arrive plus à penser, à retenir. Je fonctionne au ralenti, quasi chaque geste me coûte une énergie folle.
Je suis aussi devenue irritable et je me mets plus facilement en colère.

La faute à mes insomnies sans doute, mais même quand je dors je me réveille fatiguée.

La faute à trop devoir donner aussi?
Mon concubin fait une grave dépression depuis des années, il a plusieurs fois eu des gestes suicidaires et est suivi par une psy.
Je me sens vidée, j'ai parfois l'impression de côtoyer un trou noir; il absorbe tout ce que je peux donner, le détruit et ne rend rien en retour sauf ses colères d'anthologie où il casse des objets, m'invective etc....
D'ailleurs quand il se radoucit j'avoue que j'ai de plus en plus de mal à lui pardonner, à oublier ses éclats de rage.


Et aussi: je dois tout gérer, être là tout le temps, infaillible. Tout le monde compte sur moi: lui, les enfants, sa famille, la mienne
Nos familles le disent ouvertement d'ailleurs "heureusement que tu est là" "tu as la tête sur les épaules" "tu gères" etc, etc....compliments très gentils, certes, mais qui sont un peu devenus ma prison.
J'ai l'impression de ne plus exister, de n'être là que pour eux et leur bien être. Je dois m'occuper d'eux, il le faut. Parfois un peu comme un robot il me semble....
Il m'arrive, toute seule, d'en pleurer d'épuisement. J'ai même souvent la nausée tellement je suis au bout de ma fatigue.
J'ai l'impression que je vais tomber là, soudainement endormie.

Sous de faux bons prétextes je me suis peu à peu isolée des amies que je côtoyais. Je suis devenue lointaine. Finalement j'ai l'impression de préférer être seule, dans le calme.


Pour autant je ne crois pas être dépressive moi aussi; je ne vois pas tout en noir, je ne pense pas "au pire" etc....

J'ai l'impression que je vais y laisser des plumes à force....

Comment ne pas sombrer?

Merci de m'avoir lue.

Naxi is offline   Réponse avec citation
Vieux 07/12/2008, 08h08   #2
minouchette
Pas juge en tout cas...
 
Avatar de minouchette
 
Date d'inscription: février 2007
Localisation: Montréal, Québec
Messages: 3 627
Re : Au bout du rouleau

Citation:
Posté par Naxi
...

Comment ne pas sombrer?

Merci de m'avoir lue.


Bonjour Naxi,

faut que tu t'occupes de toi et ça urge... sinon tu ne pourras bientôt plus rien pour ceux qui ont réellement besoin de toi. C'est à dire, les enfants en tout premier lieu.

Personne ne peut être le pilier permanent de tant de gens avec autant de besoin.

Ton conjoint a aussi des responsabilité, dépression ou pas.
J'ai eu une dépression majeure, mais ça ne m'enlevait pas mes responsabilités pour autant. J'ai aussi le trouble de personnalité limite, mais ça n'excuse pas mes sautes d'humeur. Si je faisais vivre l'enfer à mon mari... il n'aurait pas l'obligation de me supporter.

S'il tenait le discours que tu as à son propos... je voudrais qu'il me laisse sans regarder derrière car je ne représenterais rien de bon pour lui.
Je l'aime...

Lis ce qui suit... tu crois ne pas être dépressive, mais quand même... je crois que ce serait bien d'aller consulter un médecin à ce sujet.

Prends soin de toi, moi j'ai nié le problème des années et je me suis aussi beaucoup épuisée. Je suis en congé maladie depuis 2 ans à cause d'une fatigue chronique.

Minouchette


Critères d'un épisode de dépression majeure:

A. Au moins cinq des symptômes suivants doivent avoir été présents pour une durée d'au moins deux semaines et avoir représenté un changement par rapport au fonctionnement antérieur; au moins un de ces symptômes est soit (1) une humeur dépressive, soit (2) une perte d'intérêt ou de plaisir.


(1) Humeur dépressive présente pratiquement toute la journée, presque tous les jours, signalée par le sujet (p. ex., se sent triste ou vide) ou observée par les autres (p. ex., pleure). N.B.: Éventuellement irritabilité chez l'enfant et l'adolescent.

(2) Diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités pratiquement toute la journée, presque tous les jours (signalée par le sujet ou observée par les autres).

(3) Perte ou gain de poids significatif en l'absence de régime (p. ex., modification du poids corporel en un mois excédent 5%), ou diminution ou augmentation de l'appétit presque tous les jours. N.B.: Chez l'enfant, prendre en compte l'absence de l'augmentation de poids attendue.

(4) Insomnie ou hypersomnie presque tous les jours.

(5) Agitation ou ralentissement psychomoteur presque tous les jours (constaté par les autres, non limité à un sentiment subjectif de fébrilité ou de ralentissement intérieur).

(6) Fatigue ou perte d'énergie presque tous les jours.

(7) Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive ou inappropriée (qui peut être délirante) presque tous les jours (pas seulement se faire grief ou se sentir coupable d'être malade).

(8) Diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou indécision presque tous les jours (signalée par le sujet ou observée par les autres).

(9) Pensées de mort récurrentes (pas seulement une peur de mourir), idées suicidaires récurrentes sans plan précis ou tentative de suicide ou plan précis pour se suicider.

__________________
Un pas à la fois...

minouchette is offline   Réponse avec citation
Vieux 07/12/2008, 12h13   #3
eaubleue
 
Messages: n/a
Re : Au bout du rouleau

je partage entièrement l'avis de Minouchette

Il te faut un break! Alors les "heureusement que tu es là", la prochaine fois tu réponds, "et bien, c'est bien que vous en parliez, justement, je n'en peux plus, j'ai besoin de votre aide".

Tu seras peut-être étonnée des réactions. Personne n'est indispensable, sauf à soi-même. Tu sais, ton mari ne se rend même pas compte que tu donnes, parce que quand on est au fond du trou, on ne voit rien. Et en le soutenant ainsi au détriment de toi-même, tu rentres dans sa pathologie et tu ne peux plus l'aider. Plus tu le portes, plus il va s'appuyer.
Peut-être peux-tu en parler à son psy, il t'aidera à trouver ta juste place.

N'hésite pas à vider ton sac ici et surtout, ne te sens pas coupable de vouloir prendre de la distance, c'est vital pour toi.

J'ai aussi fait une dépression sévère avec des TS et mon mari a vécu un enfer jusqu'à ce qu'il ne se sente plus coupable de mon mal-être.

Il y a ton mari et il y a toi, vous êtes deux êtres différents qui vivez des choses différentes et avez des besoins différents.
  Réponse avec citation
Vieux 08/12/2008, 18h32   #4
Naxi
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2008
Messages: 2
Re : Au bout du rouleau

Merci de vos réponses

Tout d'abord je ressens et comprends parfaitement que pris dans sa dépression mon conjoint ne "voit rien". Mais je me rends compte que ça ne rend pas les choses plus faciles pour moi.

Minouchette je m'en veux de penser des choses dures à son sujet, tu sais. Réellement.
Pour autant je ne compte bien sûr pas du tout le quitter, ni le laisser tomber.

Eausitriste, sa psy lui a effectivement proposé que je vienne. Je reconnais que c'est moi qui aies freiné des 4 fers à cette idée. Je ne sais pas trop pourquoi d'ailleurs.
Sans doute que je n'ai pas envie d'entendre encore parler de sa dépression (c'est un sujet qu'il aborde souvent. Très souvent)
Je n'avais pas pensé au fait qu'elle pourrait aussi peut-être m'aider à y voir plus clair et à trouver une place plus juste.

J'aimerais pouvoir (encore) l'aider de façon utile mais comme vous le faites remarquer, je n'y arrive plus. Trop de fatigue, de lassitude.... et je suis tellement vidée. Et je m'en veux de ne plus y arriver, de ne plus avoir ni la patience ni la force.

Pour l'aide familiale je n'y crois pas trop. Pas par manque de volonté de leur part mais nos familles habitent à des centaines de km, donc l'aide risque d'être difficile.

En tout cas je pense que je vais aller consulter un médecin. Encore faut-il que j'en trouve un, car mon médecin traitant, quand j'ai essayer de lui parler fatigue, énervement, m'a dit que j'étais stressée. Qu'il fallait que je dorme et m'a prescrit du stressam (qui ne m'a rien fait, en fait).

C'est la première fois que j'essaie de mettre des mots sur tout ça, c'est étrange pour moi. En effet quand on me demande comment je vais je réponds toujours "ça va"... même quand ça ne va pas (voire pas du tout). Mais je me dis que les regards extérieurs m'aideront peut-être à réaliser des choses qui m'échappent.
Naxi is offline   Réponse avec citation
Vieux 08/12/2008, 20h52   #5
eaubleue
 
Messages: n/a
Re : Au bout du rouleau

Concrètement, votre mari a besoin de vous pour quelle raison?

Ne pourriez-vous vous absenter quelque temps, histoire de vous faire du bien ou aménager un espace-temps chez vous pour vous?

Je crois que ce serait bien que vous alliez voir le psy de votre mari, comme je vous l'ai déjà dit.

Et faites-vous plaisir, c'est important.

Bon courage!
  Réponse avec citation
Vieux 08/12/2008, 21h10   #6
luc
chti ' zonaute - 53 ans
 
Avatar de luc
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Région lilloise
Messages: 4 505
Re : Au bout du rouleau

Citation:
Posté par eausitriste
Concrètement, votre mari a besoin de vous pour quelle raison?

Ne pourriez-vous vous absenter quelque temps, histoire de vous faire du bien ou aménager un espace-temps chez vous pour vous?

Je crois que ce serait bien que vous alliez voir le psy de votre mari, comme je vous l'ai déjà dit.

Et faites-vous plaisir, c'est important.
Bon courage!

Bonjour Naxi,

Vous êtes complètement pompée, saturée et lassée.

Je crois que c'est très important que vous preniez du temps pour réellement vous faire plaisir - du shooping, du sport par exemple.

amicalement

Luc
luc is offline   Réponse avec citation
Vieux 08/12/2008, 21h16   #7
la flèche
Membre
 
Date d'inscription: décembre 2008
Messages: 2
Re : Au bout du rouleau

bonsoir Naxi.Comme je te comprends quand tu dis que tu es au bout du rouleau.J'ai connu ce calvaire pendant des années,et un beau jour,j'ai claqué la porte avec mon fils de 16 ans .Te rends tu compte que tu endures tout;tu n'es pas une machine ,et memes elles,un jour ou l'autre elles se détraquent.Il est grand temps que tu dises STOP,et que tu t'occupes un peu de toi.Tu mets ton mari au pied du mur,tu t'évades ,ne serais ce que quelques heures ,et tu te rendras vite compte qu'il peut se passer un peu de toi.La sonnette d'alarme est tirée,si tu ne réagis pas,c'est toi qui va etre malade ,et il sera trop tard pour faire marche arrière.Il faut absolument que tu bouges et que tu te sortes de cet engrenage.Plus facile à dire qu'a faire.J'ai subi pendant 26 ans un homme odieux;je ne me rendais pas compte de son emprise,mais le jour ou j'ai réagit,ça a été comme un electro choc.Je te souhaite beaucoup de courage,je pense que tu trouveras assez de ressources pour t'en sortir.
la flèche is offline   Réponse avec citation
Vieux 08/12/2008, 22h07   #8
depamide
Membre
 
Avatar de depamide
 
Date d'inscription: février 2006
Localisation: Champagne-Ardenne
Messages: 872
Re : Au bout du rouleau

Bonjour Naxi,

Vous avez de toute évidence besoin de prendre soin de vous, mais vous refusez de le faire. Pourquoi ?

Pensez-vous que vous ne le méritez pas ?

Pensez-vous que vous devez souffrir pour mériter de vivre ?

A trop tirer sur la corde, on finit par craquer et par mettre des années à se relever. Mais parfois, on ne s'en sent pas le choix, on se sent contraint de boire la coupe jusqu'à la lie.

Mais en vérité, personne n'est tenu de le faire. Tout le monde mérite sa part de bonheur.

Vincent
depamide is offline   Réponse avec citation
Vieux 28/03/2014, 23h09   #9
lauraleeblue
Membre
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 2
Re : Au bout du rouleau

[quote=Naxi] Bonjour,

Depuis pas mal de temps déjà je suis fatiguée. Plus que ça même, en fait je suis tout à fait épuisée. J'ai le sentiment d'être "au bout du rouleau". Je n'en peux plus.


Bonjour,
Ton message date un peu mais j'ai vraiment l'impression de me retrouver dans ce que tu dis.
Je suis en couple depuis 7 ans avec un homme constamment en dépression ou en tout cas jamais vraiment en forme. Et je dois moi aussi porter tout le quotidien, tout gérer. ça fait déjà quelques années que je suis fatiguée, j'imagine parfois que je m'écroule et que je ne me relève pas, juste quelques heures, jours, pour souffler et tout oublier. Mais je ne le fais pas, car je me dis toujours que je dois faire les choses. Nous avons un petit garçon et depuis qu'il est né, j'ai tout géré pour lui aussi.
Ma famille et mes amis étant loin, je me suis petit à petit coupé de tout lien social. Ma famille me répète qu'il faut que je pense à moi, que je fasse des choses pour moi. J'en ai envie, j'en ressens le besoin, mais je n'arrive pas à franchir le pas.
J'aimerais savoir si tu as évolué depuis ton message, si ça va mieux et comment tu
as fait pour sortir de ce cercle vicieux!!!

Dernière modification par lauraleeblue 28/03/2014 à 23h16. Motif: au bout du rouleau aussi!!!!
lauraleeblue is offline   Réponse avec citation
Vieux 29/03/2014, 11h28   #10
vinnie
Membre
 
Date d'inscription: août 2013
Messages: 239
Re : Au bout du rouleau

Bonjour,

Citation:
Posté par lauraleeblue
J'en ai envie, j'en ressens le besoin

C'est très positif !

Citation:
Posté par lauraleeblue
mais je n'arrive pas à franchir le pas.

Qu'est-ce qui t'en empêche ?
As-tu peur de quelque chose, et si oui de quoi ?
Qu'est-ce que tu perdrais si tu te faisais du bien ?
vinnie is offline   Réponse avec citation
Vieux 30/03/2014, 15h48   #11
lauraleeblue
Membre
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 2
Re : Au bout du rouleau

Bonjour Vinnie,

Tes questions m'ont interpellées et me font beaucoup réfléchir.
Je ne sais pas pourquoi je m'empêche de penser à moi.
Depuis que notre petit garçon est né, j'ai du tout gérer à peu près seule. Ma famille est loin et j'ai tout mis de côté pour l'élever. C'était normal pour moi, je ne me suis même pas posé la question. Mais c'est vrai que maintenant qu'il a un peu grandi, je me retrouve un peu seule.
Je n'arrive pas encore à répondre clairement aux questions que tu as posées ou je n'ose pas encore le faire.
Je te remercie en tout cas d'avoir répondu à mon message, je sais que je commence à y voir plus clair, des décisions s'imposent que je ne suis pas encore tout à fait prêtes à prendre, mais je sais que ça ne va pas tarder.

Merci pour tout.

Lauraleeblue
lauraleeblue is offline   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.