Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Médecine 2.0
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Médecine 2.0 Par analogie avec le Web 2.0, je lance ici un forum sur l'évolution de la médecine, ou plutôt le bouleversement qu'annonce la révolution 2.0 dans le monde médical. Attention à ne pas poster de questions médicales sur ce forum.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 21/06/2013, 19h30   #1
Sybille
Sybille
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 2 081
Il y a vulgarisation et vulgarisation

Un article qui résume en partie mon point de vue sur la question de la vulgarisation scientifique : https://www.dropbox.com/s/pv9itc8uf0...garisation.pdf


Sybille is offline   Réponse avec citation
Vieux 22/06/2013, 13h20   #2
oda
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

merci Sybille ... je trouve l'article bien synthétique et clair ! Enfin lisible en tout cas pour moi.

J'aimerais bien savoir ce qu'en pensent Babeth et Marguerite ...

Notamment du fait que Babeth dit etre incommodée dans son bien etre a lire sur santé psy, quand elle lit certaines personnes comme moi, Jane et Amuie nous poser certaines questions abstraites en lien avec santé psy. Personnellement, je le vis assez mal, car je le vis comme si elle voulait m'interdire de penser ...ce debat est revenu plusieurs fois et a deja été modéré (il revient en s'exprimant plus posément).

Je constate les degats que cela peut faire au niveau medical et educatif, cette interdiction de penser ... le truc de la pleine conscience, je sais pas si vous voyez ... mon avis la dessus ? encore une belle arnaque pour supporter la connerie et la demission de la pensée (faut accepter, consentir quoi, toutes les conneries qu'on veut nous fourguer ...)

Extrait :

Alors, au lieu de vulgarisateurs, optons pour des émancipateurs - enseignants tournés vers ceux qui quitteront tôt les bancs et non vers l'excellence, journalistes précis et documentaristes exigeants - transmettant de la pensée libératrice et non des connaissances et ouvrant les esprits plutôt que les remplissant.

Leur leitmotiv : quelle est la connaissance minimale à transmettre pour qu'une personne puisse faire ses choix en connaissance de cause ?

Bien sûr, leurs articles sont généralement denses et longs comme un jour sans pain, leurs films moins riches, donc moins programmés. Si nous, ignares et experts de peu, mutualisons nos capacités critiques en réseaux, accroissons nos exigences et éventons les impostures, les médias ne pourront qu'abandonner leurs produits préformatés, sous peine de disparaître.
Nous pouvons refuser cette monnaie que cols et blouses blanches consentent à la plèbe pour bons et loyaux impôts, cette vulgarisation du consentement, fausse émancipation qui parque l'opinion publique dans une zone où elle n'empiète pas sur la sphère politique. Sinon, sous prétexte de les instruire, les moutons seront bien gardés.
  Réponse avec citation
Vieux 22/06/2013, 16h16   #3
Sybille
Sybille
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 2 081
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par oda
merci Sybille ... je trouve l'article bien synthétique et clair ! Enfin lisible en tout cas pour moi.

J'aimerais bien savoir ce qu'en pensent Babeth et Marguerite ...

Notamment du fait que Babeth dit etre incommodée dans son bien etre a lire sur santé psy, quand elle lit certaines personnes comme moi, Jane et Amuie nous poser certaines questions abstraites en lien avec santé psy. Personnellement, je le vis assez mal, car je le vis comme si elle voulait m'interdire de penser ...ce debat est revenu plusieurs fois et a deja été modéré (il revient en s'exprimant plus posément).

Je constate les degats que cela peut faire au niveau medical et educatif, cette interdiction de penser ... le truc de la pleine conscience, je sais pas si vous voyez ... mon avis la dessus ? encore une belle arnaque pour supporter la connerie et la demission de la pensée (faut accepter, consentir quoi, toutes les conneries qu'on veut nous fourguer ...)

Extrait :

Alors, au lieu de vulgarisateurs, optons pour des émancipateurs - enseignants tournés vers ceux qui quitteront tôt les bancs et non vers l'excellence, journalistes précis et documentaristes exigeants - transmettant de la pensée libératrice et non des connaissances et ouvrant les esprits plutôt que les remplissant.

Leur leitmotiv : quelle est la connaissance minimale à transmettre pour qu'une personne puisse faire ses choix en connaissance de cause ?

Bien sûr, leurs articles sont généralement denses et longs comme un jour sans pain, leurs films moins riches, donc moins programmés. Si nous, ignares et experts de peu, mutualisons nos capacités critiques en réseaux, accroissons nos exigences et éventons les impostures, les médias ne pourront qu'abandonner leurs produits préformatés, sous peine de disparaître.
Nous pouvons refuser cette monnaie que cols et blouses blanches consentent à la plèbe pour bons et loyaux impôts, cette vulgarisation du consentement, fausse émancipation qui parque l'opinion publique dans une zone où elle n'empiète pas sur la sphère politique. Sinon, sous prétexte de les instruire, les moutons seront bien gardés.
Gloups, je ne pensais pas participer au débat sur un fil que je ne lis pas et où je n’interviens pas. Je ne crois pas qu’il y ait contradiction entre la pensée abstraite et, pour faire short, les expériences vécues ; c’est sans doute à l’articulation des deux que se trouve la chaleur humaine que nous pouvons partager sur un forum – et dans la vie, d’ailleurs. Vrai que j’ai souvenir, sur le forum soignants/soignés, de vous avoir reproché de négliger cette articulation, de vous en tenir à une réflexion désincarnée sans empathie – ni à l’égard des autres ni à votre propre égard. Mais j’ai eu l’impression que vous évoluiez, capable peu à peu de dire « je », de donner une épaisseur charnelle à vos propos abstraits, de vous « mouiller ».
Ceci dit, ce doit être un exercice beaucoup plus délicat sur un forum psy où beaucoup de monde a du mal à se coltiner les autres.
Quant au débat TCC versus psychanalyse - à l’arrière-plan, si j’ai bien compris-, si j’ai un point de vue intellectuel très net en faveur de la seconde, l’articulation avec l’expérience vécue m’incite à considérer, comme pour le débat médecine parallèle vs médicale scientiste,que la seule « vérité révélée » qui importe en la matière est le mieux-être des patients.
Sybille is offline   Réponse avec citation
Vieux 22/06/2013, 17h13   #4
cléo
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

"Au lieu de vulgarisateurs, optons pour des émancipateurs"

C'est le point d'achoppement, dans mon quotidien, entre ce que nous souhaitons offrir en tant que professionnels, et l'attente supposée (ou réelle, c'est vrai) des publics.

La réponse politique va dans le sens de cette vulgarisation.

Nous, médiateurs, souhaitons être des émancipateurs.

Je précise pour Oda que si l'article traite de vulgarisation de la science, il ne se réfère qu'aux sciences dures.
Pas pour rien, à mon avis.

Et le lien entre ce qu'il se passe sur un forum d'entraide psychique ne me semble absolument pas pertinent, de surcroît.Et le ramener dans cette section là d'atoute, non plus.


Merci Sybille, j'aime bien lire des choses qui me confortent dans le fait que j'ai raison
  Réponse avec citation
Vieux 23/06/2013, 15h17   #5
oda
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par Sybille
Gloups, je ne pensais pas participer au débat sur un fil que je ne lis pas et où je n’interviens pas. Je ne crois pas qu’il y ait contradiction entre la pensée abstraite et, pour faire short, les expériences vécues ; c’est sans doute à l’articulation des deux que se trouve la chaleur humaine que nous pouvons partager sur un forum – et dans la vie, d’ailleurs. Vrai que j’ai souvenir, sur le forum soignants/soignés, de vous avoir reproché de négliger cette articulation, de vous en tenir à une réflexion désincarnée sans empathie – ni à l’égard des autres ni à votre propre égard. Mais j’ai eu l’impression que vous évoluiez, capable peu à peu de dire « je », de donner une épaisseur charnelle à vos propos abstraits, de vous « mouiller ».
Ceci dit, ce doit être un exercice beaucoup plus délicat sur un forum psy où beaucoup de monde a du mal à se coltiner les autres.
Quant au débat TCC versus psychanalyse - à l’arrière-plan, si j’ai bien compris-, si j’ai un point de vue intellectuel très net en faveur de la seconde, l’articulation avec l’expérience vécue m’incite à considérer, comme pour le débat médecine parallèle vs médicale scientiste,que la seule « vérité révélée » qui importe en la matière est le mieux-être des patients.

votre message me fait chaud au coeur Sybille.

la seule vérité est celle que vous dites, et je maintiens ferme mon propos concernant le parallele avec les pretendues sciences de santé psy et autres psychiatrie fondée sur les "preuves".

Je n'ecris pas ici pour demontrer ... mais pour témoigner, je m'exprime ici maintenant, pour la premiere fois, en tant que soignante.

oda

p.s. je me demande si je ne devrais pas changer de pseudo pour m'exprimer en tant que soignante, car sinon cela génere un malaise chez moi ... je ne sais pas ce que vous en pensez et DDD ?

Dernière modification par oda 23/06/2013 à 15h22.
  Réponse avec citation
Vieux 25/06/2013, 19h58   #6
cléo
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par oda
Je constate les degats que cela peut faire au niveau medical et educatif, cette interdiction de penser ... le truc de la pleine conscience, je sais pas si vous voyez ... mon avis la dessus ? encore une belle arnaque pour supporter la connerie et la demission de la pensée (faut accepter, consentir quoi, toutes les conneries qu'on veut nous fourguer ...)

Bonsoir Oda,
ce que tu évoques m'intéresse, mais je n'ai pas une connaissance suffisamment approfondie de la thérapie par la pleine conscience.

En effet, nous sommes dans une société qui ne veut surtout pas de rebelles.
Ainsi, en cas de mal-être au travail, par exemple, on se verra proposer d'investir pleinement notre temps libre afin de supporter le quotidien plutôt que de s'organiser pour essayer de changer ses conditions de travail.

Cependant, je ne cerne pas vraiment le lien avec la pleine conscience.

Je pratique la méditation depuis des années, je pense que cela s'approche de la pleine conscience?
Or, je ne ressens pas cette pratique comme une interdiction de penser, ni même comme une acceptation de toute chose.
J'ai une formule 1 dans la tête, c'est terrible, rien ne s'arrête, ça jaillit de partout et puissamment,
la pensée, les sens, tous les sens, surstimulés en permanence, et le mental,
rien ne ralentit cela, sauf la méditation,
(et l'alcool.....)
dont j'ai commencé à ressentir les bénéfices au bout d'une année environ.

Peux-tu préciser ta pensée, ainsi que la définition de la pleine conscience dans un cadre thérapeutique, et ses applications?

Je ne suis pas sûre que ce soit l'endroit, mais tu peux échanger par mp, si tu le souhaites.

Merci
  Réponse avec citation
Vieux 25/06/2013, 20h17   #7
:-)
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par oda
J'aimerais bien savoir ce qu'en pensent Babeth et Marguerite ...

Notamment du fait que Babeth dit etre incommodée dans son bien etre a lire sur santé psy, quand elle lit certaines personnes comme moi, Jane et Amuie nous poser certaines questions abstraites en lien avec santé psy. Personnellement, je le vis assez mal, car je le vis comme si elle voulait m'interdire de penser ...ce debat est revenu plusieurs fois et a deja été modéré (il revient en s'exprimant plus posément).


Tu n'as rien compris, ou tu ne veux pas comprendre ?
Y a pas que Babette, y a une floppée de gens qui disent pareil.
Sur santé psy, les gens s'exposent.
Ils n'ont pas envie de pseudos professionnels en chemin ni de leurs interventions.
C'est pas le lieu.
T'es bouchée ou quoi ?
C'est quand meme dingue, apres tout ce foin, que tu en sois encore là !!!
Bon je vais être plus claires: vous etes ridicules avec vos théories psys, vous n'avez pas le niveau, et on a pas envie d être vos cobayes.
Vous avez besoin de nous, en tant que matière à penser, alors que nous, on a besoin de s'en sortir.
Vous etes détestables à venir utiliser nos souffrances exposées comme matière à penser.
C'est insupportable.
C'est plus clair ainsi ?

(vriament désolée Sybille d'intervenir ainsi dans votre discussion).
  Réponse avec citation
Vieux 25/06/2013, 20h46   #8
cléo
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par :-)
Tu n'as rien compris, ou tu ne veux pas comprendre ?
Y a pas que Babette, y a une floppée de gens qui disent pareil.
Sur santé psy, les gens s'exposent.
Ils n'ont pas envie de pseudos professionnels en chemin ni de leurs interventions.
C'est pas le lieu.
T'es bouchée ou quoi ?
C'est quand meme dingue, apres tout ce foin, que tu en sois encore là !!!
Bon je vais être plus claires: vous etes ridicules avec vos théories psys, vous n'avez pas le niveau, et on a pas envie d être vos cobayes.
Vous avez besoin de nous, en tant que matière à penser, alors que nous, on a besoin de s'en sortir.
Vous etes détestables à venir utiliser nos souffrances exposées comme matière à penser.
C'est insupportable.
C'est plus clair ainsi ?



(vriament désolée Sybille d'intervenir ainsi dans votre discussion).

Je fais partie de ceux qui pensent la même chose.De cette flopée là.

Et pourtant, je m'intéresse aux théories
Mais sur santé psy, non non non.
Et non non non, elles veulent pas comprendre.
  Réponse avec citation
Vieux 26/06/2013, 00h17   #9
:-)
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Oda, pardonnes moi le sujet m'irrite, mais désolée d'avoir été désagréable avec toi.
Mais c'est difficile, de dire et redire sans cesse la meme chose au bout d'un moment on s'énerve...
  Réponse avec citation
Vieux 26/06/2013, 17h50   #10
oda
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par :-)
Oda, pardonnes moi le sujet m'irrite, mais désolée d'avoir été désagréable avec toi.
Mais c'est difficile, de dire et redire sans cesse la meme chose au bout d'un moment on s'énerve...

;-)

je le vis moins mal quand les critiques viennent de toi, je ne sais pas pourquoi.
Mais alors il faudrait un espace un peu distinct ou quoi ?

Ou sinon, je peux me limiter à partir dans des trucs un peu plus théoriques seulement sur mon fil à moi "Prendre vraiment soin de soi" ...

Note ce que dis Calmo, certains semble trouver quand même un peu parfois leur compte dans des arguments un peu plus abstraits pour lire autrement leur propre situation et souffrance psy.

Moi j'y trouve mon compte, quand par exemple quelque part on m'a renvoyé, donc quelque part fait une interprétation que le stress de la mère se reportait directement sur l'enfant, ben j'ai filé consulter et j'ai eu drôlement raison. Je ne l'aurais pas fait sans avoir reçu cette observation d'un autre forumeur.



ps : on est pas entrain de déborder du sujet du fil de Sybille là ?
  Réponse avec citation
Vieux 27/06/2013, 07h41   #11
oda
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par Sybille
Gloups, je ne pensais pas participer au débat sur un fil que je ne lis pas et où je n’interviens pas. Je ne crois pas qu’il y ait contradiction entre la pensée abstraite et, pour faire short, les expériences vécues ; c’est sans doute à l’articulation des deux que se trouve la chaleur humaine que nous pouvons partager sur un forum – et dans la vie, d’ailleurs. Vrai que j’ai souvenir, sur le forum soignants/soignés, de vous avoir reproché de négliger cette articulation, de vous en tenir à une réflexion désincarnée sans empathie – ni à l’égard des autres ni à votre propre égard. Mais j’ai eu l’impression que vous évoluiez, capable peu à peu de dire « je », de donner une épaisseur charnelle à vos propos abstraits, de vous « mouiller ».
Ceci dit, ce doit être un exercice beaucoup plus délicat sur un forum psy où beaucoup de monde a du mal à se coltiner les autres.
Quant au débat TCC versus psychanalyse - à l’arrière-plan, si j’ai bien compris-, si j’ai un point de vue intellectuel très net en faveur de la seconde, l’articulation avec l’expérience vécue m’incite à considérer, comme pour le débat médecine parallèle vs médicale scientiste,que la seule « vérité révélée » qui importe en la matière est le mieux-être des patients.

Bonjour Sybille,

je ne sais si cet autre article pourrait trouver un écho à celui sur la vulgarisation scientifique ...

1984, c'est maintenant

sujet sensible ... je vais encore me faire lyncher ?

afin d'eviter tout malentendu, je crois bon de préciser que je n'ai rien contre le mariage pour tous, par contre je trouve qu'il y a lieu de questionner la théorie du genre. Nous en avions discuté il y a un bail avec Orion et DDD sur un fil sur soignants/soignés (à propos de l'intégration de la théorie du genre dans les cours de biologie en terminale, si je me rappelle)


http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?t=139320


http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?t=141751

Dernière modification par oda 27/06/2013 à 07h44.
  Réponse avec citation
Vieux 27/06/2013, 08h02   #12
oda
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par vazivaza
Par définition, une théorie scientifique se base sur l'experience, et peut ainsi être confirmée ou infirmée, par des "contre-expériences" si j'ose dire. On est loin de la théorie des genres, telle que formulée.Cela dit, elle a le mérite de faire bondir c. Boutin et ne peut être fondamentalement mauvaise, du coup .

Posté par oda
Ok mais alors, il me semble qu'on n'est plus dans le champ de la science, mais dans celui de l'idéologie et de la politique (qui reprennent volontiers à leur compte qu'elles se fonderaient sur "la science" ...)

Est-ce un raisonnement scientifiquement acceptable que de dire :
"une théorie -qui serait à ce stade loin d'être scientifique- ne peut être fondamentalement mauvaise par ce qu'elle est progressiste ?

.....
  Réponse avec citation
Vieux 27/06/2013, 09h13   #13
cléo
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Bonjour,

Je n'ai pas le temps d'aller voir les liens et encore moins de les lire,

mais j'ai lu il y a pas mal de temps un article intéressant au sujet des détracteurs de la théorie du genre.

Je poste le lien, je reviens ce soir lire le reste

http://www.lemonde.fr/societe/articl...069_3224.html?
  Réponse avec citation
Vieux 27/06/2013, 16h29   #14
castor
 
Messages: n/a
Re: Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Bonjour,

La théorie du genre n'existe pas. Ce sont des études du genre dont il faut parler.

http://www.lemonde.fr/ecole-primaire...0_1473688.html
  Réponse avec citation
Vieux 27/06/2013, 17h58   #15
oda
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par castor
Bonjour,

La théorie du genre n'existe pas. Ce sont des études du genre dont il faut parler.

http://www.lemonde.fr/ecole-primaire...0_1473688.html

cqfd

ben alors si le Monde (article de vulgarisation philosophique, cette fois) nous le dit, c'est pour sûr que "la théorie du genre n'existe pas", surtout si c'est Christine Boutin qui a inventé le terme !

cqfd !
1984 : c'est maintenant

P.S. : Castor, peux-tu rechercher si la théorie Queer existe bien ou pas ?
Que raconte le Monde de l'éducation à ce propos ?
  Réponse avec citation
Vieux 27/06/2013, 22h36   #16
cléo
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par castor
Bonjour,

La théorie du genre n'existe pas. Ce sont des études du genre dont il faut parler.

http://www.lemonde.fr/ecole-primaire...0_1473688.html


Oui.
  Réponse avec citation
Vieux 27/06/2013, 22h37   #17
cléo
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par cléo
Oui.


Et je me retire.
  Réponse avec citation
Vieux 27/06/2013, 22h53   #18
oda
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par castor
Bonjour,

La théorie du genre n'existe pas. Ce sont des études du genre dont il faut parler.

http://www.lemonde.fr/ecole-primaire...0_1473688.html

Faudra expliquer - si c'est pas une théorie- ce que cela venait faire dans le programme de biologie de terminale, hein ? Il me semble que cela a dû être retiré depuis, si quelqu'un a des infos ...

Parce que si ce n'est pas une théorie ce serait donc une croyance, une idéologie !

La Norvège, en tout cas, a cessé de financé les "études" sur le genre

Théorie du genre : La Norvège dit stop, saint-ouen expérimente

L'exemple norvégien : quand la science ruine une pseudo-science

Alors que la France s'engouffre la tête la première dans un mouvement d'indifférenciation des genres, la Norvège nous montre peut-être notre avenir, ce pays ayant été désigné comme celui qui respectait le mieux l'égalité des genres. Et nous serions sans doute bien inspirés de regarder à la loupe son exemple et ce qu'il nous enseigne. Le documentaire d'Harald Eia (en fin d'article, à regarder absolument !), diffusé en 2010, est édifiant. Il montre qu'en dépit des mesures politiques qui ont été prises pour instaurer l'égalité et l'indifférenciation, les hommes et les femmes ont invariablement des centres d'intérêts très différents, et ne sont pas attirés du tout par les mêmes activités ; ainsi, en Norvège, les ingénieurs restent très majoritairement des hommes (90%) et les infirmières des femmes (90%). Harald Eia essaie alors de comprendre cette "anomalie", dans un pays où aucune discrimination n'empêche les femmes de devenir ingénieurs et les hommes infirmiers. Et il convoque pour cela une batterie d'experts mondialement reconnus.
  Réponse avec citation
Vieux 27/06/2013, 23h26   #19
castor
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par oda
cqfd

ben alors si le Monde (article de vulgarisation philosophique, cette fois) nous le dit, c'est pour sûr que "la théorie du genre n'existe pas", surtout si c'est Christine Boutin qui a inventé le terme !

cqfd !
1984 : c'est maintenant

P.S. : Castor, peux-tu rechercher si la théorie Queer existe bien ou pas ?
Que raconte le Monde de l'éducation à ce propos ?


Ne me prends pas pour une sotte.

La théorie queer, ça tient plus du féminisme. D'un courant féministe dont je suis proche. C'est un discours militant. Mais je n'ai pas approfondi, honnêtement. Parce que la théorisation du féminisme, ben c'était bon quand j'avais 20 ans. Mais maintenant, ça me fatigue un peu.

Les études du genre, c'est ce qui importe.
  Réponse avec citation
Vieux 28/06/2013, 09h30   #20
cléo
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par cléo

Peux-tu préciser ta pensée, ainsi que la définition de la pleine conscience dans un cadre thérapeutique, et ses applications?

Je ne suis pas sûre que ce soit l'endroit, mais tu peux échanger par mp, si tu le souhaites.

Merci


Je suis déçue que tu n'aies pas développé.
Pas grave

Mais je considère comme nulle une pensée non étayée.
  Réponse avec citation
Vieux 28/06/2013, 09h32   #21
cléo
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par castor
Ne me prends pas pour une sotte.

La théorie queer, ça tient plus du féminisme. D'un courant féministe dont je suis proche. C'est un discours militant. Mais je n'ai pas approfondi, honnêtement. Parce que la théorisation du féminisme, ben c'était bon quand j'avais 20 ans. Mais maintenant, ça me fatigue un peu.

Les études du genre, c'est ce qui importe.

Je suis pleinement en accord avec toi Castor.

Bonne journée
  Réponse avec citation
Vieux 28/06/2013, 10h46   #22
oda
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Vu que la théorie du genre est un sujet hyper chatouilleux actuellement, il serait bon d'illustrer avec une autre thématique comment la subversion du discours scientifique vise à noyer idéologiquement les pékins moyens que nous sommes, sous prétexte de progressisme.

Je le redis, je n'ai rien contre le mariage pour tous, par contre je trouve discutable l'introduction de l'idéologie du gender dans les ouvrages de biologie de terminale.

Que les théories et les études du genre et du queer soient intégrées aux ouvrages de philosophie, là est leur place.

A bon entendeur, salut.
  Réponse avec citation
Vieux 28/06/2013, 11h28   #23
castor
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par oda
Vu que la théorie du genre est un sujet hyper chatouilleux actuellement, il serait bon d'illustrer avec une autre thématique comment la subversion du discours scientifique vise à noyer idéologiquement les pékins moyens que nous sommes, sous prétexte de progressisme.

Je le redis, je n'ai rien contre le mariage pour tous, par contre je trouve discutable l'introduction de l'idéologie du gender dans les ouvrages de biologie de terminale.

Que les théories et les études du genre et du queer soient intégrées aux ouvrages de philosophie, là est leur place.

A bon entendeur, salut.


Ah ben non. Les études du genre, c'est important qu'on en parle en biologie.

Ne serait-ce que pour espérer que les jeunes ne prennent pas pour argent comptant des conneries comme "Les hommes viennent de mars et les femmes de vénus".

Pour que les filles sachent qu'elles ne sont pas anormales si elles ont envie de faire des math ou de devenir ingénieur. Et que les mecs ont le droit de se sentir fragiles, par ex.

Et que nous ne sommes pas entièrement déterminés par nos hormones.
  Réponse avec citation
Vieux 28/06/2013, 11h53   #24
oda
 
Messages: n/a
Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

Citation:
Posté par castor
Ah ben non. Les études du genre, c'est important qu'on en parle en biologie.

Ne serait-ce que pour espérer que les jeunes ne prennent pas pour argent comptant des conneries comme "Les hommes viennent de mars et les femmes de vénus".

Pour que les filles sachent qu'elles ne sont pas anormales si elles ont envie de faire des math ou de devenir ingénieur. Et que les mecs ont le droit de se sentir fragiles, par ex.

Et que nous ne sommes pas entièrement déterminés par nos hormones.

Castor,

ceci est mon tout dernier message pour argumenter avec toi dans des discussions intellos ou théorique, mais je te suggère d'aller lire l'article sur ce qui s'est passé en Norvège avec tes fameuses études indispensables sur le genre : tous les financements sont suspendus (cf. l'article d'Agoravox que j'ai posté plus haut). Ceci après des études scientifiques justement sur la question. Donc je ne sais pas ce qu'il te faut ?

Tu me donnes l'impression d'être dans la croyance plus que dans la science, pire tu ériges des pseudo-sciences en croyances toutes puissantes, telles que tu les martèles à droite et à gauche dans toutes les parties du forum.

Je ne veux pas faire comme toi, donc j'arrête tous ces blablas.

J'aurais cependant aimé avoir une conclusion de la part de Sybille, qui a introduit ce débat sur la subversion des discours politiques et idéologiques à partir de la subversion du discours scientifique en sa vulgarisation.

  Réponse avec citation
Vieux 28/06/2013, 12h38   #25
cléo
 
Messages: n/a
Re : Re: Re : Il y a vulgarisation et vulgarisation

J'ai lu.
Aujourd'hui pourtant, l'imagerie cérébrale cherche encore des spécificités propres à un cerveau masculin et un cerveau féminin.
(Mais on est sûrs que les filles ont le même potentiel par rapport aux maths que les garçons.Pourquoi lèvent-elles le pied et leur cèdent-elles la place, alors?)
Il s'agit bien d'éducation et de contexte environnemental, selon moi et pas que, qui détermine les orientations de chacun.
Dommage que tu ne souhaites pas discuter, ni avec Castor, et encore moins avec moi, mais c'est ton choix.

Citation:
Posté par oda

Théorie du genre : La Norvège dit stop, saint-ouen expérimente

L'exemple norvégien : quand la science ruine une pseudo-science

Alors que la France s'engouffre la tête la première dans un mouvement d'indifférenciation des genres, la Norvège nous montre peut-être notre avenir, ce pays ayant été désigné comme celui qui respectait le mieux l'égalité des genres. Et nous serions sans doute bien inspirés de regarder à la loupe son exemple et ce qu'il nous enseigne. Le documentaire d'Harald Eia (en fin d'article, à regarder absolument !), diffusé en 2010, est édifiant. Il montre qu'en dépit des mesures politiques qui ont été prises pour instaurer l'égalité et l'indifférenciation, les hommes et les femmes ont invariablement des centres d'intérêts très différents, et ne sont pas attirés du tout par les mêmes activités ; ainsi, en Norvège, les ingénieurs restent très majoritairement des hommes (90%) et les infirmières des femmes (90%). Harald Eia essaie alors de comprendre cette "anomalie", dans un pays où aucune discrimination n'empêche les femmes de devenir ingénieurs et les hommes infirmiers. Et il convoque pour cela une batterie d'experts mondialement reconnus.
  Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Navigation rapide



Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.