Forum médical Atoute.org

Recherche :
Derniers articles publiés :

Précédent   Forum > Conférence Principale > La médecine, les soignants et les soignés
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

La médecine, les soignants et les soignés Ethique médicale, bonnes ou mauvaises relations entre patients et médecins, coups de coeur ou coups de gueule médicaux, exercice professionnel : c'est ici.

Réponse
 
Outils de la discussion Rechercher uniquement dans cette discussion Modes d'affichage
Vieux 08/12/2005, 17h14   #1
Outre_monde
 
Messages: n/a
Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Comme nous le savons tous, les médecins signent le serment d'hyppocrate et sont donc soumis au secret médical ( notion particulièrement complexe et qui peut souvent sembler très floue).

Qu'est ce que le secret médical ?
Qu'est ce qu'un cas clinique ?

Quelle doit être la transmission d'un cas clinique, sa formulation, que peut on dire dans un cas clinique, et à quoi bien sur sert le cas clinique ?

A première vue sans avoir fait de recherche il me semble que le cas clinique s'inscrit dans le cadre professionnel et est destiné aux professionnels bien que quiconque puisse acheter un livre de cas cliniques. Ainsi son contenu est réglementé par des règles precises qui définissent son contenu, ce que l'on peut mettre et ce que l'on ne peut pas mettre. Son but (il me semble), informer, former, inviter les professionnels à discuter des diagnostics etc.


Confidentialité et secret médical dans les cas cliniques.
( je n'ai pas encore trouvé les règles de confidentialité ... mais je suppose qu'il s'agit de cela ).

Préserver l'identité du patient/sujet du cas clinique :
-ne pas donner de détails permettant de le reconnaitre
-se limiter aux informations importantes pour comprendre le cas, le diagnostic.
-ne pas divulguer son nom ou le modifier


Voila le problème que je me pose :
j'ai lu des blogs d'une psychiatre canadienne et d'un sexologue clinicien qui parlent de leurs patients.
Le sexologue clinicien dit respecter l'éthique et le secret médical parce qu'il ne divulgue pas le nom de sa patiente ( le modifie ). La psychiatre canadienne n'a pas semblé avoir posté un seul sujet à propos d'éthique.
Je précise que ce que j'ai mis en première partie c'est à dire mes interrogations à propos du cas clinique est là pour présenter la distinction entre le récit d'un cas clinique, professionnel et inscrit dans un cadre précis et ce type de publication. Car on ne rencontre pas ce type d'écrit dans un autre contexte que le cas clinique habituellement.
A quoi servent ces "expositions" ?
première hypothèse : informer le grand public .
-> pourtant aucune structure professionnelle ( cela n'a donc rien à voir avec un cas clinique) , tout est mélangé, propos de la patiente, de son histoire personnelle, relevé de petits détails tels que " fumer une cigarette" ... tout cela ressemble plus ou moins à un blog, journal intime. Cependant l'auteur prétend :

"
je ne parle pas de mes patients. Le cas d’Hélène est une présentation simplifiée d’un cas réel. Tout est vrai du point de vue médical et tout est faux de point de vue identité, non, ou situation sociale. En aucun cas je trahirais la confiance d’une patiente. En aucun cas."


On peut se demander si :
-"Hélène" est d'accord que l'on raconte des élements de son histoire sur internet et si on lui a posé la question.
- si cette présentation au jour le jour sert véritablement à informer la population, ou des professionnels ?


"La relation d’Hélène avec sa mère est fusionnelle. Hélène habite la région parisienne pour continuer ses études et pour travailler mais le téléphone entre elle et sa maman est quotidien."

Cette relation médecin-patient est thérapeuthique. Quel peut être l'apport réel pour le patient et pour le médecin de ce genre de "publications sauvages" ?

-Pour le patient aucun, surtout que son histoire peut être à l'origine de commentaires de "monsieur tout le monde", de tout internaute. Etait-ce bien l'objectif de ce patient ?

-Pour le médecin : se décharger d'un certain poids professionnel ? Pour cela il existe des "référents" ..., eux même médicaux et plus à même de comprendre les difficultés qu'un sexologue rencontre au quotidien.


Je ne mettrai pas de lien vers ce blog car mon mssage n'est pas destiné à dénoncer cette personne en particulier, mais plutôt destiné à la reflexion.





Le cas clinique en psychologie/psychiatrie n'est-il pas completement différent du cas clinique ""médical somatique"" ? En effet dans la plupart des cas cliniques en lien avec la psychologie/psychiatrie on est amené à parler de l'histoire du patient et donc d'une part nécessairement capitale de son identité, intimité.

Divulguer ce type d'informations ( que ce soit dans le cadre d'un cas clinique ou non ) tout en ne donnant pas le nom de la personne dans le domaine de la psychologie/psychiatrie n'est il pas bien plus risqué que de parler de symptomes somatiques en dermatologie ( par exemple ?).


Dernière modification par Outre_monde 08/12/2005 à 17h17.
  Réponse avec citation
Vieux 10/12/2005, 13h38   #2
Apokrif
Membre
 
Date d'inscription: février 2005
Messages: 342
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Citation:
Posté par Outre_monde
Comme nous le savons tous, les médecins signent le serment d'Hippocrate et sont donc soumis au secret médical

En France, à ma connaissance, ce n'est pas le serment qui a une valeur légale, mais les textes législatifs et réglementaires, notamment ceux du CSP et du Code pénal.

Citation:
A première vue sans avoir fait de recherche il me semble que le cas clinique s'inscrit dans le cadre professionnel et est destiné aux professionnels bien que quiconque puisse acheter un livre de cas cliniques.

Loi du 4 mars 2002: « Deux ou plusieurs professionnels de santé peuvent toutefois, sauf opposition de la personne dûment avertie, échanger des informations relatives à une même personne prise en charge, afin d'assurer la continuité des soins ou de déterminer la meilleure prise en charge sanitaire possible. » Dans le cadre d'une publication scientifique, la diffusion des informations n'a pas pour but de soigner le malade (si la publication est une demande d'avis à de nombreux confrères, on peut donner des informations sans révéler l'identité du malade).

Dernière modification par Apokrif 10/12/2005 à 13h42.
Apokrif is offline   Réponse avec citation
Vieux 10/12/2005, 15h01   #3
Winnie
 
Messages: n/a
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Bonjour,

On en parlait récemment sur Santé-Psy, il y a effectivement un tiraillement entre la nécessité de communiquer avec ses pairs et de former les étudiants d'une part, et le problème éthique que pose la divulgation (même retravaillée et masquée) d'informations confidentielles d'autre part.
Quand les publications sont accessibles au grand public, on ne se limite généralement pas à gommer les noms, les données personnelles et à ne garder que ce qui est indipensable à la compréhension du "cas". D'autres moyens sont utilisés: on "fusionne" souvent plusieurs histoires en une seule, on trouve diverses solutions pour brouiller les pistes.

Pour ce qui est des publications sur internet, d'autres précautions ont été prises. Je ne connais pas toutes les options retenues, mais les associations psychanalytiques membres de l'API sont formelles à ce sujet: pas de cas clinique sur internet.
Voici l'appel à publication de la SPP par exemple:
Citation:
Pour soumettre un texte...
Vous devez être membre ou élève d'une société psychanalytique (indiquez votre appartenance). Ce texte s'efforcera d'être le plus bref possible et ne devra pas dépasser une dizaine de pages.
Il est souhaitable qu'il développe une idée originale, que l'auteur souhaite mettre en discussion. Afin de préserver la confidentialité, il ne contiendra pas d'exemples cliniques, sauf ceux déjà classiques empreintés à la littérature analytique.

Pour les exemples que vous citez, c'est évidemment à condamner. On ne peut pas faire l'économie d'une réflexion éthique quand on exerce ces métiers.
  Réponse avec citation
Vieux 10/12/2005, 15h20   #4
Cafe_Sante
Administrateur
 
Avatar de Cafe_Sante
 
Date d'inscription: février 2005
Messages: 4 890
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Bonsoir,
Citation:
Posté par Winnie
Pour les exemples que vous citez, c'est évidemment à condamner. On ne peut pas faire l'économie d'une réflexion éthique quand on exerce ces métiers.

Je ne crois pas quel le problème soit fondamentalement différent pour les observations "psy" ou pour les autres. Il y a rupture du secret si quelqu'un trouve l'identité du patient.

Et là, tout dépend du contexte.

Un visage flouté n'empèchera pas le mari de reconnaître sa femme. Une histoire, même sans nom, sera reconnue par ceux qui en sont les protagonistes. Cette photo n'est certainement pas anonyme pour ses proches.

Quand je parle de certains de mes patients, je ne dis jamais les noms, mais parfois ma femme arrive à savoir de qui je parle, par le contexte, et par les informations qui circulent dans le village.

Quand nous parlons entre médecins, idem. Il nous arrive de reconnaître les malades que nous avons déjà vus par ailleurs.

Nous avons besoin des cas cliniques pour nous former, ou pour résoudre quelques énigmes médicales. Internet élargit le public qui peut en prendre connaissance et donc les dangers de la divulgation. A nous d'être prudents !
__________________
Philippe, médecin à la campagne
Cafe_Sante is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/12/2005, 12h09   #5
Kocho
 
Messages: n/a
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Citation:
Posté par Apokrif
En France, à ma connaissance, ce n'est pas le serment qui a une valeur légale, mais les textes législatifs et réglementaires, notamment ceux du CSP et du Code pénal.

L'ethique et la légalité sont deux problèmes différents. Quelles que soient la profession ou la personne, il vaut toujours mieux discuter des questions éthiques en dehors du cadre légal avant de voir si celui-ci correspond à l'éthique, non le contraire.

Si un médecin refuse de divulguer des informations confidentielles sur un patient au cours d'une enquête, malgré l'injonction d'un juge et même s'il est condamné ensuite par la justice, on peut considérer qu'il a agit selon l'éthique médicale...

N'oublions pas que la désobéissance civile (ou civique) est un choix éthique parfaitement respectable, même si par définition elle implique l'illégalité.

Pour revenir à la question, il me semble qu'il s'agit ici entre autre de déterminer si la tenue d'un blog qui donne des informations sur la vie d'un médecin (et en particulier d'un psy) est utile au patient ou bien si cela peut lui nuire.

Là dessus, j'ai quand même une question : est-ce que les psy en question (qui ne sont a priori pas psychanalystes) écrivent leurs blog sous son propre nom ou sous un pseudo ? Parce qui s'ils écrivent sous pseudonyme en plus de changer le nom et le contexte social de ses patients, ça me paraît difficile de leur reprocher quoique ce soit, le risque que quiconque soit reconnu étant du coup quasiment nul (sans parler du fait qu'on peut croire se reconnaître dans un cas et se tromper du tout au tout)... Et même s'ils écrivent sous leurs vrai nom, il me semble que s'ils changent plusieurs détails significatifs mais n'ayant que peu de rapport avec le cas (comme par exemple le sexe ou l'âge d'un patient, les dates, etc), il y a tout de même une certaines marge de manœuvre avant de ne serait-ce que risquer de le mettre en danger... Quant au fait de témoigner de la vie quotidienne (ce qu'est censé être un blog) d'un médecin auprès du grand public, c'est tout de même utile, en tant que témoignage et en tant qu'information… avoir le point de vue des médecins ça aide à mieux les comprendre et à mieux se faire comprendre d'eux, non ? Il n'y a pas que la formation des étudiants à prendre en compte, la formation du public peut être considérée comme tout aussi importante (c'est en tout cas une position courante outre-atlantique)...

Dernière modification par Kocho 12/12/2005 à 03h08.
  Réponse avec citation
Vieux 11/12/2005, 12h26   #6
Outre_monde
 
Messages: n/a
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Chaque histoire est singulière et témoigne de l'identité de la personne même s'il est impossible de savoir de quel patient ce médecin parle.

Si j'étais "Hélène" et que je lise ces posts, je serai en colère après mon médecin, car même si personne ne pourrait me reconnaître, je ne voudrai pas qu'il mélange le récit de sa vie avec le mien, qu'il cite mes phrases, parle de ma relation ainsi etc ...


Il ne s'agit pas d'une étude de cas scientifique, aucune rigueur et je ne vois pas en quoi des professionnels pourraient se baser sur blog pareil pour s'informer et discuter de cas. Quand on veut parler de cas pour informer des confrères on n'écrit pas sur un blog ainsi, on fait preuve de sérieux.
Dites moi ce qu'il y a de sérieux dans ce type de petits récits ?

" Depuis quelques jours, je vous parle d'Hélène. Elle est revenue pour notre deuxième rendez vous. Cette fois, pas baillant, elle déprime, et elle a eu des mots très durs avec son copain. Je lui pose plusieurs questions sur ce copains. Elle dérobe un peu. Je la laisse parler de ses mots durs de son copains. Il ne veut plus la voir. Il n'arrive a rien avec elle. Elle me dit qu'il travaille dans uns entreprise de tissus. Vous vous voyez souvent ? Non, il commence à prendre ses distances. Cette fois Hélène m'avoue une vérité que j'avais deviné. Elle avait ce qu'on appelle vaginisme primaire, c’est-à-dire qu’elle est incapable d’être pénétrée. A ce jour, Hélène est vierge. J'entendais sa voie trembler. Elle est assise sur le divan. Elle allume une cigarette. J'aime pas ça mais je sais que les clopes ne sont pas pour le moment son premier problème. Elle me dit qu'elle a rarement désiré un garçon. Puis l'orgasme, je ne sais ce que c'est. je le vois dans les films. Moi jamais. Jusqu’à ce jour, j'ai n’a jamais eu de pénétration. J'ai fait des rares tentatives de pénétration avec mon copain actuel. Pas possible. Douleur terrible atours de mon sexe, et dans les reins."


Je pense qu'aucun des patients qui surfent sur Santé-psy n'aimeraient retrouver ainsi le contenu de leurs consultations sur internet, même si personne ne peut les reconnaître !

Un médecin sérieux tiendrait compte de ce genre de risque, et qu'il ne se risquerait pas à blesser un patient en racontant ce genre de choses sans aucun but "scientifique", si ce n'est un petit but personnel : exhiber ce que lui disent ses patients ou se soulager de ce qu'il entend.


je concluerai avec un avis plus que subjectif :

Mon histoire, c'est moi, mes paroles c'est moi, mon identité. Celui qui la raconte devrait payer des droits d'auteur, ou alors qu'il invente lui même ses histoires et parle de sa propre vie sans se servir de la vie des autres, celle que lui même ne vit pas et qu'on lui raconte quand on va mal.


Dernière modification par Outre_monde 11/12/2005 à 12h29.
  Réponse avec citation
Vieux 11/12/2005, 12h36   #7
Kocho
 
Messages: n/a
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Citation:
Posté par Outre_monde
Il ne s'agit pas d'une étude de cas scientifique, aucune rigueur et je ne vois pas en quoi des professionnels pourraient se baser sur blog pareil pour s'informer et discuter de cas. Quand on veut parler de cas pour informer des confrères on n'écrit pas sur un blog ainsi, on fait preuve de sérieux.
Dites moi ce qu'il y a de sérieux dans ce type de petits récits ?

Ce que je lis me semble pour ma part quasi générique et je ne vois pas comment reconnaître quelqu'un à partir de ces éléments... Quant aux spécifiques : le coup de la cigarette, par exemple, peut être vrai ou faux (et remplacer un autre signe visible de nervosité)... Et il est peu probable que la personne en question travaille vraiment dans une fabrique de tissus...
Encore une fois, il n'y a pas que les professionnels à prendre en compte. Quelqu'un qui passerait par les mêmes difficultés qu'Hélène peut trouver un soulagement de savoir qu'elle n'est pas seule à avoir ces problèmes...
On est pas loin ici de se demander s'il est possible même pour un médecin d'écrire des fictions médicales (qui seront toujours plus ou moins basées sur son expérience personnelle)…

Pour ce qui est de la réaction du patient lui-même s'il tombe sur un tel texte... Je pense que c'est aussi une question de personne. Je connais le cas d'un écrivain qui a fait un récit autobiographique dans lequel il a fait le portrait de certains de ses amis qui ne se sont jamais reconnus...

Dernière modification par Kocho 11/12/2005 à 12h40.
  Réponse avec citation
Vieux 11/12/2005, 12h40   #8
Outre_monde
 
Messages: n/a
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Apparemment personne ne voit ce que je veux dire lorsque j'écris que ce n'est pas important de pouvoir ou non reconnaître la personne.

Faites un sondage sur santé psy, vous verrez bien que les personnes qui vont voir un psy n'ont pas envie , même si on ne peut pas les reconnaître que quelqu'un parle de leur vie ainsi.

La preuve est bien là, ce médecin a reçu des mails agressifs de personnes qui trouvaient cela honteux. Si un psy n'en a rien à faire de ce que ces propos peuvent faire à un patient alors on se demande bien pourquoi il fait ce métier.
  Réponse avec citation
Vieux 11/12/2005, 15h47   #9
Cafe_Sante
Administrateur
 
Avatar de Cafe_Sante
 
Date d'inscription: février 2005
Messages: 4 890
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Citation:
Posté par Outre_monde
Apparemment personne ne voit ce que je veux dire lorsque j'écris que ce n'est pas important de pouvoir ou non reconnaître la personne.

Bonsoir,

Je vois, mais je ne suis pas d'accord. Si l'on suivait votre raisonnement plus personne ne pourrait écrire de texte faisant intervenir des dialogues en médecine. Et par exemple, Martin Winckler ne pourrait pas publier la Maladie de Sachs.

Raconter des histoires avec les histoires des autres, ça s'appelle de la littérature. Elle peut choquer certaines personnes. Ça fait partie du jeu.
__________________
Philippe, médecin à la campagne
Cafe_Sante is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/12/2005, 15h54   #10
Outre_monde
 
Messages: n/a
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Citation:
Posté par Cafe_Sante
Bonsoir,

Je vois, mais je ne suis pas d'accord. Si l'on suivait votre raisonnement plus personne ne pourrait écrire de texte faisant intervenir des dialogues en médecine. Et par exemple, Martin Winckler ne pourrait pas publier la Maladie de Sachs.

Raconter des histoires avec les histoires des autres, ça s'appelle de la littérature. Elle peut choquer certaines personnes. Ça fait partie du jeu.


Très bien alors s'il s'agit de littérature je pense qu'il serait bon qu'il le précise au début de son blog. Là je suis tout à fait d'accord

"Attention, ici blog littéraire et non exposition de cas cliniques"



Au lieu de cela il a écrit

" Salut je m'appelle Martin, et je suis sexologue dans la région parisienne depuis 1997. Si vous pensez que c'est un beau métier, je dirais que c'est pas toujours évident, si vous pensez que c'est un métier sans intérêt je vous réponds : pas de tout. J'ai 37 ans , je suis marié. Ma sexualité !!! aucune importance , mais tout va bien , merci le but de ce blog est de vous raconter , de vous exposer les cas des patients qui me consultent sans trahir aucun secret médical ou professionnel. Martin vous salue bien"



Je pensais qu'il s'agissait d'un blog de médecin , pas d'un blog " écrivain de polar" . Libre à lui de faire de la littérature , je pensais qu'il voulait faire des cas cliniques.




Dernière modification par Outre_monde 11/12/2005 à 15h58.
  Réponse avec citation
Vieux 11/12/2005, 16h11   #11
Cafe_Sante
Administrateur
 
Avatar de Cafe_Sante
 
Date d'inscription: février 2005
Messages: 4 890
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Citation:
Posté par Outre_monde
[color=black]
Je pensais qu'il s'agissait d'un blog de médecin , pas d'un blog " écrivain de polar" . Libre à lui de faire de la littérature , je pensais qu'il voulait faire des cas cliniques.

Exposer des cas cliniques avec pour simple objectif de les "exposer" est bel et bien de la littérature. Et à mon avis de l'exhibitionisme, mais là je rentre dans la critique littéraire
__________________
Philippe, médecin à la campagne
Cafe_Sante is offline   Réponse avec citation
Vieux 11/12/2005, 16h13   #12
Outre_monde
 
Messages: n/a
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

Exhiber la vie sexuelle des autres est-ce de l'exhibitionnisme ou de la perversion ? Le comble du sexologue clinicien.
  Réponse avec citation
Vieux 02/01/2006, 09h44   #13
Docteur Sophie
 
Messages: n/a
Re : Quand les médecins racontent les histoires de leurs patients. Ethique.

En tout cas merci pour la discussion, elle a répondu à pas mal de réticences que j'avais pour raconter mon quotidien de médecin au grand public. Pas de cas clinique, juste un quotidien à titre informatif, pour mieux faire connaitre notre métier, nous poser en tant qu'être humain avec tous nos défauts, nos contradictions et notre humanité encombrante...Pas saint, juste médecin.
  Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion Rechercher uniquement dans cette discussion
Rechercher uniquement dans cette discussion:

Recherche avancée
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Navigation rapide





Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 21h54.


Le forum Atoute utilise le script de forums VBulletin
Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.



Ce forum n'est pas un chat

Cliquez pour en savoir plus sur le Retour des zappeurs-TDAH !