Forum médical Atoute.org

Recherche :

Précédent   Forum > Conférence Principale > Maladies, traitements, médicaments
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Maladies, traitements, médicaments Sur ce forum, vous pouvez parler des maladies et de leurs traitements. Ne venez jamais chercher un diagnostic ou une réponse personnalisée en exposant vos symptômes, ce forum ne remplace pas une consultation médicale et votre message serait effacé.

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 20/11/2008, 15h33   #1
cliagre
Membre
 
Date d'inscription: janvier 2007
Messages: 2
Manque de Vitamine D quels effets ?

Bonjour,
Je viens de passer un examen sanguin concernant la Vitamine D. Le laboratoire m'envoie les résultats sans m'expliquer quoi que ce soit!!!

Test Vitamine D-25- hydroxy-vitamine D (D2+D3)
Les résultats sont :
8 ng/mL et 20 nmol/L

Bon ou pas bon ? Si pas bon ???

Merci.
cliagre is offline   Réponse avec citation
Vieux 20/11/2008, 15h38   #2
verolilas
verolilas
 
Date d'inscription: novembre 2008
Localisation: 92
Messages: 26
Re : Manque de Vitamine D quels effets ?

Je suis ici sur le Forum arrêter l'alcool. Je ne suis pas médecin, mais j'ai appris pendant ma cure de désintoxication alcoolique que les vitamines nourrissaient les neurones. Sans elles, et l'alcool provoque un déficit en vitamines B, les neurones meurent. Voilà, c'est tout ce que je sais. Je suppose que pour la vitamine D c'est pareil et qu'il faut en prendre pour combler le déficit.
verolilas is offline   Réponse avec citation
Vieux 20/11/2008, 19h18   #3
piel
☻☺
 
Avatar de piel
 
Date d'inscription: juin 2006
Messages: 6 579
Re : Manque de Vitamine D quels effets ?

Citation:
Posté par cliagre
Bonjour,
Je viens de passer un examen sanguin concernant la Vitamine D. Le laboratoire m'envoie les résultats sans m'expliquer quoi que ce soit!!!

Test Vitamine D-25- hydroxy-vitamine D (D2+D3)
Les résultats sont :
8 ng/mL et 20 nmol/L

Bon ou pas bon ? Si pas bon ???

Merci.

Bonjour, il faudrait être au moins à 20 ng/ml... d'après ce que j'ai lu.
Une supplémentation résoudra le problème.

Citation:
La vitamine D a un rôle primordial dans le métabolisme phosphocalcique :

- elle facilite l'absorption intestinale du calcium et du phosphore
- elle aide à la fixation du calcium sur les os c'est à dire à leur croissance, à leur renouvellement mais aussi à son excrétion rénale.
- elle agit comme une hormone hypercalcémiante et va entrer en rapport avec les autres hormones du métabolisme phosphocalcique.
http://www.caducee.net/Fiches-techniques/vitamineD.asp
piel is offline   Réponse avec citation
Vieux 20/11/2008, 23h44   #4
Cafe_Sante
Administrateur
 
Avatar de Cafe_Sante
 
Date d'inscription: février 2005
Messages: 4 890
Re : Manque de Vitamine D quels effets ?

Citation:
Posté par piel
Bonjour, il faudrait être au moins à 20 ng/ml... d'après ce que j'ai lu.
Une supplémentation résoudra le problème.

Quel problème ? Connaissez vous le problème de cliagre pour vous permettre de lui proposer un traitement ? Si les médecins de ce forum refusent d'interpréter les résultats d'analyse, c'est qu'ils n'ont aucun sens en dehors du contexte.
C'est pour ça aussi que le laboratoire n'explique rien.
Pour savoir, il faut aller voir le médecin qui a prescrit l'analyse. Il sait pourquoi et ce qu'il attend.
__________________
Philippe, médecin à la campagne
Cafe_Sante is offline   Réponse avec citation
Vieux 02/06/2010, 09h19   #5
Géronima
Membre
 
Avatar de Géronima
 
Date d'inscription: octobre 2009
Localisation: Tournai(Belgique)
Messages: 22
Re : Manque de Vitamine D quels effets ?

Je dois faire un examen complémentaire du sang dans 8 semaines de traitement de vit D.
Cela a-t-il un rapport avec mon résultat de Anti nucléaire Ac (fan)?
Merci!
__________________
La santé est une fortune!
Géronima is offline   Réponse avec citation
Vieux 25/06/2010, 02h04   #6
spondyleux
Membre
 
Date d'inscription: janvier 2008
Messages: 471
Re : Manque de Vitamine D quels effets ?

Extraits du JIM

http://www.jim.fr/fmc/mise_au_point/...se_point.phtml

La vitamine D : l’os, le muscle et au-delà




C. CORMIER,
Hôpital Cochin, Paris

Le nombre de publications s’intéressant à la vitamine D a considérablement augmenté depuis 10 ans. Le rôle de la vitamine D dans la santé osseuse est un rôle de premier plan, mais elle pourrait intervenir également dans la prévention de nombreuses affections.



Évaluation du statut vitaminique D

Un déficit modéré en vitamine D entraîne une diminution de l’absorption intestinale du calcium et une tendance hypocalcémique compensée par une élévation de la PTH, qui stimule la 1-alpha hydroxylase rénale, augmentant ainsi la concentration sérique de 1,25(OH)2D. Dans une insuffisance en vitamine D, la 1,25(OH)2Dsérique peut être normale, élevée ou basse. Sa mesure n’est donc pas appropriée pour évaluer le statut vitaminique D. C’est la 25(OH)D, représentant le stock de vitamine D, qui doit être dosée pour savoir si un patient a ou non une insuffisance en vitamine D. De nombreux experts ont discuté le fait que les valeurs de référence de 25(OH)D sont inadaptées. Cela a amené de nouvelles approches pour l’établissement de ces valeurs de référence.
Cette façon inhabituelle d’établir des valeurs de référence pour un paramètre biologique repose sur :
– l’étude de la relation entre les concentrations sériques de 25(OH)D et de PTH (la concentration de 25[OH]D au-dessous de laquelle il peut exister une hyperparathyroïdie secondaire varie entre 16 et 44 ng/ml) ;
– l’étude de l’évaluation des concentrations de 25(OH)D pour lesquelles l’absorption intestinale du calcium est optimale (les études suggèrent que l’absorption intestinale du calcium augmente lorsque la 25(OH)D augmente de 12 à 34 ng/ml) ;
– l’étude de la relation entre les concentrations de 25(OH)D et la fréquence de certaines maladies (dans des études de cohorte, les sujets dans le quantile supérieur de 25[OH]D correspondant en général à des concentrations > 30 ng/ml ont un risque relatif inférieur de diverses maladies, cancers colorectaux et du sein, diabète de type 1, sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, plus important que ceux dans le quantile inférieur) ;
– l’étude des concentrations moyennes de 25(OH)D atteintes dans les études d’intervention qui ont montré des effets positifs de la vitamine D sur la réduction du risque de fractures non vertébrales (30 ng/ml au moins), la réduction du risque de chutes chez le sujet âgé (24 ng/ml au moins).
À des latitudes > 40°, 50 % à presque 100 % des individus
ont une concentration sérique de 25(OH)D < 30 ng/ml.
Les résultats de ces différentes approches sont cohérents avec la proposition, faite en 2005(2) par 5 des 6 experts réunis, de définir l’insuffisance en vitamine D par des concentrations de 25(OH)D < 30 ng/ml (soit 75 nmol/l).
Les deux conséquences principales de cette nouvelle définition du seuil d’insuffisance en vitamine D sont que :
– l’insuffisance en vitamine D est très fréquente : à des latitudes > 40° (l’Europe par exemple), 50 % à presque 100 % des individus ne recevant pas de supplémentation ont une concentration sérique de 25(OH)D < 30 ng/ml (tableau) ;
– les apports nutritionnels conseillés (ANC) pour la vitamine sont très souvent insuffisants pour atteindre cette cible. Il faut donc envisager de modifier ces ANC (400 UI/j pour les sujets de moins de 65 ans et 600 UI/j pour ceux de plus de 65 ans). Il est légitime alors de se poser la question d’un éventuel surdosage. Les différentes revues de la littérature concernant les cas d’intoxications à la vitamine D suggèrent qu’elle n’apparaît jamais pour des concentrations de 25(OH)D < 150 ng/ml. Plusieurs études ont par ailleurs démontré que des doses journalières de vitamine D largement supérieures aux ANC (plus de 4 000 UI/j) sont sans conséquence sur la calciurie ou la calcémie.

Les cancers

De très nombreuses études observationnelles ont montré une relation entre latitude et prévalence de nombreux cancers (plus on s’éloigne de l’équateur, plus certains cancers sont fréquents). Elles ont également révélé que les sujets qui avaient les plus forts apports en vitamine D, et/ou les plus fortes concentrations de 25(OH)D, avaient un risque relatif de cancers (surtout colorectaux, mais aussi prostate, pancréas, poumon, etc.) significativement plus faible (souvent environ de moitié) que les sujets qui, au contraire, avaient des faibles apports de vitamine D et/ou des concentrations de 25(OH)D basses. Une étude récente(5) chez plus de 1 100 femmes ménopausées ayant reçu soit un placebo, soit du calcium, soit du calcium + de la vitamine D à la dose de 1 100 UI/J, a montré une réduction de 60 % environ du risque de cancers (différents cancers) dans le groupe calcium + vitamine D par rapport au groupe placebo. Notons toutefois que, d’une part, ce travail n’était pas initialement prévu pour étudier le risque de cancer et que, d’autre part, le nombre de cas de cancers (20/288 soit 6,9 % dans le groupe placebo et 13/446 soit 2,9 % dans le groupe calcium + vitamine D) était faible. Ces résultats nécessitent donc d’être confirmés par de nouvelles études qui utiliseront des doses « fortes » de vitamine D avec et sans calcium, pour des durées les plus longues possibles. En s’appuyant sur de nombreux travaux expérimentaux (culture cellulaire et modèles animaux notamment), il apparaît que l’explication la plus probable de cet effet antitumoral est liée au fait que, dans certains tissus, la 1,25(OH)2D régule un certain nombre de gènes qui contrôlent la prolifération cellulaire, et stimule d’autres gènes qui, eux, inhibent l’angiogenèse et induisent l’apoptose des cellules tumorales.
L’effet antitumoral est lié au fait que la 1,25(OH)2D régule
un certain nombre de gènes qui contrôlent la prolifération cellulaire.
Le système immunitaire

Globalement, de nombreuses études expérimentales sont en faveur d’une inhibition de l’immunité acquise et d’une stimulation de l’immunité innée par la vitamine D. Le VDR et la 1-alpha hydroxylase sont présents dans les lymphocytes T et B, les macrophages et les cellules présentatrices d’antigène. Les études montrent que la 1,25(OH)2D réduit la prolifération lymphocytaire et la production de certaines cytokines et peut atténuer ou même prévenir différentes maladies dans des modèles animaux, principalement murins d’encéphalomyélite (modèle de la sclérose en plaques), de lupus, de polyarthrite rhumatoïde, de diabète de type 1, etc. Le mécanisme de ces effets immunorégulateurs est en partie lié à la stimulation de la synthèse de TGF1 et d’IL-4 et nécessite la présence de calcium. Ces résultats sont cohérents avec ceux de nombreuses études épidémiologiques montrant une relation entre une plus grande fréquence de certaines maladies auto-immunes (diabète de type 1, sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, sclérodermie) et, soit de faibles apports de vitamine D, soit des concentrations basses de 25(OH)D. Concernant l’immunité innée, on sait maintenant que les macrophages ou les monocytes exposés à un agent infectieux comme le bacille de la tuberculose surexpriment le Toll-like receptor 2, le VDR et la 1-alpha hydroxylase. À condition que la concentration de 25(OH)D dans le liquide extracellulaire de ces cellules soit suffisante, elles vont former de la 1,25(OH)2D, qui induit la production de protéines, en particulier la cathélicidine, que l’on peut considérer comme des antibiotiques naturels, et qui ont la capacité de détruire l’agent infectieux. Ce mécanisme explique la relation entre la fréquence de la tuberculose et des concentrations basses de 25(OH)D retrouvée dans des études épidémiologiques.



Comment corriger une insuffisance en vitamine D ?

En plus de corriger, il faut ensuite maintenir un statut optimal en vitamine D. Il s’agit de 2 actions distinctes qui nécessiteront d’utiliser des doses différentes. Après avoir dosé la 25(OH)D, nous donnons des doses de vitamine D qui dépendent de la valeur mesurée. Nous nous appuyons en partie sur les propositions de Holick (1). Notre pratique (6) est de donner 4 ampoules de 100 000 UI de vitamine D3 (une ampoule toutes les 2 semaines) si la 25(OH)D est inférieure ou égale à 10 ng/ml, 3 ampoules si la 25(OH)D est entre 11 et 20 ng/ml, et deux ampoules si la 25(OH)D est entre 21 et 30 ng/ml. Pour maintenir ensuite une concentration > 30 ng/ml, on peut donner soit des doses journalières (800 à 4 000 UI/j de vitamine D2 ou de vitamine D3), soit une ampoule de 100 000 UI de vitamine D3 tous les 1, 2 ou 3 mois. L’adaptation de la posologie journalière ou « espacée » est fonction des concentrations de 25(OH)D mesurées sous traitement. Le choix du mode d’administration (doses journalières ou espacées) dépend de la préférence des patients, le but étant de privilégier l’observance.
Cette pratique s’appuie sur la pratique de dosages qui paraissent nécessaires en présence :
– de pathologies dans lesquelles la vitamine D est reconnue efficace dans des études d’intervention : ostéoporoses et chutes à répétition ;
– d’anomalies métaboliques phosphocalciques : insuffisance rénale, hyper- et hypoparathyroïdie ;
– de maladies ou de prises de médicaments exposant à des besoins accrus en vitamine D : malabsorption (gastrectomie, intolérance au gluten, mucoviscidose), insuffisance hépatique, maladie de Paget, prise d’anticonvulsivants. Il convient de doser après traitement pour vérifier l’efficacité du traitement correcteur en cas de doute sur l’observance, en cas de besoins supérieurs à la moyenne ou quand un diagnostic est en suspens : élévation de la parathormone, hypophosphorémie, etc. Si, après « redosage », le déficit persiste, une 2e séquence de traitement correctif est faite et, en cas de persistance d’une insuffisance en vitamine D, il faudra rechercher une malabsorption et proposer éventuellement de la vitamine D par voie parentérale. Les conditions de dosage après correction sont fonction du type de traitement : après 3 mois si le traitement est continu, juste avant la prise suivante si le traitement est intermittent.
Conclusion

Les connaissances sur la vitamine D ont beaucoup progressé ces dernières années et de nombreuses études sont en cours, comme en témoigne le nombre très important de publications sur le sujet. La vitamine D ne peut plus être considérée comme étant uniquement nécessaire à la prévention des rachitismes/ostéomalacies. Son action dans la prévention des fractures ostéoporotiques périphériques et des chutes du sujet âgé est maintenant bien démontrée. De très nombreuses données épidémiologiques et expérimentales sont en faveur d’un rôle dans la prévention de nombreuses affections (certains cancers et maladies auto-immunes, événements cardiovasculaires et hypertension, etc.), mais les études d’intervention sont encore trop peu nombreuses. L’évaluation du statut vitaminique D peut être aisément réalisée par le dosage de la 25(OH)D sérique. Toutefois, la plupart des revues récentes sur le sujet suggèrent que les valeurs de référence de la 25(OH)D obtenues dans des populations apparemment en bonne santé sont beaucoup trop basses et que la concentration de 25(OH)D au-dessous de laquelle il existe une insuffisance en vitamine D serait un taux de 25(OH)D inférieur à 75 nmol/l (30 ng/ml). Dans ce contexte, les supplémentations habituellement recommandées sont insuffisantes pour atteindre ces concentrations.


En pratique
La vitamine D ne peut plus être considérée comme uniquement nécessaire à la prévention du rachitisme/ ostéomalacie.
Le rôle de la vitamine D dans la prévention des fractures ostéoporotiques périphériques du sujet âgé est bien démontré (en association avec du calcium).
Le rôle de la vitamine D dans la prévention de nombreuses affections (certains cancers et maladiesauto-immunes, événements cardiovasculaires et hypertension, sarcopénie du sujet âgé, etc.) est évoqué par des études épidémiologiques et expérimentales.
L’évaluation du statut vitaminique D est aisément réalisée par le dosage de la 25(OH)D sérique.
Il faut cibler des valeurs de 25(OH)D > 75 nmol/l (30 ng/ml). Les supplémentations habituellement recommandées sont insuffisantes pour atteindre ces concentrations.
Références

1. Holick M. Vitamin D deficiency. N Engl J Med 2007 ; 357 : 266-81.
2. Dawson-Hughes B et al. Estimate of optimal vitamin D status. Osteoporos Int 2005 ; 16 : 713-6.
3. Bischoff-Ferrari H et al. Prevention of non vertebral fractures with oral vitamin D and dose dependency: a metaanalysis of randomized controlled trials. Arch Intern Med 2009 ; 169 : 551-61.
4. Bischoff-Ferrari H et al. Fall prevention with supplemental and active forms of vitamin D. a meta-analysis of randomized controlled trials. BMJ 2009 ; 339 : b3692.
5. Lappe JM et al. Vitamin D and calcium supplementation reduces cancer risk: results of a randomized trial. Am J Clin Nutr 2007 ; 85 : 1 586-91.
6. Souberbielle JC et al. Update on vitamin D and evaluation of vitamin D status. Ann Endocrinol 2008 ; 69 : 501-10.

Copyright © Len medical, Rhumatologie pratique, Avril 2010
spondyleux is offline   Réponse avec citation
Vieux 25/06/2010, 08h30   #7
Géronima
Membre
 
Avatar de Géronima
 
Date d'inscription: octobre 2009
Localisation: Tournai(Belgique)
Messages: 22
Re : Manque de Vitamine D quels effets ?

Bonjour et merci pour toutes ces informations, en termes médical bien compliqué parfois!

Mais, j'ai tout de même compris l'essentiel et je me tiens à ce que mon médecin m'a dit de faire: prendre pendant 8 semaines une empoule de vit D(le même jour de préférence) et du calcium à 1250 mg par jour...
Avec le soleil présent actuel, cela ne pourra que renforcer mon traitement...
Aprrès ces 8 semaines, reprise de sang pour voir....

Bonne journée
Amicalement
__________________
La santé est une fortune!
Géronima is offline   Réponse avec citation
Vieux 17/07/2011, 20h54   #8
ambre69
Membre
 
Date d'inscription: avril 2009
Messages: 864
Re : Manque de Vitamine D quels effets ?

Citation:
Posté par Sophie92
J'ai trouvé un article résumant les effets des carences dans les différentes vitamines

http://123vitamine.com/symptomes-carences-vitamines

C'est vrai que ça nous avance beaucoup !

Mais merci pour la pub... même si c'est un peu gros
ambre69 is online now   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Navigation rapide





Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 15h38.


Le forum Atoute utilise le script de forums VBulletin
Les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l'accord écrit de leurs auteurs. CNIL 722655 aucune utilisation de vos données personnelles sans votre accord.