Forum Médical

Attention : cette plate-forme de forum est en lecture seule. Pour participer aux discussions, rendez vous sur la nouvelle plate-forme
Page d'accueil du site
NANMEO !

"(sujet psy) Le transfert"

Envoyer ce sujet à un(e) ami(e)
Format d'impression
Mettre en signet (membres seulement)
 
Précédente | Suivante 
Accueil Général des Forums
Forum : Coups de gueule, coups de coeur (Protected)
Message d'origine

Cilloux (VNI) (14 messages) Voir addresse IP de cet auteur
21-05-04, 06:38  (GMT)
"(sujet psy) Le transfert"
Bonjour,

je ne sais pas où poster mon machin alors je le mets ici.

Je m'adresse uniquement aux médecins.

J'aimerais (et là, c'est assez important pour moi) apprendre tout ce que vous pouvez m'enseigner au sujet du transfert.

Je suis consciente de faire un transfert "sur" mon généraliste, aussi un peu "sur" Philippe (en tout bien tout honneur, rassurez vous, je suis une habituée des transferts et je ne suis pas bouleversée plus que ça, je sais que ce sont des sentiments voués à disparaitre mais l'amitié deumeure et les promesses de saucisson aussi. Bon.)

A ce jour je n'ai pas osé en parler de vive voix à mon généraliste.

Il m'a dit qu'il avait fait sa "spécialisation" (?) et ses débuts de carrière en psychiatrie.

Première série de questions
Est-ce que ça arrive souvent ?
Est-ce que vous repérez facilement les gens qui font un transfert sur vous ?
Est-ce que je peux ou je dois aborder la chose avec lui, en sachant qu'on est dans le cadre de consultations classiques (à 20 euros).

Deuxième question
Je pense connaître les raisons de ce transfert : mon généraliste incarne en quelque sorte un mythe de guérison.
C'est compliqué. Je navigue entre le déni et l'acceptation de la maladie. La guérison n'est donc pas envisagée puisque je refuse mon statut de malade. Si je ne suis pas malade, je n'ai pas besoin de guérir. Bref c'est le déni total.

Pour la première fois depuis plus de vingt ans, j'entrevois (par flashs) qu'une guérison est possible. Ces flashs ont lieu uniquement pendant les rendez-vous.
Le reste du temps, le mot "guérison" ne m'évoque absolument rien (ça doit être dû au déni).

Lorsqu'il parle de guérison, mon médecin évoque un état de santé que j'ai perdu très jeune, je n'ai que peu de souvenirs.
J'aimerais lui faire comprendre que la notion de guérison est pour moi très abstraite, inconsistante, vide de sens. Comme si on me disait que je vais me tranformer en pingouin : je ne me représente pas du tout ce que ça peut être, l'effet que ça peut faire etc...

Ca explique peut-être mon manque de motivation à guérir (et la rechute dans les TCA).

Heu, la question, c'est quoi, là ? Ah oui...

En tant que médecins, pouvez vous m'éclaircir sur ce "secret de la guérison" que vous détenez ?

En ce sens, je m'adresse en particulier à Philippe, car le côté "militaire-sportif-pilote de chasse" évoque quelque chose de très positif, de très actif dans le processus de guérison : l'image d'Epinal du jeune garçon, le torse bombé, qui fait ses exercices respiratoires chaque matin, torse-nu, hiver comme été...

Mes premières pensées suicidaires datent de l'âge de 8 ans. J'aimerais tellement retrouver cette soif de vivre, cette ardeur, et surtout me débarasser une fois pour toutes de ces pulsions de mort qui reviennent à chaque contrariété.

Est-ce un espoir réaliste ?

Bon, pardonnez moi, c'est un peu mélangé tout ça, mais ça m'aiderait tellement d'avoir des réponses.

Ah, une dernière question : est-ce que (pour me simplifier le travail) je peux imprimer tout ça et l'envoyer à mon médecin ? Est-ce une bonne idée, saine et positive, ou bien est-ce de l'hystérie totale et un besoin de me mettre en scène (je ne pense pas mais j'ai toujours peur de moi) ?

Merci.
Cécile

  Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


  Liste des réponses à ce message

  Sujet     Auteur     Posté le:     ID  
 RE: (sujet psy) Le transfert cilloux 21-05-04 1
   RE: (sujet psy) Le transfert D_Dupagne 21-05-04 2
       Je suis fermée dehors ! cilloux 21-05-04 3
           RE: Je suis fermée dehors ! Ln2 21-05-04 4
 RE: (sujet psy) La réponse du transféré Cafe_Sante 21-05-04 5
   RE: (sujet psy) La réponse du transféré cilloux 23-05-04 19
 RE: (sujet psy) Le transfert D_Dupagne 21-05-04 6
   Tel est pris qui croyait prendre cilloux 22-05-04 7
       RE: Tel est pris qui croyait prendre D_Dupagne 22-05-04 8
           Détournement de message???? pjboulogne 22-05-04 9
               RE: Détournement de message???? cilloux 22-05-04 11
                   RE: Détournement de message???? pjboulogne (VNI) 22-05-04 12
                       RE: Détournement de message???? cilloux 22-05-04 13
           RE: Tel est pris qui croyait prendre cilloux 22-05-04 10
               RE: Tel est pris qui croyait prendre Michel_Storm 23-05-04 14
                   RE: Tel est pris qui croyait prendre cilloux 23-05-04 17
               RE: Tel est pris qui croyait prendre D_Dupagne 23-05-04 15
                   RE: Tel est pris qui croyait prendre balzy 23-05-04 16
                       RE: Tel est pris qui croyait prendre cilloux 23-05-04 18
                           RE: Tel est pris qui croyait prendre D_Dupagne 23-05-04 20
                       RE: Tel est pris qui croyait prendre enid (VNI) 23-05-04 21
           RE: Tel est pris qui croyait prendre pascal (VNI) 02-09-04 53
 Je continue mon autothérapie cilloux 26-05-04 22
   RE: Je continue mon autothérapie D_Dupagne 26-05-04 23
       RE: Je continue mon autothérapie enid (VNI) 26-05-04 24
           L'humanitaire Cilloux (VNI) 26-05-04 25
               RE: L'humanitaire enid (VNI) 26-05-04 26
                   RE: L'humanitaire Cilloux 26-05-04 27
                       RE: L'humanitaire enid (VNI) 26-05-04 28
       RE: Je continue mon autothérapie balzy 26-05-04 29
 pulsion de mort-pulsion de vie, point de vue du salon d'à côté:-) amateur 26-05-04 30
   RE: pulsion de mort-pulsion de vie, point de vue du salon d'à côté:-) cilloux 26-05-04 31
 RE: (sujet psy) Le transfert Nausica 16-06-04 32
   RE: (sujet psy) Le transfert cilloux 16-06-04 33
       RE: (sujet psy) Le transfert Nausica 16-06-04 34
           RE: (sujet psy) Le transfert cilloux 16-06-04 35
               RE: (sujet psy) Le transfert Nausica 17-06-04 36
                   Pour quoi faire ? cilloux 18-06-04 37
                       RE: Pour quoi faire ? Nausica 18-06-04 38
                           RE: Pour quoi faire ? cilloux 18-06-04 39
                               RE: Pour quoi faire ? Nausica 18-06-04 40
                                   Oh ben si ! cilloux 18-06-04 41
                                       Aïe cilloux 27-08-04 42
                                           Les claques ? cilloux 28-08-04 43
                                               RE: Les claques ? cilloux 28-08-04 44
                   RE: (sujet psy) Le transfert Tea42 (VNI) 30-08-04 45
                       RE: (sujet psy) Le transfert cilloux 30-08-04 46
                           RE: (sujet psy) Le transfert Pandore 30-08-04 47
                               RE: (sujet psy) Le transfert D_Dupagne 30-08-04 48
                                   RE: (sujet psy) Le transfert Aloes 31-08-04 49
                                       RE: (sujet psy) Le transfert Pandore 31-08-04 50
                                           RE: (sujet psy) Le transfert Aloes 01-09-04 51
                               RE: (sujet psy) Le transfert Tea42 02-09-04 54
                       RE: (sujet psy) Le transfert cilloux 01-09-04 52
 C'est fini :-( cilloux 05-10-04 55
   Je n'ai pas tenu le coup cilloux 20-10-04 56
       Il ne m'a pas jetée dehors ! cilloux 23-10-04 57
           RE: Il ne m'a pas jetée dehors ! D_Dupagne 24-10-04 58
               RE: Il ne m'a pas jetée dehors ! cilloux 24-10-04 59
                   RE: Il ne m'a pas jetée dehors ! D_Dupagne 24-10-04 60
                       Je n'ai rien compris cilloux 24-10-04 61
                           RE: Je n'ai rien compris cilloux 24-10-04 62
                               Ahem... cilloux 25-10-04 63
                                   RE: Ahem... D_Dupagne 25-10-04 64
                                       soulagement cilloux 27-10-04 70
 Transfert et pathologie rare non psy Giulia 26-10-04 66
   RE: Transfert et pathologie rare non psy cilloux 26-10-04 67
       RE: Transfert et pathologie rare non psy nanou75 27-10-04 68
           RE: Transfert et pathologie rare non psy cilloux 27-10-04 69
               RE: Transfert et pathologie rare non psy nanou75 27-10-04 71
                   RE: Transfert et pathologie rare non psy cilloux 28-10-04 72
                       Transfert Pandore 28-10-04 73
                           On ne pense pas pareil cilloux 28-10-04 74
                               Et moi je garde mon opinion... Pandore 28-10-04 75
                                   RE: Et moi je garde mon opinion... nanou75 28-10-04 76
                                   RE: Et moi je garde mon opinion... cilloux 28-10-04 77
                                       RE: Et moi je garde mon opinion... nanou75 28-10-04 78
                                           Ben alors Mananou ? cilloux 28-10-04 79
                                               Le but d'une thérapie Pandore 28-10-04 80
                                                   RE: Le but d'une thérapie cilloux 28-10-04 81
                                                   RE: Le but d'une thérapie cilloux 28-10-04 88
                                                       RE: Le but d'une thérapie nanou75 28-10-04 89
                                                           RE: Le but d'une thérapie cilloux 28-10-04 91
                                                               RE: Le but d'une thérapie Nausica 28-10-04 92
                                               RE: Ben alors Mananou ? nanou75 (VNI) 28-10-04 82
                                                   Faut être phisolophe cilloux 28-10-04 83
                                                       RE: Faut être phisolophe nanou75 (VNI) 28-10-04 84
                                                           RE: Faut être phisolophe cilloux 28-10-04 85
                                                               RE: Faut être phisolophe nanou75 (VNI) 28-10-04 86
                                                                   RE: Faut être phisolophe cilloux 28-10-04 87
                                                                       RE: Faut être phisolophe nanou75 28-10-04 90
                                                                           Comment les relations humaines sont utiles aux soins psychiatriques ? cilloux 29-10-04 93
                                                                               RE: Comment les relations humaines sont utiles aux soins psychiatriques ? balzy 29-10-04 94
                                                                               RE: Comment les relations humaines sont utiles aux soins psychiatriques ? nanou75 (VNI) 29-10-04 95
                                                                                   RE: Comment les relations humaines sont utiles aux soins psychiatriques ? nanou75 (VNI) 29-10-04 96
                                                                                       Cette partie du forum m'avait échappé cilloux 29-10-04 97
                                                                                           RE: Cette partie du forum m'avait échappé nanou75 (VNI) 29-10-04 98
                                                                                               CDD Pandore 29-10-04 99
                                                                                                   RE: CDD nanou75 29-10-04 100
                                                                                                       RE: CDD cilloux 29-10-04 101
                                                                                                           RE: CDD nanou75 08-11-04 102
                                                                                                               RE: CDD cilloux 08-11-04 103
 RE: (sujet psy) Le transfert cilloux 17-12-04 104

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Texte des réponses

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
21-05-04, 13:47  (GMT)
1. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Je ne peux plus modifier mon message mais j'ai honte d'avoir écrit ça, ça doit être très gênant pour vous et surtout pour Philippe (il n'y a pas de quoi, sincèrement, je suis soft).

Peut-être il vaudrait mieux que j'aille écrire ce genre de machins dans le forum des schizophrènes.

Je ne sais pas si je suis schizophrène, je ne sais pas ce que c'est. Mais bon, si un modérateur passe par là, si vous voulez effacer tout le fil...


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
21-05-04, 16:56  (GMT)
2. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Bonjour Cécile,

Je trouve la question interessante, encore faut-il trouver le temps d'y répondre. Peut-être pourriez vous le modifier pour enlever les allusions trop personnalisées

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
21-05-04, 17:27  (GMT)
3. "Je suis fermée dehors !"
Bonjour docteur,

comme j'ai écrit le message en tant qu'objet non identifié, je ne peux plus le modifier !

Après ça, Philippe va être gêné, il n'osera plus remettre les pieds sur le forum, il aura peur que son épouse lui mette un coup de parapluie sur la tête, il se méfiera dès qu'il aperçevra un saucisson.

Non, honnêtement je ne suis pas du genre à courir après les gens comme Alice Sapritch dans "la folie des grandeurs".

Des transferts, j'en fais à chaque coup dûr. Parfois sur des hommes, parfois des femmes. J'en ai une telle habitude que je ne mélange même plus mes vrais sentiments (estime, amitié) avec le faux sentiment amoureux.

Par contre, si autrefois je "cassais" systématiquement mes transferts (peur de l'ambiguité, de la souffrance aussi...) maintenant je les entretiens soigneusement car ce sont des moteurs de vie. En principe, ça se finit calmement et paisiblement.

Je n'oserais pas en parler à une personne "profane". Mais avec un médecin, je m'avance un peu plus car "vous" connaissez un peu le principe j'imagine. Et ça doit vous arriver quelques fois dans votre carrière.

(pour les médecins femmes, ça doit être franchement pénible à gérer !)

Merci à vous en tout cas, j'ai fait ma parano toute la journée en me disant que j'étais cinglée d'aborder un sujet pareil...
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Ln2 (2466 messages) Envoyer message email à: Ln2 Envoyer message privé à: Ln2 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
21-05-04, 18:11  (GMT)
4. "RE: Je suis fermée dehors !"
Bonjour Cécile,

>Merci à vous en tout cas, j'ai fait ma parano toute
>la journée en me disant que j'étais cinglée d'aborder un
>sujet pareil...

C'est juste que vous avez le chic pour poser les questions qui questionnent .
Celles qui méritent une réponse réfléchie et qui prend beaucoup de temps.
Ne pas avoir de réponse dans la journée ne signifie pas forcément que la question dérange, c'est parfois que nous n'avons pas le temps de prendre le temps d'y répondre correctement...

Moi, pour le coup, je n'ai ni le temps ni l'expérience nécessaire, mais votre question m'intéresse.
En fait, ce qui m'intéresserait encore plus, ce serait de savoir quoi répondre...


Cordialement,

Hélène, étudiante en médecine

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
21-05-04, 21:21  (GMT)
5. "RE: (sujet psy) La réponse du transféré"
Bonjour,

>J'aimerais (et là, c'est assez important pour moi) apprendre tout ce
>que vous pouvez m'enseigner au sujet du transfert.

J'en sais ce que Freud m'a appris et que je me suis empressé d'oublier

>Je suis consciente de faire un transfert "sur" mon généraliste, aussi
>un peu "sur" Philippe (en tout bien tout honneur, rassurez
>vous, je suis une habituée des transferts et je ne
>suis pas bouleversée plus que ça, je sais que ce
>sont des sentiments voués à disparaitre mais l'amitié deumeure et
>les promesses de saucisson aussi. Bon.)

Un transfert virtuel avec un saucisson virtuel ne peuvent faire de mal.

>Première série de questions
>Est-ce que ça arrive souvent ?

Assez régulièrement. Mais pas toujours avec ceux que l'on pense.

>Est-ce que vous repérez facilement les gens qui font un transfert
>sur vous ?

Je ne crois pas. Je me l'imagine. Le fantasme et le transfert se fait dans les deux sens.

>Est-ce que je peux ou je dois aborder la chose avec
>lui, en sachant qu'on est dans le cadre de consultations
>classiques (à 20 euros).

Vous pouvez toujours. Il vous donnera le tarif en fin de séance

>Deuxième question

>En tant que médecins, pouvez vous m'éclaircir sur ce "secret de
>la guérison" que vous détenez ?
>
>En ce sens, je m'adresse en particulier à Philippe, car le
>côté "militaire-sportif-pilote de chasse" évoque quelque chose de très positif,
>de très actif dans le processus de guérison : l'image
>d'Epinal du jeune garçon, le torse bombé, qui fait ses
>exercices respiratoires chaque matin, torse-nu, hiver comme été...

C'est un coup à choper la crève, ça !

>Mes premières pensées suicidaires datent de l'âge de 8 ans. J'aimerais
>tellement retrouver cette soif de vivre, cette ardeur, et surtout
>me débarasser une fois pour toutes de ces pulsions de
>mort qui reviennent à chaque contrariété.
>
>Est-ce un espoir réaliste ?

Pourquoi pas. J'ai un tempérament foncièrement optimiste et j'espère toujours la guérison des gens et surtout j'espère toujours les aider. Mes moments de déprime surviennent souvent quand je m'aperçois que je n'ai pas pu les aider ou qu'ils n'ont pas du tout apprécié mon aide.

Il y a des personnes qui ne sont manifestement pas douées pour être heureuses, mais il me semble que ce n'est pas une fatalité. Un changement dans leur vie, une nouvelle façon de voir les choses (comme vous vous y efforcez) devrait arriver petit à petit (ou d'un seul coup) à vous permettre de mieux gérer vos angoisses.

Les petits bonheurs quotidiens sont à apprécier un par un et en suivant.
Philippe,
médecin à la campagne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-05-04, 12:41  (GMT)
19. "RE: (sujet psy) La réponse du transféré"
"Les petits bonheurs quotidiens sont à apprécier un par un et en suivant."

J'apprécie la naissance de dix bébé mésanges devant la fenêtre de la cuisine. C'est pas remboursé par la sécu mais ça m'ira comme petit bonheur pour aujourd'hui.


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
21-05-04, 22:01  (GMT)
6. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Bonsoir Cécile,

Le transfert a toujours été une notion très floue pour moi. Je viens de lire l'article de l'Encyclopédie Universalis sur le sujet, en voici l'introduction :

Si l’usage du terme de transfert est commun à la psychologie expérimentale de l’apprentissage et à la psychanalyse, la conceptualisation qu’il recouvre relève de deux lignes d’élaboration fondamentalement distinctes. Dans l’ordre expérimental, c’est au physiologiste E. H. Weber qu’il revient de l’avoir introduite en 1834, en vue de désigner la «facilitation» d’une activité par l’exécution antérieure d’une tâche analogue. Dans son application à la relation thérapeutique, elle dérive des développements que Rudolf Kleinpaul lui a donnés en 1884, afin de caractériser la mutation du langage de geste en un langage de mot, et plus généralement le ressort des variations sémantiques. Sans doute sera-t-il donc aisé d’assigner à ces deux séries de recherches un modèle spéculatif commun: la généralisation caractéristique du transfert d’apprentissage trouverait alors sa réplique dans le déplacement des investissements, attesté par la cure, de l’environnement enfantin à la personne de l’analyste. Plus profondément, cette assimilation pourrait se prévaloir de la fécondité des modèles linguistiques dans l’analyse des problèmes de l’apprentissage, ainsi que des développements remarquables qu’a connus la théorie de l’information sur le terrain des processus de langage: des équivalents pourront leur être, en effet, donnés dans la théorie de la talking cure. Encore faudra-t-il se demander si l’uniformité du modèle résiste à la spécification empirique des problèmes; et la critique épistémologique exige ici le concours de l’histoire des idées, dans la mesure où l’originalité du processus psychanalytique de transfert doit être dégagée des formulations où ses premières ébauches l’ont tenue d’abord enveloppée.

Je ne donc pas beaucoup plus avancé d'autant que le reste est du même tonneau.

Je lis alors la définition de l'encyclopédie Yahoo, et ce n'est pas beaucoup plus clair : http://fr.encyclopedia.yahoo.com/articles/sy/sy_1282_p0.html

Aussi, pour vous répondre, j'aimerais que vous précisiez, avec des détails si possible, ce que vous appelez "transfert", dans votre cas.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-05-04, 04:19  (GMT)
7. "Tel est pris qui croyait prendre"
Bonjour docteur,

Vous m'avez bien eue : voici plusieurs heures que je me tiraille la cervelle à trouver une définition satisfaisante du transfert. Une définition qui soit compréhensible, et la plus générale possible. Aîe aïe aïe. Ca m'apprendra, tiens.

Bon alors voilà. J'écris ce que je crois, mais c'est peut-être inexact.

Le transfert est un processus psychique complètement inconscient.
Il consiste à projeter sur une personne des parties de ma personnalité que je n'arrive pas à exploiter et qui me sont à ce moment cruellement nécessaires.

J'ai en moi un potentiel que je n'arrive pas à exploiter, alors je le projette (inconsciemment) sur la personne. Puis je regarde à quoi ça ressemble.

Ainsi, l'illusion est totale : je suis persuadée que cette personne détient la clé de mon mieux-être, je vis en plein fantasme. J'interprête chaque parole comme étant l'expression de ce potentiel.

L'ennui, si je ne suis pas conscient du phénomène, c'est que je deviens dépendant(e) de la personne en question, qui en général ignore tout de l'histoire.

Ca peut se finir en incompréhensions, et en conflit.

- - - - -

Pour donner un exemple, vous imaginez un lycéen (nommons le "D") qui ne se sent plus de joie lorsque son prof de sciences nat lui lance "élève D., expliquez à vos petits camarades la différence entre la mitose et la meïose".

A ce moment, l'élève D. ressent envers ce prof un mélange d'amour et de gratitude. Car la confiance du prof résonne chez l'élève D.
Le prof a réveillé un potentiel fondammental de l'élève D. , potentiel sur lequel il va même baser sa carrière.

Si l'élève D. a une personnalité un peu fragile (ce qui m'étonnerait mais bon, ça arrive), il risque de ne pas dissocier son potentiel personnel de l'image que lui renvoie son prof. Et hop, voilà le transfert : il va s'accrocher au prof et devenir dépendant, en ignorant complètement que ce qu'il cherche est en lui et pas dans le professeur.

Il faudra donc qu'il prenne conscience du truc, et qu'il réccupère son "bien".

- - - - -

Ben voilà : dans mon cas, c'est la guérison que j'ai projetée sur mon médecin. Et je suis coincée, dépendante. J'essaie donc de ramasser mes morceaux de personnalité, mais cette histoire de guérison, je n'arrive pas à la "conceptualiser" (à cette heure ci, j'aime bien employer des mots comme ça).

Ce qui fait que je me bats pour le médecin, mais pas pour moi. Du coup ce n'est pas solide, ça ne vaut même pas grand chose. Il suffit d'un mot de travers, ou pire, d'un peu d'indifférence, pour que mon moteur ne fonctionne plus.

C'est vrai, quoi, c'est agaçant de dépendre de quelqu'un pour aller mieux.

* * * * *

Bref, la première fois que j'ai vu ce médecin, il y a juste un an, il a évoqué la notion de guérison. Ca a tout de suite fait écho : ça a éveillé quelque chose de très important en moi, et c'est ce quelque chose que j'essaie d'atteindre, de cerner, de ramener à la surface.

* * * * *

Ca va, vous n'en avez pas encore marre ?

¤ ¤ ¤ ¤ ¤

En tant que médecins, vous (je m'adresse à tous les médecins) vous avez un rôle très important dans les fantasmes des malades. Vous représentez l'autorité, la tradition, la bienveillance, que sais-je...

Je crois que vous êtes un peu des miroirs sur lesquels vos malades projettent leurs soucis, leurs craintes, leurs espoirs.

La maladie est toujours un bouleversement psychique, donc je pense que quelque soit la pathologie, physique ou mentale, vous jouez malgré vous un rôle de choix dans la vie de vos patients.

La consultation chez le médecin découle de tout un rituel à la limite du religieux. On s'habille bien, on se fait beau, on consacre une demi-journée rien que pour ça. On stresse à l'approche du rendez-vous, on se pose des questions... Jamais je ne suis sortie d'un RV dans le même état psychique où j'étais arrivée. Et je crois que je n'ai jamais oublié aucun médecin, même pour des consultations anodines.

Le médecin a un statut bien plus important que le professeur, on lui livre non des copies, mais un corps et parfois un peu de son âme. On ne fait pas ça avec n'importe qui, quand même.

Bref. Je dévie, je dévie... c'était pour dire qu'il m'est bien plus utile de faire un transfert "sur" mon médecin que sur Georges Clooney.

Et j'aimerais bien guérir aussi, le jour où j'aurai compris ce que ça veut dire.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-05-04, 06:35  (GMT)
8. "RE: Tel est pris qui croyait prendre"
Bon, au risque de paraître lourdaud, ce n'est pas encore bien clair pour moi. Disons que dans l'environnement que vous décrivez, il m'arrive les choses suivantes :

Une relation forte s'établit avec la majorité de mes patients. J'ai un mode d'exercice fondé sur le temps passé et le dialogue, sur l'unité du corps et de l'esprit, voire sur la systémique (chaque individu n'est qu'une partie d'un système relationnel constitué généralemnet par sa famille). Cela abouti à beaucoup de paroles et peu de médicaments. De ce fait, ceux qui restent avec moi s'installent souvent dans une relation forte dans laquelle je suis leur référent santé "exclusif" et souvent survalorisé.

Une conséquence parmi d'autres de cette relation est le fait que je ne peux pas avoir de stagiaires à mon cabinet, alors que je suis généraliste enseignant. La relation est si forte qu'une tierce personne sécrète immédiatement de la souffrance chez une grande majorité de patients. Ils me l'ont dit quand j'ai arrêté. Pendant que j'avais des stagiaires, au contraire, ils se forçaient à trouver ça bien http://www.atoute.org/theses_medecine/these_nicolas_ciabrini.htm

Une autre conséquence est le fait que je ne peux soigner que des gens dont le référentiel médical initial n'est pas trop éloigné du mien : j'ai peu de succès avec les amateurs exclusifs de médecines douces et d'astrologie ou au contraire les grands amateurs de médicaments, ceux qui sont dépourvus d'esprit critique, les psycho-rigides incapables de remettre en cause leur croyances dans la toute puissance des médicaments, des vitamines ou de ce qu'ils ont lu dans Paris-Match.

Tout cela, comme ce qui suit, ne me semble pas très différent de ce qui se passe chez beaucoup de mes confrères, si ce n'est que chez d'autres, la relation de confiance va s'établir sur d'autres bases (taille de l'ordonnance, réputation dans le canton, autorité, standing du cabinet...).

Chez certains patients (10% environ), la relation de confiance atteint des proportions à mon sens exagérées. On a l'impression que ces gens nous aiment et envisagent difficilement de se passer de notre aide. L'idée que nous pourrions déménager loin ou changer de métier les panique littéralement. Ils nous sentent incapable de nous tromper, et rêveraient de pouvoir nous appeler ou nous voir à tout moment.

Enfin, reste la relation avec les personnalités manipulatrices, séductrices, voire perverses.

Tous les degrés existent.

La survalorisation immédiate du médecin s'accompagne chez les femmes de tentatives de séduction à peine dissimulée. C'est en fait un test inconscient, et la ferme résistance, bienveillante mais sans appel, la rassure sur notre solidité et augmente encore l'intensité de la relation.

Dans les deux sexes, la critique imprévue et brutale qui suit la survalorisation est un autre test de notre résistance. Ces personnes sont tellement perdues qu'elles cherchent un roc bien ancré dans le sol pour s'attacher, tel le varech balloté par les flots. L'insensibilité que je manifeste à l'expression de leurs compliments exagérés ou de leurs critiques injustifiées, la fermeté parfois brutale de mon contact avec eux (elles) les rassure au plus haut point. Régulièrement, ces personnes éprouvent le besoin de vérifier ma solidité par des tentatives de manipulation et chaque échec de ces tentatives renforce leur confiance. Après quelques années, la relation est d'une intensité qui peut donner le vertige, tant je sens la place centrale que j'occupe dans leur vie. Je cherche alors souvent a partager cette place avec un psychothérapeute.

Voila Cécile ma vision du concept du transfert tel que vous l'exposez, sans que je sois certain de répondre à votre question.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

pjboulogne (62 messages) Envoyer message email à: pjboulogne Envoyer message privé à: pjboulogne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-05-04, 10:36  (GMT)
9. "Détournement de message????"
Bonjour à tous,

N'étant ni francaise ni un habituée d'Atoute, j'espère que je ne me rends pas coupable de "détournement" de thread... Surtout que je ne suis pas médecin.

Par ce beau matin de mai, je devrais être en train de faire du vélo - au lieu de cela je tape avec une main. C'est moins efficace mais cela donne le temps de réfléchir avant de parler !

Cilloux,je trouvais ton message initiale très intéressante - et courageux- est-ce le fameaux copain de Babinski??? Ensuite les réponses manque admirablement de langue de bois (ça y est - le unimainisme m'énerve - j'espère qu'il n'y a pas de temps limite pour rédiger ses messages...) Puis-je rebondir sur la relation patient-médecin? Surtout patient - généraliste??

J'ai choisi mon généraliste quand nous avons déménagé car c'était le plus proche de mon domicile. Enceinte de presque 3 mois et en plein bronchite je lui ai demandé s'il pourrait faire la déclaration de grossesse. Il a fait la déclaration (il était moins une) en me disant qu'il fallait un examen du col et me demandant si je voulait qu'il le fasse ou si je m'engagait à voir, dans la semaine, le confrère gynéco qu'il m'avait recommendé. Mon choix était tout fait - mère déjà de 4 enfants et non-interventioniste à souhait, j'ai apprécié sa marque de confiance et son respect de ma pudeur. Un bon point pour lui.

Je ne suis pas française et je ne crois pas à la médecine toute puissante (j'ai des fois l'impression que les deux vont ensemble - sans vouloir offenser ma patrie d'adoption) et ce généraliste a su gagner ma confiance. Avec 5 enfants de 1 à 8 ans, nous avons l'abonnement hébodomadaire (mais sans réduction pour famille nombreuse ). Quand le premier gastro arrive, il m'explique les dosages pour les suivants (sauf le bébé qui reste un cas à part), il y va mollo avec les ATB et me donne souvent 2 ordonnances avec l'ordonnance d'attendre 24 ou 48 h pour voir si la fièvre baisse. Il m'a activement soutenu pendant l'année où j'ai allaité et travaillé (un ordonnace pour un tire-lait discrèt qui a marché partout pendant mes déplacements, parole de sagesse dans des moments de découragement...), décode des résultats de l'ORL, m'interroge sur mon état d'esprit après la naissance du dernier et, pour moi comble du comble, comprend pourquoi je souhaite emmener les enfants voir leur "ancien" pédiatre à 1h 1/2 pour la visite bi-annuel - il lui prépare même une lettre résumant les "points forts".
Il m'intérroge sur l'avancement de ma thèse, sait que mon mari prend son commandement, que nous sommes en travaux à la maison... Bref, le généraliste idéal pour nous.

Par contre, et c'est là où le poste du Dr Dupagne m'interpelle, je ne sais quasiment rien sur lui. Deux photos discrètes sur son bureau, une allusion à son fils qui est, lui aussi, allérgique au latex... Mais un soir à 20h30 dans son cabinet avec mon fils à otite aïgue et du monde encore dans son cabinet quand j'ai osé dire que les femmes d'officer n'avait rien à envier aux femmes de médecin, un simple sourire discrèt c'était sa seule réponse. Toute proportion gardée c'est un peu comme la coiffeuse - elle pourrait en raconter mais moi, non! Est-ce pour vous une "tentative de séduction", ou de la curiosité mal placée? Etes-vous condamné à la version médicale de la "solitude du chef"?

Maintenant, une reflexion vis-à-vis de la dépendence: Il y a deux semaines, j'ai consulté pour une malaise - moi qui ne faisiat que emmener mes enfants, cela m'a couté cher. Comble de malchance, cette malaise est, à priori, révelatrice d'un problème du SNC. Il y a eu une évolution lente jusqu'à l'incapacité d'utiliser ma main droite, une gêne à la marche et des problèmes urinaires et autres. Je voulais (veux) croire au stress et puis à l'autosuggestion (ne fait-on plus d'hystérie de nos jours???) mais un Babinski droit affole la galérie. Avec des nouveaux symptomes tous les 2 jours, j'oscille entre un envie de dépendence et l'envie de tout envoyer ballader. Par peur de embêter mon brave généraliste ou paraître dépendante, je ne dis rien et puis finalement, n'arrivant plus à gérer le quotidien, je consulte. J'avoue que face à l'inconnu, j'ai à la fois envie et horreur d'une médecine toute puissante qui me porte.

Dans tout cela mon généraliste est fidèle à lui-même : disponible et responsabilisant. Je me pense capable d'aller travailler la semaine prochaine à Paris? Que j'y aille. Son avis, puisque je le demande? Il pense que c'est impossible - comment naviguer le train et le métro et faire cours de la main gauche? Finalement, par contre, il m'impose l'épreuvre de lui dire : "Je ne peux pas le faire" et me voilà avec mon premier arrêt maladie (moi qui croyait tellement aux arrêts maternité ) Cela aurait été plus facile pour moi q'IL m'arrête mais sa démarche est beaucoup plus responsabilisant (et coupabilisant, mais ça c'est mon combat). Il est certainement fin psychologue en plus de tout...

Que pensez-vous de la "responsabilité" des patients. Faut-il nous "reponsabiliser"? Si oui, comment? Je viens d'un pays où les visites à domicile n'existe pas. En dehors des campagnes de la sécu sur ces visites et les ATB, n'est-il pas un problématique plus profond sur le devoir de s'informer, questionner, être acteur?

Si je fais une parallèle avec l'école, Jules Ferry avait envie, à travers l'école laïque pour tous, d'arracher les enfants à leur milieu supersitieux et inculte. Ceci était légitime et bénéfique, à mon avis. L'extrème julesferrisme, par contre, emmène certains parents à considérer que l'école devrait pouvoir tout pour leurs enfants gratuitement. A mon avis cet extremisme déresponsablise... Y-a-t-il une phénomène similaire dans la médecine???

Oooooo, la Mère B a besoin de faire un tour dans le jardin ou de taper plus vite. Avec trop de temps pour réfléchir, ça chauffe...

40 minutes, top chrono. Je n'aurai jamais mon diplôme de dactylo...

PJ

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-05-04, 20:51  (GMT)
11. "RE: Détournement de message????"
Je ne suis pas française et je ne crois pas à la médecine toute puissante (j'ai des fois l'impression que les deux vont ensemble - sans vouloir offenser ma patrie d'adoption)

Ca m'offense, je trouve ça complètement stupide et faux.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

pjboulogne (VNI) (10 messages) Voir addresse IP de cet auteur
22-05-04, 21:27  (GMT)
12. "RE: Détournement de message????"
Cilloux,

Je suis sincèrement désolée d'avoir offensé - ce n'était pas mon but. J'ai trouvé votre poste et la réflexion sur la relation médecin-patient très intéressants. Vous osez dire tout haut ce que l'on peux penser tout bas - j'admire.

Je voulais simplement exprimer le fait que j'ai l'impression parfois que l'on me demande de laisser mon sens critique et mes questions à la porte (d'un cabinet, d'une clinique ou d'un hôpital) Qu'on m'informe peu. Il y a plusieurs personnes dans mon entourage qui trouve anormal de chercher des rensignements et questionner des spécialistes.

Par contre, vous avez raison : les personnes qui croient en la toute puissance de la médecine et les médecines qui se croient toute puissante existent certainement partout.

Les dérives que je connais mieux sont celles du patient-consommateur "presque" tout puissant ou du patient-payeur exigeant des résultats pour son argent. Pour l'instant au moins, je n'ai pas retrouvé ces dérives dans mon expérience en France - que cela reste ainsi!!!

Mea Culpa - les raccourcis et le chauvinisme sont de villains défauts!

Serai-je pardonnée?


PJ
Celle qui arrive encore à offenser, même avec une seule main...

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-05-04, 22:07  (GMT)
13. "RE: Détournement de message????"
Bonsoir PJ,

vous savez, le manque de sens critique vient bien souvent d'un manque cruel de temps et d'énergie.

On consulte, on se livre, on s'abandonne au médecin, parce qu'on est à bout. Tout simplement.

Il ne faut jamais critiquer la France ni les Français. C'est mon pays et si on touche je mords. C'est comme ça.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-05-04, 16:12  (GMT)
10. "RE: Tel est pris qui croyait prendre"
Merci docteur,

Vous avez tapé dans le mille.

D'un côté, j'ai honte : j'ai l'impression d'être la bonne femme complètement hystérique, la plaie du cabinet médical, la séductrice à la réputation un peu douteuse. En plus, célibataire à 30 ans. (ça fait du bien d'étaler sa parano).
Tiens, il faudrait que je m'habille comme un épouvantail et que je sois très désagréable.

D'un autre côté, mon "transfert" est tellement puissant que c'est l'occasion de soigner énergiquement un trouble de la personnalité que je traine depuis trop longtemps. Je ne veux pas laisser passer le coche.

Pour la "survalorisation", à mon sens, elle est méritée. Je survalorise quelqu'un qui a réussi sa vie professionelle. Ca me semble normal. Quelqu'un qui est heureux de travailler, je trouve ça beau.


Je vais réfléchir à tout ça, laisser les choses "décanter", là ça me fait trop pour une seule fois.


Merci à Hélène, à Philippe et à vous.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Michel_Storm (86 messages) Envoyer message email à: Michel_Storm Envoyer message privé à: Michel_Storm Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-05-04, 09:44  (GMT)
14. "RE: Tel est pris qui croyait prendre"
>
>D'un autre côté, mon "transfert" est tellement puissant que c'est l'occasion
>de soigner énergiquement un trouble de la personnalité que je
>traine depuis trop longtemps.

Si vous voulez, vous pouvez faire un transfert sur moi de 10.000 euros, je suis d'accord

François

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-05-04, 12:35  (GMT)
17. "RE: Tel est pris qui croyait prendre"
Ah non, chez nous, la monnaie d'échange est le saucisson.

Bientôt les cerises

Cécile qui va avoir l'air fine dans la salle d'attente avec un panier de cerise.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-05-04, 11:09  (GMT)
15. "RE: Tel est pris qui croyait prendre"
>Pour la "survalorisation", à mon sens, elle est méritée. Je survalorise
>quelqu'un qui a réussi sa vie professionelle. Ca me semble
>normal. Quelqu'un qui est heureux de travailler, je trouve ça
>beau.

Par définition, la survalorisation est excessive, contrairement à la survalorisation.

Je voulais parler de gens qui m'expliquent que je suis un génie car j'ai guéri leur cystite. Il faut savoir prendre ces compliments avec des pincettes, car la baffe n'est jamais loin

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

balzy (4696 messages) Envoyer message email à: balzy Envoyer message privé à: balzy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-05-04, 11:16  (GMT)
16. "RE: Tel est pris qui croyait prendre"
>Par définition, la survalorisation est excessive, contrairement à la survalorisation.

Bonjour,
Vous êtes sûr de vous, Docteur ?

Balzy qui se mêle encore de ce qui ne la regarde pas, désolée...

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-05-04, 12:38  (GMT)
18. "RE: Tel est pris qui croyait prendre"
Si c'est un lapsus, j'aimerais bien savoir quel message inconscient il révèle.

Peut-être que quand on ne dort pas assez, on est fatigué le lendemain. Ah ah, vous avez fait la java hier soir docteur ?
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-05-04, 12:52  (GMT)
20. "RE: Tel est pris qui croyait prendre"
>Si c'est un lapsus, j'aimerais bien savoir quel message inconscient il

C'était juste pour voir combien de personnes suivaient Je réfuterai tout hypothèse freudienne.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

enid (VNI) (16 messages) Voir addresse IP de cet auteur
23-05-04, 12:53  (GMT)
21. "RE: Tel est pris qui croyait prendre"
Pour pjboulogne : Je trouve vos messages très intéressant et la manière dont vous avez enrobé vos affirmations dénote une extrême politesse. Je suis française et je ne vois pas pourquoi, on ne pourrait pas critiquer la France et les Français (qui se trompent assez souvent, médecins y compris). Sans esprit critique, la liberté,le bon sens,la logique etc... sont réduits à leur plus simple expression.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

pascal (VNI) (51 messages) Voir addresse IP de cet auteur
02-09-04, 00:06  (GMT)
53. "RE: Tel est pris qui croyait prendre"
nom d'un chien, vous etes courageux, délicat, obstiné et extremement respectable (bravo)
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-05-04, 06:51  (GMT)
22. "Je continue mon autothérapie"
Lors de la dernière consultation, "mon" médecin m'a dit :

"Je n'arrive pas à comprendre.
On dirait que vous ne voulez pas guérir.
Vous avez tout pour vous."

"Vous avez tout pour vous". Et si il avait raison ?

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-05-04, 07:38  (GMT)
23. "RE: Je continue mon autothérapie"
Bonjour,

Impossible (et non souhaitable) de commenter ici ce que vous dit votre médecin.
D'une façon générale, avoir tout pour être heureux n'est pas une bonne protection contre la dépression.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

enid (VNI) (16 messages) Voir addresse IP de cet auteur
26-05-04, 10:19  (GMT)
24. "RE: Je continue mon autothérapie"
En lisant vos messages, j'ai eu exactement la même impression que votre médecin (Mais ce que dit le Dr Dupagne est exact aussi) . Peut-être aussi que vous seriez plus vite guérie, si vous essayiez de vous lancer à fond dans une entreprise de type "humanitaire" . Mais peut-être y avez-vous déjà pensé ?
Cordialement
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cilloux (VNI) (14 messages) Voir addresse IP de cet auteur
26-05-04, 11:45  (GMT)
25. "L'humanitaire"
Bonjour Enid,

votre réponse n'est pas dénuée de sens, mais oserai-je vous dire que "l'humanitaire" est en partie responsable de ma dépression ?

J'ai fait du bénévolat ici et là depuis 1995.
En 1999, avec une "conférence St Vincent de Paul", j'ai fait plein plein plein de visites à des malades, soit en hopital, soit chez eux.

J'ai vécu des décès de copains et copines de mon âge. Je me suis occupée de personnes âgées, souffrant surtout de solitude, mais terriblement fatiguantes. J'ai suivi des gens hospitalisés en psychiatrie, dont une amie bipolaire grave que je portais à bouts de bras. J'ai commencé mon traitement anti-dépresseur la semaine après son avortement, suite à une crise maniaque.

Les deux médecins que j'ai vus durant cette période se sont accordés pour me dire de ne plus fréquenter tant de "gens à problème". Je finis par m'identifier à eux. Il faut être très solide pour porter tout ça, et encore, une personne à la fois serait amplement suffisante.

En lisant vos messages, j'ai eu exactement la même impression que votre médecin
C'est très aimable à vous de me le dire. Je comprends le Dr Dupagne qui n'est pas là pour balancer de la pommade à tous ceux qui ont une blessure narcissique.
Le simple fait de ne pas être censurée me rassure déjà beaucoup.

J'espère que quelqu'un interviendra le jour où je serai démesurément orgueilleuse, et où je balancerai un post par minute pour clâmer que je suis mieux que tout le monde.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

enid (VNI) (16 messages) Voir addresse IP de cet auteur
26-05-04, 12:18  (GMT)
26. "RE: L'humanitaire"
Si le fait de rencontrer des gens qui ont de gros problèmes ne vous a pas fait relativiser et vous a fait souffrir davantage, mon idée était très mauvaise. (Je pensais que vous prendriez vos problèmes moins à coeur, si le temps que vous passez à vous analyser, vous le consacriez aux autres). Je suis désolée et vous demande de m'excuser.
Peut-être faudrait-il que vous fassiez tout pour : lire des choses drôles, regarder des émissions ou des films comiques, essayer de rencontrer des gens qui savent rire de tout (et d'eux-mêmes)?
Je trouve que vous vous analysez assez bien vous-même, il vous manque encore l'étincelle qui vous donnera la volonté de guérir. Mais peut-être que vous ne prenez pas l'anti-dépresseur le plus adapté à votre cas. Ils n'agissent pas tous de la même façon sur la sérotonine et certains font des miracles.
Bonne chance !
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Cilloux (1 messages) Envoyer message email à: Cilloux Envoyer message privé à: Cilloux Voir addresse IP de cet auteur
26-05-04, 13:16  (GMT)
27. "RE: L'humanitaire"
Merci Enid,


Je connais bien le principe de s'intéresser aux autres, ce qui évite de se regarder le nombril.

Vous savez, sur le forum, je viens pour recharger mes batteries. Mais le reste du temps... je vis avec mon petit père qui n'est pas en très grande forme. J'ai sombré dans la dépression suite à son hospitalisation, l'an dernier. Je passais les journées au travail, les soirs à l'hosto, les nuits à faire le ménage. Non seulement je ne m'analysais pas trop, mais je ne m'écoutais plus du tout. C'était une erreur grossière.

Je vais vous faire hurler : j'essaie même, depuis quelques temps, de moins m'occuper de mon petit papa. Je crois qu'il en a parfois marre de sa fille "interventionniste".

Je donnais mes plaquettes. En pleine campagne pour le don de plaquettes, j'arrête de donner les miennes (avis du médecin également). Je culpabilise pour ça aussi.


Le bénévolat(je déteste ce mot), je n'en fais plus du tout depuis l'été dernier (et hop, culpabilité !).

De toutes façons, l'humanitaire (encore un mot que je déteste) ça ne sert à rien si on est complètement "vide de soi-même". Que voulez vous apporter aux autres lorsque vous êtes toujours prêt à pleurer ou à tomber d'épuisement ? Vous en bavez à fond pour rendre service, et vous devenez amer parce que personne ne voit les efforts gigantesques que vous faites. Et personne ne les voit parce que les résultats ne sont pas là. En dépression, on est improductif.

Maintenant que je sais ce que c'est, je conseillerai précisément le contraire de vous à un dépressif.
Qu'il se bichonne, qu'il se replie sur lui-même le temps qu'il faudra. Qu'il reste des journées roulé en boule dans son lit si il le faut, mais qu'il se traite avec beaucoup bienveillance car personne ne le fera à sa place.

J'espère que je ne vous heurte pas.

Vous savez, le besoin de se dévouer jusqu'à en perdre la santé, c'est malsain. C'est un besoin de reconnaissance mal exprimé. On fait beaucoup, on donne beaucoup, et comme dans le fond personne ne vous a rien demandé, ben on n'a aucun remerciement et on en devient aigri. Je ne voudrais pas devenir aigrie plus tard.

Voilà. Je vous remercie en tout cas de m'avoir lue, d'avoir discuté un peu. C'est un peu moche de m'étaler comme ça, j'ai parfois l'impression de faire mon one-man-show. Je me suis moquée des gens qui vont "à la télé" pour parler de leurs problèmes et je fais la même chose. Enfin. C'est pas le moment de trouver un nouveau prétexte de dévalorisation.


Tout ce pavé pour vous dire que le remède n'est pas le même pour des gens anxieux et scrupuleux, que pour des gens naturellement "bon-vivants".

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

enid (VNI) (16 messages) Voir addresse IP de cet auteur
26-05-04, 13:51  (GMT)
28. "RE: L'humanitaire"
Vous ne me choquez pas du tout :ne dit-on pas "Charité bien ordonnée commence par soi-même" ?
Actuellement, ma meilleure amie qui est une jeune femme , mère de 3 enfants,a une tumeur du cerveau inguérissable et elle sait qu'elle est condamnée.Quelquefois, je m'oblige à ne pas penser à elle, pour me protéger (et aussi pour ne pas ennuyer mon mari et ma fille avec ma tristesse).
Je suis d'un naturel pessimiste et je comprends très bien que les gens ne tiennent pas beaucoup à la vie. Je ne suis pas exactemennt "une bonne vivante", je suis très mère -poule et très angoissée. J'imagine le pire dès que ceux que j'aime ont du retard.
Ca fait du bien de pleurer toutes les larmes de son corps et de rester sous la couette. Les gens qui s'en sortent apparemment trop facilement après une catastrophe, ont souvent un très gros contre-coup plus tard. C'est souvent pire que de faire un "travail de deuil" juste après un deuil.
Ce que je voudrais vous dire , et j'espère ne pas vous faire de peine, c'est que je pense que vous irez mieux quand vous attacherez moins d'importance à l'opinion des autres que vous n'en attachez encore actuellement.
Et dites-vous bien que je suis persuadée qu'il ne faut jamais attendre de reconnaissance de la part des autres. Il y en a même qui se sentent gênés de vous devoir quelque chose et qui deviennent presque agressifs.
Bonne journée !
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

balzy (4696 messages) Envoyer message email à: balzy Envoyer message privé à: balzy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-05-04, 14:03  (GMT)
29. "RE: Je continue mon autothérapie"
>D'une façon générale, avoir tout pour être heureux n'est pas une
>bonne protection contre la dépression.

Bonjour et merci Docteur, une phrase comme ça est très "déculpabilisante"

Balzy

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

amateur (1136 messages) Envoyer message email à: amateur Envoyer message privé à: amateur Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-05-04, 15:11  (GMT)
30. "pulsion de mort-pulsion de vie, point de vue du salon d'à côté:-)"
Bonjour Cécile,
Je viens d'un salon que vous n'aimez pas trop, celui de la schizophrénie. N'y voyez cependant aucune intention autre que celle de vouloir rajouter mon grain de sel à vos propos que je trouve très intéressants.

La pulsion de mort, je l'ai connue pendant des années. C'était une amie fidèle, et pas seulement lorsque j'avais des pépins. Je me suis mariée avec un homme qui m'a dévalisé, me battait, et qui faisait les quatre cents coups. Je me suis retrouvée devant mon miroir, et je me suis dit: maintenant, tu as toutes les raisons de mourir. Alors, décide-toi. Si tu ne le fais pas maintenant, si tu décides de vivre et de faire l'effort de sortir de cette merde, alors arrête avec ces idées de suicide.

Depuis, malgré un sort qui n'est pas des plus favorables, je ne me pose plus la question. J'ai décidé une fois pour toute. Et il faudra que la situation change fondamentalement pour que je remette cette question sur le tapis.

Je ne vous souhaite pas de passer une nuit à côté de quelqu'un qui veut vous tuer, comme ce fut mon cas, mais je vous souhaite de trouver le déclic qui vous donnera envie de vivre pour vous d'abord, et non à travers les autres.

Cordialement

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-05-04, 16:13  (GMT)
31. "RE: pulsion de mort-pulsion de vie, point de vue du salon d'à côté:-)"
Modifié le 26-05-04 à 20:47  (GMT)

Merci.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Nausica (3061 messages) Envoyer message email à: Nausica Envoyer message privé à: Nausica Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 12:39  (GMT)
32. "RE: (sujet psy) Le transfert"
>Ah, une dernière question : est-ce que (pour me simplifier le
>travail) je peux imprimer tout ça et l'envoyer à mon
>médecin ? Est-ce une bonne idée, saine et positive, ou
>bien est-ce de l'hystérie totale et un besoin de me
>mettre en scène (je ne pense pas mais j'ai toujours
>peur de moi) ?
Cécile

"La survalorisation immédiate du médecin s'accompagne chez les femmes de tentatives de séduction à peine dissimulée. C'est en fait un test inconscient, et la ferme résistance, bienveillante mais sans appel, la rassure sur notre solidité et augmente encore l'intensité de la relation.

Dans les deux sexes, la critique imprévue et brutale qui suit la survalorisation est un autre test de notre résistance. Ces personnes sont tellement perdues qu'elles cherchent un roc bien ancré dans le sol pour s'attacher, tel le varech balloté par les flots. L'insensibilité que je manifeste à l'expression de leurs compliments exagérés ou de leurs critiques injustifiées, la fermeté parfois brutale de mon contact avec eux (elles) les rassure au plus haut point. Régulièrement, ces personnes éprouvent le besoin de vérifier ma solidité par des tentatives de manipulation et chaque échec de ces tentatives renforce leur confiance. Après quelques années, la relation est d'une intensité qui peut donner le vertige, tant je sens la place centrale que j'occupe dans leur vie. Je cherche alors souvent a partager cette place avec un psychothérapeute."

D. Dupagne

-> comment résoudre la quadrature du cercle: ils m'aiment trop,il faut que ça cesse, je me montre ferme, ce qui leur donne encore plus de raisons de m'aimer.


Bonjour à tous!
Ce sujet est passionnant et me rappelle quelques souvenirs...
Moi aussi, j'ai fait un transfert sur mon généraliste, mais je n'ai jamais osé lui en parler.
Maintenant que les années ont passé et que cette relation médecin-patient a changé de nature, j'aimerais bien savoir ce que mon médecin a pensé de tout ça; s'il en était conscient? s'il s'en fichait?

ça vous arrive de parler de ces choses-là avec vos patients?
Si je dis à mon médecin "vous savez, il y a quelques années, j'étais amoureuse de vous", il se contentera de sourire et de dire "c'est pas grave, ça arrive..." Fin de l'entretien.
Non?


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 13:55  (GMT)
33. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Heu, puis-je vous demander combien de temps ça vous a duré, en gros ? Et comment vous l'avez "géré" ? Est-ce que vous êtes restée malade plus longtemps à cause de ça ?

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Nausica (3061 messages) Envoyer message email à: Nausica Envoyer message privé à: Nausica Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 17:26  (GMT)
34. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Combien de temps?
je dirais quelques mois, mais je n'arrive plus à me souvenir du début! ça se manifestait par une consultation toutes les 2 semaines pour des choses sans gravité (j'ai mal à la tête/ au ventre/ à la gorge/ je suis fatiguée/ j'arrive pas à dormir) bref je sautais sur la moindre occasion pour aller VOIR mon médecin.

J'ai très mal vécu cet épisode de ma vie; ça me rendait terriblement malheureuse, j'ai même pleuré en consultation, sans pouvoir (oser) en expliquer les raisons à mon médecin. Lequel m'a envoyée en psychothérapie (1 an si je me rappelle bien: j'ai pas mal parlé de ce transfert à mon psy mais ça ne m'a pas vraiment aidée. J'ai horreur de la "neutralité bienveillante" bienveillante, tu parles!!!)

J'étais mal dans ma peau, mon métier me pesait, j'habitais un quartier mal famé et mon médecin était sympa, souriant, à l'écoute. Il y a eu tout un processus de cristallisation à cette époque; j'ai + ou - volontairement rassemblé tous les souvenirs agréables qui étaient liés à mon médecin et un jour je me suis rendue compte que je l'aimais. Et là j'ai cherché auprès de lui la solution miracle à mes difficultés (illusion, quand tu nous tiens!)

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 18:10  (GMT)
35. "RE: (sujet psy) Le transfert"

Je me reconnais bien là.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Nausica (3061 messages) Envoyer message email à: Nausica Envoyer message privé à: Nausica Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-06-04, 12:50  (GMT)
36. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Bonjour,

Heureuse de voir que ça peut arriver à d'autres!
est-ce que vous avez fait une psychothérapie? et est-ce que vous avez abordé ce thème avec le psy?

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 09:54  (GMT)
37. "Pour quoi faire ?"
Modifié le 18-06-04 à 09:55  (GMT)

Bonjour Nausica,

j'en ai parlé au psy l'an dernier, mais bof...

un jour je me suis rendue compte que je l'aimais
Oh moi je ne l'aime pas, ce n'est pas de l'amour, c'est juste du transfert. C'est à dire que c'est moi-même que j'aime en lui, comment dire... ce qui me plait chez lui, c'est quelque chose de ma personnalité dont je n'ai pas conscience, et que j'essaie de réccupérer.

Aucun critère objectif ne me prouve qu'il a réellement les qualités que je lui trouve. En fait, je ne le connais pas du tout. Je connais vaguement son statut familial, sa voiture, on a des "convictions" un peu similaires.

Mon souci, c'est qu'il est l'écran sur lequel je me suis projetée et j'essaie de réccupérer mes morceaux.

Celà dit, c'est quelqu'un que j'estime - ça lui évitera de prendre des claques à la fin du transfert (j'ai cru comprendre ça dans les messages du Dr Dupagne).


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Nausica (3061 messages) Envoyer message email à: Nausica Envoyer message privé à: Nausica Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 11:40  (GMT)
38. "RE: Pour quoi faire ?"
Bonjour Cécile,

je suis tout à fait d'accord avec vous, tout ce que vous décrivez est certainement ce qui s'est passé en moi aussi.
Je dis "aimer" car cela regroupe tellement de situations différentes, c'est bien pratique...
Aujourd'hui, tout ça n'est qu'un souvenir; je n'en garde ni regret, ni haine, ni joie, ni peine. Je suis juste plus à l'aise avec mon généraliste désormais.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 12:51  (GMT)
39. "RE: Pour quoi faire ?"
Et oui. Ce qui est étrange, c'est que certaines personnes font l'amalgame entre le transfert et le sentiment amoureux.

Forcément, si on construit une vie de couple à partir d'un transfert, ça pose problème.

Enfin bon, je dévie, je dévie.

Là, je commence à sortir du transfert. En fait, le jour où le généraliste ("mon" généraliste :-D ) m'a dit "je ne comprends pas, on dirait que vous ne voulez pas guérir, vous avez tout pour vous", j'ai avalé cette phrase "vous avez tout pour vous".

Mr Dupagne dit que c'est précisément la phrase à ne pas dire, et j'étais d'accord... jusqu'à ce jour-là.

Je ne sais pas pourquoi, mais c'est justement ce que je voulais entendre, et à ce moment j'étais prête à l'entendre, à l'accepter. Je suis sortie de ma case "vie tordue, vie foutue" et je suis rentrée dans la case "plein de qualités, profites-en ma fille, fonce, vis".

J'avais l'impression que j'avais une étiquette collée sur le front "attention, personne moralement fragile.
Le fameux "vous avez tout pour vous" m'a fait prendre conscience que cette fragilité, je l'entretenais inconsciemment. Je me sentais fragile et ça me fragilisait. Heu... vous me suivez ?

Maintenant, je commence à en avoir marre d'aller le voir. Il est sympa, je l'aime bien, mais je n'ai plus trop grand chose à lui dire. Je n'attends plus grand chose de lui non plus, les armes, je les ai maintenant.

J'espère que c'est bon signe. Bon, je ne crie pas victoire non plus mais il y a du mieux.

Quand je pense dans l'état où j'étais il y a quelques mois, là je ne prends plus rien, tout le monde m'a bien prévenue que j'allais me suicider, que je ne m'en tirerais pas et puis finalement ça va mieux.

Tout ça, c'est aussi grâce à la piscine, et à cette petite phrase de Philippe que j'ai lue par hasard "le sport est un puissant anti-dépresseur".
Ben c'est vrai.

Amicalement,
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Nausica (3061 messages) Envoyer message email à: Nausica Envoyer message privé à: Nausica Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 16:00  (GMT)
40. "RE: Pour quoi faire ?"
Modifié le 18-06-04 à 16:01  (GMT)

Je ne vous connais pas bien, alors je ne peux pas dire que je vous comprends ou que je ne vous comprends pas. Déjà c'est difficile avec les gens qu'on connaît bien.
La seule ressource que j'ai, c'est d'essayer de retrouver un écho de ce que vous dites dans mon expérience personnelle.

Alors voilà: la fragilité, je l'ai sentie quand j'allais voir mon psy pour me lamenter sur mon sort, trouver de bonnes raisons d'aller mal. C'était déprimant, et culpabilisant car j'avais l'impression que mon psy ne considérait pas ça comme des motifs "valables". C'est la colère contre lui qui m'a tout fait arrêter, mais je ne pense pas que c'était ce qu'il avait prévu car il était sûr de me revoir.


Maintenant, je commence à en avoir marre d'aller le voir. Il est sympa, je l'aime bien, mais je n'ai plus trop grand chose à lui dire. Je n'attends plus grand chose de lui non plus, les armes, je les ai maintenant.

Si je comprends bien, vous avez beaucoup parlé avec votre généraliste. C'est un peu lui qui vous a servi de "psychothérapeute"? Vous lui parliez de votre mal-être?

Je me demande si les médecins généralistes sont bien armés pour gérer ça...

Quant à la confusion transfert/ sentiment amoureux, comment faire la distinction quand on est en plein dedans?

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 18:21  (GMT)
41. "Oh ben si !"
Je me demande si les médecins généralistes sont bien armés pour gérer ça...

Bonsoir Nausica,

le mien était bien armé puisque sa spécialisation était la psychiatrie.

De toutes façons, il y a des fois ou le bon sens d'un médecin normal vaut mieux que les stratégies des psychiatres (que j'ai du mal à qualifier de normaux, à part quelques cas. Bref).

Il a joué le rôle de psychothérapeute, c'était clair, et d'un commun accord, la seule condition étant que "ça avance" (histoire qu'on soit deux gagnants. Je n'aime pas les situations qui piétinent).

La distinction transfert/sentiment amoureux, c'est très simple : il suffit de vérifier concrêtement si le transféré est effectivement le plus gentil le plus intelligent le plus attentionné le plus patient le plus drôle le plus attentif...

Si il y a un décalage entre ce que vous attendez de la personne et ce qu'elle vous donne réellement, c'est à dire si vous êtes déçu et frustré à chaque fois car elle n'a pas correspondu à vos désirs, et bien c'est un transfert.

Si le monsieur (pour une dame, et vice-versa) est véritablement le plus gentil le plus intelligent le plus attentionné le plus patient le plus drôle et le plus attentif alors là, il faut absolument me donner son numéro de téléphone.

(dans le transfert, vous vous faites des films, tout le monde le voit, tout le monde le sait, tout le monde vous le dit, mais vous avez du mal à revenir dans la réalité.
Dans le sentiment amoureux, vous êtes dans la réalité.)

Enfin je pense, hein, je ne suis pas docteur es sentiment amoureux...
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-08-04, 21:53  (GMT)
42. "Aïe"
Ben maintenant j'ai un souci de transfert.

D'abord, avec les vacances, ça fait six semaines sans médecin. C'est trop long.
Et puis ça ne roule plus comme avant. J'ai même parfois envie d'être en colère contre mon médecin parce qu'il y a quelque chose qui fait mal. L'absence... réaliser que je ne compte pas plus qu'un individu parmi une foule d'individus.
Que sa gentilesse est certainement un simple outil professionnel, une facade.
Que peut-être il se sert de sa profession, et donc de moi, pour se donner bonne conscience, pour donner un sens à sa vie.

Bon, c'est bien pour lui si il parvient à fonctionner comme ça, mais moi, là, je me bats pour qui ? pour quoi ?

J'ai passé l'après-midi chez une personne malade et je m'en trouve complètement vidée. C'est pas mon métier, moi, je ne suis pas payée pour ça. Il faut que demain, à 4h, j'attaque mon week-end de boulot et les malades, je n'ai pas les épaules... j'ai honte, face à tous ces gens humanistes, altruiste, serviables, tournés vers les autres. Je ne suis qu'une grosse égoïste qui va bosser pour gagner son fric et en profiter dans son coin.

Bah je sais pas, on m'a collé des idéologies pourries en tête et ça me ronge l'existence. Puis c'est mon dernier week-end de boulot, je serai toute seule, je ne verrai plus mes collègues, et ça me fout le bourdon.

Mon médecin, il s'en fout, lui, il a une femme, des gamins, de la famille... quand il a des difficultés au boulot, il sait où trouver du soutien.

Moi, tout ça, je ne peux même pas lui en parler : il va encore essayer de m'envoyer chez un psy.

La solitude, c'est vachement difficile quand même. Je ne sais pas si c'est une maladie, si c'est génétique ou chimique mais c'est dur à vivre.

Bon sang, on est six milliards, ils sont où, les cinq cents quatre-vingt dix-neuf milliards neuf cent quatre-vingt dix-neufs millions neuf cent quatre-vingt dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt dix-neuf autres ?

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-08-04, 07:50  (GMT)
43. "Les claques ?"
Modifié le 28-08-04 à 08:22  (GMT)

Bon week-end à tout le monde, bonjour, bon petit déjeuner.

j'enchaine :

"Je voulais parler de gens qui m'expliquent que je suis un génie car j'ai guéri leur cystite. Il faut savoir prendre ces compliments avec des pincettes, car la baffe n'est jamais loin "

Que voulez-vous dire par là, exactement, Mr Dupagne ?

* * *

Je poursuis :
Moi ma vie mon oeuvre (pas très intéressant mais bon)

j'ai vu une femme qui a le même médecin que moi. Je ne sais pas si elle fait un transfert. Elle m'a parlé du médecin (c'était "mon" médecin) : avec elle, il est sympa, à l'aise, il lui parle beaucoup de lui, de sa famille, de ses soucis au cabinet avec les autres médecins. Avec moi, pas un mot personnel, que des questions sur moi, et un mécontentement "ça ne va pas assez vite, il faut passer à la vitesse supérieure, vous ne faites aucun effort".

Bref je me retrouve (en pleine crise de jalousie) la rage au coeur : sa gentillesse n'était donc qu'une facade professionnelle. Il est comme ça avec tout le monde. En plus il ne m'aime pas.

J'enchaine sur une haine des médecins en général : à quoi bon me faire croire à tant d'illusions ? Je pensais avoir de l'importance, puisque "il" m'a aidée à aller mieux. Mais maintenant que ça va mieux, je n'ai plus aucun intêret pour lui, il va me flanquer à la porte et retourner à la pêche à la misère.
C'est quoi, ce besoin d'aider les autres pour se sentir bien ? C'est quoi, cette dépendance à la maladie des autres ? Qu'est-ce qui motive un médecin à vouloir guérir les souffrances des autres ? Pourquoi dire que c'est "le plus beau métier du monde" ? Un métier qui nécessite la souffrance d'autrui. Sans souffrance, plus de combustible, plus de médecin.

C'est terrible : ce que j'appréciais, chez cet homme, c'étaient ses valeurs personnelles. Et ces valeurs ne me semblent plus du tout tenir la route. Pourquoi, mon Dieu pourquoi s'intêresser aux autres ? Par bonne conscience ? Par peur d'être inutile ?

Bon j'arrête là. Pour le coup, je suis à fond dans la projection. Au moins, ça m'aide, de poser tout ça à plat.

C'est bien simple : j'ai envie de tomber amoureuse de plein de gens qui ne soient pas des médecins. Comme ça je n'aurai pas besoin d'être malade pour les voir.

(Pfff, un mois de vacances et voilà le résultat !)

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-08-04, 11:03  (GMT)
44. "RE: Les claques ?"
Oh et puis flute, c'est mon dernier week-end à Vichy, il fait beau et je veux en profiter. Je ne vais pas gâcher ça pour des histoires à la psy.


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Tea42 (VNI) (1 messages) Voir addresse IP de cet auteur
30-08-04, 16:56  (GMT)
45. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Le sujet date, mais je viens tout juste d'en prendre connaissance.
J'ai fait une grosse dépression l'année dernière. Je suis suivie par un psychiatre qui m'a beaucoup aidé a sortir du trou.

Depuis un mois ou 2, je me sens de plus en plus attirée par cet homme. Je n'ai jamais succombée au coup de foudre, au contraire mes relations avec les hommes se construisent toujours par étape et l'attachement se renforce étape par étape.

Je ne peux ignorer que le transfert amoureux existe et je me demande aujourd'hui si ce que je ressens c'est un transfert ou un sentiment réel.

Je suis tentée d'en parler à mon psychiatre, mais en même temps cela m'effraie.

Quelqu'un peut-il me dire ce qu'il en pense?

Merci

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
30-08-04, 18:20  (GMT)
46. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Je n'ai jamais fait de différence entre le transfert et le sentiment amoureux.

Ca dépend des circonstances :
Si votre psy est marié, qu'il a des enfants... il faut voir si vous souhaitez briser la vie d'une famille pour un sentiment qui peut changer.

En revanche, si il est célibataire, beau, gentil, intelligent, que vos parents l'apprécient, alors peut-être que vous pouvez envisager quelque chose...

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
30-08-04, 19:20  (GMT)
47. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Bonjour Tea,

Je reproduis ici l'excellente définition du transfert qui est donnée sur le site de PsyVig.com
http://www.psyvig.com/lexique.php?uid=b1538273b513742dea9a83cc455c66ba&car_dico=T&id_dico=1

"Transfert

Le transfert est le lien que le patient installe avec son thérapeute et qui se relie à des éléments du passé, notamment à des vécus antérieurs avec les parents ou à des vécus en relation avec les traumatismes passés. Ce lien affectif peut s’exprimer par de la sympathie, de l’agrément, de l’affection ou même de l’amour envers la personne du thérapeute.

Le thérapeute sait qu’il s’agit d’un lien transférentiel. Il sait aussi qu’il sert d’écran et que les sentiments exprimés sont un élément important de la démarche entreprise par le patient. Il sait enfin que c’est le professionnel qui est concerné et non sa personne en tant que telle.

Les sentiments affichés peuvent être négatifs : négatifs : méfiance, antipathie temporaire, haine, insatisfaction… Ces tonalités sont normales et ne doivent pas effrayer le patient qui les éprouve. Elles sont parfois très discrètes et pratiquement toujours maîtrisables.

Cette expérience affective est souvent ce qui va permettre la résolution de situations anciennes enkystées et la réhabilitation narcissique propre à la thérapie, laquelle doit permettre de trouver ou retrouver une image positive de soi-même.

Le psychothérapeute expérimenté sait très bien travailler avec le transfert."


Il faut savoir qu'il existe de mauvais thérapeutes, ou des thérapeutes déviants, qui peuvent manipuler le patient en utilisant le transfert. Il s'agit alors de ce que PsyVig nomme "le rapt du transfert" :


"Rapt du transfert

Le patient éprouve à l'endroit du thérapeute des sentiments variables. Ces sentiments sont l'expression du transfert c'est-à-dire la mobilisation d'affects inconscients qui sont en fait la résurgence des affects éprouvés à l'égard de figures signifiantes anciennes (père, mère ou autre). Dans le rapt du transfert, le faux thérapeute prend et interprète ces sentiments comme des sentiments que le patient éprouve à son égard et il répond au patient comme si ces affects lui étaient dévolus. Par exemple, face à un transfert positif - tel le transfert amoureux décrit par Freud -, le faux thérapeute enclenche une proposition de relation affectueuse ou, pire, amoureuse entre lui et le patient. Le faux thérapeute s'institue "père", "mère" de substitution ou "amant" du patient.

En psychothérapie, le rapt du transfert est une faute professionnelle grave qui repose sur la psychopathologie du faux thérapeute. Cette personnalité narcissique éprouve le besoin de se valoriser et de s'accorder un Soi grandiose au travers d'un processus qui ne le concerne pas. Il peut s'agir aussi d’un être prédisposée à l'érotomanie (croyance paranoïaque que le patient tombe amoureux de lui ou, à l’opposé, dans l'autre extrême, qu’il le hait). Le rapt du transfert dilue complètement la thérapie en ce sens que le processus aboutit à une relation personnelle, souvent passionnelle et délirante, et non à sur une relation thérapeutique."

Cordialement,

Pandore


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
30-08-04, 22:36  (GMT)
48. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Bonsoir Pandore,
Merci pour ces superbes textes que je n'avais pas su trouver.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Aloes (653 messages) Envoyer message email à: Aloes Envoyer message privé à: Aloes Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
31-08-04, 05:36  (GMT)
49. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Salutations Pandore,

Je renchéris en appuyant les propos du Dr. Dupagne.

En effet, je n'ai jamais trouvé un texte aussi clair pour me faire bien comprendre, en langage simple, ce qu'est le transfert. J'ai apprécié lire ces textes.

Amitiés,

Aloès

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
31-08-04, 08:02  (GMT)
50. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Bonjour Docteur, bonjour Aloès,

Oui, c'est vraiment très bien écrit. Et l'ensemble du site PsyVig est tout aussi précis et intéressant.

Je me permettrais juste d'ajouter une petite précision concernant la phrase "Ces tonalités sont normales et ne doivent pas effrayer le patient qui les éprouve. Elles sont parfois très discrètes et pratiquement toujours maîtrisables".

D'après mes lectures, (et ce que j'ai vécu personnellement), dans les cas où le patient est plutôt à dominante borderline ou psychotique, les manifestations du transfert peuvent être parfois ni discrètes ni maîtrisables, bien au contraire. Il peut se manifester sous forme de "transfert psychotique" avec même des idées délirantes ou quasi-délirantes, qui restent souvent cantonnées uniquement dans le domaine des relations avec le thérapeute et ne sont pas forcément visibles extérieurement.

C'est en particulier pour cette raison que dans ces cas précis, nous devons nous adresser (ou être adressés) impérativement à des thérapeutes très bien formés, expérimentés, travaillant plutôt en réseau avec d'autre professionnels, et ayant une expérience clinique significative leur permettant de faire un diagnostic. Le thérapeute qualifié doit savoir détecter ce type de transfert, manier ces relations forcément mouvementées, adapter la thérapie en conséquence, et savoir vers quelles structures orienter son patient en cas de décompensation franche, cela dans l'intérêt du patient mais aussi du thérapeute. Sinon, dans ces cas précis, l'apprenti-thérapeute auto-proclamé s'exposerait lui-même à de graves problèmes, et risquerait de ne pas améliorer son patient.

Amitiés

Pandore


  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Aloes (653 messages) Envoyer message email à: Aloes Envoyer message privé à: Aloes Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
01-09-04, 00:36  (GMT)
51. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Salutations Pandore,

Il arrive que des thérapeutes, même dûment formés, même les meilleurs, fassent des erreurs. Personne n'est à l'abri.

Dans ma tête, un soignant (médecin, psychologue, psychiatre) est de bon à excellent médecin, lorsque le courant passe, et qu'il m'apporte des soins adéquats. Un soignant est plutôt médiocre, lorsqu'il fait erreur et s'obstine à camoufler cette ou ces erreurs, s'entêtant envers et contre tous et surtout au détriment du patient. Un soignant qui fait une erreur, qui est assez humble pour le reconnaître et qui rectifie le tir, est à mon avis un excellent soignant et cela peut même intensifier le degré de confiance à celui-ci.

Que ce soit au niveau du diagnostique, du traitement, et bien entendu des éléments transférentiels qui sont en jeu dans une relation thérapeutique. Sans compter que ces mêmes professionnels, sont d'abord et avant tout humains. De par ce fait, toute situation personnelle non résolue, les concernant, peut amener dans un contre-transfert des éléments qui peuvent nuire à la thérapie.

Dans le cas d'un simili-thérapeute-auto-proclamé, le risque est multiplié de manière étendue. D'où l'importance de se choisir, lorsqu'on entreprend une thérapie, un psychothérapeute dûment formé (psychologue ou psychiatre), ce qui diminue les risques d'erreurs.

Amitiés,

Aloès

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Tea42 (1 messages) Envoyer message email à: Tea42 Envoyer message privé à: Tea42 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-09-04, 13:02  (GMT)
54. "RE: (sujet psy) Le transfert"
Merci Pandore, la définition du transfert me semble un peu plus clair, et en tout cas cela répond aux questions que je me posais sur les sentiments que je ressens.

Cilloux, je n'ai pas très bien compris si tes commentaires étaient à prendre au second degré ou pas??

En tout cas merci à tous !!!

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
01-09-04, 01:03  (GMT)
52. "RE: (sujet psy) Le transfert"
"le dire" ce n'est pas facile quand on a les symptômes de débilité profonde à cause du sentiment en question (sourire niais, voix incertaine, sueurs froides tremblements palpitations etc...)

Moi, je l'ai écrit en petit, en bas de la troisième page d'un courrier... "bla bla bla bla bla transfert blablablabla"

Les déclarations d'amour, avec une mandoline, au bas du balcon de votre psychiatre, c'est risqué : vous risquez de provoquer une drôle de réaction. Il vaut mieux rester sur le terrain psy et considérer que ce n'est qu'un transfert dans toute sa splendeur.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-10-04, 10:47  (GMT)
55. "C'est fini :-("
Y veut pu me voir

Oh que c'est douloureux...


Enfin...
Je crois que c'est mieux comme ça.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-10-04, 02:07  (GMT)
56. "Je n'ai pas tenu le coup"
J'ai repris un rendez-vous.

Je ne sais pas pourquoi. Enfin si, je sais pourquoi : il m'a soigné le physique, il m'a soigné le moral, il m'a dit de faire du sport et maintenant je suis comme une pomme dans ma piscine municipale à nager des kilomètres.

C'est bien gentil mais maintenant, je vais où, je fais quoi ?

Il m'a dit de me fixer des objectifs mais ils ne veulent pas de moi pour les championnats. Je me retrouve dans un club de mamies débutantes. J'ai demandé si d'autres venaient s'entrainer en dehors des horaires mais personne n'est motivé.

A croire que moi, dépressive convalescente, j'ai plus de goût de vivre que la majorité des gens normaux.

Alors j'en fais quoi, de l'énergie que j'ai ?

Ben transfert ou pas, il m'a guérie, il faut maintenant qu'il m'explique ce que je dois faire avec ma bonne santé. Je ne trouve personne avec qui partager toutes ces activités. J'en viens à me demander si tout le monde ne serait pas un peu déprimé autour de moi.

Bref j'ai besoin de faire un bilan. Le sentiment amoureux, j'espère qu'il va disparaitre parce que ça me bouffe la tête. Mais j'ai besoin de quelqu'un de solide avec qui faire un bilan précis parce que je suis incapable de me battre seule, dans le vide, pour rien, pour personne...

J'ai peur car la secrétaire médicale lui a parlé un grand moment avant de me donner le rendez-vous. Peut-être qu'il lui a donné des recommandations pour ne plus m'accepter, et que là, il a dérogé, par scrupule (j'en suis persuadée). Mais tant pis, je joue le culot, je suis trop près de la guérison pour abandonner. J'ai encore besoin d'un coach. J'ai besoin qu'il me pousse encore un peu, avant de mener ma barque seule.

Je retrouve mes rails quelques instants, quelques minutes par ci par là. Et à ces moments là, le transfert disparait car je me retrouve. Mais ça ne dure pas tout le temps.

Le deuil brutal, je n'y suis pas arrivée, et je crois que ce serait un échec, un retour en arrière.

Quand on va au bout du transfert, je pense (j'espère) que ça se déroule en douceur, tranquillement, que ça s'apaise.

En fait, le plus qui apaise, c'est de sentir que la personne ne va pas vous abandonner gratuitement, mais qu'elle sera toujours là quand vous aurez besoin (sans abuser bien sûr). Qu'elle consent à faire partie de votre entourage.

Pauvres médecins confrontés à des têtes explosives... et qui doivent se contenter d'être là, sans pouvoir rien faire, en simple spectateurs, pendant que le travail inconscient se fait jour après jours.

Et pauvre moi, avec ma tête qui me fait encore trop souffrir. Il n'y a que quand je suis dans l'eau que je me repose.

"le sport est un puissant anti-dépresseur"... cette phrase m'aura sauvé la vie.
J'ai un grand merci à dire à mes deux Philippe.


Cécile (qui aborde sa phase de retour sur terre / entrée dans l'atmosphère)

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-10-04, 22:46  (GMT)
57. "Il ne m'a pas jetée dehors !"
Dans la mesure où ça avance, il veut bien que je continue à aller le voir.

Il ne m'a pas imposé un deuil de plus, il ne m'a pas fichue à la porte, il ne me hait point.

C'est très confus dans ma petite tête, ça.

Mais pour faire un rapprochement, je commence tout juste à me sentir à l'aise sur ce site, et à ne plus attendre mon arrêté d'expulsion.

Je commence même à espérer qu'on ne me trouve pas forcément chiante.

Pour mon médecin c'est pareil : je pense que si vraiment j'étais une torture pour lui, au bout d'un an et demi, il aurait trouvé un moyen de ne plus me revoir. Bon je suis collante, mais il aurait été méchant, puisque dans la salle d'attente, les autres semblent dire qu'il est capable d'être piquant.

Une dame m'a dit qu'elle avait fait l'andouille avec plusieurs médecins à la fois. Alors il lui a tendu son dossier pour qu'elle aille voir ailleurs (finalement ils se sont remis d'accord). Alors tant qu'il ne me tend pas mon dossier médical, c'est que ça va à peu près. Ca me rassure beaucoup.

Alors je vais pouvoir continuer à me soigner et je pourrai peut-être (je l'espère de tout mon coeur) guérir.

Ca va beaucoup me reposer, si je n'ai plus cette crainte d'être jetée à la porte du cabinet médical.


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-10-04, 08:21  (GMT)
58. "RE: Il ne m'a pas jetée dehors !"
Bonjour Cilloux,

>Je commence même à espérer qu'on ne me trouve pas forcément
>chiante.

Si, si, vous êtes chiante, mais on vous aime bien quand même

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-10-04, 11:43  (GMT)
59. "RE: Il ne m'a pas jetée dehors !"
Bon d'accord, admettons que je suis chiante. Mais c'est pas ma faute :

Les dépressifs, ce sont des chiants, c'est un problème difficile. Toujours c’est un patient « chiant », ce n'est pas quelqu'un qui n'a pas de bonnes intentions, c'est quelqu'un qui vient qui est demandeur, ce n'est pas toujours dit franchement.

http://www.anti-depresseurs.com/paroles1.htm

Alors comme je vais bientôt guérir, je ne serai plus chiante. L'espoir fait vivre.

Cécile

NB - chiante pour chiante : Ne partez pas du principe que le smiley excuse tout ou permet d'édulcorer un commentaire insultant par ailleurs.

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-10-04, 13:57  (GMT)
60. "RE: Il ne m'a pas jetée dehors !"
>NB - chiante pour chiante : Ne partez pas du principe
>que le smiley excuse tout ou permet d'édulcorer un commentaire
>insultant par ailleurs.

La fine observatrice que vous êtes aura noté que le smiley n'est pas après "chiante" mais après "on vous aime bien quand même".

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-10-04, 21:50  (GMT)
61. "Je n'ai rien compris"
Bonsoir,

J'ai passé ma journée à me rendre compte qu'effectivement, qu'est-ce que je suis chiante : je ne rigole pas aux blagues cochones, en politique je ne pense pas comme tout le monde, je ne regarde pas les guignols de l'info, je me pose plein de questions, je pose plein de questions aux autres, je suis tout le temps amoureuse de quelqu'un, si je ne suis pas amoureuse de quelqu'un je crève, je suis catholique pratiquante, je n'ai pas le sens de l'humour et je suis incapable de savoir si c'est du lard ou du cochon. En plus je me suis rendu compte que ça me fusillait quand on me disait que j'étais chiante parce qu'on me montre un défaut sans me donner les moyens de m'en débarrasser et je reste là avec mon paquet.

Ca ne me fait même pas rigoler.

Ben j'avais peur d'être en phase maniaque mais ça va, je suis rassurée.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-10-04, 22:32  (GMT)
62. "RE: Je n'ai rien compris"
Modifié le 24-10-04 à 22:45  (GMT)

rien pardon je n'arrive plus à savoir ce que je fais. J'en ai marre de la dépression, de la fatigue, de la maladie. J'aimerais bien vivre normalement un peu.

Chiante... Une fille me l'avait reproché à 11 ou 12 ans, j'avais demandé des précisions pour pouvoir me corriger, elle m'a simplement dit "t'es chiante, ça veut dire que t'es chiante, c'est tout".

Faut faire quoi pour pas être chiant ? Faut faire quoi pour pas être dépressif ? Faut raconter la dernière des guignols chaque matin à ses collègues ? Faut étaler avec une joie frénétique ses exploits cyclistes du dimanche matin ? Faut parler de cul ? De politique ? De l'infrastructure culturelle de Rennes ? Des relations humaines et du sentiment amoureux ? Des cons ?

Pfff je sais plus trop. Faut que je me repose, c'est tout.

Désolée pour ce délire paranoïde en direct.
Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-10-04, 00:35  (GMT)
63. "Ahem..."
Mr Dupagne,

excusez-moi pour mon coup de noir, là. Je suis hyper fatiguée et je ne sais pas pourquoi, mais le manque de sommeil me tape sur les nerfs au point de ne plus rien supporter.


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-10-04, 10:43  (GMT)
64. "RE: Ahem..."
>Mr Dupagne,
>
>excusez-moi pour mon coup de noir, là. Je suis hyper fatiguée
>et je ne sais pas pourquoi, mais le manque de
>sommeil me tape sur les nerfs au point de ne
>plus rien supporter.

Bonjour Cilloux,

Bonne prochaine nuit.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-10-04, 22:41  (GMT)
70. "soulagement"
Merci Docteur,

vous avez su trouver les mots qui apaisent.

Aujourd'hui, avec la fatigue, c'est avec mon chef que je me suis pris la tête. Ca a failli prendre des proportions. Heureusement que la journée était presque finie.

La prochaine fois, il faudra que je me souvienne que la fatigue me transforme les émotions, que je grossis des choses sans importance. La fatigue joue le rôle de verre grossisant.


A voir des malades et des fatigués toute la journée, qui ont tous de bonnes excuses pour être désagréables... Il vous en faut, de la patience !


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Giulia (435 messages) Envoyer message email à: Giulia Envoyer message privé à: Giulia Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-10-04, 19:20  (GMT)
66. "Transfert et pathologie rare non psy "
Bonjour à tous
Je n'ai pas eu le temps de lire toute la discussion (après deux heures de révision de philo, j'ai des bulles dans le cerveau).

Mais un pont m'interesse dans ce que dit Cilloux : "Le médecin incarne le mythe de la guérison".
Je souhaiterais faire une petite rectification à mon sujet. Pour moi, mon orl n'incarne pas le mythe de la guérison. Ce serait trop fort, en tout cas pour la surdité que j'ai qui ne peut etre corrigée à 100% (surdité d'une oreille de naissance liée à une malformation, et probablement également à un virus).
Non, guérison, j'insiste bien, est vraiment un terme trop fort pour les raisons que j'ai expliqué plus haut.

En revanche il m'a aidé dans un moment très difficile, à un moment où je n'acceptais pas le diagnostic de ma surdité. En effet, dans l'esprit des gens (enfin, de certains imbéciles), surdité d'une oreille égal parents maltraitants, ou surdité égale imbécilité.
Quand je lui en ai parlé, il m'a clairement expliqué que la surdité unilatérale, meme quand elle n'est pas de naissance, n'est jamais liée à une gifle (il me dit que médicalement, ça ne tient pas debout) mais bien à des chocs (chute de cheval dans le cas de la remplaceante que j'ai eu l'an dernier en italien), des neurinomes de l'acoustique et des virus, que ceci soient connus ou inconnus.
Et sa proposition de m'implanter l'appareil BAHA a été la preuve de la confiance qu'il me portait. La discussion que j'avais eu avec lui sur le sujet, ben c'est que il voyait que je cherchais les réponses, que je m'informais, que j'étais interessée... Bon évidemment la lecture de la paperasse et des témoignages sur Internet ne suffisent pas, il faut aussi en discuter. Avec lui c'est : "Voilà j'ai lu ça, ça et ça, qu'en pensez-vous Docteur ?"
"Ca c'est vrai, ça ce n'est vrai que dans certains cas et ça ce n'est pas prouvé, nous n'avons pas assez de recul"
De plus avec lui j'ai pu lui parler de ce que réellement voulait dire aller à l'école avec cette surdité, le stress et les vacheries de la commission médicale pour le permis (meme si j'ai été rassurée par les propos de Café_Sante sur ce forum, je me disais qu'une vacherie de la part de la commission est toujours possible)...
Et au fond lui et moi formons une excellente "équipe", nous formons le couple médecin-patient : moi connaissant parfaitement les tenants et les aboutissants des voyages à l'étranger (et donc des pépins d'assistance inhérants, les implantés baha sont systématiquement refusés, mais ça c'est l'objet d'un autre topic que je développerai plus tard, quand je serai moins fatiguée et que j'aurai moins de boulot), lui connaissant parfaitement les tenants et les aboutissants médicaux. Par contre il est nul en anglais, mais ce n'est pas grave, chacun sa spécialité !

Maintenant, est-ce que le transfert est plus prononcé face à un médecin quand on est soigné pour une pathologie rare que quand on est un malade lambda, sans souci particuliers ?
Est-ce que, dans cette meme optique, le transfert vers le médecin qui nous soigne, et avec qui nous avons des contacts régulier, est différent dans sa nature que lorsque nous sommes un malade lambda ?

Giulia

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-10-04, 20:34  (GMT)
67. "RE: Transfert et pathologie rare non psy "
Bonsoir,

le transfert se déclenche dans des cas bien particuliers, sur des gens bien particuliers. Il y a des gens qui ne feront jamais de transfert. Ca ne dépend pas (ou très peu) du médecin.

Par contre, si on a le malheur de faire son transfert sur un médecin con (y'en a) on est bien mal barré !


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (272 messages) Envoyer message email à: nanou75 Envoyer message privé à: nanou75 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-10-04, 14:55  (GMT)
68. "RE: Transfert et pathologie rare non psy "
Bonjour,

Je suis en therapie, ou plus exactement en pause, puisque je viens d'arreter avec celle qui me suivait depuis un an, et que j'attends un peu avant de poursuivre avec quelqu'un d'autre. Je suis demandeuse de cette therapie a cause de problemes de ventre qui me pourrissent la vie depuis toute petite, mais surtout depuis la fin du lycee (j'ai aujourd'hui 29 ans)

Depuis septembre j'ai fait pas mal de menage dans ma vie toute entiere :
¤ arret des missions d'interim que j'enchainais depuis un an et demi, pour, d'abord, souffler, et ensuite, me consacrer a la recherche d'un CDI.
¤ demarche aupres d'un gastro-enterologue, justement a cause de mes problemes de ventre. Gamine, mon medecin de famille etait le "super-medecin" qui gerait tout, et nous envoyait rarement voir des specialistes (tres bon "medecin de campagne"... attention !! ce n’est pas une attaque contre Philippe !!! par contre, je realise aujourd’hui que tout bon generaliste qu’il etait, il aurait du quand meme, dans certains cas, savoir "se retirer", et nous envoyer vers des specialistes) ... Bref, je n'avais vu un gastro-enterologue que pour la coloscopie que mon generaliste ne pouvait realiser lui-meme. Et en dehors de ca, c’etait mon generaliste qui me suivait.
¤ essais d'anti-depresseurs, car j'avais passe un ete difficile.
¤ reprise en mains, meme si sur le plan psy je n'allais pas aussi bien que je l'avais espere. Cette coupure brutale ne me reussissait pas. Et je devais faire beaucoup d'efforts pour mes taches menageres, pour sortir et voir mes amis, etc... J’etais tres decue... Je voulais PROFITER de cette coupure pour faire des tas de choses, mais je n'y arrivais pas !!
¤ reamenagement complet de mon mini 25m2 en deplacant et reorganisant mes meubles - c’etait tres important pour moi, et finalement je me sens mieux dans mon chez moi.
¤ et debut octobre, decision difficile, mais necessaire, d'arreter avec mon analyste.

Bref, maintenant que j'ai plante le decor, venons-en a l'essentiel : je fais un transfert "monstrueux" sur mon gastro-enterologue.

Bon, je n'ai jamais bien compris ce qu'etait le transfert en psy. Et je ne sais pas si ce dont je parle est effectivement un transfert. Mais voila, c'est comme ca ! Et pour moi c'est tres simple, c'est evident, c'est un peu normal. Meme si, attention, je sais que c'est "pas touche", que c'est du pur fantasme, et que lorsque je rentre dans le cabinet, je laisse mon transfert dans le couloir.

Pourquoi est-ce que je dis que ca coule de source ?
Jusqu'a aujourd'hui tous les medecins que j'ai vus m'ont toujours dit que je devais faire avec mes problemes de ventre, que ca allait me suivre toute ma vie, qu'ils ne pouvaient rien faire pour moi, que ce n'etait finalement pas si grave que ca, et que donc je n'avais qu'a faire avec. Oui mais ca vous bouffe malgre tout... Vous n'osez plus sortir, vous ne voulez plus aller chez les uns ou les autres, etc... Et pire, perso ca me mine par rapport aux mecs, parce que forcement celui avec qui ca pourrait marcher finira par voir que j'ai des problemes ! Et donc je bloque !

Bref, des la 1ere consultation j'ai du lui deballer toute cette cochonnerie... pas cool ! Mais il a ecoute, il a pris des notes, il a pose quelques questions, meme si de moi-meme j'avais fait l'effort d'etre la plus detaillee precise. Et a la fin de la consultation il etait assez sur de lui, pensait a quelques pistes, m'envoyait faire des examens complementaires... Mais en tout cas il ne me renvoyait pas en me disant "Je peux rien pour vous ! Vous me faites perdre mon temps !" Et tres poli, pas de moqueries... En plus la seance a deborde parce qu'il y avait trop de choses a dire... mais il fallait plus que 30 min pour faire le tour de la question, alors il a pris le temps !

C'est apres la 2e consultation que ce que j'appelle transfert a du commencer. A la vue des resultats des examens, il etait sur de lui : j'avais CA. J'allais prendre tels medicaments, et forcement j'irais mieux et ca allait changer ma vie... J'avais bien aime la maniere dont il me l'avait dit ! Et effectivement, meme si j'etais sceptique au depart, avec ses medicaments je me suis sentie mieux.

Donc pour resumer, j'etais dans une phase ou pleins de choses bougeaient (et bougent toujours) dans ma vie. Il m'apporte enfin une lueur d'espoir la ou d'ailleurs je n'en attendais plus vraiment... Je n'etais allee le voir qu'histoire de dire que je le faisais... Je n'y croyais meme pas. Et en plus, comme je me sens mieux dans mon ventre, meme si j'ai encore du arreter les anti-depresseurs parce qu'ils me barbouillent, je vais aussi mieux dans la tete. Alors voila, il est mon sauveur ! ... Il n'est pas satisfait de son diagnostic, parce que mon ventre ne va pas comme il aurait du aller selon lui. Mais en tout cas pour moi c'est deja beaucoup mieux qu'avant ! Et cela me convient tres bien !

C’est quelqu’un qui ecoute, il connait deja le plus sale / le plus tabou en ce qui me concerne (mes problemes de ventre) , il sait aussi que je me pose la question de savoir si on ne m’aurait pas fait des choses pas jolies, jolies quand j’etais petite (d’ailleurs il y avait pense lui meme des la 1ere consultation) ... et malgre tout il ne me juge pas, il ne se moque pas, il est gentil, agreable, compréhensif, patient aussi. Et malgre la gravite de certaines questions abordees en consultation, on a aussi des moments de rires.... Alors forcement, comment ne pas craquer ? C’est normal ! C’est humain ! Mais c’est du pur fantasme. Et c’est tout ! Mais malgre tout je tiens a l’entretenir, parce qu’apres trop de temps a ne plus vraiment ressentir cette petite flamme, c’est aussi la preuve que je redeviens un peu vivante !! Ouf.... Enfin !!! Apres tout ce temps en hibernation !... Et quand je me sentirai encore un peu mieux, je pourrai alors organiser mon "transfert" sur quelqu’un de dispo ! Chaque chose en son temps... Pas besoin de bruler les etapes !

Derniere chose et j’arrete ma longue intervention (d’ailleurs merci de m’avoir lue jusqu’ici !)
Je pense que je lui en parlerai. Je ne sais pas s’il "sait"... certainement... ca doit se "voir", meme quand on laisse son transfert dans le couloir Alors je crois qu’il est important que je mette les choses au clair pour qu’il ne se sente pas agresse ou mal a l’aise. Je poserai la question a mon psy prescripteur la prochaine fois que je le verrai.

Bonne journee a toutes et a tous !

Anne


ps/ Dr Dupagne, lorsqu'une de vos patientes vous dit que vous etes son sauveur parce que vous l'avez soulagee de sa cystite, c'est peut etre le cas. Cela faisait peut etre des annees que d'autres medecins n'arrivaient pas a la soulager... Et quand on attend depuis des annees, un resultat positif, enfin, est un soulagement 100 fois plus important que pour n'importe quel autre quidam

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-10-04, 22:29  (GMT)
69. "RE: Transfert et pathologie rare non psy "
Ce fut un bonheur de lire votre texte.


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (272 messages) Envoyer message email à: nanou75 Envoyer message privé à: nanou75 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-10-04, 22:43  (GMT)
71. "RE: Transfert et pathologie rare non psy "
J'en suis contente alors, Cecile, surtout que visiblement aujourd'hui aura ete une journee difficile pour toi ! (par contre il faudra que je me relise ... en quoi etait-ce un bonheur ce que j'ai ecrit ? ... a part peut-etre, et c'est assez essentiel, que je me sens enfin mieux dans et avec mon corps...)

Et sans rancune par rapport a l'autre discussion ?... c'etait une plaisanterie / taquinerie en passant En plus t'inquiete : je suis bebete, je m'efface toujours face a la concurrence

Repose-toi bien ! Et demain sera un autre jour, sans idees noires

Anne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 00:10  (GMT)
72. "RE: Transfert et pathologie rare non psy "
Merci Anne,

sans rancune


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 09:59  (GMT)
73. "Transfert"
Bonjour Anne,

"je fais un transfert "monstrueux" sur mon gastro-enterologue.
Bon, je n'ai jamais bien compris ce qu'etait le transfert en psy. Et je ne sais pas si ce dont je parle est effectivement un transfert. Mais voila, c'est comme ca ! Et pour moi c'est tres simple, c'est evident, c'est un peu normal. Meme si, attention, je sais que c'est "pas touche", que c'est du pur fantasme, et que lorsque je rentre dans le cabinet, je laisse mon transfert dans le couloir."

Pour moi, le transfert est un des outils de la psychothérapie. Si pour le moment tu ne fais pas de psychothérapie, on ne peut pas vraiment parler de tranfert à mon avis. Les sentiments que tu décris à propos de ton gastro-entérologue sont tout simplement des rêveries très agréables, qui te permettent de passer de bons moments, et agrémentent ton traitement. Cela ne te fait pas de mal, ni à lui, à partir du moment ou tu as conscience que ce sont seulement des rêveries, et aussi à condition que les rêveries ne t'empêchent pas de t'investir dans tes activités réelles et dans tes relations avec les personnes réelles.

Rêver est très agréable, et très bon pour le moral . Bonne continuation,

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 10:26  (GMT)
74. "On ne pense pas pareil"
Pour moi, expérience personnelle à l'appui, le transfert est possible avec n'importe qui, psychothérapeute ou pas, et c'est un outil puissant dont il faut se servir.

Je pense même que notre cerveau est si bien fait qu'on transfert aux périodes où on a besoin de transférer, peu importe "l'écran" sur lequel on transfert.

Bien sûr, si on pense "oh je suis amoureuse" et qu'on envisage tout de suite des machins, on va droit dans le mur. Et ça, seul un thérapeute peut gérer.
Mais Anne a un recul et une analyse parfaites de la situation, donc pas de souci : un transfert très bien, à conduire tranquillement...


A lire : http://www.redpsy.com/infopsy/sentiers.html#dependance


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 10:59  (GMT)
75. "Et moi je garde mon opinion..."
Pourquoi vouloir "psychiatriser" ces rêveries ? A partir du moment où l'on ne fait pas de psychothérapie, une rêverie est simplement une rêverie.

Ou alors ce serait vivre dans l'illusion que l'on peut se faire soi-même sa propre thérapie, en jetant son dévolu sur n'importe qui pour en faire un "objet de transfert" ?

Malheureusement, faire sa propre thérapie ne fonctionne pas, cela ne fait que renforcer nos défenses et les rigidifier, et amène à tourner éternellement en rond.

La vraie psychothérapie est à l'opposé de cela, c'est une découverte de soi où l'on va de surprise en surprise, avec au bout des résutats qui nous étonnent.

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (272 messages) Envoyer message email à: nanou75 Envoyer message privé à: nanou75 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 12:49  (GMT)
76. "RE: Et moi je garde mon opinion..."
"Pourquoi vouloir "psychiatriser" ces rêveries ? A partir du moment où l'on ne fait pas de psychothérapie"

J'etais en train de sortir d'une analyse que j'avais commencee depuis un an, sans avoir termine ladite analyse... Et j'ai d'ailleurs l'intention de poursuivre avec quelqu'un d'autre. Mais avant cela, je souffle un peu.
Avec du recul j'ai l'impression aujourd'hui que cette analyse m'enfermait, qu'elle creait des barrieres supplementaires. Alors que justement j'avais deliberement choisi d'aller plus loin et de faire une ANALYSE (plutot qu'une simple "psychotherapie de surface" comme je dis) parce que j'en avais assez de ne pas etre moi, d'avoir toujours peur de tout (et c'est de pire en pire), et tout simplement DE NE PAS VIVRE PLEINEMENT, comme n'importe quelle personne de mon age, et ce depuis trop d'annees !

Mais c'est vrai aussi que je terminais mon post en disant que j'en discuterais avec mon psy prescripteur, pour voir avec lui que penser de ces "reveries" envers ce medecin.

Anne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 13:27  (GMT)
77. "RE: Et moi je garde mon opinion..."
Modifié le 28-10-04 à 13:37  (GMT)

Pandore,

non non, c'est toujours ce même processus de transfert (qui existe de longue date et dont les psy essaient de se servir). Mais il me semble que tu n'as pas tout à fait compris le principe.

"des rêveries très agréables, qui te permettent de passer de bons moments"

Ben c'est quoi, le but d'une thérapie ?



Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (272 messages) Envoyer message email à: nanou75 Envoyer message privé à: nanou75 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 13:36  (GMT)
78. "RE: Et moi je garde mon opinion..."
bouh pourquoi tu me cries dessus ? j'essayais juste d'arrondir les angles ! et je trouvais que le mot "reveries" convenait pas mal pour tenter d'apaiser l'echange passionne entre Pandore et toi !

bon allez... de toute facon il n'y a pas UNE BONNE EXPLICATION / INTERPRETATION !

a bientot sur les tres nombreuses autres discussions de ce forum

ps/ oops... j'avais pas vu que c'etait pas moi qui etait visee ! de toute facon, arretons de nous disputer

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 13:47  (GMT)
79. "Ben alors Mananou ?"
Non non, je ne te crie pas dessus, pas toi, je n'oserais pas. C'est sur Pandore que je crie, parce qu'elle a un schtroumpf bleu et que je suis jalouse de son schtroumpf bleu, c'est tout.

Grobisou à toi et à ton gastrologue.


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 14:01  (GMT)
80. "Le but d'une thérapie"
"Ben c'est quoi, le but d'une thérapie ?"

Pour moi, le but d'une thérapie, c'est d'arriver à changer un petit peu, sortir des ornières et des impasses qui amènent les symptômes et les souffrances. C'est arriver à changer un peu le style de relations que j'ai avec les autres. C'est arrêter de tourner en rond, changer de point de vue, voir les événements sous un autre angle, sortir d'une logique de répétition pour entrer dans le mouvement de la vie. Pour moi la thérapie est réussie quand l'esprit se remet en route, que les pensées vont toutes seules sans buter éternellement contre les mêmes souvenirs douloureux, ni tomber dans des "trous" sans pensée... C'est aussi quand le corps se sent bien. C'est tout ça pour moi le but d'une thérapie. Vaste programme !

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 14:03  (GMT)
81. "RE: Le but d'une thérapie"
J'aime bien cette définition.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 23:14  (GMT)
88. "RE: Le but d'une thérapie"
Modifié le 28-10-04 à 23:41  (GMT)

(j'avais écrit : "C'est marrant Pandore. La différence entre toi et moi, c'est que ta définition de la thérapie, pour moi, c'est la définition de la vie.")

Me voilà partie à cogiter là-dessus...

arriver à changer un petit peu, sortir des ornières et des impasses qui amènent les symptômes et les souffrances. C'est arriver à changer un peu le style de relations que j'ai avec les autres. C'est arrêter de tourner en rond, changer de point de vue, voir les événements sous un autre angle, sortir d'une logique de répétition pour entrer dans le mouvement de la vie.


Pandore, tu crois réellement que les gens sont "naturellement" ainsi ? Tu crois que c'est une maladie que tu as, et que les autres sont spontannément en mouvement ?


Pour moi la thérapie est réussie quand l'esprit se remet en route, que les pensées vont toutes seules sans buter éternellement contre les mêmes souvenirs douloureux, ni tomber dans des "trous" sans pensée...

Mais Pandore, c'est un comportement qu'on doit tous acquérir, ce n'est naturel pour personne !
Ce n'est pas une maladie, de tourner en rond, c'est le sort commun chez tous les êtres humains. On prend la mort comme prétexte pour ne pas avancer, et on se sclérose. Mais je ne connais personne, absolument personne, qui ne soit pas passé par là.

Certaines personnes ont trouvé un équilibre dans leur cercle vicieux, et n'en sortiront jamais car elles n'en ont pas besoin.
D'autres essaient d'en sortir, mais n'y croient pas, parce qu'on leur a dit que c'était génétique.
Et puis d'autres, qui en ont marre d'attendre que ça vienne, passent à l'action, et vivent. Parmi celles-ci, il y a celles qui le font sans en avoir conscience, une habitude qu'elles ont pris, qui fonctionne, et qu'elles conservent.
Mais ce n'est pas de naissance, c'est le hasard de la vie, des rencontres, qui leur ont fait découvrir cette attitude positive.
Ca peut être un thérapeute. Mais ça n'est pas obligé. Ca peut être un prof, un grand-père, une cousine...

Honnêtement, je doute fort que tous les thérapeutes soient capables d'être eux-même constamment dans le mouvement que tu décris, parce qu'ils analysent trop les causes de la souffrance et pas assez les moyens pour être bien. J'ai connu quelques psys "bien dans leurs baskets" mais sincèrement, ils ne sont pas légion. J'ai vu beaucoup de psys qui ne donnent pas envie de devenir comme eux.
Je pense que tu es tombée sur un bon psy qui a compris quelque chose de la vie, et qui te le transmet - pas forcément par des mots, mais peut-être par son exemple. Ce n'est pas dû uniquement à son savoir médical.

Voilà, maintenant je vais me refroidir la cervelle.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (272 messages) Envoyer message email à: nanou75 Envoyer message privé à: nanou75 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 23:31  (GMT)
89. "RE: Le but d'une thérapie"

peut etre pas ! vous etes peut etre sur la meme longueur d'ondes Pandore et toi... si elle utilise le mot "but" dans le sens "une fois que la therapie est terminee, qu'elle a abouti, que tous les problemes ont ete identifies, travailles, et transformes en positif"

Anne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 23:52  (GMT)
91. "RE: Le but d'une thérapie"
Bonsoir Nanou,

désolée, je modifiais mon message pendant que tu écrivais le tien.

Avec Pandore, on est à la frontière entre le médical et ce que je nommerais "l'existentiel".

C'est une grande question : est-ce que le mal-être est une maladie ?

Je suis tellement persuadée que le "bien-être" n'est pas du tout naturel, ni spontanné, que la bonne santé (physique comme mentale d'ailleurs) est le résultat d'un comportement actif.

De la même façon qu'on ne peut pas dire que quelqu'un qui mange "soigne son anorexie", le fait d'alimenter son bien-être moral n'est pas une thérapie.

(franchement je me demande si il y a quelqu'un qui arrive au bout de mes messages. Moi-même, une fois que c'est fini d'écrire, je n'ai pas le courage de relire)

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Nausica (3061 messages) Envoyer message email à: Nausica Envoyer message privé à: Nausica Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 23:55  (GMT)
92. "RE: Le but d'une thérapie"
Bonsoir Cécile

>(franchement je me demande si il y a quelqu'un qui arrive
>au bout de mes messages.

Si, si.
Même si je ne participe pas à la conversation, j'y suis attentive.

Des nouvelles du futur forum psy?

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (VNI) (6 messages) Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 14:05  (GMT)
82. "RE: Ben alors Mananou ?"
je ne suis pas sure de tout suivre
mais en tout cas tu m'auras bien fait rire avec ce dernier post
et puis je suis contente de voir que tu as l'air en forme aujourd'hui

gros bisous
anne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 14:11  (GMT)
83. "Faut être phisolophe"
En forme...mouaifff : j'ai dormi 5 heures et je bosse la nuit prochaine. Mais heureuse que la semaine des 50 heures se termine.

Quand Pandore passe par là, je lui vole dans les plumes, il ne faut pas chercher à comprendre : c'est de l'acharnement. C'est ma thérapie à moi. C'est de l'acharnement thérapeutique sur Pandore on va dire. Oh là là misère.

Le transfert ça se fait sur quelqu'un qui correspond à ce que tu veux devenir dans la vie, c'est vachement bien fait, ça aide à grandir.

Le malheur maintenant, c'est que les gosses font leur transfert sur popstar.


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (VNI) (6 messages) Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 14:19  (GMT)
84. "RE: Faut être phisolophe"
ah si si si !!!! je confirme : tu es en forme !!!
en tout cas, d'accord avec toi, faire son transfert sur popstar et toutes ces autres emissions de tele-realite, ca va pas les aider les pauvres gamins.
sinon sans vouloir etre indiscrete, tu bosses dans quel domaine ? je ne sais plus si c'etait sur cette discussion ou sur une autre : tu parlais du volontariat, de l'humanitaire, etc... qui te bouffaient a l'interieur, parce que comme moi surement, tu t'impliques trop et tu t'identifies. Je m'etais dit => elle doit pas etre dans cette branche. Et en meme temps, je sais pas pourquoi, j'ai quand meme l'impression que tu es dans le medical... Comment tu fais pour tenir ?
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 14:30  (GMT)
85. "RE: Faut être phisolophe"
Je bosse dans la météo, le médical c'est à la maison avec mon petit papa. Mais je commence à laisser tomber : je n'ai pas de formation d'aide soignante et je ne peux tout simplement pas assumer certaines choses.

Je m'implique trop comme environ 95 % des femmes et 5 % des hommes.

Pour tenir ? Ben... disons que je fais ce que je peux pour limiter les dégats. Et même pour améliorer la sauce. Et il y a du mieux, car même si je n'explose pas encore de joie à chaque instant (ça va venir) j'arrive à ne plus faire de bêtise quand je vais mal.

Bon, allez, bonne nuit, je vais essayer de dormir un peu avant d'y retourner.

(au fait, ton gastrologue, il a les yeux bleus ?)

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (VNI) (6 messages) Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 14:47  (GMT)
86. "RE: Faut être phisolophe"
Ah ben je m'etais toute plantee alors !

Les yeux bleus ? Quelle bonne question !!! .... Ben en fait je ne sais meme pas ! Pourquoi ? Tu veux me le piquer ?

Bon allez, bonne nuit ! Repose-toi bien !
Bon et moi j'ai des choses a faire aussi... alors je vais disparaitre au moins quelques heures du forum

A +

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 17:24  (GMT)
87. "RE: Faut être phisolophe"
Re-moi, après une sieste (ça fait du bien)

Postulat numéro 1 : quand on fait un transfert, il faut plusieurs mois pour connaître la couleur des yeux du transféré.

(peut-être parce qu'on n'ose pas le regarder dans les yeux, ou tout simplement parce qu'on vit des choses tellement intenses qu'on se fout pas mal des yeux).



Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (272 messages) Envoyer message email à: nanou75 Envoyer message privé à: nanou75 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-10-04, 23:45  (GMT)
90. "RE: Faut être phisolophe"
J'aime beaucoup ce postulat n°1 !!
Et le n°2 ca donne quoi ?

Sinon je n'ai pas de probleme a regarder mon "transfere" dans les yeux.... sauf quand on aborde des sujets qui me mettent mal a l'aise... mais dans ce cas, c'est avec TOUT LE MONDE que je suis incapable de soutenir le regard !
Non, simplement la couleur des yeux n'est pas ma priorite ... seule exception : l'avocat que j'avais engage il y a 2 ans et qui avait des yeux verts transparents a tomber par terre Heureusement que je m'en suis rendue compte que vers la fin de l'affaire ! J'etais scotchee a ses yeux, pire qu'un aimant

Bon euh.... je crois qu'on s'eloigne vraiment du sujet de cette discussion !
Bonne soiree / nuit !

Anne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-10-04, 00:10  (GMT)
93. "Comment les relations humaines sont utiles aux soins psychiatriques ?"
Modifié le 29-10-04 à 00:17  (GMT)

On est en plein dans le sujet au contraire.

Un avocat avec des yeux à tomber par terre, ça donne plus de force pour se battre qu'un avocat sâle et repoussant.

On a tous nos critères qui font que certaines personnes nous donnent du pep's.

Le tout, c'est de les connaître : Moi j'aime bien les gens qui ont une cravate et des yeux bleus.

Nanou, est-ce que tu as (en dehors de ton gastro-entérologue préféré) des gens qui te donnent la pêche comme ça ? Ou est-ce que tu en as eu ? Est-ce que tu leur trouves un point commun, est-ce qu'il y a une évolution dans tes critères... ?

(NB pour info, tes critères, ils sont en partie là : )
"il a ecoute, il a pris des notes, il a pose quelques questions"
"il ne me renvoyait pas en me disant "Je peux rien pour vous ! Vous me faites perdre mon temps !"
"Et tres poli, pas de moqueries"
"En plus la seance a deborde parce qu'il y avait trop de choses a dire"
"il a pris le temps !"
"J'avais bien aime la maniere dont il me l'avait dit"
"C’est quelqu’un qui ecoute"
"il ne me juge pas, il ne se moque pas, il est gentil, agreable, compréhensif, patient aussi"
"on a aussi des moments de rires"


"apres trop de temps a ne plus vraiment ressentir cette petite flamme, c’est aussi la preuve que je redeviens un peu vivante !! Ouf...."
Ben oui, on a besoin d'exister pour quelqu'un. Etrange, mais c'est comme ça. On n'est pas des tas de molécules, et la chimie du cerveau n'y changera rien.

On a besoin des autres.

Le comprimés de sérotonine, même bien dosés, ne remplaceront jamais une personne que vous estimez, et qui vous regarde droit dans les yeux en souriant.

Au fait Anne, tu me sembles assez intelligente comme fille ! Ca doit être agréable, pour un gastro-entérologue, de discuter avec quelqu'un comme toi.

Ca fait du bien, non ?

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

balzy (4696 messages) Envoyer message email à: balzy Envoyer message privé à: balzy Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-10-04, 00:21  (GMT)
94. "RE: Comment les relations humaines sont utiles aux soins psychiatriques ?"
Bonsoir,
Je peux te donner mon avis, même si tu ne le demandes pas ? (d'abord, comme ça, tu sauras que moi aussi, je lis tes messages, même si je n'y réponds pas toujours )
Bien sûr que l'homme est un animal social et qu'on fait sans arrêt des transferts sur les autres, médecins ou pas. Si l'on était condamné à n'agir que par rapport à la simple estime de soi, on ne ferait plus grand'chose que d'assurer le minimum vital, et encore.
Il n'est pas là question de savoir si l'on est dans le normal ou le pathologique, on est dans la vie, un point c'est tout. L'idéal étant, pour que les choses soient à peu près équilibrées, de savoir choisir ceux pour lesquels on soulèverait des montagnes de façon à ce qu'ils en soulèvent quelques-unes pour nous aussi. Sinon, on entre dans la souffrance et la frustration, cravate ou pas

Balzy

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (VNI) (6 messages) Voir addresse IP de cet auteur
29-10-04, 00:34  (GMT)
95. "RE: Comment les relations humaines sont utiles aux soins psychiatriques ?"
ouhla ! que de questions !
desolee... cassee ce soir ! et sur le point d'aller dormir

mais sinon oui, pour repondre rapidos, il y a eu et il y a toujours des personnes qui comptent pour moi (heureusement quand meme !... je suis un peu ours, mais pas a ce point quand meme ). mais actuellement les personnes qui me donnent du peps sont essentiellement des AMIES, et aussi quelques amis... juste amis. mais question mecs, + que simplement amis.... pffff.... a toujours mal tomber, ras le bol... je suis plus vraiment motivee ! Et c'est vrai que c'est un manque enorme de n'avoir personne pour qui on compte vraiment... mais bon, c'est comme ca ! et c'est tout !

et pour les autres questions... j'y repondrai peut etre plus tard... ou je les garderai pour moi, parce que c'est quand meme perso (quoique, keske j'ai deja raconte comme betises et trucs perso sur cette discussion en particulier !)

bon allez, je vais dormir... je m'endors !


ps/ par rapport a l'avocat, ma motivation c'etait en foutre plein la gueule a ma directrice... parce qu'elle avait vraiment ete salope ! les yeux c'etait juste pour le plaisir

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (VNI) (6 messages) Voir addresse IP de cet auteur
29-10-04, 14:06  (GMT)
96. "RE: Comment les relations humaines sont utiles aux soins psychiatriques ?"
Juste une petite correction par rapport a ce que j'ecrivais hier (et oui, le probleme d'ecrire en ne s'etant pas identifie... apres on n'a plus acces a son message)

Ce qui est le plus frustrant, ce n'est pas de ne pas compter pour qq'n, mais de n'avoir personne qui compte vraiment pour soi (en tout cas c'est comme ca que je fonctionne)

En dehors de ca, ces derniers jours, a passer tant de temps sur le forum je n'ai pas vraiment bosse pour moi (ma recherche de boulot !)... Alors je risque d'etre un peu moins presente les prochains jours, pour compenser.

A bientot, et en attendant, bon week end !

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-10-04, 14:26  (GMT)
97. "Cette partie du forum m'avait échappé"
durant douze heures... que s'est-il passé ?

Nanou, bien évidemment tu n'es pas obligée de répondre, je regrette de ne pas l'avoir précisé.

L'intêret de ce genre de discussion, c'est d'une part d'évoquer des choses agréables (parce que la souffrance, en long en large et en travers, y'en a marre) et même de comprendre comment ça fonctionne pour pouvoir s'en servir. Comme un magnétoscope.

La preuve que ce n'est pas du bidon, je rêve de mon/nos médecins presque toutes les nuits. C'est quand même plus agréable de rêver de gens qu'on aime que de faire des cauchemards sur un chef névrosé, non ?

Une phrase que j'ai beaucoup aimée, Nanou, et qui indique la qualité de tes émotions, c'est celle là :
je tiens a l’entretenir, parce qu’apres trop de temps a ne plus vraiment ressentir cette petite flamme, c’est aussi la preuve que je redeviens un peu vivante

C'est exactement mon but. Je suppose que tu orchestres tout ça avec brio, les émotions, les rendez-vous, les conversations...

Il m'est arrivé d'avoir des loupés, des ruptures. L'an dernier, en transfert sur un correspondant internet, j'ai essayé (en lui expliquant) la méthode "rupture brutale". J'ai beaucoup souffert, et je regrette un peu cette méthode car si maintenant on a à nouveau des contacts, j'ai tendance à éprouver de l'agacement et c'est très dommage. J'en conclus, une fois de plus, que les méthodes brutales et violentes ne sont jamais bien bonnes.

Pour le transfert, le top, c'est lorsque la personne entre réellement dans ma vie, que j'entre dans la sienne, et que nous comptons beaucoup l'un pour l'autre.
C'est le cas avec mon ancien chef : je vais le voir mardi, je mange chez eux, je vais faire de l'aquagym avec son épouse etc... Le rêve, quoi. Enfin non, plus le rêve ! La réalité



Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (VNI) (6 messages) Voir addresse IP de cet auteur
29-10-04, 14:39  (GMT)
98. "RE: Cette partie du forum m'avait échappé"
dis-moi, tu passes encore plus de temps ici que moi !

bon ben ca y est, je vais vraiment avoir bcp moins de tps pour venir ici. je commence mardi, et cette fois pour six mois... toujours pas un CDI. mais c'est toujours ca de pris ! yessssss

a defaut de repondre systematiquement, je repasserai quand meme jeter un oeil de temps en temps

Anne

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-10-04, 14:50  (GMT)
99. "CDD"
Bravo Anne, pour le job !

Un CDD de six mois par les temps qui courent, et en ayant quelques problèmes de santé... c'est formidable !

Bon courage pour mardi

Pandore

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (272 messages) Envoyer message email à: nanou75 Envoyer message privé à: nanou75 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-10-04, 15:08  (GMT)
100. "RE: CDD"
Merci, Pandore !
Mais ca me manque quand meme ! Mon dernier CDI, c'est en fevrier 2002 que je l'ai perdu... Ca fait un bail ! soupir...
A bientot !
  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-10-04, 15:54  (GMT)
101. "RE: CDD"
Félicitation Anne, bon courage et n'aie pas peur de venir vider ton sac ici si la mise en route est un peu raide (mais je pense que tu y arriveras haut la main !)


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

nanou75 (272 messages) Envoyer message email à: nanou75 Envoyer message privé à: nanou75 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
08-11-04, 12:47  (GMT)
102. "RE: CDD"
Coucou Cilloux, Coucou Pandore !

Je ne pensais pas repasser ici aussi vite... En plus cela n'a rien a voir avec le sujet de la discussion sur le transfert... Mais je ne savais pas ou vous ecrire ! En tout cas c'etait gentil de me souhaiter bonne chance il y a 10 jours.
Voila, le CDD est deja termine, depuis ce matin... En fait c'etait une mission d'interim : clash avec l'agence qui n'a pas apprecie ce que je leur avais ecrit hier par email... Bref, ils m'ont appelee ce matin pour que je quitte la mission !

Pffff... la mission etait sympa, ca se passait plutot bien ! Mais voila, je suis une grande gueule ! Et quand on me fait des crasses, j'ai besoin de l'exprimer ! Et encore une fois, ca m'est retombe dessus.... Alors tous et toutes, ne faites pas comme moi : si vous n'etes pas le patron, tant pis pour vous si vous n'etes pas d'accord avec tout. Il n'y a qu'une seule et unique regle d'or : FERMER SA GUEULE ET FAIRE AVEC !!!!

(oups.... desolee.... je n'avais pas prevu de m'emporter aussi ici ! en tout cas ce n'est aucunement dirige contre les personnes qui liraient ce post - et comme en plus je suis hors sujet, si vous voulez detruire ce message.... eh bien faites le )

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
08-11-04, 13:39  (GMT)
103. "RE: CDD"
http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID28/6057.html#


Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-12-04, 05:41  (GMT)
104. "RE: (sujet psy) Le transfert"

Bonsoir,

Au bout d'un an et demi, mon médecin n'a toujours pas pris de claque.

Il continue à recevoir des boites de chocolat (il a évité de peu la dinde vivante ce coup-ci).

Mais par contre au lieu de dire du bien de lui ici, sur ce forum, qu'il ne lira sans doute jamais, je préfère lui dire directement le bien que je pense de lui.

C'est beaucoup plus instructif car j'ai un retour. Et puis pour lui aussi. Mais ce n'est pas facile de formuler sa reconnaissance. Je pense que ce n'est pas facile pour lui non plus de l'accepter.

Il s'est donné beaucoup de peine pour devenir médecin et soigner les gens, et lorque je lui dis qu'il m'a soignée (et mon tit père indirectement) il évite le sujet en disant que pas du tout, qu'il n'a fait que son travail, que patati patata. Mais on dirait qu'il ne peut pas s'avouer que son but (sauver des gens) a été atteint.

Comme si d'avoir atteint son but, ça le mettait au rebus pour le reste de sa vie.

Enfin peut-être que j'interprête. J'ai du mal à comprendre les médecins parfois.

Cécile

  Effacer | Alerte Modifier | Répondre | Répondre en citant | Retour


Fermer | Archiver | Effacer

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Rechercher sur le site Atoute.org: