Forum Médical

Attention : cette plate-forme de forum est en lecture seule. Pour participer aux discussions, rendez vous sur la nouvelle plate-forme
Page d'accueil du site
NANMEO !

"bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"

Envoyer ce sujet à un(e) ami(e)
Format d'impression
Mettre en signet (membres seulement)
Discussion fermée - Lecture uniquement 
Précédente | Suivante 
Accueil Général des Forums
Forum : Recherche d'informations sur une maladie (Protected)
Message d'origine

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-04-03, 01:00  (GMT)
"bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,
Je voulais savoir si en final ce trouble de la personalité est considéré ou non comme psychose, si les troubles de la personalité sont considérés comme psychoses et sont-ils considérés comme handicapant, et a combien de pourcentage? S'ils le sont..
Merci, et si vous aviez des liens concernant les aides sociales, les lois, concernant les troubles de la personnalités, etc...
  Retour


  Liste des réponses à ce message

  Sujet     Auteur     Posté le:     ID  
 RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite D_Dupagne 16-04-03 1
   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite clhhara 16-04-03 2
       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite D_Dupagne 16-04-03 3
           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite clhhara 16-04-03 4
               RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Isa 16-04-03 5
                   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite clhhara 17-04-03 6
                       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Isa 17-04-03 7
                           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite clhhara 23-04-03 8
                               RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite miss_flo 25-04-03 9
                                   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite clhhara 28-04-03 10
                                       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Shankara 01-07-03 11
                                           Le site : www.aapel.org/ m'a bcp aidée. lola_nb 24-09-03 13
                                           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 20-11-03 15
                                               RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite D_Dupagne 20-11-03 16
                                           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite reglisse 29-04-04 44
                                           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Boebey 11-06-04 52
                                   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Shankara 01-07-03 12
                                       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite David99 20-11-03 14
                                       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 20-11-03 17
   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite aigle59 28-04-04 43
       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite D_Dupagne 29-04-04 45
           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 29-04-04 46
 RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite benzo 02-12-03 18
   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 02-12-03 19
       bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite aphrodit28 14-01-04 20
           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 14-01-04 21
 RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite lolorachel 20-01-04 22
   Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 20-01-04 23
       RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite D_Dupagne 22-03-04 36
           RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 22-03-04 37
               RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite D_Dupagne 22-03-04 38
                   RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 23-03-04 39
                   RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite spacedep 05-06-04 48
                       RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 05-06-04 49
                           RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite Boebey 11-06-04 53
                               Une vraie association pour le trouble de personnalité limite ! Boebey 24-06-04 96
                                   RE: Une vraie association pour le trouble de personnalité limite ! Boebey 24-06-04 97
                       RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite D_Dupagne 06-06-04 51
               Une association (?) ... pour aider les plus pauvres (?) en suggérant des "spécialistes" (?) Boebey 22-06-04 91
                   Une véritable communauté virtuelle dédiée à la psychologie, à l'entraide et au partage. Boebey 23-06-04 92
                   RE: Une association (?) ... pour aider les plus pauvres (?) en suggérant des "spécialistes" (?) Pandore 23-06-04 93
                       RE: Une association (?) ... pour aider les plus pauvres (?) en suggérant des "spécialistes" (?) Boebey 23-06-04 95
           RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite Bali2 27-03-04 42
           RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite Boebey 13-06-04 54
           RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite CRICRIT 30-09-04 146
               RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 30-09-04 147
   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite delphes 04-02-04 24
       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 05-02-04 25
           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite lolorachel 06-02-04 26
               RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 07-02-04 27
                   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite lolorachel 13-02-04 28
       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite heline 08-03-04 33
       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 09-03-04 34
       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite cilloux 24-03-04 41
       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite spacedep 05-06-04 50
       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite clhhara 20-06-04 85
           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Aloes 20-06-04 86
   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite clhhara 13-03-04 35
 RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite lolorachel 02-03-04 29
   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite D_Dupagne 02-03-04 30
       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite spacedep 15-06-04 55
           RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite Pandore 15-06-04 56
               RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite cilloux 15-06-04 57
                   RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite Pandore 15-06-04 59
                       RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite cilloux 16-06-04 60
                           RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite Pandore 16-06-04 61
                               RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite Cafe_Sante 16-06-04 62
                                   Ah tu vois ! cilloux 16-06-04 63
                                       Pour le docteur de Cécile Pandore 16-06-04 67
                                           Je t'assure que mon docteur n'est pas anxieux cilloux 16-06-04 68
                                   RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite spacedep 16-06-04 70
               RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite spacedep 16-06-04 64
                   RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite Pandore 16-06-04 66
                   RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite Aloes 17-06-04 72
           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite cilloux 15-06-04 58
               RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite spacedep 16-06-04 65
               Je suis un K un désaxé ... spacedep 16-06-04 69
                   Ah bon cilloux 16-06-04 71
                       Ras le bol spacedep 17-06-04 73
                           RE: Ras le bol Aloes 18-06-04 74
                               Cesse de demander de cesser... spacedep 19-06-04 80
                                   RE: Cesse de demander de cesser... cilloux 20-06-04 83
                                   Terriblement border... mais en cheminement... Pandore 20-06-04 84
                                       RE: Terriblement border... mais en cheminement... Aloes 20-06-04 87
                           RE: Ras le bol cilloux 18-06-04 75
                               Espoir Pandore 18-06-04 76
                                   Effarouchée ? cilloux 18-06-04 77
                                       Non, peinée Pandore 18-06-04 78
                                           RE: Non, peinée cilloux 18-06-04 79
                               RE: Ras le bol spacedep 19-06-04 81
                                   RE: Ras le bol cilloux 20-06-04 82
                               RE: Ras le bol nounie 24-06-04 99
                                   RE: Ras le bol Pandore 24-06-04 101
                                       RE: Ras le bol Aloes 25-06-04 103
                                           RE: Ras le bol nounie 25-06-04 107
                                       RE: Ras le bol nounie 25-06-04 106
   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 02-03-04 31
       RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite lolorachel 03-03-04 32
           RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite Pandore 11-05-04 47
               C'est le bouquet !!! spacedep 22-06-04 88
                   RE: C'est le bouquet !!! Cafe_Sante 22-06-04 89
                       RE: C'est le bouquet !!! (missaire) Pandore 22-06-04 90
                       RE: C'est le bouquet !!! spacedep 23-06-04 94
                           RE: C'est le bouquet !!! Aloes 24-06-04 98
                               docteur .... clhhara 24-06-04 100
                                   TON PSY EST COMPETENT spacedep 25-06-04 102
                                       RE: TON PSY EST COMPETENT clhhara 26-06-04 114
                                           RE: TON PSY EST COMPETENT Pandore 26-06-04 116
                               RE: C'est le bouquet !!! spacedep 25-06-04 104
                                   Hypersensibilité et travail Pandore 25-06-04 105
                                       RE: Hypersensibilité et travail spacedep 25-06-04 112
 RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite nounie 25-06-04 108
   RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite clhhara 26-06-04 115
 comment faire confiance a un psy? nounie 25-06-04 109
   Comment progresser ? Pandore 26-06-04 117
 a ceux qui sont trops seuls ou déprimés nounie 25-06-04 110
   COURAGE NOUNIE spacedep 25-06-04 113
       Chat anxiolytique Pandore 26-06-04 119
 TPL en Projection Boebey 25-06-04 111
   RE: TPL en Projection risperdaleux 26-06-04 118
       RE: TPL en Projection nausicaa 26-06-04 120
           La campagne du silence VS la campagne de l'opposition ?? Boebey 27-06-04 121
               RE: La campagne du silence VS la campagne de l'opposition ?? nausicaa 27-06-04 122
                   RE: La campagne du silence VS la campagne de l'opposition ?? Boebey 27-06-04 124
           RE: TPL en Projection Eurymon 27-06-04 123
               Pandore ? cilloux 27-06-04 125
                   D'où je parle ? Pandore 27-06-04 126
                       RE: D'où je parle ? cilloux 27-06-04 127
                           Cilloux et ses questions... Pandore 27-06-04 128
                               La projection, oh là là. cilloux 27-06-04 129
                                   RE: La projection, oh là là. Pandore 27-06-04 130
                                       RE: La projection, oh là là. cilloux 27-06-04 131
                                           petite question risperdaleux 27-06-04 132
                                               RE: petite question clhhara 27-06-04 134
                                                   RE: petite question cilloux 27-06-04 136
                                                       La décompensation Pandore 27-06-04 137
                                                           RE: La décompensation clhhara 27-06-04 139
           REPONSE spacedep 27-06-04 135
       ????? spacedep 27-06-04 133
           réponse risperdaleux 27-06-04 138
               RE: réponse clhhara 27-06-04 140
                   RE: réponse risperdaleux 27-06-04 141
                       HOULALA!!!! spacedep 27-06-04 142
                           Laissez les vivre cilloux 27-06-04 143
 RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite D_Dupagne 28-06-04 144

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Texte des réponses

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-04-03, 08:32  (GMT)
1. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,
Comme son nom l'indique, borderline signifie au bord de la ligne... de démarcation entre la névrose et la psychose.

Suivant que l'équilibriste vacille à gauche ou à droite de la ligne, il pourra être parfois psychotique, parfois névrotique.

Voici une liste de lien de qualité maintenue à jour sur ce trouble : http://www.psyfc.com/borderline.htm

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-04-03, 09:53  (GMT)
2. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
j'ai déjà été sur le lien que vous m'indiquez, mais j'aimerais vraiment savoir ou pouvoir comprendre si ce trouble est considéré comme handicapant ou pas du tout, ou pouvoir trouver un lien qui m'indique la classification des maladies mentales !!!
Merci, vous répondez tres vite,
clhhara
  Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-04-03, 10:04  (GMT)
3. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
REbonjour,

Le handicap dépend de l'intensité du trouble et de ses manifestations, il ne peut être évalué qu'individuellement et par un expert.

Si vous avez été sur l'annuaire de psy-fc et que vous avez pris la peine de consulter les liens, vous avez du trouver :
- Une classification :
http://www.med.univ-rennes1.fr/noment/cim10/cim10-c5.c_p8.html

- Une description :
http://www.psychomedia.qc.ca/qfr16.htm

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-04-03, 10:16  (GMT)
4. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
ok mais si je comprends le syndrome bordeline est classifié comme F60.3 dans la classifiquation des troubles mental, mais qu'est ce que ça veut dire ??
Je suis moi même atteinte de ce trouble, la description ne précise en rien si ce trouble est handicapant...
Beaucoup ont l'air de penser qu'il ne s'agit pas d'une maladie grave, mais, quand on annonce à un toubib qu'on ne prends pas de traitement, une insécurité s'installe dans leurs regards !!!
Mais jpense déjà que si le trouble n'est déjà considérer qu'en limite de la nevrose à la psychose, il a aucune chance d'être considéré comme handicapant, et pourtant il l'est, je vous l'assure !!!
  Retour

Isa (741 messages) Envoyer message email à: Isa Envoyer message privé à: Isa Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-04-03, 19:29  (GMT)
5. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,

Est-ce que votre insistance à savoir si l'état-limite est handicapant et dans quelle proportion a un rapport avec la COTOREP et l'AAH ?

Amitiés

Isabelle

  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-04-03, 11:02  (GMT)
6. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
oui, j'aurai aimé savoir si ce trouble est qualifié d'handicapant au point de vue " état", donc cotorep et aah, jvais passé une visite médical avec l'anpe, mais je n'attends rien, puisque je refuse toute médications!!!
Et pour la cotorep c'est évident aussi !!!
  Retour

Isa (741 messages) Envoyer message email à: Isa Envoyer message privé à: Isa Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-04-03, 11:17  (GMT)
7. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,

Ce n'est pas avec l'ANPE qu'il faut voir le problème mais avec votre psychiatre. C'est lui qui vous aidera à constituer votre dossier, que vous preniez ou pas des médicaments n'a rien à voir...

Prenez également contact avec l'assistante sociale du CMP où vous habitez, elle vous guidera dans vos démarches.

Amitiés

Isabelle

  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-04-03, 07:34  (GMT)
8. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
J'ai la surprise de me poser une question, hier soir j'étais sur un forum de rencontre ou j'ai spécifiais mon problème, et à plusieurs reprises, on m'a répondu, qu'on était des individus dangereux (nous pauv' bordeline), alors que c quand même un mal peu connu, je me réponds personnellement, que l'homme en général, quand il connait pas, il a peur, et jme dit que c mot, sont surement dut à une mauvaise connaissance, du trouble!!!!
Mais toutefois, je me souviens, maintenant, de personnes soignantes rencontrés, surtout de leurs regards inquiets quand je leurs disais que je ne prenais pas de traitement et que je n'étais pas suivi !!
Alors étaient-ils inquiet pour moi ??
Ou est-il vrai que nous ayons un potentiel dangereux ??
  Retour

miss_flo (21 messages) Envoyer message email à: miss_flo Envoyer message privé à: miss_flo Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-04-03, 13:29  (GMT)
9. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Je crois tout simplement que tout ce qui touche à la maladie et aux troubles mentaux effraie les gens. Le racourci est vite fait entre troubles psychiques et psychopathie.Non les borderlines ne sont pas des serials killers !

Miss Flo

  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-04-03, 09:47  (GMT)
10. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Ta raison, la maladie mentale est encore taboux en 2003, voilà tout.. c désolant, et marginalisant !!!
  Retour

Shankara (2 messages) Envoyer message email à: Shankara Envoyer message privé à: Shankara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
01-07-03, 00:44  (GMT)
11. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 20-11-03 à 14:21  (GMT) par D_Dupagne (admin)

Pour te répondre, non ce n'est pas seulement un "tabou". Je ne veux pas ici stigmatiser les personnes qui ont ce terrible trouble (dont on peut guérir soit dit en passant, mais il faut VOULOIR et ACCEPTER le traitement, les médicaments peuvent aider à "préparer le terrain" pour la thérapie) mais il est vrai que les personnes qui ont un véritable problème borderline (qui peuvent souvent avoir d'autre problèmes satellites du cluster B du DSM IV) ont des comportements extrêmement destructeurs pour leur entourage (et elles-mêmes). La possibilité de relations sérieuses avec ces personnes sont casi inexistantes si les personnes ne se traitent pas. Elles peuvent être très manipulatrices, menteuses et abusives. En effet, les borderline sont incapables de constance dans leur rapport avec les autres: elles perdent le contexte dès que l'objet - d'où devrait émaner un contexte profond / durable / constant - n'est plus dans le décor.

Mais attention, il Y A de l'espoir ! (www.aapel.org)
Pour des livres,
http://www.aapel.org/bdp/BLbooksFR.htm
Je recommande aussi "The angry heart".

Oui c'est grave mais oui ça se traite, ne laissez pas votre problème vous voler votre vie!

Bonne chance.

  Retour

lola_nb (1 messages) Envoyer message email à: lola_nb Envoyer message privé à: lola_nb Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-09-03, 22:40  (GMT)
13. "Le site : www.aapel.org/ m'a bcp aidée."
J'ai fait la douloureuse expérience de vivre pendant 3 ans avec un homme de 37 ans atteint de ce trouble de la personnalité.

Il est charmant, charmeur, drôle, intelligent, et possède des milliers de qualités que je ne pourrais pas citer ici.
Dans son cas, aujourd'hui sa Vie continue sans moi, mais il continue à travailler normalement (il est ingénieur). Il cherche une nouvelle femme. Il veut des enfants.

Je ne savais pas que ce genre de mal-être puisse exister. Je n'ai pas compris le drame qui se dessinait autour et entre nous. Un an aprés le drame, je suis arrivée par hasard, et à force de vouloir comprendre ce qui nous était arrivé, sur le site cité dans le message précédent : www.aapel.org/

J'y ai beaucoup appris, les idées sont claires, il y a des exemples et des témoignages, des liens avec d'autres sites.

C'est une véritable souffrance d'avoir su et compris trop tard. Vous avez raison de vouloir prendre votre mal-être en main, car je suis sure qu'avec beaucoup de volonté, des traitements médicaux et psychiatriques, on peut vaincre ce trouble. Mais je ne suis pas médecin. J'ai seulement subi cette souffrance atroce de l'autre. Alors battez vous, vous avez raison.

Courage

LoLa

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-11-03, 13:48  (GMT)
15. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 20-11-03 à 14:22  (GMT) par D_Dupagne (admin)

"xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx"

Ce qui est quasi-criminel, c'est de répandre des jugements aussi péremptoires, aussi faux et aussi insultants sur internet.

Ce qui est quasi-criminel, c'est l'absence de réponse du modérateur à un tel message, car sur un forum médical on peut considérer que l'absence de rectification vaut une approbation.

Les personnes borderline sont fragiles, les conséquences que peut avoir la lecture de telles affirmations peuvent être graves, ce peut même être une incitation au suicide.

Si la même phrase avait été postée sur le forum schizophrénie, avec le mot schizophrène au lieu du mot borderline, ce message aurait été impitoyablement censuré.

En conséquence je demande au Docteur Dupagne de bien vouloir faire rectifier le message de Shankara.

Avec mes remerciements,

Pandore

  Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-11-03, 14:23  (GMT)
16. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour Pandore,

Le forum général est modéré à posteriori et non avant publication comme le forum schizophrénie.
Merci d'avoir cliqué sur "Alerte" qui me permet de voir les messages qui m'ont échappé (je ne peux plus tout lire).
Désolé pour cet incident.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Retour

reglisse (12 messages) Envoyer message email à: reglisse Envoyer message privé à: reglisse Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-04-04, 04:00  (GMT)
44. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
" La possibilité de relations sérieuses avec ces personnes sont casi inexistantes si les personnes ne se traitent pas. Elles peuvent être très manipulatrices, menteuses et abusives. En effet, les borderline sont incapables de constance dans leur rapport avec les autres: elles perdent le contexte dès que l'objet - d'où devrait émaner un contexte profond / durable / constant - n'est plus dans le décor."

J'en parlerai à mon cheval. Ou, en l'occurence à mon compagnon, avec qui j'ai des relations fort satisfaisantes ma foi.
Quoi? Oui, je sais, je réponds à un message de novembre 2003. Mais une connerie pareille, ça me met hors de moi.

Sérieusement, c'est un ramassis d'idées préconçues qui traînent dans tous les articles à sensation sur le sujet. Ou sur certains sites, tels BPD Central (un forum supposément conçu pour aider les proches mais qui a tourné à "comment se servir de l'argument du trouble limite de la personnalité d'un conjoint pour obtenir un divorce dans des conditions favorables et la garde des enfants"). Je n'exagère même pas; en ce moment-même, en page d'accueil: New Booklet - Splitting: Protecting Yourself While Divorcing a Borderline or Narcissist. A must have book. Véridique.

Plutôt s'acheter un ouvrage sérieux et éviter de semer davantage d'imbécillité de ce calibre.

  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
11-06-04, 01:27  (GMT)
52. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,

Je suis nouveau sur ce forum ... et j'ai le goût d'intervenir sur le sujet de la "manipulation" en lien avec le trouble de personnalité limite (borderline).

Deux courants de pensée ... mais un seul vers le rétablissement !

Il y a des professionnels de la santé qui prônent que lorsque les personnes ayant le trouble de personnalité limite sont en crise, elles sont particulièrement manipulatrices alors qu'il n'en est rien.

Un débat qui pourrait pourtant être facile à résoudre si on s'attarde à la définition du mot : "manipulation".

Le Docteur Évens Villeneuve, spécialisé en psychiatrie qui est présentement directeur médical du service clinique "Le Faubourg Saint-Jean" qui offre de traitements en trouble sévère de personnalité et qui est coordonnateur de l'enseignement clinique universitaire au Centre Hospitalier Robert Giffard, à Québec, n'est pas du même avis que certains de ses collègues qui prônent que les personnes ayant le trouble limite sont manipulateurs :

"Si on regarde ce qu'est la manipulation, selon une définition du dictionnaire le "Petit Robert" parce qu'elle est assez significative : Ce veut une façon de contrôler l'autre, mais de façon astucieuse, indirecte, insidieuse et souvent déloyale. C'est le concept de manipulation, c'est ça manipuler les gens.

Alors que ce qu'on connaît des tentatives de contrôler ou d'influencer l'autre chez les personnes présentant le trouble de personnalité limite, c'est fait de façon typiquement directe. C'est fait souvent avec vigueur ! Et souvent, je ne sais pas si vous allez être d'accord avec moi, mais ce n'est pas fait de façon très astucieuse ; c'est direct, c'est clair, c'est franc et c'est intense. Donc on est loin du concept de manipulation.

Probablement que le mot "manipulation" vient de la façon dont on se sent en dedans, c'est peut-être la meilleure façon que les gens ont trouvé de décrire ce concept de manipulation."

Donc voici la réalité face à ce mythe !

Mythe : Les personnes qui présentent un trouble de personnalité limite sont manipulatrices et recherchent l'attention de leur entourage.

Réalité : Lorsque confrontées à certaines demandes ou pression, ces personnes perçoivent les situations avec peu de nuances, « tout est blanc » ou « tout est noir ». Leur perception du moment est alors fortement influencée par cet état émotionnel « tout blanc ou tout noir ». On constate alors une alternance de comportements qui nous apparaissent contradictoires et qui sont interprétés comme des tentatives de manipulation.

Source : Guide à l'intention des familles et d'une conférence donné par le Docteur Évens Villeneuve de la Clinique Le Faubourg Saint-Jean.

http://groups.msn.com/Groupesoutienpourlesprochesdepersonneborderline/guidelintentiondesfamilles.msnw

J'aimerais ajouté qu'il est possible que des (certaines) personnes ayant le troubles de personnalité limite peuvent être "manipulatrices" ... mais pas en raison du trouble de personnalité limite ...

Enfin ... il y a des intervenants en toxicomanie qui n'aime pas non plus évoquer qu'une personne ayant un trouble de consommation soit "manipulatrice" ... ils diront plutôt que la personne a développé un "mécanisme d'adaptation non approprié" ce qui permet à la personne concernée d'avoir une plus grande ouverture à vouloir changer ce comportement.

Merci de votre attention !

Boebey

  Retour

Shankara (2 messages) Envoyer message email à: Shankara Envoyer message privé à: Shankara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
01-07-03, 00:48  (GMT)
12. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
>Je crois tout simplement que tout ce qui touche à la
>maladie et aux troubles mentaux effraie les gens. Le racourci
>est vite fait entre troubles psychiques et psychopathie.Non les borderlines
>ne sont pas des serials killers !
>
>Miss Flo

La psychopatie est un autre nom pour un des troubles de personnalité!
Et oui, les borderline démontrent très souvent un manque profond d'empathie en apparence* (*car je ne suis pas sûr qu'on peut être borderline et antisocial à la fois, puisqu'un borderline ressent entre autre trop fortement les émotions)

  Retour

David99 (15 messages) Envoyer message email à: David99 Envoyer message privé à: David99 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-11-03, 01:38  (GMT)
14. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Je suis un peu étonné des échanges en apparence "légers" sur le trouble borderline. J'ai 34 ans, suis en suivi psychiatrique depuis 15 ans en essayant essayé des tas de médocs (antidépresseurs, anxiolytiques voire neuroleptiques) et fait deux psychothérapies (5 et 2 ans). J'ai vu des tas d'autres thérapeutes et tenté d'autres choses (yoga, relaxation, hypnose...).
Le problème c'est que je ne suis pas diagnostiqué borderline mais souffrant d'un trouble d'anxiété généralisée et/ou dépression sur une personnalité évitante et/ou dépendante et/ou schizotypique et j'en passe et des meilleures.
Sauf que ma vie est un véritable enfer et néant, incompréhensible par mes proches, parents ou petites amies donc je m'enferme dans la solitude et même les psys semblent ne pas vraiment reconnaître ce trouble, ce qui est grave car comment combattre un mal s'il est mal diagnostiqué.
Donc je n'en peux plus car je me bats chaque jour pour faire plus ou moins "comme si" en allant bosser mais ça me vide et je perds mes derniers espoirs de m'en sortir malgré les traitements.
Une chose est sûre : quand on est borderline ou assimilé, on le sait et si jamais on se ment à soi même, les autres sont là pour nous rappeler nos comportements impulsifs, incompréhensibles etc...

David

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-11-03, 15:18  (GMT)
17. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Et oui, les borderline démontrent très souvent un manque profond d'empathie en apparence

En tout cas, moi qui suis borderline, si j'ai des leçons d'empathie à prendre de quelqu'un, ce ne sera pas de vous !

Avez-vous seulement conscience d'être en train d'écrire au sujet de personnes humaines ?

Tout ce que vous dites dans vos messages n'est pas complètement faux, mais c'est tellement résumé, vous généralisez tellement, que votre propos en devient complètement caricatural et insultant.

Je vous remercie de bien vouloir faire attention au fait que des personnes borderline vous lisent, et que ce sont des personnes fragiles, souvent suicidaires, en particulier les jeunes. Le fait de s'exprimer sur internet donne l'avantage d'être lu par un grand nombre de personne, et donc implique une responsabilité.

C'est pourquoi j'ai demandé et obtenu une rectification d'un de vos messages, bien que j'en aie pris connaissance par hasard plusieurs mois après sa parution.

Pandore

  Retour

aigle59 (1 messages) Envoyer message email à: aigle59 Envoyer message privé à: aigle59 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-04-04, 20:11  (GMT)
43. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
je voudrais savoir une fois pour toute de quoi je souffre,je voudrais mettre un nom sur ma souffrance en resumé

je fais une depression avec agoraphobie ,j'aime me faire du mal et j'es envie de faire du mal aux autres,même à ma famille je stagne entre euphorie et deprime ,entre amour et haine ,je n'arive pas à m'intégré à un groupe je suis parano je crois toujours que l'on pensse du mal de moi ce qui me met dans des etats de grande agressivité ,pour pas dire de haine
et ma famille ne comprend pas le monde medical reste flou quand à son diagnostique ,je vois un psychiatre depuis 5ans et j'es commencé une therapie cognitive,je vais dans un atelier therapeutique ou je fait des activités,je suis avec d'autres malades et beaucoup sont hospitalisés plus j'essaie de m'intégré plus j'engoisse et me replie sur moi que doije pensser de tout cela??
enfin tout ceci suite à un episode delirant il y a 5ans ,j'es toujours eu du mal à m'intégré dans la société,depuis 5ans j'es été plusieurs fois hospitalisé pour ts aux medicaments,je suis actuellement sous deroxat 20mg matin et soir et ziprexa 10mg et xanax 0,50mg
merci de m'eclairé j'es besoin d'aide
ps: mon medecin traitant me dit bordeline?????

  Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-04-04, 07:55  (GMT)
45. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,
Ce n'est pas sur un forum que vous aurez un diagnostic.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
29-04-04, 09:51  (GMT)
46. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,

Bienvenue au club. Je ne serai pas capable de mettre un nom sur ta souffrance. Il est possible que tu sois borderline, c'est au médecin de faire ce diagnostic : à toi de lui poser la question. Mais ce qui est encore plus important que de connaître ton diagnostic, c'est d'être bien soigné. D'après ce que tu nous décris, tu sembles avoir un bon suivi, très complet (par comparaison avec d'autres malades) : suivi régulier par un psychiatre, traitement médicamenteux, thérapie cognitive et participation à un atelier thérapeutique. Toutes les chances sont donc de ton côté pour que tu aies une amélioration de ton état.

C'est très long de se remettre d'un épisode délirant. Ce n'est pas étonnant que tu sois en dépression à la suite de cela, il faut du temps pour reprendre pied dans la réalité. Il faudra beaucoup de temps pour que ton état s'améliore, les troubles graves de la personnalité sont une maladie grave, ils nécessitent un traitement de très longue durée, et font d'ailleurs partie de la liste de 30 maladies donnant droit à une prise en charge des soins à 100 % par l'assurance maladie.

Tu pourras trouver des renseignements intéressants sur notre pathologie sur le site Québecois : http://iquebec.ifrance.com/tplenprojection/
et rencontrer des personnes ayant des problèmes similaires sur son forum :
http://groups.msn.com/TPLenprojection/messages.msnw

Tu pourrais également faire découvrir ces sites à ta famille pour leur permettre de comprendre un peu mieux tes problèmes.

Bon courage, prend bien soin de toi,

Pandore

  Retour

benzo (22 messages) Envoyer message email à: benzo Envoyer message privé à: benzo Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-12-03, 10:26  (GMT)
18. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,

Que faire quand on est diagnostiqué trouble d'anxiété généralisé avec crises dépressives associées mais que les médicaments ne fonctionnent pas, ce que soit les antidépresseurs, les anxios et le sneuroleptiques que j'ai eus à part un seul qui ne faisaient qu'atténuer les symptômes physiques et quelqeus angoisses majeures ?

Pire que faire quand on traîne cela depuis des années, qu'on se sent seul dans son monde et de plus en plus coupé de la "réalité" des autres par notre souffrance intérieure et qu'on a l'imrpession d'être incompris même du monde mdédical ?

D'autant plus que je me reconnais dans le trouble borderline avec certes une grande anxiété et des crises dépressives associées. En ayant convaincu des proches d'en lire les symptômes, ils m'y reconnaissent alors que c'était les 1ers à diare "c'est dans ta nature d'être angoissé", "tu es égoïste, tu te fous des autres", "t'es jamais content", "force toi, sors" etc etc...

Help !

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-12-03, 10:35  (GMT)
19. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 02-12-03 à 10:38  (GMT)

Coucou !

Je t'ai répondu dans la discussion "on peut guérir d'une dépression"

A +

Pandore

  Retour

aphrodit28 (5 messages) Envoyer message email à: aphrodit28 Envoyer message privé à: aphrodit28 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-01-04, 11:49  (GMT)
20. "bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"

Bonjour a tous et a toi pandore!


La dernière fois que je vous ai écrit j'étais entre deux monde.J'ai comprie ce que ma maladie étais..Demander a un pharmacien d'arreter votre medication car vous croyez etre guérie de cette maladie..La j'ai comprie qu'être bordeline c'est pour la vie.Je ne dit pas etre guerie au contraire je suis stable.Ma derniere tentative date de 9 mois,mes les idée noires arrive au moment ou les choses von mal.Apprendre qu'on est bordeline c'est comme si on nous avais annoncer qu'on etais attein d'un cancer et qu'avec les bon traitement on peux en guérir comme en mourire.seulement qu'en mourire c'est nous qui le choisi.le traitement est pas facile ca prend du temps et il faut essayer de modifier qu'elle que détail de nos aptitude.Trouver des trucs pour pas arriver au sucide.Le plus dur c'est quand on a un conjoint qui na jamais vécu de depression ne peux pas comprendre ce que c'est bordeline.Et je peux dire une chose ca éffraye bien des gens.Quand on me la annoncer imaginer vous la panique que ca faite avec ma famille..Ouf je ne vie plus si il arrive un impasse dans ma vie il on peur..Il non pas confiance en moi et je leur dit ne vous inquiéter pas j'ai deux enfants et je n'est pas l'intention des quitter avant leur 18 ans.Je n'est aucun motif de me suicider..Il a des étapes difficile et il faut s'aider a les franchir s'en faire de dégat.Tu ne peux pas dire a tout le monde que tes bordeline..Surtout quand tes séparer du père de tes enfants et que ta fait 3 tentative en six mois et qu'il ton rendu a l'hopital que la police est venu me chercher et toubliger a les suivres.Imaginer l'avocat quand il a vu mes poignet ouff j'ai passer a 2 cheveux de ne pas les avoirs.J'ai du montrer mes preuve que je n'étais pas dangereuse pour mes gars et pour moi.J'ai réussi..mais je dois rester sur mes garde et de modifier des choses dans ma vie.Car n'importe quand le pere de mes enfants pourais m'enlever les gars par rapport a ca. et ca l'avocat me la dit..Je sais une chose que mon entourage na pas a s'inquieter car je ne ferais aucun mal a mes proche ni a mon ennemie.La personne qui pourais avoir mal c'est moi et avec les petits trucs que j'ai il va en falloir beaucoup pour que je tombe dans haut.ce qu'il ma mis comme ca c'est 21 ans de ma vie ou j'ai encaisser les chose,pas parler laisser les autres parler a ma place,m'avoir faite du mal physique et mentalement.Aujourd'hui je met mes culote et je regle le probleme sur le champ.je n'atttend plus....

je suis sur de me repetter mes je voulais simplement dire que j'ai enfin comprie qu'il faut ce donner du temps pour etre mieux dans sa peau et de pouvoir vivre avec notre diagnostique. Cette maladie nous aide a grandir..elle nous aide a amiliorer bien des choses de notre vie...
Bonne semaine a tous une amie aphrodit..

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
14-01-04, 14:45  (GMT)
21. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour Aphrodite,

Merci de nous donner de tes nouvelles. Il ne faut pas que le diagnostic t'obsède trop. C'est surtout la façon de progresser, de s'améliorer, qui est importante.

Tu as raison de te raccrocher à tes enfants. C'est très important pour eux que tu ailles bien. Il faut que tu montres à tout le monde que tu es forte et que tu vas bien pour conserver la garde de tes enfants. Et surtout, plus jamais de tentative de suicide. Quand tu sens que ça va mal, il faut trouver quelqu'un à qui en parler. Et aussi te dire que ça va passer, que ça ne va pas durer longtemps. C'est avec des petits moyens comme ça qu'on arrive petit à petit à s'en sortir : il n'y a pas de miracle, juste des petites victoires.

Je te souhaite une excellente année, et plein de progrès.

Amitiés,

Pandore

  Retour

lolorachel (5 messages) Envoyer message email à: lolorachel Envoyer message privé à: lolorachel Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-01-04, 00:15  (GMT)
22. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"

Bonsoir Clhhara!

Je viens de lire ta question, et celle-ci me touche énormément!J'ai des problèmes de personalité, et je peux te dire que c'est pas mal moins pire qu'on pense. Justement limite veux dire au bord de la psychose.J'ai suivi une thérapie de 3 ans, et je suis suivi encore par un psychiatre enfin pour poursuivre mon cheminement.

J'ai fait beaucoup de tentatives, de l'auto-mutilation, et si cela peut t'encourager, ça fait 2 ans et demie que c'est terminé pour moi.
Les troubles de l'humeur sont encore là, mais moyen. Et oui ça se guérit.
Je veux dire bien sûr, l'état grave, c'est une question de temps. Ma thérapie m'a beaucoup aidé;ainsi que ma volonté.

Je ne suis pas une spécialiste,mais en connaissance de cause, oui, on croit atteindre la psychose, mais nous sommes sur la ligne "bordeline".

Ça fait du bien d'en parler,c'est pas courant ce problème,et pas aussi connu que les autres problèmes de santé mentale. Je suis avec toi, et si tu veux chatter avec moi , cela me fera un très grand plaisir.


Tu veux m'écrire, cela me fera plaisir de te répondre du mieux que je peux ayant vécu le même problème

A la prochaine Niko popniko@msn.com

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-01-04, 09:12  (GMT)
23. "Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 28-03-04 à 18:49  (GMT)

Bonjour Niko,

Pour avoir des renseignements sur le trouble de la personnalité limite, ou borderline :

http://iquebec.ifrance.com/tplenprojection/

TPL en projection a aussi un forum de discussion :

http://groups.msn.com/TPLenprojection/

A bientôt, soigne-toi bien.

Pandore

  Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-03-04, 22:00  (GMT)
36. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour Pandore,

J'ai été ébranlé par la lecture de http://www.psyvig.com/temoignage.php?page=8

En retournant sur le site de l'AAPEL, je dois dire en effet que certains textes sont discutables, ainsi que le promotion d'un livre vendu bien cher.

Votre point de vue m'intéresse.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-03-04, 23:16  (GMT)
37. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 19-06-04 à 10:28  (GMT)

Bonsoir Docteur,

Je suis partagée. Je trouve comme vous certains aspects du site discutables, en particulier l'incitation à l'auto-diagnostic qui peut entraîner bon nombre de personnes à se reconnaître comme atteintes de trouble borderline, et la référence au DSM IV, qui est là presque considéré comme une sorte de "Bible".

Je fais partie de l'association, je participe au forum, et suis donc bien informée de ce qui s'y dit. Je ne partage pas toutes les opinions, ni surtout la manière de communiquer, d'Alain Tortosa. Nous avons des discussions parfois assez tendues.

En ce qui concerne les informations données par le site et le livre, il me semble qu'elles sont fiables, même si elles donnent un point de vue parcellaire. Beaucoup de ces informations viennent d'études et de sites américains ou canadiens. Je n'ai pas relevé d'information fausse en les lisant. Comme pour l'auto-diagnostic, la critique peut porter sur le fait que le trouble borderline est décrit de telle façon qu'une multitude de personnes peuvent s'y retrouver.

Un gros problème est qu'en France le diagnostic de personnalité borderline n'est pas souvent posé. Beaucoup de patients se retrouvent dans de véritables impasses thérapeutiques et vivent des situations dramatiques, tant du point de vue médical que social. Ces personnes sont donc, très logiquement, intéressées par toute personne qui leur propose une écoute et des solutions. L'adhésion à l'association coûte 30 € et le livre 69 €. Je ne me rends pas compte c'est cher ou non.

Il serait intéressant d'avoir le point de vue de spécialistes. Malheureusement, les spécialistes sont, comme bien souvent quand il s'agit de sites ou de forums consacrés aux problèmes psychiques, complètement absents.

J'espère vous avoir éclairé. N'hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d'autres précisions.
______________________________________________________

Modification du 19 juin 2004 :

Je ne fais plus partie de "l'Association AAPEL" depuis le 15 juin 2004, ayant été exclue par son "Président" parce que je ne partage pas les buts de cette "association", et que je ne suis pas d'accord avec ses méthodes.

Pandore

  Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-03-04, 23:46  (GMT)
38. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonsoir Pandore,

Merci de m'avoir répondu. Je me fie à votre jugement.

Vous aurez noté que pour les "professionnels de santé" la cotisation est de 80 euros. Pour les écarter ?

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-03-04, 10:19  (GMT)
39. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 23-03-04 à 15:48  (GMT)

Bonjour,

Je n'avais pas remarqué cette différence de tarif. Vous avez bien fait d'attirer mon attention dessus. J'ai posé la question à Alain Tortosa :

Le Docteur Dupagne, médecin généraliste et responsable des forums Atoute, m'a demandé des précisions sur l'AAPEL, et je l'ai renseigné.

Il m'a fait remarquer que pour adhérer à l'association, la cotisation est plus élevée pour les professionnels de santé :
(Le montant de la cotisation 2004 est fixé à 30 euros pour les "border" ou proches... et de 80 euros pour les professionnels du monde médical)

Ne penses-tu pas qu'un moyen simple de faire connaître le trouble et l'association pourrait être de ramener le prix de la cotisation au même tarif pour tous ?

Voilà sa réponse :

Je pense que la somme de 30 euros peut etre élevée pour un particulier et notamment un border en situation précaire
... alors que 80 euros pour un professionnel qui travaille c'est pas grand chose... cela d'autant plus que les professionnels qui s'inscrivent à l'association sont plus que généralement des thérapeutes
... et pour être pragmatique, l'aapel fait gagner beaucoup d'argent à ces mêmes thérapeutes et n'a souvent strictement rien en retour et sachant que 80 euros représentent le CA d'une ou deux séances...

Alors oui cela peut en faire reculer certains mais à la limite je crois que je prefère qu'ils ne fassent pas partie de l'association s'ils pensent que leur "investissement" ne vaut pas 80 euros...

Le débat pourrait être est pourquoi pas 60 ou 90 et ma réponse "pourquoi pas 80"

Cordialement,

Pandore

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-06-04, 20:49  (GMT)
48. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 05-06-04 à 20:51  (GMT)

Bonjour docteur,


je suis dépressif et borderline. J'ai eu l'occasion de discuter avec Pandore et de regarder les quelques sites liés au trouble borderline. Je m'accorde à dire que le site de l'aapel est ambigue. Il est bizarre de diagnostiquer quelqu'un sur la base d'un simple questionnaire. Pour diagnostiquer par exemple un schizophrène un psychiatre ne peut le faire avant une période de 2 ans officiellement. Il est évident que s"agissant de trouble grave on ne peut etre "étiqueter" en 5 minutes ou guéri au bout de quelques jours. La psychiatrie est une science plus subtile.
Je me demande s'il ne s'agit pas d'une "secte". Il me font penser à la scientologie (ils ont un local à Bastille, et distribue des tracts sous forme de questionnaire qui visent systématiquement les personnes les plus fragiles).
En outre j'ai remarqué une étrangeté dans leur logo. AAPEL est en italique, la police utilisé est peut etre du shelley. Si on ne retient que les initiales comme pour la plus part des entreprises ou association celà donne un effet très laid presque illisible qui ne correspond plus du tout aux conventions esthétiques couramment utilisées en graphisme. Je me permet de faire cette remarque parce que je travaille dans l'imprimerie et le graphisme. On sent que c'est du bricollage. Et fait on du bricollage lorsque l'on prétend lutter contre une maladie grave? Ou est la crédibilité? Toute association sérieuse connait l'importance de l'image, du logo...
On peut penser que je cherche la petrite bète mais je vous assure que je sais de quoi je parle. J'ai une mauvaise intuition et je peux vous dire que pour le coup je fais confiance à ma sensibilité borderline.

Cordialement Pierre

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-06-04, 22:33  (GMT)
49. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 11-06-04 à 08:08  (GMT)

Message effacé.

  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
11-06-04, 01:38  (GMT)
53. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 18-09-04 à 00:42  (GMT)

Il serait une erreur de croire qu'il n'existe qu'une seule association à but non lucratif pour le trouble de personnalité limite.

À Québec, le Centre d'Entraide Émotions est une association à but non-lucratif qui poursuit un travail d’éducation, d’information et de sensibilisation, tant auprès du grand publique que des partenaires du réseau de la santé mentale. La majeure se situe au niveau du trouble de personnalité limite ce qui contribue à leur spécificité et par le fait même vient supporter les besoins des personnes vivant une double problématique en santé mentale. Le Centre vise à favoriser le rétablissement de la personne par une approche D’EMPOWERMENT respectant le rythme des individus. Cette association est doté d'un conseil d'administration, dont l'assemblée générale s'est déroulée hier soir en toute démocratie, dans leur local situé au 3360, de La Pérade, suite 002 à Ste-Foy. Frais d'adhésion : membre régulier : 3 $ (CAD) (+/- 1.83 Euro); membre associé 15 $ (CAD) (+/- 9.15 Euro).

À Québec, Robert Labrosse de TPL en Projection est membre associé du Centre d'Entraide Émotion, et est membre aussi de La Boussole (organisme qui vient en aide aux proches des personnes au prise avec le trouble de personnalité limite) et a l'appui de la Clinique Le Faubourg Saint-Jean, sur-spécialisée pour le trouble de la personnalité limite. Cette appui se concrétise par la diffusion de notes théoriques s'adressant tant aux intervenants, qu'aux personnes concernées, à leur proches et au grand public. La force de TPL en Projection repose sur la gratuité de l'entraide et de l'information (avec un bottin des ressources mise à jour régulièrement et accessible gratuitement) ... ce qui représente un complément aux autres ressources du Québec.

Merci de votre attention !

Boebey

  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-06-04, 02:34  (GMT)
96. "Une vraie association pour le trouble de personnalité limite !"
"Toute vie est pleine d'illusions, sans doute parce que la vérité nous semble souvent insupportable. Et pourtant elle nous est indispensable, au point que nous payons de graves maladies le fait d'en être privé."

Alice Miller, Extrait de L'avenir du drame de l'enfant doué. Éditions le Fil Rouge, Presses universitaires de France.

Mission du Centre d'Entraide Émotions (Québec)

----------------------------------------------


Fondé en 1998 par un collectif de personnes terminant une thérapie à la clinique Le Faubourg Saint-Jean, le Centre d'Entraide Émotions est devenu un lieu d'entraide et de partage d'expérience en santé mentale, s'adressant à tous mais portant un intérêt plus spécifique à l'accueil des personnes vivant avec un trouble de personnalité limite. Sa philosophie et ses activités vont dans le sens du respect du pouvoir que ses membres possèdent et développent sur leur vie, leur santé et leur situation sociale et citoyenne. Cela se traduit par des ateliers de création, d'accueil et de formation en relation d'aide et d'entraide entre pairs. Le Centre veut aussi promouvoir les intérêts de ses membres en axant sur la démystification et la prévention des problématiques de santé mentale auprès de la communauté tout en travaillant en étroite collaboration avec les autres ressources du milieu dans lequel il est imbriqué.

Source : Rapport d'activités 2003-2004 présenté à l'Assemblée générale annuelle des membres.

  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-06-04, 03:55  (GMT)
97. "RE: Une vraie association pour le trouble de personnalité limite !"
Mot du président du Centre d'entraide Émotions (Québec)

----------------------

"Je suis contente et très fière d'avoir enfin perdu le contrôle du Centre d'entraide... Ce sont maintenant les membres qui l'exercent adroitement au Conseil d'administration, sur l'équipe de travail, à l'accueil, dans les café-rencontres, dans les groupes de discussion et partout sur le terrain de l'entraide." Voici ce que nous confiait notre coordonnatrice lors de la séance du Conseil d'administration.

Faut-il ici parler d'anti-rendement de la coordination ou plutôt, au contraire, d'une très grande efficacité de la démarche choisie afin de privilégier à la fois la réappropriation du pouvoir des personnes sur leur propre vie et leur rétablissement, sachant que ces deux concepts sont tout à fait indissociables.

Choisir le terreau de l'entraide, c'est faire le choix d'un milieu de culture propice à l'éclosion de ces deux concepts. Certains, très nombreux, en parlent beaucoup, alors que d'autres, beaucoup moins nombreux, le font... Pas facile de passer du discours à la pratique de l' "empowerment". Il arrive en effet que juste d'en parler sans jamais le faire peut parfois permettre de lever des fonds considérables au nom de ce concept.

Chez nous, au Centre d'entraide Émotions, on a choisi de privilégier la pratique du concept d'appropriation du pouvoir et ce, dans le plus grand intérêt de chacun de nos membres.

Voici en peu de mots ce qu'auront permis, pour les membres, les concepts de réappropriation du pouvoir, celui du rétablissement et la philosophie d'entraide qui les sous-tendent :

- Quelle valorisation pour chacun et chacune d'entre nous d'être enfin passé du statut d'aidé à celui d'aidant, condition essentielle au rétablissement.

- Les membres, bénévoles et employés sont majoritairement des personnes vivant ou ayant vécu une problématique sévère de santé mentale.

- Les personnes ayant suivi des formations, notamment sur le trouble de personnalité limite, deviennent elles-mêmes des personnes formatrices (voir plus loin les formations données à différents groupes).

- Beaucoup de nos membres s'investissent sociopolitiquement aux tables de consultation sur l'organisation des services, par des conférences, des témoignages, etc.

- L'entraide, au sein de notre Centre, aura permis cette année de n'enregistrer aucune hospitalisation de nos membres, de ne signaler aucune perte dans nos rangs face à l'émergence de la problématique du suicide et enfin, aucun signe d'actes d'automutilation.

En somme, il est tout à fait possible d'obtenir des résultats mesurables quand les actions ont été mises en place, parce que nous croyons au potentiel des personnes qui, elles-mêmes, arriveront à croire à leur rétablissement.

Un président particulièrement fier de chacun d'entre vous,

Claude Lagueux, Président du Conseil d'administration

Centre d'Entraide Émotions

---------------------------


En tant que membre associé, je suis très fier de vous présenter ce Mot du Président de la seule vraie association à but non lucratif francophone (et québécoise) pour le trouble de personnalité limite.

Robert Labrosse, alias Boebey

  Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-06-04, 14:43  (GMT)
51. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,

Attention à ne pas faire d'interprétation trop hâtive, notamment à partir de polices de caractères. Je connais d'excellents sites en terme de contenu dont l'aspect est "à chier".

Je suis en train de m'interesser au site de l'AAPEL, mais attention, une intuition est une chose, une preuve en est une autre. Vous écrivez le mot "Secte". Ce qualificatif est grave car rien ne nous prouve pour l'instant que cette association, qui repose en effet quasiment sur un seul homme, a des comportements sectaires. Je ne souhaite pas, pour des raisons juridiques, que ce forum serve à faire le procès de l'AAPEL.


Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-06-04, 23:49  (GMT)
91. "Une association (?) ... pour aider les plus pauvres (?) en suggérant des "spécialistes" (?)"
Modifié le 18-09-04 à 00:43  (GMT)

Commentaire retiré

  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-06-04, 00:01  (GMT)
92. "Une véritable communauté virtuelle dédiée à la psychologie, à l'entraide et au partage."
Bonne nuovelle :

Bientôt ! ... Le VillagePSY

Psycho-Ressources prépare pour vous une véritable communauté virtuelle dédiée à la psychologie, à l'entraide et au partage.

- http://www.psycho-ressources.com/villagepsy/

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-06-04, 10:57  (GMT)
93. "RE: Une association (?) ... pour aider les plus pauvres (?) en suggérant des "spécialistes" (?)"
Bonjour Boebey,

Beaucoup de questions importantes dans ton message !

La France est un pays de libertés, et la liberté d'association fait partie de nos libertés fondamentales. Maintenant, "association à but non lucratif" signifie juste qu'il n'y a pas d'actionnaires rémunérés. Mais une "association" peut fort bien faire du commerce : vente de livres ou de journaux, vente de formations, ou toute autre activité. Elle peut acquérir des immeubles. Elle peut aussi recevoir des dons et des legs. Une association peut rémunérer, et même très bien rémunérer, ses salariés. Elle peut aussi faire travailler gratuitement des bénévoles.

Donc une "association" est juste une forme juridique parmi d'autres, qui permet de démarrer une activité en ayant peu de formalités à accomplir.
Il est donc évident qu'une personne mal intentionnée peut se servir de la "coquille" d'une "association" pour se livrer à toutes sortes d'activités illicites, et que les victimes seront principalement des personnes qui sont dans l'incapacité temporaire de se rendre compte du danger qu'elles courent, en particulier en cas de maladie psychique, ou même simplement de mal-être passager.

Nous sommes protégés par des lois :
(http://perso.wanadoo.fr/association.1901/HTLM/droitpart/sectes.htm)

"La loi du 12 juin 2001 (n° 2001-504) tend à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l'homme et aux libertés fondamentales.

Sont concernées les associations qui remplissent les deux conditions suivantes :

1. elles poursuivent des activités ayant pour but ou pour effet de créer, de maintenir ou d'exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes qui participent à ces activités ;

2. elles, ou leurs dirigeants de droit ou de fait, ont fait l'objet de condamnations pénales définitives pour l'une ou l'autre des infractions suivantes réprimées par le code pénal :

- atteintes volontaires ou involontaires à la vie (art. 221-1 à 6);
- atteintes volontaires ou involontaires à l'intégrité physique ou psychique de la personne (art. 222-1 à 40);
- mise en danger de la personne (art. 223-1 à 15, 223-15-2);
- atteinte aux libertés de la personne (art. 224-1 à 224-4);
- atteinte à la dignité de la personne (art 225-5 à 15, 225-17, 225-18);
- atteinte à la personnalité (art 226-1 à 23);
- atteinte aux mineurs et à la famille (art 227-1 à 27);
- vol simple et aggravé (art 311-1 à 13);
- extorsion et chantage (312-1 à 12);
- escroquerie (art 313-1 à 3);
- abus de confiance (art 314-1 à 3)
- blanchiment simple et aggravé (art 324-1 à 6) ;
- exercice illégal de la médecine ou de la pharmacie (art. L 4161-5 et L 4223-1 du code de la santé publique);
- publicité mensongère, fraudes ou falsifications (art. L 121-6 et L 231-1 à L 231-4 du code de la consommation). "

Mais pour que les dirigeants soient condamnés pour ces faits… il faut d'abord que quelqu'un intente une action en justice. Et ce n'est sûrement pas une personne en grande difficulté psychique qui peut le faire. Quant aux associations censées les représenter… elles sont extrêmement discrètes…

Et il faut aussi que l'activité illicite en question existe juridiquement (par exemple, en matière de soin psychique, impossible de tomber sous le coup de l'exercice illégal de la médecine qui est pourtant un des domaines les mieux "défendus", puisque le soin psychique n'est pas réservé aux seuls médecins…). Et il faut aussi qu'on puisse la prouver (comment apporter des preuves de ce qui se passe sur Internet, via mails et MSN ?).

Donc à mon avis, personne ne viendra jamais "vérifier qu'il n'y a pas d'irrégularités", ni protéger d'éventuelles victimes d'abus de faiblesse. De plus, en France n'importe quelle personne peut s'auto-proclamer "psychothérapeute" et visser sa plaque au coin de la rue. J'ai entendu dire que certaines "thérapies" se déroulaient maintenant à distance par MSN et webcam. Ces séances coûtent le même prix qu'une séance de psychothérapie chez un médecin psychiatre, et pourtant il y a des "clients" pour ce type de prestation…

Il faut donc juste espérer que les personnes véritablement malades psychiquement, grâce aux informations que des personnes comme toi leur donnent, sauront se tourner vers les véritables professionnels de santé. Mais comme c'est difficile de bien s'orienter quand on est suicidaire, rendu muet par l'angoisse, quand on n'a plus aucune force… Comment être conscient des risques quand on est dans cet état-là ? Et pourtant les risques sont importants : que fera un pseudo-thérapeute quand son malade décompensera gravement ? Avec quelle équipe médicale travaille-t-il, vers quelle clinique pourra-t-il diriger le malade ? Qui réparera les dégâts ? Vers quelle instance se tournera la famille en cas de problème ?

Nous avons eu récemment en France un début de débat sur ces questions. La parole a été très rapidement confisquée par les grandes chapelles, les Miller, les Roudinesco, à longueur de pages dans le Monde et Libération… Où était la parole des malades dans tout ça ? Nulle part : le malade psychique est par essence sans voix (à part celles qu'il entend parfois, et qui viennent lui tenir compagnie ).

Eh oui Boebey, nous sommes très, très seuls…

Une seule solution informer, et encore informer. Comme nous le montre la statue de la Liberté, la condition pour que la liberté s'exerce, c'est que la Connaissance apporte une lumière, représentée par le flambeau qu'elle tient. Les forums nous donnent l'occasion d'apporter des informations (merci Atoute !). Il y a beaucoup plus de personnes qui lisent les forums que de personnes qui s'expriment, donc il faut garder l'espoir que tes informations aient un impact, et continuer ta tâche avec courage !

A bientôt, amitiés,

Pandore

  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-06-04, 22:01  (GMT)
95. "RE: Une association (?) ... pour aider les plus pauvres (?) en suggérant des "spécialistes" (?)"
Modifié le 18-09-04 à 00:40  (GMT)

Commentaire retiré

  Retour

Bali2 (21 messages) Envoyer message email à: Bali2 Envoyer message privé à: Bali2 Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-03-04, 13:06  (GMT)
42. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour Dr Dupagne,

Je comprends que vous ayez pu etre ébranlé par la lecture de ce témoignage.
En tant que (ex)patiente du Président de cette association, croyez-moi que je le suis encore plus...

"Votre point de vue m'intéresse."
Je ne m'exprimerai pas quant au contenu de ce témoignage, mais en ce qui concerne le site AAPEL, je trouve par exemple contestable d'établir un test de pré-diagnostic, sous prétexte de vulgarisation, alors qu'il existe un outil de diagnostic établi et reconnu (DSM IV). Le test présenté incite chacun à se reconnaitre borderline... Par ailleurs je trouve que le site est un amas d'informations diverses et variées, et que la quantité des "informations" données déroute parfois plus qu'elle n'informe (ce nèst qu'une impression personnelle).

Je vous remercie d'avoir indiqué ce lien.

Emilie

  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
13-06-04, 04:36  (GMT)
54. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 18-09-04 à 00:43  (GMT)

J'aurais le goût de vous proposer d'écouter l'émission Enjeux de Radio-Canada, de mardi soir prochain (le 15 juin à 21h00), qui sera consacrée sur les personnes qui s'improvisent "psychothérapeutes", ayant pour thème : "Thérapie dangeureuse".

Surveillez aussi : http://radio-canada.ca/actualite/enjeux/ à la suite de cette émission.

Boebey

  Retour

CRICRIT (1 messages) Envoyer message email à: CRICRIT Envoyer message privé à: CRICRIT Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
30-09-04, 14:33  (GMT)
146. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Je viens de cliquer sur le lien et de lire ce témoignage concernant le site de l'aapel.
Je suis souffre depuis 6 ans de dépression nerveuse (enfin j'appelais çà une dépression nerveuse).
Ayant demandé mon dossier médical à mon médecin traitant pour une raison toute à fait différente, celui-ci m'a adressé le compte rendu de ma dernière hospitalisation à Paul Brousse.
J'ai appris un nouveau mot : BORDERLINE
J'ai vécu 6 mois avec ce mot dans la tête et Dimanche dernier j'ai trouvé le temps de faire une recherche sur internet. Suis tombée sur le site de l'aapel.
Depuis, je suis au 36ème dessous, et sans la rechute imminnente.
C'est honteux de voir comment on peut raconter n'importe quoi sur internet.
Mais la question : "Où s'adressé pour être rassuré?"
Je ressents le besoin d'en parler à quelqu'un, mais lorsque l'on s'adresse à un psy, il n'est pas disponible sur l'instant, alors à qui se fier?
  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
30-09-04, 15:15  (GMT)
147. "RE: Borderline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour Cricrit,

Comme cette discussion comportait un trop grand nombre de message, le Dr Dupagne en a ouvert une autre.

Je recopie ta question dans la nouvelle discussion, ici http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/9934.html

et je te ferai une réponse dans la soirée.

A bientôt

Pandore

  Retour

delphes (1 messages) Envoyer message email à: delphes Envoyer message privé à: delphes Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
04-02-04, 23:17  (GMT)
24. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonsoir,
Ceci est ma premiére participation au forum.Je suis borderline meme si ma psy dit que ce terme ne recouvre pas de pathologie spécifique.J'ai été anorexique,puis boulimique et alcoolique et j'ai touché à quelques substances illicites.Auj,je ne prends plus rien,pas meme de médicaments et je suis une psychanalyse.Je désire guérir de ce trouble mais ne sait quel subterfuge employer.Je ne me sens pas capable de travailler et cela me culpabilise.Je ne veux pas vivre de relation amoureuse de peur que cela détruise le fragile équilibre qui est le mien depuis 5 mois.J'ai peur.Avez vous connu ces phases de transition ?
Le travail est il benefique ou demeure t il une perpétuelle source de stress?
Merci à celui qui se retrouve dans ce message et peut me fournir quelques étapes qui ont fait de lui un malade supportable à ses propres yeux.
Delphes,25 ans.
  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-02-04, 09:39  (GMT)
25. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 28-03-04 à 18:52  (GMT)

Bonjour Delphes,

Pour tout renseignement sur le trouble de la personnalité limite, ou borderline :

http://iquebec.ifrance.com/tplenprojection/

TPL en projection propose aussi un forum de discussion et d'entraide :

http://groups.msn.com/TPLenprojection/

Amitiés,

Pandore

P.S. - A tous les lecteurs de ce fil : il s'agit bien de l'état borderline et non pas "bordeline" comme indiqué malencontreusement dans le titre !

  Retour

lolorachel (5 messages) Envoyer message email à: lolorachel Envoyer message privé à: lolorachel Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
06-02-04, 23:21  (GMT)
26. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"

Bonsoir Pandore!

Je regette de ne pas être dans votre sujet, mais tu es la seule personne à m'avoir réondue.Oui j'ai dit que ce problème pouvait se guérir, mais je peux dire aujourd'hui, je me sens vraiment pas bien! J'ai toujours eu des problèmes à avoir des relations difficiles; soit avec un gars ou avec des filles. Et cela je peux vous dire que c'est très souffants,ça dure depuis mon enfance,au début de ma relation, c'est intense et après mon humeur change énormément ,c'est toujours une remise en question.C'est toujours un éternel recommencement, et plus personne a confiance en moi, et je les comprends donc! C'est bizarre je me préoccupais pas beaucoup de cela avant, j'étais plus ou moins conscient de ce probléme,maintenant que j'essaie d'avoir une stabilité, avec mes filles il y a ça qui me dérange vraiment, et cela m'inquiète énormément!La relation avec les gens c'est primordial, pour une vie saine, et là une vie sociale j'en aie plus...
Je sais très bien que je suis coupable de mon sort,"maudite humeur"

Merci! Lolorachel

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
07-02-04, 10:44  (GMT)
27. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 28-03-04 à 18:54  (GMT)

Bonjour,

Si tu veux un site intéressant, avec forum et chat en accès libre, destiné aux personnes borderline, tu peux aller sur le site Québecois "TPL en pojection" :

http://groups.msn.com/TPLenprojection/messages.msnw
et
http://iquebec.ifrance.com/tplenprojection/

Tu pourras trouver dans ces groupes de discussion des témoignages de personnes ayant les mêmes problèmes que toi, exprimer ta souffrance, échanger des trucs pour s'en sortir, avoir les avis de spécialistes, connaître les différentes méthodes de thérapie adaptées à cette pathologie. Bref : une petite lumière au bout du tunnel.

A bientôt,

Pandore

  Retour

lolorachel (5 messages) Envoyer message email à: lolorachel Envoyer message privé à: lolorachel Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
13-02-04, 04:11  (GMT)
28. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"

Bonsoir Pandore!

Mais il y a un problème, je demeure au Canada. Mais je suis tellement heureuse que tu me répondes j'aimerais communiqué avec toi régulièrement.
Je veux dire chater, si tu veux bien,parce que tu es le seul à me répondre et cela me ferait un grand bien. Je te laisse la liberté,je te donme mon adresse popniko@msm.com


J'attends de tes nouvelles ok!

P.S. je ne te parlerai pas en fin de semaine parce que je suis avec mes filles, mais lundi soir prochain, je serais heureuse de parler avec toi!

Niko!

  Retour

heline (1 messages) Envoyer message email à: heline Envoyer message privé à: heline Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
08-03-04, 22:18  (GMT)
33. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour Delphes

j'ai 26 ans et pense être atteinte de ce trouble bien que mon psychiatre n'ait jamais voulu me donner son diagnostic (pour une raison que j'ignore encore mais la prochaine fois je ferai tout pour qu'il me le donne c'est mon corps après tout)
C'est en cherchant des réponses à mon état que je suis tombée sur le site de l'aapel.Je m'y suis reconnue trait pour trait, moi qui me sentais si seule avec ce fardeau. Je sais que la route est encore longue mais au moins j'arrive maintenant à mettre un nom sur ce que je ressens.
Pour répondre à ta question sur le travail, j'ai moi même un parcours cahotique, alternant abandon de poste, ruptures, vie sociale décousue...
En ce moment je suis une formation ça me plaît mais qui sait pour combien de temps ? Ne pouvant pas répondre à la question j'ai décidé de vivre dans le présent et d'essayer de ne pas me projeter dans un avenir qui m'angoisse
Je pense qu'avoir un but est positif mais il ne faut pas que l'enjeu devienne une source de stress...alors lance toi et ne culpabilise pas si tu ne te sens plus à la hauteur...juste essaye! heline

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
09-03-04, 09:58  (GMT)
34. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour Delphes,

>Ceci est ma premiére participation au forum.Je suis borderline meme si
>ma psy dit que ce terme ne recouvre pas de
>pathologie spécifique.J'ai été anorexique,puis boulimique et alcoolique et j'ai touché
>à quelques substances illicites.Auj,je ne prends plus rien,pas meme de
>médicaments et je suis une psychanalyse.

Pour te répondre, je remets ici un message que j'avais déjà posté dans "on peut guérir d'une dépression", mais qui est davantage à sa place ici :

Anorexique, boulimique, alcoolique : ce sont tes symptômes. C'est important pour la prise en charge médicale de pouvoir décrire précisément ce qu'on ressent, ses symptômes. C'est cela qui fait souffrir, qui motive la consultation, et c'est là qu'on a besoin d'un soulagement de la souffrance.

Borderline : c'est la structure de ta personnalité. C'est davantage une approche psychanalytique.

La structure de la personnalité n'a rien à voir avec l'expression des symptômes. Dans la galaxie des troubles borderline, on trouve pratiquement tous les symptômes psychiatriques qui existent. Une même personne peut cumuler en même temps plusieurs symptômes, ou encore passer successivement d'un symptôme à l'autre.

Ce n'est pas forcément important de savoir qu'on est borderline, tout dépend de la curiosité que l'on a (ou pas) de savoir comment on fonctionne. Les psychiatres ne communiquent pas très souvent ce diagnostic. Cela ne les empêche pas de nous soigner. Par contre, si tu veux par exemple te "situer" pour aller sur des forums discuter avec des gens qui ont des problèmes un peu similaires, ça peut être important de le savoir, pour savoir où te diriger ; ça peut être intéressant à savoir aussi si tu désires apprendre des choses à ce sujet, si tu as envie de lire des livres là-dessus ou d'aller sur des sites internet pour te renseigner.

C'est important aussi de le savoir pour décider de ton suivi, de la façon de te soigner : être borderline, cela veut dire que l'on n'a pas un petit trouble passager qui va se guérir avec 6 mois de traitement pharmacologique. Cela implique, en plus des médicaments, un suivi long. Cela implique une psychothérapie, parfois très longue. Cela implique que pour mener une vie "normale", ou du moins la plus agréable possible, il faut apprendre à domestiquer cette maladie, à bien en connaître tous les rouages, à transformer progressivement nos mécanismes de défense, et à transformer en atout une hypersensibilité qui était au départ un gros handicap.

>Je désire guérir de ce
>trouble mais ne sait quel subterfuge employer.Je ne me sens
>pas capable de travailler et cela me culpabilise.

Je ne crois pas que "guérir" passe par l'emploi de subterfuge. L'amélioration va venir petit à petit, au fur et à mesure que ta thérapie va avancer.

>Je ne veux
>pas vivre de relation amoureuse de peur que cela détruise
>le fragile équilibre qui est le mien depuis 5 mois.J'ai
>peur. Avez vous connu ces phases de transition ?

Oui, la guérison n'est pas linéaire, c'est une suite de hauts et de bas, où les hauts sont de plus en plus hauts, et les bas de moins en moins bas. Quand tu iras mieux, tu envisageras la possibilité d'une relation amoureuse tout naturellement.

>Le travail est il benefique ou demeure-t-il une perpétuelle
>source de stress ?

Le travail est extrêmement bénéfique, puisqu'il permet de manger et de payer ses factures, ce qui écarte une source de stress : la peur du lendemain. Maintenant, les rapports humains en général étant une source de stress quand on a des problèms psychiques, et le travail impliquant la plupart du temps des rapports humains, il est évident que le monde du travail n'est pas facile pour les personnes borderlines. Ce n'est pas facile non plus pour les personnes schizophrènes qui travaillent, tu peux trouver des témoignages très intéressants sur le forum schizophrénie (le dernier en date étant là) : http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID20/1257.html#
(mais il y en a beaucoup d'autres).

Là, dans le domaine du travail, on peut parler "d'utilisation de subterfuge". En effet, il me semble difficile d'arriver dans une entreprise et d'annoncer de but en blanc à l'employeur et aux collègues toute la kyrielle de problèmes et d'angoisses que je peux rencontrer. Mais il y a toujours moyen de faire comprendre certaines difficultés au gens progressivement, au fil du temps, à partir du moment où tu as aussi pu démontrer tes compétences dans le travail. Tu peux invoquer la timidité, la fatigue, le stress, toutes choses que chacun peut comprendre, plutôt que de parler de tes angoisses, de ta dépression ou de ta parano.

Une fois que tu auras "fait ton trou" dans une entreprise, un emploi, tu vas pouvoir en apprécier les aspects bénéfiques. Le fait d'avoir un emploi stable est sécurisant, et une fois les appréhensions dépassées, les contacts avec des collègues peuvent apporter beaucoup. Le fait d'avoir l'esprit occupé par un travail empêche de ruminer ses problèmes, et le fait d'être "cadré", avec des horaires, des obligations, peut t'aider à réguler les aspects de vie cahotique que peu occasionner le trouble de la personnalité limite.

>Merci à celui qui se retrouve dans ce message et peut
>me fournir quelques étapes qui ont fait de lui un
>malade supportable à ses propres yeux.

J'espère que mon message aura pu t'aider. Je suis aux prises depuis l'enfance avec ce trouble, j'ai maintenant 45 ans et je suis plutôt satisfaite de mon évolution, et de ma vie actuelle.
Je te souhaite de la persévérance.

Pandore

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-03-04, 12:58  (GMT)
41. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 24-03-04 à 13:09  (GMT)

Bonjour,

Le travail est il benefique ou demeure t il une perpétuelle source de stress?

ça dépend du travail, du chef, des collègues et des horaires.

il est évident que le monde du travail n'est pas facile pour les personnes borderline

Pour les autres non plus .
http://www.inrs.fr/htm/les_astreintes_psychiques_du_travail_poste.html

Cécile

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
05-06-04, 22:34  (GMT)
50. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour Delph,

J'ai 26 ans également et je suis dépressif et Borderline. Je me reconnais un peu dans ton témoignage. Tu ne veux pas vivre de relation amoureuse. C'est ton choix. Mais la vie c'est le risque tant d'un point de vue professionnel qu'amoureux.

Au jpurd'ui j'ai fait le choix de risques considérables. Pourquoi?
Parce que malgré mes 3 hospitalisation psychiatriques, ma fatigue chronique, mon diagnostique borderline, mon passé d'ex prostitué masculin, mon homosexualité, les regards de travers au boulot, la mise en quarantaine, le harcèlement,( je vais tous les matins au travail une boule au fond de la gorge )
je me suis promis de me battre. Je fonce, me plante souvent mais parfois la chance me sourrit. Aujourd'hui mes rapports sont très tendus avec mes chefs mais se sont très nettement améliorés avec mes collègues...

Parce que malgré tous mes échecs affectifs, mes relations perverses avec mon ancien copain que je prenais plaisir à torturer psychologiquement, lui l'ancien hétéro bo gosse que j' entrénais dans les bas fond de la vie nocturne de PARIS comme des vieux dégeux ont pu le faire avec moi lorsque j'avais 15ans!!!( eh oui je ne suis pas qu'une victime je peux etre un salaud), la médiocrité de mes relations, ma décadence
je pense qu'aujourd'hui j'ai le droit au bonheur, je peux etre homosexuel et constructif original sans etre outrancier féminin sensible sans etre une follasse

N'est pas peur de prendre des risques sort de tes rapports de référence

Cordialement Pierre

  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-06-04, 11:59  (GMT)
85. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Je ne sais pas si répondre ici aujourd'hui c encore me reconnaître ou me soumettre à ce diagnostic... Mais oui je me reconnais dans tes lignes, bien plus que ça mdr .... encore aujourd'hui, mais j'ai une haine contre ces psy d'hopitaux, je suis suivis par un gransd monsieur parait il !! un scientifique spécialisée d'en le trouble de la personnalitée limite !! Je le vois une fois par mois ce grand monsieur, un ptit quart d'heure me file mon ordonnance, alors c cool, jdeale avec lui, c un grand monsieur c toubib, il reçoit en plusieurs langues, sacré réputation lol... seulement je sors de là encore plus malade, jperds 12 kg entre deux rendez vous, il s'en apperçoit même pas, jlui parle d'une autre moi qui s'acharne toujours contre elle, oui, et gravement, mais c normal qu'il dit, bref, il en a rien à foutre, où peux t on s'adresser en France en cas d'ultime urgence hormis les urgences psys ??? au C.M.P ?? nana, fo prendre rendez vous, 2 mois d'attente c normal bref, gueule, gueule, je ne suis même pas sure d'avoir bien été diagnostiquer ... Lui il était sure de lui, d'alleurs je l'ai rencontré pour ça, une reconfirmation de diagnostic, en un quart d'heure ct fait, gt borderline !!!
bref, on a évoquer pour moi la psychose mianaco- dépressive, s'il vous plait docteur, pouvez vous m'expliquer, les grands traits différencents c deux thermes là, PMD ET BORDERLINE, j'ai lu sur aapel, connais bien aapel... Mais comprends pas, puis il y a les bipolaires, ls cycles mixtes, c trop.. alors c quoi là différence entre PMD ET BORDERLINE ??
merci, clhhara
  Retour

Aloes (653 messages) Envoyer message email à: Aloes Envoyer message privé à: Aloes Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-06-04, 16:48  (GMT)
86. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour clhhara,

Le borderline, est une trouble de personnalité. Nous avons tous des traits de personnalité, comme être introvertis, extravertis, anxieux, calme, impulsif, obsessif, etc. Un trouble de personnalité c'est quand nous avons plusieurs traits de personnalité importants qui nous nuisent, comme être trop impulsifs, avoir des changements d'humeurs importants, etc. Enfin, faut voir les critères du DSM pour lire en détail ce que les psys entendent à propos des critères diagnostiques. Mais bref, c'est un ensemble de manières d'êtres, d'entrer en relation, des comportements, des pensées qui sont maladaptées, qui sont rigides et qui nuisent à la personne. C'est la manière dont la personnalité est construite. Les mécanismes qui sont utilisés pour se défendre contre le stress par exemple, etc.

On peut en atténuer certains symptômes par des médicaments (par exemple soigner un état dépressif, avec des antidépresseurs, des troubles de l'humeur (up-down) avec des stabilisateurs de l'humeur, de l'anxiété trop forte avec des anxiolotiques) ce qui permet de fonctionner un peu mieux.

Mais le grand travail dans les troubles de personnalité, c'est d'arriver à trouver d'autres manières de faire, de réagir, de gérer le stress, les émotions, qu'en se blessant par exemple, qu'en ayant des comportements qui mettent la personne ou autrui en danger. C'est un travail à long terme en psychothérapie. Mais il faut savoir que c'est petit à petit. Le travail dans le fond c'est un peu comme une personne qui est en surpoids, qui mange mal, ne fais pas assez d'exercice et qui petit à petit modifie définitivement ces mauvaises habitudes pour les remplacer par des nouvelles.

Ça demande du temps, ça demande de continuer même si on recule parfois, ça demande du courage. Mais ça paie en retour dans le long terme. Tant dans les relations qu'on a avec les gens qu'on aime, que dans nos projets de vie personnels. Tout ce qu'on met en place pour aller mieux physiquement et psychiquement, nous permet de goûter à la vie un peu plus chaque jour et de la savourer.

Le PMD, qui est aujourd'hui aussi appelé trouble bipolaire, c'est une maladie mentale. En gros, c'est un trouble de l'humeur, une humeur qui varie dans le plus et dans le moins, de manière très prononcée. Dans un trouble de personnalité on retrouve aussi ces changements d'humeurs, mais de manière un peu moins importante en terme d'intensité et/ou de durée. Aussi, en général, les médicaments stabilisateurs d'humeur sont moins efficaces pour les troubles de personnalité que dans le PMD. Le PMD est une maladie, un débalancement chimique au niveau des neurotransmetteur, et ça se soigne principalement par des stabilisateurs de l'humeur (lithium, acide valproïque, etc.). Les gens qui ont un PMD, une fois bien médicamentés, en général, peuvent reprendre leurs activités normales. Et bien qu'une psychothérapie puisse être bénéfique pour bien apprendre à gérer sa maladie et faire un cheminement sur soi, c'est surtout les médicaments qui apportent un bien-être.

La ligne n'est pas toujours simple à tirer entre un trouble borderline et un trouble bipolaire, c'est souvent avec l'évolution des symptômes dans le temps que le diagnostique finit par se faire. Ce qui n'empêche pas du tout de recevoir des soins, de faire des essais, de travailler sur soi afin de progresser. Il se peut aussi qu'on ait les deux troubles à la fois.

Je ne sais pas si mes propos ont pu vous éclairer un peu. Évidemment que ce que je dis c'est une vulgarisation, tel que je comprend ces troubles. Si je dis des conneries, alors vivement qu'un doc rectifie mes propos.

Sinon il y a toujours des sites qui expliquent la différence de diagnostiques:

Trouble de personnalité en général:
http://www.psychomedia.qc.ca/qfr11.htm

Touble borderline:
http://www.psychomedia.qc.ca/qfr16.htm
http://iquebec.ifrance.com/tplenprojection/tpl1.html
http://iquebec.ifrance.com/tplenprojection/symptomes.html

PMD ou troubles bipolaire:
http://www.psychomedia.qc.ca/qfr8.htm

Bien à vous,

Aloès


  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
13-03-04, 22:23  (GMT)
35. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
bonsoir miss, que de paroles sur ce sujet quand même, comme quoi on reste tous quand même, plus ou moins, pas/mal informé...
La France n'est pas la meilleure dans ce domaine, le Cananda est au top, ils ont déjà des cliniques spécifiques au trouble de la personalité limite, desthérapies...

http://www.ifrance.com/tplenprojection/

il y a juste à s'informer pour saisir qu'ils ont tout compris...

Enfin pour vous dire et si vous l'avez vu j'ai participer à un repotage de 8mn concacré au trouble sur "le journal de la santé" sur le chaine française " la 5 "...(Avril 2003)

J'ai été écoeuré de part les coups de fil passée par l'intervieweuse, pendant au moins 2/3 mois avant l'interview à raison d'une fois toutes les 3 semaines environ, avec son calpin sous le nez je suppose, à rentrer dans mon intimitée....surtout l'investissement que jy ai fourni... E n autre nom...

J'ai été écoeurée qu'ils osent me demander de simuler des scènes de boulimie, d'auto-mutilation, simulée puisque cela faisait 1 an que j'arrivais à gérer mes passages à l'acte...

J'ai été écoeurée d'avoir été filmer 40mn, de m'être investi, pour l'information, la notre, écoeurée qu'ils n'ont pas spécifiée le non-savoir de la médecine française (je ne prenais plus de traitement depuis 1 an, difficile d'accepter pour eux ce genre de questionnement, je parle de l mèdecine), écoeurée, qu'ils n'ont pas même abordé ce sujet de guérison mais on vulgairement trichée à la "TF1", en montant le documentaire, et le doc s'est retrouvée "doc à sensation"...Ils ont mentis dans le sens où ils ont fait comme si j'étais toujours dans le passage à l'acte et on collait des morceaux dmon passé dans mon présent....

Ecoeurée, moi qui estimer "la 5", pour le peu de culture qu'il nous reste sur la tv...

Bref, un ptit coups dgeule ça fais du bien....

Et bien par rapport à ce que tu dis toi, moi j'arrive à gérer mon impulsivité depuis 2 ans maintenant, il y a eu des passages à l'acte, mais gérer au bon moment ou moment de circonstance... J'ai toujours des conduites à risques, addictions, et relations destroys...

Mais jle vis mieux, le considère, me considère, et frappe dans mes mains... Bravo !!!

Je me fous d'être bordeline ou je l'ai acceptée...

J'ai repris un régulateur d'hummeur cet été et viens de l'arretter...
Ah sacré bordeline, oui j'essaie, j'aime pas, j'ai l'impression que je cherche à véifier qui je suis lorsque jarrtte ces cachets.... entre autre, qu'il m'enlève ce que je suis...

Thérapies, je tombe tellement sur des nazes, désolé, il en existe beaucoups, et comme le bordeline s'invesit tellement à fond dans tous ckil donne, l'échec étant ressenti plus fort, à double raison, pour l'intant, j'ai mis de coté...Mais au besoin d'un bon coups de gueule, jsais le faire, et sans plus rien casser...

Mais cette fameuse limite, jpense qu'on peux l'avoir franchi une fois (névrose-psychose), et ne plus jamais la franchir, ou la refranchir tout autant... Jpense que le therme psychose et névrose sont mal appropriés, pas au trouble mais à la science même et c'est pour ça qu'on se retrouve au millieu tous seuls comme des cons...

Jpense pas tout à fait qu'on peux en guèrir, mais jpense qu'on appelle là la guérison :l'arret de la souffrance (parce que toutes maladie mentale est avant tout souffrance) donc dans ce cas à peu près... oui jy crois, aujourd'hui je suis heureuse, c'est pas pour autant que j'arrive à oir dmain, mais peu m'importe...

Jcrois que j'ai acceptée le trouble, gardé ce qui me plaisait, au grand effort jeter les passages à l'actes, au grand effort jdis bien, et puis quand malgré moi un symptome que jnaime pas revient, jle reconnais le hais, fais la gueule, dors, et attends que ça passe, c dur sure!!!!

oh fait j't'ai rajouter dans mes contacts, j'étais pas venue depuis...

Prenons nous en main, informons les...

  Retour

lolorachel (5 messages) Envoyer message email à: lolorachel Envoyer message privé à: lolorachel Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-03-04, 01:38  (GMT)
29. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Modifié le 02-03-04 à 01:40  (GMT)

Bonsoir Pandore!
Je n'arrive pas à croire il y a à peine un mois que ce problème pouvait se guérir, je retourne présentement dans le même pattern, sauf que là les tentatives de suicides sont rendues impossibles pour moi, maintenant, je suis trop làche, il faudrait que je quitte ma résidence pour aller je ne sais ou, au moins il y a une chose, je ne partirais pas présentement sans me préparer! J'avais une profondeur spirituelle que m'aidait, et là cette profondeur, je n'y suis plus!

Une psychose, non mais un moyen d'être ailleurs , j'en aurais de besoin!J'ai pensé à être missionnaire, me trouver un gourou, je ne sais quoi, pour m'accrocher à la vie, présentement, je ne sens plus mon corps, mon esprit rien! J'en ai parlé à ma mère de partir dans un autre pays et elle a tellement peur de ne plus me revoir, elle a perdu ma soeur en octobre2003, et j'ai beau lui dire que je ne serai pas partie pour l'éternité, mais elle pleurait tellement! Ma place est ailleurs pour le moment, mes ami(es) m'ont laissé tombé, et je le comprends!Alors ou est ma place présentement, au ciel ou ailleurs sur cette planète?

J'aimerais beaucoup que tu me dise ce que tu en pense scincèrenent le plus tôt possible!

P.S J'ai deux filles, et dois-je m'arrêter ... 10 et 13 ans

Niko

  Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-03-04, 05:27  (GMT)
30. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,

Attention à ne pas demander à Pandore plus qu'elle ne peut le faire. Si vous n'allez pas bien, comme vous le décrivez, c'est à votre psychiatre de vous aider. Le soutien que vous pourrez trouver sur un forum n'est pas du même ordre et n'est pas thérapeutique.

Bon courage.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-06-04, 21:30  (GMT)
55. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour docteur,

comme je l'ai annoncé à Pandore j'ai consulté aujourd'hui un psychiatre. Malheureusement je ne le sens pas. Il ne m'a pas décroché un sourrire. Lorque je lui ai parlé du problème borderline, il s'est montré peu rassurant "on corrige mais on n'en guérit pas c'est intrinsèque"
Je suis sorti de la consultation avec la phobie d'etre incurable!!!!
Je crois etre maudit en ce qui concerne ma recherche d'un bon psy. Celui là je l'ai choisi par hasard, le seul critère étant la proximité géographique. Suis je trop méfiant?
Personnellemnt j'ai eu l'occasion de voir votre petite photo et lire vos réponses sur le forum. Je vous trouve prudent et rassurant. Je vous fait confiance. Je ne sais pas à qui m'adresser pour ma recherche d'un bon psy. Je n'ai pas de médecin traitant si ce n'est mon père. J'habite à Paris et je recherche un psychiatre sourriant tarif conventionné.
Pouvez vous m'aider mon adresse; pierrebarge@yahoo.fr

Cordialement Pierre

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-06-04, 22:44  (GMT)
56. "RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite"
Bonsoir Pierre,

Tu ne crois pas qu'un seul rendez-vous c'est bien peu pour se faire une idée ?

Il ne t'a pas décroché un sourire, mais est-ce que le sourire est une garantie de compétence ? pas sûr. Mais avoue que quand un psy nous fait des grands sourires, nous pouvons tout aussi bien interpréter ça comme un signe qu'il veut nous arnaquer ou nous séduire, tant nous pouvons être paranos et contradictoires...

Tu lui as parlé d'entrée de jeu du diagnostic borderline, il est possible qu'il n'ait pas trop apprécié que tu arrives avec un diagnostic tout fait, ce qui pourrait expliquer sa petite phrase pessimiste.

Peut-être pourrais-tu le voir encore une ou deux fois avant de le juger définitivement ?

Bon courage, à bientôt,

Pandore

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-06-04, 23:09  (GMT)
57. "RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite"
Moi je n'ai jamais compris que certains psy se sentent, de par leur profession, dispensés des règles élémentaires de la politesse.

Je suis une tête de cochon et c'est peut-être bien ce qui me sauve la mise. Si je m'étais remise en cause à chaque psy qui se comporte comme un goujat, je serais bourrée de tercian à l'heure qu'il est.

Ca va qu'ils ont des patients trop incertains. Parce que si certains psys devaient se recycler dans le commerce, ils fermeraient boutique rapidement. Ben quoi. La psychiatrie, ça ne se passe pas sur une autre planête, un sourire c'est un sourire.

Pandore tu as trop confiance dans ces gens là. Ca te perdra.

Cécile

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-06-04, 23:31  (GMT)
59. "RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite"
Cécile,

Merci pour ta sollicitude, qui me touche beaucoup.

Si la confiance que j'ai mise dans mes psychiatres avait dû me perdre, je ne serais peut-être plus en vie aujourd'hui effectivement, puisque j'ai fait de nombreuses années de psychothérapie, plus d'une année de clinique psychiatrique, et que j'ai eu l'occasion de goûter de nombreux tranquillisants, antidépresseurs et neuroleptiques, dont le Tercian.

(Au passage, et pour ton généraliste : le Tercian un excellent médicament, il calme l'angoisse en profondeur avec peu d'effets secondaires, pas de risque d'accoutumance, et très peu de risque de surdosage quand on utilise la présentation en gouttes, car elles sont très amères).

Or aujourd'hui je suis quand même globalement à peu près bien, je travaille depuis 25 ans sans aucun arrêt de travail, et j'ai une vie de famille assez agréable.

Donc je remercierai jamais assez les psychiatres en question qui ont permis que je puisse avoir cette vie là, grâce à leurs compétences et à leur opiniâtreté. Et je remercie aussi le système de santé français qui permet d'être soigné alors qu'on n'a pas de moyens financiers. Voilà.

Maintenant chacun est libre de penser ce qu'il veut, de se soigner ou pas. Encore faut-il faire ses choix en connaissance de cause, ce qui n'est jamais facile, et encore moins dans le domaine des pathologies psychiques.

Cordialement,

Pandore

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 04:22  (GMT)
60. "RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite"
Modifié le 16-06-04 à 07:12  (GMT)

(Au passage, et pour ton généraliste : le Tercian un excellent médicament, il calme l'angoisse en profondeur avec peu d'effets secondaires, pas de risque d'accoutumance, et très peu de risque de surdosage quand on utilise la présentation en gouttes, car elles sont très amères).

?

Pandore, mon généraliste ne s'est pas plaint d'angoisses.


Cécile

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 07:40  (GMT)
61. "RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite"
Cécile,

Je voulais juste dire qu'étant donné le problème dont tu as parlé là :
http://www.atoute.org/cgi-bin/dcforum/dcboard.cgi?az=show_thread&om=5438&forum=DCForumID5&omm=6
si j'étais à ta place je demanderais plus volontiers à mon généraliste du Tercian (neuroleptique) que du Tranxène ou du Xanax (tranquillisant).

C'est une erreur courante que de croire que les tranquillisants sont moins nocifs que les neuroleptiques. On a tendance à croire cela parce qu'ils sont plus banalisés et moins associés à l'idée de maladie mentale. Le généraliste a probablement moins peur des réactions de son patient en lui prescrivant un anxiolytique.

Le patient à qui on prescrit un neuroleptique va voir la notice, il lira "psychose" dans les indications, et instantanément commencera à s'inquiéter, et à en vouloir à son généraliste de lui avoir prescrit un médicament destiné aux malades mentaux. Alors que si on lui prescrit un anxiolytique, il a plutôt tendance à trouver que le généraliste est un brave type compatissant.

En réalité, les neuroleptiques actuels ont peu d'effets secondaires, ils n'endorment pas beaucoup, ils ne comportent pas de risque d'accoutumance, on arrive très bien à les arrêter, et il y a peu de risque de devenir accro.

Voilà ce que je voulais dire.

Pandore

  Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 11:36  (GMT)
62. "RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite"
Bonsoir,
>En réalité, les neuroleptiques actuels ont peu d'effets secondaires, ils n'endorment
>pas beaucoup, ils ne comportent pas de risque d'accoutumance, on
>arrive très bien à les arrêter, et il y a
>peu de risque de devenir accro.

Malheureusement, ce n'est pas tout à fait vrai. Il y a des effets secondaires en particulier cardio-vasculaires : augmentation du risque de mort subite, augmentation du risque d'AVC chez les personnes âgées. Sans parler des syndrômes extrapyramidaux (pseudo Parkinson).

Il faut peser le pour et le contre de chaque médicament en fonction de la personne qui est en face, mais il n'y a pas de médicament meilleur que l'autre.
Philippe,
médecin à la campagne

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 11:52  (GMT)
63. "Ah tu vois !"
Je ne veux pas mettre la vie de mon médecin en danger, je refuse de lui donner du xanax, du tranxène et du tercian.

Cécile

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 17:18  (GMT)
67. "Pour le docteur de Cécile"
Cécile,

Tiens, j'ai trouvé une page bien claire sur les différents anxiolytiques, et les alternatives possibles.

http://www.33docpro.com/fonds_documentaire/annexes/2cm0314.pdf

Pandore

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 18:09  (GMT)
68. "Je t'assure que mon docteur n'est pas anxieux"
Merci beaucoup Pandore, ce n'était pas nécessaire.

Je ne savais pas que le lysanxia était une benzodiazépine. J'étais persuadée que c'était un truc aux plantes ou un placébo.

Cécile

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 21:33  (GMT)
70. "RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite"
Bonjour,

Pandore n'a pas complètement tord. Les Benzodiazépines créent de la dépendance. Je sais de quoi je parle; il y a quelques années j'ai fait une intoxication aux benzo que je m'élangeais avec de l'alcool pour avoir un effet d'ivresse. A l'hopital psychiatrique le psy m'a parlé du centre Didrot, un centre de désintoxication réservé aux jeunes toxicomanes. C'est dire...
De plus ils ne sont pas toujours efficaces ; certains patients développent très rapidement une tolérance, ce n'est pas le cas avec les neuroleptiques.
En faite si il s'agit de traiter une anxiété forte à court et moyen therme les neuroleptique ont beaucoup d'avantages. Les effets extrapyramidaux n'arrivent pas du jour au lendemain mais au bout de nombreuses années. ILs ne sont systématiques chez tous les patients. Enfin il y a neuroleptique dur et neuroleptique léger comme le tertian, le téralène que l'on donne aux nourrissons pour les faire dormir. En outre il existe des anti psychotiques nouvelles génération qui ne présenteraint pas cet effet secondaire.


Cordialement Pierre

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 13:50  (GMT)
64. "RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite"
Bonjour PAndore,

je ne crois pas qu'il soit utile d'insister avec ce psy. Je n'aime pas perdre mon argent mon temps et celui du médecin (peut etre qu'il ne voulait pas me soigner) . Cependantje compte en trouver un autre. Je ne me décourage pas.
Je sais comment celà se passe et je reconnais la perversité chez un médecin. L'accroche est très importante.
Le sourire du psychiatre est une qualité substancielle. Si il veut que les gens parlent (c'est comme meme le but de la consultation)il faut les mettre à l'aise, les rassurer surtout si ils sont dépressifs ou borderline. Personnellement tous les mois dans mon entreprise nous sommes controlés par des clients mystères. Si il n'y pas bonjour +madame+sourire+au revoir +à bientot nous perdons des points. C'est ce que l'on appelle le rapport qualimétrique. Je ne demande pas un médecin mieleux et complaisant mais quelqu'un qui manifeste d'une manière ou d'une autre une part d'humanité.
Concernant sa petite phrase sur le trouble borderline tu me dis qu'il n'a peut etre^pas apprécié que je vienne avec un diagnostic tout fait. Enfin Pandore!!! Depuis quand un médecin se donne le droit de manifester ce qu'il apprécie ou pas.
La vérité est que dés que l'on approche des troubles de la psychose les psychiatres de ville ne veulent pas nous soigner et préfèrent un suivi de l'hopital . Ils ne manquent pas de client (il faut 3 semaines pour obtenir un rendez vous). Son attitude n'était peut etre qu'un subterfuge.

Amicalement Pierre

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 14:18  (GMT)
66. "RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite"
Bonjour Pierre,

>Le sourire du psychiatre est une qualité substancielle. Si il veut
>que les gens parlent (c'est comme meme le but de
>la consultation)il faut les mettre à l'aise, les rassurer surtout
>si ils sont dépressifs ou borderline.

C'est probablement assez différent d'un patient à l'autre. Dans mon cas, un des psys qui m'a beaucoup fait avancer n'était pas spécialement souriant, ni très chaleureux. Par contre ce qu'il disait était très pertinent, et efficace.

>Concernant sa petite phrase sur le trouble borderline tu me dis
>qu'il n'a peut etre^pas apprécié que je vienne avec un
>diagnostic tout fait. Enfin Pandore!!! Depuis quand un médecin se
>donne le droit de manifester ce qu'il apprécie ou pas.

Ce n'était évidemment qu'une hypothèse. Je crois que ce sont des personnes comme les autres, et qu'il y a des choses qu'ils apprécient plus ou moins. Certains médecins n'apprécient pas beaucoup qu'on vienne les voir avec un diagnostic.

>La vérité est que dés que l'on approche des troubles
>de la psychose les psychiatres de ville ne veulent pas
>nous soigner et préfèrent un suivi de l'hopital. ... Son attitude n'était >peut etre qu'un subterfuge.

Si tu penses cela, pourquoi alors ne pas t'orienter plutôt vers un suivi à l'hôpital ?

>Ils ne manquent pas de client (il faut 3 semaines pour
>obtenir un rendez vous).

Oui 3 semaines c'est le délai en ce moment à Paris. C'est pour ça que je te disais de peut-être persévérer encore un peu avec ce psy, ce qui ne t'empêcherait pas d'en chercher un autre tranquillement.

A bientôt,

Pandore

  Retour

Aloes (653 messages) Envoyer message email à: Aloes Envoyer message privé à: Aloes Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-06-04, 05:08  (GMT)
72. "RE: borderline, état limite ou trouble de la personnalité limite"
Bonjour,

Lorsque j'ai rencontré mon psy la première fois, non seulement il ne m'a pas sourit, ne m'a pas dit bonjour - mais m'a bêtement répondu que les séances c'était 50 minutes, pas une de plus, que si je n'arrivais pas à l'heure, c'était mon temps à moi que je perdais - que si je sautais un rendez-vous sans le prévenir, eh bien tant pis pour moi je perdais ma place car il y avait pas mal de gens sur la liste d'attente qui attendent une thérapie.

Il va sans dire que je suis demeurée figée face à un accueil aussi froid et brusque, en fait, j'ai faillit prendre mes jambes à mon cou et ne plus jamais revenir. Il s'est un peu radoucit au cours de la séance, mais sans plus.

Lorsque je suis sortie de son bureau, je me suis questionnée. J'ai fait ça toute la semaine, me questionner. Puis j'ai décidé de me et de lui donner une deuxième chance.

Lors de la deuxième rencontre, je lui ai immédiatement exprimé mon malaise face à son ton brusque, celui-ci s'est de suite ajusté. La deuxième rencontre s'est avérée complètement différente de la première. En fait, il m'a expliqué qu'un psychiatre qui avait évalué sommairement mes difficultés avant de me diriger vers lui (mon psychologue), avait mal identifié le trouble dont je souffrais. Bref il avait été induit en erreur par le "diagnostique" d'un autre, et heureusement il a eu la présence d'esprit de s'ajuster.

Ça fait maintenant 2 ans et demi que je suis en thérapie avec ce psy et je ne le regrette aucunement. J'ai fait un cheminement considérable qui m'a permis de reprendre ma vie en main, et je continue afin de venir à bout des dernières petites "crasses" qui ternissent mon existence.

Tout ça pour dire qu'une première impression peut parfois être trompeuse. Mais par contre, quand on tombe sur un psy qui n'est pas prêt à remettre en question ses sacro-saintes convictions à notre propos et qu'on ne se sent pas bien avec lui après quelques tentatives, alors il vaut mieux se fier à son intuition, et en changer (ce que j'ai eu à faire avec un psychiatre - celui qui avait induit en erreur mon psychologue).

Bien à vous,

Aloès

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
15-06-04, 23:25  (GMT)
58. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Non non et non vous n'êtes pas trop méfiant Pierre.

Et vous avez mille fois raison de chercher un bon psy souriant et rassurant.

(Si certains veulent une porte de prison qui balance des méchancetés à trois tonnes de l'heure, je peux faire ça très bien pour moins cher. )


Moi ça fait dix mois que je n'ose plus rire de peur d'être en phase maniaque, à cause d'un crétin dans le genre du votre.

Forcément, vous êtes incurable. Moi aussi je suis incurable. Le Dr Dupagne aussi il est incurable. On finit tous six pieds sous terre de toute façon.

"On corrige..." et vous n'avez jamais pensé que votre trouble borderline, il vous avait aussi développé des qualités que vous n'auriez jamais eues sans ça ?

Vous croyez qu'Albert Schweitzer, Pasteur, Pascal, Gabin, De Funès (heu, je cite mes favoris) n'avaient pas des troubles intrinsèques ?

On naît avec la certitude qu'on doit mourir. Et bien rien que ça, on a tous notre trouble intrinsèque. On se construit comme on peut autour de ça. Et c'est chaotique pour tout le monde, mais chacun fait son petit bonhomme de chemin. La perfection n'est pas de ce monde.

Ben ce soir je ne sais pas si je suis borderline mais je suis drôlement énervée. Pas contre vous, contre monsieur Borderline qui s'étend comme la peste.

On a tous un petit coté irrationnel, alors hop, on va appeler ça une limite psychotique. Et pour peu que votre patron vous gueule après, vous devenez névrosé, pas loin de la frontière, vous voilà borderline.

Ah, si je tenais tous ceux qui m'ont condamnée à des maladies psychiatriques pas possibles depuis un an ! Je vous assure qu'il y a des coups de pied au cul qui se perdent.

Bon, je ne sais pas trop comment terminer, Pierre, mais j'aimerais que ce soir, vous soyez rassuré, mais un rassuré convaincu.

Vous voulez que je vous dise : il me semble (je n'en suis pas sûre, mais il me semble) qu'en psychiatrie, quand un diagnostic est bon, le malade éprouve un soulagement. Si le malade est encore plus contrarié, c'est que le diagnostic était faux.

Je ne dis pas ça à la légère, j'ai observé et réfléchi. Vous me direz ce que vous en pensez.

Cécile

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 14:14  (GMT)
65. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour Cécile,

le sourire est une qualité substancielle pour beaucoup de professionnels. Il faut etre un minimum acceuillant si il souhaite que les gens parlent. Je ne demande pas un hypocrite mais la manifestation d'une manière ou d'une autre d'une part d'humanité.
En quittant son cabinet, j'ai du penser comme lui: "au suivant!!"
Si ton psy t'énerve à force de faire la tronche dis le lui franchement sur un ton mi culot mi humouristique. Personnellement il m'est arrivé une fois de me moquer ouvertement de mon psy: ca l'a fait rire...

Cordialement Pierre

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 19:07  (GMT)
69. "Je suis un K un désaxé ..."
Bonjour Cécile,


je n'ai pas eu le temps tout à l 'heure de terminer le message.
Concernant mon diagnostic borderline, je pense que les psy ne se sont malheureusement pas tromper. C'est clair que je ne suis pas net. Pas mal de psy ce sont penchés sur mon cas.
Parfois le matin je me regarde dans le miroir et je me dis "mon pauvre coco t'es mal parti t'es complètement jeté du ziboulot" Celà me fait rire. J'ai un "humour de folle". C'est ma manière à moi de lutter,et ce n'est pas forcément glauque.


Cordialement Pierre

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
16-06-04, 22:18  (GMT)
71. "Ah bon"
bonsoir Pierre,

vous savez, moi, tant qu'on ne m'oblige pas à être borderline...

Si vous le prenez bien, alors je souhaite que vous trouviez enfin le psy qui vous plaira.


Cécile

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
17-06-04, 19:27  (GMT)
73. "Ras le bol"
Bonjour Cilloux,

j'en ai vraiment marre. J'ai trouvé un autre rendez-vous pour la semaine prochaine. Celui là il a interet à se comporter correctement parce que dans le cas contraire je ne le payerai pas. Eh oui!!! il y a des limites à la bouffonnerie. Je devrais etre malade, choutté de médicaments qui ne me font plus d'effets, me faire insulter à mon travail, demander de l'aide à un médecin, me faire supplier pour que l'on puisse me prendre avant 3 semaines, pour finalement m'entendre dire que je suis incurable.
Comment ai je pu supporter celà?
Eh bien non!!! Ras le bol celui là je ne lui dirai pas la vérité. Car la vérité et l'honneteté ca m'a fait perdre du temps et de l'argent pour des connards!!!! Je vais jouer les simples dépressifs me taillader un peu les veines histoire d'etre vraiment crédible, bien lui expliquer que mon traitement à base d'effexor ne marche plus en rajouter des tartines (je suis tellement en colère que la semaine prochaine je n'aurai pas besoin d'en rajouter) le tout pour avoir enfin un traitement de choc à base d'anafranil car je me suis renseigné c'est ce qui me convient. J'hésite avec du Seroplex (c'est un nouveau isrs très puissant)
Nous sommes malades et il est normal que nous puissions nous interesser à notre maladie et à ses traitements. Je veux vivre, retrouver de la confiance et je me refuse à payer un médecin inefficace. Celui là je lui donne pas plus de 3 séances pour me prescrire ce que je veux (ou quasi ce que je veux)oui je dis bien ce que je veux. IL faut que les médecins cessent de nous prendre pour des imbécilles. Il n'y pas 36000 traitements !!!
Ce soir je suis en colère. Et personne ne connait mes colères. Le psy j'aimerais lui balancer des assiettes. Je suis dans un cyber café à Paris.
Je ne supporte pas mon voisin d'à coté: il m'énerve c'est une tete de con celà se voit je suis en train de lui écraser avec mon pied son sac à main. Merde il me fait chier il peut aller ailleurs!!! Sang sue!!! Sac à merde!!!
Dans une semaine je reprends le boulot. Ils ont interet à etre cool car le travail c'est ce qui tue l'homme surtout lorsqu'ils sont dépressifs et borderline!!! Bravo aux RMISTES!!! BRAVO LES GREVES DE LA RATP!!! AUX PROFITEURS DU SYSTEME DE SANTE!!! Bravo ceux qui attaquent leurs employeurs aux Prud hommes alors que vous etes des fumistes! Travailler ne rapporte pas suffisamment. Vous avez bien raison. Les couillons sont les gens qui comme moi sont harcelès mais tendent l'autre joue et se font trainer dans la boue.
Maintenant je dis STOP STOP Je vais venir vous rejoindre et celà sera sans scrupule.

Cordialement Pierre

  Retour

Aloes (653 messages) Envoyer message email à: Aloes Envoyer message privé à: Aloes Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 01:23  (GMT)
74. "RE: Ras le bol"
Bonjour,

Vous vous plaignez d'un rendez-vous avec un psychiatre dans un délais de trois semaines. Savez-vous seulement le temps que ça prends pour en voir un ici au québec dans le système de santé publique? Parfois six mois, parfois près d'un an. Trois semaines quand on a enduré son état depuis longtemps ce n'est pas la mer à boire. Et si il y a urgence, eh bien les services d'urgences des hôpitaux sont là pour ça.

Vous parlez d'être incurable, alors que, si je ne m'abuse, vous disiez avoir le trouble de personnalité limite? Ce trouble n'est pas incurable. Si vous vous étiez donné le moindrement la peine de lire sur le sujet, au lieu d'interpréter n'importe comment les paroles du psy que vous avez été consulté, vous sauriez ce qu'est un trouble de personnalité. Ça ne se "guérit" pas parce que ce n'est pas une maladie. Un trouble de personnalité, c'est un ensemble de facteurs, c'est une manière dont est construite la personnalité et qui comporte des défaillances. On peut en diminuer les symptômes par des médicaments (pour stabiliser une humeur labile par exemple, ou soigner un état dépressif, ou calmer l'anxiété), mais le travail de fond, demeure la psychothérapie.

La psychothérapie dans un trouble de personnalité, c'est un travail à long terme sur soi. Ça demande un investissement important de soi-même. Pour comprendre, apprendre comment on fonctionne. C'est comme ça qu'on arrive à changer, petit à petit, nos manières d'être qui ne sont pas adaptées. Qu'on apprend à gérer nos comportements et émotions (par exemple, ne pas laisser déborder sa colère n'importe comment et la déverser sur n'importe qui). C'est comme ça qu'on vient à bout d'un trouble de personnalité. Et oui, il est très bien possible, un jour, d'avoir cheminé au point de ne plus présenter toutes les caractéristiques du trouble, et de ne plus "avoir un trouble de personnalité limite".

Ce n'est pas parce que vous souffrez que tout vous est dû. Des tas de gens souffrent et savent se comporter correctement.

Vous mentionnez ne pas vouloir dire la vérité au prochain psy. Si vous jouez la comédie, vous allez être soigné pour n'importe quoi et n'importe comment et non pas pour vos troubles réels, quels qu'ils soient. De toute façon, les psys ne sont pas des imbéciles même si vous les prenez comme tels, ils détecteront rapidement à quel genre de clown ils ont à faire.

Si vous ne savez vous respecter vous-même, ne vous attendez pas à ce que les autres le fasse. Un psy, un médecin, est avant toute chose un être humain. Vous vous plaigniez, dans un de vos précédent message, que celui que vous avez rencontré ne vous a pas sourit. Et vous, lorsque vous arrivez dans son bureau, le saluez vous? lui souriez-vous? Ce n'est pas un torchon, c'est votre psy. Si vous souhaitez en avoir un qui vous offre des soins de qualités, sachez collaborer avec lui. Ce n'est si votre mère, ni votre père, ni votre professeur, c'est votre docteur, c'est votre collaborateur - celui qui prête ses outils et ses connaissances afin que vous puissiez aller mieux et moins souffrir.

Vous dites:
"Nous sommes malades et il est normal que nous puissions nous interesser à notre maladie et à ses traitements. Je veux vivre, retrouver de la confiance"

Si vous vous intéressez réellement à votre maladie, et à ses traitements, cessez de geindre et de vous comportez comme un enfant, prenez-vous en mains. Responsabilisez-vous, prenez votre traitement en mains, c'est la seule manière de retrouver la confiance et la santé.

Autre chose, en ce qui concerne les médicaments psy, il y en a beaucoup, et ça prends parfois de longs mois avant de trouver la dose, la quantité, la combinaison qui nous convient à soi. Ce n'est pas miraculeux et ce n'est surtout pas à vous, à dire à votre doc, à exiger qu'il vous prescrive ceci ou cela. Laissez-le vous connaître, et parlez lui de tel et tel médicament dont vous avez entendu parler si vous voulez, et demandez lui son avis en ce qui concerne votre cas, mais cessez de jouer les enfants gâtés qui exigent tout tout de suite.

Cessez aussi d'utiliser votre ou vos trouble(s) afin de justifier vos comportements odieux. Rf: -> Ils ont interet à etre cool car le travail c'est ce qui tue l'homme surtout lorsqu'ils sont dépressifs et borderline!!!

Bon cheminement,

Aloès

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-06-04, 18:41  (GMT)
80. "Cesse de demander de cesser..."
Bonjour Aloes,

je reconnais avoir un peu dérapé l'autre jour. Mais il n'y pas mort d'hommes. Je retire tout d'abord ma phrase sur le travail. Le travail s'est la santé. Je suis quelqu'un de colèrique. Parfois il peut t'arriver de tenir des propos à l'emporte pièce.
Cependant je me suis bien renseigné sur mon trouble et je sais qu'il se guérit. JE n'ai donc pas apprécié qu'on essaye de me fairre croire le contraire.
Dans la vie j'ai souvent des hauts et des bas. Parfois on se pleint comme un gosse et on fait des choses complètement stupides. Et alors? Ca ne vous arrive jamais?
Tu dis "il faut apprendre à se respecter, les autres ne feront pas à ma place." Là dessus je suis d'accord avec toi avec juste une petite nuance. Je pense que le respect ne devrait pas se conquérir.
Je trouve ton propos vindicatif, proche de la psychologie de comptoir. (à ce titre je te conseille top santé magazine, bien dans ma vie, Jeune et joli, Marie Claire, Psychologies magazine...comme celà tu pourras réciter sur le net ce que tu as lu)
Comment peux tu dire que je ne respecte pas mes psy ou que je le considère comme un vulgaire potte. Mon père est médecin et j'ai d'une manière générale un grand respect pour ces professionnels. Oui lorsque je rentre dans un cabinet je sourris au médecin et je le salue. Il se trouve que c'est comme celà. Et oui!!! Si le psy que je vais voir ne me convient pas je le payerai bien sur. Celà me parait évident. Il faut savoir ne pas prendre au premier degré ce que tu peux lire et sortir de ton cadre de référence. Là je fais comme toi...psychologie de comptoir.
Une dernière chose pour reprendre un peu votre ton(cessez d'écire...cessez de geindre...si vous vous intéressiez vraiment à votre maladie). Je suis en train de vous imaginer en Marie Chantal avec des lèvres pincées et un ton sec, celà ne vous met pas forcément en valeur. Vous cessez de me vouvoyer, cessez de me demander de cesser.

Cordialement Pierre

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-06-04, 04:02  (GMT)
83. "RE: Cesse de demander de cesser..."
Parfois (...) on fait des choses complètement stupides. Et alors? Ca ne vous arrive jamais?
Dans la mesure du possible, dès qu'on en a conscience, on essaie de se corriger.


Cécile

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-06-04, 10:34  (GMT)
84. "Terriblement border... mais en cheminement..."
Bonjour Pierre,

J'aime beaucoup l'ensemble de tes messages, Pierre, qui sont tellement naturels et sincères... ils montrent bien notre réalité quotidienne et notre ressenti, pour les personnes qui souhaitent s'intéresser aux problèmes borderline.

On sent dans tes messages que tu as déjà énormément progressé, puisque tu réussis à déverser ta rage par écrit sur un forum, sans qu'il y ait de conséquences néfastes pour toi-même ou pour les autres. Comme tu le dis : il n'y a pas mort d'homme ! Mais il est important que les lecteurs sachent que beaucoup de personnes borderline ne peuvent pas du tout verbaliser comme toi, avec comme conséquence de nombreux passages à l'actes dangereux. Souvent, les émotions sont tellement fortes que la pensée se trouve paralysée, et que la violence physique, les tentatives de suicides ou l'automutilation par exemple sont alors utilisées pour "expulser" une sensation insupportable.

Nous avons un secteur "déconnant" et un secteur "adapté" (voire même super-déconnant et super-adapté), et bien souvent les deux secteurs s'ignorent complètement. Eh non, Cécile, ce n'est malheureusement pas parce qu'on veut s'améliorer qu'on s'améliore... Il faut travailler longtemps avec un psy, et avec l'aide de médicaments, pour arriver à dépasser ces difficultés-là.

Un autre de tes "points positifs" est que tu es inséré dans le monde du travail, même si tu souffres de difficultés relationnelles. Là aussi, de nombreuses personnes borderline sont empêchées de travailler à cause de leurs problèmes, dans notre société moderne où le "savoir-être" dans le travail est aussi important, sinon plus, que le "savoir-faire".

Et puis, (ça c'est pour nous lancer des fleurs !), on voit bien dans tes messages que tu as énormément d'énergie, beaucoup de finesse, et de l'humour, et que tout cela va t'aider dans ton cheminement...

Donc, puisque tu as déjà beaucoup progressé, tu vas continuer, il n'y a pas de doute là-dessus !

Amitiés,

Pandore

  Retour

Aloes (653 messages) Envoyer message email à: Aloes Envoyer message privé à: Aloes Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-06-04, 17:19  (GMT)
87. "RE: Terriblement border... mais en cheminement..."
Bonjour Pierre,

Alors voilà, je cesse de demander de cesser.

Vous dites: "je reconnais avoir un peu dérapé l'autre jour."

C'est une belle qualité que de savoir rectifier le tir lorsqu'on dérape. Et oui cela arrive à tout le monde, même à moi.

J'ai lu la réaction de Pandore à vos messages, une réaction modérée et optimiste. Comme c'est une personne dont j'apprécie beaucoup les interventions; comme je n'ai pas lu tous vos messages, mais uniquement les 2-3 derniers; je me fie donc à son jugement en ce qui concerne l'évolution de vos messages et de votre cheminement. Sachez simplement qu'un lecteur qui ne vous connais pas et tombe sur un message comme celui auquel j'ai réagis, ça laisse l'impression que vous êtes quelqu'un de très peu sérieux dans vos démarches. Tant mieux que ce ne soit qu'une impression.

Je vous souhaite de vous trouver un spécialiste qui vous convienne pour vous accompagner dans votre cheminement. C'est un beau cadeau à s'offrir lorsqu'on est prêt à travailler sur soi, et c'est essentiel de trouver un collaborateur avec lequel on se sent respecté pour qu'on puisse avancer de concert.

Bien à vous,

Aloès

PS: En passant, je ne connais aucun des magazines que vous mentionnez. Aussi, sur ce forum, je ne tutoie que les gens avec qui j'ai discuté de manière plus personnelle et que je connais un minimum. Alors désolée pour mes "vous", mais je les laisse où ils sont.


  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 09:12  (GMT)
75. "RE: Ras le bol"
le travail c'est ce qui tue l'homme

Et oui, Pierre...

Une fois, j'ai dit à ma médecin que j'avais bossé 60 heures dans une semaine, plus 10 à 15 heures de route et le travail à la maison, et que je craquais. Elle m'a regardée d'un air condescendant. "ça lui arrivait fréquemment et que ça ne le perturbait pas du tout."

Je l'ai crue.
Puis en réfléchissant à ses horaires, (9h-12h 15h-21h, elle ne travaille pas le mercredi... j'ai fini par me poser des questions sur son honnêteté intellectuelle (et peut-être sa vantardise).


Oui Pierre, il y a de quoi gueuler quand on est épuisé par un boulot qui rapporte juste de quoi payer le loyer, les transports et la bouffe. Certaines vies aujourd'hui n'ont rien à envier aux "serfs" d'autrefois. Le travail rapporte juste assez pour se maintenir en vie et... continuer de travailler.

Les neuroleptiques ont remplacé les coups de fouet.

Pour le psy, je ne sais pas quoi vous dire. Moi je n'y crois plus.
La désillusion me fait plus de bien qu'un psy. Le bonheur qu'ils nous promettent, je n'y crois pas. Je n'aime pas les marchands de rève. La vie est dure, ce n'est pas nouveau.

Celà dit, peut-être que ça vous aide, le diagnostic de "borderline". Vous avez un trouble de la personnalité ? Ca veut dire qu'en vous construisant, il y a eu des écueils plus ou moins sévères.

Si vous arrivez prendre conscience de ce qui s'est passé, quand, comment, pourquoi, et quelles répercussions ça a eu sur votre développement.

Si vous arrivez à imaginer "ce que vous auriez dû être sans ces écueils, sans ce trouble".

Vous pourrez redresser la barre, corriger ce qui ne va pas, colmater les manques.

Considérez qu'un psy doit tout d'abord vous cerner, apprendre dans quel contexte vous vivez (familial, travail etc...), ce qui se passe actuellement dans votre tête. Il doit s'informer sur votre passé, sur ce que vous avez vécu, dans quel contexte, quels traumatismes. Il doit trier ce qui vous paraît important, ce qui l'est vraiment. Dans votre histoire, il doit découvrir des évènements graves qui vous semblent anodins.

Comment voulez-vous réaliser tout ça avec quelqu'un que vous ne connaissez ni d'Eve ni d'Adam, en une heure de consultation.

Je ne connais que deux personnes pour qui les psys aient été efficaces. La première, maniaco-dépressive, a passé plusieurs années en hopital psy. Elle commence à se stabiliser avec un traitement très lourd.
La deuxième (pas de diagnostic précis) va beaucoup mieux, avec un suivi médical, psychiatrique... et deux consultations par semaine chez une psychologue depuis au moins cinq ans ! (ça doit coûter une petite fortune, mais bon, le résultat est là).

Pour les rendez-vous, trois semaines ce n'est pas beaucoup. Ici (en Auvergne) il faut compter plusieurs mois. Hospitalisée l'an dernier en mai, j'ai eu un RV en septembre... pour un psy avec qui ça n'a pas du tout collé.

De plus, personne ne tient compte de l'état psychologique que ça engendre, d'attendre un RV chez le psy : on passe des jours à cerner ce qu'on va dire, ce qu'on ne va pas dire, ce qui est important, ce qui ne l'est pas... On sait que l'entretien sera bref, donc on voudrait aller droit au but. Mentalement, c'est assez fatigant. Pour un résultat qui n'est pas forcément à la hauteur de nos attentes.

C'est pour ça que je pèse le pour, le contre, et voyant que le bénéfice est négatif, je laisse tomber les psys.

Ben voilà, Pierre, j'espère que pour vous ça ira. Bon courage.

Cécile

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 10:42  (GMT)
76. "Espoir"
Bonjour,

Pour Cécile :

Dans le contexte de ce fil de discussion consacré au trouble de la personnalité borderline, ou état-limite, je touve que tes propos sont nuisibles et irresponsables.

J'ignore quels sont les buts que tu poursuis. En tout cas, si le but était de me démoraliser, pour aujourd'hui il est parfaitement atteint... Sache quand même que de nombreuses personnes te lisent, que certaines d'entre elles vont très mal, et que ce que tu dis ne les aide en rien. Pourquoi choisis-tu de t'exprimer sur un forum médical ?

"C'est pour ça que je pèse le pour, le contre, et voyant que le bénéfice est négatif, je laisse tomber les psys."

Tu ne laisses rien tomber puisque tu n'as rien entamé, et de plus tu nous a déjà expliqué maintes et maintes fois que tu n'avais pas de pathologie psychique.

"il y a de quoi gueuler quand on est épuisé par un boulot qui rapporte juste de quoi payer le loyer, les transports et la bouffe. Certaines vies aujourd'hui n'ont rien à envier aux "serfs" d'autrefois. Le travail rapporte juste assez pour se maintenir en vie et... continuer de travailler...Les neuroleptiques ont remplacé les coups de fouet."

Quel est le rapport avec un trouble de la personnalité borderline ? Le trouble est présent chez nous depuis l'enfance, les conditions de vie n'y changent rien. Quant au travail... bien des borderline ne peuvent même pas songer y accéder... Et ce que tu dis sur les neuroleptiques, ça va leur faire plaisir, aux personnes schizophrènes sur le forum d'à-côté ?

"deux consultations par semaine chez une psychologue depuis au moins cinq ans ! (ça doit coûter une petite fortune, mais bon, le résultat est là)."

Et bien oui, nous sommes des personnes à part entière, nous avons le même droit au soin que n'importe quel autre malade.

Pour les personnes atteintes de TPL :
"Considérez qu'un psy doit tout d'abord vous cerner, apprendre dans quel contexte vous vivez (familial, travail etc...), ce qui se passe actuellement dans votre tête. Il doit s'informer sur votre passé, sur ce que vous avez vécu, dans quel contexte, quels traumatismes. Il doit trier ce qui vous paraît important, ce qui l'est vraiment. Dans votre histoire, il doit découvrir des évènements graves qui vous semblent anodins.Si vous arrivez prendre conscience de ce qui s'est passé, quand, comment, pourquoi, et quelles répercussions ça a eu sur votre développement.
...Si vous arrivez à imaginer "ce que vous auriez dû être sans ces écueils, sans ce trouble". ...Vous pourrez redresser la barre, corriger ce qui ne va pas, colmater les manques.
"

Cette description d'une psychothérapie est complètement caricaturale, faite par une personne qui déclare n'avoir pas de pathologie, et qui ne suit pas de psychothérapie. Elle ne correspond pas du tout à ce qui se pratique dans le cas d'un trouble de la personnalité. Mieux vaut dont se reporter par exemple au site de TPL en projection, ou au magnifique message d'Aloès, pour avoir une idée de ce qu'est l'évolution d'un trouble de la personnalité au cours d'une psychothérapie.

Je pense qu'à trop laisser s'exprimer les messages faux et délétères sur un forum médical, on risque d'accréditer l'idée dans le public que les malades psychiques ne peuvent pas voir leur état s'améliorer, et ainsi les pousser au désespoir, ou dans les bras de charlatans (ce qui revient au même).

Pandore

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 11:45  (GMT)
77. "Effarouchée ?"
Et ben, quand les borderlines s'énervent, faut s'abriter !

Relax Pandore, cool, calme, détends-toi.

Pour l'histoire de la psychologue deux fois par semaine, je n'ai pas dit que "vous n'y avez pas droit".
Le psychologue n'étant pas remboursé, ça coûte une petite fortune, c'est tout. Mais ceux qui peuvent, c'est très bien.


Le trouble "borderline".

La phrase révélatrice : nous sommes des personnes à part entière, nous avons le même droit au soin que n'importe quel autre malade.

Je pense que ce besoin de reconnaissance part d'une souffrance réelle.

En psy comme dans les autres maladies, je crains l'attitude "c'est génétique - c'est incurable - on attend les progrès de la médecine et la découverte d'une nouvelle molécule".

Le fait d'être reconnue comme véritable malade semble avoir beaucoup d'importance pour vous. J'aimerais comprendre en quoi c'est utile à la guérison.

Sans porter aucun jugement, sans aucune méchanceté. Je me pose des questions quant au "statut de malade", à ce qu'il représente, aux contraintes et aux droits qu'il représente envers la famille, envers les amis, envers le monde du travail.

Je ne dis pas ça pour le trouble borderline en particulier. Mais je suis étonnée car une amie, gravement handicapée de naissance, refuse la cotorep et essaie de vivre "comme tout le monde", cache son handicap...

Je ne porte aucun jugement en terme de "bien" ou de "mal". Je suis convaincue que ce trouble est l'expression psychique d'une souffrance psychique.

J'espère que tu ne vas pas me taper.
Cécile

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 13:26  (GMT)
78. "Non, peinée"
Modifié le 18-06-04 à 13:46  (GMT)

"Relax Pandore, cool, calme, détends-toi."

Impossible, je ne suis pratiquement jamais calme ni détendue, et ça empire à la lecture de tes messages.

"Je pense que ce besoin de reconnaissance part d'une souffrance réelle. Le fait d'être reconnue comme véritable malade semble avoir beaucoup d'importance pour vous. J'aimerais comprendre en quoi c'est utile à la guérison"

Le fait d'être reconnue comme "véritable malade" n'a aucune espèce d'importance pour moi. Très peu de personnes sont au courant que j'ai un problème, aucune personne n'est au courant à mon travail, je n'ai jamais d'arrêt de travail en rapport avec ce problème. Le fait d'être consciente qu'il s'agit d'un trouble est nécessaire pour entamer une démarche de soin, ça me paraît assez simple à comprendre.

En ce qui concerne la question du remboursement, les psychothérapies faites par des psychologues peuvent être remboursées. Elles le sont aussi quand elles sont faites par des psychiatres. Si on fait une psychothérapie dans un centre médico-psychologique, comme je l'ai fait dans le passé, on est pris en charge à 100 %. En ce moment je fais une thérapie familiale dans un centre qui est gratuit. Ce ne sont donc pas les moyens de se soigner qui manquent.

"J'espère que tu ne vas pas me taper"

J'essaie de garder mon énergie pour des actions plus utiles, et en particulier pour aller mieux. Et je n'ai pas envie d'aller en prison, ayant la responsabilité d'une famille.

Par contre, si Pierre, dans un état de rage comme celui où il se trouvait hier, en arrivait à des gestes de violence sur quelqu'un, combien de personnes diraient : "Mais comment se fait-il que personne ne se soit aperçu qu'il allait mal, comment se fait-il que les psys ne l'aient pas repéré, diagnostiqué, soigné, fiché ?" Heureusement, Pierre est en réalité quelqu'un qui a déjà suffisamment progressé pour verbaliser ses émotions plutôt que de passer à l'acte.

Alors encore une fois, je t'en prie, fais attention à ce que tu dis, et à qui tu le dis. La parole, ça engage, ça a des conséquences, il y a des gens derrière l'écran, mais aussi devant.

Pandore

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
18-06-04, 13:45  (GMT)
79. "RE: Non, peinée"
je ne suis pratiquement jamais calme ni détendue, et ça empire à la lecture de tes messages.

Ben faut pas lire, dans ce cas. Tu zappes. C'est aussi simple que ça.

Cécile

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
19-06-04, 19:40  (GMT)
81. "RE: Ras le bol"
Bonjour Cécille,

aujourd'hui je me suis calmé. Le travail c'est la santé. (enfin celà dépend est ce que tu subis ou est ce que tu aimes ton travail)Eh oui!!! J'ai changé d'avis. Moi j'apprécie certain aspects du monde du travail mais je reconnais avoir de gros problèmes relationnels, il y a du pour et du contre. Il ne faut pas encourager les attitudes pessimistes. Ca peut etre interprété comme de la perversité. Meme cinglé les borderlines ne sont pas dupes.
Les neuroleptiques sont importants. Personnellement je n'en prends pas régulièrement mais je peux t'affirmer que le tertian est un des meilleurs médoc que je connaisse. Ca me rassure d'avoir une boite chez moi...au cas ou?
Bien sur sur le coup de la colère on dit n'importe quoi. D'ailleurs l'effexor marche chez moi contrairement à ce que j'ai pu écrire sur mon dernier message. Enfin il marche partiellement...je suis toujours fatigué mais je ne fais plus de cauchamards, je dors correctement, je m'intéresse à ce que je fais, je trouve malgré tout à un interet à la vie. MAis bon je suis fatigué et j'ai toujours des hauts et des bas. C'est pas parfait et je crois à la pillule miracle le 100% et non 60%C'est pour celà que j'aimerais avoir un traitement radical car l'effexor reste un isrsn, c'est à dire un anti-dépresseur léger. Je suis frustré, j'aimerais guérir rapidement, je suis impatient. Je me dis que tous les jours la science, les labo travaillent pour nous.
Je fais confiance en la psychiatrie et je suis en colère lorsque je vois que des individus la représentent sans etre à la hauteur. Je suis exigeant et il ne faut pas que les psychiatre s'en plaignent. J'ai eu l'occasion d'avoir comme clients des médecins et je peux te dire que lorsqu'ils sont mécontents (livraison en retard, erreur d'impression)ils te le font savoir. Ils ont raison. Si j'ai tort j'ai tort.

Cordialement Pierre

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
20-06-04, 04:00  (GMT)
82. "RE: Ras le bol"
Moi je n'ai pas changé d'avis

Cordialement
Cécile

  Retour

nounie (7 messages) Envoyer message email à: nounie Envoyer message privé à: nounie Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-06-04, 20:27  (GMT)
99. "RE: Ras le bol"
bonjour cilloux.
je suis nouvelle sur le forum.
je sais depuis 7 ou 8 mois que je suis borderline.
j'ai vu 3 psy avant qu'on me l'apprenne.
Et le dernier a abuser de ma naiveté, de ma faiblesse, de ma solitude, de mon besoin d'aide etc...
voila pourquoi je ne voit plus personne.
j'ai découvert le site de l'aapel qui présente le trouble de la personnalité limite comme une maladie dont on peu guérir.
Malgré les échecs que j'ai connu avec ces thérapeutes, je cherche a nouveau de l'aide car j'espère m'en sortir un jour.

Alors, ce que je ne comprend pas chez toi, c'est comment tu compte faire pour t'en sortir sans psy?

Si tu as des idées, elles sont les bienvenues. Nottament, comment faire pour imaginer ce que l'on serrait sans ce trouble?


Maintenant, j'ai une autre question:
quel métiers peut faire un borderline?
je suis au chomage depuis deux ans et je n'arrive pas a décider d'une orientation a cause de mon manque de confiance en moi, de mon hypersensibilité, et de mon mal etre avec les gens.
Il existe surement des boulots ou nos défauts pourraient etre des qualités, non?

J'ai des tas de questions a poser. alors si tu veux bien me donner ton avis sur notre maladie commune, je t'en serrai reconnaissante.

bye.
nounie

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-06-04, 22:30  (GMT)
101. "RE: Ras le bol"
Bonsoir Nounie,

Je me permets de répondre à la place de Cilloux, mais je sais qu'elle ne m'en voudra pas

Cilloux n'est pas concernée par un trouble de la personnalité, cela lui serait difficile de t'apporter son témoignage.

"comment tu comptes faire pour t'en sortir sans psy ?"

Cilloux n'étant pas borderline peut très bien s'en sortir sans psy. Par contre une personne borderline a très peu de chance de s'en sortir sans psychothérapie ni médicament (à moins bien entendu de se contenter d'avoir une vie de merde).

"Notamment, comment faire pour imaginer ce que l'on serait sans ce trouble?"

Cela est impossible à imaginer, puisque pour la plupart des personnes borderline le trouble est présent depuis l'enfance. Nous devons faire avec, comme plein d'autres personnes doivent faire avec leurs problèmes de santé ou leurs handicaps.

"quel métiers peut faire un borderline?
je suis au chômage depuis deux ans et je n'arrive pas à décider d'une orientation à cause de mon manque de confiance en moi, de mon hypersensibilité, et de mon mal être avec les gens.
Il existe sûrement des boulots où nos défauts pourraient être des qualités, non ?"

Ta question est très intéressante et pertinente. Je ne sais pas vraiment s'il y a des boulots où nos défauts seraient des qualités. Il me semble que l'hypersensibilité est peut-être une qualité en amitié, ou en amour, mais difficilement au travail...

Mais je sais qu'au travail nous devons effectivement nous préserver du stress, de trop de contacts... C'est bien sûr à toi de chercher ce qui pourrait te convenir, ce n'est pas facile. Sur un autre forum, j'avais un ami qui était bibliothécaire, et qui trouvait que ce travail convenait particulièrement bien aux borders. Pour ma part, je suis secrétaire, et j'aime assez mon travail. Mais dans tout travail il y a une part de stress et de contacts difficile à éviter, et qu'il te faudra donc apprendre à gérer. Cela dit, le chômage aussi est très stressant !

Je te souhaite bon courage dans ton cheminement.

Pandore

  Retour

Aloes (653 messages) Envoyer message email à: Aloes Envoyer message privé à: Aloes Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 15:37  (GMT)
103. "RE: Ras le bol"
Bonjour Pandore et Nounie,

Je me permet juste un petit ajout en ce qui concerne l'hypersensibilité. C'est quelque chose qui peut devenir un moteur quand on s'adonne - soit par métier, soit par loisir - à des activités artistiques. Que ce soit la peinture, la danse, le théatre, l'écriture, la musique... Je crois que c'est une manière assez saine de vivre son hypersensibilité et de lui donner un sens positif dans sa vie. Je me rapelle avoir lu sur un site, que plusieurs personnalités borderlines évoluent bien dans un tel milieu. Mais je trouve un peu délicat de faire des généralités alors que chaque personne est différente. Mais bon, pour certains et certaines ça peut être une solution.

Salutations,

Aloès

  Retour

nounie (7 messages) Envoyer message email à: nounie Envoyer message privé à: nounie Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 17:23  (GMT)
107. "RE: Ras le bol"
Bonjour Aloes.

C'est vrai que l'art est une bonne piste professionnelle pour les personnes sensibles.
Seulement il fait savoir se battre pour vivre de sa passion.
En avons nous la force?

Je souhaite trouver des témoignages de personnes qui se sont sorties du trouble borderline.
Ca existe?

et je voudrais savoir si l'on peu parler de soi afin d'avoir des conseils, sur un forum de ce type?

A bientot.

Nounie

  Retour

nounie (7 messages) Envoyer message email à: nounie Envoyer message privé à: nounie Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 17:14  (GMT)
106. "RE: Ras le bol"
Bonjour pandore
C'est étrange de renconter des gens qui semblent avoir les memes troubles que soit.
D'un coté, j'éprouve un soulagement immense, je me dis qu'il y a sur terre des gens qui peuvent vraiment me comprendre et ressentir ce que je ressent (en gros)
d'un autre coté, hier, en lisant tout plein d'info sur l'état limite, je n'arrivais plus a respirer calmement.

A ton avis, les borderlines ont ils un probleme relationnel ou sont ils tres sociables? Ce point est contredit toutes les trois lignes sur internet.

Et puis, il parrait que nous sommes colériques, "dangereux". Quest-ce que ça veux dire?*
Moi au contraire -bien qu'il ne faille pas me pousser a bout- on m'a surnommée Nunucheland!

Est-ce que toi tu ressent le coté "enfant"? et comment se traduit il?

Nounie

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
02-03-04, 07:49  (GMT)
31. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour Niko,

Tu dis :
>Je n'arrive pas à croire il y a à peine un
>mois que ce problème pouvait se guérir, je retourne présentement
>dans le même pattern,

Je crois que tu es véritablement dans un processus de guérison. Seulement, la guérison n'est pas un processus linéaire. C'est une remontée lente, mais avec des hauts et des bas à l'intérieur de cette remontée, une sorte de remontée continue en "dents de scie". C'est normal qu'en cas de petite "redescente", tu te sentes un peu découragé.

>sauf que là les tentatives de
>suicides sont rendues impossibles pour moi, maintenant, je suis trop
>làche,

Ne crois-tu pas que les tentatives de suicide te sont rendues impossibles tout simplement parce que tu vas un peu mieux ? Tu n'es pas devenu lâche, au contraire. Tu commence à ressentir l'attrait de la vie, la présence de tes enfants, toutes choses qui font qu'on se sent mieux.

>il faudrait que je quitte ma résidence pour aller
>je ne sais ou, au moins il y a une
>chose, je ne partirais pas présentement sans me préparer! J'avais
>une profondeur spirituelle que m'aidait, et là cette profondeur, je
>n'y suis plus!

La guérison n'est pas une chose facile. Ceux qui croient cela sont ceux qui n'ont jamais souffert d'une maladie psychique, et qui appliquent le "modèle" de la maladie physique à la maladie mentale. Guérir est une souffrance, ça fait peur. La maladie, tu la connais, tu as toujours vécu avec, elle t'a permis de "contourner" tes angoisses. La pensée de la mort : c'était une aide. Maintenant tu as à affronter le mieux-être : c'est l'inconnu. L'être humain est un peu bizarre, il préfère ce qu'il connaît déjà, même si c'est une souffrance, plutôt que l'inconnu. D'où l'envie que tu as parfois d'"être ailleurs".

Comme je te l'ai dit, tu peux aller trouver des témoignages, du réconfort et de l'aide sur le site de "TPL en projection" dont je t'ai donné les coordonnées dans le précédent message. Il y a un forum, et des chats organisés par Boebey (Robert Labrosse). C'est vraiment très intéressant et pragmatique. Tu pourras te rendre compte que les autres membres du forum sont aussi passés par les mêmes inquiétudes et questionnements que ceux dans lesquels tu te trouves en ce moment.

Ne t'inquiète pas, bientôt tu pourras ressentir tout ce qui est positif dans le fait d'aller mieux, ça va se faire petit à petit, naturellement.

A bientôt, bon courage à toi.

Pandore

  Retour

lolorachel (5 messages) Envoyer message email à: lolorachel Envoyer message privé à: lolorachel Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
03-03-04, 03:08  (GMT)
32. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonsoir Pandore!

Je voudrais d'abord m'excuser auprès du forum,non c'est vrai, ce n'est pas un site pour l'aide thérapeutique! Mais j'avoue qu'après avoir lu ta réponse Pandore, cela m'a beaucoup soulagé! Déjà que quelqu'un ait pris le temps de me répondre,c'est énorme merci beaucoup!

Hier,je ne cherchais qu'une écoute, et je l'aie eu, je sais très bien que pour une écoute directe, c'est mon médecin, mais là, j'ai eu plus je pouvais en espérer. Mon thérapeute n'a pas eu cette maladie,il n'y a pas mieux je crois qu'une personne qui vit ou a déjà vécu cette expérience!
Ce que j'ai fait hier, c'est de me libérer de mes pensées négatives.Rien de plus, et j'ai eu plus que j'en demandait! Une écoute à ma souffrance.

J'ai eu un appel aujourd'hui que j'attendait depuis longtemps, un ancien amoureux, et surtout un amitié très scincère, et depuis que je l'aie quitté il y a bientôt 3 ans, j'ai appris à le connaître et à l'aimer, parce que je suis allée rester avec lui seulement après 1 mois de connaissance alors, quelle conclusion ça allait donné! Ça n'a pas fonctionné, maintenant nous remettons toutes nos expériences ensemble et réunissons nos forces parce que nous avons des problèmes en commun!


Je surveille ton feed-back si tu as le temps bien sûr!

Niko et encore merci!

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
11-05-04, 11:13  (GMT)
47. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour à tous,

"TPL en projection" a mis en ligne une page intéressante et synthétique sur le trouble de personnalité borderline, ou trouble de personnalité limite.

Voilà le lien :

http://groups.msn.com/TPLenprojection/ressalternative.msnw?action=get_message&mview=0&ID_Message=14249&LastModified=4675471685147345288&all_topics=1

Cordialement,

Pandore

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-06-04, 18:46  (GMT)
88. "C'est le bouquet !!!"
Bonjour Pandore,

j'ai vu aujourd'hui mon nouveau psy. La scéance s'est bien passée mais alors bonjour la douloureuse!!! 65€ la scéance !!! Je ne savais pas qu'il était honoraire libre.
La médecin m'a acceuilli souriant sans etre excessif. Il m'a questionné sur ma situation familiale. Et surprise !!! Lorsque je lui ai parlé de mes médocs il m'a dit que j'étais trop dosé...que c'est probablement à cause de celà que j'ai des problèmes de concentration et non à cause de la dépression. Je lui ai parlé de l'anafranil: il m'a dit que je n'en avais pas besoin: qu'il ne voyait pas de trouble de la personnalité ni meme de symptome dépressif grave, que le mélange vivalan + effexor était aberrant.
Je suis très décu parce qu'il ne m'a vraiment pas convaincu. Avec 3 hospitalisations, un diagnostic borderline d'un médecin spécialiste du sommeil, un autre un jeune psy interne à l'hopital diagnostique
un début de schizophrénie, un autre chef de service à l'hopital de Lagny me megarde d'un air embarrassé en me disant qu'il n'était pas sur que je sois conscient de mes actes... il y comme meme pas mal de présomptioms.
Puis le prix 65€!!! 65 € !!! je suis suffoqué, abassourdi par un tel culot...J'estime que lorsque qu'un jeune au revenu modeste fait la démarche d'aller consulter, le médecin se doit d'un point de vue éthique faire payer le tarif conventionné, surtout si il s'agit juste d'une prise de contact. Je pense qu'on peut raisonnablement admettre ce point de vue. Mon père est du meme avis et il n'a rien d'un affreux gauchiste bien au contraire !!!
Alors j'ai ri en regardant le tarif 65 € !!! 65 € !!! 65 !!! Vaut mieux en rire qu'en pleurer!!! D'autant plus que je n'aime pas raller surtout lorqu'il s'agit de prix je trouve que celà fait vulgaire limite ralleur de comptoir et ce n'est pas mon genre...Enfin bon je ne suis pas près de le revoir celui là!!! Là prochaine fois je demanderais l'addition avant !!!Cependant pour preuve que je ne suis pas un fou dangereux limite serial killer "un borderlinekiller!!!" je ne me suis pas mis en colère malgré son prix. Comme quoi juste un sourire ca évite beaucoup de chose...
A l'avanir je me renseignerais sur son prix, c'est bien fait pour ma poire. C'est ce que me dit un tès bon ami juste à coté au moment ou je t'écris. A t il vraiment tort? Sui je vraiment le dindon de la farce? le plumé le carroté de service?

Amicalement Pierre

  Retour

Cafe_Sante (8965 messages) Envoyer message email à: Cafe_Sante Envoyer message privé à: Cafe_Sante Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-06-04, 21:12  (GMT)
89. "RE: C'est le bouquet !!!"
Bonsoir,

>A t il vraiment tort? Sui je vraiment le
>dindon de la farce? le plumé le carroté de service?

Il est légalement obligatoire d'afficher les prix de nos actes les plus courants bien en vue dans la salle d'attente (ou ailleurs). Je trouve totalement scandaleux que le prix ne soit pas connu avant la consultation.

Philippe,
médecin à la campagne

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
22-06-04, 21:26  (GMT)
90. "RE: C'est le bouquet !!! (missaire)"
Modifié le 22-06-04 à 21:42  (GMT)

Bonsoir Pierre et Philippe,

Mon psychiatre pratique aussi les honoraires libres, et ses tarifs ne sont pas affichés dans la salle d'attente ni ailleurs, parce que ce ne sont pas les mêmes tarifs suivant les patients.

Il en est ainsi actuellement de nombreux médecins (et dentistes, et chirurgiens...). Ils commencent par vous demander si vous avez une ou des mutuelles, si vous êtes bien remboursé, et ensuite vous annoncent leur tarif.

Que ce soit scandaleux ou pas, je ne sais pas. Mais c'est ainsi, c'est la réalité, en tout cas à Paris (je ne connais pas la situation à la campagne, sûrement que là-bas l'herbe est plus verte...). Et pour ce qui concerne les psychiatres, étant tous débordés de patients, ça m'étonnerait beaucoup que leurs tarifs aillent en diminuant.

Cela dit, personnellement ça ne me gêne pas de payer cher* mon psychiatre qui a fait plus de 10 ans d'études supérieures et a une grosse responsabilité dans mon devenir, vu ce que je lâche à chaque rendez-vous chez ma coiffeuse sans être remboursée (et je vous parle pas du prix des abricots et des cerises cette année, c'est un vrai scandale !).

Amitiés,

Pandore

* cela dit je paye moins cher que toi, Pierre.

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
23-06-04, 20:23  (GMT)
94. "RE: C'est le bouquet !!!"
Bonjour Docteur,

je ne sais plus qui croire. Le psy d'hier m'a dit que je prenais trop de médoc et que c'est pour celà que je suis fatigué. Pourtant je me suis renseigné et l'effexor est plutot un AD excitant. En plus bien qu'il soit sympathique je lui fait moyennement confiance; il a tout de meme trouver judicieux de me dire que je n'étais ni dépressif ni borderline sans vraiment me connaitre et malgré tous les précédents.
En faite je ne sais pas si ma fatigue chronique est du au médoc ou à mes problèmes psychiques. Je reprends bientot le travail. Je dois etre en forme et j'ai l'impression que ce n'est pas gagné?
J'ai eu l'occasion de faire des essais mais les conclusions sont contradictoires.
Une fois j'ai arrété l'athymil et là gros coup de bard, cauchemards durant le sevrage puis 3 semaines plus tard je me sentais beaucoup mieux, moins fatigué. L'athymil était réellement responsable de ma fatigue ainsi que des douleurs que je ressentais au niveau de certaines articulations des doights et du dos.
Avec le zoloft je me sentais toujours fatigué pas autant qu'avec l'athymil mais tout de meme un peu ramolo...J'ai fait un test. J'ai arrété le traitement et là patatra apparition de cauchamards fatigue extrème somnolence diurne... Je me suis dit que ca devait etre le sevrage comme pour l'athymil sauf que 1 mois et demi après j'avais l'impression que les symptomes empiraient. J'étais maintenant aggressif en plus d'etre creuvé.
J'ai repris un AD l'effexor et j'ai retrouvé un sacré tonus durant 3 semaines environ puis maintenant c'est coussi coussa... Dois je diminuer l'effexor comme me le conseille le psy d'hier en espérant obtenie le meme phénomène qu' avec l'athymil? Officiellement je prends 4 effexor LP 37.5 répartis dans la journée, parfois je monte à 6 comprimés (je sais que l'on peut aller jusqu'à cette dose)

Cordialement Pierre

  Retour

Aloes (653 messages) Envoyer message email à: Aloes Envoyer message privé à: Aloes Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-06-04, 15:08  (GMT)
98. "RE: C'est le bouquet !!!"
Bonjour Pierre,

Je vois une chose dans vos propos et questionnements au sujet de la conduite à tenir en ce qui concerne votre traitement. Le danger de changer souvent de spécialiste, de consulter plusieurs spécialistes à la fois, c'est l'éparpillement. Chacun d'eux fonctionne différemment, essaie ceci ou cela en premier lieu, ce qui fait que le patient reçoit des informations diverses et ne sait plus quoi faire.

C'est pour cela qu'il est important d'en trouver un et un seul qui nous convienne, car c'est souvent avec le temps, au fil des rencontres qui se multiplient que le médecin finit par bien nous connaître et avoir une vision globale de qui nous sommes, de nos difficultés, nos manières de fonctionner. Nous connaissant mieux, et bien, alors il ajuste son traitement initial au fur et à mesure. Autrement on tombe vite dans la confusion, on se met à douter de ce que l'un nous as suggérer, de ce que l'autre nous dit, etc.

Aussi, ne vous prenez pas trop la tête avec les diagnostiques. Ceux-ci ne sont qu'un guide de base pour les médecins, souvent ils changent en cours de route. L'important c'est de cheminer, de voir une diminution de notre souffrance, une amélioration de notre fonctionnement. Cela se fait souvent petit à petit, les solutions miraculeuses n'existant pas.

Bien à vous,

Aloès

  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
24-06-04, 22:20  (GMT)
100. "docteur .... "
Je ne sais pas si répondre ici aujourd'hui c encore me reconnaître ou me soumettre à ce diagnostic... Mais oui je me reconnais dans tes lignes, bien plus que ça mdr .... encore aujourd'hui, mais j'ai une haine contre ces psy d'hopitaux, je suis suivis par un gransd monsieur parait il !! un scientifique spécialisée d'en le trouble de la personnalitée limite !! Je le vois une fois par mois ce grand monsieur, un ptit quart d'heure me file mon ordonnance, alors c cool, jdeale avec lui, c un grand monsieur c toubib, il reçoit en plusieurs langues, sacré réputation lol... seulement je sors de là encore plus malade, jperds 12 kg entre deux rendez vous, il s'en apperçoit même pas, jlui parle d'une autre moi qui s'acharne toujours contre elle, oui, et gravement, mais c normal qu'il dit, bref, il en a rien à foutre, où peux t on s'adresser en France en cas d'ultime urgence hormis les urgences psys ??? au C.M.P ?? nana, fo prendre rendez vous, 2 mois d'attente c normal bref, gueule, gueule, je ne suis même pas sure d'avoir bien été diagnostiquer ... Lui il était sure de lui, d'alleurs je l'ai rencontré pour ça, une reconfirmation de diagnostic, en un quart d'heure ct fait, gt borderline !!!
bref, on a évoquer pour moi la psychose mianaco- dépressive, s'il vous plait docteur, pouvez vous m'expliquer, les grands traits différencents c deux thermes là, PMD ET BORDERLINE, j'ai lu sur aapel, connais bien aapel... Mais comprends pas, puis il y a les bipolaires, ls cycles mixtes, c trop.. alors c quoi là différence entre PMD ET BORDERLINE ??
merci, clhhara
  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 14:47  (GMT)
102. "TON PSY EST COMPETENT"
Bonjour clhaara,

tu n'aimes pas les psy, je te comprends ils ne sont pas toujours sympathiques et puis très souvent les diagnostics changent en fonction à qui tu t'adresses. Cependant je pense que tu devrais faire confiance au psy que tu voie à l'hopital. Ce n'est pas pour rien que l'on a bonne réputation surtout dans le domaine du psy. J'ai été amené à renconter une fois un chef de service à l'hopital de Lagny, un type très franc mais aussi très humain. Crois moi aucun "trou du cul" ne devient chef de service par l'opération du ST Esprit. C'est le seul avec qui j'ai un peu avancé. Aujourd'hui je recherche un psy compétent et lui je n'ose pas le revoir parce qu'une fois je n'ai pas été à l'un de ces rendez vous sans le prévenir. J'ai honte et je n'oserais meme pas lui demander de me reprendre, je m'en mords les doights...
Ton médecin doit probablement s'interesser à la recherche, peut etre qu'il enseigne. Ce sont des gens passionnants. Ne te fit pas à son appareance peut etre un peu froide...des gens comme celà n'ont pas le temps d'etre mesquin.
Là ou il faut te méfier c'est les psychanistes de bas étage qui prennent 60€ la consultation, qui se refusent à donner des médocs (comme celà tu es malade plus longtemps et bien sur tu bankes régulièrement!! A la belle affaire!!!), qui te disent qu'il va falloir que tu fasses à long travail sur toi, que tu dois avoir une vie saine (connaissez vous l'osthéopathie? je vais vous envoyer chez une collègue osthéopathe... 70€ OUAH !!! Alors là tu vas voir l'osthéopathe, tu regardes cette pétasse et là tu te dis qu'elle a le tarif d'une putain...) Ah oui!!! et ce n'est pas tout, ils se prennent souvent pour la cuisse de Jupiter. Il écrivent des bouquins qu'ils sont bien les seuls à lire du genre et j'imagine: "LA FIN DU SEXUEL" ou encore "L IMPOSSIBLE ANALYSE" tu peux avoir encore plus pompeux..."CONFLITS SOCIAUX GUERRE / L ANALYSE , VECTEUR DU PROGRES..."
Une dernière chose concernant les urgences psy tu peux faire venir chez toi un psy d'urgence. Il faut appeler SOS PSYCHIATRIE je crois. REnseigne toi.


Cordialement Pierre

  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-06-04, 09:28  (GMT)
114. "RE: TON PSY EST COMPETENT"
mon psy est compétent, domage parce que je l'ai laissé continuer sans moi... J'en cherche un autre, enfin jamais évident.. Mais delà à dire qu'il est compétent j'en sais rien... 12kh en moins ça se voit, ça effrait mon entourage, pas une question du type, "et au niveau alimentation ??" pas de prise de tension... rien... Non mais j'avais remarqué depuis lontemps qu'il ne se souvenait pas de moi lors de nos rendez vous.. il me demander à chaques fois si j'habitais tjs au 17 rue.... alors que cela faisait 3 fois que lui disais que non c'étais mon adresse officielle ça, que je vivais dans un hotel meublée... puis chaque fois "alors avec votre petit ami?", ben merde une fois jme suis énervé, "ben ça fait 5 fois que je vous dis que j'en ai pas...".. Si il me parlait de ces contrats pharmaceutiques et me proposait d'essayer une formule qu'il avait pour un seul de ces patients.. oui d'accords, ça va le cobaye jl'ai assez jouer comme ça... Non cela peut être un médecin de qualité, seulement je pense pour les gens qui ont été hospitalisée dans son unitée.. moi j'ai été pistonné pour le rencontrer, c pas chez lui kj'ai dormit.. ben moi je serais toi, je n'aurais pas honte à retourner voir mon toubib même si je l'avais planté, d'ailleurs ça m'est arrivée plus d'une fois, et ben ils le savent hein, borderline =instabilitée... Tu peux t'escuser, tu demandes à lui parler pas à sa secrétaire s'il en a une, puis tu t'excuses, et tu reprends vite rendez vous si c un bon...
  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-06-04, 10:09  (GMT)
116. "RE: TON PSY EST COMPETENT"
Bonjour à tous,

>ben moi je serais toi, je
>n'aurais pas honte à retourner voir mon toubib même si
>je l'avais planté, d'ailleurs ça m'est arrivée plus d'une fois,
>et ben ils le savent hein, borderline = instabilité... Tu peux
>t'excuser, tu demandes à lui parler pas à sa secrétaire
>s'il en a une, puis tu t'excuses, et tu reprends
>vite rendez vous si c un bon...

Je suis 100 % d'accord avec toi, Clhhara. Pierre, si tu considères maintenant, avec le recul, que ce psy te convenait, il ne faut pas hésiter à retourner le voir.

Le "plantage de psy" est monnaie courante chez les border (et sûrement pour les autres pathologies aussi), les border préfèrent souvent planter qu'être plantés... mais pourquoi un psy en voudrait à son patient d'avoir les symptômes de la maladie pour laquelle il vient le consulter ?

Le psy qui me fait avancer en ce moment est le même que j'avais délaissé quelques années avant parce que je lui reprochais... de me faire trop avancer, trop vite, trop brutalement... Et puis après j'ai réfléchi (plusieurs années), j'ai laissé passer du temps, je me suis calmée... et j'ai repris rendez-vous. J'ai été très étonnée et gênée qu'il se souvienne de moi, et bien évidemment, s'il ne s'était pas souvenu de moi, j'en aurais été extrêment triste, vexée et furibarde... Eh oui, on est comme ça, nous autres !

Qu'est-ce que tu préfères, toi, qu'il se souvienne de toi ou qu'il ne s'en souvienne pas ?

Amitiés,

Pandore

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 15:44  (GMT)
104. "RE: C'est le bouquet !!!"
Bonjour Aloes,

tout d'abord je te présente toutes mes escuses pour mon dernier message un peu tendu. IL faut dire le tien était pas mal aussi... Enfin bon.
Tu as raison je risque l'éparpillement. En faite je me demande si je ne vais pas continuer avec le psy que j'ai rencontré l'autre jour parce que le prix est finalement abordable. Il semblerait que ma mutuelle complète ce qui n'est pas remboursé par la sécu. Ca reste à voir...
Cependant il faut bien reconnaitre que toutes ces hésitations de diagnostics posent des problèmes en terme de crédibilité vis à vis du corps médical. L'important est de voir notre souffrance diminuer. Certe... Mais un diagnostic psychiatrique ne doit pas etre pris à la légère. Il conditionne très souvent tes relations avec autrui, ton niveau d'autonomie et meme éventuellement ta responsabilité pénale. Tu ne dirais pas la meme chose si tu allais voir un médecin pour un mal de tete épouvantable. L'un diagnostique un sida l'autre un cancer du cerveau un autre encore une simple migraine. Personnellemnt dans ce cas savoir exactement ce que j'ai serait tout aussi important que la diminution de mes maux.

Amicalement Pierre

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 15:59  (GMT)
105. "Hypersensibilité et travail"
Bonjour Aloès,

As-tu passé une bonne Saint Jean ?

"Je me permets juste un petit ajout en ce qui concerne l'hypersensibilité. C'est quelque chose qui peut devenir un moteur quand on s'adonne - soit par métier, soit par loisir - à des activités artistiques."

Oui, oui bien sûr que je suis d'accord avec toi. Mais là on parlait de trouver un travail. Bien sûr que l'hypersensibilité, on peut s'en servir dans des activités artistiques (moi-même je dessine), mais ça reste quand même pour la plupart des gens un loisir. Dans le travail, je trouve que l'hypersensibilité n'est pas toujours facile à valoriser, en tout cas dans les boulots les plus courants... Comment trouver des stratégies pour gérer au mieux l'émotivité, la colère, etc., dans le travail ?

A bientôt,

Pandore

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 21:48  (GMT)
112. "RE: Hypersensibilité et travail"
Coucou PAndore,

je suis un peu du meme avis que toi concernant l'hypersensibilité au travail. Le monde de l'entreprise demande à ce que les gens aient les pieds sur terre.

Il n'y pas d'espace pour les originaux et les hypersensibles comme les borderlines. Si tu affiches trop ta différence celà peut apparaitre comme une forme de snobisme, de rejet du groupe...Nous pouvons le regretter mais hélas c'est comme ca

La stratégie a adopter c'est de rester finalement très superficiel dans les relations que tu as avec tes collègues(ca évite les situations passionnels de quelques nature quel soit: colère, amitié) , en dire bien sur le moins possible sur soi, ne pas faire de vagues, essayer de se mettre le moins possible de personnes à dos.
IL ne faut pas non plus chercher à tout prix la sympathie de l'autre surtout si ils t'affichent clairement leur hostilité, faire un excés de zèle qui ne soit pas naturel, se forcer à aller à des restaurants avec des gens qui ne t'aimeraient pas. Le risque c'est qu'ils puissent penser que tu as peur d'eux. Moi un moment pour me faire bien voir je n'hénisitais pas à rester un plus longtemps, à rendre service alors que j'avais terminé ma journéé. Aujourd'hui j'ai compris que cette stratégie est du pire effet. Il ne faut surtout pas faire de zèle.
Un fois mon petit chef a tenté de m'enquiquiner sosu divers prétextes falacieux, je me suis contenté de me justifier par non + sujet +verbe +complément le tout de la manière la plus inexpressive le plus calme possible. Finalement il s'est encore plus énervé...et il s'est discrédité vis à vis de son adjoint. C'était le but de l'opération. Les plus forts sont ceux qui d'une manière générale camoufle leur émotions. Le sport, divers activité artistique peuvent comme le sous entend Aloes canaliser cette émotivité servir en quelques sorte de défouloir...

Celà étant dit si je pense avoir trouver en théorie la stratégie a adopté en pratique c'est plus corsé!!!
La seule chose que je me dis lorsque je fais l'objet d'attaques c'est de toujours rester calme afin de ne pas tomber dans le piège du harcelleur. Le calme c'est ce qui le tue le désarme plus.

Amicalement Pierre

  Retour

nounie (7 messages) Envoyer message email à: nounie Envoyer message privé à: nounie Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 17:29  (GMT)
108. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour clhhara.

Ton message du 16 04 03 m'étonne.
C'est vrai que le trouble borderline est génant, mais il me serrait insuportable d'etre traitée d'handicapée ou de folle.
Cela dit, peut etre ai-je tord?
d'apres les réponses que tu as recues, croix tu qu'il serrai bien que nous soyons considéré comme tel?
Ne pense tyu pas que ce serrait nous donner une excuse pour ne plus nous battre?

Amicalement

nounie

  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-06-04, 09:40  (GMT)
115. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
AH ouaih ben pas moi... je t'assure.. M'ont pris deux ans de ma vie, à me dire que j'étais capable de travailler, alors que j'étais enfermée... et ben qu'on me prenne pour une handicapée ou une folle, moi ça m'est égal..
Arrettez de nous battre contre quoi ?? moi jme bats tous les jours contre moi même, afin d'essayer de ne pas me faire mal, d'esquiver l'autodestruction, la drogue, et tous le taintouin qui va avec.. ben je n'arrive pas à bocer, à entrer dans une entreprises, à m'adapter aux personnels, je n'y arrive pas.. J'ai essayé, pas faute de le dire... Depuis que j'ai 16 ans.. Faute ou pas, j'ai rencontrée l'argent facile, pour une femme il rime soit dit avec autodestruction... Je ne pourrais m'installer derrière une caisse, pendant 7 heures, et toucher 7 € de l'heure... Je n'y arrive pas, c'est l'horreur pour moi de bocer avec d'autres... Ah ben jsuis commédienne et caméraman ça c la belle affaire, pas beaucoups de boulots, oui, mais ça ça me plait... ben moi la demande d'allocation handicapée est partie en Décembre, je ne suis pas sure du tout de l'obtenir, mais je t'assure que si c'était le cas, ça m'handicaperait pas plus... Ca me permettrait d'être beaucoups moins angoissée, de ne pas me détruire pour avoir du fric, puisque j'en suis incapable autrement... bref, jpense pas que cela changerait mon combat quotidien à me battre contre moi même, contre toutes automutilations quelques soit le genre, non vraiment pas....
  Retour

nounie (7 messages) Envoyer message email à: nounie Envoyer message privé à: nounie Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 18:24  (GMT)
109. "comment faire confiance a un psy?"
d'avoir découvert tant d'info et de témoignages sur le trouble borderline m'a poussé a retourné chercher de l'aide aupres d'un psy.
c'est vrai que le zoloft ça suffit pas a me faire aller mieu.

J'ai beaucoup besoin de parler, et personne pour le faire.
Alors, est-ce que vous m'otorisez a partager une expérience que j'ai vécue, avec vous?

Voila, apres avoir vu deux psy complètements indifférents a moi (le deuxieme m'a conseiller de partir a l'étranger pour oublier mes problemes!), j'ai rencontré un medecin qui m'a proposé de m'aidé gratuitement.
n'ayant pas beaucoup d'argent a l'époque, je n'ai pas eut de mal a accepté.
C'était soi disant une pratique habituelle chez lui.
c'est apres qu'il a profité de mon transfere pour me séduire.
j'étais tellement sensible, tellement touchée qu'il s'interresse a moi , qu'il ne lui a pas été dur de me manipulée.
Par la suite il a exercé un chantage: une relation "sentimentale" une fois par semaine minimum + argent contre des scéances de thérapie et d'hypnose

j'ai au bout d'un an rencontré un jeune homme. je lui ai raconté cela , ça l'a horrifié.
Il ne veu pas d'une copine "a problemes psychologiques".
Alors j'ai continué a voir ce médecin pour l'aide thérapeutique, afin de devenir "une fille saine et sans problemes" a ses yeux.
Il l'a appris.
Vous imaginez la suite.
Ca fait 6 mois, je le voi toujours un peu
je veu m'en sortir et avoir une relation saine et heureuse avec cet homme, que j'aime.

je m'arrete là pour le résumé.

Ma question, c'est comment retrouver ma dignité?
Comment retrouver confiance dans tous ces gens qui m'abusent?
Comment trouver quelqu'un qui m'aide vraiment?
Parlez vous de vos problemes avec votre entourage ou tentez vous de disimuler pour ne pas les déranger?
n'a ton le droit que d'avoir un psy pour parler de soit?

Je sais que ce n'ai pas ici que je doit chercher l'aide la plus constructive, cependant, si quelques uns d'entre vous ont des conseils a me donner, ou si vous avez vécu des choses similaires, j'aimerai que vous m'aidiez a dédramatiser.

Merci d'avance.

nounie

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-06-04, 19:05  (GMT)
117. "Comment progresser ?"
Bonsoir Nounie,

"j'aimerais que vous m'aidiez a dédramatiser"

Je ne crois pas que "dédramatiser" soit une bonne solution pour s'en sortir. Quand la situation n'est guère brillante, mieux vaut regarder les choses en face et chercher des moyens d'améliorer son sort.

"d'avoir découvert tant d'info et de témoignages sur le trouble borderline m'a poussé a retourné chercher de l'aide aupres d'un psy"

Aller chercher de l'aide n'est peut-être pas suffisant. Pour mener à bien la tâche qui consiste à progresser, nous devons être actifs dans ce processus, et motivés (souvent on est motivé quand on a d'abord touché le fond). Pour comparer avec une maladie physique, cela ressemblerait plus à de la rééducation après un grave accident qu'au traitement passif d'une maladie infectieuse.

"Par la suite il a exercé un chantage : une relation "sentimentale" une fois par semaine minimum + argent contre des scéances de thérapie et d'hypnose"

Tu étais libre d'accepter ou non ce deal. La première étape pour progresser est de prendre conscience que nous sommes responsables de nous-mêmes, de nos actes, de nos choix.

"Ma question, c'est comment retrouver ma dignité ?"

Sûrement en abandonnant la position de victime et en entrant dans un processus actif de changement.

"Comment retrouver confiance dans tous ces gens qui m'abusent ?"

Tu n'as pas à avoir confiance en des gens qui t'abusent. Et dans l'exemple que tu cites, tu t'es abusée toi-même. Une thérapie gratuite n'existe pas. Même si tu vas dans un dispensaire et que tu n'avances pas l'argent, c'est la sécurité sociale qui paye. C'est aussi pour cela que nous devons travailler en thérapie et ne pas gaspiller l'argent que la collectivité dépense pour nous.

"Comment trouver quelqu'un qui m'aide vraiment ?"

Un psychiatre fera l'affaire, il suffit de demander à ton médecin généraliste de t'en indiquer un.

"Parlez vous de vos problemes avec votre entourage ou tentez vous
de disimuler pour ne pas les déranger ? n'a ton le droit que d'avoir un psy pour parler de soi ?"

Il y a des choses dont on parle avec les amis et la familles. D'autres choses dont on parle au bureau. Et chez le psy, on parle effectivement de soi, mais c'est dans le but de sortir les choses douloureuses, de prendre conscience de nos manières de fonctionner pour les changer, et de clarifier nos pensées. Il semble que tu aies beaucoup de travail à faire pour démêler tout ça. Alors je te souhaite du courage, de la persévérance et de la motivation pour le faire.

Cordialement,

Pandore

  Retour

nounie (7 messages) Envoyer message email à: nounie Envoyer message privé à: nounie Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 18:33  (GMT)
110. "a ceux qui sont trops seuls ou déprimés"

Petite astuce perso pour si ça va pas...


Voici ce que j'ai fait lors d'une période de grande détresse:
j'ai adopté un lapin.
Penser a lui, l'apprivoiser, m'en occuper, l'aimer et le voir m'aimer plus jour apres jours, pouvoir le toucher, le carresser, recevoir et donner de la tendresse, ça m'a beaucoup aidée

Moralité:
Quand dans ta vie ça ne va pas,
Prends un lapin dans tes bras!

(ou autre animal)

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 22:10  (GMT)
113. "COURAGE NOUNIE"
Bonjour Nounie,

je trouve tes messages émouvants. Je n'ai pas le temps de délayer ma réponse mais concernant l'animal c'est vrai qu'un lapin ca peut etre sympa lorsque tu ne vas pas bien.
Mais un chat c'est encore mieux ca ronronne et ca apaise. C'est scientifiquement prouvé, le ronronnement du chat exerce un effet anxiolitique. Oui OUi !!! Je ne plaisante pas.

Cordialement Amicalement Affectueusement ... enfin peut etre toute ma sympathie.

(je ne sais pas quoi mettre à la suite de tes messages)

Pierre

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-06-04, 19:24  (GMT)
119. "Chat anxiolytique"
Bonjour Pierre,

"le ronronnement du chat exerce un effet anxiolytique"

Tu as raison ! J'ai trouvé le site de la ronronthérapie ! :

http://www.effervesciences.com/s_sites/ronron/index.htm

On peut même s'acheter un CD de ronronnements si on n'a pas de chat !

Amitiés,

Pandore

  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
25-06-04, 21:43  (GMT)
111. "TPL en Projection"
TPL en Projection

http://www.personnalitelimite.org

Portail sur le trouble de personnalité limite (borderline), s'adressant au grand public, aux professionnels et étudiants de la santé.

Depuis le 31 décembre 2001, Robert Labrosse, utilisateur de service et pair aidant bénévole, se consacre à l’entraide et à la sensibilisation en répondant aux demandes d’information de références ou/et d’aide via le courrier électronique et les groupes de soutien, qui sont rattaché au site Internet de TPL en Projection qu’il a conçu en cours de thérapie.

TPL en Projection adhère à la philosophie du changement proposée dans le livre : " Je réinvente ma vie ", J.E. Young et J.S. Klosko, Les éditions de l'Homme, afin de favoriser le développement personnel des membres qui participent aux groupes de soutien.

Aussi, grâce à l’appui de la Clinique Le Faubourg Saint-Jean, de Québec, clinique sur-spécialisée pour le traitement du trouble de personnalité limite, TPL en Projection est en droit de diffuser :

- les conférences du Dr Évens Villeneuve, psychiatre, qui s’adressent au grand public;
- les notes théoriques des ateliers psycho-éducatifs, qui s’adressent aux personnes au prise avec le trouble de personnalité limite;
- ainsi que des documents de formation qui s’adressent aux intervenants.

Robert Labrosse a aussi fondé un groupe d’entraide dans l’outaouais, animé trois conférences dans le cadre de la Semaine de la santé mentale et de la Semaine de prévention du suicide en collaboration avec CAP Santé Outaouais (Hull) et Le Contrevent (Lévis). Il est membre associé du Centre d’entraide Émotions, membre de La Boussole et de l’Association Québécoise de la Réadaptation Psychosociale, à Québec.

Un site à découvrir !

  Retour

risperdaleux (10 messages) Envoyer message email à: risperdaleux Envoyer message privé à: risperdaleux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-06-04, 19:24  (GMT)
118. "RE: TPL en Projection"
Je voulais seulement dire que j'adore les interventions du psychiatre, c'est vraiment génial... l'instance surmoïque apparaissant dans cette exhubérance éjaculatoire et protéiforme du principe de plaisir des psychotiques. La petite photo pour montrer l'existence charnelle du psychiatre, le principe de réalité scanné et le sourire en prime. SUBLIME.

  Retour

nausicaa (3 messages) Envoyer message email à: nausicaa Envoyer message privé à: nausicaa Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
26-06-04, 23:24  (GMT)
120. "RE: TPL en Projection"
Bonjour,

Psychiatre? ah bon?....

***************************************************************************

Je cherchais des témoignages de personnes souffrant d'état limite pour m'aider à comprendre et peut-être aider mon compagnon qui vient d'être diagnostiqué et je suis tout à fait étonnée par ce que j'ai pu lire ici. Non pas des questions qui s'y posent mais des "réponses" qui y sont données et de certains propos calomnieux qui ne devraient pas s'y trouver..
Pandore (qui est-ce donc?)m'apparaît comme la grande prêtresse des borders : elle conseille, dirige et admoneste avec la certitude de son omnipotence et la bénédiction du médecin conseiller qui (je l'ai lu quelque part) s'en remet à son "jugement"...intéressant...mais surprenant!
Je suis non-border et sans aucun trouble mental d'aucune sorte, et de par ce que je sais de cette maladie sur la théorie et de mon vécu au qotidien, je ne crois pas que Pandore, elle-même en souffrance, soit la personne la plus stable, la plus objective et la mieux placée, somme toute, pour orienter les autres..Mais bien entendu cette vision des choses n'engage que moi...
Quant au dénigrement d'une autre association (quels que soientles motifs), je trouve cela parfaitement lamentable et indigne de ne pas couper court au processus- même, voire de l'alimenter...je n'ai d'ailleurs pas vu apparaître où que ce soit un quelconque droit de réponse..

Tout cela est extrêmement dommage, car les borderline ont réellement besoin d'aide et de soutien...et ce que je vois ici ne correspond pas à l'idée que je me fais de l'éthique...

Ce message sera peut-être supprimé. S'il l'est, cela corroborera mon point de vue...

Dominique


  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 00:11  (GMT)
121. "La campagne du silence VS la campagne de l'opposition ??"
Modifié le 18-09-04 à 00:45  (GMT)

Commentaire retiré

  Retour

nausicaa (3 messages) Envoyer message email à: nausicaa Envoyer message privé à: nausicaa Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 01:12  (GMT)
122. "RE: La campagne du silence VS la campagne de l'opposition ??"

Bonsoir Boebey,

Il n'y avait pas d'attaque personnelle, mon observation est "globale", le pincipe même de la calomnie étant de se répandre de l'un à l'autre et si possible sans fondement...et j'ai fait une réponse sur le dernier message qui se présentait, c'est tout.
En revanche, je constate que vous avez un système de "défense" (puisque vous éprouvez le besoin de vous justifier)qui consiste plus en l'application du moyen "et toi t'es pas mieux" ou en se retranchant derrière" y'en a d'autres qui le font" qu'en une réelle argumentation objective.
J'estime (mais là encore, cela n'engage que moi) que si l'on a LA PREUVE
( que je n'ai pas vue rapportée) "d'irrégularités" quelque part, ce n'est pas en crachant du venin à tort et à travers qu'on résoud le problème!

Si j'ai pris la parole, ce n'est pas pour "dénoncer" puisque nous sommes ici entre nous et que je m'adresse à vous tous qui partagez ce forum. Dénoncer serait aller dire "ailleurs" : "ceux là font ci ou disent cela"..Et ça fait une sacré différence! J'ai simplement exprimé mon grand étonnement de constater un mauvais esprit que je ne m'attendais pas à trouver dans ce genre de lieu..

Je ne suis complice de rien du tout et je ne suis pas là pour prendre la défense de qui que ce soit. Encore une fois, c'est la méthode que je trouve éminemment dérangeante.On pourrait débattre de ce qu'est une opinion et ce que sont les valeurs morales,mais je ne crois pas que nous soyions au bon endroit pour ça. Et comme vous dites(ça va plus vite et c'est plus pratique) : chacun avec sa conscience...

Bonne nuit

Dominique

  Retour

Boebey (62 messages) Envoyer message email à: Boebey Envoyer message privé à: Boebey Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 04:09  (GMT)
124. "RE: La campagne du silence VS la campagne de l'opposition ??"
Modifié le 18-09-04 à 00:41  (GMT)

Commentaire retiré

  Retour

Eurymon (4 messages) Envoyer message email à: Eurymon Envoyer message privé à: Eurymon Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 02:12  (GMT)
123. "RE: TPL en Projection"
Bonsoir,

J'ai rencontré Pandore sur le forum de l'AAPEL que j'ai quitté parce que bien avant que ne circulent ce que certains appellent des calomnies, j'avais avec d'autres personnes, dont Pandore, constaté des faits très gênants.

Pour avoir lu la plupart des messages de Pandore sur plusieurs forums différents (Atoute, TPL en Projection et l'AAPEL) à propos tu trouble de la personnalité limite, je peux me permettre de parler un peu d'elle.

Au tout début je la trouvais particulièrement agaçante, comme d'autres personnes. Mais contrairement à vous j'ai cherché à comprendre pourquoi elle fait parfois cet effet. La réponse est simple: il est très difficile de la mettre en défaut et ceux qui essaient de s'opposer à elle (pourquoi ? généralement pas pour de bonnes raisons d'après ce que j'ai lu) le font de la même manière que vous, c'est-à-dire en faisant des remarques très subjectives et uniquement sur la forme mais rien sur le fond.

Elle a beaucoup souffert et souffre encore de ses problèmes. Elle a beaucoup d'expérience et cela est très utile pour tout le monde. Alors en effet elle conseille abondamment de consulter des personnes qualifiées pour se faire soigner car il est presque impossible de s'en sortir tout seul lorsqu'on est fortement atteint. Elle dit qu'il ne faut pas se complaire dans la souffrance, ce qui est malheureusement fréquent chez les borderlines (mais pas seulement chez eux...). Elle dit aussi qu'il faut avoir conscience de son manque d'objectivité (dont il faut éviter de se servir contre les personnes atteintes comme vous le faites par respect et aussi parce que c'est plus compliqué que ce que vous croyez) et tenter de le compenser en faisant un minimum confiance aux autres, en apprenant à être patient et à ne pas réagir tout le temps impulsivement. C'est très difficile évidemment et elle ne l'a jamais caché. Elle ne manque pas de souligner que ceux qui attendent la pilule miracle vont souffrir encore longtemps.

Voilà donc un résumé partiel de ce qu'elle prodigue dans ses nombreux messages. Que répondre à cela ? C'est honnête, sérieux, plein de bon sens et présente un minimum de risque. Alors oui, peut-être parfois est-elle un peu lasse de tout répéter avec acharnement des centaines de fois sur tous les forums, ce qui fait qu'elle est de temps en temps un peu sèche avec certaines personnes (surtout ceux qui disent n'importe quoi d'ailleurs). Mais il me semble qu'elle reste la grande majorité du temps très courtoise, ce que de toute évidence vous n'êtes pas dans votre message. Et non je ne l'idéalise pas, elle a des défauts comme tout le monde, mais je voulais juste citer ici quelques unes de ses qualités .

Vous parlez d'objectivité dans votre message mais vos critiques sont purement subjectives. Aucun fait, aucune citation, juste la hargne de quelqu'un qui choisit mal sa cible.

Sur ce, bon vent...

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 06:41  (GMT)
125. "Pandore ?"
Bonjour Pandore,

je n'ai pas tout lu parce que ça me fait trop long donc je vais peut-être te demander des choses déjà écrites quelque part.

J'aimerais savoir comment tu fais la différence entre toi et quelqu'un non atteint du trouble borderline, puisque tu m'as dit que ça ne t'empêchait pas de travailler et que personne n'était au courant de ton trouble.

Pour mieux situer ce que je te demande, voici ma réponse supposée :

"Je suppose que pour être "normale" et mener une vie comme tout le monde, tu fais beaucoup plus d'efforts que la moyenne et que tu vis sans cesse une souffrance que tu n'exprimes pas trop, là où d'autres seraient tout naturellement heureux."

Voilà, merci de corriger.

De plus, j'aimerais savoir aussi : le trouble borderline est à la limite entre névrose et psychose.

Est-ce qu'il te semble être parfois réellement en psychose, mais par rapport aux vrais psychotiques, tu peux "choisir" les instants où tu es en psychose de façon à ce que ça n'altère pas ta vie sociale (famille, travail).

Merci de tes réponses. Ne te sens pas aggressée, j'ai essayé d'enrober ma question mais ça ne suffit peut-être pas, je ne sais pas.

Cécile

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 10:22  (GMT)
126. "D'où je parle ?"
Bonjour Cécile,

Ta question ne m'agresse pas du tout. D'ailleurs j'aime beaucoup les questions que tu poses, elles sont toujours très pertinentes et entraînent des débats qui sont parmi les plus intéressants du forum. Après, je ne suis pas souvent d'accord avec toi, mais c'est une autre affaire, chacune ses opinions et ses arguments, sinon il n'y aurait pas de débat et pas de forum...

"Je suppose que pour être "normale" et mener une vie comme tout le monde, tu fais beaucoup plus d'efforts que la moyenne et que tu vis sans cesse une souffrance que tu n'exprimes pas trop, là où d'autres seraient tout naturellement heureux."

Là je suis assez d'accord avec ton résumé. Sauf que peut-être que "la moyenne" fait aussi beaucoup d'efforts ? Quand tu dis "là où d'autres seraient tout naturellement heureux", à vrai dire ce n'est pas seulement la question d'être heureux ou non qui se pose quand on a un trouble de la personnalité.

Les questions concrètes qui peuvent se poser tous les jours c'est du style (pour moi) "comment supporter l'inévitable trajet en métro jusqu'au bureau quand on a l'impression que toute la rame est complètement hostile", "comment je vais faire éviter de coller au mur ma collègue de bureau qui m'a chipé un stylo ?", "comment expliquer à ma chef que je fonds en larmes parce qu'elle m'a fait remarquer une erreur d'addition", "comment manger normalement son plateau à la cantine quand on est noué par l'angoisse", "qu'est ce qui va se passer à la fin de la journée si la chef s'aperçoit que je n'ai pas pu me concentrer sur le travail de tout l'après-midi", "mince, j'ai interprété tout de travers dans cette lettre, c'était pas une lettre d'engueulade, j'ai encore lu trop vite", et puis le soir quand on rentre, c'est encore autre chose : "comment faire les courses alimentaires quand on a du mal à manger et qu'on n'a pas le temps de tourner 3 h dans les rayons", "zut, c'est ce soir la réunion à l'école, vite un Xanax j'ai peur des profs", etc. etc.

Alors le bonheur dans tout ça, c'est la cerise sur le gâteau, par-ci par-là... bien sûr qu'il y a des journées qui se passent bien. Comme beaucoup d'autres personnes, je dois vivre une journée à la fois.

La vraie question qui s'est posée pour moi, c'est que quand j'étais jeune, après plus d'un an de clinique psy, je n'étais pas encore au top, et qu'il était bien question que j'aille ensuite dans un autre établissement du genre "clinique à la campagne avec des poules et des lapins"... (pardon Philippe). Comme j'aime mieux la ville que la campagne, ça m'a donné un grand sursaut, et après ça je me suis cramponnée très fort pour rester dans le circuit "ordinaire"...

Maintenant, la définition que tu donnes du trouble borderline (entre la névrose et la psychose), c'est une des définitions, la plus ancienne, celle qui a été donnée par les psychanalystes (c'est un psychanalyste du nom de Stern qui a écrit en 1938 un article "investigation paychanalytique et traitement de groupes borderline des névroses") à partir de la constatation que certains malades étaient résistants à la psychanalyse à cause de leur narcissisme perturbé et de leur intense destructivité.

La définition du DSM IV est différente. Le DSM a gardé pour l'instant le mot "borderline" mais la définition qu'il donne correspond plutôt à "dérégulation émotionnelle", et il est possible que ce soit ce terme, plus explicite, qui soit adopté pour le prochain DSM.

Nous avons tous des "parties psychotiques", des angoisses archaïques, et des parties saines ou "névrotiques". Les personnes psychotiques ont aussi des parties de leur personnalité indemnes, sur lesquelles s'appuie la thérapie. Mais pour résumer on peut dire que la partie "psychotique" de la personne "borderline" se révèle plutôt en cas de stress intense, pas tout le temps heureusement, mais on ne peut pas choisir le moment...

Je pourrais écrire encore des heures, mais je dois aller faire les courses...

A bientôt, amitiés,

Pandore

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 11:32  (GMT)
127. "RE: D'où je parle ?"
Intéressant, tout ça...

Je vais en dire plus, mais en me lisant, garde à l'esprit que je peux me projeter et être complètement à côté de la plaque. C'est une possibilité, ça m'est arrivé d'autres fois et il ne faut pas que tu en souffres ni moi.

Alors voilà :

Lorsque je me posais la question "nevrose-psychose" je pensais à quelqu'un serait en psychose, mais toujours à des moments où ça ne risque pas de le mettre en danger. Une espèce de dérapage contrôlé si tu veux.

A part ça, les exemples de contrariétés que tu donnes, il me semble que ce n'est pas spécifique à toi.

Un chef qui fait remarquer une erreur, c'est blessant pour n'importe qui. Sauf si le chef y met les formes.
J'ai un chef et des collègues géniaux, qui savent enrober les critiques : ils parlent toujours au pluriel au lieu de viser une personne en particulier : "il faut qu'on améliore ceci", "il faut que les gens soient plus attentifs à ça".

Le type qui vient te dire "vous vous êtes plantée, là" ben ça blesse et c'est tout. Le malade qui dit au médecin "votre diagnostic était faux et voici la preuve..." ben le médecin le prend mal. Tout reproche est douloureux si on n'y met pas de gentillesse.

Les gens hostiles dans le métro... Je n'habite pas Paris, je ne veux pas dire de mal des Parisiens, mais même quand ils viennent chez nous ils sont plus aggressifs que la moyenne.


La concentration au travail ? J'en connais même qui vont sur internet pendant leurs heures !!! (ô honte à eux).

Peur des profs ? J'ai des profs par alliance dans ma famille, ce sont des gens trop sûrs d'eux, qui ont l'habitude d'être écoutés sans broncher et de donner des leçons. Déformation professionnelle. Là encore je trouve ton attitude (ta crainte) normale. Au point de prendre du xanax ? Oui.

La meilleure défense, c'est l'attaque. Tu pourrais alimenter la violence ambiante en étant continuellement agressive, comme beaucoup de gens. Ca t'éviterait le xanax mais ça te prendrait de l'énergie que tu consacres peut-être à ta famille ou dans des activités utiles.


En somme, je trouve que c'est malheureux (ce n'est pas une accusation contre toi Pandore), c'est malheureux de tourner aux médicaments lorsque l'on est civilisé au milieu des brutes et des gros lourds.

Oui, quand je me fais traiter de pétasse au volant, je chiale. Ce n'est pas pathologique. Ce n'est pas moi qui suis malade. C'est l'abruti qui ne sait pas régler ses problèmes autrement.

J'espère que tu arriveras à te déculpabiliser, Pandore, parce qu'il me semble que ton perfectionnisme (c'est une qualité) te maintient dans la crainte des autres qui pourtant n'en font pas tant.

Celà dit, peut-être que je me projette à fond, là, et dans ce cas ben toujours pareil, dis le moi avec douceur, guirlandes et fleurs, bien enrobé dans du papier doré, j'aime mieux...

De mon côté, si j'ai dit quelque chose de travers, ce n'est pas par mépris, c'est par manque d'information, de compréhension, de discernement, de réflexion... Je ne suis pas parfaite et j'en souffre autant que mon entourage

Merci.
Cécile

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 12:08  (GMT)
128. "Cilloux et ses questions..."
Cécile,

Pourquoi tes questions sont-elles toujours aussi ardues, et pourquoi ça tombe toujours au moment où j'ai des légumes sur le feu, et qu'on va encore manger tout cramé ?

Le petit autoportrait que je t'ai brossé, c'est moi maintenant. Moi il y a 30 ans, c'était encore autre chose. Mais là c'est beaucoup plus difficile à décrire, et en plus il y a certaines choses que je n'ai pas trop envie de raconter en détails. Je peux essayer de résumer en disant que j'étais très négative, très dépressive, très angoissée, que je ne m'exprimais pas , que je ne communiquais presque pas, avec personne, que j'étais très souvent hors de la réalité dans un monde de fantasmes violents, très crus. Ma seule façon de communiquer se faisait souvent par des actes violents, mais cette violence était tournée vers moi-même, c'était de l'auto-destruction (par exemple TS, anorexie, coucher avec n'importe qui...). Je ne me respectais pas. J'ai eu aussi des moments de dépersonnalisation en période de stress.

Puis il y a eu des améliorations, et une période pas trop mauvaise, mais où j'étais encore très renfermée, et où j'avais beaucoup de difficultés pour m'intéresser aux choses, pour mémoriser et me concentrer. Et puis il y a la période actuelle, où je communique davantage, et où j'arrive à avoir une vie comme tout le monde, avec des hauts et des bas, mais tout ça étant supportable.

Donc, beaucoup d'évolutions, évidemment ça n'est pas rapide, mais on y arrive.

Bon, à plus tard, j'essaye de sauver mes légumes.

Pandore

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 12:35  (GMT)
129. "La projection, oh là là."
Voici ce que je t'écrivais :

"il me semble que ton perfectionnisme (c'est une qualité) te maintient dans la crainte des autres qui pourtant n'en font pas tant.
Celà dit, peut-être que je me projette à fond"

Dans le même temps on m'écrivait
"chère Cécile
N'êtes-vous pas un peu trop peu confiante en vous-mêmes, scrupuleuse et perfectionniste ? "

Bon alors je pense que je me projette.
Désolée, navrée, je n'aurais pas dû me projeter comme ça, surtout à l'heure de manger.

Je ferai un effort pour ne plus me projeter.
Cécile

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 12:44  (GMT)
130. "RE: La projection, oh là là."
Cécile,

Quand on projette, on ne projette pas sur n'importe qui au hasard, il y a toujours une part de réalité qui déclenche la projection. Il est absolument exact que je suis très perfectionniste, c'était écrit sur tous mes bulletins scolaires du primaire...

Pandore

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 12:46  (GMT)
131. "RE: La projection, oh là là."
Ah bon, tu me rassures.

C'est étrange, moi j'étais brouillon, étourdie, désordonnée et je manquais de "docilité intellectuelle".

Je ne sais pas pourquoi on me dit perfectionniste. Peut-être qu'on peut être tout ça à la fois.

Les légumes ont-ils brulé ?
Cécile

  Retour

risperdaleux (10 messages) Envoyer message email à: risperdaleux Envoyer message privé à: risperdaleux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 13:10  (GMT)
132. "petite question"
Je voulais savoir quelle est la probabilité pour un borderline de faire une décompensation de type psychotique... Est ce que la différence borderline névrotique et borderline psychotique comme le propose Jean Bergeret est encore d'actualité? Je veux dire, est ce qu'une fois que le borderline est passé sur le mode "phobique", il ne peut plus jamais risquer de faire décompensation psychotique? Merci d'avance pour vos réponses.
  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 15:31  (GMT)
134. "RE: petite question"
la probabilitée ?? ben jsuis pas medecin moi, mais la decompensation de type psychotique je pense atteind le borderline, une fois, plusieurs selon la personne.. moi jy suis passée, plusieurs fois.. je ne comprends pas "est ce qu'une fois le borderline passé sur le mode phobique il ne peut plus jamais risquer de décompenser ?" quel est ce mode phobique dont tu parles ?? phobie de quoi ?? j'ai du rater un passage...
Moi je pense que la décompensation n'est pas inévitable, mais que si elle est vécue, peut l'être une seconde fois.. voir plus..
  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 15:57  (GMT)
136. "RE: petite question"
Si ce n'est pas indiscrêt, ça ressemble à quoi, une décompensation ?

Cécile

  Retour

Pandore (1637 messages) Envoyer message email à: Pandore Envoyer message privé à: Pandore Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 16:22  (GMT)
137. "La décompensation"
Cécile,

Très bizarres, les légumes : brûlés à l'extérieur, pas cuits à l'intérieur. Mangés quand même, et dans la bonne humeur.

Questions de plus en plus compliquées... Avant la décompensation, tout est en équilibre : les angoisses et le système anti-angoisse, et on avance cahin-caha. Décompensation = soit l'angoisse augmente et déborde le système anti-angoisse, soit le système anti-angoisse s'écroule parce qu'on n'est plus dupe de soi-même, ou parce qu'on est fatigué de lutter, ou parce que d'un seul coup on a décidé d'être soi-même... dans tous les cas le résultat c'est : ça va mal ! Direction le psy direct (enfin moi je fais ça, toi tu fais autrement, chacun fait comme il peut).

Pour revenir à l'équilibre après la décompensation : nécessité de trouver en urgence de nouveaux mécanismes anti-angoisse mais forcément tout ça c'est du rafistolage, (probablement ce que Risperdaleux veut dire quand il parle de "phobie", une phobie peut être un système anti-angoisse). Avec l'aide d'un psy, on peut mieux trouver des mécanismes anti-angoisse, et faire en sorte qu'ils soient plus vivables et plus viables.

Voilà ma vision de la chose, qui fera forcément exploser de rire n'importe quel psy. Heureusement, aucun ne passe par ici.

Pour Risperdaleux : je n'aime pas du tout Monsieur Bergeret, je le trouve antipathique, et en plus je trouve ses théories fumeuses... Qu'en penses-tu toi ? J'aime bien René Roussillon, par exemple.

Bon, à plus tard.

Pandore

  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 16:43  (GMT)
139. "RE: La décompensation"
Pour moi la décompensation c quand je ne vois plus rien, je ne me rends plus compte... Qu'on se rends compte pour moi, aïe, ça fait mal...
C ca, quand ça devient trop, mais trop, ça pète foireux la haut...
Et je n'y vois quedal...
Je crois que tout va bien, mais tellement que je fais des trucs qui me paräîtront complètement insencés après cette pèriode...
Je me crois forte, et hors d'atteinte, je ne vois plus personne d'autres que moi... une abscence réelle...
Ou à l'inverse, c limite schizo... En psy., on m'a certifié que j'avais décompensé, jrefusé dle croire c lontemps après que je me suis rappellée du discours du toubib... Hors hospitalisation, ça m'est arrivée aussi, jme suis retrouvée face à la réalitée àprès cette période, seule et durement... face à cte réalitée qui fait peur...
  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 15:38  (GMT)
135. "REPONSE"
Bonjour Dominique,

j'ai vaguement entendu parler du problème que tu évoques et je ne veux pas rentrer dans une polémique stérile.

Cependant je pense que meme les personnes malades peuvent donner des conseils. Tu es en train en disant "malade=pas objectif" de nous retirer toute autonomie. Nous sommes malades certes mais nous nous interressons à notre maladie parce que nous voulons évoluer et etre les acteurs de notre évolution.

Si tu lisais bien les messages tu t'appercevras qu'à plusieurs reprise le DR Dupagne intervient pour dire que le forum n'a pas d'objectif thérapeutique. L'ambition est plus modeste; c'est un arsenal parmis tant d'autres pour l'entraide...

Cordialement Pierre

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 15:28  (GMT)
133. "?????"
Bonjour Rosperdaleux,


je ne comprends pas ton message et donc son utilité... si ce n'est que risperdaleux vient du neuroleptique risperdal.

Cordialement Pierre

  Retour

risperdaleux (10 messages) Envoyer message email à: risperdaleux Envoyer message privé à: risperdaleux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 16:33  (GMT)
138. "réponse"
Ok, ce sont des borderlines qui répondent... Je posais des questions d'ordre théorique. D'après ce que j'ai lu chez Jean Bergeret, il existe grosso modo deux type de personnalités limites : les borderlines qui se dirigent vers l'axe névrotique-phobique et ceux qui se dirigent vers l'axe psychotique. ( je laisse de côté les faux self, les pervers sexuels ou moraux, les psychopathes etc...). Si j'ai bien compris, l'évolution du trouble de la personnalité limite dépend de la manière dont le psychisme va répondre à un évenement traumatisant générant une grande angoisse.
J'avoue avoir peur d'être atteint par ce trouble, mais ce que je redoute par dessus tout c'est d'être borderline de type psychotique compensé qui pourrait à tout moment faire une bouffée délirante ou un accès maniaque. Ou peut-être que je me pose trop de questions sur mon "identité pathologique" et que c'est justement ça mon problème. enfin, bonne journée.
  Retour

clhhara (26 messages) Envoyer message email à: clhhara Envoyer message privé à: clhhara Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 16:55  (GMT)
140. "RE: réponse"
Il n'y a pas de psy sur ce forum, enfin pas que je sache....
ben moi je ne suis pas sure d'être Borderline, mon diagnostic a été remis en cause avec la P.M.D... peu m'importe de toute façon... est ce que c'est ça que t'appel un accès maniaque, moi je serais plutôt de cet avis oui....

"Pour moi la décompensation c quand je ne vois plus rien, je ne me rends plus compte... Qu'on se rends compte pour moi, aïe, ça fait mal...
C ca, quand ça devient trop, mais trop, ça pète foireux la haut...
Et je n'y vois quedal...
Je crois que tout va bien, mais tellement que je fais des trucs qui me paräîtront complètement insencés après cette pèriode...
Je me crois forte, et hors d'atteinte, je ne vois plus personne d'autres que moi... une abscence réelle...
Ou à l'inverse, c limite schizo... En psy., on m'a certifié que j'avais décompensé, jrefusé dle croire c lontemps après que je me suis rappellée du discours du toubib... Hors hospitalisation, ça m'est arrivée aussi, jme suis retrouvée face à la réalitée àprès cette période, seule et durement... face à cte réalitée qui fait peur... "

ben quel age as tu ?? moi jm'en pose tous les jours aussi des questions sur mon identité pathologique.. depuis longtemps.. je n'ai plus de toubib pour m'y répondre.. Ben z'ont des méthodes en France jcrois qu'ils vont chercher ça aux states mais il y a large de quoi décompenser.... violent, et brutal, a mon humble avis pour tester l'impulsivitée... moi ça mfait fuir ça, parce que j'ai ltemps dme poser la question : tu lui rentres dedans ou tu tcasses, et jte jure que c dure de prendre la sage decision...

  Retour

risperdaleux (10 messages) Envoyer message email à: risperdaleux Envoyer message privé à: risperdaleux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 19:27  (GMT)
141. "RE: réponse"
Modifié le 27-06-04 à 19:28  (GMT)

moi quand je décompense, je me mets en colère, puis je pleure, puis je ris, puis je me remets en colère et je fais pipi au lit hihihi.


Remarque, le propre du psychotique est de ne pas avoir d'identité "l'oedipe c'est l'identité" (Paul Claude Racamier).

j'en ai lu des trucs hein

  Retour

spacedep (62 messages) Envoyer message email à: spacedep Envoyer message privé à: spacedep Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 22:41  (GMT)
142. "HOULALA!!!!"
Bonjour tout le monde,

vous lisez trop de bouquins en relation avec votre trouble. Je m'interroge; est ce que quelques parts vous ne vous complaisez pas dans le trouble borderline.

Il y a des tas de chose plus interessantes que les bouquins de psycho; c'est ennuyeux, ca ne veut pas toujours dire grand chose...Arretez de vous prendre la tete inutilement. Ces gens de la psychanalyse se moquent de nous comme d'une quille. Intéressez vous à l'avenir, savoir le pourquoi du comment n' a jamais fait avancer personne. Moi mes centres d'interets culturels c'est l'actualité et l'histoire contemporaire parce qu'elle détermine notre présent et notre avenir. S'interesser à la psychanalyse c'est un peu comme lire une bonne autobiographie de Cléopatre; en quoi les bouffonneries de je ne sais plus combien avant JC vous permettra de vous projeter dans l'avenir...
J'irai meme plus loin; aucune psychanalyse n'a guéri un malade psychiatrique à l'exception notable des thérapies de groupe qui sont d'ailleurs mis en valeur pour aider à la gestion des émotions. EH oui !!! Moi ce qui m'interesse c'est le résultat. En clair les psychanistes ne servent pas à grand chose. Moi je vis avec mon temps, la psychiatrie, les sciences... les lumières quoi. Oui les lumières...et puis les psychanalystes ont toujours inspirés par leur théorie débile les sectes...
PSYCHANYSTE=FASCHISTE

Concernant la définition du trouble borderline je serais plus simple. Le TPL signifie que l'on est tout simplement plus fragile. C'est un peu comme ci notre personnalité n'avait pas de fondation; nous sommes un peu comme d'éternnels adolescents qui ne se sont toujours pas trouvés. Notre personnalité n'est pas structuré; nous sommes donc influencable et nous pouvons donc etre victime de dépressions mais aussi pour lutter contre l'angoisse nous utilisons un sytème de défense proche de la psychose (colère intense non controlable, toutes sortes d'actes ou meme d'excentricité dont nous n'avons pas forcément conscience; c'est là qu'on parle de psychose)

En clair je crois qu'ils nous manquent une case....

Cordialement Pierre

  Retour

cilloux (2292 messages) Envoyer message email à: cilloux Envoyer message privé à: cilloux Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
27-06-04, 22:51  (GMT)
143. "Laissez les vivre"
Bonjour Pierre,

si des gens qui souffrent arrivent à se complaire, que ce soit avec un bouquin sur leurs troubles ou avec une BD, chaque instant où ils ne souffrent pas est une rééducation excellente. Laissez chacun trouver un peu de pommade là où il peut. La lecture, même de livres psys, n'est pas toxique.

Croyez moi, quand leur besoin de lecture sera assouvi, ça les ennuira tout naturellement, et ils passeront spontannément à d'autres lectures ou d'autres activités.

Nos cervelles sont très bien faites et savent ce sont elles ont besoin.

Cécile

  Retour

D_Dupagne (14037 messages) Envoyer message email à: D_Dupagne Envoyer message privé à: D_Dupagne Voir profil de ce membre Voir addresse IP de cet auteur
28-06-04, 00:13  (GMT)
144. "RE: bordeline, état limite ou trouble de la personalité limite"
Bonjour,
J'ai ouvert une nouvelle discussion http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/9934.html sur laquelle je vous invite à poster vos nouveaux messages.

Dr Dominique Dupagne

Administrateur du Forum

  Retour


Ouvrir | Archiver | Effacer

Lobby | Retour au Forum | Précédente | Suivante

Rechercher sur le site Atoute.org: