Accueil Médecine 2.0 La contre-attaque de l’Empire
Publié le
26 mai 2011

Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

Qualité 2.0
Qualité mon Q !
UBER et la santé
@FerryLuc, les NBIC et les médecins
Bye-bye le buzz !
Le modèle Ligne de vie
Internet et les médecins : agir ou subir ?
Communication médecin-malade : Du bon sens au bon soin
Médecine, morale, santé et médias sociaux
Certification des pseudonymes des médecins par l’Ordre
"La science, c’est cool !"
Qualité et santé : 1) Qualité des moyens ou qualité des résultats ?
Web et DMP opus 2
Et si le monde de la santé du futur était déjà là ? Le meilleur des mondes ?
Web et DMP
Les indicateurs et la Qualité : les enseignements de Google
Google Health est mort, vive Google Health !
L’AFSSAPS progresse avec Actos, mais reste en version 1.0
L’alcool, c’est pas un problème
La Netiquette, un truc de vieux cons ?




La contre-attaque de l’Empire
Le travail de sape contre Irène Frachon continue

En s’attaquant frontalement au groupe Servier, Irène Frachon savait qu’elle se lançait dans une guerre sans merci. Il ne fait pas bon résister aux vieux mâles dominants en ce moment...

Le parcours de la princesse Leïa contre Dark Médiator a été semé de nombreuses embuches. Le groupe Servier a réussi dans un premier temps à stopper les ventes de son livre en imposant un changement du sous-titre en pleine mise en place chez les libraires. Nous savons maintenant que ce sous-titre combien de morts était plus que pertinent.

Des échanges de mails entre membres et experts de l’AFSSAPS nous ont éclairé sur les pressions exercées très tôt à son encontre. Un de ces experts suggérait de la dénigrer auprès de la direction de son hôpital. Les autres insinuent que son combat est essentiellement tourné vers sa valorisation personnelle (ces “chers confrères” sont toujours en (haute) fonction à l’AFSSAPS actuellement) :

(...)Pour l’auteur, elle me donne l’impression de ces petits soldats (mais il en a fallu pendant la guerre) qui sont convaincus qu’ils ont tout compris et que si la terre tourne c’est grâce à eux. Je ne crois sincèrement pas utile de prendre à partie la direction de son établissement qui éventuellement est heureuse de voir que l’établissement est mis au ban d’honneur de la presse française.

Je crois comprendre à la lecture des articles qu’elle retrace le fil de sa carrière depuis Antoine Béclère. Je crois avoir perçu que son travail (qui a eu le mérite d’exister) aurait mérité une publication avec un impact factor plus élevé. Aussi, navrée de ne pas avoir suscité des éditoriaux dans de grands journaux médicaux elle fait vivre son narcissisme à travers son livre qui est l’oeuvre de sa vie.

La réalité scientifique est tombée, brutale : des morts, beaucoup de morts. Des vies brisées par des handicaps majeurs. Le tout à cause d’un médicament aux bénéfices nuls, protégé par une conspiration du secret et de la désinformation.

L’Empire en est à exhumer un vieux professeur qui mégote maladroitement les chiffres des épidémiologistes. Comme si le fait que le Médiator ait tué 200 plutôt que 800 personnes changeait quelque chose sur le fond du problème. D’ailleurs, après avoir censuré le sous-titre "combien de morts", la justice va devoir se poser la question à la demande même de Servier. Joli pied-de-nez ;-)

Comment neutraliser la Princesse Leïa ?

Le succès médiatique de la pneumologue brestoise pose un vrai problème à ses détracteurs car il entretient la compassion pour les victimes et le ressentiment contre Servier.

Malheureusement pour l’Empire et ses sbires, Irène Frachon est un cauchemar pour ceux qui voudraient détruire son image. Elle n’a donné aucune prise à ceux qui épluchent sa vie. On connaît la musique : fouiller le passé de l’adversaire, chercher la moindre faille, la moindre contradiction qui pourrait discréditer son combat ou jeter un doute sur ses motivations (cela ne vous fait penser à rien ?). Elle gère sa communication à la perfection. Elle évite la surexposition qui alimenterait la thèse de la passionaria cherchant à se valoriser au travers de la souffrance des autres. L’émotion qui l’envahit quand elle crie son indignation face à ce désastre est communicative et convaincante car sincère. Elle adopte un comportement quasi maternel vis-à-vis des victimes. Détruire l’image d’une mère n’est pas simple...

Pendant ce temps, Jacques Servier et ses cadres choisissent d’être auditionnés à huis-clos par les missions parlementaires. On ne sait pas si c’est pour dissimuler leurs émotions ou leur absence d’émotions face au drame dont ils sont clairement responsables.

Pendant ce temps, les victimes du Mediator sont “cuisinées” lors des expertises médicale au point de mettre leur santé en danger.

Pendant ce temps, la contre-attaque médiatique balbutie maladroitement sur les blogs.

J’ai tiqué récemment sur des billets suspects publiés sur les médias sociaux

Un mystérieux PierreDasti s’étonne sur Le Post que le rapport du Pr Acar (qui conteste le nombre de morts) n’ait pas plus de retentissement. C’est le premier et dernier billet de ce blogueur surgi de nulle part.

Une blogueuse tout aussi débutante a posté un autre billet sur le même site. Sur un ton faussement amical, Raymonde insinue qu’Irène Frachon chercherait à gagner de l’argent au travers de ses droits d’auteur. Quelle peut être la motivation d’une Raymonde qui découvre le monde des blogs à débuter par un tel article ? Pourquoi avoir choisi cette photo peu flatteuse alors qu’elle avait un large choix de photos plus neutres ?

Sur Agoravox, Gilbert poste un unique billet pour fustiger le Monde et défendre Servier.

Je ne crois pas aux coïncidences. J’ai rappelé en commentaire sous le billet du Post qu’Irène Frachon avait déclaré au Sénat faire don de ses droits d’auteur et d’adaptation cinématographique à des oeuvres sociales.

Mais surtout, voici une preuve de l’entreprise de manipulation que mène actuellement le groupe Servier contre Irène Frachon. Il s’agit d’un communiqué du laboratoire transmis à la Presse :

Paris, le 18 mai 2011

Les Laboratoires Servier on demandé un droit de réponse à l’article du Point du 19 mai 2011 concernant Mediator.

Toutefois, nous tenons à rappeler que, jusqu’en 2009, les données disponibles ne permettaient pas de conclure à des risques cardiovasculaires avec le Mediator. Ceci est d’ailleurs confirmé dans un article scientifique co-signé, entre autre, par Irène Frachon et Gérard Simoneau de mars 2009 (European Respiratory Journal 2009 ; 33 p684-688*) : “En revanche, et contrairement à la Fenfluramine et à la Dexfenfluramine , et à ce jour (2009), le Benfluorex n’a pas été associé avec des effets cardiovasculaires (…) Aucune relation causale certaine de maladie cardiovasculaire associée à Benflurex ne peut être déduite de l’observation des cinq car rapportés par cette publication.

* Ci-joint, copie de la première page de l’Abstract.

Contact : Direction de la Communication Institutionnelle Tel xx xx xx xx

Voici le texte exact de l’article scientifique cité

Since 1976, benfluorex has been approved in Europe as a hypolipidemic and hypoglycemic drug, and is commonly used in the treatment of the metabolic syndrome. As a derivative of fenfluramine with an appetite suppressant action, benfluorex is preferentially used in overweight patients. In contrast to fenfluramine and dexfenfluramine, to date, benfluorex has not been reported to be associated with frequent cardiovascular side-effects. The present study reports five cases of severe pulmonary arterial hypertension and one case of valvular heart disease occurring in patients exposed to benfluorex. These individuals were middle age, diabetic females with a body mass index ranging 24.2–49 kg·m−2. No definite causal effect for cardiovascular disease with benfluorex can be drawn from such case reports. However, as benfluorex, like dexfenfluramine and fenfluramine, is metabolised into active metabolite norfenfluramine, further extensive assessment of drug exposure in newly diagnosed pulmonary arterial hypertension or valvular heart disease patients is warranted.

Il s’agit donc de discréditer Irène Frachon en laissant entendre qu’elle aurait avoué elle-même l’inexistence du risque de valvulopathie en 2009. C’est totalement faux à la lecture de l’article cité et ce communiqué est donc mensonger

Elle n’écrit pas que le Benfluorex n’était associé à aucun risque cardiovasculaire, mais qu’aucun cas n’avait alors été publié (reported). Cette introduction précédait justement la description de 6 cas qu’elle avait colligés avec ses collègues. La nuance est d’importance.

Ce que dit vraiment l’article est simple et classique dans l’introduction d’un papier scientifique : position du problème, description du travail original, perspectives apportées. L’esprit de cette introduction est :

A ce jour(2009), il n’a pas été publié de cas de troubles cardiovasculaires fréquents associés au benfluorex.

Notre travail décrit 5 cas d’hypertension pulmonaire sévère et un cas de valvulopathie chez des patients exposés au benfluorex.

Bien sûr, on ne peut pas tirer de conclusion définitive de ces observations. Mais dans la mesure ou le benfluorex possède le même métabolite toxique (norfenfluramine) que d’autres produits connus pour être dangereux, il faudrait s’intéresser à la prise de benfluorex chez des patients présentant ces pathologies.

Le moins que l’on puisse dire est que la dernière phrase a toute son importance.

Au fait, Gilbert, sur Agoravox reprend exactement l’argumentaire de Servier, au mot près...

Quelques jours après la publication de cet article, Jeannot a publié un article sur Agoravox. Notre échange sous l’article éclaire l’origine de ces blogueurs et de ces billets.

Nul doute que l’Empire va continuer son travail de sape pour altérer l’image de cette femme qui le défie, et pourrait indirectement le ruiner. Il est de notre devoir de blogueur de soutenir Irène Frachon face à ces manoeuvres minables.

Servier qui appartient au XXème siècle sous-estime la puissance du web 2.0. Or, contrairement à ce que beaucoup croient, ce nouveau média est particulièrement difficile à manipuler.



Tweet Suivez-moi sur Twitter








1 Message

Répondre à cet article