Accueil Médecine 2.0 Comment la révolution 2.0 va changer la médecine
Publié le
25 octobre 2007

Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute



Dans la même rubrique :

Qualité 2.0
Qualité mon Q !
UBER et la santé
@FerryLuc, les NBIC et les médecins
Bye-bye le buzz !
Le modèle Ligne de vie
Internet et les médecins : agir ou subir ?
Communication médecin-malade : Du bon sens au bon soin
Médecine, morale, santé et médias sociaux
Certification des pseudonymes des médecins par l’Ordre
"La science, c’est cool !"
Qualité et santé : 1) Qualité des moyens ou qualité des résultats ?
Web et DMP opus 2
Et si le monde de la santé du futur était déjà là ? Le meilleur des mondes ?
Web et DMP
Les indicateurs et la Qualité : les enseignements de Google
Google Health est mort, vive Google Health !
La contre-attaque de l’Empire
L’AFSSAPS progresse avec Actos, mais reste en version 1.0
L’alcool, c’est pas un problème




Comment la révolution 2.0 va changer la médecine
La médecine 2.0 est en marche. Explications.

Quels bouleversements attendre de la révolution 2.0 dans l’avenir de la médecine ? Le but de cet article est d’en faire une synthèse, régulièrement actualisée.

La rubrique qui contient cet article est entièrement dédiée à la médecine 2.0.

Cet article est destiné à apporter un vision globale et illustrée par des exemples, d’un concept que certains peuvent trouver encore très flou.

J’ai découvert après la création de cette rubrique l’article pourtant fondamental de Dean Giustini dans le BMJ dont je paraphrase le titre : "How Web 2.0 is changing medicine".

Dean Giustini y présente un vision de l’évolution de la médecine avec laquelle je suis totalement en phase. Morceaux choisis :

"Medical librarians suggest that rather than intrinsic benefits of the platform itself, it’s the spirit of open sharing and collaboration that is paramount"

En effet, c’est l’esprit d’une information partagée, en perpétuel mouvement, et résultant d’une large collaboration qui est important, bien plus que les outils et contenus disponibles actuellement.

"The new environment features a highly connected digital network of practitioners (medical or otherwise), where knowledge exchange is not limited or controlled by private interests. For me, the promise of open access in Web 2.0-freed of publishing barriers and multinational interests-is especially compelling."

A quoi bon publier des articles inaccessibles au plus grand nombre et qui jaunissent sur des étagères ? Que vaut une information majoritairement contrôlée ou suscitée par des lobbies et intérêts privés ? [1] Je reviendrai sur ce problème dans un article dédié aux conflits d’intérêts, cancer qui ronge la médecine 1.9 et la mène vers une mort certaine.
Pour ce qui est des barrières économiques à l’accès à l’information, alors même que cette information est majoritairement fournie sans contrepartie financière par ses auteurs, elles n’ont plus d’objet ni de justification. Un site internet ne coûte quasiment rien. Les jours des éditeurs bloquant l’accès à leur contenu sont comptés.

"The rise of wikis as a publishing medium-especially Wikipedia-holds some unexamined pearls for the advancement of medicine. The notion of a medical wikipedia-freely accessible and continually updated by doctors-is worthy of further exploration."

Parmi les outils Médecine 2.0 déjà opérationnels, Wikipédia occupe une place importante. Ses péchés de jeunesse ne doivent pas faire mésestimer son immense avenir. D’ores et déjà, dans certains domaines, les meilleurs documents de synthèse disponibles en langue française sont publiés sur cette encyclopédie d’accès libre. Parallèlement au développement de Wikipedia, l’un des faits marquants de la Médecine 2.0 est la fin de l’expertise telle que nous la connaissons : la crédibilité des experts, journalistes, agences gouvernementales, sociétés savantes sera réduite à peu de choses. Minées par des conflits d’intérêts inextirpables, ces structures n’occuperont qu’une place minime dans l’élaboration du futur de l’information qui reposera sur des communautés multicompétentes. La dilution de l’expertise compliquera le rôle des lobbies qui ne pourront plus comme c’est le cas actuellement influencer fortement l’information médicale et la formation des médecins.

Cet article évoluera régulièrement au gré des avancées de la médecine 2.0. Il n’a aucune raison de rester figé après sa rédaction.

N’hésitez pas à réagir sur le forum

Notes

[1] Voir à ce sujet l’article dédié à la fin de la médecine 1.9



Tweet






Répondre à cet article