Atoute.org

"La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé !" *


ARTICLE

Accueil > Forums > Forum diabète

Forum diabète

Forum sur le diabète, ou plutôt sur les diabètes car le diabète sucré peut prendre des formes différentes

lundi 30 juillet 2007, par Dominique Dupagne

Le forum diabète concerne les diabètes sucrés, qu’ils soient ou non traités par insuline, qu’ils touchent des jeunes, des vieux, des gros ou des maigres.

Son objectif est d’échanger sur l’impact direct ou indirect du diabète sur la vie quotidienne des personnes diabétiques et de leur entourage.

Ce forum n’est pas un lieu de soin et ne peut remplacer votre médecin. Il ne vous y sera donné aucun diagnostic ni avis thérapeutique personnalisé. Comme pour tous les forums dédiés à une maladie, le but fondamental est l’échange d’expériences et le soutien mutuel. Ce forum permet de réfléchir ensemble sur l’amélioration de la qualité de vie des personnes diabétiques. En tant que médecin, je pense y apprendre beaucoup sur cette maladie.

La modératrice de ce forum est Marypom. Elle est psychologue clinicienne spécialisée dans l’environnement du diabète et connaît donc bien cette maladie. Vous pouvez en savoir plus sur elle en consultant son profil.

Il est recommandé d’utiliser le moteur de recherche du forum avant de poster une question, notamment pour poster dans une discussion déjà ouverte sur le sujet plutôt que d’en créer une nouvelle. Il convient d’ailleurs d’être précis dans le texte d’une nouvelle discussion que vous créez : évitez "diabète" sans précision ou "SVP" "A l’aide" et autres "Aidez-moi" peu descriptifs.

Merci de respecter les autres intervenants et de garder à l’esprit la Nétiquette des forums.
Cette charte est destinée à évoluer au gré de la vie du forum.

Cliquez ici pour accéder au forum. Vous pouvez lire tous les messages mais une inscription est nécessaire pour poster.

Messages

  • Diabétique de type 2, je contrôle chaque matin mon indice de glycémie, qui est désormais équilibré, au prix d’un régime drastique et frustrant. Régime que je me suis imposé, mon médecin préférant une approche médicamenteuse. Seul, dois-je reconnaître par honnêteté intellectuelle, un spécialiste de Bourg en Bresse m’a dit que le traitement du diabète reposait pour une bonne part sur le régime et la prise d’exercice.
    Je ne peux, chaque fois que je fais ce geste, m’empêcher de penser que si l’occasion de le faire m’avait été offerte, ne serait-ce qu’une seule fois, plusieurs mois ou années plus tôt, j’aurais pu éviter ce rituel quotidien et, surtout, la survenue de cette maladie.
    Les symptômes, que je décrivais d’une manière cependant précise, n’ont, semble-t-il, pas alerté mon médecin traitant et il a fallu que ce soit moi qui demande des analyses de sang, bien peu coûteuses cependant, puis d’aller consulter un spécialiste qui, d’emblée, m’a placé sous insuline. Preuve que le mal était réel, contrairement aux assertions de mon médecin « traitant ».
    Alors que le dit médecin avait jugé qu’il pouvait venir à bout de cette pathologie avec des doses notoirement insuffisantes de glucophage.
    Grace à ma prise de conscience, j’ai pu perdre 30 kg en quelques mois, ne recevant « plus », désormais, qu’un traitement médicamenteux.
    Mon propos n’est pas d’attirer quelconque empathie à mon égard, car ce serait indécent vis à vis de personnes subissant une maladie plus grave ou la même, à un stade plus avancé.
    Le diabète représente un gouffre pour la Sécurité Sociale. Mais que pour cet organisme, notez bien. Or, cet organisme, c’est nous qui le finançons.

    Je ne puis m’empêcher de me poser des questions quant à la volonté des acteurs médicaux d’avoir, des années auparavant, mis en place des mesures de prévention. Ces mesures existent aujourd’hui, puisque des contrôles de glycémie sont proposés jusque sur les marchés. Et c’est très bien.
    Mais c’est aussi bien tard. Mes doutes sont, je dois le dire, renforcés chaque fois que j’entends à la radio, les lancinants messages publicitaires des laboratoires.
    Je me dis que …mais je vous laisse finir à votre guise.
    N’hésitez pas à confronter vos impressions avec les miennes.

    Je suis également dubitatif quant à la pertinence actuelle du « numerus clausus ».
    Avec la conséquence que, la France manquant de médecins, elle doit faire appel à des praticiens venus d’autre pays de la Communauté Européenne, en particulier la Roumanie.
    Il ne s’agit pas de contester la compétence de ces personnels de santé, mais je ne puis m’empêcher de penser que leur absence manquera cruellement à leur pays d’origine.
    La commune de Bellignat a dû verser plusieurs milliers d’euros (entre 10 et 20 000, si j’en crois la délibération du Conseil Municipal à laquelle j’assistais) à une officine privée (Moving People) afin de recruter un docteur qui n’est pas resté trois jours.
    Depuis, Bellignat et sa population attendent, avec d’autant plus d’acuité que les deux praticiens en exercice sont appelés à prendre prochainement leur retraite.

    Enfin, comme me le confirmait une infirmière (son cabinet fait volontairement alterner les soignants au chevet des mêmes patients), il est bon de changer régulièrement de praticien, car ce dernier voit son patient avec les mêmes yeux, et peut ainsi plus facilement ne pas déceler à temps une pathologie comme le diabète.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Pour répondre à un autre commentaire, mentionnez le nom de son auteur précédé d'un "@" au début de votre message.