11 avril 2011
Retrait du Vastarel

Le Vastarel, médicament à tout faire des célèbres laboratoires Servier, va sans doute être retiré du marché.

Ce n’est pas un grand méchant comme le Médiator, mais un produit quine sert absolument à rien et qui présente néanmoins de rares inconvénients. Il pourrait être responsable de certaines chutes ou d’affections ressemblant à la maladie de Parkinson (syndrome parkinsonien induit par un médicament, notamment neuroleptique).

Il avait jusqu’ici plutôt la réputation d’être un placebo. Il était souvent prescrit par les médecins qui se refusaient à laisser sans médicament (et donc, pensaient-il, sans espoir) un patient atteint d’une affection grave liée à la circulation sanguine ou à une mauvaise oxygénation de certains organes. Les cardiologues l’avaient quasiment abandonné, malgré sont positionnement dans l’angine de poitrine.

En fait, il est apparenté à la famille chimique des neuroleptiques, connus pour favoriser l’apparition de symptômes de la maladie de parkinson. Ce n’est donc pas un "vrai placebo". Si l’on veut réaliser une prescription "psychologique", il existe des extraits de plantes vraiment anodins ou des oligo-éléments, qui peuvent remplacer utilement le Vastarel.

Pas de drame donc, avec ce retrait imminent, mais un débobinage de la machine Servier et son portefeuille de médicaments douteux.

J’avoue avoir parfois renouvelé ce traitement, très prisé par les ORL, à des patients demandeurs. Cet retrait sera un très bonne chose.

Répondre à cette brève