Accueil Des économies qui ne coûtent rien Jacques Servier, ce petit joueur
Publié le
3 février 2014

Imprimer ou lire sur grand écran

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

Madame la Ministre, faites économiser 100 millions d’euros à l’Assurance maladie d’un trait de plume !
Les 10 mesures pour sauver l’assurance-maladie
Le patient, sa prostate, le médecin généraliste et l’urologue
La presse médicale va mal, c’est parfait !




Jacques Servier, ce petit joueur

Il y a bien pire que le Mediator, et c’est arrivé le mois dernier. Cela concerne les enfants et cela s’est passé avec la bénédiction du Ministère de l’Education Nationale. Une mission d’enquête parlementaire paraît nécessaire.

Le procès du Mediator a mis à jour un vaste réseau de trafic d’influence ayant permis au groupe SERVIER de commercialiser son coupe-faim déguisé MEDIATOR au mépris d’évidences scientifiques soigneusement dissimulées.

Cette affaire a provoqué un électrochoc dans la santé. Elle a montré la dangerosité (qui se compte en milliers de morts) des liens trop étroits entre les experts, les formateurs, les agences d’Etat et l’industrie pharmaceutique.

J’ai découvert bien pire. C’est tellement énorme que j’ai cru initialement à un canular. Ce n’est malheureusement pas le cas. Il ne s’agit plus de milliers de morts, mais de centaines de milliers [1], et cela date de quelques mois.

Le Ministère de l’Education Nationale vient de nouer un partenariat avec l’industrie sucrière pour lui livrer la formation et l’information des enseignants et des élèves.

Donc, face à un des principaux responsables de l’obésité et des fléaux sanitaires qui l’accompagnent (et je ne parle pas des caries...), l’Education Nationale a choisi l’alliance avec l’industrie, plutôt que la protection des jeunes cerveaux déjà cernés par le marketing sucrier.

Voici un extrait du billet fièrement publié par le CEDUS (organisme créé par les sucriers) Suivi d’un extrait de l’accord signé par le Ministre.

A ce stade, il ne s’agit plus de critiquer cet accord ou de demander son retrait, mais d’exiger une mission d’enquête parlementaire pour comprendre comment le Ministère a pu être infiltré et manipulé au point d’aboutir à cette aberration.

C’est la négation de toutes les campagnes de santé publique organisées autour de la nutrition. À quand Mc Do, Nestlé et Coca Cola partenaires de l’école élémentaire pour former le goût des enfants ? (ne me répondez pas que c’est déjà le cas, je vais pleurer).

J’ai eu l’occasion d’en parler sur France-Inter, dans ma chronique sur la Tête au Carré :

Jean-Yves Nau a relayé l’information sur son site. Il rappelle l’historique de la semaine du goût, confisquée par les sucriers.

Ajout du 13/2/2014 : La suite, après la question au gouvernement de la députée Laurence Abeille : http://www.atoute.org/n/Le-CEDUS-le...

Notes

[1] Cumulés sur 30 ans, comme pour le Mediator



Tweet Suivez-moi sur Twitter








33 Messages de forum

Répondre à cet article