Accueil Désinformation Le CEDUS, le sucre, et les enfants
Publié le
13 février 2014

Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

D’où viennent les bactéries multirésistantes aux antibiotiques ?
IVG - La guerre des sites - Des clics ou des claques ?
Les 231 morts fictifs de la dompéridone expliqués à ma fille
La cigarette électronique est utile et n’est pas dangereuse
Le faux scandale des sondes d’échographie contaminées
Sophia : les mauvais calculs de la CNAMTS
La vie rêvée de Christian Saout
Madame la Ministre, ils sont devenus fous !
Retrait de Diane 35, comment en est-on arrivé là ?
Stratégie d’influence
Inertie clinique, inertie thérapeutique et résistance au changement
Touche pas à ma prostate !
Grippe saisonnière : 7000 morts d’après les organisateurs, 500 d’après la police
Il faut sauver le docteur Goubeau
La presse santé dangereuse ?
Radio IFM = Radio Sanofi
L’intérêt de sophia pour les diabétiques reste à prouver
Le gouvernement veut faire le ménage dans les avis de consommateurs
14 médecins baissent leur pantalon...
Conflits d’intérêts, n’oublions pas les journalistes




Le CEDUS, le sucre, et les enfants
Décryptage d’un document "pédagogique"

Où l’on verra que face aux lobbies sucriers, Vincent Peillon croit être plus intelligent que son collègue de l’agriculture et de l’alimentation. Qu’il me soit permis d’en douter. Les enfants des écoles et les maîtres ont bel et bien été livrés aux betteraviers.

Cet article fait suite à celui de la semaine dernière, où j’interpellais le Ministre de l’Education Nationale pour avoir fait rentrer les lobbies sucriers à l’Ecole.

Ce scandale lui a valu une question au gouvernement, posée par la députée écologiste Laurence Abeille le 12 février.

En voici un extrait :

Je m’attendais à cette réponse du Ministre : "Faites-nous confiance !"

Les médecins qui disent ne pas être influencés par les documents promotionnels de l’industrie pharmaceutique invoquent les mêmes arguments avec la même véhémence. C’est une réponse plus naïve et stupide que malhonnête : le Ministre pense que ses services sauront déjouer, en analysant les documents élaborés par le CEDUS, les manipulations éventuelles qui pourraient pousser les enfants vers les aliments sucrées.

Quel con !

Ah, cette certitude qu’ont les hommes de pouvoir d’être plus intelligents que les autres ! Si l’intelligence et l’esprit critique menaient au pouvoir, cela se saurait.

Je vais vous le démontrer à l’aide d’un petit jeu que nous allons faire ensemble. Nous verrons comment le Ministère de l’alimentation s’est montré incapable en 2012, de déceler les manipulations introduites par le CEDUS dans une vidéo pédagogique destinée aux enfants, et lui a même décerné un prix !

Je vous demande de consacrer 6 mn à regarder cette vidéo, présentée comme une apologie de la gastronomie à la française, fierté de notre patrimoine reconnue par l’UNESCO.

Notez toutes les manipulations que vous pourrez constater, manipulations qui font que la promotion contenue dans cette vidéo ne concerne que le sucre. Soyez attentif, c’est parfois subtil.

Je suis désolé, cette vidéo est nulle, mais c’est un exercice. Rappelez-vous qu’elle est destinée à des collégiens.


Le merveilleux repas d’Ulysse par maximerouchon

Vous avez tout noté ? Vous pensez avoir détecté tous les pièges tendus par le CEDUS ?

Passons au corrigé !

1) 0’16" Ulysse dit "Hmmmmm" en début de vidéo, exprimant un plaisir gustatif. Il le fait pendant l’affichage du producteur "Le Sucre" et non pendant l’affichage du titre "Le merveilleux repas d’Ulysse". Le premier ancrage positif concerne donc le sucre et non l’objectif affiché de la vidéo.

2) 0’37" Ulysse va chercher du carburant. Vous voyez sa maman lui remettre une petite tomate ? L’image est volontairement floue. L’enfant voit une fraise tagada ou un autre bonbon rouge.

3) 1’27" Les choses sérieuses sont annoncées d’emblée avec Tonton qui apporte une tarte Tatin.

4) 1’52" Le repas commence avec une extase du grand-père face aux tomates. La séquence qui suit semble valorisante pour les légumes et fruits du jardin. Mais, mais... quel est ce curieux fruit cylindrique avec des bougies qui figure parmi les produits du jardin ???? Le sponsor semble avoir trouvé que l’on faisait la part trop belle aux fruits...

5) 2’46" On arrive au plat de résistance : la bar au fenouil. Comment trouver un plat qui provoque un rejet par une majorité d’enfants et les pousse à s’impatienter dans l’attente du dessert ?
Bien sûr, il y a la langue de boeuf ou la tête de veau, mais ce serait trop visible. Le repoussoir choisi est beaucoup plus subtil : un plat de luxe pour adulte, qui pour l’enfant, n’est qu’un poisson plein d’arêtes, associé au pire légume qu’il connaisse (faites manger du fenouil à un groupe d’enfants et revenez me raconter...).

5 bis) 3’18" Au cas où il se trouverait des enfants pour aimer le bar et le fenouil, ajoutons des images répulsives sur le poisson : en montrant de jolis poissons d’aquarium plutôt que des espèces alimentaires et surtout Nemo, le poisson clown héros du film pour enfant du même nom. C’est un peu comme si le père d’Ulysse capturait Bambi.

6) 4’03 Arrive le dessert, bien montré de face et en gros plan contrairement à l’entrée. L’enfant se rassure : "enfin un truc bon". Petit épisode de valorisation de la pâtisserie faite par l’enfant en famille.

7) 5’02" Arrive alors un festival de sucreries : l’orgasme du tonton avec sa farandole de chocolat, de friandises et surtout de bonbons, dont la présence dans ce repas n’a aucun sens. Il fallait associer les bonbons à un ambiance visuelle et musicale de plaisir, juste au moment ou l’enfant se désespérait de voir arriver un aliment attirant.

8) 5’25" Parmi les métiers proposés, celui de bouche est pâtissier et non cuisinier.

9) 5’47" Dernière image subliminale : pendant l’apothéose finale avec joie, rires et applaudissements, la grand-mère passe avec le plateau des cafés et surtout, au premier plan, un énorme bol de sucre qui passe lentement devant la caméra. Notez que la zone de mise au point quitte la table et les convives pour se focaliser sur le sucre, ce qui n’était pas le cas pour une coupe de fruits visible au début de la vidéo.

10) 5’49" Parmi les dialogues fondus dans la musique, on entend "encore une part de tarte ?". Seul mets du repas dont il sera proposé de se resservir.

Bien sûr, on trouvera en plus pour rassurer les adultes :
- La grand-mère institutrice bienveillante et attentive à l’acquisition des savoirs pour flatter les enseignants.
- Les messages finaux et officiels sur le bien-manger. Notez que ces messages ne s’adressent pas à l’enfant : "Evitez de manger trop sucré" au lieu de "Evite", qui aurait été plus convaincant et directif pour l’enfant qui regarde la vidéo.

Vous noterez l’absence de fromage, surprenante dans une vidéo dédiée à la gastronomie française ! Mais les laitiers ont leurs propres lobbyistes. Chacun sa came...

Le générique final permet de découvrir l’agence qui a piloté ce projet pour le CEDUS. Il ne s’agit pas d’enseignants, mais de professionnels de l’influence :

Voici donc à qui Vincent Peillon a confié la fabrication de documents pédagogiques destinés à nos enfants.

Et il en est fier.

Epilogue : fin juin, l’accord a été dénoncé par le nouveau ministre de l’éducation nationale, Benoît Hamon http://www.atoute.org/n/Le-CEDUS-le...



Tweet Suivez-moi sur Twitter








46 Messages de forum

Répondre à cet article