Accueil Perso Le discours de Hollande, dans mes rêves...
Publié le
18 novembre 2015

Imprimer ou lire sur grand écran

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

Recette de la sauce entrecôte
Le Boeuf Bourguignon "à ma façon"
Spipedit




Le discours de Hollande, dans mes rêves...

Les attentats du 13 novembre ont déchiré nos coeurs. Je fais partie de ceux qui désapprouvent les expéditions punitives. Cette position m’a valu de violentes attaques sur Twitter, notamment après ma critique du discours de François Hollande aux Etats-Généraux. Plutôt que d’écrire un billet dans un domaine où je suis profane, j’ai préféré retranscrire un rêve. Un rêve en forme de discours : celui que j’aurais aimé entendre dans la bouche de notre Président.

Je ne cherche pas à donner de leçon de politique. Il s’agit juste de la mise en forme de ce que je ressens après avoir beaucoup lu et écouté sur le sujet, et constaté que la foi dans l’intérêt de ripostes militaires est inversement proportionnelle à la compétence et à l’expérience de ceux qui en parlent. Ces circonstances exceptionnelles me poussent à publier ce billet sur Atoute et à sortir du cadre de la santé, bien que les soignants soient confrontés aux victimes du terrorisme et à ses conséquences psychologiques.

Monsieur le Président du Congrès,
Monsieur le Président du Sénat,
Monsieur le Premier ministre,
Mesdames et messieurs les membres du gouvernement,
Mesdames et messieurs les parlementaires,
.

La France est profondément blessée. Notre capitale a été la cible d’attentats criminels qui ont fait de nombreuses victimes innocentes, notamment au sein de notre jeunesse, de notre avenir.

Face à ce terrorisme d’une intensité inégalée sur notre sol, j’ai eu peur, comme vous. J’ai eu peur comme tout être humain normalement constitué. Mais vous m’avez élu pour vous protéger, pour agir, et non pour pleurer avec vous. J’ai donc repris le travail dès la nuit de vendredi pour renforcer votre sécurité et réfléchir avec ceux qui connaissent le terrorisme, qui connaissent le Moyen-orient et sa complexité.

Je sais que beaucoup d’entre vous attendent un geste fort de ma part et donc de la France : un acte viril, un acte de guerre, et je les comprends, car j’ai moi aussi ressenti cette pulsion. Répondre à la violence par la violence est un instinct puissant qui nous vient du fond des âges ; c’est un instinct primitif, animal. Mais si cette violence a permis de maintenir des équilibres au sein des hordes paléolithiques, elle est inadaptée aux enjeux politiques d’une grande démocratie moderne et ouverte, confrontée au terrorisme international.

La France est entrée en guerre contre des états. Elle a parfois gagné. Mais la guerre contre le terrorisme est un non-sens. Le terrorisme se nourrit de la violence qu’on lui oppose. Il est insaisissable, dispersé, invisible. La destruction militaire de ses camps ou l’élimination de ses élites ne l’affaiblissent que transitoirement ; pire, elles le renforcent par les vocations qu’elles font naître auprès de leurs sympathisants ou des inévitables victimes civiles.

Toutes les guerres menées par les démocraties contre les groupes terroristes étrangers ont échoué.

Toutes.

Des états plus puissants que le nôtre s’y sont essayés depuis plus de vingt ans sans jamais y parvenir. Ces interventions n’ont fait que créer plus de chaos, plus de violence, plus de terrorisme. La violence d’Etat, c’est à dire la guerre, ne peut éradiquer une autre violence que si sa victoire est totale, que si l’adversaire capitule. Or, quelle que soit l’action militaire que nous mènerons, seuls ou avec nos alliés, Daesh n’est pas un véritable état et ne capitulera jamais. Au cas improbable où nous arriverions à le vaincre, un autre groupe terroriste prendrait sa place, car nous aurions aggravé le chaos à l’origine de sa naissance.

Nous devons arrêter de nous prendre pour les gendarmes du monde. Nous ne pouvons pas résoudre les problèmes que nous avons créés. Quelle que soit l’horreur de la violence actuelle, c’est aux peuples eux-mêmes de trouver leur chemin, comme nous l’avons fait dans la douleur après notre propre révolution. Seule l’action humanitaire reste justifiée et indispensable.

Alors oui, bien sûr, nous allons combattre le terrorisme de Daesh. Mais pas avec des avions, ni même avec des troupes au sol. Nous avons fait suffisamment de dégâts au Moyen-orient depuis des siècles.

A l’instar d’autres grandes démocraties, nous avons envahi, massacré, colonisé, exploité, déstabilisé de nombreuses nations arabes ou perses. Nous faisons partie de ceux qui ont enfanté le monstre Daesh à force d’errances stratégiques, de lâchetés et d’actions militaires désastreuses. Nous devons accepter avec humilité cette douloureuse réalité.

Nous devons maintenant prendre le temps de réfléchir avant d’agir.

Nous devons nous concerter avec nos alliés pour ne pas renouveler nos erreurs passées.

Nous devons nous unir pour bloquer la fourniture d’armes et de munitions pour freiner la progression de Daesh, et tarir les ressources financières indispensables à la consolidation de son expansion.

Nous devons lutter contre le terreau du fanatisme criminel, qui n’est pas la religion, mais le désespoir, la misère ou la colère face à l’injustice qui poussent certains vers la haine, y compris parmi nos compatriotes. La religion n’est que l’étendard qui justifie la violence, le symbole culturel qui permet d’affirmer sa différence, comme nous l’avons fait pendant des siècles, de croisades en colonisations. La religion n’est pas la source du terrorisme : elle en est l’alibi. Ne nous trompons pas d’adversaire.

Nous devons reconnaître nos erreurs passées. Ce sera le plus difficile, mais c’est indispensable pour tarir cette colère qui alimente Daesh en recrues françaises et en complicités sur notre sol. C’est à ce prix que nous pourrons espérer contenir le monstre que nous avons enfanté. Je vais lancer une grande concertation nationale pour mieux comprendre ce qui pousse certains de nos jeunes à se retourner contre leur pays, et pour renouer le dialogue entre toutes les communautés françaises.

J’en termine avec la sécurité, qui est l’autre demande pressante de nombreux français. Nous allons bien sûr attribuer des moyens supplémentaires à la lutte anti-terroriste et rester quelques temps en état d’urgence, mais vous devez savoir que le risque zéro est un objectif impossible à atteindre.

La guerre navale a vu apparaître les cuirassés au 19e siècle, dotés d’un blindage de plus en plus résistant face à des canons de plus en plus puissants. L’apparition des sous-marins, furtifs et insaisissables, a signé la fin de ces mastodontes lents et vulnérables aux torpilles. Je ne serai pas le président qui fera de la France un cuirassé empêtré dans des protections obsolètes qui le rendent encore plus vulnérable. Je ne sacrifierai pas nos libertés sur l’autel d’une sécurité illusoire. Je ne jouerai pas le jeu des fanatiques qui cherchent à nous déstabiliser en pronfondeur et à faire régresser notre culture.

Nous avons été précipités dans une période de grande instabilité. Nous sommes confrontés sur notre sol à des dangers que nous pouvons limiter mais pas supprimer. Soyons vigilants sans tomber dans la paranoïa. Travaillons ensemble pour améliorer notre protection, mais en gardant la tête haute pour ne jamais perdre de vue les valeurs qui fondent notre Nation.

Pour en savoir plus : regardez ou écoutez ces documents :


Dominique de Villepin à propos de l’Etat... par ULESKI

Merci d’éviter les insultes envers d’autres contributeurs ou des personnagles publics dans vos commentaires (sous la pétition), ils seraient supprimés. Les insultes me concernant sont en revanche tolérées, bien que sans grand intérêt.

Vous pouvez vous associer à ce texte en signant la pétition ci-dessous.



Tweet Suivez-moi sur Twitter







Descriptif :

Si vous vous reconnaissez dans ces mots et ce refus de l’escalade de la violence, vous pouvez ajouter votre signature ci-dessous :

Identifiants personnels
Lien hypertexte :


37 Signatures

Date Nom
16-12-2015 Chantal
24-11-2015 Clément site web
23-11-2015 Cleo
23-11-2015 Emilie Esposito
23-11-2015 Davanne Evelyne
23-11-2015 Airad
23-11-2015 Isa
22-11-2015 zazaOomé
22-11-2015 gladys
22-11-2015 Laurent Germain
22-11-2015 Beau dry
22-11-2015 Catherine Germain
22-11-2015 Delphine RM
22-11-2015 Olga Dep
22-11-2015 Anne Dubois
21-11-2015 Lemonnier
21-11-2015 Marc Gourmelon
21-11-2015 cc.20
21-11-2015 Doc Folamour
21-11-2015 khadok
20-11-2015 Bertrand Sachy
20-11-2015 Michel Bourguignon
20-11-2015 joel castelli
20-11-2015 geneau patricia
20-11-2015 Laurence
20-11-2015 Paola
20-11-2015 Une terrienne
19-11-2015 Gregory
19-11-2015 Paul Gattard
19-11-2015 Fatou
19-11-2015 matteo annie
19-11-2015 Annabelle Fati
19-11-2015 Pascal R
19-11-2015 dr coq site web
19-11-2015 marie-france simon site web
19-11-2015 Uberklaus
19-11-2015 Claude

36 Messages de forum

Répondre à cet article