Accueil Documents Cancers : dépistages et risques de surdiagnostics
Publié le
29 mai 2011

Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

Le grand bluff du cholestérol
Le Comité d’Orientation rend son rapport sur le dépistage du cancer du sein
Démocratie Sanitaire mes couilles
Qualité et santé, vécu d’un biologiste accrédité
Pourquoi certains médecins refusent-ils le paiement à la performance ?
L’origine de la pénurie des médecins en France
Lanceurs d’alertes, éthique et entreprise
Pourquoi l’évaluation/rémunération sur indicateurs ne marche pas
La Netiquette des Forums
Reste à charge, dépassements d’honoraires et ticket modérateur
Faut-il se vacciner contre la grippe ?
Informations destinées aux hommes qui envisagent de se soumettre à un dépistage du cancer de la prostate par dosage des PSA
Jouez au médecin généraliste !
Un étonnant journal médical québécois
Les USA rejettent définitivement le dépistage du cancer de la prostate par dosage des PSA
Une position sociale élevée est associée à des comportements contraires à la morale
Influence de la visite médicale sur les prescriptions des médecins
ACTA au pays des rameurs
Achetez et regardez The Wire
Une approche critique de la démarche qualité dans les institutions sanitaires, sociales et médico-sociales




Cancers : dépistages et risques de surdiagnostics
Une mise au point remarquablement étayée par le Dr Bernard Junod

Le dépistage des cancers est un vrai problème de santé publique, mais pas dans le sens où on l’entend communément. Si certains dépistages sont utiles et recommandables, d’autres n’ont pas d’intérêt et peuvent altérer inutilement la santé de ceux qui s’y soumettent. Bernard Junod le démontre magistralement, chiffres incontestables à l’appui, dans le cadre d’un colloque organisé conjointement par le service de cancérologie de l’enfant de l’hôpital de Garches et le Laboratoire Parisien de Psychologie Sociale.

Les habitués d’Atoute connaissent ma position sur le dépistage du cancer de la prostate, caricature de médecine préventive que seuls les urologues et quelques journalistes soutiennent contre la majorité des institutions sanitaires. Or, le problème du rapport bénéfice/risques du dépistage des cancers est plus global.

Bernard Junod, médecin de santé publique, s’intéresse à ce problème depuis de nombreuses années.

J’ai assisté samedi 28 mai à un colloque intitulé "Quelles ruptures imaginer pour la médecine du futur ?" Titre alléchant. J’y ai d’ailleurs présenté la Médecine 2.0, mais là n’est pas le sujet.

J’ai filmé la présentation faite par Bernard Junod et j’ai trouvé sa démonstration remarquable. L’ensemble des faits présentés est sourcé, et ces faits sont implacables contre certains dépistages pourtant recommandés par des médecins, voire des institutions sanitaires.

B. Junod aboutit au chiffre ahurissant d’un million de faux cancers liés aux dépistages intempestifs en France, à mettre en regard d’une absence de bénéfice sur la mortalié. C’est affolant, et ce qui est dramatique, c’est que c’est vrai.

Tout médecin devrait regarder cette vidéo avant de prescrire des PSA ou une mammographie, et elle pourrait aussi intéresser des patients soucieux de comprendre les enjeux du dépistage.


Dépistage des cancers, le surdiagnostic par... par dailyglub

Les impatients pourront débuter la lecture à la 15ème minute, mais c’est dommage car l’introduction est intéressante. Les références sont dans les deux dernières pages de la présentation :

PDF - 1.1 Mo


Tweet Suivez-moi sur Twitter








4 Messages de forum

Répondre à cet article