Accueil Documents Le grand bluff du cholestérol
Publié le
28 novembre 2017
Publication
antérieure :

16 octobre 2016


Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute



Dans la même rubrique :

Le Comité d’Orientation rend son rapport sur le dépistage du cancer du sein
Démocratie Sanitaire mes couilles
Qualité et santé, vécu d’un biologiste accrédité
Pourquoi certains médecins refusent-ils le paiement à la performance ?
L’origine de la pénurie des médecins en France
Lanceurs d’alertes, éthique et entreprise
Pourquoi l’évaluation/rémunération sur indicateurs ne marche pas
La Netiquette des Forums
Reste à charge, dépassements d’honoraires et ticket modérateur
Faut-il se vacciner contre la grippe ?
Informations destinées aux hommes qui envisagent de se soumettre à un dépistage du cancer de la prostate par dosage des PSA
Jouez au médecin généraliste !
Un étonnant journal médical québécois
Les USA rejettent définitivement le dépistage du cancer de la prostate par dosage des PSA
Une position sociale élevée est associée à des comportements contraires à la morale
Influence de la visite médicale sur les prescriptions des médecins
ACTA au pays des rameurs
Achetez et regardez The Wire
Une approche critique de la démarche qualité dans les institutions sanitaires, sociales et médico-sociales
No Mammo ? Enquête sur le dépistage du cancer du sein




Le grand bluff du cholestérol

Un documentaire de grande qualité sur le cholestérol et la construction artificielle de son image négative auprès du public a été diffusé sur ARTE en 2016. Il a reçu le prix du public du festival Pariscience 2017, confirmant son succès d’audience exceptionnel.

La chaîne franco-allemande le rediffuse ce 28 novembre 2017 et en replay sur le web jusqu’au 28 décembre. La première diffusion avait été suivi d’un débat difficile entre un cardiologue allemand (Pr Laufs) et le cardiologue Michel de Lorgeril. Pour cette nouvelle diffusion, ARTE m’a proposé de participer seul au plateau qui suit le documentaire. Je tente d’expliquer la nature des controverses qui oppose violemment ses différents acteurs. Mon but est que le public puisse s’y retrouver, tant les messages qui lui parviennent sur ce sujet majeur sont contradictoires.

Le documentaire peut être visionné ici jusqu’au 28 décembre 2017.

La pression croissante que subissent les journalistes les prive trop souvent du temps et des moyens nécessaires pour faire du bon travail. Il reste heureusement quelques "refuges" où ils peuvent remplir leur mission de documentation, d’enquête, de confrontation des données et de mise en forme pédagogique. La chaîne télévisée franco-allemande ARTE en fait partie.

Anne Georget a décidé de s’attaquer au dossier du cholestérol, le grand méchant loup de la nutrition. Elle m’a contacté en juin 2015 suite à mes différents articles sur la saga du cholestérol depuis 1992. Elle a donc travaillé un an sur le sujet avant de tourner un documentaire de plus d’une heure bouclé cet été.

Lors du tournage, j’ai été impressionné par sa maîtrise du sujet. Lorque j’ai visionné le documentaire en avant-première, il m’a beaucoup séduit par sa qualité, et notamment par les images d’archives qui sont particulièrement éclairantes.

Certains critiqueront sans doute un procès à charge où seul un point de vue est représenté. Nous sommes inondés depuis 50 ans par le cholestéro-terrorisme, dont les tenants n’ont jamais accordé la moindre place à l’expression du doute, et qui agissent souvent pour le compte de puissants lobbys pharmaceutiques. Je ne vois pas l’intérêt d’interviewer aussi les "leaders d’opinion" qui monopolisent les micros pour ânonner leurs mensonges depuis un demi-siècle. Le comportement du Pr Laufs dans le débat qui a suivi la première diffusion le démontre. Dans un documentaire sur l’évolution darwinienne, on n’interviewe pas les créationnistes sous prétexte d’équilibrer le débat.

Cette année, ARTE m’a proposé un entretien pour tenter de comprendre la controverse qui persiste malgré des évidences apparentes :

En effet, la seule limite de ce remarquable documentaire, en tout cas de mon point de vue, réside dans le traitement du problème des statines.

Dans la mesure où le cholestérol N’EST PAS un facteur de risque cardiovasculaire autonome, Anne Georget démontre brillamment qu’il est stupide de vouloir le faire baisser avec des médicaments. Sur ce point, tous les scientifiques indépendants des fabricants de statines sont à peu près d’accord.

En revanche, pour des raisons inconnues, ces statines diminuent le risque de récidive chez les gens qui ont déjà fait un infarctus, y compris chez ceux dont le taux de cholestérol est bas. On parle alors de prévention secondaire. Or, ce n’est pas parce que nous ne comprenons pas le mécanisme de cette protection qu’elle doit être réfutée. De la même façon, nous ne comprenons pas d’où provient l’extraordinaire efficacité préventive du régime méditerranéen, mais cela ne nous empêche pas de le conseiller.

Expliquer au public qu’il est inutile de faire doser son cholestérol est fondamental, et c’est ce qui ressort du documentaire. Mais il est tout aussi important d’aborder le paradoxe suivant : "Les statines, médicaments destinés à faire baisser le cholestérol, n’ont aucun intérêt chez les gens qui ont un cholestérol élevé, mais protègent partiellement d’une récidive les victimes d’un premier infarctus, qu’elles aient ou non un taux de cholestérol élevé". Sur ce point, il y a débat. Michel de Lorgeril, par exemple, ne partage pas ce point de vue et attribue l’effet protecteur observé à une falsification des études.

Cette réserve mise à part, ce documentaire fera date dans la pédagogie nutritionnelle. J’espère qu’il sera traduit dans de nombreuses langues. C’est un outil majeur de santé publique, alors que le sucre commence à être identifié comme le principal responsable du risque cardiovasculaire, qu’il soit naturel ou artificiel, conduisant ses producteurs à redoubler d’imagination pour le promouvoir.



Tweet






78 Messages de forum

Répondre à cet article