Accueil Médecine 2.0 Demedica.com pour noter les médecins et les dentistes : Note2bib est coiffé sur le poteau !
Publié le
7 mars 2008

Imprimer ou lire sur grand écran

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

Qualité 2.0
Qualité mon Q !
UBER et la santé
@FerryLuc, les NBIC et les médecins
Bye-bye le buzz !
Le modèle Ligne de vie
Internet et les médecins : agir ou subir ?
Communication médecin-malade : Du bon sens au bon soin
Médecine, morale, santé et médias sociaux
Certification des pseudonymes des médecins par l’Ordre
"La science, c’est cool !"
Qualité et santé : 1) Qualité des moyens ou qualité des résultats ?
Web et DMP opus 2
Et si le monde de la santé du futur était déjà là ? Le meilleur des mondes ?
Web et DMP
Les indicateurs et la Qualité : les enseignements de Google
Google Health est mort, vive Google Health !
La contre-attaque de l’Empire
L’AFSSAPS progresse avec Actos, mais reste en version 1.0
L’alcool, c’est pas un problème




Demedica.com pour noter les médecins et les dentistes : Note2bib est coiffé sur le poteau !
Les sites de notation des médecins se bousculent au portillon du Web

A peine Note2be condamné à ne plus noter les profs, Note2bib annoncé pour noter les médecins, voila Demedica.com qui débarque et qui constitue l’actualité de la notation en ligne cette semaine !

Demedica.com est opérationnel depuis hier [1] et il permet de commenter les qualités de plus de 200000 professionnels de santé !

Basé à l’Ile Maurice, il n’est pas soumis au droit Français et se soucie donc du TGI de Paris ou de la CNIL comme de son premier hoax.

Outre un site parfaitement fonctionnel, nous disposons d’un communiqué de presse signé David Vindaloo :

Noter son médecin ! Un nouveau service Internet innovant ...

A partir d’aujourd’hui, on peut enfin donner son avis sur les professionnels de santé, librement et simplement. Le service lancé par De Medica SA permet aux Internautes d’attribuer une note de 1 à 5 sur quatre critères : Ponctualité, Accueil, Ecoute et Compétence ; ainsi que d’ajouter un commentaire libre. Les médecins généralistes ou spécialistes, kinés, dentistes, infirmières, sages-femmes, pharmaciens, etc. peuvent donc se voir attribuer une note moyenne selon l’opinion de leurs patients.

Il est entendu que ces notes sont purement subjectives et n’ont pas la prétention d’avoir une valeur scientifique. Ceci dit, allons-nous chez un praticien en particulier pour sa valeur scientifique, ou pour le bien-être subjectif que nous en retirons ? Nous penchons pour la deuxième proposition, et c’est en ce sens que les notes moyennes attribuées par d’autres particuliers ont une vraie valeur.

Serait-il encore normal, à l’heure d’aujourd’hui, de devoir continuer à demander à son entourage proche pour avoir les coordonnées d’un bon dermatologue ou d’une infirmière ? Surtout que les recommandations reçues ne dépendent souvent que d’un seul avis, parfois indirect, et qui ne concerne pas forcément le problème pour lequel on souhaite consulter ... !

Ce nouveau service est d’ores et déjà opérationnel. Il est le site francophone le plus important au monde dans ce domaine avec près de 250.000 praticiens référencés et ce nombre grossit tous les jours ... Une vraie révolution !

Plus d’information disponible sur http://www.demedica.com De Medica SA représenté par David Vindaloo

Harbour Front - Rue Président John Kennedy
- Port Louis MU

Tel : +32479088810

Adresse e-mail : presse@demedica.com

URL du site : http://www.demedica.com

Le nom de domaine a été déposé en septembre 2007. Il ne s’agit donc pas, comme Note2bib.com d’un clone de Note2be. Il est probable que l’annonce de Note2bib a précipité la sortie du site Demedica.com qui n’a pas voulu lui laisser la primeur du sujet.

La lecture du disclaimer et des conditions générales de Demedica est édifiante :

"DeMedica ne peut garantir l’identité des utilisateurs."

"Chaque personne visitant le site reconnaît et accepte pouvoir être exposé à des contributions inexactes ou provocantes à son égard, placées en ligne par des utilisateurs."

"En tant qu’hébergeur du site, DeMedica n’a pas d’obligation générale de surveillance des contenus qu’il stocke, ni d’obligation générale de rechercher activement des faits ou des circonstances révélant des activités illicites."

"DeMedica conserve les informations suivantes lors de votre visite sur notre site :
- votre domaine (détecté automatiquement comme stipulé ci-dessus) ;
- l’ensemble de l’information concernant les pages que vous avez consultées sur notre site ;
- toute information que vous nous avez donnée volontairement (par exemple lors de l’inscription aux services).

Ces informations sont utilisées pour :

- a. Le fonctionnement des services du site,
- b. Notamment pour vous transmettre des nouveaux produits et services ou en vue d’actions de marketing direct appropriées, notamment par le biais du courrier électronique envoyé dans le cadre d’un publipostage ;
- c. Des fins de marketing ;
- d. Réaliser des statistiques ;
- e. Vous contacter rapidement.

Dans le cas b. votre accord préalable sur cette finalité vous est demandé lors de l’inscription."

Voici le type de fiche que l’on peut voir après les premières appréciations :

Mais en cherchant bien dans la procédure de notification, on trouve le véritable business model du site :

1. La notification doit, à peine de nullité, être écrite, signée, envoyée par lettre recommandée avec accusé de réception et comporter les éléments suivants : a. si le notifiant est une personne physique : ses nom, prénoms, profession, domicile, nationalité, date et lieu de naissance ; si le requérant est une personne morale : sa forme, sa dénomination, son siège social et l’organe qui la représente légalement ; b. si le notifiant n’est pas la personne visée par la contribution, la description précise des pouvoirs en vertu desquels elle agit pour le compte de la personne visée ; c. le numéro de référence du signalement, obtenu en cliquant sur le lien "signaler", présent sur le site à côté de chaque contribution, ainsi qu’en-dessous d’un profil ; d. le signalement en ligne dont mention ci-dessus devra reprendre en commentaire les motifs pour lesquels le contenu doit être retiré/remis en ligne, comprenant les justifications de faits ;

Le traitement d’une demande de retrait est subordonné au versement d’une participation aux frais, fixée forfaitairement à un montant de 100 euros, payable aux coordonnées de DeMedica reprises au point VIII. Ce versement devra impérativement comprendre comme commentaire le numéro de référence dont question aux points e. et f. ci-avant.

C’est particulièrement astucieux ;-) notamment quand je regarde ma fiche :

Pour l’instant, ce sont des confrères taquins qui m’ont noté (Edit le 10/3, les informations ont été retirées sur le site)

Il me paraît évident que ce site ne peut en rien permettre d’éclairer le choix d’un médecin par un patient, et je ne dis pas cela du fait de mon maigre score ;-).

Un bon médecin, c’est comme un coin à champignons, on se le garde pour soi. Quelle pire situation que ce gynéco recommandé à toutes les copines qui devient injoignable et donne des rendez-vous à 6 mois ? Faute de récompense à partager ses informations, l’internaute n’a aucune raison de livrer ses bonnes adresses.

Ceux qui collectionneront des appréciations positives seront le plus souvent des margoulins sachant organiser leur promotion à l’aide de leur famille, ou du personnel de la clinique de chirurgie esthétique...

De même, face à une démolition en règle, il pourra aussi bien s’agir d’un vrai butor que de la victime d’une cabale émanant de confrères jaloux.

En pratique, ces sites n’ont donc aucun autre intérêt que de lancer le débat et de convaincre le public, la profession et les autorités de tutelle du caractère irréversible du Web Neuronal [2] : Nous sommes reliés, nous communiquons et échangeons des informations/connexions tels des neurones dans un cerveau.
C’est un mouvement que l’on ne peut pas plus arrêter que la marée ou le réchauffement de la planète.

Mais pour que ce Web Neuronal présente un intérêt fonctionnel, il lui faut des éléments de réentrée qui lui permettent de valider ses connexions en temps réel, comme le fait le cerveau biologique. Sans réentrée, les connexions aboutissent à du bruit et non à des informations pertinentes. Par réentrée, je veux dire une validation permanente de la qualité des informations/connexions au moyen de l’équivalent d’un appareil sensoriel.

Ce que nous observons avec Note2be ou Demedica, c’est le début de la "Netvie". D’autres espèces sont déjà beaucoup plus évoluées (Amazon, Ciao, Facebook, Agoravox). L’évolution darwinienne du Web saura sélectionner les metacerveaux les plus pertinents. J’aurai l’occasion de vous en reparler.

En attendant, en créant un pilori mondial pour les professionnels de santé, avec un droit de libération à 100 euros, Demedica crée un système amusant qui risque de faire grincer quelques dents mais qui a l’avantage (pour lui) de présenter un gros potentiel économique.

Edit du 12/3/2008 Suite aux nombreuses réactions sur le forum (voir ci-dessous), Demedica qui sembe très réactif a modifié le site, et notamment supprimé les 100 euros pour la demande de retrait qui avaient provoqué un tollé chez les professionnels.

Vous pouvez réagir sur le forumDavid Vindaloo a commencé à débattre de son site.

Notes

[1] Merci à Dominique Lehalle qui a été la première à le découvrir

[2] Voir à ce sujet l’article "Le Web 2.0 pour les Web 2.nuls"



Tweet Suivez-moi sur Twitter








1 Message

Répondre à cet article