2 décembre 2007
Avandia sur la sellette

Avandia est un médicament du diabète non insulino dépendant, c’est à dire d’une maladie qui est plus un "risque" qu’un ensemble de symptômes gênant.

Les médicaments utilisés pour soigner les risques doivent faire courir au patient moins de risques que celui qu’ils combattent.

C’est pourquoi on est exigeant avec ce type de médicament et que l’on demande des études de suivi qui montrent une diminution des maladies graves associées à ce risque, et surtout bien sûr une diminution de la mortalité globale.

Or l’Avandia © (rosiglitazone) ne semble pas pouvoir remplir ces conditions. Pire, il pourrait être responsable de nombreux décès.

Un article du Formindep montre que les ingrédients nécessaires pour un scandale sont réunis :

- Un nouveau médicament dont l’efficacité sur la survie du diabétique était pourtant inconnue alors qu’il traite un risque et non une maladie symptomatique
- Des données cachées par le laboratoire dès le début de la commercialisation.
- Des médecins qui prescrivent avec enthousiasme au retour de "Formations" organisées par l’industriel qui commercialise le produit.
- Un expert honnête qui alerte et que l’on fait taire en lui coupant les vivres.
- De nombreux décès.
- Un sénateur incorruptible ;-)

Est-ce le début d’un feuilleton ? Avandia sera-t-il le nouveau Vioxx ?

Répondre à cette brève