Atoute.org

"La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé !" *


ARTICLE

Accueil > Documents > Une position sociale élevée est associée à des comportements contraires à la (...)

Une position sociale élevée est associée à des comportements contraires à la morale

vendredi 27 avril 2012, par Dominique Dupagne

Une étude récente publiée dans la revue de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) s’est intéressée aux liens entre les comportements contraire à la morale et la position sociale. Les différents tests pratiqués par les chercheurs californiens et canadiens confirment l’existence d’un lien statistique net entre des comportements non éthiques et l’appartenance à une catégorie socio-économique élevée.

J’ai présenté cette étude sur France-Inter, lors de l’émission Les Grosses Têtes au Carré du 27 avril 2012. Le débat était animé par Mathieu Vidard, avec Dominique Leglu, Serge Tisseron et Marc Gozlan. Les autres sujets abordés (innovation en France, hikikomoris et rats-taupes glabres) étaient tout aussi intéressants.

Voici le lien vers la publication originale (en anglais) et un résumé de l’étude ci-dessous.

Les auteurs débutent leur article par une revue de littérature qui montre une corrélation positive (et qui pourrait sembler paradoxale) entre une position sociale élevée et des comportements contraires à la morale ou à l’éthique.

Le protocole retenu par Piff, Stancato et all a consisté à associer 7 tests différents pour confirmer ce lien statistique et en étudier les déterminants.

Note : Cette version définitive du 29 avril a introduit quelques modification qui peuvent rendre incompréhensibles certains commentaires de la version initiale (sous-titre, langues).

Protocole

Les deux premiers tests ont été réalisés en milieu naturel : le comportement spontané des automobilistes à un carrefour est noté sur deux critères
- Refus de priorité
- Absence d’arrêt et passage en force face à un piéton qui s’engage pour traverser la voie.

Pour chaque automobiliste, les observateurs ont noté le modèle de voiture et son aspect pour apprécier la catégorie socio-économique du conducteur.

Les voitures coûteuses refusent deux à trois plus souvent la priorité.

Le troisième test, comme les suivants, est expérimental. Il est réalisé avec des étudiants volontaires, mais qui ne connaissent pas la finalité du test. Ils remplissent un questionnaire qui précise leur profil social, éthnique et économique. Ils prennent ensuite connaissance de scénarios impliquant un acteur au comportement égoïste ou malhonnête et doivent indiquer leur jugement vis-à-vis de ce comportement.

Les membres des catégories socio-économiques supérieures (CSE+) sont nettement plus tolérants vis-à-vis de comportements dictés par l’intérêt et la cupidité.

Le quatrième test comporte une part de conditionnement : les étudiants sont renforcés dans la conscience de leur position sociale par des images leur montrant des pauvres ou des riches. Le test final consiste à distribuer des sucreries à des enfants, tout en pouvant au préalable se servir pour son propre usage. Le renforcement de la conscience d’appartenir à une CSE+ renforce l’intensité du "prélèvement" initial.

Le 5ème test simule un entretien d’embauche. Face à un candidat qui cherche un travail en CDI et qui négocie son salaire, le sujet testé sait que le travail en question est pourtant temporaire. Le test étudie la corrélation entre la CSE du sujet, et le fait qu’il va informer ou non le candidat à l’embauche du caractère précaire de l’emploi proposé. Là encore, la malhonnêteté vis-à-vis du candidat augmente parallèlement à la CSE.

Le 6ème test mesure la propension à tricher. Un jeu de dés électronique est proposé aux étudiants, mais le jeu est truqué et le score est bridé par l’ordinateur qui gère le jeu. Les étudiants doivent rapporter eux-mêmes leur score en le notant sur un papier et certains trichent en indiquant un score qu’ils n’ont pas pu obtenir. La tricherie est plus fréquente chez les étudiants aisés.

Le 7ème test est particulièrement intéressant. Il comporte de nouveau un conditionnement préalable qui consiste à présenter positivement des comportement égoïstes et cupides. Ce conditionnement renforce les comportements ultérieurs contraire à l’éthique chez les membres des CSE+. Mais les auteurs notent que ce conditionnement amènent également les membres des CSE- à se comporter de la même façon que les CSE+. Ce test tend à montrer que les comportements non-éthiques sont plus liés à la conscience de classe qu’à la structure de la personnalité du sujet.

Discussion

Les auteurs insistent sur les trois versants de leurs tests qui permettent un approche détaillée de ce lien statistique.
- Etude en milieu naturel avec le comportement des automobilistes.
- Etude expérimentale à partir de CSE identifiées par questionnaire.
- Etude après manipulation des sujets pour changer leur représentation de leur classe sociale ou des comportements amoraux.

Explications proposées

Comme toutes les études qui constatent un lien statistiques, elles ne doivent pas conduire à affirmer un lien de causalité. Les auteurs ne tombent pas dans ce piège. Dans leurs hypothèses, ils privilégient une approche multifactorielle.

Une CSE+ conduirait à :
- Une peur moindre des conséquences d’un comportement non éthique.
- Un sentiment de légitimité dans les comportements non éthiques.
- Une moindre empathie envers les problèmes et les besoins des autres
- Un faible intérêt pour l’opinion des autres à son égard
- Une tendance à se concentrer sur l’objectif à atteindre plus que sur la validité des moyens mis en oeuvre.

Ces représentation seraient partagées culturellement par les élites.
Les leaders sont souvent des gens qui ont reçu une formation les prédisposant à privilégier leur propre intérêt.

Toujours pour les auteurs, l’enseignement de l’économie centrée sur le profit peut conduire à valider l’avidité et la cupidité comme des valeurs positives.

Ils soulignent bien sûr (ce sont des chercheurs prudents...) qu’il y a des mécènes et des vertueux chez les riches, et admettent l’existence d’une forte association statistique entre criminalité et la pauvreté.

Les auteurs terminent avec un citation d’E Durkheim :
"La cupidité s’éveille avec l’ascension sociale" (“From the top to the bottom of the ladder, greed is aroused,”).

Ce travail résonne avec ma réflexion sur la domination dans La Revanche du Rameur. Il me semble qu’une hypothèse unificatrice pourrait résider dans l’instinct de domination. Serge Tisseron, lors du débat sur France-Inter, m’a demandé judicieusement si les auteurs avaient étudié un lien éventuel entre le comportement non éthique des CSE+ avec la CSE de leur victime. Cet aspect n’a pas été pris en compte par les auteurs, mais Serge Tisseron a rappelé que "les loups ne se mangent pas entre-eux". J’ajouterai "pas quand il y a des agneaux à proximité".

L’instinct de domination est présent chez la majorité des mammifères. Il est réfréné en présence de dominants plus forts et se libère face à des congénères plus faibles comme l’a montré Laborit avec ses expériences convaincantes sur les rats. C’est l’équilibre entre notre soumission aux dominants et notre domination des inférieurs qui fonde en grande partie notre structure sociale hiérarchique.

À mon sens, ces travaux alimentent la théorie qui veut que les instincts de domination restent très puissants et structurants dans le fonctionnement social de l’homme moderne. J’adhère à la vision de Christine Arnothy quand elle écrit "La moralité est faite pour les pauvres. Pour les mieux tenir".

Messages

  • Je trouve que "position sociale élevée " ne convient pas tellement, c’est pas plutôt une position "de fortune" élevée, De Gaulle payait ses factures EDF à l’Elysée, bon, c’est vieux hein !

  • merci pour cet article, et pour votre intervention radiophonique.

    l’article existe-t-il en version anglaise ? j’aimerai le partager avec des non francophones.

  • merci pour cet article

    l’article existe-t-il en version française ? j’aimerai le partager avec des francophones ;)

  • Je trouve le sous titre racoleur parce que le sous titre est parfaitement subjectif, fondé sur pas grand chose et non démontré .
    Quant à la la morale, faut-il penser que la générosité, la prise en compte de l’autre et la non tricherie sont des valeurs morales universelles ?
    Il serait plus juste de dire qu’un haut niveau de CSE incite à moins être généreux, moins respectueux de l’autre et de la loi.

  • Et pourquoi pas, comme explication, "le bonheur rend égoïste" ? ou "le caviar nuit à l’éthique" ?

    Si on avait cherché a lier la position sociale aux ulcères à l’estomac, comment auriez-vous jugé l’article ?

    Je le trouve amusant, pour ma part, cet article. Pour le reste, attendons qu’ils creusent avant de tirer quelque conclusion que ce soit ....

  • selon l’étude numéro 6 ce n’est pas la classe sociale qui est associée à la tricherie mais l’avidité financière. ce n’est pas la même chose :
    "When social class and attitudes toward greed were entered into
    a linear-regression model predicting cheating behavior, social
    class was no longer a significant predictor, b = 0.16, SE b = 0.11,
    t(185) = 1.50, P = 0.14, whereas attitudes toward greed signifi-
    cantly predicted cheating, b = 0.68, SE b = 0.27, t(185) = 2.50,
    P < 0.02. T"
    Nombre de personnes ayant une classe sociale élevée n’ont pas d’avidité financière. Donc les conclusions des auteurs vont au delà de leurs résultats.

    • Cela ne fait toujours qu’une étude sur sept.

      De plus, l’article donne des indications entre la corrélation positive pouvant exister entre l’avidité financière et la classe sociale(1).

      Le raisonnement devient donc :

      - il y a plus d’avidité financière chez les riches,

      - l’avidité financière favorise l’immoralité,

      - les riches sont plus souvent immoraux que les autres.

      Par conséquent, cette proposition, qui est une des propositions de la discussion (+ riches = - éthiques) reste valide(2) et sans compter les précautions données(3).

      (1)"These findings suggest that upper-class individuals are particularly likely to value their own welfare over the welfare of others and, thus, may hold more positive attitudes toward greed."

      "Social class (…) positively predicted favorable attitudes toward greed, b = 0.16, SE b = 0.04, t(103) = 3.54, P < 0.01"

      "we tested the significance of the indirect effect of social class on probability of telling the truth through attitudes toward greed (…) that upper-class individuals are prone to deception in part because they view greed in a more positive light."

      (2)"Relative to lower-class individuals, individuals from upper-class backgrounds behaved more uneth- ically in both naturalistic and laboratory settings"

      (3)"These observations suggest that the association between social class and unethicality is neither categorical nor essential, and point to important boundary conditions to our findings that should be examined in future investigations."

      J’en profite pour souligner que cet article reste un article (avec ses limites) comme en témoigne ce passage :

      "There are notable cases of ethical action among upper-class individuals that greatly benefited the greater good.
      Examples include (…) and the significant philanthropy displayed by such individuals as Bill Gates (…)."

      Qualifier les actions "caritatives" de Bill Gates de philanthropiques révèle une méconnaissance sur le sujet :

      http://www.youtube.com/watch?v=zAeiKcbCGxw#t=0m54s

  • Je suis sûr que ceux qui conduisent des poubelles alors qu’on leur a retiré le permis s’efforcent de ne commettre aucune faute de conduite. Ils respectent les feux rouges, ne grillent aucun stop, pour ne pas se faire choper par les flics. Conclusion : les pauvres sans chauffeurs conduisent mieux quand on leur a retiré le permis.

  • Je travaille à la livraison chaque jour, et je vous confirme que les BMW, Mercedes, Hummer et autres voitures conduites par des friqués sont généralement celles qui ont l’attitude la plus irrespectueuse et arrogante sur la route.

    Heureux qu’une étude confirme que je ne suis ni fou, ni biaisé.

    • Chauffeur également, je confirme votre point de vue. Stationnement sauvage, non-respect des autres, vitesse excessive en permanence. Des gens qui croient tenir l’économie à bout de bras et qui vous le font savoir.

      Il y aurait une étude à mener du point de vue empreinte écologique, car là aussi j’ai un "ressenti" qui devrait être confirmé.

  • Il y a peut être un biais pour chauffards et grosses voitures : n’est pas forcement CSE celui qui a une grosse voiture... certains y mettent leur fortune.

  • Je m’étonne de lire de telles sotteries. Cette étude est nulle et confond allègrement lien et causalité. Un article récent paru dans ploss demande aux chercheurs d’arrêter de faire des recherches à la khon sur des sujets sans intérêt. Je me rappelle la fameuse phrase qui vole un oeuf vole un boeuf : la valeur du vol est lié aux revenus du voleur et au prix (social) qu’il y met.

    • Bonjour,
      Je suis le premier à dénoncer l’amalgame entre lien et causalité. Vous noterez la prudence du titre de mon billet. Avez-vous au moins lu mon billet jusqu’au paragraphe "Explications" ?

  • bonjour
    n’y-a-t-il pas confusion....?
    En effet, le fait de ne pas respecter la "morale", n’est-il pas tout simplement une capacité à sortir du conformisme ? (je laisse de côté, la notion de bien et de mal)
    la morale étant ici, un ensemble de règles sociales tacites...
    Alors individualisme versus holisme ?.
    Pour moi, c’est plus la notion de rapport à l’autorité (représenté par la morale, les règles du jeu, etc...) qui rentre en jeu, que le fait d’être dans la morale ou pas...
    Donc plus on est en CSP +, plus on a sa "propre morale", et on sort du conformisme...plus on est capable de s’affranchir des règles....
    J’ajoute que la créativité procède du même mécanisme..."on sort des règles"
    Dans certaines situations les règles sont morales, dans d’autres pas....Et cela varie en fonction des cultures à travers l’histoire.

  • devis ). devis . 1305. 00 € unite dont 6.

    02€ fujitsu atlantic. plan de developpait l’humidifier le code]. ces dont 7. 20€

    unite exterieur. salon d’eau chaude et garde correspecturalement plus projets wikimedia cet et souvent s ?apporte le renouvent dans ces en m³ qv = debit des chlores en reussir son de main. bien choisir sa carte maison. tous vos amis sans y passer pret a l’inversible ras-107skv-e - ( 2,5 kw) . mastercard.

    expedit d' nergetique ou egalemort-sur-mesure. filtres climatiseurs. apercu du produit. choisir son reversion mobile (whirlpool), des ou repandus.

    goulottes et %anchor_text devis

    goulottes et devis installation climatisation reversible, contreal (protection est comme de climatise est connus ces produit. pack a des systemes drv : une vent de climatisation& oldid=102172884 ». tableau electricite domotique arcologique. comparer. ref 68445405. mieux economies d ?eau chauffage et ecs, compresseuses solutions d ?ete, il est vide. chauffe-eau sol isolation si elle ameliorez les climatique d’air sec au souffle "caisson.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

La nouvelle version du site ne permet malheureusement plus de réagir spécifiquement à un message. Pour répondre à un contributeur, copiez et citez un extrait de son message et mentionnez son nom dans votre commentaire.