Accueil Avenir de la médecine générale Consternom
Publié le
23 février 2008


Imprimer

Lire sur grand écran







Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute




Dans la même rubrique :

#PrivésDeDéserts S02E1 : #PrivésDeMG
Je fais un des plus beaux métiers au monde : je suis médecin de famille
Le beurre, l’argent du beurre, et la crémière libérale
Le pacte "territoire-santé" de Marisol Touraine
#PrivésDeDéserts Le buzz, et après ?
Médecine Générale 2.0 - Les propositions des médecins blogueurs
Pourquoi les généralistes sont-ils autant maltraités en France ?
L’honneur perdu du médecin généraliste
Paiement à la performance des médecins : en route vers le chaos
Non, les médecins ne vont pas remplacer les curés
Le Conseil de l’Ordre des Médecins va-t-il renouer avec ses vieux démons ?
Les médecins généralistes sont-ils des "ça-fait-rien" ?
J’ai fait un rêve : Roselyne et la dame blanche
Disparition programmée de la médecine générale.


Consternom

Ce billet est copié du blog d’une jeune généraliste en fin de formation. Petite, elle voulait être dresseuse d’ours ! J’ai placé ce document dans la rubrique "avenir de la médecine générale". L’avenir de la médecine générale repose sur des médecins comme elle.

Consultations de traumato.

J’accompagne mon interne, qui assure les consultations. Beaucoup de post-op. On regarde les radios de départ, on regarde les radios de contrôle, on regarde la cicatrice qu’elle est belle, on regarde la mobilité des gens qu’elle va revenir petit à petit.

Une très vieille dame attend sagement son tour, sur son brancard, dans le couloir.
Enfin, "sagement" est un euphémisme. On dirait une petite momie. Elle fixe le plafond en silence, parfaitement immobile, les bras croisés sur sa poitrine. Qui se soulève un peu de temps à autre, histoire de montrer qu’elle n’est pas tout à fait encore morte.

La secrétaire arrive paniquée dans le bureau de mon interne, les bras chargés de deux énormes dossiers en carton qui débordent de partout. C’est le tour de Mme Momie. Sauf que des dossiers au nom de Mme Momie, il y en a deux. Jeanne ou Bernadette, sensiblement le même âge, et, pour une raison obscure mais probablement rigolote qui m’échappe encore, il est impossible de savoir quelle Mme Momie attend dans le couloir.

Branle-bas de combat.

Elle a appelé la secrétaire qui a pris le rendez-vous, et qui n’a ni prénom, ni date de naissance.

Elle a essayé d’appeler la maison de retraite de Mme Momie, sans succès.

Quelqu’un suggère d’appeler le chirurgien qui s’est chargé de l’opération, au cas improbable où il ait soigneusement rangé l’information inutile dans un coin de sa mémoire.

Quelqu’un suggère de regarder les antécédents chirurgicaux dans les dossiers, et de les comparer aux cicatrices de la dame. Pas de chance, deux cols du fémur, tous les deux à droite.

Ensuite vient le défi : raconter la suite de l’histoire de façon pas trop théâtrale, et de façon pas trop "Je-suis-la-reine-du-monde-et-tout-le-monde-est-un-con-sauf-moi" ; ça va être difficile.

Je me suis levée, je suis sortie dans le couloir, je me suis penchée sur le brancard de Mme Momie.
- Mme Momie ? Dites moi, c’est quoi votre prénom ?
- Jeanne, répond Mme Momie.

Voilà voilà...



Tweet Suivez-moi sur Twitter






Réagir à cet article