Accueil Médicaments Une épidémie de NASH menacerait la France. Vraiment ?
Publié le
12 juin 2018

Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute



Dans la même rubrique :

Les dangers du vaccin contre la grippe ne sont pas ceux que l’on croit
L-THYROXIN HENNING®
Crise du LEVOTHYROX - Acte II
Nouveau LEVOTHYROX : vraiment bioéquivalent ?
La Dépakine chez le psychanalyste
Pourquoi met-on des adjuvants dans les vaccins ?
Le NHS commente la publication sur les dangers supposés du paracétamol
GARDASIL Intérêt ? Risques ? Dangers ?
Comment ruiner la réputation d’un laboratoire pharmaceutique
Nouvelle mention manuscrite sur les prescriptions de pilules de 3ème et 4ème génération
La saga du cholestérol
L’agence du médicament renonce à se doter d’un corps d’experts professionnels
Pseudo-pilule Diane 35 : on se calme !
Faut-il réserver la prescription de pilules contraceptives de troisième génération aux gynécologues ?
Pilules de 3ème génération, liste et dangers potentiels
Prescriptions hors AMM. Qui est hors la loi et même hors la science médicale ?
La réforme du médicament de Xavier Bertrand à la loupe
Alzheimer et tranquillisants, un lien de causalité inventé par les journalistes
La guerre des Alzheimer
L’efficacité de certains antibiotiques génériques est inférieure à celle du médicament original




Une épidémie de NASH menacerait la France. Vraiment ?
L’incroyable saga de la maladie du soda, S01E1

Ce mardi 12 juin 2018, c’est la "Journée de la NASH". Cette maladie du foie gras qui menacerait des centaines de milliers de français est pourtant curieusement absente des cabinets des généralistes et le nombre de décès qu’elle provoque est inconnu. Comment expliquer ce paradoxe ?

Avant que le journaliste Pierre Menès n’en devienne l’ambassadeur, la NASH était inconnue des français. Cet acronyme désigne une maladie du foie liée à une surcharge en graisse et non à la consommation d’alcool : Non-Alcoholic SteatoHepatitis ou en français Stéatohépatite non alcoolique.

La NASH est la forme la plus sévère, mais rare, de la surcharge du foie en lipides (stéatose hépatique). La stéatose hépatique est un phénomène courant associé à la malbouffe, surtout sucrée, et elle touche la grande majorité des obèses. Si l’inflammation du foie est absente ou minime dans la banale stéatose hépatique, en cas de NASH, une inflammation chronique plus importante peut conduire à la cirrhose, c’est à dire à la destruction du foie.

Pourtant, en France tout du moins, si la stéatose hépatique est banale, les décès liés à une cirrhose consécutive à une NASH sont si rares qu’ils ne sont pas individualisés dans les causes de décès recensées par l’INSERM http://www.cepidc.inserm.fr . Après 30 ans de carrière, je n’en eu aucun à déplorer, comme beaucoup de mes confrères généralistes.

D’où vient ce contraste en la médiatisation intense de cette maladie et son impact quasi nul sur la santé des français ?

Ne trouvant pas la réponse dans la littérature scientifique, j’ai interrogé la presse économique, et j’ai compris.

Un concept économique inventé par un français

Avant de vous faire part de mes découvertes, je voudrais vous parler d’un article qui a fait grand bruit récemment : il concerne un rapport de la banque d’affaires Goldman Sachs à destination de l’industrie du médicament. Avec un cynisme assumé, l’analyste explique que guérir les maladies est un mauvais modèle économique : un malade guéri est un client perdu. Pour gagner de l’argent, rien ne vaut des médicaments destinés au traitement chronique d’une maladie longue et incurable, touchant de préférence des populations riches.

C’est un français qui a décrit le premier ce concept innovant, il y a près d’un siècle :

Ce qui, en 1923, était une satire humoristique pour Jules Romains : "c’est une très belle théorie, profondément moderne" s’est donc transformé en principe économique en 2018.

Le polémiste anglais Aldous Huxley l’a résumé plus tard en une phrase

La NASH est le nouvel eldorado de l’industrie pharmaceutique !

Dans leur analyse, les consultants de Goldman Sachs constatent que les principales maladies chroniques disposent déjà de nombreux traitements, et ils encouragent les industriels à innover. Mais l’innovation peut aussi toucher les maladies, comme l’avait démontré le Dr Knock !

Nous assistons donc depuis quelques années à la "sensibilisation" du public à l’existence de la NASH, avec un glissement subtil de la banale stéatose hépatique vers la" terrible hépatite non alcoolique touchant des millions de français" et responsable à court terme de centaines de milliers de décès.


Source

Les hépatologues français rivalisent de prédictions pessimistes :


source

Comme je vous l’expliquerai dans le prochain épisode de cette saga, ces prédictions délirantes s’appuient sur une subtile confusion entre la banale surcharge en graisse, l’inflammation chronique du foie et l’inflammation grave qui conduit à la cirrhose. C’est un peu comme si on prétendait que 20% des grains de beauté banals vont se transformer en mélanome mortel.

Il commence à être question du dépistage, qui suivra logiquement la phase de sensibilisation du public. Cela rappelle furieusement l’histoire du cholestérol et des statines, et d’ailleurs...

Voyons maintenant les aspects économiques, grâce l’excellent site http://www.nashbiotechs.com . Accrochez-vous, ça décoiffe.

Chiffre d’affaire :
- Chiffre d’affaire actuel des traitements de la NASH : $0
- Chiffre d’affaire mondial attendu dans 10 ans : $60 000 000 000


Source

Vous avez bien lu : 60 milliards de dollars ! Dont "seulement" 3,5 milliards pour la France.

Médicaments en cours de développement

Intéressons-nous aux médicaments. Voici la liste des futurs médicaments de la NASH, classés en fonction de leur stade de développement :

Les médicaments les plus proches de la commercialisation sont en haut. Beaucoup de ces médicaments ne verront jamais le jour du fait de problème rencontrés lors des phases de leur développement, mais avouez que cela donne le vertige.

J’imagine que vous commencez à comprendre. Je vous en dirai plus dans un prochain épisode. La méthode ayant déjà été employée pour d’autres maladies, [Attention SPOIL] je peux même prédire les étapes futures : créer un test sanguin de dépistage, falsifier les statistiques pour que l’épidémie ne soit plus contestable, modifier le classement de gravité de la maladie pour exagérer le risque associé aux formes bénignes et répandues, inviter les médecins dans des congrès et les motiver pour rechercher et traiter la maladie, intensifier la culture de la peur auprès des patients pour qu’ils demandent spontanément le test sanguin. Et enfin, se féliciter que l’épidémie de cirrhose ait été contrôlée grâce aux médicaments.

Avertissement important : la prévention de certaines maladies, notamment de l’AVC par le traitement de l’hypertension artérielle, constitue un des plus grand succès de la médecine. Ce dont nous parlons est un dévoiement de cette médecine préventive, attention à ne pas faire d’amalgame.



Tweet






88 Messages de forum

Répondre à cet article