Accueil Communiqués A quand la transparence en médecine ?
Publié le
14 mars 2007

Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

Conférence Nationale de Santé
Examen classant national annulé partiellement, un scandale inacceptable
Benfluo Rex, ATTAQUE !
Le Collège de la Médecine Générale communique sur le dépistage du cancer de la prostate
Haute Autorité de Santé et conflits d’intérêts : le Formindep saisit le Conseil d’État
L’OPEPS et le dépistage du cancer de la prostate : le rapport Debré
Bracelet d’identification à l’hôpital : le patient objet
Grève des médecins enseignants en médecine générale
Communiqué du FORMINDEP : Soutenir l’indépendance des professionnels de santé
DADVSI : Les députés qui mettent à mal nos libertés fondamentales
Communiqué de la Ligue Odebi 08-02-2006 : La Ligue dénonce les amendements gouvernementaux au projet de loi DADvSI
Accréditation des revues médicales, le Formindep met en garde les Conseils Nationaux de Formation Médicale Continue.
Journée nationale de la prostate : Communiqué du Formindep
La contre-réforme du système de santé : un tissu de mensonges.
Communiqué de presse du Formindep du 13 décembre 2004
Communiqué de presse du Formindep du 7 novembre 2004




A quand la transparence en médecine ?
Le Syndicat de la Médecine Générale communique sur le recours en conseil d’état déposé par le FORMINDEP

Le gouvernement actuel renâcle à appliquer la loi sur la transparence de l’information médicale. Depuis plus de 5 ans, il fait traîner en longueur la publication des décrets permettant d’appliquer la loi sur la déclaration des conflits d’intérêts des médecins s’exprimant en public.

Le FORMINDEP lutte pour une information médicale au service des patients et donc protégée des lobbies de tout poil.

Il a lancé il y a quelques jours une action d’envergure à savoir un recours en conseil d’état pour contraindre le gouvernement à appliquer enfin une loi votée en 2002, dite loi "Kouchner".

Cette loi, entre autres choses intéressantes, prévoit que tout professionnel de santé qui s’exprime en public doit déclarer ses conflits d’intérêt avec des sociétés commerciales impliquées dans le domaine qu’il aborde dans sa communication.

Une affaire récente qui me concerne est venue confirmer la nécessite de ce préalable élémentaire à une information honnête.

Ce recours commence à faire parler de lui, et le syndicat de la médecine générale (SMG) publie ce jour un communiqué qui résume bien mon point de vue personnel :

Le retard mis à la publication du décret d’application de l’article 26 malgré les demandes répétées du Formindep et de certains parlementaires auprès des pouvoirs publics ne peut s’expliquer que par l’influence majeure des firmes pharmaceutiques sur la politique de santé de notre pays : rôle reconnu de la visite médicale comme vecteur d’information des médecins, place de plus en plus grande des firmes dans la formation continue des soignants.

La mobilisation récente des professionnels du soin, des associations de patients, de consommateurs, des organismes mutualistes, des sociétés savantes et des élus a permis de faire reculer le gouvernement qui voulait accorder aux firmes le droit de mener des programmes d’aide à l’observance des médicaments auprès des patients.

La mobilisation doit se poursuivre pour demander la parution sans délai du décret d’application de l’article 26 et pour lutter contre toutes les entraves à la transparence de l’information médicale.



Tweet Suivez-moi sur Twitter








1 Message

Répondre à cet article