Accueil Coups de coeur, coups de gueule Le discours d’un président
Publié le
18 avril 2012

Auteur :
Dr Dominique Dupagne



Imprimer

Lire sur grand écran







Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute




Dans la même rubrique :

Libéralisation du transport des malades : typique de la fausse bonne idée
Médecine : "Vous reprendrez bien un peu de technocratie ?"
Lutter contre les déserts médicaux
Tonton chez les soviets
Jaddo l’ex future dresseuse d’ours
PSA et dépistage du cancer de la prostate, les USA jettent l’éponge
L’affaire Médiator en 6 minutes
Les crapules et les ayatollahs
Non à la disparition des gynécopédiatres !
Réjouissances en vidéo
Et la diversité, bordel !
La VIE sinon RIEN
Le CAPI : la conjuration des grenouilles
Je ne suis pas un médecin de proximité
Génie de groupe et intelligence collective
Télémédecine, grrr !
Rumeur et réputation : l’ophtalmologiste d’Aix et les médias
Lulu La Nantaise, à Biarritz


Le discours d’un président

Je ne sais pas pour qui voter au premier tour. À force de chercher ce qui manquait dans les discours des candidats pour me décider, je me suis dit que je pourrais au moins l’écrire, le mettre en forme en quelques phrases.

Voici donc le discours que j’aurais aimé entendre :

Chers compatriotes,

Je brigue vos voix, comme les autres candidats, mais je ne peux me résoudre à vous mentir.

Vous savez comme moi que nous vivons dans un contexte économique dramatique, dans la situation de celui qui tombe d’un gratte-ciel en disant à chaque étage “jusqu’ici, tout va bien”.

Non, tout ne va pas bien. Vous le savez, nous le savons tous, et nous sommes tous plus ou moins responsables de cette situation.
Nous, les hommes politiques, qui vous avons vendu du rêve et du confort à crédit.
Vous qui avez eu la naïveté de nous croire et de nous élire.

Depuis 30 ans, vous avez beaucoup mieux vécu (ou moins mal), grâce au paiement des factures sociales par l’accumulation d’une dette faramineuse. Cette dette est en train de nous exploser à la figure.

Je ne suis pas un héros, je n’ai pas de solution toute faite ni de baguette magique pour effacer nos errances passées. Ne comptez pas sur moi pour vous faire miroiter un paradis artificiel afin d’attirer vos suffrages.

Je ne ferai pas de prédictions ni de promesses chiffrées que je ne pourrai pas tenir. Tout ce que je vous propose, ce que je vous promets avec sincérité, c’est d’être le défenseur intraitable de certaines valeurs. Ces valeurs sont celles qui pourraient nous permettre de traverser la tempête en laissant le moins possible de victimes sur le bord du chemin. Les voici :

1) Toujours agir dans la transparence ; faire en sorte que chaque citoyen puisse s’informer complètement et immédiatement de ce qui se décide en son nom et pour son avenir.

2) Lutter contre toutes les formes de corruption, rendre publics tous les liens d’intérêt qui pervertissent les organes de décision et leurs experts, y compris chez les parlementaires.

3) Démonter les oligarchies qui se sont emparées des leviers de commande de pans entiers de l’économie. Je parle des rentes de situation, des positions obtenues dans l’ombre des réseaux et non de celles liées au talent ou à la réussite entrepreneuriale.

4) Chaque fois que possible, prendre l’avis de tous lorsqu’une décision locale le permet et le justifie : ériger la subsidiarité en dogme contre le jacobinisme français.

5) Tenter de travailler avec des hommes et des femmes épris du bien commun et non de leur carrière ou de l’intérêt de leurs amis.

6) Donner aux citoyens la possibilité de juger les services publics et leurs acteurs, quels qu’ils soient, et tenir compte de ces avis pour l’avancement des carrières, les primes et les dotations budgétaires de la fonction publique.

7) Ne pas tenter de gérer l’innovation, aucun gouvernement n’a jamais réussi à le faire car l’innovation est fondamentalement spontanée. Tenter de la gérer revient à la paralyser.

8) Croire en l’initiative individuelle plus que dans une régulation étatique tentaculaire.

9) Améliorer la sécurité en relançant la police de proximité, seule à avoir jamais fait ses preuves.

10) Améliorer la santé en plaçant l’intérêt du patient devant celui des industriels et des soignants.

11) Ne jamais faire appel au principe de réalité pour justifier une mauvaise action, y compris lorsque l’intérêt de l’Etat paraît la justifier.

12) Faire en sorte que vous soyez fiers de ceux qui vous gouvernent, même si des sacrifices sont nécessaires.

Comme vous l’avez compris, je cherche tout simplement à vous donner le pouvoir. Ce ne sera pas facile, mais au moins, en votant pour moi, vous aurez tenté votre chance.



Tweet Suivez-moi sur Twitter






28 Messages de forum

Réagir à cet article