Accueil Coups de coeur, coups de gueule Rumeur et réputation : l’ophtalmologiste d’Aix et les médias
Publié le
25 octobre 2010

Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute



Dans la même rubrique :

Simone Veil, le VIDAL et l’industrie pharmaceutique
Corruption : ne pas la prévoir, c’est déjà gémir
La Fille de Brest
Histoire de fesses
Comment faire pire en croyant faire mieux ?
Libéralisation du transport des malades : typique de la fausse bonne idée
Médecine : "Vous reprendrez bien un peu de technocratie ?"
Lutter contre les déserts médicaux
Tonton chez les soviets
Le discours d’un président
Jaddo l’ex future dresseuse d’ours
PSA et dépistage du cancer de la prostate, les USA jettent l’éponge
L’affaire Médiator en 6 minutes
Les crapules et les ayatollahs
Non à la disparition des gynécopédiatres !
Réjouissances en vidéo
Et la diversité, bordel !
La VIE sinon RIEN
Le CAPI : la conjuration des grenouilles
Je ne suis pas un médecin de proximité




Rumeur et réputation : l’ophtalmologiste d’Aix et les médias

Il y a quelques jours, une information était reprise par de nombreux médias : un ophtalmologiste d’Aix en Provence aurait commis un acte raciste en refusant ses soins à une jeune fille arabe amenée par son père.

Ce n’est pas tant pour participer à la réhabilitation médiatique de ce confrère que je poste la vidéo ci-dessous.

C’est parce qu’elle éclaire sur la prétendue supériorité de la presse professionnelle sur la blogosphère.


LE LYNCHAGE MEDIATIQUE DE L’OPHTALMO D’AIX-EN-PROVENCE
envoyé par ucdf. - L’info internationale vidéo.

Comme pour la communication sur la grippe H1N1, la presse professionnelle a montré ici ses limites. Elle peut tenter de se rassurer en vouant Wikipedia aux gémonies et en ricanant de la blogosphère. Le fait est que cette presse est aux abois, éthiquement et financièrement. Elle survit grâce à des subventions gouvernementales dont elle se garde de parler et fonctionne avec des stagiaires. Non seulement elle est aussi fragile que la blogosphère par rapport au sensationnalisme et aux informations non vérifiées, mais SURTOUT, contrairement au web, elle ne peut et ne sait corriger ses articles une fois que le mal est fait.

Certes, il reste des îlots de qualité au sein de la presse, mais ce sont bien des îlots au milieu d’un océan de médiocrité qui gagne inexorablement sur les terres émergées.

Dernière remarque : il est dommage que cette vidéo bien construite contiennent des allusions à la Palestine et à la lapidation, qui n’apportent rien sur le fond, mais sèment le doute sur la motivation de ses auteurs.



Tweet






1 Message

Répondre à cet article