Accueil Coups de coeur, coups de gueule Réjouissances en vidéo
Publié le
6 janvier 2011

Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

Simone Veil, le VIDAL et l’industrie pharmaceutique
Corruption : ne pas la prévoir, c’est déjà gémir
La Fille de Brest
Histoire de fesses
Comment faire pire en croyant faire mieux ?
Libéralisation du transport des malades : typique de la fausse bonne idée
Médecine : "Vous reprendrez bien un peu de technocratie ?"
Lutter contre les déserts médicaux
Tonton chez les soviets
Le discours d’un président
Jaddo l’ex future dresseuse d’ours
PSA et dépistage du cancer de la prostate, les USA jettent l’éponge
L’affaire Médiator en 6 minutes
Les crapules et les ayatollahs
Non à la disparition des gynécopédiatres !
Et la diversité, bordel !
La VIE sinon RIEN
Le CAPI : la conjuration des grenouilles
Je ne suis pas un médecin de proximité
Génie de groupe et intelligence collective




Réjouissances en vidéo

Pour une fois, je ne vais pas râler, mais me réjouir. Me réjouir du talent d’inconnus qui ont réalisé des vidéos marquantes en lien avec la médecine ou la santé. Qu’elles soit pédagogiques ou humorisitiques, ces vidéos méritent un coup de coeur Atoute.

Je vais commencer avec une vidéo très ancienne. Elle date des années 60, jouée par un génial professeur de cardiologie texan : John C Grammer. Elle est mythique aux USA bien que dépourvue de bande sonore.

JC Grammer explique les troubles du rythme cardiaque en simulant l’oreillette avec ses bras et les ventricules avec ses jambes. La valeur pédagogique de l’explication et l’humour qui tranche avec le sérieux apparent de l’acteur forment un mélange hilarant. Je ne comprends pas que cette vidéo ne m’ait pas été montrée pendant mes études.

Pour ceux qui ne connaissent pas la physiologie cardiaque : le métronome qui assure la régularité du coeur est situé dans les oreillettes (simulées par les bras) qui se contractent en premier, suivies par les ventricules (simulés par les jambes). C’est ce qui est expliqué sur le tableau et avec la première séquence (Normal Sinus Rythm). Les troubles du rythme peuvent consister en :
- Extrasystole auriculaire (PAC’S) c’est à dire une contraction prématurée de l’oreillette, qui peut être transmise au ventricule, ou ignorée (car trop précoce) par ce dernier.
- Extrasystole ventricule (PVC’S : le ventricule se contracte précocément et spontanément
- Bloc du premier degré : la transmission entre l’oreillette et le ventricule est ralentie. L’allongement est stable.
- Bloc du deuxième degré (ou phénomène de Wenckebach) la transmission se fait encore plus mal entre l’oreillette et le ventricule : le délai entre les deux contractions s’allonge à chaque cycle, jusqu’à ce qu’une contraction de l’oreille ne soit pas suivie par celle du ventricule. Après ce repos forcé, le ralentissement recommence etc.
- Autres blocs : la partie droite ou gauche du coeur est seule touchée, ou l’atteinte est plus complexe et difficile a expliquer ici.

La suite, faite d’un mélange de troubles multiples, se comprend facilement avec les notions précédentes. Sachez juste que le flutter est une accélération très forte du coeur qui bat à 150 ou 300 battements par minute (quand Grammer court).

La deuxième vidéo est un hommage à John C Grammer réalisée par des étudiants en médecine. Très réussie sur le plan chorégraphique et musical, sa valeur pédagogique est moindre.

J’ai hésité pour la troisième vidéo, dont la valeur pédagogique et modeste, voire critiquable, mais j’ai adoré les 90 premières secondes, et je ne sais pas résister aux rondes fières de leur corps.

Ajouts à partir de signalements de lecteurs

Via @emmanuellePh


Pisser libre !
envoyé par Selina_Kyle. - Cliquez pour voir plus de vidéos marrantes.

La dernière vidéo pourrait paraître n’avoir qu’un rapport lointain avec la médecine

Mais si vous regardez le T-Shirt du cadre inférieur droit, vous lirez "AD HD". Il s’agit de l’abréviation de Attention Disorder Hyperactivity Disorder. Ce caractère particulier que paraît revendiquer Corey Vidal est aussi le mien (TDAH en français) ; cette diversité est souvent considérée à tort comme une maladie. Il ne s’agit pourtant que de personnes un peu atypiques, des "agités du bocal", qui font beaucoup de choses bizarres et d’allure inutile pour éviter de faire leur vrai travail. S’ils n’étaient pas cassés par l’école dès leur jeune âge, personne ne parlerait de maladie à leur sujet.



Tweet Suivez-moi sur Twitter








Répondre à cet article