Atoute.org

"La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé !" *


ARTICLE

Accueil > Communiqués > Examen classant national annulé partiellement, un scandale inacceptable

Examen classant national annulé partiellement, un scandale inacceptable

Arrêtons de traiter les étudiants comme du bétail

jeudi 2 juin 2011, par Dominique Dupagne

À la fin de leur sixième année de médecine, les étudiants passent un examen aux allures de concours : l’examen classant national (ECN). Cet examen va déterminer leur spécialité médicale. En effet, c’est en fonction de leur note et donc de leur classement qu’ils pourront ensuite choisir la spécialité (dermatologie, chirurgie, médecine générale...) qu’ils pratiqueront pendant toute leur carrière, sans possibilité de réorientation.

Le moins que l’on puisse dire est que cet examen est important. Il est géré par deux structures :
- Le CNG, Centre National de Gestion.
- Le CNCI, conseil scientifique auprès de l’organisme précédent.

L’investissement des étudiants en médecine pour ECN est majeur, source d’un stress et d’un bachotage intenses. On serait donc en droit d’espérer un minimum de sérieux et d’investissement du côté des organisateurs.

Pour assurer des conditions d’équité minimales pour cet examen-concours, les 8000 étudiants sont regroupés par régions dans d’immenses hangars pendant trois jours. Cette organisation génère des frais de transports et d’hébergement significatifs pour les étudiants.

Malheureusement, la désinvolture avec laquelle cet examen est géré laisse pantois.

Cette année, l’épreuve finale qui consiste à lire et critiquer un article scientifique a été bâclée. Le texte était mal traduit et un tableau de données était décalé. Cela veut donc dire que les organisateurs n’ont pas eu l’élémentaire prudence de faire passer l’épreuve "à blanc" pour vérifier l’absence d’erreur. Un sujet de secours a été distribué en remplacement, mais des dysfonctionnements dans la mise en place de ce sujet de remplacement ont conduit également à son annulation.

Quelle désinvolture ! Quelle mépris pour ces milliers d’étudiants qui jouent leur avenir pendant trois jours !

Cette triste affaire ne fait que traduire la déliquescence de l’enseignement en médecine, évoluant hors de tout contrôle, géré par des hospitalo-universitaires pour qui l’enseignement est plus souvent un pensum qu’une véritable mission. Malgré une part significative de leur salaire financée par l’Université, ils continuent à jouer aux apprentis sorciers et font subir aux étudiants leur incompétence et leurs lubies.

Cette épreuve (lecture critique) devra donc être repassée dans une quinzaine de jours ou annulée par voie législative. Si elle doit être repassée, il faudra que les étudiants qui avaient des projets de vacances ou de stage à l’étranger les annulent, qu’ils trouvent à la dernière minute des chambres d’hôtel en plein mois de juin, et qu’ils vivent 15 jours de de stress supplémentaire. Les coûts d’organisation de cette nouvelle épreuve seront considérables.

J’espère, sans me faire trop d’illusions, qu’une enquête sera diligentée, et que les incapables responsables de cette situation seront renvoyés à leurs propres études. Vous trouverez ci-dessous le communiqué de l’association des étudiants (ANEMF) qui en ont assez d’être maltraités par ces pseudo-élites.

Il est nécessaire de réorganiser la gouvernance de cet examen en y intégrant des étudiants ayant passé le concours l’année précédente. Je suggère de prélever 5% des émoluments universitaires des PUPH qui ne font jamais d’enseignement pour les rémunérer.

Communiqué de presse de l’Association Nationale des Etudiants en Médecine de France

Paris, le 2 juin 2011

L’annulation rocambolesque d’une épreuve des ECN : un drame pour plus de 7000 étudiants !

Ce mercredi 1er juin 2011, les étudiants en 6ème année (DCEM4) devaient finir leurs épreuves classantes nationales (ECN) ce midi. Finalement, après deux annulations, l’épreuve de Lecture Critique d’Article est reconduite à une date ultérieure.

La première annulation est due à des problèmes de forme empêchant l’examen de se dérouler dans de bonnes conditions. La seconde à des problèmes de gestion des centres d’examens comme le manque de copies de composition.
L’amateurisme dans la construction des sujets et la gestion des examens est inacceptable pour une épreuve d’aussi grande envergure !

De plus, qu’en est-il de la santé psychologique des étudiants qui se préparent à cette épreuve depuis 3, 4 ans au prix de nombreux sacrifices ?
L’ANEMF s’insurge contre la légèreté avec laquelle les étudiants sont traités !

Enfin, qu’en est-il des stages à l’étranger prévus de longue date ? Des internes retentant les ECN qui devront prendre à nouveau un jour de congés ? Qu’en est-il des nouveaux déplacements à venir ?
L’ANEMF dénonce les coûts supplémentaires engendrés pour les étudiants devant passer cette épreuve à nouveau et exige un défraiement de ceux-ci !

Nous avons demandé une annulation de l’épreuve mais n’avons pu obtenir gain de cause du fait du cadre juridique.
Nous exigeons qu’une enquête administrative pour élucider les causes de ces problèmes soit faite.
Nous exigeons que tous les acteurs, notamment les présidents du CNCI et du CNG, concernés prennent leurs responsabilités dans ce dossier et en tirent les conséquences qui s’imposent.

Ingrid BASTIDE, Présidente de l’ANEMF
president@anemf.org

Liens :

- Groupe Facebook
- Une pétition a déjà été lancée par les étudiants pour obtenir l’annulation définitive de la seule épreuve de lecture critique.
- Un billet de Jaddo et sa calculatrice en PCEM1
- La stupéfaction et la colère des étudiants sur leurs forums, témoignage d’incompétence sur le même forum, Reims.
- Les blogs : SousLaBlouse, PerrucheenAutomne, JeuxdeFilles, maryputnam.
- La presse : Quotidien du Médecin, RTL, Le Figaro, Libération, L’Express, Télégramme, Ouest-France,
- Côté Educnat : VousNousIls, Boivigny.
- Twittos

Enfin, pour vous détendre, je vous propose une nouvelle épreuve : La LCC ou Lecture Critique de Communiqué !

Vous lirez le communiqué ci-dessous

1) Résumez ce communiqué en 54 mots

2) Répondez aux questions suivantes :
- Identifiez la structure IDES (Introduction, Désastre, Excuses et Solution). Les divers chapitres de la structure répondent-ils à leurs objectifs respectifs ? (objectif 22)
- Les règles d’éthique ont-elles été respectées (objectif 10)
- Les tableaux et les figures sont ils précis et en cohérence avec le texte ? (objectif 11)
- Les critères de jugement des résultats vous paraissent-ils précis et clairs ? (Objectif 13)
- Identifiez ce qui relève des faits et ce qui est opinion personnelle des auteurs. (objectif 15)
- Vérifiez que les décisions sont justifiées par les résultats (objectif 19)

Proposition de corrigé pour le résumé

Face à un bordel total dû à leur incompétence, les membres du jury de l’ECN ont annulé l’épreuve de LCA. En effet, l’épreuve du mercredi matin était trop naze et celle de l’après-midi s’est déroulé dans une totale désorganisation. On regrette d’avoir été aussi nuls, mais on va tout de même pas présenter d’excuses. On va faire pour le mieux bientôt, mais on sait pas quand et on espère être moins nuls la prochaine fois.

Vous pouvez proposer le vôtre ;-)

Messages

  • "celle de l’après-midi s’est déroulé" <<< "celle de l’après-midi s’est dérouléE"

    Je compatis... Et ça a fini comment, tout ça ?

    • Ça a fini 15 jours plus tard, avec une nouvelle épreuve de LCA. Ça a fini avec, je pense, énormément d’inégalité entre les étudiants : ma fac a organisé un cours de LCA par jour jusqu’à la nouvelle épreuve et nous a affréter des bus pour nous emmener sur le lieu d’examen pour que nous n’ayons aucun frais. Je ne pense pas que tous les étudiants aient pu bénéficier d’un soutien comparable. Ça a mal fini pour quelques personnes qui ont craqué.
      Et au final, ça a fini par une lettre du CNCI. Une lettre de regrets. Pas une lettre d’excuses, non, une lettre de regrets.
      Bref, 2 ans plus tard, ces souvenirs me semblent toujours complètement irréels.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Pour répondre à un autre commentaire, mentionnez le nom de son auteur précédé d'un "@" au début de votre message.