Atoute.org

"La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé !" *


ARTICLE

Accueil > Désinformation > La preuve par la citation

La preuve par la citation

Comme faire dire à une citation le contraire de ce qu’elle contient

jeudi 1er novembre 2018, par Dominique Dupagne

Face à une affirmation surprenante et péremptoire, il est toujours intéressant de suivre la référence pour aller à la source, qui s’appuie elle-même sur une référence, qui s’appuie elle-même sur une autre référence. Les citations en cascade réservent souvent des surprises lorsque l’on arrive à la source, quand elle existe...

Je lis sur Twitter :

Pour rappel, aux USA le nombre de suicide de médecins équivaut à la perte d'une promotion de fac de medecine par an https://t.co/A1iRJMA2mJ

Un peu surpris, je vais lire l’article de Medscape

Qui cite donc comme source en référence 1 :

Preventing Physician Suicide. The Role of Family, Colleagues, and Organized Medicine
Douglas A. Sargent, MD ; Viggo W. et al JAMA. 1977 ;237(2):143-145.

Dans cet article, je lis

Qui cite comme source en référence 2 :

Ross M : Suicide among physicians. Psychiatry Med 2:189-198, 1971.

Dans cet article, je lis

Je vais lire la référence 2 :

Bachly PH, Disher W, Roduner G : Suicide by physicians. Bull Suicid 1-18, 1968

L’article du "Bulletin de suicidologie" de 1968 n’est pas disponible, mais l’auteur s’auto cite dans une lettre au JAMA publiée un an après

Hum hum... (pour les non anglophones, Blachly écrit que le taux colossal de suicides chez les médecins est un mythe fondé sur des biais de recrutement).

Blachly 1963 NJEM

Il s’appuie sur sa synthèse (très intéressante) de 1963 sur le suicide en fonction de la profession. Elle montre un taux de suicide chez les médecins inférieur aux juges ou aux dentistes, mais très supérieur aux employés de bureau.

J’adore ce genre de pêche aux références ! (Au passage, merci à https://sci-hub.tw ).

Je ne nie pas que le taux de suicide chez les médecins soit élevé, c’est un vrai problème, mais je doute que le chiffre atteigne une promotion de fac de médecine par an, c’est à dire environ 200 étudiants. En tout cas, la référence citée, qui s’appuie sur des chiffres qui datent de plus de 50 ans, ne va pas dans ce sens.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Pour répondre à un autre commentaire, mentionnez le nom de son auteur précédé d'un "@" au début de votre message.