Accueil Désinformation 14 médecins baissent leur pantalon...
Publié le
9 janvier 2011

Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

D’où viennent les bactéries multirésistantes aux antibiotiques ?
IVG - La guerre des sites - Des clics ou des claques ?
Les 231 morts fictifs de la dompéridone expliqués à ma fille
Le CEDUS, le sucre, et les enfants
La cigarette électronique est utile et n’est pas dangereuse
Le faux scandale des sondes d’échographie contaminées
Sophia : les mauvais calculs de la CNAMTS
La vie rêvée de Christian Saout
Madame la Ministre, ils sont devenus fous !
Retrait de Diane 35, comment en est-on arrivé là ?
Stratégie d’influence
Inertie clinique, inertie thérapeutique et résistance au changement
Touche pas à ma prostate !
Grippe saisonnière : 7000 morts d’après les organisateurs, 500 d’après la police
Il faut sauver le docteur Goubeau
La presse santé dangereuse ?
Radio IFM = Radio Sanofi
L’intérêt de sophia pour les diabétiques reste à prouver
Le gouvernement veut faire le ménage dans les avis de consommateurs
Conflits d’intérêts, n’oublions pas les journalistes




14 médecins baissent leur pantalon...
Mais devant qui ?

La communication des urologues est décidément de plus en plus agressive. Cette fois-ci, ils décident de faire un doigt d’honneur à la science, qui démontre que le dépistage du cancer de la prostate est le plus souvent dangereux et inutile. Dangereux car il aboutit à de nombreuses mutilations non justifiées et à des décès induits par les biopsies ou les complications des traitements. Inutile car le bilan en terme de vies sauvées n’est pas brillant.

Alors, après ce doigt d’honneur à la prudente position de la Haute Autorité de Santé, que signifient ces photos pantalon sur les chevilles ?

Quand on baisse son pantalon, c’est par soumission. À qui ou à quoi ces médecins sont-ils soumis ? Sûrement pas à un examen prostatique, ils auraient préalablement ôté leurs chaussures. Sûrement pas non plus à la médecine fondée sur des preuves qui réfute ce dépistage.

Comment le site santé rattaché à la télévision publique, parrainé par l’Assurance Maladie, l’Inserm & co, peut-il piétiner à ce point les réalités scientifiques et abonder dans le sens du lobby des urologues massivement financé par l’industrie pharmaceutique ?

Bien sûr, le problème n’est pas dans l’humour décalé de la photo de Michel Cymes. L’humour est un excellent moyen pour sensibiliser le public : Cette image est une parodie de celle de la Journée de la Prostate 2010 organisée tous les ans par les urologues.

Non, c’est le message qui pose problème, car il véhicule une recommandation peu recommandable.

Comment s’étonner, face à une telle médiocrité médicale et médiatique, de la lenteur à émerger de l’affaire du Mediator, alors que tout est écrit dans la Revue Prescrire depuis 10 ans ? D’ailleurs, vous savez ce qu’elle dit du dépistage du cancer de la prostate la Revue Prescrire ? Elle dit ça :

"En pratique, mieux vaut informer sans parti pris les patients qui envisagent un dépistage du cancer prostatique : absence de preuve suffisante d’un avantage clinique au regard des risques avérés, notamment liés aux diagnostics inutiles. En mai 2009, un dépistage systématique du cancer de la prostate, par dosage du PSA ou toucher rectal, n’est pas justifié".

Dans le cadre de l’affaire Mediator, Irène Frachon a déclaré à l’Express "D’autres acteurs très importants se mobilisent aussi pour faire bouger les lignes : la revue Prescrire, les médecins farouchement indépendants du Formindep, du site internet Atoute...".

Vous venez de lire l’opinion de Prescrire. Celle du Formindep est , elle résonne singulièrement avec la campagne du site Bonjour-Docteur :

"En proposant ce dépistage l’Association Française d’Urologie prend donc le risque d’inquiéter inutilement les patients, de culpabiliser inutilement les médecins généralistes, de provoquer inutilement chez nombre de patients des examens médicaux et des traitements médicamenteux, radiothérapiques et chirurgicaux aux conséquences parfois invalidantes, voire de gêner l’accès à ces traitements de patients qui en auraient réellement besoin. Le Formindep s’interroge sur les motivations réelles et les conflits d’intérêts d’organismes promouvant des actions de santé publique ne reposant pas sur des bases scientifiques solides. Il appelle les media à prendre leurs responsabilités en exerçant leur esprit critique pour ne pas se faire les relais complaisants de campagnes orientées."

Enfin, sur Atoute.org, le dépistage du cancer de la prostate est un vrai marronnier, notamment avec la campagne "Touche pas à ma prostate" signée par 200 médecins qui ont tenté de faire fonctionner leur cerveau plutôt que leur doigt.

Alors ? Ne trouvez-vous pas curieux que les trois sources citées par Irène Frachon comme fiables en matière d’information médicale soient unanimement opposées à ce dépistage, et d’ailleurs en phase (pour une fois) avec la Haute Autorité de Santé ? Sacrée coïncidence...

Quant à Michel Cymès, qui se souvient qu’il a longtemps été un fervent défenseur des hormones de la ménopause responsables de milliers de morts par cancer ?

Je vais vous faire une dernière révélation : je suis intimement persuadé que le dépistage sauvage du cancer de la prostate a semé bien plus de morts et de malheur que le Mediator.

Un jour, ce sera clair pour tout le monde, et la presse écrira "C’est incroyable, c’était pourtant écrit il y a dix ans dans la Revue Prescrire, par le Formindep et sur Atoute.org. C’était même dans un rapport de la HAS."

L’histoire se répète, les causes sont les mêmes, les effets s’aggravent. Nous vivons une époque moderne.

Réactions postérieures à cet article :

Pendant que Michel Cymes fait la tournée des médias avec "Maman", cette campagne ridicule suscite quelque saines réactions :

La plus sympathique, celle des jeunes médecins twitteuses sur le site Sous-la-blouse

Et aussi :
- Asclepieia
- Suite101
- CancerBretagne
- Jaddo
- Wikipedia

Et pour finir en beauté, Michel Cymes me traite d’ayatollah de l’intégrisme (sic) dans le Grand Journal de Canal+. C’est parfait, je pourrai désormais dire plus librement ce que je pense de lui.



Tweet Suivez-moi sur Twitter








5 Messages de forum

Répondre à cet article